Aller au contenu principal

VAS-Y BASILE, VAS-Y PIERROT !

Charlotte (1963)

Ma cousine (1964)

Mon cousin

Dangereux

Bonjour Madame (1970)

Le devoir de neutralité

NEUTRALITÉ SCOLAIRE OU PROPAGANDE VULGAIRE MONDIALISTE ?

Un tout récent fait divers a remué et remue encore l’Hexagone.

Laissons la Justice – s’il en reste une – faire son travail.

Par contre dénonçons une fois de plus toute cette classe politique, toute cette maffia affidée au capitalisme le plus ignoble, destructeur, cynique et finalement ennemi de l’humanité, qui depuis plusieurs décennies – on peut remonter jusqu’aux années cinquante, soixante du siècle dernier – détruit sciemment la civilisation occidentale. Tous ces tartuffes.

Contre le sentiment général de la population, jour après jour, et sur les injonctions de l’organisation totalitaire dénommée Union Européenne, on introduit dans notre pays, pour une bonne part, la lie d’autres pays, trop contents de s’en débarrasser.

Il y a belle lurette que la France ne se mérite plus. Et qu’elle est devenue une poubelle, une réserve à aides financières diverses, pire : qu’elle est attaquée de l’intérieur par une partie de ceux-là même qui viennent si incruster. L’autre jour, c’était la cathédrale de Nantes. Et qui sait, pour Notre-Dame-de-Paris. Avec le bon vouloir de dirigeants pour certains naïfs, déconnectés du réel, mais pour un très grand nombre de salopards qui sont là pour nous détruire et nous esclavagiser dans tous les domaines.

Pas de référendum, le peuple voterait pour l’arrêt de l’immigration, pour la fermeture de nos frontières (encore) nationales. Pas de référendum, le peuple voterait mal comme en 2005 où la majorité (contre l’avis de la plupart des partis politiques) n’a pas voulu de ce qui nous arrive aujourd’hui. Mais qui nous a été imposé par les parlementaires en 2008. Comme nous a été imposé par Sarközy le retour actif de la France dans l’Otan. Sans débat, sans rien… Idem pour l’euro dont on a, tout de suite, vu qu’on n’y serait perdant.

Pas besoin de beaucoup développer pour nous rendre compte de l’état lamentable de notre société minée par les politiques mondialo-européennes, et par la chienlit politicarde ambiante, abjecte, « gouvernante » et « française » avec des guillemets. Je précise quand même que si Mélenchon ou Le Pen étaient à la place de Macron-l’étron, ça serait la même merde, c’est le moment de le dire.

***

Personnellement, je mets donc sur le même plan les deux faits suivants (étrangement concomitants) :

– la gestion totalitaire (pour des buts dont j’ai déjà dit ce que j’en pensais ; et d’autres, dont des gens de valeur) d’une grippe socialement manipulée dénommée Covid-19. Aberrant, avec des masques obligatoires – on se croirait avec les déguisements des médecins du temps de la peste – et maintenant des couvre-feu… – comme autrefois les quarantaines – mais surtout pas d’interdiction d’aller bosser!

– l’égorgement, la décapitation – on ne sait trop – d’un enseignant de l’école publique, gratuite et politiquement, philosophiquement et religieusement neutre (il paraît) pour blasphème, par une chance pour la France tchètchène (Tchétchénie : pays qui n’est pas sorti du moyen-âge, de la féodalité, du clanisme).

Que dire de ce pauvre Samuel Paty ? Qu’il a pâti de sa niaiserie, de son endoctrinement « Je suis Charlie! ». Lui qui demandait aux élèves gênés de sortir de son cours ! Ce n’était donc pas un cours pour tous ! Ni neutre !

À mon point de vue, la présentation de caricatures contre l’islam (vulgaires, pour ne pas dire haineuses ; l’une représente des musulmans tués lors d’un attentat islamiste en Égypte il y a quelques années, qui nous énonce qu’ils n’ont pas été protégés par le Coran ; débile, enfantin, irrespectueux pour les morts) n’a rien à faire à l’École.

Il ne faut pas tout confondre : la neutralité scolaire, c’est-à-dire la laïcité au vrai sens du terme, et la propagande antireligieuse, ou l’athéisme militant et agressif. Surtout à s’en prendre à une seule religion.

Des caricatures de Mahomed, antimusulmanes, n’ont rien à faire dans l’école de la République. Neutralité et paix sociale obligent. La propagande antireligieuse pour ne pas dire la provocation délibérée à l’encontre d’une religion quelle qu’elle soit, n’a rien à faire à l’École.

Dans un autre domaine, pourquoi ne pas diffuser des images pornographiques à l’École au nom de la liberté d’expression ? De l’apprentissage à la liberté d’expression.

Et quand je pense qu’il y a des crétins à proposer de répandre un peu partout dans la rue ces caricatures ! Moi, je ne suis pas pour la guerre des civilisations, mais pour un monde multipolaire. Et chacun chez soi autant que faire se peut. D’ailleurs, je signale que la vulgarité minable des caricatures anti-islamiques est plus ou moins une forme de pornographie, d’art mort comme la plupart dudit art contemporain.

Et n’a rien à voir avec ce que j’entends, ce que la Raison entend comme liberté d’expression.

* * *

Il est un domaine que je connais assez bien c’est celui des caricatures anticléricales de la fin du XIXe siècle et début du XXe siècle. Celles de l’Assiette au Beurre en particulier. Ainsi que les écrits pamphlétaires et polémiques d’un Émile Pouget et autres. Et bien je peux dire que je n’y ai jamais rencontré la vulgarité gratuite et méchante de celles à la Charlie (décati) des temps présents : non seulement vulgaires, mais hargneuses sans aucun humour, pour ne pas dire haineuses (l’incitation à la haine, n’est-ce pas un délit ?), et sans aucun talent dans le domaine du dessin et des réflexions affligeantes de morpions, de branleurs mal dégrossis.

Maintenant, je propose aux charlots grotesques islamophobes et sionistes de faire une série de caricatures dont l’objet serait les rabbins, mais ravalés au même rang que Mahomed, avec le même bon goût d’artistes avortés.

Je ne leur demanderais même pas, simple souhait, de faire la même chose avec Jésus. La déliquescence œcuménique chrétienne serait foutue d’en redemander. (Cabu, le bouffeur de curés, devenu référence de la culture « socialiste », est mort sans doute en s’imaginant être un grand contestataire de l’Église, pauvre homme ; en tirant sur une ambulance !)

Bien sûr, ces caricatures de la religion talmudo-judaïsme, seraient montrées en cours d' »instruction civique » (d’instruction civique ! les mots n’ont plus de sens) pour l’édification de notre jeunesse à la « liberté d’expression ».

Personnellement dans ce domaine j’aurais plutôt envie de montrer le petit personnage qui est en haut de ce blog, qui fut créé par un Palestinien assassiné pour ses dessins par le Mossad. Une vraie victime de la liberté d’expression, pas comme les fantoches qui se croyaient intouchables et confortables, et bien dans l’air du temps de Charlie-mondialo-sioniste.

***

Bien sûr qu’il faut affirmer la liberté d’expression à l’École, mais pour ça il faudrait y arrêter toute propagande et certaines interdictions d’enseigner concernant l’Histoire en général. L’histoire événementielle, des peuples, des arts, mais aussi des sciences et des techniques. Tout y est académique. Et plus encore totalement dévalué de nos jours. Grotesque comme un slogan.

Et plus précisément l’histoire des deux ou trois derniers siècles, et en particulier celle de la Seconde guerre mondiale, où là on nage dans l’irrationnel, la censure, le mensonge. La propagande pure et simple. (Comme les caricatures de Mohamed relèvent de la simple propagande qui n’a aucunement sa place à l’École). Dans l’histoire (finalement idéologico-religieuse) écrite par les vainqueurs qui n’est certainement pas un gage de Vérité et de Sérénité. Par l’histoire écrite par les conformistes et esprits simples prêts à gober tous les bobards. Et à accepter des interdits dans le domaine de la recherche historique.

Le liberté d’expression, c’est le dialogue, les thèses étalées, toutes les thèses. À égalité de paroles et de diffusion. Ce n’est pas un monde à l’image des media – bien souvent subventionnés – dominants et unanimistes. Pour ne pas dire censeurs ou menteurs par omission, ou détourneurs de vérité par on-dit, amalgames, détestations.

La liberté d’expression, ce ne sont pas les caricatures de Charlie (version sioniste, ce qui n’était pas le cas dans sa version originale) au sein d’une École qui réclame, exige, impose la neutralité religieuse, et non pas la propagande, pour ne pas dire la haine anti-religieuse.

***

La liberté d’expression à l’École devrait déjà être celle – mais quel est l’enseignant qui en a le courage ? ou même simplement l’idée ? – qui permettrait, simple exemple, à un prof de lettres d’émettre quelques doutes et réserves sur le talent d’écrivain dramatique de Molière, dont il semble plus ou moins établi que « ses » pièces ont été écrites par ce que j’appelle l’Atelier Corneille (Pierre, Thomas et quelques comparses dramaturges et poètes moins connus de nos jours). Mais que de cris d’orfraies entendrions-nous !

La liberté d’expression à l’École, ou ailleurs, devrait être également celle des personnes qui contestent les thèses historiques officielles dans le domaine de l’histoire événementielle. Celles qui, par exemple, entendent démythifier et démystifier certains dogmes (d’État !) et mensonges politico-religieux. Ou certaines idéologies politico-religieuses d’esprit totalitaire.

Je pense ici à tous ceux qui en ont subi les conséquences par l’exclusion de l’Université, de l’Éducation nationale, du CNRS. Ou la mise en taule, ou l’exil obligé. Sans que cela gêne en aucune façon nos thuriféraires politico-médiatiques de ladite « liberté d’expression ». Tarte à la crème des censeurs médiateux !

Non, je ne suis vraiment pas Charlie !

Je ne me nourris pas, comme certains, de dégueulis.

DE L’ÉTAT DE DÉLABREMENT QUASI GÉNÉRALISÉ DE LA CLASSE POLITIQUE ET… DU PEUPLE

Dans cette vaste et sinistre farce d’une pseudo-pandémie qui serait en train de récidiver, l’ensemble à peu de choses près de la classe politique, se tait, acquiesce. Médusée. Lobotomisée. Minable.

Comme elle a finalement acquiescé depuis l’arrivée du timbré de l’Élysée. Se refusant à agir, à contrer le tyranneau, à dénoncer les dérives liberticides diverses de ce pouvoir totalement aux mains des maffias du Grand Capital et du Mondialisme, totalement englué dans les conflits d’intérêt. Racaille d’en-haut.

Liberté de circuler, liberté de manifester, liberté de s’exprimer… Où en sommes-nous ?

Nous, le peuple, manipulé par un pouvoir abject, des non-élus ou des élus qui ne représentent plus rien, manipulé par la lie du journalisme qui sévit dans lesdits grands-media, nous sommes tous devenus des Gilets Jaunes. De facto. Des Palestiniens impuissants et à la dérive. Des soumis en notre propre pays.

Tandis que la « gauche sociale » presque aphone et devenue folle nous enfonce la tête sous l’eau en balivernes mondialistes « antifascistes » et autres vieilles lunes de l’intolérance à l’encontre du peuple de souche ordinaire. Et que la « droite nationale » tout autant que cette « gauche mondialiste » rend hommage à une « Union européenne » qui constamment, jour après jour, année après année, nous fiente dessus à qui mieux mieux.

Tandis que les savants de talent, de raison, de vérité ont le plus grand mal à se faire entendre.

Tandis, même, qu’une partie des milieux opposés à l’Union européenne, à l’euro etc. et pro-frexit, n’arrivent même plus à inclure dans leurs analyses ce qui nous tombe sur le nez comme un effet même du mondialisme et de l’européisme et dissertent sur les conséquences, sur des détails, et non sur les causes.

Moi je le dis haut et fort : il n’y a jamais eu de pandémie du (de la) Covid 19, par contre il y a eu et il y a encore une mise en spectacle d’une pseudo-pandémie (guère plus mortelle que les autres grippes annuelles, mais surtout mortelles par l’incurie d’État (quelle écurie!), la destruction du monde hospitalier, l’imprévoyance, les restrictions budgétaires et le cynisme des mondialistes) dont le but est d’asservir définitivement l’humanité et de tout confisquer à leur profits premiers, d’appauvrir l’ensemble des couches moyennes et populaires, etc.

Au-delà même de ce qu’Orwell a pu imaginer en son temps où BigPharma et l’électronique n’avaient pas de poids, ou pas un tel poids. Tous pucés, tous vaccinés pour tout et pour rien et disparition de la monnaie papier ; tel est notre avenir.

Charmante micro, nano-puce contenant ou permettant de remonter à des bases de données mondiales avec nos identités, la liste de nos vaccinations, de nos employeurs, de nos maladies, de nos condamnations pour qui a fréquenté la « Justice », de nos opinions, religions, de nos orientations sexuelles, de nos comptes bancaires, de nos pointages et badgages au travail (la puce pourrait également servir à ça), de nos connexions téléphoniques, ou à Internet (du peu qu’il en restera bientôt), etc.

Tout est prêt, plus ou moins, techniquement, avec l’arrivée de la 5 G. Finalement ce que l’on pourrait souhaiter c’est un dérèglement généralisé de cette monstruosité en marche, si lourde qu’elle deviendrait ingérable. Des actions « commando ». Où de bonnes pannes de courant.

***

1 – Les grands médias défendent-ils réellement la liberté d’expression ?

2 – Perquisitions

3 – Les courbes officielles

4 – La Chloroquine

5 – Coup de gueule de Babette

6 – L’État détruit la société

7- Et maintenant le couvre-feu… Stop !

APPARENTEMENTS RÉVÉLATEURS

Il y a quelques jours, je suis tombé sur trois brèves à suivre du site de RT France :

5 oct. 2020 Rhône : une église prise pour cible durant une soirée de violences urbaines [sic] à Rillieux-la-Pape [resic]. Le ministre de l’Intérieur et le maire de la ville de Rillieux-la-Pape (Rhône) ont condamné [ah, bon ?!] les actes de vandalisme commis le 3 octobre dans la ville, où une église catholique a notamment été prise pour cible.

5 oct. 2020 La vitrine d’une librairie «conservatrice», ouverte récemment, vandalisée à Nancy. Recouvert de slogans antifascistes, l’établissement a annoncé qu’il porterait plainte. Un collectif d’opposants s’était constitué contre son ouverture.

5 oct. 2020 «Humiliante» : des élus LFI s’indignent contre une opération de police dans une mosquée Une «opération de contrôle» a été menée dans une école attachée à la mosquée Omar à Paris. Des députés La France insoumise dénoncent ce qu’ils qualifient d’opération «inutile et humiliante» et d’«incitation à la haine».

Très bon résumé de l’état politique catastrophique de la société.

Des dits « gauchistes » contestant le bien fondé d’une action de police chez certains musulmans.

Des dits « antifascistes », plus ou moins les mêmes que les précédents, ennemis de la liberté d’expression (ou plus exactement favorable exclusivement à leur liberté à eux d’expression (celle de Je suis Charlie, totalitaire), à leur intolérance crasse, et aux actions illégales qui les arrangent).

Et une église prise pour cible par la racaille de banlieue dont on peut supposer qu’une partie au moins se réclame d’une religion « humiliée » et victime de la « haine policière », comme dirait les « insoumis », très généralement athées mais dans le fond essentiellement anti-chrétiens. Fermez le ban ! Circulez, y a rien à voir ! Au fait, comment se portent la cathédrale de Paris et celle de Nantes ? Et en particulier, l’enquête sur l’incendie de Notre-Dame-de-Paris ?

Rappelez-moi ce que pensait les « insoumis » des loges et autres officines du même acabit, de la répression contre les « populistes » et généralement « de souche » Gilets Jaunes ? Pas grand chose. Mélenchon roi des pantins au même titre que Le Pen. Les places d’élus sont toujours bonnes à grappiller, n’est-ce-pas ? On flatte son électorat et l’on prépare, chacun de son côté, la guerre civile à venir. Irresponsables et minables.

le médecin réanimateur Louis Fouché – crise sanitaire et virus de la peur

•15 sept. 2020

Site du collectif de médecins: https://colibris-wiki.org/collectifCo… Leur chaine youtube: https://www.youtube.com/channel/UCljX…

BonSens.org

https://cdn.lbryplayer.xyz/api/v3/streams/free/Scandale/59d61e091e3181b218fe6cae682e7c7a725447c4/e0e825

Covid 19 et tests PCR : Crimes contre l’humanité 🌍 Reiner Fuellmich

322 807 vues

•5 oct. 2020

Je m’appelle Reiner Fuellmich et je suis admis au barreau en Allemagne et en Californie depuis 26 ans. J’ai pratiqué le droit principalement en tant qu’avocat plaidant contre des sociétés frauduleuses …

HUMOUR

PIQÛRE DE RAPPEL (OU D’APPEL) HISTORIQUE

Petit cours instructif d’Histoire par un ancien professeur d’Histoire et écrivain, auteur d’ouvrages fort sérieux, Hervé Ryssen, récemment « secoué en taule » pour « antisémitisme », autrement exprimé (mais la « Justice » ne peut pas le formuler comme ça) : pour délit d’opinion.

Quand on pense que ces derniers mois plusieurs milliers de racailles, délinquants tocards et autres islamistes actifs ont été libérés de prison à cause du coronavirus !

Note en passant : on pourrait écrire des choses semblables concernant les dirigeants des diverses officines gauchistes, syndicalistes étudiantes « de gauche », et autres groupuscules d’esprit totalitaires ou prétendument libertaires de Mai 68. Hasard curieux, l’année d’avant, De Gaulle avait refusé d’aider Israël, au moment de la Guerre des Six Jours.

Jacques Sapir, dit le Tapir, a élucubré sur la peine mérité du dangereux « antisémite ». Rappelons en quelques mots qui il est. C’est un type qui se targue de dissidence douillette. C’est un économiste, plus exactement un enseignant en économie.

J’ai lu de lui, il y a quelques jours, une analyse assez inconséquente et pleutre concernant Hervé Ryssen. Sortant de je ne sais où, Facebook ou Twitter. Voilà ce que j’en ai conclu.

Déjà je trouvais bien courte sa critique économique, ou plus exactement son impossibilité à mettre en adéquation sa petite critique économique avec une pensée politique conséquente. Mais c’est facile à comprendre. C’est du genre : il faudrait peut-être sortir de l’euro, mais il faudrait quand même rester dans l’Union européenne ! Risible, pathétique pour un universitaire. Ce n’est qu’un petit prof de plus, un illusionniste, un fonctionnaire comme il y en a tant et tant. Qui semble bien à court d’argument comme tout apparatchik universitaire qui ne veut pas perdre son nid douillet, ses prébendes et autres rentes de situation.

Je reprends ses interrogations ou affirmations. Et commente.

« Le négationnisme n’est pas un délit d’opinion. Les propos antisémites non plus. Ce qui aurait été un délit d’opinion aurait été de s’en prendre à la religion juive. « 

Ben ! justement c’est ce que fait largement Ryssen en la décortiquant. Et je crois même que la critique du judaïsme est sa critique première, plus précisément sa critique très étayée du messianisme judaïque, bien loin du négationnisme comme dit le Tapir, en recrachant la langue de bois du temps présent. Ryssen ne nie rien du tout, il affirme, il étudie, il s’interroge, il « fait de l’Histoire » dans ses livres, développe des thèses, et non pas de la propagande quelle qu’elle soit.

Cela dit, qu’est-ce que « le négationnisme » ? Le petit tapir veut sans doute poser la question de ce qu’est le révisionnisme – ledit négationnisme étant un concept creux relevant de la simple idéologie politique. Je vais le dire : c’est à la base même de ce qui fait l’Histoire écrite, et de ce qui différencie la propagande de la science humaine dénommée Histoire. C’est ce qui différencie l’esprit libre de l’idéologie socialo-stalinienne qui fut à la base de cette loi inique qui a nom loi Fabius-Gayssot.

Ferait beau voir (et encore j’ai des doutes) si une loi anticonstitutionnelle lui imposait de dire, ou de ne pas dire, comme autrefois sous le stalinisme, telle ou telle chose concernant l’économie, sa « spécialité » ?

Antisémitisme et religion juive. Tapir n’est pas sans savoir également – bien évidemment – que le terme d' »antisémitisme » est un terme parfaitement inadéquat (injustement approprié par certains) pour évoquer l’anti-juivisme, puisque l’énorme majorité des Juifs ne sont pas même sémites, que le judaïsme talmudique est une religion, mais que nombre de Juifs se disent athées ou agnostiques ou laïcs, etc.

Une énorme contradiction dans les termes, sauf à déclarer que la Juiverie (comme on disait au Moyen-âge, voir toutes les « rues de la Juiverie » qui existent encore en France) relève d’une tribu qui n’entend pas se mélanger aux autres, ou si vous préférez d’un clan, ou d’une clique ou d’une maffia héréditaire.

L’exemple vivant de ce racisme (pour l’occasion s’en est un, et en particulier à l’encontre des vrais sémites et des vrais descendants de l’antiquité juive qui ont noms : palestiniens) est ce qui fait des sionistes (avant tout des ashkénazes non-sémites, des européens, mais aussi des goyim subjugués et suprémacistes) des colonialistes passifs ou actifs, sanguinaires, finalement sans foi ni loi. Selon la règle bien connue du plus fort, ou si l’on préfère du plus riche, face aux gueux et autres « sous-hommes » (sic).

« Ce que vous ignorez est la profondeur de ma haine pour tous les racismes ». Tiens, ben, c’est comme moi, en particulier à l’encontre des intouchables. Pas les intouchables d’en bas, l’élite des intouchables d’en haut dont semble bien faire partie prenante notre petit tapir.

Moi aussi je hais le racisme, mais le vrai racisme (pour employer ce mot, étant entendu qu’il n’existe pas de races chez les humains, mais bien des gens qui ne veulent pas se mêler aux autres). Je hais donc le racisme; le racisme qui tue tous les jours, le racisme antisémite (à l’encontre des sémites au vrai sens du terme) pratiqué par des sionistes (juifs ou non) européens dont, Tapir n’est évidemment pas sans le savoir, les théories ont très largement inspiré le nazisme. Sans oublier les sionistes séfarades à la sauce zemmourienne qui tous les jours nous imposent leur conception raciste de la France anti-maghrébino-musulmane, sans distinction. Tout à fait dans l’air du temps et d’un esprit dominant, pour ne pas dire dominateur et propagandiste car tenant en partie les media.

Et Tapir finit en apothéose : « Pour ce qui concerne la négation des génocides (des juifs, des arméniens, des hereros…), si ce n’est la prison se sera douze balles dans la peau… » écrit-il. En voilà d’une idée, quelle est bonne, comme disait Coluche ! Originale, humaine. On dirait Moïse imposant la mort à tous les mécréants qui adorèrent autrefois le Veau d’Or. Le Veau d’Or : autres temps autres moeurs, n’est-ce pas, l’économiste distingué ?!

Et d’une, là il faut m’excuser, mais s’il faut vraiment parler de génocide, citons plutôt le sort réservé aux amérindiens d’Amérique du Nord ou des Caraïbes. Quant aux Hereros, je ne sais pas où le tapir a été prendre qu’ils avaient été génocidés. Dépossédés d’un territoire autonome, déculturés, métissés peut-être, et encore je n’en suis pas si sûr, mais éliminés physiquement et massivement, je ne pense pas.

Et si les Juifs (tourbe et élite comprise) avaient réellement été génocidés, comme les Caraïbes, ça se saurait et ça se remarquerait également, en particulier en Palestine. Ou par leur silence sidéral et sidérant. Ce qui bien évidemment, n’est justement pas le cas. Et l’on ne verrait pas de nos jours des « boucs émissaires », éternellement geignant, geignards, réclamer et obtenir assez facilement le châtiment de ceux qui leur déplaisent, d’ailleurs avec autant de mesquinerie, ce qui ne les élève vraiment pas.

Et de deux, « douze balles dans la peau » (je ne vois pas le pleutre et tapi tapir tirer, par contre faire tirer, oui)… quel sinistre individu. Qu’elle bassesse intellectuelle ! En cela il me semble être un digne héritier du stalinisme de son papa. Stalinisme certes modéré puisque le père fut apparemment khrouchtchévien, comme maman je crois, mais moins russe pour cette dernière. Et peut-être même freudo-marxiste admirateur du Reich, non pas le troisième… Wilhelm.

L’eugéniste communautariste ne se sent plus pisser. Problème de prostate ? Problème de prépuce ? Les deux ?

Tapir, petit farceur, va ! Tu sais, tes douze balles dans la peau, c’est quelque peu archaïque de nos jours. Il faut te tenir au courant sur les « avancées » des moyens de destruction individuelle ou massive. Il y en a pas mal en action du côté de Gaza et de la Cisjordanie, si tu vois ce que je veux dire. Mon petit ongulé d’excellence. Mon petit tapirus jacobus. Une exception sociale pour les tapirs plus communément solitaires.

LE DERNIER SKETCH DE BIGARD

Parution de « Ma petite bande de jeunes filles en fleurs », témoin du monde d’avant dans ce monde condamné

Publié le 29 septembre 2020 par defensededavidhamilton

Ma petite bande de jeunes filles en fleurs

29 septembre 2020.

Alors que les politiciens commencent à dire que « ce sera long », et en effet ce sera long, ce sera sans fin; alors que l’on oscille entre l’obsession qu’ont certains de vacciner l’humanité par un vaccin en particulier, et entre le prochain aveu que même un hypothétique vaccin ne suffira pas; alors que tout laisse présager que le port du masque, la distanciation sociale, les gestes barrières et tout le tralala, le confinement-déconfinement-reconfinement à perpétuité, et pire encore, vont s’installer pour des années entières voire à jamais. Alors que les politocards, les plumitifs, les philosophes du trou du Q.I., vont nous tartiner à vie du « monde d’après » et « à réinventer »…

Voici un livre où il n’est pas question, pas une seule fois, du coronavirus (le mot n’apparaît pas dans ces pages).

C’est un testament du monde d’avant. Heureux tout comme toi d’y avoir vécu, cher Roland.

Roland Jaccard, Olivier Mathieu : « Ma petite bande de jeunes filles en fleurs », AUTOMNE 2020: la couverture. 

Le livre est paru, et en voici la couverture. Cette photographie de moi a été prise par Jean-Francois Chassaing – photographe, mais aussi docteur d’Etat en droit –  le 24 août 2020 au matin, sur une falaise normande.

Aucune reproduction de la couverture, et des photographies ici présentées, n’est autorisée sans la permission préalable et écrite de Jean-Francois Chassaing.

Ma petite bande de jeunes filles en fleurs:

quatre textes littéraires inédits de

Roland Jaccard,

Olivier Mathieu,

Jean-François Chassaing, docteur d’Etat en droit, photographe,

Jean-Pierre Fleury, docteur en sociologie,

aux éditions des Petits Bonheurs (Saint-Nazaire).

Tiens! Je me suis souvenu, après coup, du fameux portrait de François-René de Chateaubriand.

CHATEAUBRIAND

À propos de deux crétins prix Nobel d’économie bavouillant dans l’Immonde

À notre époque d’un Monde réellement inversé, la tête en bas, le simple bon sens en berne, on ne peut évidemment pas être étonné d’avoir un Ordre des médecins à la ramasse ou des économistes maboules, pathétiques d’imbécilité et, sans doute, aussi talentueux en leur spécialité que le prix Nobel de littérature Robert Zimmerman, dit Bob Dylan, dans « la sienne ».

OUAH, JULIETTE !

Il y a 80 ans, « le Nouvel Ordre mondial promis aux juifs »

Cambon, Balfour, Greenwood…

Extraits de l’article de Laurent Guyénot paru sur E&R le 19 septembre dernier.

La majeure partie de la diplomatie sioniste se déroule en secret, par la corruption et le chantage. Mais, parfois, il est jugé approprié d’obtenir d’un gouvernement une déclaration officielle. Le plus célèbre de ces documents est la brève lettre écrite le 2 novembre 1917 par le ministre britannique des Affaires étrangères Lord Arthur Balfour et adressée à Lord Lionel Walter Rothschild, président de la Fédération sioniste de Grande-Bretagne.

Le Premier ministre britannique Lloyd George expliqua clairement, selon un rapport de la Palestine Royal Commission de 1937, la contrepartie de cette lettre :« Les leaders sionistes nous ont donné la promesse ferme que, si les alliés s’engageaient à faciliter l’établissement d’un foyer national pour les juifs en Palestine, ils feraient de leur mieux pour rallier le sentiment et le soutien juifs à travers le monde en faveur de la cause des Alliés. Ils ont tenu parole. » (Selon un rapport de 1937 de la Palestine Royal Commission, cité dans Alfred Lilienthal, What Price Israel ? (1953), Infinity Publishing, 2003, p. 18-21.)[…]

On sait peu que des déclarations similaires à la déclaration Balfour ont été obtenues simultanément d’autres puissances européennes, et notamment de la France. La Grande-Bretagne, en effet, ne pouvait pas agir dans ce domaine sans accord de ses alliés. (cf. Martin Kramer, “The Forgotten Truth about the Balfour Declaration,” 5 juin 2017, sur mosaicmagazine.com)

Dans une lettre datée du 4 juin 1917, le diplomate français Jules Cambon, alors secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, assure Nahum Sokolow, chef de l’Organisation sioniste mondiale depuis 1906, de la sympathie du gouvernement français pour le projet « de développer la colonisation israélite en Palestine », et cite avec approbation tacite l’idée que « ce serait faire œuvre de justice et de réparation que d’aider à la renaissance, par la protection des puissances alliées, de la nationalité juive, sur cette terre d’où le peuple d’Israël a été chassé il y a tant de siècles. » Le triomphe de la cause sioniste, conclue Cambon, « est lié à celui des alliés ».

Cette « déclaration Cambon », non seulement anticipait la déclaration Balfour, mais ouvrit la voie à celle-ci. De retour à Londres, Sokolow, dont le rôle dans le triomphe du sioniste est méconnu, déposa la lettre Cambon au Foreign Office, où elle stimula un esprit de compétition. En janvier et février 1918, il retourna à Paris, cette fois dans le but d’obtenir une déclaration publique française en faveur de la déclaration Balfour. Un bel exemple de diplomatie profonde transnationale.

[…]

Durant la Seconde Guerre mondiale, Weizmann et Churchill conspirèrent ensemble pour entraîner les États-Unis dans la guerre, en renouvelant la stratégie de la déclaration Balfour.

Dans une lettre à Churchill datée du 10 septembre 1941, Weizmann écrivit :

« J’ai passé des mois en Amérique, à voyager d’un bout à l’autre du pays. […] Il n’y a qu’un seul groupe ethnique important prêt à se tenir, unanimement, aux côtés de la Grande-Bretagne et pour une politique de mobilisation pour elle : les cinq millions de juifs américains. […] Il a été largement reconnu par les hommes d’État britanniques que ce sont les juifs qui, dans la dernière guerre, ont effectivement aidé à faire pencher la balance en Amérique en faveur de la Grande-Bretagne. Ils sont prêts à le faire – et peuvent le faire – à nouveau. » (cf. David Irving, Churchill’s War, vol. 2 : Triumph in Adversity, Focal Point Publications, 2001, p. 76-77.)

[…]

Dès son arrivée au poste de Premier ministre en mai 1940, Churchill avait chargé Arthur Greenwood, du cabinet de guerre, de rédiger un document promettant aux élites juives, en cas de victoire britannique, non seulement la Palestine, mais un rôle de premier plan dans le « ouvel ordre mondial », en compensation des « torts subits par le peuple juif ». Bien que peu connu, ce document a, selon les termes du rabbin Stephen Wise (un des plus ardents sionistes américains depuis l’époque de Herzl), « des implications plus larges et de plus grande portée » que la déclaration Balfour. Cette « promesse de Greenwood » (the Greenwood Pledge) et a été rédigée il y a exactement 80 ans, et publiée par le New York Times dans son édition du 6 octobre 1940, sous le titre extraordinaire « Nouvel Ordre mondial promis aux juifs » (reproduction ici et ici).[…]

Prévision du Nouvel Ordre mondial

« Lorsque nous aurons remporté la victoire, comme nous le ferons assurément, les nations auront l’occasion d’établir un Nouvel Ordre mondial fondé sur les idéaux de justice et de paix. Dans un tel monde, nous espérons que la conscience de l’humanité civilisée demandera que les torts subis par le peuple juif dans tant de pays soient réparés. »

« Dans la reconstruction de la société civilisée après la guerre, il devrait y avoir et il y aura une réelle opportunité pour les juifs partout dans le monde d’apporter une contribution distinctive et constructive ; et tous les hommes de bonne volonté doivent assurément espérer que dans la nouvelle Europe, le peuple juif, quel que soit le pays où il vit, aura la liberté et la pleine égalité devant la loi avec tout autre citoyen. »

PETIT BILLET D’HUMEUR

La garce de la Marine, la Le Pen, celle qui, le soir de sa défaite présidentielle, dansait grotesque et finalement satisfaite (combat accompli !?), la médiocre opposante au système ne cache même plus sa totale connivence avec ce dernier.

Il y a trois jours, elle qui vit (bien, à rien foutre et à vie) de sa députation européenne nous a sorti : « Tous les Français devraient se vacciner ».

Moi, je dis : Ferme ton clapet grosse truie vulgaire du mondialisme (également vulgaire) ! Parasite de la vraie dissidence qui – elle – ne passe pas tous les jours comme toi (et sans dommage aucun, bien au contraire) dans les media de la domination mondialiste.

« C’EST DRAMATIQUE D’APPORTER DU DÉSESPOIR »

Audition du Pr. Raoult au Sénat (15-09-2020)

Quelques commentaires de Florian Philippot (16-09-2020) :

HUMOUR – HUMEUR

Vu sur Internet un message en anglais qui disait à peu près ceci : Ceux qui croient encore que les trois tours du World Trade Center ont été détruites par deux avions suite à l’action terroriste de 19 musulmans, sont les mêmes qui aujourd’hui se comportent de cette manière : et une image représentait quelqu’un muni d’un masque.

Un masque qui n’est malheureusement pas celui de Zorro mais son exact opposé. Celui des zéros qui ne seront jamais des héros de quoi que ce soit. Tout juste bon à crier en cœur : Je suis Charlie.

Tiens, en voilà d’une autre énigme terroriste ; rappelons-nous que le cinglé qui dirige l’entité sioniste était Charlie ! et que le nom des coupables commandités étaient déjà connus de certains milieux sionistes avant même que leurs noms ne soient révélés officiellement et reproduits par les media.

Complotiste, oui, conspirationniste, oui, et je m’en honore.

Affaire du pseudo-empoisonnement d’un opposant : lettre ouverte d’Olivier Mathieu à Monsieur le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Vladimirovitch Poutine

Publié le 14 septembre 2020 par defensededavidhamilton

***

Courriel respectueusement adressé par mes soins, ce jour, à l’Ambassade de la Fédération de Russie en France:

ambrusfrance@mid.ru

et (service de presse de l’ambassade russe)
presse@ambrussie.fr

Paris, le 14 septembre 2020

Monsieur le Président Vladimir Vladimirovitch Poutine,

J’ai appris dans la presse que Macron se permettait de vous demander des « clarifications » (sic) au sujet d’un empoisonnement dont aurait été victime quelqu’un, récemment, dans votre pays.

Je me permets, Monsieur le Président Vladimir Vladimirovitch Poutine, de vous suggérer de demander à Macron des éclaircissements au sujet de la mort, le 25 novembre 2016, à Paris, d’un citoyen britannique, Léonard David Hamilton, l’un des plus grands photographes du vingtième siècle, qui était né le 15 avril 1933 à Londres.

Léonard David Hamilton, en effet, a été retrouvé mort, officiellement par « suicide », au 41 boulevard du Montparnasse, dans le quatorzième arrondissement de Paris.

Le premier problème est que, un mois avant sa mort, Léonard David Hamilton avait déclaré sur Internet craindre pour sa vie. Je connais aussi des personnes, qui sont disposées à en témoigner devant des tribunaux, qui, le jour de sa mort, ont parlé avec lui par téléphone de ses projets d’avenir. Voilà donc, d’emblée, un suicide fort douteux.

Le deuxième problème est que, bien que la présomption d’innocence soit officiellement inscrite dans le droit français, Leonard David Hamilton a été la cible et la victime d’une campagne de presse de grande ampleur puisque la presque totalité de la presse a énoncé contre lui en 2016 des accusations de « viol », pour des faits présumés remontant à 1987, de telle sorte que ces accusations étaient portées, hors délais légaux, contre un homme de 83 ans qui n’avait jamais été condamné à quoi que ce soit, de son vivant, par la justice de quelque pays que ce soit. De la sorte, David Hamilton qui était pauvre et n’avait pas d’avocats a aussi été insulté en des termes ignobles, sur des plateaux de télévision, par des « animateurs » de la télévision française. Ce fut un lynchage médiatique dans les règles de l’art, tandis que des milliers d’internautes le couvraient de menaces de mort, d’insultes et de diffamations sur Internet, sans susciter aucune réaction de « modération », à l’époque, de la part des autorités françaises pourtant toujours si promptes à prendre la défense d’autres personnes.

Le troisième problème est que, bien que David Hamilton ait été un photographe mondialement connu, et que sa mort ait eu lieu dans le centre de la capitale française, les récits médiatiques de sa mort ont été confus, erronés et contradictoires, tant au sujet de l’heure de sa mort que de l’identité de la ou des personnes qui l’auraient retrouvé agonisant. Par ailleurs, les services de police, ici la 3e DPJ, chargés de l’enquête, n’ont jamais convoqué une conférence de presse officielle pour donner les résultats de l’autopsie exécutée, suppose-t-on, sur le cadavre de David Hamilton. J’ai écrit à ce sujet deux livres, dont l’un a été préfacé par le fameux écrivain suisse Roland Jaccard.

Le quatrième problème est que l’acte de décès de Leonard David Hamilton a été rédigé hors délais légaux, qu’il comporte des fautes typographiques grossières (y compris dans le nom « Hamilton »!) et que ce document officiel d’une administration française indique que « le jour du décès a été impossible à déterniner ». En d’autres termes, cet acte de décès est entaché, selon la loi française, de plusieurs irrégularités. Je n’ai pourtant pas connaissance que cet acte de décès si curieux ait été corrigé. Il devrait pourtant l’être puisque, selon la loi française, un officier d’état civil doit répondre de ses erreurs dans l’établissement de tels actes. J’ajoute que les funérailles de David Hamilton, dont personne n’a parlé dans la presse, ont eu lieu à une date que je connais et en un lieu que je connais, en catimini, au milieu du mois de décembre 2016, près de trois semaines après sa mort.

Le cinquième problème est que, très peu d’heures après la mort de David Hamilton, un membre très proche de la famille de la principale accusatrice de David Hamilton twittait un « tweet » qui disait : « Justice est faite« . Il m’a toujours échappé le sens d’une telle phrase, et de nombreux autres propos de ce genre, émanant des ennemis de David Hamilton, qui étaient des propos enfreignant certaines lois françaises.

Je possède et j’ai réuni, Monsieur le Président Poutine, des dizaines d’autres arguments au sujet du harcèlement ignoble dont a été victime David Hamilton, jusqu’à son domicile, à la fin de sa vie, y compris de la part de journalistes dont je connais l’identité.

Au sujet de tout cela, la grande presse française n’a pas voulu dire un mot, et les autorités non plus n’ont pas donné la moindre clarification.

Ecrivant une lettre ouverte à Macron pour lui demander des clarifications à ce sujet, je n’ai pas à ce jour été jugé digne de la moindre réponse de sa part.

C’est pourquoi je me permets de vous écrire, Monsieur le Président Vladimir Vladimirovitch Poutine, en vous suggérant de dire quelques mots à Macron au sujet de la mort tellement étrange de Leonard David Hamilton.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président Vladimir Vladimirovitch Poutine, l’expression de mon très profond respect.

Olivier Mathieu, écrivain et journaliste.

GRIBOUILLE – I

Marie-France Gaité (eh oui, cela ne s’invente pas)

dite Gribouille (1941-1968).

PARIS, TERRE MOUILLÉE

{Refrain:}
Tu sens drôle, Paris terre mouillée
Y a des larmes accrochées à tes branches
Et l’oiseau qui sur tes rues se penche
A les ailes par la pluie empesées.

Mais hier dans la rue, il était avec moi
Guirlande de soleil, farandole de joie
Et j’écoute en mon cœur les mots qu’il me disait
Quand Paris tu chantais, quand Paris tu dansais.

{au Refrain}

Mais il faut que le jour
S’achève avec le soir
Et z-il y a toujours
Un quai et une gare
Et mon amour s’en va
Vers d’autres retrouvailles
Et moi je reste là
Les yeux suivant les rails.

{au Refrain}

ILS DISENT L’INFORMATION

Comme racontait Colucci autrefois, avant son regrettable accident de camion, évoquant la manière de faire des journaleux :

« On va leur dire les informations, ce qui s’est passé un p’tit peu, pour qu’ils soient au courant. »

Entendu hier vers midi passé, sur France-Inter à la fin des infos, et en passant par là : « Enfin, on signale une augmentation du nombre de cas de corona-virus en France « .

Point final.

Ils nous disent l’information, mais ce qui s’appelle vraiment un p’tit peu, comme le disait donc très justement l’humoriste (autour de 1980). Mais si l’on pouvait avoir un « gros peu » (même source) ça serait déjà mieux.

Il faudrait peut-être qu’ils rappellent trois petites choses en même temps : la proportion de gens testés actuellement, le nombre d’hospitalisés et de décédés par rapport au plein de l’épidémie où les tests, comme on s’en souvient, étaient quasi inexistants et les plus vieux envoyés à la mort, direct.

Concluons avec ce même Coluche :

« Les gens disent que je dis que des conneries, alors là j’ai noté ! »

UN MÉTIER D’AVENIR … KAPO D’ENTREPRISE

Agent de la sécurité sanitaire, à ne pas confondre avec agent des sanitaires, autrement dit kapo en entreprise, quel brillant avenir… On y est.

« Les entreprises, obligées d’organiser des mesures sanitaires dans les locaux, attendent de savoir si elles seront obligées de désigner un « référent Covid ». C’est la mesure qui reste en suspens dans le nouveau protocole destiné à déconfiner les usines et les bureaux. Mais certaines entreprises ont déjà pris les devants. Noémie Gillon a ainsi été désignée pour traquer le non respect des règles sanitaires sur les chantiers d’une entreprise. Port du masque, distanciation sociale, elle à l’œil sur tout. » (France Info)

Comme disait, en substance, Boris Vian : ce sont les lampistes qui sont les vrais et seuls responsables des malheurs du monde.

Et comme disait les situs : il faut rendre la honte encore plus honteuse en la livrant à la publicité.

Ah queuh non, guenon !

Noémie Gillon

Ou son aiguillon

N’aura pas ma peau ;

Quel manque de pot…

… de chambre !

*

à lire également : Coronavirus : n’est-il point temps d’enfin imposer l’obligatoriété du tampon (qu’on veuille le dire anal, rectal ou fécal) en France? 

Publié le 8 septembre 2020

paru sur le site E&R.

PETITE QUESTION DU JOUR

Pourquoi les mondialistes et autres européistes, farouches « antinazis », « antifachos », « antiracistes » sont-ils tous en adoration devant l’eugénisme contemporain, l’un des fleurons de l’ingénierie sociale actuelle ?

Je veux parler, par exemple, de Big Pharma, Bill Gates, et consorts aux campagnes de vaccinations désastreuses et de stérilisation cachée dans les pays « exotiques » ;

Je veux parler, également, de toute la marconnerie (sic) qui sciemment, délibérément a laissé crever (c’est le mot) les p’tits vieux des EPHAD ; comme elle a plus que malmené les Gilets Jaunes, ces gueux « sans importance » ;

Je veux parler, aussi, de ces députassiers qui ont laissé filer un amendement (en cours, rendu je crois au Sénat) permettant d’avorter jusqu’à la veille de la naissance sur le critère totalement flou de raison « socio-psychologique » ! Moi j’appelle ça : infanticide. Après avoir ouvert la « PMA pour toutes »..

La PMA : procréation médicalement assistée, qu’ès aquò ? C’est une relation sexuelle entre une femelle et un mâle en présence d’un ou plusieurs médecins chargés d’aider les deux partenaires à s’accoupler sans problème ? Une aide au coït pour femmes frigides ? Une aide au coït pour hommes impuissants ?

En notre pays orwellien tout ça c’est ce qui s’appelle « bio-éthique ». Ne devrait-on pas plutôt nommer cette « chose-là », toute cette mélasse-ci : thanatos-anéthique »?

Cela me fait penser à l’éclosion démente de ces maisons de la jeunesse et de la culture dans les années soixante, quand la jeunesse et la culture commençaient sérieusement à être mises à mal.

PS. J’oubliais les épandages organisés, par avion, de produits divers sur nos tronches impuissantes.

La Démocrature en marche?

Publié le 7 septembre 2020

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2020/09/07/la-democrature-en-marche/

J’en reviens au « coronavirus ». Savez-vous s’il est né dans un laboratoire? Non, vous n’en savez rien. Si vous répondez catégoriquenent que non, il n’est pas né dans un laboratoire, vous répétez ce que dit la grande presse. Mais vous n’en savez rien. Moi non plus, je n’en sais rien. Mon opinion personnelle, cependant, après avoir réfléchi, est que oui, il est né dans un laboratoire. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a dit qu’il avait des éléments en ce sens. A moins que vous n’estimiez d’office que le président des Etats-Unis dit n’importe quoi, je pense quant à moi que cela offre matière à réflexion. Un Prix Nobel de Médecine, Luc Montagnier, a parlé de « travail de professionnel ». A moins que vous n’estimiez d’office que Luc Montagnier dit n’importe quoi, je pense quant à moi que cela offre matière à réflexion.

Est-il encore permis de réfléchir, en France? Est-il encore permis de penser? Est-il encore possible d’avoir et d’exprimer – sur ce point, comme sur d’autres – une opinion qui ne soit pas celle des « élites » politico-médiatiques?

À supposer que Wuhan ait été le point de départ de cette épidémie – si tant est qu’il s’agisse d’une épidémie – en Chine, on sait que des laboratoires  étudiaient (et continuent à étudier) les coronavirus, notamment ceux des chauves-souris. Ces virus sont très proches, dit-on, de ce SARS-Cov-2 qui serait à l’origine de cette pandémie. Exemple parmi tant d’autres, un reportage scientifique de la télévision italienne, il y a environ cinq ans, évoquait des laboratoires chinois préparant un coronavirus.

Est-il encore permis de réfléchir, en France? Est-il encore permis de penser? Est-il encore possible d’avoir et d’exprimer – sur ce point, comme sur d’autres – une opinion qui ne soit pas celle des « élites » politico-médiatiques? Est-il possible de faire fonctionner son intelligence sans être aussitôt traité de « complotiste » ou de « conspirationniste »? Si le « complotiste » est accusé de voir… des complots partout, il me semble que le citoyen qui accepte servilement tous les discours médiatico-politiques témoigne, lui, d’une pathétique absence de sens critique.

Le nombre des morts par coronavirus est martelé de jour en jour, voire d’heure en heure. J’ignore s’il est exact. Je constate que des médecins, ou des scientifiques, estiment que ce nombre est exagéré. Voire largement exagéré. Je constate qu’en Italie, des cadavres ont été brûlés sans aucune autopsie. Il me semble donc probable que plus d’une  mort a été attribuée – à tort –  au « coronavirus ». Quelle est la part d’exagération? Je l’ignore. On le saura sans doute un jour. Dans très longtemps. Peut-être à un moment où cela n’intéressera plus personne. Ou à un moment où il restera si peu de liberté…

Le nombre des gens « positifs » augmente. Il me  semble évident que plus on teste, et plus on trouve de positifs. Je suis partisan de l’immunité collective et j’estime donc qu’il faudrait que 60 ou 70% de la population, au minimum, ait le « coronavirus ». Il n’en reste pas moins que les hôpitaux (je parle de l’Italie, de la France et de l’Europe) sont vides, que les morts ne sont pas très nombreuses et touchent avant tout des personnes âgées et déjà atteintes par d’autres pathologies. La presque totalité des morts ont été et sont des personnes âgées, pauvres, et malades. Le pourcentage des gens jeunes atteints ou morts de « coronavirus », a été et est infime.

Mon opinion est donc que le terrorisme médiatique auquel on assiste est dépourvu de bases réellement scientifiques, puisque des médecins et savants italiens (Zangrillo, Tarro), des hommes politiques et parlementaires italiens (Vittorio Sgarbi), des scientifiques français (Raoult) – et leur liste est longue – ne sont pas écoutés ou sont traités (et voilà, on y revient) de « complotistes » et « conspirationnsites ».

Mon sentiment est que sous prétexte de questions sanitaires tantôt imaginaires, tantôt exagérées, tantôt présentées de  façon confuse, contradictoire ou tendancieuse, la politique et la science sont exagérément liées aux industries pharmaceutiques, ou à certains groupes pharmaceutiques. Avec les immenses intérêts économiques en jeu.

Il me semble ridicule ou scandaleux que des « scientifiques » s’expriment, à la télévision, comme si leur volonté ou leur rôle était de faire peur aux gens, afin de leur dicter des comportements, de les dissuader de suivre certains traitements, bref pour les préparer à un futur vaccin qui, à la fin, pourrait être – telle est ma crainte – obligatoire. Vaccin unique pour un temps de pensée unique…?

Je répète à l’intention des abonnés et des lecteurs de ce blog (je les engage d’ailleurs à recopier et archiver mes articles), tant qu’il est encore apparemment possible d’exprimer une opinion dans ce pays, que ma crainte est celle d’un prochain reconfinement – entre octobre et décembre, disons – et d’une nette augmentation de mesures liberticides. Après le masque et la distanciation sociale, je crains en effet d’autres mesures.

Combien de temps durera ce nouveau confinement, s’il a lieu? Je l’ignore. Quelles en seront les modalités? Certainement, l’OMS dit que son vaccin ne sera pas disponible avant la moitié de 2021. Cela n’est pas encourageant…

Une dernière chose. En  cas d’une « deuxième vague », deuxième vague que certains annoncent déjà (et qui, toujours à mon humble avis, n’existe pas), en cas d’un appauvrissement toujours plus grand des pauvres, en cas de pertes d’emplois massives et de chômage endémique, bref en cas d’effondrement du système capitaliste, je note que les gouvernements pourront dire que ce n’est pas leur faute, que ce n’est pas la faute de leurs politiques et de leurs gestions désastreuses. L’effondrement de ce système était, il est inévitable. La faute à Voltaire? A Rousseau? Non, ce sera la faute au coronavirus. Lequel ne fait pourtant pas que des malheureux. Des tas de milliardaires continuent à s’enrichir.

Pour le reste, TOUT ce qui se passe a été décrit dans une dizaine de livres, dont j’ai parlé y compris sur ce blog, à commencer par La société du spectacle de Guy Debord. Les arrêtés préfectoraux obligeant au port du masque sont contestés par les tribunaux administratifs, puis rétablis par le Conseil d’Etat. Le résultat et, pire encore, sans doute le but de tout cela est que la question du masque obsède tout un chacun et que, peu à peu, par mille biais, ce port obligatoire du masque finit par s’imposer comme une obligation, une évidence, une nécessité. Quand il ne devient pas le signe distinctif que ceux qui le portent avec tant de fierté sont des paladins du  Bien absolu.

Je dis qu’il existe un risque d’asservissement, un risque d’une énième tentative d’asservissement des masses (à travers le port obligatoire du masque, pour commencer). Naturellement, me dira-t-on et on aura raison,  il y a eu beaucoup de tentatives d’asservissement dans l’Histoire. Pas toujours là où on croit.

Dans celle-ci, on est frappé en tout cas par son caractère planétaire. Bref, je subodore que l’on assiste à un test, grandeur nature, des capacités (immenses) de soumission de l’être humain. Zuckerberg et son obsession de la reconnaissance faciale, Elon Musk et son obsession des microchips à insérer dans le cerveau des humains, Bill Gates et ses curieuses prophéties de prophète à deux balles et sa philanthropie de milliardaire, tous ces richissimes fanatiques de l’intelligence artificielle  attendent.  Sommes-nous au bord de l’asservissement final? De la robotisation?  Personnellement, je ne l’exclus nullement.

Dans les pays d’Europe, quelques centaines ou quelques milliers de gens se réclament du libertarisme et protestent parce qu’ils ne veulent pas qu’on leur impose le port d’un masque, parce qu’ils ne veulent pas qu’on leur impose une thérapie, parce qu’ils ne veulent pas qu’on leur impose un vaccin, parce qu’ils ne veulent pas qu’on leur impose tout ce qu’on leur impose et qu’on va leur imposer.

Or, on voit des politiciens, des journalistes et des privilégiés du monde du spectacle ou du cinéma insulter ou moquer, ostraciser des gens qui affichent des désirs libertaires. Je dis qu’une société qui verbalise des gens qui manifestent pour exprimer leurs opinions et, le cas échéant, refusent de porter un masque, est une société qui avoue de plus en plus sa nature réelle. C’est une Démocrature.

LEVEZ-VOUS LES GENS ! IL EST GRAND TEMPS…

L’ensauvagement, ce sont les trop civilisés

Publié le 3 septembre 2020 par defensededavidhamilton

*

La France est un pauvre pays. C’est un pays – depuis si longtemps! – sans débats, c’est un pays sans idées, c’est un pays sans vocabulaire.

De temps à autre, un homme politique balance un mot (qui, fort souvent, lui a été soufflé par l’un ou l’autre de ses conseillers). Ce mot rebondit alors de journal en journal, de bouquin en bouquin, d’émission de radio en émission de téloche, crée son petit « scandale »,  son scandale autorisé, son scandale nécessaire, son scandale hebdomadaire et programmé, son scandale quotidien que la presse entretient en soufflant dessus pendant deux semaines, avant de passer à un autre mot (à un autre « concept » comme on dit en mieux-disant),à un autre pseudo-scandale. Dans la société de la comédie du spectacle décrite par Guy Debord, toute est pseudo.

Chaque scandale fait passer le temps (il faut donner aux masses des pauvres gogos le sentiment qu’il se passe quelque chose), tout cela procure du boulot aux pisse-copie, des occasions de s’indigner aux journaleux payés pour s’indigner, des occasions de blablater aux journaleux-blablateurs.

Récemment, le ministre Darmanin a employé un mot : « ensauvagement ». Si j’ai bien compris, le ministre de l’Intérieur parlait de « stopper l’ensauvagement d’une certaine partie de la société« . Une partie de la société?

Je ferai brièvement noter que le mot « stopper » signifie deux choses: stopper (d’après l’anglais to stop) et aussi stopper (au sens de… réparer, notamment réparer une étoffe déchirée ou trouée en reconstituant la trame et la chaîne du tissu). Le stoppeur est celui qui effectue le stoppage des étoffes.

M’est humblement avis que le ministre de l’Intérieur, en France, est censé parler français, et par conséquent que le choix d’un terme comme « stopper » n’était pas forcément le plus adéquat, puisque la langue francaise offrait à M. Darmanin d’employer des termes tels que juguler, bloquer, endiguer, freiner, contenir.

Etait-il indispensable d’employer un mot provenant de l’anglais (« stopper ») et qui, en outre, est un homonyme du mot stopper = repriser, ravauder, raccommoder, réparer, restaurer (Marcel Proust en parlait au sujet de Françoise, dans Sodome et Gomorrhe).

La phrase « stopper l’ensauvagement d’une certaine partie de la société« , prise hors de son contexte, ne permet pas de lui attribuer un sens certain. Cette phrase signifie aussi bien « juguler » l’ensauvagement que « restaurer » l’ensauvagement.

Là-dessus, les journalistes sont allés chercher des auteurs, des sociologues, des Zintellos qui ont défilé aux micros qu’on leur tendait et ont tous pondu leur p’tit laius sur « ensauvagement ».

*

Plus qu’une réalité, l’ensauvagement est plusieurs réalités. Chacun le voit, cet ensauvagement, à sa porte. Il paraît  ainsi que Mona Ozouf voyait de l’ensauvagement chez les gilets jaunes: « L’ensauvagement du langage annonce, prépare et fabrique l’ensauvagement des actes ».

Ce mot, ensauvagement, plaît donc énormément aux beaux parleurs germanopratins, artistes renommés dans le seul art de ne rien dire, et aussi aux milieux dits d’extrême droite.

A mes yeux, l’ensauvagement est généralisé. C’est le confort intellectuel – cher Marcel Aymé – des penseurs de néant, de la gauche à la droite et d’un extrême à un autre. C’est pourquoi personne ne le jugulera, ne le bloquera, ne l’endiguera, ne le freinera, ne le contiendra. Il est trop tard. L’ensauvagement des uns nourrit celui des autres. Selon le principe des vases communicants.

Où seraient les sauvages en question? Je vois, dans les rues des villes et des banlieues, des personnes qui se promènent, à pied ou en trottinette (très à la mode!), avec des amplificateurs d’une puissance extrême et qui diffusent ce qu’ils appellent de la « musique », par exemple du « rap » dans lequel mon esprit par bonheur arriéré n’entend que bruit et ignominie.

Je vois, sur tous les murs de la banlieue parisienne, des milliers de mètres carrés que des personnes, en bandes organisées, couvrent de graffiti (j’emploie, s’agissant d’un mot italien, le pluriel italien, pas le pluriel francisé qui serait « graffitis »), de « tags » dans lesquels mon esprit arriéré ne voit que laideur totale, insignifiance affichée, nullité abyssale.

Cela doit coûter cher, ces trottinettes, ces amplis, ces pots de peinture, ces pinceaux. Et ne parlons pas du temps dont toutes ces personnes ont besoin pour aller souiller les murs, voire les façades des maisons, de leur sous-art. Aucune beauté. Je m’amuse de songer qu’à l’époque de la Renaissance, époque sans téloche, sans Internet, sans école obligatoire, naissaient à Florence des génies universels de la peinture et que, aujourd’hui, il ne naît plus un seul artiste. Pas un seul. Un rap ressemble à un autre, un tag ressemble à un autre, et tout ça, c’est de la merde.

Cela dit, est-ce que les amateurs de rap ou de tags sont des sauvages? Pas le moins du monde! Je ne permettrai jamais que l’on dise cela!

Est sauvage ce qui est, ou qui est conforme à l’état de nature, en d’autres termes ce qui n’a pas ou qui n’a pas subi l’action de l’homme.

Heureux les derniers animaux qui vivent en liberté dans la nature, à l’écart des influences humaines! Heureux, aussi, les derniers sauvages. Heureux les peuples qui vivraient encore à  l’écart des formes de « civilisation » dites « évoluées ».

Heureux ceux qui sont ou seraient encore proches de l’état primitif. Peut-être en reste-t-il dans la forêt amazonienne, ou dans d’autres régions très reculées?

Les (plus ou moins) jeunes gens avec leurs amplificateurs sur l’épaule ou dans leur sac, et qui traversent la ville en remplissant les oreilles des passants avec leurs torrents nauséabonds de décibels (mystère: pourquoi et comment des générations entières éprouvent-elles le besoin évident et impérieux de faire savoir au monde entier leur absence totale de goût esthétique en général et musical en particulier?), non, ne sont pas des sauvages!

Les jeunes gens avec leurs pots de peinture qui s’enfoncent, la nuit, le long des voies ferrées, et qui tiennent visiblement eux aussi à ce que nul n’ignore leur absence totale de goût esthétique en général et pictural en particulier, non, ne sont pas des sauvages!

Comme les « sauvages » des premiers âges de l’humanité, qui vivaient entre eux, devaient être heureux!

Ceux d’aujourd’hui sont sur les réseaux sociaux. Ils ont leur indispensable profil sur Facebook. Ils twittent leur « opinions ». Ils sont la caisse de résonance planétaire de tout ce qu’on les convainc de répéter, pauvres perroquets. Ils ont tous, jusqu’au dernier d’entre eux, des téléphones portables et tous les gadgets de la modernité. Ils sont à l’avant-garde de la technologie. Parmi eux, Rousseau serait certes incapable de trouver son « bon sauvage », cet individu jamais  en contact avec la société – le bienheureux! – et qui aurait gardé de ce fait des qualités primitives et considérées, à juste titre selon moi, comme idéales.

Heureux les sauvages d’avant la civilisation! Mais voilà, on n’en est plus aux temps d’avant la civilisation. On est même entré dans les temps d’après. On est entré dans la dé-civilisation. Après les temps de l’évolution de la civilisation, la grande régression.

On distinguait jadis les civilisés, les barbares et les sauvages (les barbares, le cas échéant, donnaient un coup de main aux civilisés, voyez l’histoire de l’Empire romain).

Aujourd’hui, il n’y a plus rien. Les civilisés sont des dé-civilisés. Les sauvages ont perdu toute sauvagerie. Les uns et les autres se sont désensauvagés et décivilisés. Il ne reste qu’un magma uniforme et  informe d’hommes modernes qui, toutes origines mêlées, sont bien plus proches du robot et du clone que du sauvage d’antan. Après la fraîcheur du primitif et la finesse du civilisé, voici venir les temps de la brute technologisée.

J’enseignerai donc à M. Darmanin, comme j’enseignerai à la minable extrême droite française, qu’il n’y a aucun ensauvagement qu’il faille arrêter « dans une certaine partie de la société ».

L’ensauvagement n’est pas dans une partie de la société, il est dans l’ensemble de cette société. L’ensauvagement, c’est  cette société.

Et pour l’heure, aucun réensauvagement n’est possible.

Malheureusement.

Flaubert ne m’aurait pas contredit, qui disait dans sa correspondance : « Ces officiers qui cassent des glaces en gants blancs, qui savent le sanscrit et qui se ruent sur le champagne, qui vous volent votre montre et vous envoient ensuite leur carte de visite, cette guerre pour de l’argent, ces civilisés sauvages me font plus horreur que les cannibales. » (Flaubert, Correspondance, 1871).

Je vais établir une relation de confiance avec mon partenaire, moi-même, et me masturber dans un préservatif, avec un masque sur la tronche. Est-ce grave, docteur Tam?

Publié le 3 septembre 2020 par defensededavidhamilton

***

Jusqu’ici, comme médecin portant un nom d’une syllabe, je connaissais le docteur Knock. J’en connais deux, désormais: il y a aussi Madame le docteur Tam.

C’est l’administratrice en chef de la santé publique au Canada, Theresa Tam. Elle déclarait (janvier 2020) que le port des masques pouvait soit entraîner des risques de contamination, soit causer un faux sentiment de sécurité dans les populations. Le masque « peut parfois être pire, si la personne met son doigt dans l’œil ou touche son visage sous son masque », qu’elle disait. Le 28 mars, Tam persévérait:  « Il n’y a pas besoin d’utiliser un masque pour les gens bien portants ».

Mais le tam tam médiatique ayant changé, Tam a changé d’opinion. Eviter de s’embrasser et porter un masque pendant les rapports sexuels, telle est la dernière « suggestion » en date de cette éminente scientifique.

« Les activités sexuelles les moins risquées pendant que sévit la Covid-19 sont celles où vous êtes seul », a-t-elle ajouté.

Merde alors, et moi qui croyais que ça rendait sourd!

C’est très scientifique, en effet, tout ça. En espérant, naturellement, docteur Tam, que dans l’auto-érotisme ne se cache pas un risque d’auto-contagion.

En cas de rapports sexuels, les partenaires devraient éviter de s’embrasser et faire en sorte que leurs « visages ne se touchent pas ou ne soient pas près l’un de l’autre ». Dans un tel cas, le port d’un « masque couvrant le nez et la bouche » est recommandé par Tam.

Diantre: les visages ne doivent pas se toucher et vous ne devez pas embrasser votre partenaire mais, dans un tel cas, le port du masque est recommandé? Il faut donc s’embrasser tout en gardant son masque? N’est-pas là, docteur Tam, trop de sensualité?

Tam ajoute: « La chose la plus importante consiste à établir une relation de confiance avec votre partenaire sexuel »… Merci, docteur, pour tant de science. Bob Dylan ayant eu le Nobel de Littérature (sic), vous méritez le Nobel de Médecine…

A la suite de quoi, Tam souligne que le risque de transmission du nouveau coronavirus par le sperme ou les sécrétions vaginales « est très faible ». Néanmoins, elle préconise « des pratiques sexuelles sûres, comme l’utilisation du préservatif ».

La science tamesque est quelque chose de rare. Le risque de transmission du « coronavirus » est très faible. Par ailleurs, le Canada a eu (chiffres officiels……) environ 130 000 cas de « coronavirus », dont 9121 mortels. Près de 90 % des personnes l’ayant contracté ont donc guéri.

Malgré cela, je vais obéir au docteur Tam: je vais établir une relation de confiance avec mon partenaire, moi-même, et me masturber dans un préservatif, avec un masque sur la tronche.

Comme ça, je ne risque pas d’attraper le « coronavirus », au moins, docteur Tam?

HUMOUR ? BRAVO LES VEAUX… SOYEZ DÉVOTS !

J’ai déjà évoqué ce bon mot, cette morale, maxime, sentence que l’on m’a dite autrefois (début des années quatre-vingt), venant d’une femme, dont je ne sais rien de plus, et qui était:

Les hommes, on les tient par deux choses : le ventre et la queue.

« Les hommes« , sous-entendu : les mâles ; « on« , sous-entendu : les femelles.

Mais pour ce qui est du ventre, on peut généraliser à l’ensemble des Hommes ;, j’évoque le genre humain en son tout.

Cioran à ses débuts parisiens, il le rappelait dans je ne sais plus lequel de ses livres, était fort étonné d’entendre que les personnes chez qui il était hébergé pouvaient se perdre en longues discussions, toute une matinée à se demander ce qu’ils allaient bien préparer, mijoter et manger le midi ; comparant, soupesant, agençant ; dissertant sur les vertus des plats, les uns, les autres

Il ajoutait quelque chose comme : en Roumanie, on mange ce qui vient et on ne fait pas tout un foin, tout un plat de ça ; nul raffinement, nul art du bien et bon manger. Je crois même qu’il ajoutait : c’est ce qui différencie un vieux pays de haute civilisation [Ma douéoù !] d’un pays frustre et rustre sortant des limbes de la préhistoire.

Eh bien, voilà maintenant que la dite Union Européenne joue sur le même tableau pour tenir ses ouailles, sans différentiation de sexe.

François Asselineau vous en explique le principe :

Bravo les veaux, mais semble-t-il des veaux de moins en moins dévots de la religion mondialo-européiste. Du moins pour la bouffe!

D’où pub. oblige !

JULIAN ASSANGE

À quelques jours de son procès, RSF s’oppose fermement à la menace d’une extradition de Julian Assange vers les États-Unis, où il risque jusqu’à 175 ans de prison pour avoir transmis des informations d’intérêt général à des journalistes. *

INFORMATION : Le procès d’extradition de Julian Assange vers les États-Unis reprendra le 7 septembre prochain dans la Cour Criminelle Centrale de Londres. Nous présenterons cette pétition aux autorités britanniques à cette occasion. Aidez-nous à atteindre les 100 000 signatures d’ici là, partagez le plus possible cet appel ! 

https://rsf.org/fr/free-assange

  • dont des informations concernant des exactions et autres crimes de guerre de l’armée yankee.

PENSÉE DU JOUR & autres réflexions

Trouvée sur Internet :

« La seule chose que le port du masque permet d’éviter, ce sont les amendes »

* * *

Pourquoi interdire le voile islamique – ou rechigner sur le burkini – si c’est pour le remplacer par le masque covidique ?

Le masque que la maffia politico-médiatico-médicale au pouvoir m’oblige à porter sans raison valable et qui est même contre-productif pour ma santé – comme le rappellent de plus en plus les vrais gens de science et non les fantoches à la solde de l’industrie juteuse des vaccins – est le même depuis le début. Et il le restera.

Je ne compte pas en changer, je ne compte pas le laver, la psychose m’indiffère et j’attends l’usure, la fatigue des petits hommes, la lutte acharnée des « pour » et des « contre », et au final le chaos social (sans doute voulu et recherché) qui ne va pas manquer d’arriver partout : dans les rues, les magasins, les écoles, les entreprises qui précédera, je l’espère, une défaite par K.O. pour nos prétendues Z-élites, à briser leurs élytres de tarés ou de salauds.

Jolie mascarade irrationnelle en perspective !

Nouvel exemple de la mascarade folle : les masques d’égoïstes

*

Je pourrais évoquer les « auxiliaires de police » qui s’en prennent aux anti-masques et leur cassent la figure

Ou à l’inverse

Je pourrais évoquer les anti-masques qui s’en prennent aux « auxiliaires de police » et leur cassent la figure

Mais j’évoquerai plutôt l’interdiction d’utiliser des masques trop « efficaces » pour ceux qui les portent et « toxiques » pour qui les subissent

C’est en Espagne :

Madrid interdit le port du masque FFP2 et FFP3, jugés « égoïstes »

source :

https://www.lisbob.net/fr/blog-vivre-espagne/madrid-interdit-le-port-du-masque-ffp2-et-ffp3-jugs-gostes

Il faut être motivé pour suivre et comprendre toutes les décisions du gouvernement espagnol. Après avoir un des premiers pays à rendre obligatoire le port du masque en extérieur, la région autonome de Madrid a décidé cette fois-ci d’interdire le port du masque de catégorie FFP2 et FFP3, jugés “égoïstes” par Fernando Simon car ils sont conçus pour que la personne qui les porte ne soit pas infectée. L’usage de ces masques sera réservés au professionnels. Ces masques avec valve filtrante ne seront donc plus valables dans la rue. Lisbob, l’assistant des expatriés, vous dit tout la nouvelle interdiction du port du masque FFP2 et FFP3 à Madrid.

Le gouvernement régional autonome de Madrid a publié ce 19 jeudi août [sic] une nouvelle interdiction : celle d’utiliser les masques FPP2 et FPP3, les deux types de masque qui ont une valve d’expiration, sauf dans les utilisations professionnelles dans lesquelles ce type de masque «peut être recommandé ».

Plus précisément, les FFP2 (qui peuvent ou non avoir une valve) doivent utilisés dans les centres de santé: ils sont utilisés par le personnel qui est en contact avec des patients infectés, lors de leur entrée dans leur chambre ou lors de leur transfert. Les FFP3 sont utilisés dans des tâches à risque d’exposition aux aérosols, telles que les opérations effectuées dans les USI d’un hôpital. L’interdiction ne concerne que les modèles de ces masques dotés d’une valve.

En juin, le directeur du Centre de coordination des alertes et urgences sanitaires espagnoles (CCAES), Fernando Simón, a qualifié ces deux types de masques d ‘«égoïstes» car ils sont conçus pour que la personne qui les porte ne soit pas infectée, ce qui devrait être logiquement le but du port du masque.

«Le problème avec la valve est que l’air expiré par la personne qui la porte le concentre en un point précis. Cela peut provoquer l’infection d’une personne exposée à cet air. Ces masques peuvent être égoïstes parce que “je me protège et que les autres m’inquiètent peu”. Dans certains cas, quelqu’un qui est sûr de ne pas être infecté mais qui doit se protéger parce qu’il est une personne vulnérable, nous pouvons proposer l’utilisation de masques FPP2 », a déclaré Simón lors d’une conférence de presse le 30 juin.

Pour faire simple, l’utilisation du masque est obligatoire, mais pas ceux qui vous permettent [réellement ?] de ne pas vous infecter. Comprenne qui pourra…

DU CÔTÉ DES GENS SENSÉS ET CONTRE LA GUERRE CIVILE DES MASQUES QUI ÉMERGE DÉJÀ – SUITE

Que dit le Professeur Toussaint :

 

Sur le même sujet :

 

Pensée du jour

images

Croire en l’histoire officielle, c’est croire des criminels sur parole.

Simone Weil (1909 – 1943)

COVID, MASQUES ET AUTRES SUJETS — « V’LA QUÉ’QUES » VIDÉOS « INSTRUCTIONNANTES »

I – Covid : Irrationnalité & test de soumission, jusqu’où ira-t-on ?

Éric Remacle

17 août 2020

N.B. Lorsqu’il dit « jusqu’à la mort », c’est évidemment jusqu’à la mort « pour de rire », dans un test de simulation.

***

II –  L’Allemagne préfère la Chine à « l’Europe de la santé » de Macron.

François Asselineau

20 août 2020

 

***

III – Professeur RAOULT sur CNews : incroyable leçon de COURAGE et SAGESSE !

FLORIAN PHILIPPOT

20 août 2020

***

IV – L’État achète chinois, turc, vietnamien, au moment où Macron promet de relocaliser ! (Infos !)

FLORIAN PHILIPPOT

22 août 2020

 

 

Manifestation – Les rebelles du corona [sic] se préparent pour le 29 août

extrait du Matin, la gazette suissesse.

https://www.lematin.ch/story/les-rebelles-du-corona-se-preparent-pour-le-29-aout-540397473757

* * *

Après avoir manifesté au mois de mai, les milieux «anti-corona» [sic] se donnent rendez-vous à Zurich. Un mélange hétéroclite [sic] d’associations contre le masque, les vaccins et les décisions du Conseil fédéral.

par
Eric Felley
suisse 001

Le samedi 9 mai à Berne, la police avait dû contenir quelques centaines de manifestants qui avaient bravé l’interdiction de se réunir. KEYSTONE

Les 9 et 16 mai derniers, plusieurs manifestations avaient eu lieu contre les mesures prises par la Confédération contre l’épidémie de coronavirus. La police avait dû intervenir à Berne sur la place Fédérale, où 200 à 300 manifestants s’étaient rassemblés. À Bâle, Winterthour et Zurich, d’autres petits rassemblements s’étaient tenus, contrevenant à la règle interdisant les réunions.

À l’instar d’autres pays, les rebelles du coronavirus [sic] n’ont pas dit leur dernier mot en Suisse. Dorénavant ils battent le rappel pour une manifestation plus importante le 29 août prochain sur l’Helvetiaplatz à Zurich. À l’origine de cette invitation, on retrouve certains mouvements ou associations qui avaient déjà participé aux premières manifestations.

Suisse bon 002

L’annonce de la manifestation du 29 août prochain à Zurich DR

Cet événement est placé sous le signe du «Retour à la liberté» et exprime sa défiance envers les masques, les vaccins et la loi d’urgence du Conseil fédéral. Parmi les organisateurs, on trouve l’association de droite [sic] «Freie-Meinung, Bürger fur Bürger», littéralement en français «Libre opinion. Les bourgeois pour les bourgeois» *. On remarque aussi une déclinaison helvétique du mouvement allemand de droite [sic] qui s’est créée avec le coronavirus: «Widerstand2020».

Celui-ci reproche au Conseil fédéral d’avoir «concentré son pouvoir exclusif sur lui-même et en fait déresponsabilisé le peuple suisse». Il écrit sur son site: «De nombreux experts ne voient plus aucune preuve médicale pour maintenir les mesures de protection. Néanmoins, le Conseil fédéral veut désormais se donner le pouvoir de statuer sans restriction de temps au moyen d’une loi fédérale».

54 000 signatures contre un vaccin obligatoire

L’association «Stopp Impfpflicht» milite, elle, contre l’obligation de se faire vacciner. Elle a réuni 54 000 signatures pour sa pétition «STOP à la vaccination obligatoire». Cette «force référendaire» signifie qu’elle veut faire voter «au peuple toutes les lois sur la vaccination que le Conseil fédéral et le Parlement souhaitent adopter».

Le 29 août, on trouvera aussi les instigateurs de la pétition «Printemps 2020», qui demande la mise en place d’une commission d’enquête extraparlementaire indépendante: «La population n’a pas besoin d’un droit de nécessité, mais d’une enquête immédiate pour déterminer si le confinement et les mesures, telles que le port du masque obligatoire dans les transports en commun, s’avèrent proportionnés et reposent sur des données probantes.»

Enfin sera présente l’association «Public Eye on Science macht Wissenschaft transparent», qui réunit des scientifiques autour de la volonté de démasquer les dessous et les intérêts de la recherche.

* * *

Ajout de J.-P. F.

Notons la folie expressive « orwellienne » : « anti-corona », « rebelles du corona », « hétéroclites » (mauvais comme hétérosexuels ?) et les « de droite » ajoutés subrepticement et hors-saison. Il ne manque que « complotistes », « conspirationnistes » et « populistes ». Classes laborieuses, classes dangereuses !

Sans oublier la perle d’une mauvaise traduction :

* commentaire d’une certaine Lisa

Il me semble que Bürger signifie citoyen d’une commune et non bourgeois. Sinon je suis de tout cœur avec cette initiative courageuse et absolument nécessaire. Stop la marche vers la dictature menée de mains de maître vers l’Etat profond. Mais il a oublié que les peuples s’éveillent et que tous les citoyens ne sont pas des moutons !!!

Un universitaire italien, directeur du laboratoire de microbiologie et virologie au San Raffaele de Milan, dénonce le terrorisme médiatique au sujet du « coronavirus »

* * *

Est-ce que Massimo Clementi, universitaire italien et directeur du laboratoire de microbiologie et virologie au San Raffaele de Milan, est un scientifique?

Entre Macron et lui, par exemple, qui est le plus « scientifique »?

Ou entre Sharon Stone et lui?

Massimo Clementi vient de déclarer ceci.

https://www.msn.com/it-it/notizie/italia/covid-solo-un-rimbalzo-ecco-perch%c3%a9-col-virus-bisogna-convivere/ar-BB185PMp?li=BBqg6Qc

Le journaliste lui demande :

« Che senso ha l’obbligo di mascherine dalle 18 alle 6 del mattino? »

Quel sens y a-t-il à devoir porter un masque de six heures du soir à six heures du matin?

Réponse de Massimo Clementi:

« Non l’ha capito nessuno: il Covid non è un vampiro ».

Personne ne l’a compris. Le covid n’est pas un vampire.

Massimo Clementi poursuit :

« Il 95 per cento dei contagiati è asintomatico. Il virus ha cambiato strada: se va avanti così, non sarà più cattivo degli altri che già conosciamo ».

95 pour cent des contagiés est asymptomatique. Le virus a changé de route: s’il continue ainsi, il ne sera pas plus dangereux que d’autres que nous connaissons déjà.

« Il coronavirus NL63 infetta l’umanità dall’anno 1200. Fu trasmesso in origine da civette e pipistrelli, si ammalò perfino Dante. Adesso non ci accorgiamo della sua esistenza: è responsabile del raffreddore invernale. C’è stato un adattamento quasi indolore ».

Le coronavirus NL63 infecte l’humanité depuis l’an 1200. Il fut transmis à l’origine par des hiboux et des chauves-souris, même Dante l’a attrapé. Actuellement, nous ne nous apercevons pas même de son existence: il est responsable des refroidissements  hivernaux. Il y a eu une adaptation pratiquement indolore.

On lui pose la question :

« Quanto ci vorrà per adattarci anche al Covid, in attesa del vaccino? »

Combien de temps faudra-t-il pour s’adapter au Covid, dans l’attente d’un vaccin?

Réponse de Massimo Clementi:

« Non lo so. Da microbiologo vedo che la carica virale è declinante. Esistono elementi positivi incontrovertibili, anche se c’è chi presenta una realtà diversa ».

Je ne le sais pas. En tant que microbiologiste, je vois que la charge virale est dans sa phase descendante. Il existe d’indéniables éléments positifs, même s’il y a des gens qui présentent une autre réalité.

Question suivante.

« Continua la guerra tra negazionisti e prudentisti? »

La guerre continue entre ceux qui nient le Covid et ceux qui appellent à la prudence?

Réponse de Massimo Clementi:

« Alcuni esperti o pseudo tali sembrano tifare per il virus, anche a costo di barare sui numeri e dare informazioni terroristiche. In un attimo sono diventati tutti virologi ».

« Il me semble que certains experts, ou pseudo-experts, sont des partisans du virus, y compris s’il leur faut mentir sur les chiffres et donner des informations destinées à terroriser. En un seul instant, tout le monde est devenu virologue ».

* * *

À écouter également :

Masques obligatoires, confinement, Chloroquine : mais où va le gouvernement

François Asselineau UPR

89 276 vues

•15 août 2020

*

Politique et aberrations, les soutiens se multiplient.

Ema Krusi

59 775 vues

•15 août 2020

*

Didier Raoult : Trop c’est TROP, arrêtez TOUT !

15 592 vues •18 août 2020

 

 

HUMOUR DU JOUR

Meme-humour-covid-pour-1000-ans-f6678-923c0

*

Xav-dessin-humour-Jacquot-Attali-2eme-vague-covid-19-web-e5fdf-bb310

*

Meme-humour-masque-code-barre-web-c6f22-42f53

*

Meme-Bill-masque-OMS-Organisation-Mafieuse-sante-f4318-e5ffd

*

ProjetKO-Comete-St-Michel-025f4-81193

LA THÉORIE DU COMPLOT

VIDÉO DE JEAN-JACQUES CREVECOEUR :

RECORD DE JUILLET POUR LE CORONAVIRUS : LE PLUS PETIT NOMBRE DE DÉCÈS DEPUIS HUIT ANS !

de décoder l’écho de l’actualité :

* * *
Rien à voir, mais remarquable également : le gouvernement autorise à nouveau l’emploi, pour « traiter » dans les champs les betteraves sucrières, de néonicotinoïdes « tueurs d’abeille » .
Et ILS osent nous parler d’écologie, ces salopards ! .
LA FRANCE OU LA CHIENLIT CONSTANTE ET LA DESTRUCTION ENTRETENUE PAR LES COLLABOS DE L’EURO- MONDIALISME.

Plan de relance européen post-covid : Macron et Merkel, les fossoyeurs de l’Europe.

Charles Gave ( Économiste libéral et essayiste français) et Markus C. Kerber (Économiste allemand) analysent les conséquences désastreuses du plan de relance européen post-covid. Et dénoncent le coup d’État permanent de la commission européenne pour détruite la souveraineté fiscale des États- Nations avec la complicité du Président Macron et de la Chancelière Merkel.

À PROPOS DE BEYROUTH, ENCORE.

Parlons clair. Les terroristes et autres assassins directs ou commanditaires de l’entité israélienne doivent jubiler.

Après s’être empressés de dire qu’ils n’avaient rien à voir avec la double explosion sur le port de Beyrouth, alors que l‘on ne leur demandait rien*, et alors que la machine à propagande mondialiste nous sortait illico presto des fadaises sur les capacités explosives d’engrais, nous apprenons maintenant – non seulement que le nuage qui a résulté de la seconde explosion (la première n’étant qu’une amorce, ou un cache autre chose, un missile par exemple) et ses effets de souffle avait tous les aspects de quelque bombinette nucléaire, – mais qu’il en a résulté un cratère de 43 mètres de profondeur dans le sol du port de la capitale libanaise.

On ne peut que se rappeler ce qui était arrivé aux sous-sols des tours du World Trade Center lors du complot criminel probablement fomenté par Dick Cheney, le vice-président yankee d’alors (ou si l’on préfère : le président du vice), l’État profond comme on dit ou autres maffias, et les services secrets tant nord-américains qu’israéliens. qui a mené à la destruction des trois tours ; et en particulier de la plus petite d’entre elles qui contenait des locaux sensibles contenant des archives de la CIA qu’il convenait de détruire pour raison inconnue, tour qui venait d’être rachetée par quelque magnat américano-israélien qui dans les jours mêmes qui ont précédé la destruction de la tour avait souscrit une assurance contre les destructions criminelles.

Ceux qui veulent bien encore réellement nous informer, tel Sputnik par exemple, nous disent qu’au début des années soixante que, d’une explosion nucléaire programmée dans un désert nord-américain, il en avait résulté un cratère de cent mètres de profondeur.

Rappelons-nous également que lors de l’accident nucléaire de Tchernobyl (provoqué dit-on par une volonté de vérifier le système de protection !) le cœur du réacteur avait proprement fondu (pendant combien de temps? on l’ignore) et creusé un cratère dans le sol.

Comparaison n’est pas raison, mais analogie et signes similaires ne sont pas non plus déraison.

J’ai dit à l’entame de ce billet que les assassins de l’entité israélienne devaient jubiler puisqu’ils viennent de faire d’une pierre deux coups.

Au lieu de ressouder la population libanaise, après l’effet souffle mortifère et hyper-destructeur, on a eu presque immédiatement l’effet propagande. Les deux temps d’un évènement mondial au sein de la société du spectacle : 1 – le choc audio-visuel, 2 – les « explications médiatiques dominantes » sur les prétendues causes.

Certes, cela fait un certain temps que les autorités libanaises sont fortement contestées par les citoyens libanais. Mais au lieu de se tourner vers les véritables responsables de ce qui vient d’arriver, l’ignorance et l’irréflexion suite aux émotions semblent incapables de se rendre compte que le Liban vient de subir un attentat à la bombinette nucléaire ; d’où ces récentes manifestations qui ont conduit à la mort d’un policier et à plus de 700 blessés. On va accorder aux « mécontents » des élections anticipées ; ce qui évidemment ne va rien changer au fond des multiples problèmes de l’Est méditerranéen.

Dans les environs je ne connais qu’un seul pays qui possède des bombinettes nucléaires, depuis les années soixante, c’est l’entité israélienne ; je crois même que la France n’est pas étrangère à cet état de fait, alors que le président Kennedy avait su dire « non » (mais avec les conséquences que l’on connaît sur lui et sa famille).

C‘est également un « pays » qui est dirigé par des racistes et colonialistes convaincus. Sans aucune foi, sauf en leur supériorité intrinsèque, ni loi. Et qui ont intérêt à entretenir un état de terreur permanent dans la région.  Al-Qaïda et autres manipulés n’étant plus à l’ordre du jour.

Déjà, dit-on, des études sont entreprises par divers pays pour déterminer la présence de produits toxiques et/ou radioactifs dans l’air du côté du port de Beyrouth ; ou de ce qu’il en reste. Après le Onze Septembre, il avait été établi un taux de radioactivité anormalement élevé du côté des tours ; et dans les années qui ont suivi un taux anormalement élevé de cancers dus à la radioactivité.

Il en sera sans doute de même dans les années à venir pour cet attentat à la bombinette nucléaire de Beyrouth.

Après les bombinettes à uranium appauvri d’une très forte capacité de pénétration des blindages (qu’on se rappelle par exemple, il y a déjà des années, les chars irakiens transpercés par des missiles de ce type ; et qui connaît leur usage à forte dose au Kosovo par exemple ?) ; mais aussi d’une très grande nocivité en tant que résidus, inhalés en particulier** ; depuis quelque temps semblent apparaître à droite et à gauche de curieuses bombes ou missiles dont tout laisse à penser qu’ils contiennent des éléments de fusion ou de fission nucléaires.

Ça c’est du progrès, du bon du beau, de l’indispensable, non ?!

*

* C’est le propre de l’aplomb extrême, du culot bonimenteur effronté de ces gens, de ce baratin phénoménal de marchand de tapis dénommé ḥuṣpâ (חֻצְפָּה) en leur idiome : rhoutspâh ou c’houtspâh dans une forme francisée, chutzpah en anglo-américain.

** Le principal risque de contamination est par inhalation jusqu’au plus profond du système broncho-pulmonaire (alvéoles), ou par contact et diffusion dans les capillaires sanguins et enfin, par absorption à travers la chaîne alimentaire ou dans l’eau.

 

COVID-19 et autres – RAPPEL

 

Israël détruit Beyrouth-Est avec une arme nouvelle

Israël détruit Beyrouth-Est avec une arme nouvelle

par Thierry Meyssan

source : https://www.voltairenet.org/article210672.html

* * *

Le premier Premier ministre israélien a ordonné la destruction d’un entrepôt d’armes du Hezbollah à Beyrouth au moyen d’une arme nouvelle. Celle-ci étant mal connue a provoqué des dégâts considérables dans la ville tuant plus de 100 personnes, en blessant 5 000 et détruisant de nombreux immeubles. Cette fois, il sera difficile à Benjamin Netanyahu de nier.

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 6 août 2020

01

Le 27 septembre 2018, Benjamin Netanyahu désigne à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies l’entrepôt qui explosera le 4 août 2020 comme un dépôt d’armes du Hezbollah.
*

Le premier Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a autorisé une frappe contre un entrepôt d’armes du Hezbollah au moyen d’une arme nouvelle, testée depuis sept mois en Syrie. On ignore si le second Premier ministre, Benny Gantz, a donné son accord.

La frappe a été conduite, le 4 août 2020, à l’emplacement exact désigné par Benjamin Netanyahu lors de son discours aux Nations Unies, le 27 septembre 2018 [1]. Le Hezbollah avait évacué ses armes de cet entrepôt juste après le discours de Netanyahu.

On ignore ce qu’est l’arme utilisée. Cependant elle a déjà été testée en Syrie depuis janvier 2020. Il s’agit d’un missile dont la tête comporte une composante nucléaire tactique provoquant un champignon de fumée caractéristique des armes nucléaires. Il ne s’agit évidemment pas d’une bombe atomique au sens stratégique.

02
Test israélien en Syrie.
*

Cette arme a été testée en Syrie sur une plaine à la campagne, puis dans le Golfe persique sur les eaux contre des navires militaires iraniens. C’est la première fois qu’elle est utilisée en milieu urbain, dans un environnement particulier qui a fait se réfléchir le souffle et les vibrations sur l’eau et la montagne. Loin de ne détruire que le port de Beyrouth, elle a tué une centaine de personnes, blessé au moins 5 000 autres, et détruit largement la partie Est de la ville (la partie Ouest a été largement protégée par le silo à grains).

03

Sur ces photos satellitaires, on distingue la destruction de l’entrepôt du Hezbollah et d’une partie du port.
*

Israël a immédiatement activé ses réseaux dans les médias internationaux pour masquer son crime et accréditer l’idée de l’explosion accidentelle d’un stock d’engrais. Comme souvent, on désigne de faux coupables, et la machine médiatique internationale répète à satiété ce mensonge en l’absence de toute enquête. Pourtant il y a bien eu un champignon de fumée incompatible avec la thèse d’une explosion d’engrais.

04
Le champignon de fumée observé à Beyrouth n’a aucun rapport avec ce qu’aurait provoqué un explosif conventionnel.
*

De même que ni la Syrie, ni l’Iran n’avaient communiqué sur cette arme lorsqu’ils ont été touchés, les partis politiques libanais ont immédiatement conclu un accord pour ne rien dire afin de ne pas démoraliser leur population. Une enquête a été ouverte, non pas sur la cause de l’explosion, mais sur la responsabilité du personnel du port dans le stockage de ces engrais supposés être la cause de l’explosion. Cependant ce mensonge n’a pas tardé à se retourner contre les partis politiques qui l’on imaginé.

Le Tribunal des Nations Unies pour le Liban, qui devait rendre public son verdict dans l’affaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, en 2005, a décidé de différer celle-ci de quelques jours. Identiquement dans cette affaire, l’explosion d’une camionnette avait masqué le tir d’un missile comportant une arme nouvelle, comme cette fois l’explosion de nitrate a masqué le tir d’un missile comportant une autre arme nouvelle.

Sans titre

J’avais révélé, cinq ans plus tard, cinq ans trop tard, dans une revue russe la manière dont on avait tué Rafic Hariri [2], tandis que le Hezbollah publiait une vidéo attestant l’implication d’Israël.

*

Il importe de noter que l’assassinat de 2005 visait un ancien Premier ministre sunnite et que l’attaque de 2020 visait non pas le Hezbollah chiite, mais la Résistance libanaise dans son ensemble.

Cette fois, plusieurs ambassades ont procédé à des relevés, notamment en prélevant des échantillons de grains et des filtres à air d’ambulances s’étant immédiatement rendues sur les lieux. Ils sont d’ores et déjà en cours d’examen dans leurs pays respectifs.

Thierry Meyssan

 

[1] “Remarks by Benjamin Netanyahu to the 73rd Session of the United Nations General Assembly”, by Benjamin Netanyahu, Voltaire Network, 27 September 2018.

[2] « Révélations sur l’assassinat de Rafiq Hariri », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie) , Réseau Voltaire, 29 novembre 2010.

 

* * *

en complément :

https://www.voltairenet.org/IMG/mp4/Syrie.mp4

***

N.B. Ce qui est étonnant, c’est qu’il y a toujours une ou plusieurs caméras pour filmer ce genre d’évènement, comme lors du Onze Septembre. Caméras de surveillance sur le port, possible, mais caméra en pleine campagne libanaise, c’est plus aléatoire ; et questionnant. J.-P. F.

IN MEMORIAM HIROSHIMA (6 août 1945) – IN MEMORIAM NAGASAKI (9 août 1945)

HIRSOHIMA-NAGASAKI-1024x607

uranium à Hiroshima                     plutonium à Nagasaki

Écraser des peuples (comme à Dresde), impressionner le monde entier dont les soviétiques en premier, et tester l’efficacité destructrice de la fission nucléaire (uranium et plutonium).

Crimes, assassinats indicibles. Barbarie technologique (donc « moderne », « non archaïque », « progressiste ») jamais jugée ni condamnée. À la différence de ce qui s’est passé lors de la mascarade du tribunal militaire de Nuremberg jugeant finalement une barbarie nettement plus « artisanale » et « dépassée ». « Savants » fous infatués, se prenant pour Dieu ou plus exactement pour le Diable tout puissant en personne.

Société « démocratique » de tarés. Le « progrès » dans l’horreur ! et la lâcheté !

L’Aigle et le Ver.

 

L’Aigle disait au ver sur un arbre attrapé :

Pour t’élever si haut, qu’as tu fait ? – J’ai rampé !

*

Marie-Madeleine Gohier Joliveau de Segrais (née à Nantes en 1756), in Fables nouvelles (1801).

BIO-ÉTHIQUE & COVID-19 – propos d’Alexandra Caude-Henrion, généticienne

Thana TV

1 – Loi de Bioéthique : Sont-ils devenus fous ?

12 juillet 2020

2 – Clonage humain et chimère

15 juillet 2020

3 – Covid-19 et urgence sanitaire

17 juillet 2020

Le Frexit

4 – Une généticienne française tombe le masque de la pandémie

31 juillet 2020

Entretien complet ici: https://youtu.be/c3V6DxmOy8o

Covid-19 : La généticienne Alexandra Henrion-Caude vous dit tout – Le Zoom – TVL

 

LES LOIS SCÉLÉRATES, TOMBÉES EN DÉSUÉTUDE ET EN TRÈS GRANDE PARTIE ABROGÉES, À NOUVEAU REMISES AU GOÛT DU JOUR… C’EST DIRE !

En tous domaines, « jusqu’où s’arrêteront-ils? » (Colucci)

a

 

* * *

Reprise d’un article d’Éléments

https://www.revue-elements.com/alain-soral-en-prison-la-liberte-dexpression-ne-se-partage-pas/

Alain Soral en prison : la liberté d’expression ne se partage pas

Ainsi donc Alain Soral a été mis en examen, jeudi 30 juillet, après quarante-huit heures de garde à vue. Il a été relâché sous contrôle judiciaire, malgré les réquisitions du parquet de Paris qui réclamait son placement en détention provisoire.

Le pamphlétaire est entre autres poursuivi pour une foultitude de motifs peu courants comme la « provocation publique, non suivie d’effet, à la commission d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation », mais aussi pour « injure publique à raison de l’origine ou de l’appartenance ou de la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » et de « provocation publique à la haine ou à la violence, à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de l’origine ou de l’appartenance ou de la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée », des délits que Le Monde affirme un peu rapidement être « prévus par la loi sur la presse de 1881 », mais qui nous semblent bien plutôt procéder dans l’intention du juge d’une série de lois votée treize ans plus tard, en 1894, et que l’histoire a retenues sous le nom de « lois scélérates ».

Ces lois d’exception contre lesquelles s’était dressé en son temps et avec vigueur Léon Blum, visaient à réprimer le mouvement anarchiste, dont Le Père peinard d’Émile Pouget. Si elles ont été abrogées en 1992, certains dispositifs demeurent comme cette énigmatique « provocation publique, non suivie d’effet, à la commission d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ».

Un redoutable précédent

Qu’est-ce donc ce chef d’accusation flou et fourre-tout, sinon l’accusation d’une intention ? Cet article 24 al. 4 de la Loi de 1881 modifiée, aucun des avocats spécialisés dans les affaires de presse que nous avons contactés ne l’a jamais vu appliqué depuis la guerre d’Algérie ! Dans le dossier que nous avions consacré à la dictature du droit (Éléments n° 178), Maître Éric Delcroix avait brillamment exposé face à son confrère Nicolas Gardères, ce qui gangrène les lois sur la presse en France, « l’inquisition de la conscience à travers le mobile ». Une particularité que nous partageons avec feu le Code pénal soviétique et l’Inquisition, résumait-il avec fougue. L’excellent avocat Régis de Castelnau ne dit pas autre chose sur le cas Soral : « L’utilisation du chef de poursuites relatif à “la provocation à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation”, c’est la porte ouverte à tous les arbitraires. »

Voilà où nous en sommes en 2020 : le parquet requiert l’incarcération d’un polémiste pour délit de presse, créant ainsi un redoutable précédent. Les « lois scélérates », ainsi nommées par Francis de Pressensé (le fondateur de la Ligue des droits de l’homme), Léon Blum (le socialiste) et Émile Pouget (l’anarchiste), dans La Revue blanche, seraient-elles de retour un siècle plus tard pour Alain Soral ? Pour lui seul ou pour d’autres ? Ces trois hommes d’honneur écrivaient à l’époque : « Un tel monument d’injustice ne peut subsister dans la législation d’un peuple qui se dit et se croit et veut être libre. » 

La preuve est faite, plus d’un siècle plus tard, que nous n’en avons pas fini avec les « lois scélérates ». Les désaccords radicaux tout à la fois de fond, de forme, de tenue et de comportement que l’on peut avoir avec Alain Soral n’empêcheront pas Éléments de rappeler un point non négociable : la liberté d’expression ne se partage pas.

***

b

***

À LIRE ÉGALEMENT : Le retour des lois scélérates, par Raphaël Kempf

https://www.monde-diplomatique.fr/2020/01/KEMPF/61188

Le vrai visage du COVID-19: une stratégie du choc pour imposer une société totalitaire ?

repris de /Réseau International du 31 juillet 2020

https://reseauinternational.net/le-vrai-visage-du-covid-19-une-strategie-du-choc-pour-imposer-une-societe-totalitaire/?

source première :https://www.mondialisation.ca/le-vrai-visage-du-covid-19-une-strategie-du-choc-pour-imposer-une-societe-totalitaire/5647816

* * *

Par le Dr Pascal Sacré

« La peur n’est que la foi inversée ; c’est la foi dans le mal au lieu du bien. » Florence Scovel Shinn

Après plusieurs mois de crise COVID-19, des éléments pertinents d’analyse de cette crise apparaissent plus clairement.

  1. La pression énorme pour convaincre 7 milliards d’humains de la nécessité de se vacciner contre un virus [1] dont on a gonflé la mortalité [2] et qu’on dit omniprésent alors qu’il est en train de disparaître, voire a disparu.

Cela nous rappelle l’opération de 2009, avec la fausse pandémie H1N1 [3] : mêmes tactiques, mêmes complicités (médiatiques, politiques, gouvernementales), mêmes « experts », mêmes scénarios, mêmes narratives avec un accent sur la peur, la culpabilité, la précipitation et toujours la même odeur nauséabonde de cet argent omniprésent sous la forme de profits immenses à l’horizon pour l’industrie productrice de vaccins.

C’est comme si l’épisode H1N1 de 2009 avait servi de répétition.

Cette fois, l’épisode COVID-19 de 2020 est en passe de transformer l’essai en succès.

Tests de surveillance : Rassembler les données sur le COVID-19. Source : sph.umich.edu

  1. La capacité énorme des populations à se soumettre à l’autorité.

Malgré des indices évidents de corruption, d’incompétence, d’ignorance concernant des personnalités éminentes de la politique, de la science, de la médecine, beaucoup de personnes continuent de leur obéir.

Malgré des recommandations confuses, contradictoires, inexpliquées, injustifiables, beaucoup de personnes continuent de leur obéir.

Exemples :

  • 1) Au cœur de l’épidémie, le port des masques n’est pas obligatoire et même déconseillé pour les gens bien portants.
    2) Alors que l’épidémie s’éteint, les masques deviennent obligatoires partout pour tous.

  • 1) Beaucoup de médecins généralistes d’autres pays et l’IHU Méditerranée-Infection de Marseilles, l’un des plus grands centres d’infectiologie du monde, le plus grand de France, a démontré que l’hydroxychloroquine était efficace pour diminuer la contagiosité du SRAS et le nombre de cas sévères de COVID-19[4] .

2) En Belgique, « on » dit que c’est un médicament dangereux et inefficace et « on » empêche les médecins généralistes de le prescrire à leurs patients.

Des contradictions, des mensonges, des fausses vérités…

Ainsi de suite…

Bien sûr, la peur et le conformisme peuvent expliquer cette obéissance fabriquée.

Nous connaissons les expériences de Solomon Asch et de Stanley Milgram [5].

Cette tendance à la soumission et à l’obéissance n’est pas répartie de la même façon au sein des populations.

Ainsi en Serbie :

« Cassée, la progression implacable de la terreur coronavirale. Les Serbes récalcitrants se sont rebellés contre leur président lorsqu’il leur a ordonné de retourner en résidence surveillée. Après deux jours de batailles de rue avec des dizaines de policiers hospitalisés, les robustes manifestants ont gagné ; les autorités ont capitulé et ont renoncé à leurs plans de bouclage pour Belgrade. Les magasins, les bistrots et les restaurants de Belgrade auront un couvre-feu en début de soirée ; mais c’est beaucoup mieux que le bouclage complet qu’ils avaient prévu. » [6]

Par contre, en Belgique :

« De manière incompréhensible alors que l’épidémie, hormis de petits foyers (clusters), disparaît peu à peu[7] , des mesures coercitives sont à nouveau imposées, voire élargies[8] avec port obligatoire de masque partout, pour tout le monde, obligation de donner ses coordonnées dans les restaurants et les bars à des fins de tracking [9] … »

Tout cela n’est pas justifié.

Tout cela relance la peur, la terreur, et laisse craindre un retour vers le confinement partiel ou total (assignation à résidence) alors qu’aujourd’hui, on sait que cette mesure est inutile et délétère ! [10],[11]

Comme si la crise COVID-19 servait aux autorités de test grandeur nature pour évaluer le degré de soumission de leur peuple [12], et voir jusqu’où ils peuvent aller avant de rencontrer une opposition suffisante.

J’espère que le peuple belge, ce peuple le plus brave de la Gaule selon Jules César [13], aura le courage et la lucidité du peuple serbe et finira par se réveiller.

  1. L’utilisation d’experts en faisant croire à un consensus qui n’existe pas

Les gouvernements forment des conseils composés d’experts pour justifier leurs mesures.

Pour le citoyen, pourquoi mettre en doute les mesures en question ?

Toutefois, on l’a bien démontré au sein d’organisations comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Agence Européenne du Médicament (AEM), le comité COVID-19 en France (le CARE) ou en Belgique (Sciensano-comité COVID-19), être expert ne veut pas dire être indépendant, libre de tout conflit d’intérêt, voire même compétent [14],[15].

Chaque fois qu’un gouvernement dit : « il y a un consensus d’experts sur cette question », c’est en fait un mensonge.

Cela veut seulement dire que leurs experts se sont mis d’accord, telle une officine autosuffisante et auto-satisfaite sans débat contradictoire.

Dans le COVID-19, vous pouvez trouver sur tous les sujets présentés comme consensuels :

  • Masques

  • Hydroxychloroquine

  • Confinement

  • Tests utilisés

  • Traitements

  • Vaccination

d’autres experts aussi valables sur le plan des diplômes, de la réputation ou des activités exercées, dont les avis vont à l’encontre des diktats officiels, avec des arguments honnêtes, des démonstrations solides et des références multiples.

Pour le citoyen, comment faire la part des choses ?

À diplôme égal, à expertise équivalente, un bon critère de discernement est de vérifier l’absence de conflit d’intérêt.

Beaucoup d’auteurs qualifiés avec des avis opposés à ceux de leurs homologues gouvernementaux ne sont pas liés à l’industrie pharmaceutique ni aux gouvernements qui, finalement, veulent faire passer une idéologie, un programme politique et ont de plus en plus de comptes à rendre à l’industrie.

Ces auteurs indépendants ont également plus à perdre qu’à gagner dans ce débat d’avis.

Qu’est-ce qui pourrait les pousser à prendre des risques sinon leur honnêteté, leur conscience ? Ce n’est ni la gloire, ni l’espoir d’un contrat dans le privé, ni l’argent, en tout cas.

  1. La fabrication d’une fiction inspirée de faits réels et pour cela, utilisation d’une narrative qui finit par être répétée en boucle et crue sans plus être remise en question.

Le COVID-19 est une fiction basée sur des faits plausibles : un virus, de vrais morts, une vraie maladie, une épidémie de maladies respiratoires à laquelle sont ajoutés, au fur et à mesure, des déformations de vérités ou de réalités, voire carrément, des mensonges (Cf. ma série, COVID-19 : au plus près de la vérité).

Les coronavirus sont connus. Ils existent. Deux d’entre eux ont déjà menacé l’humanité d’épidémies meurtrières (SRAS, MERS).

Qu’importe si les faits ont montré que cette pandémie était fausse et que les experts avaient déjà manipulé les chiffres, la pandémie H1N1 de 2009 a préparé le terrain à l’idée que ça ne pouvait que revenir et qu’à nouveau, seule la vaccination pourrait nous sauver.

De vrais malades ont été hospitalisés et certains sont morts.

Tous ces éléments ont rendu l’histoire « COVID-19 » plausible.

La narrative COVID était lancée.

Pour pérenniser ensuite LA peur qui permette la mise en place d’une stratégie du choc à l’échelle d’une population, il fallait des tests présentés comme fiables, des chiffres de mortalité élevés, des indices de contagiosité effrayants et des capacités hospitalières limitées.

Dans ce processus, la participation conformiste des médias fut essentielle.

Comme chaque fois, ils ont bien joué leur rôle, annonçant chaque jour le nombre de morts et les attribuant au COVID-19 sans aucune discrimination.

Aujourd’hui, ils entretiennent la peur de deuxièmes vagues, de nouveau confinement en faisant passer, à tort, les cas de tests PCR positifs pour de nouveaux cas de COVID-19.

La Suède et d’autres pays, ainsi que certains états aux USA, n’ont pas joué le jeu, ou ont suivi leur propre agenda.

Stockholm durant la « pandémie Covid-19 »Source : Quartz

Ils n’ont pas confiné, ils ont moins traumatisé, ils sont restés plus humains.

Ils sont la preuve supplémentaire que l’histoire COVID-19 telle qu’elle a été instaurée dans les pays liberticides et coercitifs (Belgique, France, Espagne, Canada…) est bien une fiction avec des éléments réels, plongeant leurs populations dans un piège psychologique redoutable.

Tous ces points sont des indices que l’histoire COVID-19 est une stratégie du choc et les stratégies du choc ne sont jamais utilisées pour le bien des populations, pour votre bien ou pour le mien !

La stratégie du choc psychologique est une réalité, étudiée par plusieurs auteurs et chercheurs, dont Naomi Klein [16], avec son livre paru en 2007, « La Stratégie du Choc : la montée d’un capitalisme du désastre ».

Le but est de réaliser une tabula rasa, une page blanche et sur cette page blanche, de reconstruire ce qu’on veut.

Comment ?

« À l’échelle d’une population entière, en réduisant à néant le patrimoine d’un pays, ses structures sociales et économiques pour pouvoir y construire une nouvelle société, un nouvel ordre après le chaos planifié et contrôlé. 

Une fois le peuple privé de ses points de repères, mis en état de choc et infantilisé, il se retrouve sans défenses et devient facilement manipulable.

Ce processus peut s’appliquer suite à une grave crise économique ou politique, une catastrophe environnementale, un attentat, une guerre ou une crise sanitaire. » [17]

La stratégie du choc a été appliquée par des moyens économiques à la Grèce dans la foulée de la crise de 2008, entraînant des millions d’âmes dans la misère avec la complicité de leurs politiciens. [18]

La stratégie du choc a été appliquée par des moyens de terrorisme aux USA en 2001 et en France en 2015 avec l’instauration d’états d’urgence et de lois d’exception qui n’ont plus jamais été supprimés [19].

La stratégie du choc est aujourd’hui appliquée par des moyens de crise sanitaire, le COVID-19, à une partie du monde, dont mon pays, la Belgique.

« La terreur induite à grande échelle dans une société entraîne une sorte d’état d’hébétude, une situation où le contrôle peut facilement être obtenu à partir d’une autorité extérieure.

Il faut développer un état d’esprit immature chez la population afin de la contrôler au mieux.

La société doit être infantilisée. »

Ces idées ont été étudiées et diffusées par l’Institut Tavistock à Londres, créé au départ d’une clinique psychiatrique fondée en 1920, spécialisée dans le contrôle psychologique et le chaos social organisé [17].

Il est beaucoup plus facile de diriger une société par le contrôle mental que par le contrôle physique, au moyen de l’infantilisation, de la confusion, de la désinformation et de la peur.

N’est-ce pas ce qui est à l’œuvre, aujourd’hui ?

Les gens sont infantilisés…

On leur dit sur quel trottoir ils peuvent marcher, dans quel sens, quand ils peuvent rentrer dans un magasin et où ils doivent se moucher.

La peur est omniprésente.

Ceux qui refusent les masques sont rançonnés, regardés de travers, exclus, insultés, haïs.

Des milliers de gens voient leur travail menacé, leur vie entière compromise sans possibilité de manifester, de s’opposer.

Les vieillards sont abandonnés.

Les jeunes sont emprisonnés dans un monde masqué et confiné.

Les adultes sont précarisés.

Les gens d’une même famille, séparés.

La réflexion est paralysée.

La contestation, sanctionnée.

Si cette thèse est juste, il est à prévoir que notre gouvernement par « experts » et médias interposés, poursuive cette stratégie du choc et nous annonce toujours plus d’infectés, de morts et de vagues de COVID, quelle que soit la réalité des faits.

Les exemples de la Suède et de Belgrade sont des phares d’espoir dans cette perspective d’obscurité.

———————–

[1] Coronavirus: l’OMS tente de mobiliser politiques et acteurs économiques en vue d’ »un vaccin pour tous » sur la planète

[2] « Le chiffre de la mortalité due au coronavirus est un faux chiffre » selon le Dr. Lass

[3] Grippe H1N1, exemple de manipulation internationale, AIMSIB, 22 octobre 2018

[4] Bulletin d’information scientifique de l’IHU, Pr Philippe Parola, directeur de service de soins et d’unité de recherche à l’IHU Méditerranée Infection

[5] PSY-OP COVID-19 : assignés à résidence !, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 11 mai 2020

[6] Belgrade libérée, par Israel Shamir, mondialisation.ca, 13 juillet 2020

[7] La virulence du Covid-19 est-elle en train de diminuer ?, par Christophe De Brouwer, Contrepoints.org, 21 juillet 2020

[8] Les décisions du Conseil National de Sécurité. Les décisions ont été communiquées aux Belges à 13h30 lors d’une conférence de presse ce 24 juillet 2020

[9] Voici à quoi ressemble le formulaire-type pour l’enregistrement des clients horeca

[10] COVID-19 : au plus près de la vérité. Confinement, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 22 juillet 2020

[11] Confinement strict, surcharge hospitalière et surmortalité, PDF, mai 2020

[12] Opération COVID-19: Tester le degré de soumission des peuples, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 26 avril 2020

[13] Horum omnium fortissimi sunt Belgae, Wikipédia,  « De tous ceux-là les plus courageux sont les Belges», souvent traduite littérairement en français par « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves.

[14] Politique et corruption à l’OMS, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 12 janvier 2010, réédité le 14 avril 2020

[15] Et les conflits d’intérêts, on en parle ?, 5 mai 2020.

[16] La Stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre (titre original : The Shock Doctrine: The Rise of Disaster Capitalism) est un essai socio-politique altermondialiste publié en 2007 par la journaliste canadienne Naomi Klein. Wikipédia

[17] MK Abus rituels et Contrôle Mental, Alexandre Lebreton, éditions Omnia Veritas, 2016

[18] Stratégie du choc : comment le FMI et l’Union Européenne bradent la Grèce aux plus offrants, Agnès Rousseaux, Bastamag, 20 juin 2013

[19] Quand la fin justifie les moyens : stratégie du choc et état d’urgence, 29 novembre 2016

* * *

à voir également :

* * *

 

David Hamilton et le trottoir le plus photographié au monde (25 novembre 2016)

* * *

Quelques toutes petites questions – encore – au sujet du 25 novembre 2016 et de la mort de David Hamilton.

Tout au début de la soirée, la première voiture de police qui arrive sur les lieux est, à notre connaissance, immatriculée CA 364 DT 75, comme on le voit par exemple sur la photo qui suit, publiée dans une infinité de journaux et de sites Internet, et visible dans une infinité de reportages télévisés.

Bien. Le trottoir est vide. Pas de journalistes. Pas encore de policiers en faction devant la porte de David Hamilton.

Le blog « En défense de David Hamilton » serait certes ravi de s’entretenir avec les occupants, ce soir-là, de cette voiture immatriculée CA 364 DT 75.

Mais encore davantage, s’il se peut, avec le photographe de presse qui prend la photo de cette voiture. Je m’explique, s’il en est besoin.

Quand cette voiture de police fait halte sur la chaussée (et allume les feux clignotants), il n’y a aucune raison pour qu’un photographe immortalise ce véhicule.

Le photographe est donc forcément au courant que ceci est en relation avec David Hamilton. Le photographe est là. Qui sait depuis combien de temps il est là? Qui sait par quel miracle? Qui a dit au photographe d’aller attendre la voiture de police? Combien de photographes, combien de journalistes  savaient qu’il allait se passer quelque chose?

La voiture est toujours là. Mais quelqu’un continue à la photographier (et à la filmer). Qui sont donc ces prodigieux journalistes arrivés sur les lieux AVANT LA POLICE? Comment des journalistes pouvaient-ils savoir, avant la police, qu’il leur fallait se trouver ce soir-là devant le domicile de David Hamilton?

La voiture va rester à cet endroit pendant un temps certain. Mais elle est toujours photographiée ou filmée par un nombre indéterminé de photographes ou journalistes.

Le blog « En défense de David Hamilton » serait curieux de savoir la datation horaire de chaque photo. Il est en effet possible de savoir l’heure précise où des photographies digitales ont été prises.

Cela pourrait aider à comprendre à quelle heure précise la première voiture est arrivée.

Qui avait appelé la police et combien de temps a-t-il fallu attendre pour que les ambulances arrivent? Elles aussi, appelées par qui et à quelle heure?

Car les voici, les ambulances (photo suivante). A quelle heure arrivent-elles devant le domicile de David Hamilton? Cela aussi, il faut et il faudrait l’établir à la minute près. La voiture de police (photos précédentes) est toujours là. S’y ajoutent désormais deux autres véhicules, dont une ambulance du SAMU DE PARIS, gyrophares allumés.

Le blog « En défense de David Hamilton » serait évidemment ravi de s’entretenir avec les occupants de ces véhicules, en particulier cette ambulance du SAMU de Paris, à bord duquel devaient se trouver un médecin, des infirmiers, et un chauffeur.

On notera évidemment que, tandis que la première voiture de police n’a pas bougé de place, et que se sont ajoutés deux autres véhicules (dont une ambulance), quelqu’un – mais qui donc? – depuis le trottoir d’en face continue à immortaliser cette  scène.

A moins de supposer qu’il se soit agi d’un maniaque fasciné par les voitures de police et par les ambulances, cette personne faisait partie de ceux qui devaient savoir (depuis combien de temps?) qu’il allait se passer quelque chose le 25 novembre 2016 au soir chez David Hamilton.

A moins de supposer que l’auteur de cette photographie ait été guidé par le Saint Esprit, quelqu’un a  dû lui conseiller de se trouver sur les lieux.

Un peu plus tard, la première voiture de police arrivée sur les lieux est toujours là, mais du temps s’est écoulé: les trottoirs sont maintenant pleins de journalistes, leurs appareils photographiques sont en place (voir photo suivante).

Ce qui est primordial est et sera de comprendre par quel prodige des journalistes se trouvaient là avant l’arrivée des voitures de police ou des ambulances, ou en tout cas concomitamment.

On pourrait et l’on devrait se renseigner, me semble-t-il, auprès du policier qui est aussi le mari de la gardienne de l’immeuble de David Hamilton. La porte de ce couple de témoins capitaux est en effet distante de moins d’un mètre de la porte de David Hamilton.

C’est ce policier, comme on le sait par bonheur grâce à la grande presse, qui aurait touvé la porte de David Hamilton ouverte, et le photographe avec un sac de plastique sur la tête. Est-ce que la gardienne de l’immeuble, son épouse, n’avait pas les clés de David Hamilton?

Mais surtout, puisque c’est lui qui a appelé les secours, qui a appelé la presse? Ne faudrait-il pas analyser les téléphones des uns et des autres? Les appels à la police sont systématiquement enregistrés. On peut retrouver, quelque part, l’horaire exact et la conversation intégrale de ce policier mari de gardienne d’immeuble, avec les services de police.

Et la presse, qui l’a appelée? Le photographe qui est déjà sur les lieux pour photographier la voiture de police qui vient d’arriver, qui donc l’a appelé?…

Revoici la photo (plan plus large de l’image précédente). Pas de badauds. Mais des journalistes et des photographes.

Le moins que l’on puisse dire est que, si David Hamilton n’avait plus de succès depuis des dizaines d’années, le nombre de policiers dépêchés sur les lieux était conséquent.

Des photographes quant à eux mitraillaient littéralement la scène, sans parler des journalistes qui parlementaient (comme on le voit sur de nombreuses images: nous en possédons environ 300) avec les policiers en faction devant la porte de l’immeuble.

Sur les photos qui suivent, on voit les policiers en faction, une journaliste qui essaye d’obtenir des renseignements (des policiers ne sont pourtant pas habilités à informer qui que ce soit pendant une opération en cours), l’arrivée de la police judiciaire.

On peut aisément reconstituer, au moyen de dizaines de photos,  ces minutes pas à pas, presque geste à geste.

Le blog « En défense de David Hamilton » serait ravi de s’entretenir avec ces policiers, avec ces journalistes, mais aussi avec la dame vêtue de rouge qui, toute la soirée, se promène (voir photo suivante) devant l’immeuble de David Hamilton. Visible sur des dizaines de photographies et aussi dans des reportages télévisés, il est clair qu’elle était arrivée fort tôt, ce soir-là, et sans doute bien avant la plupart de ses collègues. Nous ne doutons pas un instant que cette journaliste, certainement admiratrice tout comme nous de l’oeuvre de David Hamilton, et attristée comme nous par cette mort dramatique, n’accepte de parler avec nous au sujet de cette soirée. Ce serait certainement instructif: merci, d’avance,M’dame!

Que de photos… Quel  trottoir de Paris a-t-il été davantage photographié que le trottoir devant chez David Hamilton, ce soir-là? Photographié non seulement par la presse, mais aussi par une policière (munie d’un masque, voir plus bas la troisième photo).

Les appareils de la presse

Au centre, une photographe de la police judiciaire chargée de photographier la scène du suicide (?) de David Hamilton, mais aussi les extérieurs

Tout cela signifie que, si quelqu’un s’intéresse un jour sérieusement à la soirée de la mort de David Hamilton, on pourrait rassembler des milliers de photographies et des heures de films, en ajoutant les uns aux autres les travaux des photographes de presse et ceux des officiers de police judiciaire.

David Hamilton aura eu, à ce point de vue, plus de chance que Jeffrey Epstein puisque, le jour du « suicide » de ce dernier, les caméras de sa prison américaine étaient malencontreusement tombées en panne.

Pourtant, en ce qui concerne Hamilton, on ne peut pas ne pas s’émerveiller en songeant que, de la soirée de sa mort, tant et tant photographiée et filmée, ne sont sortis que des récits journalistiques étiques, contradictoires et erronés, tandis que les autorités n’ont fait aucune déclaration officielle au sujet de la mort de l’un des photographes les plus fameux du vingtième siècle…

Tant de photos et de films, le 25 novembre 2016, tant de journalistes présents sur les lieux  (dont certains miraculeusement avant l’arrivée de la police), pour un résultat égal à zéro…

A la suite de quoi, tandis que la police d’une main molle tendait un vague rideau noir, ledit rideau noir n’empêcha nullement à des dizaines de photographes de photographier (voir images suivantes) la civière sur laquelle se trouvait la dépouille mortelle de David Hamilton.

Après avoir donc longuement consenti à la presse de photographier et de filmer (y compris la civière), et de se promener sur le trottoir, ce même trottoir fut soudain « fermé » par la police. Pourquoi si tard? Pourquoi trop tard? A supposer par exemple qu’il y ait eu quelque chose à découvrir sur le trottoir, la scène était désormais contaminée.

L’étape suivante fut constituée – comme nous avons été les premiers et les seuls à le révéler – par  un acte de décès plein d’erreurs, rédigé hors délais légaux, et qui indiquait que la date du décès était « impossible à déterminer ».

*

Nous renvoyons aux dizaines d’articles exclusifs parus, à ce sujet, sur le blog « En défense de David Hamilton ». Si vous ne les aviez pas lus, lisez-les…

EXEMPLES.

Quand le « suicidé » David Hamilton craignait d’être assassiné:

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2018/11/18/quand-david-hamilton-craignait-detre-assassine-peu-avant-son-presume-suicide/

Un très drôle de suicide:

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2018/11/20/david-hamilton-un-tres-drole-de-suicide/

Le dogme du suicide de David Hamilton:

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/01/13/le-suicide-de-david-hamilton-un-dogme-quil-est-interdit-de-remettre-en-cause/

Le droit de se poser des questions :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/03/02/david-hamilton-le-seul-suicide-au-sujet-duquel-personne-na-visiblement-le-droit-de-se-poser-des-questions/

Un secret d’Etat ?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/02/22/le-suicide-de-david-hamilton-est-il-lui-aussi-un-secret-detat/

7 questions

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/03/31/7-questions-again-about-the-alleged-suicide-of-david-hamilton/

Qui a suicidé David Hamilton?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/07/09/qui-a-suicide-david-hamilton-who-suicided-david-hamilton-wer-hat-david-hamilton-beselbstmordt/

La super bonne blague du suicide de David Hamilton:

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/08/01/la-super-bonne-blague-du-suicide-sic-de-david-hamilton/

Le suicide de David Hamilton, ça pue :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/08/11/vous-ne-trouvez-pas-que-ca-pue-vous-le-suicide-de-david-hamilton/

David Hamilton et les soucoupes volantes :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/09/06/le-suicide-de-david-hamilton-quelque-part-entre-nessie-marie-et-les-soucoupes-volantes/

Pour rire:

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/11/13/le-suicide-surrealiste-de-david-hamilton-navait-il-pas-aussi-noue-une-corde-autour-de-son-cou-ne-setait-il-pas-pointe-un-pistolet-a-la-tempe-et-navait-il-pas-rempli-deau-la-baignoire-pou/

David Hamilton et les gogos :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/11/25/faites-vous-partie-des-gogos-qui-croient-au-suicide-de-david-hamilton-inquest-into-the-death-of-david-hamilton/

Liste non exhaustive!