Aller au contenu principal

PETIT DOSSIER ÉLECTIONS

25 mai 2019

Alors que les media conformistes commencent à nous asséner des informations sur le résultat des élections européennes en diverses contrées (alors qu’ils devraient rester muets jusqu’à dimanche soir) et de préférences des niaiseries du genre : en tel pays le parti pro-européen est en tête, comme si les présentes élections consistaient en un référendum pour ou contre l’Union européenne, je donne ces quelques réflexions :

Du site de l’UPR :

L’UPR se réjouit de la démission de Mme Theresa May, très probable conséquence d’une défaite électorale mémorable du Parti conservateur aux élections européennes qui ont eu lieu hier, jeudi 23 mai, mais dont les résultats sont tenus secrets jusqu’à dimanche soir.


Les résultats du Parti travailliste ne doivent pas être beaucoup plus brillants que ceux du Parti conservateur, tandis que le tout nouveau Parti du Brexit de Nigel Farage a vraisemblablement réalisé une poussée phénoménale et pulvérisé la scène politique britannique.


La démission de Mme May est l’aboutissement logique de la politique perfide qu’elle a menée pendant 3 ans pour contourner la volonté souveraine du peuple britannique de se libérer pour de bon de l’Union européenne.


Tout au long de son passage au 10 Downing street, cette ancienne ministre de l’Intérieur qui avait appelé à voter contre le Brexit s’est en effet ingéniée, avec le concours des forces européistes, à dénaturer le résultat du référendum de 2016, telle Pénélope défaisant la nuit la tapisserie qu’elle avait filée le jour.


L’UPR espère que le prochain Premier Ministre britannique tirera les conséquences de l’exaspération de la majorité des Britanniques et procèdera au plus vite à un Brexit sans accord.


Toutes les péripéties survenues outre-Manche depuis trois ans montrent que, contrairement à ce qui est communément affirmé, les Britanniques ayant voté pour le Brexit n’ont nullement changé d’avis et que ce qui est difficile n’est pas de sortir de l’Union européenne mais d’obtenir que les européistes se plient aux résultats du suffrage universel.

***

Muets sur les résultats des élections européennes au Royaume-Uni au motif qu’il ne faut pas influencer les votes à venir des autres pays de l’Union européenne, les médias n’hésitent pas, en revanche, à passer en boucle l’estimation des résultats aux Pays-Bas à ces mêmes élections.

Les commentateurs insistent lourdement sur le résultat qu’aurait obtenu la liste de M. Frans Timmermans et des travaillistes, supérieur aux sondages, et présentent, a contrario, comme mauvais le résultat du nouveau parti de M. Thierry Baudet, pro-Nexit qui se situerait au-dessous de ce que prédisaient ces mêmes sondages.

La réalité, qui est occultée, est que ce parti recueillait 0% des voix avant les élections européennes et qu’il serait à 12% maintenant, ce qui représente un formidable décollage.L’UPR se réjouit de cette première et remarquable percée des partisans du Nexit aux Pays-Bas. Elle confirme que, partout à travers l’Europe, les peuples se réveillent pour réclamer, non pas une chimérique « autre Europe » comme cela leur est promis depuis 62 ans, mais bel et bien la fin d’une utopie politique qui entraîne chaque année davantage l’ensemble du continent européen dans un chaos économique, social et géopolitique.

***

Un petit courriel de moi probablement inutile et laissé sans réponse, bien évidemment, envoyé il y a peu de jours à la liste Urgence Écologie.

Au départ, je les cite ; et à la fin je signe :  » J.P.F. un homonyme », car un mien homonyme se trouve sur cette liste.

« Pour mettre un coup d’arrêt à la destruction du climat et du vivant et construire une Europe de la résilience », la première chose à faire et de toute urgence est de sortir du mondialisme totalitaire, et en premier lieu de cette prison des peuples européens, de cette triple dictature qui se nomme Union Européenne, Euro et Otan.

La première urgence est le Frexit et la reprise en main de la démocratie par le peuple (à ce niveau, les Gilets Jaunes sont un espoir).

La raison pour laquelle, bien qu’écolo de cœur, je vote U.P.R. (qui a d’ailleurs mis l’écologie – une vraie écologie, pas les fadaises sociétales des Verts que j’ai abandonnés au début des années 90 – dans ses priorités).

Jean-Pierre Fleury (un homonyme).

***

From → divers

Commentaires fermés