Aller au contenu principal

SUR LE FRONT DE LA LIBERTÉ ET DE LA MISE AU PAS DE LA FAUSSE SCIENCE GANGRENÉE PAR LE POGNON, LA CORRUPTION ET PLUS ENCORE : LA MALVEILLANCE

Les manifs en cette fin de semaine


En France

Et chez nos cousins italiens

Bon, ben ! je ne vais pas tarder à quitter Internet pour quelques heures, la manif est tôt chez moi : 14 heures départ devant la mairie et je suppose arrivée devant la sous-préfecture, après tout un tour dans la cité.

Image

HUMOUR ?

Pfizer a tout fait pour protéger les détails de ses accords internationaux sur le vaccin COVID-19.

Résumé (complété) d’un article paru le 28 courant sur le site de France Soir dont voici le lien :
https://www.francesoir.fr/societe-sante/pfizerleak-les-contrats-surprenants-vaccins-pfizer#.YQFJJ521jmI.twitter

Le secret des accords est toujours l’arme des esprits tordus et maffieux tant commerciaux que politiques quand bien même cela met en jeu la vie même de populations entières.
Les contrats de vente des poisons mondialistes n’échappent pas à la règle. Bien évidemment. Ces accords sont supposés être et demeurer confidentiels.

Ce dont il est question à suivre est du domaine des contrats passés entre des États et Pfizer. Et les deux parties ont de très bonnes raisons (ou plus exactement mauvaises raisons) d’en taire au maximum le contenu. Les laboratoires sont du domaine de l’oligarchie dominante et les États n’ont de démocraties que le nom.
*

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 01.jpg


Si je comprends bien, ce qui suit est connu grâce à des fuites de brouillons de contrats passés entre Pfizer et divers États du monde. Et finalement grâce à une copie de contrat que l’Albanie a rendu public en janvier 2021.

1 – « Cet accord est au-dessus de toute loi locale de l’État ». Locale : nationale, régionale… C’est d’ailleurs le droit étatusuniens qui prime en tout.

2 – Le coût de développement des contrats est très élevé et prend beaucoup de temps (cycles de relectures juridiques). Pfizer, comme toutes les entreprises, développe un modèle d’accord standardisé et utilise ces accords avec des ajustements relativement mineurs dans différents pays. Or, c’est l’acheteur qui prend en charge ces frais comme tous les autres frais annexes (voir plus bas au point 7).

3 – Le contrat ne saurait être annulé quoi qu’il arrive au niveau du traitement médical. L’accord couvre non seulement la fabrication des vaccins contre le Sars-COV-2 mais aussi ses mutations, et qui plus est même dans le cas où « dispositif, technologie ou produit utilisé pour l’administration ou pour améliorer l’utilisation ou l’effet d’un tel vaccin » serait mis en place.
En clair : le contrat de vente ne saurait être rompu, annulé si on a recours à des médicaments tels que l’ivermectine, l’hydroxychloroquine, etc.
Imaginez les millions de doses payées et vouées à la destruction si un traitement efficace et peu cher comme il existe déjà devait se généraliser ?

Et comprenez bien cette volonté folle de vouloir piquer tout le monde, puisque les doses ont été payées et ne sauraient être reprises.
Comprenez enfin que ceci a été mis en place dès le début (du moins le début officiel et public, or tout semble avoir été programmé bien avant, avant même l’émergence de la covid en fin d’année 2019) puisque Buzyn a interdit l’hydroxychloroquine dès janvier 2020 !

Il faut savoir que l’hydroxychloroquine (vieux médicament soignant des centaines de millions d’humains de par le monde, curativement ou préventivement pour la malaria) a été reconnu comme efficace en début de contamination lors de l’épidémie asiatique de SRAS-Cov-1 de 2002-2004 !
À contrario, il faut savoir que la thérapie génique a été un échec lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Or, c’est ce genre de « thérapie » ou similaire à ARN messager
que l’on nous ressort avec le SRAS-Cov-2.

Détruire le système immunitaire naturel au profit d’un produit qui devra être réinjecté régulièrement pour subvenir à la déficience immunitaire qui la détruira d’autant plus et ainsi de suite. Une sorte de nouveau SIDA (dont on ne connaît pas trop l’origine d’ailleurs, non plus). Tout ça pour une espèce de grippe pour lesquels 99% de la population mondiale ne risque absolument rien ; au contraire fabriquer naturellement des anticorps que les piqués ne pourront plus produire suffisamment pour lutter contre une mutation du virus (cf. les « fameux » variants) ou un simple rhume… C’est dément et toutes les études et statistiques en Israël et au Royaume Uni le montrent et le démontrent. Sans compter les innombrables effets secondaires et milliers de morts à travers le monde à cause de ces produits. Et on en est qu’au début !

Il faut maintenant être le roi dèc – avec ce que l’on sait mais qui n’est que la partie émergée de l’iceberg covidiste – pour se faire injecter ça surtout parmi les jeunes. 32% de surmortalité chez les 20/29 ans en Israël c’est du délire. Et les plus fous de chez les fous disent qu’il faut encore y aller, ajouter aux premières doses de nouvelles ! Et les premiers à choper les variants sont les « vaccinés ». Ce qui est la preuve manifeste que ceux-ci ont subi un affaiblissement de leur système immunitaire.

4 – Approvisionnement en « vaccins » au bon vouloir de l’entreprise : « Pfizer n’assumera aucune responsabilité en cas de non-livraison des doses conformément aux dates de livraisons estimées. Et un tel manquement ne donnera à l’acheteur aucun droit d’annuler les commandes pour toute quantité de produit ». Encore mieux : « Pfizer décidera des ajustements nécessaires du nombre de doses contractuelles et du calendrier de livraison dus à l’acheteur (…) sur la base de principes à déterminer par Pfizer (…) l’acheteur sera dans l’obligation d’accepter toute révision ». On se rappelle de ces conditionnements de Pfizer ou un autre (ils fonctionnent tous de la même manière) qui devaient permettre de dégager finalement non pas cinq doses mais six doses « vaccinales ». C’est exactement ce que veut dire : « Pfizer décidera des ajustements… »

5 – Aucun recours possible contre les produits défectueux ou manquants. « L’acheteur renonce à tous les droits et recours qu’il peut avoir en vertu de la loi ». Le seul recours possible serait celui contre un défaut de fabrication : «Pour plus de clarté, l’acheteur n’aura pas le droit de rejeter un produit sur la base de réclamations de service à moins qu’un produit ne soit matériellement conforme aux spécifications ou aux standards de fabrication». Mais comme les normes de fabrication ne sont connues que de l’industriel et que d’ailleurs le processus de fabrication n’est pas stabilisé et évolue avec le temps, il est impossible de démontrer que les vaccins ne seraient pas conformes.

6 – Le fabricant ne serait être tenu à résultat ! « L’acheteur reconnaît que les effets à long terme et l’efficacité du vaccin ne sont actuellement pas connus et qu’il peut y avoir des effets indésirables du vaccin qui ne sont actuellement pas connus ».
Efficacité, effet à long terme, effets indésirables (effets secondaires graves ou mortels) : on s’en tape. L’acheteur n’a rien comme garantie dans le domaine de ladite « violation substantielle » du contrat.

Il est donc aisé de comprendre pourquoi — au mépris de la Science et de la Santé publique — il n’y a pas de pharmacovigilance. Mener d’importantes études sur les effets secondaires des vaccins reviendrait, pour les États, à se tirer une balle dans le pied, puisqu’ils devraient en payer toutes les conséquences.
L’État fera donc tout pour minimiser, cacher, nier tout effet secondaire afin d’éviter les poursuites et devoir payer pour Pfizer. Les États se sont clairement mis au service du laboratoire au détriment de la santé de leurs populations.
À l’inverse les États (le nôtre en particulier) feront tout pour créer et entretenir encore une psychose tout en manipulant les chiffres et confondant tout sciemment. Chassant le cas comme si choper le virus présentait en soi quelque gravité ; comme si ce virus était le virus de la peste
.

7 – Le fabricant a une immunité totale. Bien évidemment pas une immunité sanitaire mais une immunité en terme de droit. Et seul Pfizer peut décider du niveau de protection juridique qu’il juge suffisant.

  • « L’acheteur accepte par la présente d’indemniser, de défendre et d’assumer toutes responsabilités incombant à Pfizer et ses filiales […] suite à des poursuites, réclamations, actions en justices, pertes, dommages, responsabilité, pénalités, amendes, coûts et dépenses… »
  •  » Pfizer informera l’acheteur des pertes pour lesquelles il demande une indemnisation. Dès cette notification, l’acheteur assumera rapidement la conduite et la défense de ces réclamations indemnisables au nom de « Pfizer ». Cependant, Pfizer aura le droit d’assurer sa défense et l’acheteur devra payer toutes pertes, y compris et sans limitation, les honoraires d’avocat et d’autres dépenses encourues. »
  • « Les frais et dépenses, y compris les honoraires et décaissements des avocats, encourus lors d’une plainte pouvant donner droit à indemnisation, seront remboursés sur une base trimestrielle par l’acheteur. »

8 – Le contrat doit rester confidentiel pendant dix ans. Et chaque contractant « ne divulguera les informations confidentielles qu’à ceux de ses représentants qui ont besoin de connaître ces informations confidentielles pour remplir ses obligations en vertu du présent accord ». Ce qui laisse en théorie du temps pour voir venir les effets secondaires et pour s’en prémunir sans dommage pour eux.

À l’heure où les données de santé de l’individu s’apprêtent à être de plus en plus divulguées et étudiées, la confidentialité du côté des laboratoires ne perd pas de sa valeur… marchande.

*

En conclusion : C’est le monde à l’envers (expression que je ne cesse de répéter depuis des années). L’État acheteur doit défendre Pfizer et subir les conséquences d’un mauvais produit. L’État n’a rien à dire et doit supporter les procès à venir. Ne peut pas revenir sur sa commande même si le « vaccin » est moins bon qu’un autre traitement, Pfizer s’assure que le pays en question paiera (financièrement ou pénalement) pour tout. Ça marche dans un sens mais pas dans l’autre…

Ne sommes-nous pas rendu au niveau du charlatanisme tant politique que pharmaceutique ? Pas de garantie de résultats, rien à supporter pour le producteur. Ni pour le politicard ? J’espère que non.

Les montants en jeu sont tels et les risques pour les États tellement démesurés qu’accepter de tels contrats relève de la bêtise et/ou de la collusion intéressée et corrompue, et/ou de la folie malveillante et malfaisante pure et simple.

Je me répète : tous les problèmes juridiques et autres sont à la charge exclusive des États ; donc intérêt à cacher les effets secondaires des « vaccins », à tout axer sur les « cas » pour pousser à la vaccination (les stocks sont à durée d’usage limité) ; et volonté délibérée de ne pas soigner autrement, car il y a une clause qui dit que la vente de vaccins ne peut être annulée même s’il existe des médicaments (des vrais) pour ça, même s’ils sont plus efficaces.

Autrement dit pourquoi — pour qui ou pour quoi, pour quelles (vraies) raisons — les États ou plus exactement les gouvernements acceptent-ils de signer de tels contrats ? Alors même qu’il existe des traitements et que la maladie est une maladie pas plus létale qu’une grippe saisonnière ? Difficile d’accréditer la thèse de l’urgence sanitaire (et de l’état d’urgence sanitaire) et du caractère exceptionnel de ce qui est arrivé.

Pseudo urgence et pseudo caractère exceptionnel, qui en a décidé concrètement en France ? Certainement pas le peuple, mais un quarteron de corrompus et autres mafieux.

Ont-ils eu vraiment peur d’un virus manipulé très dangereux lâché dans la nature (volontairement ou involontairement) ? Ou n’auraient-ils pas plutôt participé objectivement à une manipulation médiatique de l’opinion afin de lancer, d’enclencher une expérimentation pharmaceutique en attente, voire sciemment provoquée par la fuite volontaire du virus ? Le retrait des traitements dès le départ penche pour la seconde idée.

Ce qui se joue actuellement c’est : comment pour l’État écouler des livraisons continues de poison covidiste ? Paraîtrait que le niveau total de la commande permettrait de piquer chaque Français au moins quatre fois.

Qui ne voit pas l’arnaque ! Et la folie furieuse gouvernementale totalitaire et … criminelle (pour ne pas dire meurtrière) depuis plus d’un an et demi ?!

Sources :

https://threadreaderapp.com/thread/1420017526977749004.html

.

RAOULT… BIGARD… ASTIER : NOUS FONT-ILS RIRE, LES PITRES !

AU FAIT :

— Après le druide Raoult qui a lâché sa potion magique pour quasiment ordonner, trois / quatre jours avant Macron, aux personnels soignants de se laisser piquer, cobayes bénévoles pour de faux vaccins en stade d’expérimentation mondialiste (tout en regrettant tout bas que l’on n’ait pas recours à des vrais vaccins chinois) — le même qui traitait de grossier personnage le journaliste qui avait osé lui demander s’il était vacciné (« moi, je ne vous demande pas si vous avez eu la syphilis quand vous étiez jeune » lui avait-il dit en substance ; ce à quoi une infirmière « récalcitrante » pourrait lui dire aujourd’hui : « ne t’occupe pas de ma santé, est-ce que je te demande si tu as eu la syphilis, etc. » ; mais j’ai déjà évoqué ce sujet) ;

— Après le champion toutes catégories de la vulgarité sans le talent d’un Coluche, je veux parler non pas du députoche, pas bien propre, Jean Lasalle grande gueule et petit cerveau, et gros beauf méridional, mais de Bigard, celui qui entretenait des conversations téléphoniques avec Macron (comme Raoult a pu converser avec Macron, mais sans doute pas sur les mêmes sujets), qui après avoir gueulé comme un veau contre la situation présente, se dit maintenant « désolé » de devoir réclamer un passe-sanitaire pour assister à ses spectacles (trop con ou trop pris à la gorge par la perte de son standinge financier après plus d’une année de vaches maigres, pour contourner l’obligation en jouant, par exemple, dans une petite salle, puis en vendant sa prestation en vidéo) — selon moi, je crains plutôt qu’il ne soit bientôt « désolé » de devoir fermer boutique ;

Voici maintenant le camelot du roi Macron, je veux parler d’Alexandre Astier qui nous a fait, il y a peu, la réclame pour la « vaccination ». Ce type qui n’a jamais été un foudre de guerre et qui ne sait toujours pas s’il doit défendre la liberté d’expression (du moins celle qui dérange) des années après les ennuis de certains, a le grand malheur financier de voir son film Kaamelott sorti depuis quelques jours seulement. — S’il croit inciter les spectateurs de cette manière (rappelons que ce sont avant tout les jeunes qui vont au cinéma, les moins piquousés) alors que son conformisme l’aveugle… Sa camelote cultureuse risque de tomber aux abîmes de l’oubli. Mais il aura sans doute toujours la possibilité de « rebondir », comme on dit, en s’occupant à suivre d’une nouvelle adaptation d’Astérix avec Raoult dans le rôle du druide. Et d’y chanter (il paraît qu’il est aussi musicien) la Complainte du Partisan d’un autre Astier, je veux parler d’Emmanuel D’Astier de la Vigerie, le résistant. Je lui conseillerais également d’y faire collaborer Bigard dans le rôle de quelque gros dégueulasse. Le titre de cette œuvre pourrait être : La Trahison de Panoramix. Mon idée, c’est gratos, Astier !

Raoult qui baisse son froc, Bigard qui baisse son froc et Astier qui l’a toujours eu baissé … Quel beau pays la France.

ANECDOTE DE SAISON

Dans la rue, par derrière chez moi, on croise régulièrement une petite dame qui promène son petit caniche tous les jours, prétexte aussi à échanger quelques mots ou plus quand on a soi-même un chien en laisse.

Aujourd’hui, quelqu’une de mon entourage m’a raconté qu’elle était restée à causer sur le trottoir avec elle une demi-heure. La petite dame, qui lui a dit avoir 86 ans, lui expliquait ses derniers malheurs « sanitaires ».

Il n’y a pas très longtemps, elle s’est fait piquer avec l’un des poisons expérimentaux mondialistes. Peu de jours après, direction de toute urgence à l’hôpital, elle a fait un arrêt cardiaque mais a eu la chance d’en réchapper. Une analyse de sang a révélé qu’elle n’avait plus de globules rouges (les globules rouges sont ceux qui transportent l‘oxygène et trop de globules blancs, on sait ce que cela donne du côté oncologique). D’où transfusion en grand d’un sang sain (enfin je suppose car si le donneur a lui-même été « vacciné », son sang est peut-être de qualité médiocre ou douteuse).

Mais, là où ça devient dingue, c’est la suite.

Il paraît que le poison doit être injecté deux fois (double profit !) à 15 jours d’intervalle. Avec ce qui lui était arrivé, sa visite à l’hôpital et la suite, il ne lui restait plus que deux jours pour « être à jour », avant la date limite de réinjection.

Que pensez-vous qu’elle fit, ou plutôt qu’on lui fit ? Eh bien, il y a eu un salaud ou une salope — parfaitement au courant de sa situation — pour s’empresser de lui injecter la seconde dose ! Après ce qui venait de lui arriver.

Depuis la petite dame se traîne disant être constamment fatiguée, ce qui n’était pas son cas auparavant. Le poison lui bouffe l’oxygène, si je peux dire.

La pauvre femme se demande seulement, ne fait que se demander seulement s’il n’y aurait pas un rapport entre son état présent et ses injections. Niaiserie humaine ? Ou tout simplement croyance en ce qui la dépasse ? En la bonté et l’excellence scientifiques sans faille ? En la main divine protégeant l’omniscience « scientifique » ?

Seul point positif : elle dit ne pas avoir peur de la mort. Lors de son arrêt cardiaque elle ne s’est pas vue partir.

Si c’est son souhait, je lui conseillerais bien de prendre une troisième piqûre, une piqûre de rappel euthanasique. Là le problème sera définitivement réglé. En plus, c’est gratuit pour elle !

Et au final, ça fera faire des économies d’hospitalisation à la Sécu et bien sûr à sa caisse de retraite ! Tout bénèf chez Picsou !

SUR LE FRONT DE LA CORRUPTION MONDIALISTE

Le ministre de la Santé du Brésil vient d’être arrêté. Il s’avère qu’il aurait réclamé un pot de vin d’un million de dollars à Astra Zeneca en échange de l’achat et d’une exclusivité de consommation (car il s’agit bien de commerce) de leurs produits.


Les nôtres noyés dans les conflits d’intérêt font très probablement pareil, mais sans doute plus discrètement. À moins que la gangrène étatique (gouvernementale, policière, judiciaire) ne soit encore plus accentuée chez nous qu’au Brésil, pays de toutes les corruptions.

À LA GUERRE COMME À LA GUERRE

L’avocat spécialisé dans le Droit de la Santé publique Fabrice DI VIZIO :


https://www.youtube.com/watch?v=n22nw1jNLD8

UN CAMP D’ENFERMEMENT MACRONIEN POUR JEUNES TRAVAILLEURS SAISONNIERS ENCADRÉS PAR DES KAPOS DE LA CROIX-ROUGE POUSSANT À LA « VACCINATION »

Source Le media en 4-4-2

Des jeunes enfermés : Images du premier camp covid en France

26 juillet 2021

Voici un court documentaire venant du site La Minute de Ricardo, de l’ancien présentateur sur France Tv et TV5 Monde, Richard Boutry. Accrochez-vous, car ce que vous allez découvrir est effrayant.

Pour voir la vidéo c’est ici :

Des parents ont fait part de leur inquiétude à Richard Boutry. Il est allé à proximité du premier camp covid où sont enfermés leurs enfants de 20 à 25 ans : le lycée agricole Hector Serres, 2915 Route Des Barthes, 40180 Oeyreluy. Un établissement présenté par Sud-Ouest comme offrant de « multiples possibilités »… Hector Serres, issu d’une famille dacquoise de pharmaciens, pharmacien lui-même, aurait-il été surpris d’être le prête-nom d’une prison ? C’était un pharmacien, certes, mais cet amoureux de la forêt landaise et des eaux thermales était fort loin de l’univers carcéral de Big Pharma.

Ces jeunes sont des travailleurs saisonniers dans les campings — nous n’en savons pas plus. Peut-être venaient-ils d’un camping des Landes comme celui des Prés Verts. A partir du 20 juillet, voilà la réception des vacanciers non munis de passe sanitaire :

« Vous avez le droit de séjourner sur notre terrain en emplacement traditionnel ou en location. Cependant, les personnes majeures n’auront pas le droit d’accéder à l’espace aquatique, à l’aire de jeux, aux activités collectives, au restaurant. Ainsi, nous proposons le port d’un bracelet pour identifier les clients à jour de leur pass sanitaire (majeur et mineurs pour identifier les clients ayant validé leur séjour). »

Les jeunes du camp d’isolement ont interdiction de sortir, une zone de délimitation est visible aux abords de la structure réquisitionnée par la préfecture. Cette dernière décide de la marche à suivre. La Croix-Rouge gère la structure où sont détenus les jeunes mis en quarantaine pour cas contacts ou covid. Interdiction formelle de voir leurs familles ou amis. Richard Boutry questionne une personne de la Croix-Rouge afin de connaître la durée d’enfermement :

« Est-ce qu’il y a des jeunes qui sont là depuis longtemps ? »

La réponse fait froid dans le dos : « Tout dépend. Si la personne arrive comme “cas contact” et qu’au bout d’une semaine, elle est positive au covid, elle en prend pour dix jours de plus. »

Les termes employés — « Elle en prend pour dix jours de plus » — font évidemment référence à des détenus dans une prison et sont prononcés le plus naturellement du monde.

La Croix-Rouge est chargée d’écouler le stock de lots de thérapies génétiques ARNm.* On vous en parle . Il est logique qu’elle essaie de convaincre les jeunes, car ils rechignent à se faire vacciner contre une maladie qu’ils n’auront pas. Argument massue : les clusters ! [les foyers de contamination en bon français] C’est  la préfète des Landes qui nous annonce  « Une vingtaine de clusters en cours ». Elle oublie d’ajouter d’autres chiffres (officiels) :

– décès en 24 heures : 0
– réanimations en 24 heures : 0

– nouvelles hospitalisations : 0

– taux d’occupation des lits de réanimation [pour toutes sortes de pathologies] : 11,2 %

Ce documentaire fait froid dans le dos… et l’on comprend la révolte des familles qui ont contacté Richard Boutry pour avoir plus d’explications. 

– Qu’est-ce que le covid + ? 

– Pourquoi la Croix-Rouge est-elle mêlée à ce genre de choses ? 

– Pourquoi les parents ont-ils interdiction de voir leurs enfants ? 

– Pourquoi la préfecture organise-t-elle tout ceci ?

Des questions qui ne manqueront pas de trouver des réponses.

Jacqueline et Marcel pour Le Média en 4-4-2.https://lemediaen442.fr/des-jeunes-enfermes-images-du-premier-camp-covid-en-france/

***

IL EST PLUS QUE TEMPS D’ÉLIMINER CETTE MAFIA MONDIALISTE, COVIDISTE TOTALITAIRE.

C’EST EUX CES FUMIERS, OU NOUS LE PEUPLE.

* Pour être plus précis : les « vaccins » LES MIXTURES à ARN messager sont des « vaccins » destructeurs de l’immunité naturelle dont la protéine spicule (spike) attaque tous les tissus, en particulier le système sanguin, les vaisseaux (en y créant des micro-thromboses), investit tous les organes dont le cœur, le cerveau, l’appareil reproducteur, etc. en en modifiant les cellules. En s’y installant en parasite à demeure.

Il faut être fou ou diabolique et transhumaniste militant pour pousser à ce type de « vaccination » (la seule possible en France), une dose, deux doses, trois doses … alors même qu’il existe des traitements de la covid, et que la covid n’est qu’une sorte de grippe (au fait qu’est-elle devenue celle-là?), et alors même que les statistiques montrent, pour ces faux vaccins, un taux de létalité et d’effets secondaires graves qui battent d’infiniment plus tous les records de toutes les autres vaccinations réunies.

Quant au SRAS-Cov2 (Covid-19), je me répète, c’est le SRAS-Cov1 (naturel) auquel a été ajouté artificiellement plus d’une centaine de séquences, dont certaines de la malaria et quatre du SIDA.

Ps Il n’est pas exclu que les lots de « vaccins » ne soient pas tous de composition uniforme. Tout est possible de la part de la maffia mondialiste.

***

En fait il faudrait arrêter de parler de thérapie génique, car effectivement c’est autre chose, comme aime à le préciser les individus qui jouent sur les mots et embrouillent le public (Raoult le renégat par exemple, ou mon propre médecin) ; c’est bien pire, il s’agit d’une prétendue thérapie par pathogénie active. On rend réellement malade pour prétendument soigner ! On en voit ainsi le résultat catastrophique dans les pays qui se sont rués sur ces procédés (Australie, Afrique du Sud, Royaume Uni, Israël). Cela ne fait (au mieux!) qu’accélérer les mutations virales et au pire tuer les gens ou les rendre handicapés à vie. Pour au départ soigner une sorte de virus dont les effets sont similaires à ceux d’une grippe.

Le pire est que l’on utilise un virus actif pour cela et donc un virus artificiel « bonifié » par divers autres éléments pathogènes comme rappelé juste au-dessus.

Sur ce sujet lire cet article du Media en 4-4-2

Les injections d’anti-covid ne sont pas des vaccins

26 juillet 2021

Pour nous alerter contre la manipulation médiatique et étatique sur « vaccin » covid-19, Robert Francis Kennedy Jr, l’avocat canadien Rocco Galati, le Dr David Martin et la scientifique Judy A. Mikovits se sont réunis. Le Dr David Martin nous explique dans cette vidéo que ce qui est appelé vaccin anti-covid n’est pas un vrai vaccin. Il sait bien de quoi il parle, puisqu’il a fondé une société internationale d’analyse d’actifs incorporels — dont font justement partie les brevets. Nous adressons un grand merci à Jeanne pour sa traduction.

[voir la vidéo d’hier]

Les vrais vaccins inactivent ou atténuent leurs agents pathogènes

Dans les vaccins vivants atténués, le pouvoir pathogène du virus ou de la bactérie est atténué par différents procédés.
Dans les vaccins inactivés les agents infectieux ont été tués avec un produit chimique ou par la chaleur. Ils sont donc totalement inoffensifs, tout en restant capables de susciter une réponse du système immunitaire.

L’ARNm crée des agents pathogènes
Encapsulé dans une enveloppe de graisse, l’ARNm de la partie très contagieuse du virus est injecté et livré à une cellule. Ce dispositif amène la cellule humaine à devenir un créateur d’agents pathogènes. On vous injecte une substance chimique pour induire une maladie et non pour provoquer une réponse immunitaire contre la transmission. En fin de compte votre propre système immunitaire s’attaquera à votre organisme. Ce sont vos cellules qui vous rendront malade (80 % des personnes qui se font injecter cette substance subissent un événement clinique indésirable). La réponse auto-immune peut provoquer la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer, un cancer…

Les vrais vaccins perturbent la transmission du virus

Tout en stimulant une immunité contre l’agent infectieux d’une maladie, les vaccins stoppent la contamination.

L’ARNm n’arrête pas la transmission. En effet, le brin d’ARNm qui entre dans la cellule n’est pas là pour arrêter la transmission. C’est un traitement, mais si cela avait été envisagé comme un traitement, il n’aurait pas reçu l’agrément des autorités de santé publique en tant que vaccin. Tant qu’il existe un traitement, les vaccins ne reçoivent pas l’AMM. D’où l’importance de classer l’hydroxychloroquine — pourtant utilisée sans problème durant 70 ans – dans la catégorie des substance vénéneuses. D’où le black-out sur l’ivermectine, entre autres. Imaginez, si les malades du VIH [sida] avaient dû attendre trente ans un vaccin (qui n’a toujours pas été découvert) et que les traitements aient été interdits ! Depuis dix ans, ils ont fait diminuer de 53 % les décès des femmes et de 41 % ceux des hommes atteints de VIH. Heureusement le Covid-19 est loin d’être le virus extrêmement dangereux présenté par les médias de masse.

Une thérapie génique n’est pas un vaccin

Aucun principe de précaution n’a empêché l’Union européenne d’autoriser les producteurs de vaccins et de traitements anti-Covid19 contenant des OGM de se passer d’étude d’impact environnemental et de biosécurité avant le démarrage d’essais cliniques.

Ce règlement 2020/1043, adopté le 15 juillet 2020, « a supprimé toutes les procédures de protection, d’analyse du risque, de contrôle, de suivi, d’étiquetage et d’information du public concernant l’utilisation, le transport, la dissémination dans l’environnement, l’injection aux êtres humains d’organismes et de micro-organismes génétiquement modifiés dès qu’il s’agit de recherches ou essais cliniques sur un vaccin ou un médicament contre la Covid-19 ».

Les « vaccins » sont plus rentables que les médicaments

Moderna était à l’origine une entreprise de chimiothérapie contre le cancer et non un fabricant de vaccins contre le SRAS. Si nous disions que nous allions donner aux gens une chimiothérapie contre le cancer qu’ils n’ont pas, ils vous riraient au nez. Impossible de convaincre une personne en bonne santé de prendre un traitement. En revanche, elle pourra se croire obligée de se faire vacciner. Pour cela le concept de « porteur asymptomatique » a été créé : 80 % des personnes exposées au prétendu SARS-CoV2 en feraient partie. Il fallait cet argument, car les vaccins peuvent rendre malades des personnes en bonne santé. il est donc nécessaire de les convaincre qu’elles sont malades sans le savoir. Les laboratoires rendent ainsi hommage au Dr Knock pour lequel  « Tout bien portant est un malade qui s’ignore ». Ils savent qu’un marché de quelques malades ou de quelques hypocondriaques n’est pas rentable. En revanche obliger la population de toute la planète à être vaccinée, c’est ça qui permet d’entrer au classement Forbes des grandes fortunes (neuf nouveaux milliardaires l’ont rejoint cette année, tous actionnaires de laboratoires…). Qu’importe que le nombre de personnes concernées multiplie les risques.

Les laboratoires ayant terminé les phases I (in vitro) et II (sur les animaux) des essais de leurs prétendus vaccins, vous êtes les cobayes de la phase III. Inutile de vous dire que, en cas d’effets indésirables, vous n’avez même pas les garanties des cobayes volontaires. Vous êtes les seuls bénévoles dans un secteur où seul compte l’argent.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

VIDÉO IMPORTANTE CONCERNANT LES BREVETS AUTOUR DU COVID

Rumble — COVID19-LA PREUVE PAR LES BREVETS – UNE HISTOIRE QUI A DEBUTE IL Y A BIEN LONGTEMPS !
Le Dr David Martin et son équipe ont analysé plus de 4000 brevets déposés avant 2019 sur le SARS-CoV-2, les tests et les traitements du COVID19. Chaque étape de la vidéo permet de comprendre l’origine du virus, l’organisation d’un business très lucratif et les évidents conflits d’intérêt d’un grand nombre de laboratoires pharmaceutiques dont les noms sont clairement cités.
Le Dr Martin préside la société MCA International Risk Management, de notoriété internationale pour avoir réalisé les enquêtes autour des attaques par l’anthrax. De par son activité, la société assure depuis 1998 la plus grande veille en matière de propriété intellectuelle (brevets déposés dans 168 pays), mais également de subventions fédérales et de nombreux dossiers administratifs dont ceux du CDC.

https://rumble.com/vk3p5e-dr.-fuellmichdr.-martin-les-brevets-autour-du-covid.html

DÉCLARATION DE GUERRE GOUVERNEMENTALE QUASI OFFICIELLE — TEST OU RÉALITÉ ?

***

HUMOUR ?

Un des derniers propos du psycho/sociopathe présidentiel (à moins que ce ne soit du président psycho/sociopathe) :

JE NE CROIS PAS QU’IL Y AIT GRANDE EFFICACITÉ À MANIFESTER CONTRE LE VIRUS

Que dire sinon que Ma(ss)acron(s), quasi au rebut, s’enfonce dans l’abjection. À moins de voir en Macron lui-même, le virus. Moi, j’ai en tête trois images de lui : 1 – sa gestuelle et ses propos totalement fous de campagne électorale, 2- son avancée solitaire et très franc-maçonne mondialiste du côté de la pyramide du Louvre, 3 – sa symbolique très illuminati assumée lors d’un récent G 9 ou 7 ou 8 je ne sais plus. Il n’est pas loin du « signe de la bête ».

Qu’il continue à jouer au con et au provocateur… ce n’est pas Trogneux – son ancienne prof de théâtre – qui pourra rattraper ses monologues, ses poses et sa mise en scène.

Propos du propre père de Macron : mon fils est un comédien.

Non monsieur, votre fils n’est pas un comédien mais un malade bon à enfermer à l’asile.

Démission ? Vous rigolez ! Destitution ? Vous rigolez toute la classe politique est moribonde et grandement complice, pour ne pas dire : pleinement ! « Qu’ils viennent me chercher ! » Pourquoi pas … À moins que, à moins que … Les z-évènements ne se précipitent et ne se précisent autrement.

INFOS DIVERSES

On me dit (à vérifier) que :

La Cour suprême d’Espagne vient de juger que le confinement était inconstitutionnel à la suite d’un procès intenté par le parti Vox. Le gouvernement espagnol doit maintenant faire face à de multiples poursuites judiciaires, le confinement ayant été déclaré illégal. Ce qui est « rigolo » est que le parti Vox est classé à l’extrême-droite sur « l’échiquier politique » espagnol. Comme quoi encore une fois la prédiction de l’inversion de toutes les valeurs se confirme ici aussi puisque ce sont les « anti-fascistes » qui se comportent de nos jours comme de néo-fascistes ou néo-staliniens, ou néo-franquistes puisqu’on est en Espagne.

Il existerait une parade aux gaz lacrymogènes  qui consisterait à arroser d’eau ce type de grenades dès qu’elles commencent à fumer.

– Depuis le début du coup d’État « sanitaire » la maffia macronienne a fait appel (payé par les impôts évidemment) à une entreprise étatsunienne Mac Kinsey pour la « conseiller » dans la manière de réduire les Français en esclavage. Le fils de Fabius (je ne sais s’il en a plusieurs, moi jusqu’à maintenant je n’ai jamais entendu parler que d’un fils délinquant) en serait le dirigeant (en France probablement).

Petit rappel, c’est le père Fabius, le « responsable non coupable » du scandale du sang contaminé par le virus du SIDA qui est l’actuel président du Conseil Constitutionnel qui, en toute logique dictatoriale, va donc approuver le « travail » du fils Fabius. Que c’est beau le « socialisme à la française » ! Un régal !

Je passe sur le « travail » parlementaire tant de l’Assemblée nationale que du Sénat, milieu quasi pourri en son entier. Fumier fumant, grouillant de jus putride, en compagnie du gouvernement, des media de la domination et du déchet humain élyséen.

Tout ça vaste fosse à purin de l’extrême-gauche à l’extrême-droite. On peut y ajouter l’essentiel des syndicats avec. Et des associations dites de défense des citoyens.

Partis politiques et syndicats presque tous renégats et moribonds. Il ne reste plus qu’un seul pouvoir légitime celui de la RUE en ces masses manifestantes. Enfin, pour qui ne serait pas encore au courant, certains milieux de l’armée dont la gendarmerie et de la police nationale n’est pas insensible à la DÉSOBÉISSANCE CIVILE.

– Problème subsidiaire : puisque j’évoque le scandale de la collecte de sang sidaïque, ne serait-il pas temps déjà d’évoquer le scandale à venir de la collecte de sang pollué des « vaccinés » du covidisme ?

La vérité si je mens !

dimanche 25 juillet 2021
Source : aitia.fr
Je le faisais remarquer très récemment, ce n’est pas parce qu’on vous ment en permanence qu’il faut croire systématiquement le contraire de tout ce qu’on vous dit. C’est bien sûr humain et compréhensible ; il y a même un proverbe pour cela : « chat échaudé craint l’eau froide ». Mais même les menteurs les plus compulsifs arrivent à dire des vérités… et surtout, les plus malins arrivent à tromper sans mentir au sens strict, généralement par omission, car ils sont suffisamment intelligents pour se préserver par tous les moyens des poursuites pénales que certains pourraient leur intenter s’ils mentaient de façon trop directe (il existe quand même des lois pour cela).
Le cas de l’efficacité des « vaccins » anti-covid – dont je rappelais la définition dans cet article – est assez instructif sur cette façon de mentir tout en disant la vérité. Certains contestent en bloc qu’ils aient une quelconque efficacité, ou prétendent que les chiffres avancés par leurs fabricants sont grossièrement enjolivés ; certes, il est naïf de croire sur parole un dépliant publicitaire quel qu’il soit, et il est parfaitement légitime de se méfier de publications scientifiques sur un produit pharmaceutique qui sont financées par le fabricant même de ce produit.
Mais il faut aussi garder à l’esprit que ces grandes entreprises pharmaceutiques, si elles ont les moyens de corruption gigantesques qu’on leur connaît, ont aussi les moyens d’avoir des services juridiques de haut niveau capables d’orienter finement la communication de l’entreprise afin que les inévitables pertes pour l’entreprise que représentent les procès perdus restent à un niveau minimum – même si ce niveau paraît astronomique pour le commun des mortels, alors qu’il est juste à la mesure des profits bien plus astronomiques encaissés.
Il est donc assez vain de contester toute valeur aux chiffres d’efficacité annoncés, comme s’il s’agissait d’une simple et brutale fraude scientifique intéressée (ça existe, mais ce n’est pas systématique) ; il est plus intelligent, soit de privilégier les chiffres « de la vraie vie » par rapport à ceux des études (on l’a fait, et on le refera, à partir des données anglaises), soit de se poser la question de la signification réelle de chiffres qui, en eux-mêmes, peuvent être justes, tout en induisant totalement en erreur le public visé.
Tout d’abord, il y a une manipulation qui consiste à parler d’efficacité en « oubliant » que tout le monde n’est pas exposé à l’agent pathogène contre lequel le vaccin doit apporter une protection. Ainsi, lorsqu’on entend une « efficacité de 90 % », on pense qu’il y aurait 90 % en moins de malades pour cette maladie dans une population entièrement vaccinée (à supposer, bien sûr, que le chiffre d’efficacité annoncé soit juste)… mais on oublie que les risques vaccinaux s’appliquent à 100 % de la population (si elle est entièrement vaccinée) alors que les risques de la maladie ne s’appliquent, par définition, qu’aux personnes infectées. Or, si l’on en croit le dernier bulletin du Réseau Sentinelles, le taux d’incidence des cas d’infection respiratoire aiguë vus en consultation de médecine générale et dus au SARS-CoV-2 était estimé, pour la semaine 28 de 2021 (12 au 18 juillet) à 4 pour 100 000 habitants (oui, 0,00004 !). Du coup imposer un vaccin (et tout ce qui va avec…) à l’ensemble d’une population quand 0,004 % en tirera un réel bénéfice (si tout va bien) semble nettement plus ressemblant à la volonté d’écraser une paramécie avec le marteau-pilon du Creusot qu’à celle de protéger une population dans une démarche rationnelle et médicale, surtout quand des traitements curatifs efficaces et peu chers existent, qui par définition ne sont administrés qu’aux malades donc à beaucoup moins de monde !
Et même au plus fort de la vague épidémique au printemps 2020 (semaine 13), le taux d’incidence hebdomadaire pour la Covid-19 n’était « que » aux alentours de 140 pour 100 000, certes 35 fois supérieur, mais tout de même égal à 0,14 % en langage courant ! On remarquera au passage que ce taux d’incidence ne se confond pas avec celui des infections respiratoires aiguës (IRA) (ce qui devrait être évident pour tous, mais finit par ne plus l’être dans une psychose collective covidienne de niveau 10 sur l’échelle de Richter) : ainsi, dans le dernier bulletin du Réseau Sentinelles le taux d’incidence des IRA est de 42 pour 100 000, soit dix fois celui de la Covid-19. En d’autres termes, et en dépit d’une activité qualifiée de « faible » en médecine générale pour les IRA toutes causes confondues, 9 sur 10 des patients consultant pour des infections respiratoires aiguës n’étaient pas, du 12 au 18 juillet, porteurs de cette nouvelle peste noire devant laquelle le monde entier – et surtout la France – semble se mettre à genoux.
Mais l’essentiel n’est pas là. La tromperie la plus profonde réside, avant tout, dans la définition d’une efficacité des vaccins qui compare des sujets vaccinés à d’autres ne recevant aucun traitement. Comme si la médecine pouvait se résumer à la vaccination, comme si aucune autre voie de sortie n’existait, ce qui n’a bien entendu aucun sens même si les menteurs compulsifs qui nous gouvernent le répètent en boucle. La maladie est certes nouvelle, mais de nombreux médicaments anciens (« repositionnés », comme on dit dans un français approximatif), souvent associés entre eux, et avec des compléments alimentaires n’étant même pas des médicaments au sens strict, ont montré sur elle une efficacité certaine : ivermectine, hydroxychloroquine, azithromycine, vitamine C, zinc… La liste est longue et ceux qui veulent avoir un aperçu général de leur efficacité (pris isolément, mais les associations n’y figurent pas) pourront se reporter au site cearly.com5 ; quant à ceux qui souhaitent avoir des protocoles tout prêts – à discuter évidemment avec un médecin – ils pourront les trouver sur le site de la Front Line Critical Care COVID-19 Alliance, pour certains traduits en plusieurs langues dont le français.
On comprend donc pourquoi il était nécessaire de tuer d’abord le soldat hydroxychloroquine, et de mentir ensuite sur les effets secondaires désastreux des « vaccins » expérimentaux à ARN ou ADN, pour imposer de façon « rationnelle » l’idée d’une vaccination universelle comme seule porte de sortie. Mais les géniaux concepteurs de ce plan « sanitaire » ont juste oublié une chose : même en bombardant 24h/24 les citoyens d’une propagande digne des zeurslesplussombresdelhistoire, à l’heure d’internet, une vérité même ténue finit toujours par se frayer un chemin, et par s’auto-alimenter de façon exponentielle, là où le mensonge nécessite toujours des moyens de plus en plus importants et de plus en plus visibles pour subsister… ce qui in fine renforce l’éclat de la vérité.
François Roby

DES P’TITS TROUS, DES P’TITS TROUS, TOUJOURS DES P’TITS TROUS …

D’après la chanson de Gainsbarre.

LA FRANCE SE RÉVEILLE ENFIN ET INVESTIT LA RUE, MARIANNE À SA TÊTE

LES MANIFESTATIONS PRÉVUES AUJOURD’HUI :

Sans oublier l’Outre-Mer !

Et l’on me dit que la carte ci-dessus est incomplète, pas à jour.

*

La Liberté guidant le peuple (Delacroix)

LES TROIS COMIQUES DU JOUR OU L’OBSCURANTISME COVIDISTE ŒCUMÉNIQUE ACHEVÉ

article d’E & R du vendredi 23 juillet 2021

Trois représentants des cultes protestant, musulman et juif, se sont fendus d’une déplorable tribune pro-vaccin d’une soumission sans égale. Les catholiques pourraient dire que l’honneur est sauf, aucun représentant de leur religion ne s’est adjoint à cette tribune. Malheureusement cela n’est que pur accident, car il est évident qu’ils n’auraient pas eu à chercher longtemps pour trouver un collabo catholique. On s’étonne d’ailleurs de cette absence. Ces pro-vaccinistes seraient-il un peu cathophobes ?

Sans vouloir faire parler les morts – oups, pardon, Jésus est vivant ! –, il nous semble que le Christ aurait eu une autre élévation d’esprit que ce torchon pro-gouvernemental qui nous fait honte. Se focalisant sur la soi-disant efficacité du vaccin (cela reste à démontrer, surtout au fur et à mesure des variants qui se succèdent) et sur la soi-disant dangerosité du virus (en confondant allégrement contagiosité et létalité), ces religieux en carton pâte décrètent que « tu ne tueras point » signifie « tu te feras vacciner ». Une revisitation – pour ne pas dire un révisionnisme – du décalogue.

Qu’aurait pensé Jésus de tout cela ? Permettez-nous de penser que sa hauteur de vue aurait évité toutes ces facilités de raisonnement pour voir le tableau d’ensemble : que dit cette politique vaccinale de notre monde ? Quel hygiénisme extravagant nous pousse à faire prendre des risques supérieurs par le vaccin à des moins de 65 ans qui encourent un risque nul par le virus (hors comorbidités) ? Quelle société de l’argent mobilise de telles forces pour vendre à tout prix un produit expérimental et l’injecter dans les corps de force ? Quelle vision méprisable de la liberté des gouvernants qui veulent notre bonheur et notre santé à tout prix, et surtout malgré nous ?

Aussi nous faut-il redoubler d’efforts pour convaincre les sceptiques, et combattre les opposants à la vaccination, qui sous prétexte de la liberté, veulent faire valoir leur droit à être un danger pour les autres. Ces derniers arguent de la liberté, un des piliers essentiels de notre triptyque républicain, comme épouvantail pour crier au scandale, voire au complot. Une minorité de Français invoquent bruyamment, et parfois même de manière indécente, leurs libertés individuelles pour refuser le vaccin contre la pandémie qui ravage la planète.

Chaque mot est presque un mensonge. Pour des hommes de foi, c’est triste [mais normal puisqu’on est dans la religion covidiste]. Mais, comme des fous emportés dans leur délire, nos trois Pieds nickelés surenchérissent encore :

Refuser le vaccin, ce n’est pas seulement risquer pour soi-même les coups du virus, c’est pratiquement armer son propre corps, comme on dégoupillerait une grenade, pour le transformer en engin potentiellement mortel, frappant aveuglément et aléatoirement autour de soi.

Clercs de trois religions différentes, nos trois comiques tristes sont les prêtres communs d’une religion qui les surpasse toutes, celle de la Shoah :

Nous nous insurgeons d’avoir vu dans les rues de notre pays, des manifestants défiler en portant des étoiles jaunes. Rien ne saurait jamais pouvoir être comparé à la Shoah. Rien.

Rien ! On ne peut donc que s’incliner devant cette oukase mystique (attention, nous n’avons pas dit mythique !). Cependant, pourrait-on rappeler que, tout de même, séparer les hommes pour les traiter de manière différente, n’était-ce pas quand même un peu le début de ce qu’ils appellent justement la Shoah ?

D’ailleurs justement leur conclusion n’est-elle pas un peu malheureuse :

La réponse est simple.

Tu ne tueras point.
Tu te vaccineras.

Ou de façon moins biblique [et le Coran, il est où dans tout ça?] et plus républicaine, se faire vacciner, c’est être protégé et protéger les autres. Être vacciné c’est être « le gardien de son frère ». Être vacciné pour être enfin libre.

Zut alors, nous qui pensions que c’était le travail qui rendait libre.

Les noms à retenir  : Pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France ; Haïm Korsia, grand rabbin de France ; Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman.

Lire le torchon collaborationniste sur Le Figaro.

*

Réflexion finale de moi : On dirait qu’ils ont peur de crever, et Dieu dans tout ça ? Autrement, que le rédacteur de cet article se rassure le Pape mondialiste est pleinement sur la même ligne que le trio de clowns.

***

PETITE INFO ENCORE – GARDE RÉPUBLICAINE

De source sûre, la Garde Républicaine, composée de gendarmes, qui est traditionnellement la garde de sécurité et la garde d’honneur du président et des membres du gouvernement s’est retirée (je ne saurais dire quand) de la protection de Macron, remplacée par d’autres services de police.

Doublement sidérant :

— il s’agit d’une sorte de grève unanime, d’un refus qui doit être jugé sérieux pour ne pas amener de sanction,

— je n’ai encore jamais entendu parler d’une telle action de ce genre.

De quoi Macron s’est-il rendu coupable aux yeux des membres de la Garde Républicaine ?

PS 2 LE « EN MÊME TEMPS » MACRONIEN

PS 2

On me dit que la phrase exacte de la petite ordure serait : La primauté aux vaccinés, et une vie de merde pour les autres ! Ce qui est encore plus odieux. C’est le « en même temps » macronien bien connu. Que ceux qui sont vaccinés comprennent bien qu’il faudra qu’ils demeurent à jour des piqûres mondialistes pour conserver leur « primauté ».

Je connais un crétin de souverainiste (il s’est présenté en 2017 à l’élection présidentielle) qui après avoir pris le train de la contestation en marche se met à l’écart des manifestations parisiennes parce que certains y compareraient l’apartheid en marche avec le sort réservé aux Juifs en 1942. Il a même le culot insigne et indigne de minimiser ce qui se passe actuellement au nom de la Shoah ! Quel pitre ! Et quel devin ! Car que nous réservent demain (« vaccinés » ou « non-vaccinés », mais tous emprisonnés) ces tyrans, cette mafia qu’il va falloir abattre d’une manière ou d’une autre ?

Il est prévu dans la loi que les employeurs puissent licencier les récalcitrants et que les bureaux de vote à venir nécessiteront un passe, de même pour aller à l’hôpital ou dans les EHPAD … sauf urgence (notion totalement vague).

Je ne dis plus où est la gauche « sociale » ? Elle est morte. Mais je pose quand même la question où sont les syndicats ? Où est rendue la Ligue de Défense des Droits de l’Homme ?

***

Et

J’ai reçu ceci :

Là, tout de suite, je vous invite aussi à faire une autre action importante – cela prend 5 minutes, depuis chez vous.

Il s’agit de porter plainte en Justice contre le pass sanitaire, et de vous joindre au recours COLLECTIF, menée par l’excellent avocat Me Di Vizio.

Cela prend quelques minutes et cela peut changer la donne : plus nous serons nombreux, et plus cette action judiciaire sera efficace !

C’est capital de le faire si vous êtes professionnel de santé soumis à l’obligation vaccinale à venir (attention, des honoraires vous sont demandés car c’est une procédure lourde, mais votre liberté et santé valent peut-être 100 euros pour vous).

Mais cette plainte collective est ouverte aussi à tous les citoyens opposés au pass sanitaire, et dans ce cas c’est quasiment gratuit (1 euro symbolique).

Rendez-vous ici pour remplir votre plainte : https://www.divizio.fr/recours-obligation-vaccinale-pass-sanitaire/

TOUS ENSEMBLE, NOUS DEVONS DÉFENDRE NOTRE LIBERTÉ, NOTRE DIGNITÉ ET L’ÉGALITÉ DE TOUS DEVANT LA LOI !!!

Transférez maintenant ce message autour de vous, à TOUS vos contacts, c’est urgent.

Et rendez-vous samedi dans les rues de France!

T’ ‘A’ ‘AR TA GUEULE À LA RÉCRÉ !

Selon le journal Libération, un « conseiller » du gouvernement aurait bramé (bien loin des foules) :

ON VA LEUR FAIRE UNE VIE DE MERDE !

ON : la mafia au pouvoir qui contourne les propres interdits qu’elle décrète. Restaus clandestins, pas de passe prévu pour les parleurs-menteurs, pas de « gestes barrières » pour le Festival de Connes ou les « réunions au sommet » (qui sont par contre agrémentées de gestuelles franc-maçonnes et de spectacles genre satanique, comme on l’a vu il n’y a pas bien longtemps), etc.

LEUR : La populace, les « vaccinés » en sursis de mise à jour, les non « vaccinés » « ennemi du progrès », les gueux « attardés », les ploucs « populistes », et même les « fachos antisémites » (les media de la propagande ont encore osé ça!).

Mais donc finalement TOUT LE PEUPLE.

Le dilemme devient ainsi très simple, simplissime : ça va être eux, la mafia des mondialistes déshumanistes, anti-humanistes ou nous, le Peuple Humain.

PS

Et ON (les grotesques et les pitres du gouvernement et des media) nous annonce à l’instant des menaces terroristes pour la France. Un p’tit coup de soldats dans les rues et d’entretien de la peur pour casser les manifs?

Qui sont les vrais terroristes de la parole depuis un an et demi ?

HUMOUR ?

PRIX NOBEL DE L’OBSCURANTISME SCIENTISTE AU PARTI DIT « COMMUNISTE » ?

Le porte-parole dudit ‘Parti Communiste Français’ en digne héritier de l’époque stalinienne qui détruisait au nom de « l’avenir radieux de l’Humanité » la nature (et combien d’hommes ?), transforma des mers intérieures en désert de sel et laissait rouiller et pourrir tant et plus de machines inutilisées, vient d’attendre les sommets de la réflexion philosophique en « touitant » :

VIVE LE VACCIN, VIVE LA SCIENCE, VIVE LE PROGRÈS.

Il a osé !
Je suppose que, s’il avait été là, les jours des explosions atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, il se serait écrié, en fidèle du scientisme et du productivisme au front étroit :

VIVE LA BOMBE, VIVE LA SCIENCE, VIVE LE PROGRÈS.

L’insecte ignare de la secte néo-stalinienne (si ! ça existe encore) semble même ignorer que ce qu’il appelle « vaccin » n’en est pas un ; et c’est justement pourquoi  il  pose  problème.

Problème   réellement   scientifique.

LES DÉFENSEURS DE LA VRAIE SCIENCE SONT DANS LA RUE, PANTIN.

Moustique toujours un degré plus bas dans la régression mentale,

tu es à conserver dans le formol, toi ! À côté des œuvres complètes de « génétique prolétarienne » (pauvres prolos!) de Trofim Lyssenko.

POUR INFORMATIONS

Publié par Mohamed Tahiri (extraits)

le 19 juillet 2021 sur France médias numérique

Aux États-Unis, la Cour suprême a annulé la vaccination universelle.

DERNIÈRES NOUVELLES !

Bill Gates, le spécialiste américain en chef des maladies infectieuses Fauci et Big Pharma ont perdu un procès devant la Cour suprême des États-Unis, n’ayant pas réussi à prouver que tous leurs vaccins au cours des 32 dernières années étaient sans danger pour la santé des citoyens !

Le procès a été intenté par un groupe de scientifiques dirigé par le sénateur Kennedy.

*

Robert F. Kennedy Jr. : « Le nouveau vaccin COVID doit être évité à tout prix.

J’attire de toute urgence votre attention sur des questions importantes liées à la prochaine vaccination contre le Covid-19.

Pour la première fois dans l’histoire de la vaccination, les vaccins dits à ARNm de dernière génération interfèrent directement avec le matériel génétique du patient et modifient donc le matériel génétique individuel, ce qui constitue une manipulation génétique, ce qui était déjà interdit et était auparavant considéré comme un crime.

Le VACCIN coronavirus N’EST PAS UN VACCIN ! ATTENTION !

Qu’est-ce qui a toujours été un vaccin ?

C’était toujours l’agent pathogène lui-même – un microbe ou un virus tué ou atténué, c’est-à-dire affaibli – et il était introduit dans l’organisme afin de produire des anticorps. Pas même un vaccin contre le coronavirus !

Ce n’est pas du tout cela !

Il fait partie du tout nouveau groupe de prétendus « vaccins » à ARNm (ARNm). Une fois à l’intérieur d’une cellule humaine, l’ARNm reprogramme l’ARN / ADN normal, qui commence à fabriquer une autre protéine.

Cela n’a rien à voir avec les vaccins traditionnels ! C’est-à-dire qu’il s’agit d’un instrument d’influence génétique. Une arme biologique génétique ! C’est-à-dire qu’ils vont détruire tous les terriens, et les survivants deviendront des OGM !

Après le vaccin ARNm sans précédent, les vaccinés ne pourront plus traiter les symptômes du vaccin de manière complémentaire.

Les personnes vaccinées devront en assumer les conséquences, car elles ne pourront plus être guéries par la simple élimination des toxines du corps humain, comme c’est le cas pour une personne présentant un défaut génétique (syndrome de Down, syndrome de Klinefelter, syndrome de Turner, insuffisance cardiaque génétique, hémophilie, mucoviscidose, syndrome de Rett, etc. ), car le défaut génétique est éternel !

Cela signifie clairement :

si un symptôme de la vaccination se développe après la vaccination ARNm, ni moi ni aucun autre thérapeute ne peut vous aider, car

LES DOMMAGES CAUSÉS PAR LA VACCINATION SERONT GÉNÉTIQUEMENT Irréversibles. »

***

[ PRÉDICTIONS D’UN ANCIEN HAUT RESPONSABLE DE PFIZER ]

L’ancien scientifique en chef de Pfizer, Mike Yeedon, a une fois de plus exprimé sa position selon laquelle il est maintenant trop tard pour sauver ceux qui ont été injectés avec une substance publiquement appelée « le vaccin Covid-19 ».

Il encourage ceux qui n’ont pas encore reçu l’injection mortelle à se battre pour leur vie, celle de leur entourage et celle de leurs enfants.

L’immunologiste de renommée internationale poursuit en décrivant un processus qui, selon lui, tuera la grande majorité des gens :

« Immédiatement après la première vaccination, environ 0,8% des personnes meurent dans les deux semaines.

L’espérance de vie moyenne des survivants sera de deux ans maximum, mais elle diminue également à chaque nouvelle «injection». «D’autres vaccins sont encore en cours de développement pour provoquer la détérioration de certains organes, notamment le cœur, les poumons et le cerveau. »

« Des milliards de personnes ont déjà été condamnées à une mort certaine, inévitable et douloureuse. Tous ceux qui reçoivent l’injection mourront prématurément, et trois ans est une estimation généreuse de la durée de leur survie. »

RAVAUDAGES

Voici trois poèmes d’Élisa Mercoeur (1809 – 1835) que j’ai retravaillés sur la forme et sur les rimes.

Les originaux se trouvent dans : Poésies de Mlle Élisa Mercœur (de Nantes) (seconde édition, à Paris chez Crapelet, Imprimeur-Éditeur, 1829).

 

I – FEUILLE FLÉTRIE

 

Pourquoi tomber déjà, feuille jaune et flétrie ?

J’aimais ton aspect doux en ce triste vallon.

Un printemps, un été, l’automne : et ta fratrie

Sommeille enfin sa mort sur l’herbe, ton salon.

 

Pauvre feuille ! Il n’est plus le temps où la verdure

Ombrageait le rameau maintenant sans amant.

Si fraîche au mois de mai ! faut-il que la froidure

Te laisse vivre à peine un incertain moment !

 

L’hiver, saison des nuits, s’avance et décolore

Ce qui servait d’asile aux habitants des cieux ;

Tu meurs, un vent du soir vient t’embraser et clore,

Par ses baisers glacés, un adieu si précieux.

 

II – RÊVERIE

 

Qu’importe qu’en un jour on dépense une vie,

Si l’on doit en aimant épuiser tout son cœur,

Et penché doucement sur la coupe d’envie,

Y goûter, du bonheur, le nectar en liqueur.

 

Est-il besoin toujours qu’on achève l’année ?

Le souffle d’aujourd’hui flétrit, d’hier, la fleur ;

Je ne veux pas de rose inodore et fanée ;

C’est assez d’un printemps, l’hiver est un voleur.

 

Une heure vaut un siècle, une fois trépassée ;

Mais l’ombre n’est jamais une sœur du matin.

Je veux me reposer avant d’être lassée ;

Essayer quelques pas au chemin de satin.

 

III – DEMAIN

 

Chaque flot d’océan, qu’il sommeille ou qu’il gronde,

Emporte mon esquif où le conduit le sort ;

Fétu perdu au monde, il ballotte sur l’onde,

Et s’éloigne incertain des écueils, sans ressort.

 

J’ai vu s’enfuir le port à qui pensait l’atteindre,

J’ai vu ce qu’au sourire il succède de pleurs ;

Combien de purs flambeaux un souffle peut éteindre,

Ce qu’un baiser du vent peut moissonner de fleurs.

 

S’il s’écarte, oublions le nuage peu sage,

Et qu’importe au matin notre destin du soir ;

Du berceau au tombeau, charmons le court passage ;

Un moment de bonheur vaut un siècle à surseoir.

 

Pour chanter, pour aimer, pourquoi toujours attendre

Quand on ne vit jamais deux fois le même tour ?

Le reflux du passé sut-il nous rendre tendre

Un seul de nos moments emportés sans retour ?

 

Un songe d’avenir trouble l’âme d’errance

À poser d’un bandeau sur les yeux du destin.

Que le malheureux seul existe d’espérance

Et s’endorme enchaîné à demain, sans festin !

 

***

Variantes possibles :

En I :

– Pourquoi déjà tomber, feuille jaune et flétrie ?

– Par ses baisers glacés, un adieu trop spécieux.

En II :

– Y goûter le nectar du bonheur en liqueur.

En III :

– Emporte mon esquif là où conduit le sort

– J’ai vu s’enfuir le port pour qui pensait l’atteindre

– Quand jamais on ne vit deux fois le même tour ?

– À masquer d’un bandeau tous les yeux du destin.

– Et s’endorme enchaîné à demain, pour festin !

AU MONDE DE LA TOPETTE GÉNÉRALISÉE, INSTITUTIONNELLE ET BIENTÔT OBLIGATOIRE? (notes)

Qui a dit qu’il y avait d’un côté le sport et le dopage et de l’autre – sans rapport – le reste de la vie et les pseudo-vaccinations covidistes.

À moi, il me semble bien que les deux font un tout. C’est le même monde pseudo-sanitaire pris par deux bouts différents. Le gros bout de la lunette ou le petit bout de la lorgnette. Celui du sport en général et plus particulièrement professionnel (encore que l’autre, amateur, n’est pas mal gangrené non plus). Avec ces cobayes d’élite. Ou celui de la masse humaine grouillante et fourmillante. Avec le tout venant des cobayes de base.

Ou du moins peut-on dire que ces deux domaines (sport d’élite et vie quotidienne des quidams anonymes) révèlent au grand jour ce que l’on sentait germer déjà depuis des années dans les milieux de la domination par l’argent et conséquemment du pouvoir médiatique, publicitaire, propagandiste et politique. Celui de la société capitaliste spectaculaire-marchande.

Tout se tient dans une société ou une civilisation, même si tout paraît être fait de bric et de broc ou aller de guingois, pour ne pas dire plus en ces temps de décadence accélérée. Qui ne remarque pas que la finance, l’économie, la politique, le médiatique, tout est en train de se diluer actuellement, et que présentement tout est ouvert pour l’émergence du n’importe quoi ou de son inverse (si l’on peut imaginer un inverse au n’importe quoi).

Qui est pro-mondialiste est covidiste, qui est anti-mondialiste est anti-covidisme. Il n’y a plus vraiment de juste mieux parmi les gens — du moins les personnes qui participent de la nouveauté idéologique ou de sa critique –- au constat de ce qui « éclate » et se trame. Le covidisme pour le dire en quelques mots est cette nouvelle maladie mentale à l’échelle du monde (du moins du monde occidental) qui sous prétexte d’une maladie physique quelconque a décidé de se lancer en grand dans le transhumanisme, c’est-à-dire l’anti-humanisme retors, dictatorial, totalitaire. Graine de scientisme et de technologisme à l’heure où la bio-chimie et la physique électronique ont tout pouvoir (dont pouvoir absolu de nuisance), toutes finances, totale réclame et qu’elle envahit le tout à chacun de gré ou de force. Le vrai néo-fascisme ou néo-stalinisme intégral celui qui était énoncé déjà dès les années cinquante du siècle dernier par les écrivains les plus lucides.

Il s’agit d’une sorte de folie délirante qui entendrait transformer les hommes en sur-hommes, du moins les « élites », les autres étant relégués, esclaves humains ordinaires ; non pas des sur-hommes nietzschéens par delà le Bien et le Mal, de vraie élite tenue par l’union d’une véritable éthique et une véritable esthétique, sûrement pas, mais des néo-barbares distingués, barbares en col blanc, et costard cravate, synthèse de nature et de techniques, humains bricolés par la physique et la chimie. Sorte d’handicapés physiquement, voire mentalement, « bonifiés » par un ensemble de gadgets chimiques et électroniques, et plus précisément géniques.

L’homme bionique, le cyborg de ces nombreux livres de science-fiction des années cinquante-soixante qui décrivaient un temps encore bien improbable. Celui de L’Ère des Biocybs (éditions Fleuve Noir, 1960) par exemple d’un auteur comme Jimmy Guieu qui eut pléthore de lecteurs autrefois *.

Pour illustrer mon propos, je vais citer un article récent paru sur le site irremplaçable et très bien documenté : cyclismedopage.com.

*

Mais avant je voudrais dire quelques mots sur la raison qui me pousse à titrer cette réflexion : « Au monde de la topette généralisée ».

Mon père était d’un tout autre temps et faisait du vélo en amateur fin des années vingt, début des années trente ; il participa même une fois à une course de sélection pour le Premier Pas Dunlop ; c’est là je crois qu’il tomba et déchira son « beau maillot vert Griffon » racontait-il bien plus tard. Mais il laissa tomber la bicyclette la semaine où il cassa deux roues (deux roues en bois à l’époque) sur le vélodrome de la petite cité qui est la mienne. Je précise que le conseil municipal a trouvé bon ces dernières années de faire raser ce vélodrome pour y construire des immeubles — c’est le « complexe seconde guerre mondiale » ici si je puis dire, celui du dégoût des édiles (j’avais commencé à écrire « idylles ») locales pour toute forme de passé.

Mon géniteur donc ne parlait jamais de « dopage » ou de « doping » avant que la forme francisée ne passe dans la langue courante, ou de drogue, mais toujours de « la topette ». La fameuse topette.

La topette (et non pas Zátopek) est un mot qui dans un sens vieilli désigne une fiole généralement longue et étroite ; on trouve dans le Littré : petite fiole de verre blanc ; ce mot est attesté par exemple dans un texte de 1874, ou chez Courteline en 1884. L’ancien-français connaît des mots comme toupin et tupin, le provençal des mots comme : toupin, toupi et toupine qui désigne le petit pot en terre.

Dans le cyclisme la topette est un ustensile qui existe depuis le début des courses, sous la forme d’un petit bidon extra plat, le sauveur du coureur en panne, qui contient quelque produit stimulant, excitant, pour ne pas dire dopant. Il existe l’expression « marcher à la topette » ; j’en vois encore une attestation dans un article daté de 1984 et je rencontre « topette » dans le sens de « dopage » en 1967. Ce mot semble être devenu plus ou moins désuet, sans doute à cause de la prégnance de l’audio-visuel lors des courses de vélo qui réclame de se cacher de nos jours pour malfaire ; ou à cause d’autres méthodes plus discrètes de se « revitaliser » ; finalement le simple bidon est plus discret.

Il faut savoir qu’il a fallu attendre les années soixante pour que l’on commence à lutter (bien doucement) contre le dopage et la topette, étant entendu que la topette en soi n’était pas nécessairement contestable quand elle ne contenait que des excitants plus ou moins naturels comme la caféine. On cite également des coureurs qui auraient fonctionné parfois à l’alcool. Ce qui semble d’ailleurs étonnant, puisque l’alcool, si ce n’est sur le coup, est moins un excitant qu’un frein à l’activité physique. Qui « casse les pattes ».

Le cyclisme a toujours été un sport d’expérimentations de potions magiques, mélanges de médicaments ou de produits toxiques. Et les noms des plus grands drogués de ce sport ont toujours été connus. Les frères Pélissier par exemple entre les deux-guerres. On sait, autre exemple, qu’un coureur comme Fausto Coppi, qui courait encore vers quarante ans, sur la fin marchait à l’éther (!) ce qui devait plus ou moins l’insensibiliser à la douleur. Tout le peloton le savait, il suffisait de le sentir de près. Ce n’est donc pas un hasard s’il a été incapable de résister à la malaria qu’il avait « chopée » en Afrique en compagnie de Raphaël Géminiani (autre grand drogué du peloton, mais lui en réchappa). On dit qu’il connut une erreur de diagnostic et d’atermoiements thérapeutiques, mais il semble plutôt que son corps fut incapable de combattre la maladie.

Je ne précise pas ceci par hasard, mais j’en fais un élément à ajouter au tableau de la folie dopante (qui n’est pas tant différente par ses effets désastreux que les effets secondaires de la dite thérapie génique actuelle, lancée en grand alors même qu’elle a derrière elle une quarantaine d’années d’échecs absolus ou quasi absolus).

En fait, le dopage semble être consubstantiel au cyclisme. Tout y prédisposait.

1 – C’est un sport qui a été lié dès le départ à la réclame et à l’argent ; et pendant des années aux fabricants de bicyclettes et journaux sportifs et autres ; le professionnalisme est très ancien dans le cyclisme tant sur route que sur vélodrome ; les primes (pour animer la course et le spectacle) sont présentes depuis toujours dans toutes les courses d’amateurs.

2 – C’est un sport très exigeant pratiqué depuis toujours pour l’essentiel par des personnes d’origine modeste, populaire, peu ou pas diplômées, et bien souvent comme une échappatoire à leur condition (de paysan, d’ouvrier, d’artisan…). Un milieu de travailleurs manuels et souvent de gens durs à la tâche.

3 – C’est un sport qui est marqué par une forte exploitation de ceux des coureurs qui font le spectacle (payant en vélodrome, très généralement gratuit sur circuit routier). Ces derniers ne sont finalement que des annexes de la mise en spectacle de la publicité (mais aussi depuis un certain nombre d’années des expérimentations bio-chimiques liées au dopage). Il faut savoir que si les vedettes de ce sport sont très bien payés, il n’en va pas toujours de même du tout-venant du peloton, simples coéquipiers et autres gregari, porte-bidons, donneurs de roue et lièvres des vedettes qui ont parfois au mieux l’autorisation de gagner une étape, une course.

« Les forçats de la route » selon l’expression lancée par le journaliste Albert Londres en 1924 suite à un entretien avec les Pélissier justement.

Le dopage. Doper est un mot qui pendant des décennies a été très peu utilisé en français. C’est un mot qui vient de l’anglais « to dope » qui signifie : administrer un narcotique, même sens en français à l’origine, qui est celle probablement du monde du Turf, des paris mutuels, quand on droguait (déjà) les chevaux de course. Se doper : absorber des stimulants.

Absorber sciemment, non sciemment, inconsciemment, inconsidérément, sous « prescription médicale » ? Question en suspend ; un dopé comme Jalabert a toujours déclaré qu’il ne sait pas s’il fut dopé ; « à l’insu de son plein gré » comme dirait l’autre ; pas courageux Jaja le consultant du Tour de France à la télé depuis quelques années (malgré tout!), moins courageux encore que « J’m’ai pas dopé », je veux dire Richard Virenque, qui a fini par avouer. 

Le mot (donc la chose, le fait), le verbe « doper » est attesté dès 1900 et même avant ; on rencontre « doper un cheval » en 1900, « doper » chez Colette en 1910, et « doper » chez Proust De même pour « doping » remplacé depuis par « dopage ».

*

Je prends donc un article au hasard, celui du 4 juillet courant du site cyclisme.dopage.com (il y en a une trimballée de ce type ici) signé : Antoine Vayer – Frédéric Portoleau – #TeamWattthefuck [sic] et j’en donne le début qui donne une description intéresse de ce qu’est devenu l’environnement du Tour de France y compris pour les journalistes sportifs :

Le rapport à l’autorité des organisateurs du Tour de France a évolué. De manière verticale, les ordres sont donnés. En tous points, cela ressemble à un établissement scolaire où la discipline est stricte, psychorigide, même si elle n’a aucun sens. Les journalistes sont infantilisés, parqués derrière des barrières « ganivelles » s’ils sortent de la salle de presse où ils sont masqués. Ils sont surveillés par des membres de l’organisation avec des brassards de plusieurs couleurs, jaune, rouge, comme celles de nos radars, mais distinguant leur rang de pion. Ils n’ont pas encore de sifflet, ni les journalistes de carnet de correspondance, mais c’est tout comme.

Plusieurs entreprises de vigiles assurent la sécurité aux côtés des gendarmes et policiers. Tout le monde doit « badger » son accréditation, partout. L’accueil des sponsors prime avec celui des élus qui paient. Il se dit que les paddocks du matin, où personne ne peut aller près des bus, seront réservés l’an prochain aux VIP. La presse en serait exclue, alors que naguère, c’était un moment privilégié de contact. La presse n’a aucun accès aux hôtels. C’est interdit, sauf en catimini. Le Covid et les pseudos « bulles » sont un excellent prétexte pour que la presse n’ait plus accès à rien, ni aux coureurs, ni au staff des équipes, pratiquement nulle part, sauf sous des conditions ridicules. Le Tour, c’est les télévisions officielles qui ont des accès privilégiés pour inlassablement les mêmes questions, les mêmes réponses brèves, les « bonbons vidéos » sous musique classique. Point. Les télévisions paient cher. Ils faut qu’elles aient un peu à manger.

L’organisation fournit des images, une banque de photographies. Elle met à disposition aussi des articles. Tout doit être sous son contrôle, feutré. Rien ne doit nuire à l’image qu’elle souhaite diffuser, imposer, vendre. Tout est vénal. Les tweets et réseaux sociaux sont surveillés. Leurs auteurs vilipendés si besoin s’ « ils nuisent à l’image du Tour ». Alors évidemment, il existe peu de résistants pour penser et donner les messages concernant le dopage, la tricherie, les mensonges, l’hypocrisie, le manque de liberté, la déshumanisation de l’évènement. Les coureurs sont au dernier échelon. Ce sont eux qui ont le moins le droit de s’exprimer, toujours dans des cadres extrêmement précis, sous le contrôle de leur équipe et de leur « press-officer » en plus de celui de l’organisateur. On les convainc qu’ils ne font pas Le Tour, mais que c’est Le Tour qui les fait, s’ils sont sages. Les résistants, une poignée d’hommes, chez les suiveurs, dans la bulle coureurs, seraient des personnages de maniement difficile. On ne les trouve presque plus. Aucun ne correspondrait de toute façon à l’image habituelle du bon citoyen du Tour respectueux, du qu’en-dira-t-on et de l’ordre établi. On les remarquerait. Mais ces femmes ou ces hommes auraient au moins une qualité essentielle : le courage et l’esprit du cœur. Ils ne se seraient pas soumis à l’injustice et inclinés devant l’inévitable victoire de ceux qui trichent, au moment où un tel comportement constitue encore la règle de ceux qui sont devant, quoiqu’on en dise. C’est admis. Après tout.

Ce qui domine, partout, c’est le manque de courage, le défaut d’opinion, la paresse et la peur de ne pas être conformiste comme on le demande. Ce petit monde risque de voler en éclats si les escroqueries étaient mises à jour, si on en discutait même.

Pourtant, il y avait matière avec les performances.

Ceci m’inspire ces deux ou trois commentaires.

Donc rien ne distingue plus l’entourage du Tour de France du plateau de télévision où déblatèrent des propagandistes feutrés et commentateurs aseptisés. Des gens du non-dit, ou du dit anecdotique pour meubler. D’ailleurs il suffit de se brancher sur quelques minutes d’une retransmission d’étape pour s’en rendre compte, au ton, au creux du discours tout juste remontant lorsque un château, une chapelle, un joli paysage est « raconté » en quelques phrases. Je connais des personnes qui regardent le Tour pour ses paysages. Telle était ma mère qui était généralement indifférente sinon aux coureurs (français en particulier) du moins aux classements et à toute la popote entourant « l’évènement » (comme on dit).

C’est donc du conformisme achevé là où la télévision d’informations générales et politiques en particulier est contrainte encore d’accorder à quelques « dissidents » court droit de passage au milieu d’une meute de crétins ou de haineux, et de salariés collabos du système. Le conformisme va loin puisqu’on continue à mettre au Panthéon du sport éternel, « mythique », « historique », « de légende » des grandes envolées cyclistes du passé tant et plus de personnages dont tout un chacun qui s’intéresse un peu, du moins objectivement, au cyclisme sait qu’il a été ou est encore de la grande famille des dopés. Il est vrai qu’il est bien difficile de parler d’un vainqueur du Tour qui aurait marché à l’eau naturelle et pure comme roche non polluée. On peut même dire que tout exploit y est entaché de suspicion raisonnable de tricherie.

Finalement il y a un côté fou qui fait que tout ce petit monde ou presque se dopant d’une manière ou d’une autre, c’est peut-être quand même le meilleur du moment qui l’emporte. Sauf si ce dernier emploie une technique dopante inconnue des autres. Remarquons comme les résultats ont souvent valeur pour toute une équipe. Quand le leader est le meilleur, ces coéquipiers sont aussi les meilleurs des coéquipiers. Ce qui dévoile immédiatement la triche en cours. On ne sait pas laquelle ou pas encore, mais on sait qu’elle est là bien présente. Et les premiers à s’en rendre compte sont évidemment les autres coureurs.

C’est ce Tour de France où l’EPO (qui ne disait pas encore son nom) fit son apparition avec des moyennes horaires hors du commun. C’est Charly Mottet, le Petit Charly (1 m 64), et Greg LeMond (retardant visiblement d’au moins un nouveau type de dopage) surpris par la rapidité des fins de courses, se regardant tous deux, et se demandant l’un l’autre à quoi marchait une partie du peloton pour finir des courses à une vitesse époustouflante.

Je note que la présence de ceux qui payent (les sponsors et autres mécènes intéressés) n’est pas du même type que celles des simples journaleux relégués derrière des ganivelles * (près des caniveaux?) et avec masque au museau. Pas comme au récent Festival de Connes, où les consignes de protection et de distanciation n’étaient absolument pas appliquées. Vous pensez bien, on n’est pas chez les gueux du côté de « Cannes la Braguette » comme le chantait Ferré autrefois **.

Je note également que séparer, fliquer, passeportir, y est la règle, que l’information y est totalement formatée, normée, réduite à rien ou l’anecdotique gentil, non conflictuel, non source d’une quelconque polémique. Et je note encore que les lavettes du journalisme ou du commentaire sportif s’y éclatent – au conformisme du moment — entre dithyrambes et éloges sur nos valeureux champions, ou en longs développements sur des incidents de course : machin qui tombe ou truc qui s’arrête pour satisfaire à un besoin naturel. On a même plus ces moments heureux où tout le peloton se livrait à quelque facétie.

* ganivelle : nom féminin, régional (Bretagne, Sud-Ouest). Clôture faite de planches ou de piquets de bois (le Robert). Plus spécialement clôture (en piquets et fil de fer, du moins autrefois) qui sépare les spectateurs des coureurs près des arrivées. On trouve dans le Littré : douve pour tonneau, dite aussi rebut, dont la largeur est réduite qui cite un certain Nanquette (probablement Henri Nanquette, directeur de l’École Nationale des Eaux et Forêts entre 1964 et 1880. Ce mot est généralement utilisé au pluriel.

** Faut les voir languir / À Cann’s-la-Braguette / La ville où l’soupir / Joue à la roulette / Faut les voir médire / Ou bien méditer / À Cann’s-la-conn’rie / Chef-lieu d’la pensée / Méditer comment ? / Merditativ’ment. Chanson de 1961. On pourrait ajouter à ce tableau la chanson des VRP (de 1990) où l’on entend : On va à Cannes, / On va à Cannes, / Dans la mer, on va patauger, / Et sur le sable, on ira s’échouer.

*

En 2021, il ne faut plus s’étonner de rien. Les récents champions de la pédale sont en train de battre de nouveaux records qui laissent loin derrière eux les hommes bioniques comme  Indurain, Armstrong, Pantani ou Froome. Mais la liste est en fait considérable quand on sait qu’un coureur comme Jacky Durand a reconnu qu’il était dopé l’année où il a fini dernier du Tour de France.

Nous n’allongerons pas les exemples mais dirons juste quelques mots d’Indurain qui était grand et costaud et qui avait une morphologie de rouleur, ce qui ne l’empêchait pas, bien au-delà des contingences physiques naturelles, de monter plus vite les cols que les petits et légers gabarits de grimpeur. Indurain, l’un des plus célèbres et des plus anciens « asthmatiques » des pelotons (pelotons largement atteints pendant des années du fameux « asthme de l’effort », tarte à la crème du dopage d’une époque, avant de passer à un autre produit).

Je ne vais pas développer ici sur les manières, les techniques d’évaluation de l’effort des cyclistes. Je renvoie ici aussi au site cyclisme-dopage.com qui lui-même renvoie à d’autres sites branchés sur le même sujet, le même problème (dans le cyclisme ou dans les autres sports). Je rappellerai simplement qu’il est des limites physiques (moyennes) qui ont été établies et qui permettent d’affirmer qu’au-dessus de 400/420 watts, on tourne en sur-régime humain.

Watt ? Je recopie ici l’article « watt » du site cyclisme-dopage.com.

Unité de puissance. Un watt est la puissance d’un système énergétique dans lequel est transférée uniformément une énergie de 1 joule pendant 1 seconde.

Frédéric Portoleau et Antoine Vayer ont développé une méthode permettant d’évaluer la puissance développée par les coureurs sur une ascension. Leur méthode tient compte des paramètres suivants :

  • Vitesse relative par rapport au vent
  • Masse corporelle du coureur
  • Masse du vélo et des équipements (bidons, vêtements, etc.)
  • Pourcentage de la route [donc de la configuration des lacets en montagne]
  • Densité de l’air [donc du temps qu’il fait]
  • Surface frontale du coureur et de son vélo
  • Coefficient de pénétration dans l’air
  • Coefficient de roulement des boyaux sur la route [donc de l’état du revêtement de la route]
  • Frottements mécaniques des pièces en rotation (moyeux, pédales, chaîne)
  • Rendement de la chaîne

Pour permettre la comparaison entre coureurs, la puissance est ensuite extrapolée à un coureur type de 70 kg équipé d’un vélo de 8 kg.

Source : Pouvez-vous gagner le Tour ? par Antoine Vayer et Frédéric Portoleau, Livrairie Polar

Sur le Tour de France 2009, Frédéric Portoleau a confronté ces calculs avec des mesures réelles. Cliquez ici pour en savoir plus.

Pour aller plus loin : Pour tout comprendre sur le calcul des watts

Mais, je reprends la suite de l’article déjà cité (celui du 4 juillet courant) :

Pourtant, il y avait matière avec les performances.

Les chiffres magiques de Julian Alaphilippe, plus 500 watts réels pendant trois minutes à plus de 8 watts par kilo, qu’il est le seul de manière ponctuelle à pouvoir pousser. Ce rendement absurde lui a permis de devenir champion du monde dans la Cima Gallisterna en 2020 et de revêtir le maillot irisé qu’il a troqué avec la même surpuissance pour le maillot jaune dans la côte de la Fosse-aux-Loups [cette année]. Au nom de son fils Nino. La belle histoire.

Les chiffres magiques de Mathieu Van der Poel [tout récent vainqueur de l’étape du Ventoux du Tour de France de cette année], plus de 600 watts réels sur une minute, qu’il est le seul de manière répétée à pouvoir pousser, ce qu’il a fait par deux fois dans Mur-de- Bretagne pour prendre le maillot jaune à Loulou. Au nom de son grand-père Poupou. La belle histoire.

Les chiffres magiques de Mark Cavendish, coéquipier de Alaphilippe, 36 ans, considéré comme perdu pour le vélo après une longue dépression et la maladie d’Esptein Barr *, plus de 1500 watts réels sur quelques secondes, avec un braquet monstrueux qui lui ont permis de gagner par deux fois [au sprint], à Fougères et à Châteauroux. Au nom d’Eddy Merckx pour lui ravir son record d’étapes gagnées sur la grande Boucle. La belle histoire.

Les chiffres magiques du Slovène Tadej Pogačar qui a roulé à 50 km/h pendant le contre-la-montre de Laval [du Tour de France de cette année], comme les plus grands rouleurs du monde qui pèsent 15 kilos de plus que lui. Mais dans chacune des trois petites difficultés du parcours il a accéléré pour augmenter sa moyenne et vaincre à 51 km/h en poussant sans doute plus de 460 watts réels et plus de 7 watts par kilo pendant 32 minutes. Au nom de sa fougue et de ses mentors tordus de son équipe UAE. La belle affaire.

Cette étape a usé tous les organismes. Tous ? Non, pas celui d’un seul coureur : Pogastrong.

Lors de la première étape de montagne, on a assisté à un genre de performance qu’on croyait à jamais oubliée, que l’on peut classer entre miraculeuse et mutante. Pogastrong s’est échappé en solitaire et a développé l’équivalent de 442 Watts Etalon sur 49 minutes sans ressentir aucune fatigue contrairement à l’ensemble de ses adversaires. On a référencé tous les exploits similaires en cols radars de Lance Armstrong dans sa carrière. Les chiffres parlent, Pogačar lui est supérieur ! […] Aucun autre coureur du peloton n’aurait pu le suivre, même au sommet de leur forme, ni Roglic, ni Bernal s’il avait été là. Cela confirme le retour aux années Armstrong que nous pressentions, en pire ! Il faut revenir aux pires années noires du cyclisme, 20 ans en arrière, pour retrouver pareille performance.

Je fais grâce de la suite qui décortique les « exploits » de Pogačar, titré : « Pogacar, un nouveau mutant qui sommeille ». « Pogacar est en passe de rejoindre ce club extrêmement fermé, celui des mutants. Il n’aura pas à forcer son talent. Miraculeux, cela suffira ». Et je termine sur ces quelques réflexions d’un ancien coureur cycliste professionnel (de 2007 à 2019) : Romain Feillu (dans un entretien avec Gaspart Bremond in ouest-france.fr du 16/09/2020 :

Ceux qui connaissent le vélo savent bien que ce n’est pas normal. Un garçon comme Wout Van Aert, un puncheur, un sprinteur, est aussi capable de rouler sur des cols pendant plusieurs minutes et faire exploser tous les grimpeurs très loin de l’arrivée et de continuer à rouler. Il y a quelque chose qui ne va pas. Même Chris Froome n’était pas aussi extraordinaire que Wout Van Aert ! Là, on voit bien qu’il y a un truc Il est au top sur tout, et tu sais bien, quand tu fais du vélo, qu’il est impossible de travailler toutes les spécialités et d’être au top physiquement partout. Avec le recul que j’ai, je sais bien que lorsqu’une équipe domine à ce point une course, il y a quelque chose derrière Je me souviens de l’US Postal, de la CSC avec Cancellara et O’Grady dans les cols.

Mais vous n’avez aucune preuve de ce que vous dites.

Oui, c’est vrai, mais par le passé aussi on n’avait aucune preuve contre des équipes qui, au final, avaient joué. Moi, au fond, aujourd’hui, ce que je vois, je le comparerais à un mec qui gagnerait deux fois de suite miraculeusement à la loterie. C’est dingue. Mais en cyclisme, il n’y a pas de hasard, c’est pour ça que je pense qu’il y a anguille sous roche.

[…]

Il y a autre chose qui me fait m’interroger, c’est sur la Slovénie. On sait que c’est un petit pays de deux millions d’habitants, qui n’a pas eu de palmarès immense sur le Tour, et qui arrive tout d’un coup à placer deux coureurs [Pogačar et Roglič] aux deux premières places du Tour [de 2020] !

Ajoutons au duo un troisième extraterrestre slovène vainqueur cette année de deux étapes du Tour : une certain Matej Mohorič.

Le duo slovène Pogačar-Roglič, du moins celui du Tour de France 2020 — dont je n’ai pas vraiment suivi les péripéties et qui s’est couru d’ailleurs en fin de saison à cause de la folie covidiste — me fait penser à cet autre duo de la fin des années quatre-vingt, celui des néerlandais Theunisse et Rooks, deux grimpeurs venant d’un pays plat, les Pays-Bas qui semblaient survoler la montagne.

Gert Jan Theunisse, Prix de la Montagne au Tour de 1889, dans une équipe qui à la même époque (on l’a su en 2013 lorsque a été été rendu public le contenu des carnets de son soigneur d’alors) marchait à la cortisone, la testostérone et au dopage sanguin (substitution de sang pollué par du sang « propre » gardé en réserve).

Steven Rooks, deuxième du Tour 1988 derrière Pedro Delgado, qui lui (Rooks) a reconnu s’être dopé à l’EPO au début des années quatre-vingt-dix.

Mais il y a plein d’autres exemples en ce domaine.

* S’il existe un virus Epstein-Barr, il y a plusieurs maladies qui sont liées à ce virus comme la mononucléose infectieuse, maladie généralement bénigne et qui infecte 80 à 90 % de la population mondiale, et quelques autres beaucoup plus malignes comme le lymphome (ou leucémie) de Burkitt (généralement liée à ce virus et au paludisme) ou le carcinome du nasopharynx (autre forme de cancer). Je ne sais pas ce que cela désigne ici.

***

Sans vouloir remonter plus haut, c’est-à-dire sans doute jusqu’au début du Tour de France, et en simplifiant, on peut dire que chaque décennie a eu son type de dopage, sa mode dopante :

Années cinquante et soixante : le temps des amphétamines. Une douzaine de coureurs cyclistes ont été répertoriés comme morts des suites d’une surconsommation d’amphétamines dans les années cinquante. C’est Jean Malléjac deuxième du Tour de France en 1953 derrière Louison Bobet, qui se trouve très mal en point dans l’ascension du Ventoux en 1955, ce qui entraîne l’exclusion (une première dans le Tour de France) de son soigneur qui était aussi celui de Charly Gaul (prix de la Montagne de ce même Tour, vainqueur du Tour 1958 et vainqueur du Giro 56 et 59). C’est Knud Enemark Jensen un cycliste danois décédé à 23 ans officiellement d’un coup de chaleur en pleine course (il faisait 42°) pendant les Jeux Olympiques de 1960 à Rome alors même que son autopsie révéla l’utilisation de produits dopants, dont des amphétamines, ce que son entraîneur confirma. Mais il faut savoir qu’au début des années soixante personne ne trouvait à redire des publicités vantant les mérites de ce type de produit. C’est Tom Simpson mort en course dans l’ascension du Ventoux au Tour de France 1967 :

Selon le rapport d’autopsie, « la mort […] est due à un collapsus cardiaque imputable à un syndrome d’épuisement dans l’installation duquel ont pu jouer certaines conditions atmosphériques défavorables (chaleur, anoxémie, humidité de l’air), un surmenage intense, l’usage de médicaments du type de ceux découverts sur la victime qui sont des substances dangereuses. À cet égard, les experts toxicologues confirment qu’il a été décelé dans le sang, les urines, le contenu gastrique et les viscères du défunt, une certaine quantité d’amphétamine et de méthylamphétamine, substances qui entrent dans la composition des produits pharmaceutiques retrouvés dans les vêtements de Simpson […]. Les mêmes experts précisent que la dose d’amphétamine absorbée par Simpson n’a pu, à elle seule, déterminer sa mort ; qu’elle a pu, en revanche, l’entraîner à dépasser la limite de ses forces et, par là-même, favoriser l’apparition de certains troubles liés à son épuisement. » (Jean-Pierre de Mondenard : Dopage : L’imposture des performances, Paris, Chiron, juin 2006, 3e éd., 288 p.)

Fin des années cinquante / début des années soixante, du temps de Miroir-Sprint, c’était pour moi celui du Tour de l’Ouest, organisé par le journal Ouest-France (prononcé « oueste-france » ou « ouè’s-france », selon les gens d’ici), celui qui une année passa juste au bout de ma rue dont je n’ai retenu qu’une chose : un énorme Lariflette en carton (sans sa Bichette) personnage « comique » du journal Ouest-France, rivé au sommet d’une voiture ; ou du Tour de France passé à quel distance où je vis Yvette Horner tout sourire et tout doigts agiles jouant de l’accordéon sur le toit d’une voiture ceinte de vitres en polyméthacrylate de méthyle, ou si vous préférez de plexiglas ; ou encore du Championnat de France 1965 à Guichen, près de Rennes, avec la côte de Pont Réan qui dit-on fut montée 24 fois, je ne vis pas l’arrivée j’étais le long du parcours derrière des ganivelles avec mes parents, mais l’entendis narrée : après une dernière échappée infructueuse de Raymond, premier Anglade, deuxième Poulidor, troisième Anquetil qui était satisfait (sa bête noire finissait deuxième).

Première loi anti-dopage en France 1965. Elle a eu quelques effets à ses débuts. Mais elle a montré rapidement ses limites car la pression du peloton et des équipes a toujours été forte et bien évidemment cette lutte a toujours été en retard sur la nouveauté. Si l’on a pu prendre les coureurs utilisant des amphétamines, il n’en a pas été de même d’autres produits plus difficiles à déceler, quand on n’a pas utilisé des produits permettant de les masquer. Où la technique de la poire d’urine non contaminée pour « pisser propre ». On a même connu beaucoup plus récemment, mieux que la poire, le faux pénis, que l’on pouvait acheter dans le commerce.

Années soixante-dix : les temps fort des anabolisants (stéroïdes) qui fut aussi la grande époque des tendinites ; si on peut gonfler les muscles, on ne peut pas gonfler les tendons qui les tiennent, avant quelquefois de lâcher ; mon père, qui était moqueur, avait remarqué que certains coureurs se plaignaient souvent d’être victimes de tendinite, un en particulier : Guimard, si bien qu’il finit par donner comme nom à la tendinite la guimardite.

Années quatre-vingt : testostérone, et comme dit plus haut cortisone et « sang propre » récupéré les mois sans dopage et congelé. La cortisone est un anti-inflammatoire qui amoindrit la douleur dans l’effort, mais qui a un effet négatif en entraînant une fonte musculaire.

Années quatre-vingt-dix : l’EPO, un produit miracle sauf si tout le monde en prend et permet quand même aux meilleurs de gagner, ou le cocktail dénommé « pot belge » ; c’est autour d’un « pot belge » que se passa la soirée de l’équipe de France (avec Virenque et Jalabert en particulier) qui suivit le championnat du monde de cyclisme sur route en Colombie en 1995 ; développement du contrôle de l’effort par des compteurs remplacés de nos jours par des mini-ordinateurs de plus en plus sophistiqués (fréquence cardiaque, taux de glycémie dans le sang, etc.) ; début également des « asthmatiques » du peloton (la majorité du tour de France à une époque, sous le couvert de l’asthme de l’effort!), y compris en haute-montagne ! le plus connu alors était Indurain ; mais cela a perduré au moins jusqu’à Froome.

L’EPO ou érythropoïétine, est à l’état naturel une hormone glycoprotéique (i.e. portant un glucide) qui sous sa forme naturelle se crée dans la moelle osseuse. C’est un facteur de croissance mais aussi un élément qui augmente le nombre de globules rouges dans le sang. Quelquefois utilisé comme produit thérapeutique coûteux (obtenu par la technique de l’ADN recombinant ou recombiné, c’est-à-dire d’une molécule créée en laboratoire à partir de diverses sources, créant des séquences qui n’existent pas dans les organismes vivants), c’est sous sa forme synthétique que l’EPO est utilisé comme produit dopant. L’augmentation du nombre de globules rouges dans le sang favorise l’oxygénation, mais aussi l’hypertension artérielle et une augmentation de la viscosité sanguine, ce qui nécessite un plus grand travail du cœur. À ses débuts, l’usage de l’EPO a entraîné la mort de plusieurs jeunes coureurs du côté du Danemark et des Pays-Bas en particulier. L’autopsie de ces derniers a révélé des cœurs usés avant l’âge, certains semblables à ceux de vieillards.

Années deux mille : encore les transfusions sanguines (avec du sang « propre » ; du temps d’Anquetil, ce dernier se faisait « vidanger » discrètement le sang en clinique en fin de saison) ; 2005 – 2010 grande époque du dopage génétique ; le but modifier cellules et gènes pour augmenter puissance et résistance ; « malheureusement » ce genre de chose se repèrerait facilement dans les analyses.

Années deux-mille-dix : retour des corticoïdes qui depuis 1978 étaient inscrits sur la liste noire des produits dopants par le CIO, mais qui n’ont pu être décelé qu’à partir de 1999, cocaïne (sans doute depuis bien longtemps ; la cocaïne c’est la mort qu’a choisie, si on peut dire, Pantani après qu’il eut arrêté la compétition), compléments nutritionnels douteux genre « cétones » ou ces dernières années d’un produit dénommé Aicar, une sorte de « coupe-faim » ; recours à un médicament anti-tabac à vertu dopante ; stimulations cérébrales électriques intra-crâniennes (avec un casque adéquat).

Plus drôle car inoffensif pour l’organisme humain : vers 2015, premiers cas reconnus de triche par l’usage d’un moteur électrique d’appoint (les premiers essais de vélo à moteur électrique intégré remontent à 1979), ce que certains appellent le dopage mécanique. Le « dopage mécanique » n’est pas neuf, il est même consubstantiel au développement des progrès techniques dans le domaine de la bicyclette (on pourrait dire la même chose des autres sports mécaniques). Fut un temps, par exemple, où des coureurs comme Cancellara, le coureur suisse, utilisait un pédalier « révolutionnaire », hors de prix où les frottement étaient réduits au minimum. « Le “technology doping” peut être mécanique : par exemple, en 2010, le cycliste Fabian Cancellara a révélé utiliser un pédalier optimisé, le “Gold-Race”. Reposant sur un roulement à billes de graphite, il permet de faire tourner la pédale plus facilement, sans frictions – et donc de gagner du temps lors d’une course. Ce procédé discutable est autorisé par l’Union Cycliste Internationale. » (Fabien Soyez dans un article de cyclisme-dopage.com intitulé « Dopage technologique et homme augmenté : une autre idée du sport ? », du vendredi 27 octobre 2017).

Dans le domaine du dopage mécanique légal on pourrait citer à nouveau tous les procédés relevant de l’électronique, et de la communication à distance de l’information visuelle et vocale. Compteurs divers, mini-ordinateurs, contrôles de l’équipe et observation des autres équipes (espionnage) qui va maintenant jusqu’à l’analyse des tactiques de course et des états de fraîcheur des uns et des autres comme le ferait une équipe de football ou de rugby, de soi ou de ses adversaires (vidéo) ou encore ce procédé qui relève presque de la triche que l’on appelle « oreillettes ». Autrefois il n’existait qu’un seul personnage pour indiquer les écarts dans une course sur route, c’était l’ardoisier qui remontait le peloton et les échappés indiquant les écarts. De nos jours, il n’y a plus rien de naturel autrefois les coureurs allaient grandement à l’aventure, maintenant on leur dit de ralentir, d’attendre untel pour le ramener vers l’avant, de ne pas prendre les relais, ou d’attaquer à un moment judicieux alors qu’un adversaire est sur le point de faire la jonction, etc. Si ce n’est pas de la triche c’est pour le moins tout à fait déloyal. Le coureur est devenu un véritable pion. Finies les échappées grandioses, tout est généralement petit à l’exception des « exploits » des coureurs bioniques.

« De plus en plus de sportifs de haut niveau portent ainsi des “trackers” [« traqueurs »], des capteurs et des GPS qui permettent de mesurer et de comparer les données d’un entraînement et celles d’une compétition, ou encore d’évaluer la qualité de leur sommeil. Les entraîneurs (notamment celui d’Usain Bolt [le sprinter]) utilisent aussi des logiciels, comme le programme d’analyse vidéo Dartfish, pour décortiquer les mouvements d’un sportif en particulier, et les comparer avec ceux de l’équipe adverse – bientôt en temps réel. »

(Fabien Soyez, idem)

Et je demeure très très incomplet dans mon égrainage de formes de dopage qui se retrouvent peu différents dans tous les autres sports où il y a de l’argent (et/ou de la gloire, bien éphémère) à glaner.

On arrive même de nos jours à des pratiques dont on ne sait plus dire si elles relèvent de la triche ou du confort. Comme l’écrivait Fabien Soyez dans l’article ci-dessus cité : « Avec le progrès technique, la ligne entre amélioration de la performance et triche est de plus en plus floue – en fait, c’est l’autorité dirigeante du sport concerné qui la définit et tente ensuite de la fixer. Bienvenue dans l’ère de l’ingénierie du sport… ou plutôt, devrions-nous dire, du dopage technologique ».

Et d’évoquer l’exemple (si l’on peut dire) de ce golfeur, Tiger Woods, qui en 1999, contrit de ne pouvoir suivre sa balle partie à deux ou trois cents mètres de distance, a décidé de se faire « améliorer » la vue pour obtenir une vision « sur-humaine ». Depuis plus d’un golfeur et plus d’un sportif de tout domaine l’ont suivi. Cf. par exemple cet article de 2008 : https://www.courrierinternational.com/article/2008/12/22/la-quete-d-une-vision-a-toute-epreuve

Qu’est-ce qui permet de différencier une opération au laser de la cornée qui permet de mieux voir où va atterrir une balle de golf (du moins un certain temps, car on connaît des rechutes « thérapeutiques » en ce domaine) et une prise d’EPO pour augmenter le taux de globules rouges, l’oxygénation du sang ? Dans les deux cas, il y a appoint d’un élément non naturel au corps du sportif, et dans les deux cas il y a volonté d’amélioration artificiellement des performances. D’optimiser artificiellement le corps humain. La première pratique est autorisée mais pas la seconde.

De même pourquoi certains types de chaussures « bondissantes » sont interdites dans le basket, certains types de combinaisons en natation, tandis que des prothèses qui améliorent notablement et donc artificiellement la course sont autorisées pour les handicapés amputés d’une jambe ou portion de jambe, ou deux. Pourquoi les cyclistes sont-ils autorisés à utiliser plusieurs types de vélo pendant une même course ou utilisent-ils des vélos et des casques qui n’ont plus grand-chose à voir avec un vélo « normal » dans les courses contre la montre. La liste des « pourquoi on peut » et des « pourquoi on ne peut pas » sont interminables. Résultats des pressions internes à chaque sport et des tendances dominantes, de compromis particuliers où l’industrie et le profit financier s’en mêlent. En particulier pour tous les sports nécessitant du matériel conséquent

Lisons encore Fabien Soyez : «  Chez les transhumanistes [sic], on imagine même de nouvelles catégories sportives, par exemple une catégorie “100% humains”, une autre “modifiés à 50%”, ou encore une dédiée à tous ceux utilisant des prothèses. “Je ne pense pas que le sport disparaîtra (la demande est trop forte), bien au contraire, il sera d’autant plus diversifié, il y en aura pour tous les goûts”, écrit ainsi Alexandre Maurer, transhumaniste et informaticien sur le forum Transhumanistes.com ».

Qui conclut (Soyez) par : « Voulons-nous voir des athlètes repousser réellement leurs limites (naturelles) ? Ou préférons-nous assister à une bataille d’ingénieurs et de porte-monnaies, et admirer des athlètes presque déshumanisés ? »

On peut même encore « compliquer » la chose en évoquant les transgenres. Étant entendu que les termes de « transhumanisme » et « transgenre » sont des termes faussement anodins. De transhumanisme, j’en ai déjà donné une définition dans un article précédent. Il n’y a rien d’humaniste dans le transhumanisme, bien au contraire, mais aucun des adeptes du transhumanisme n’oserait se dire, se prétendre (!) « surhumain », du moins pas directement ou en public, mais uniquement devant des publics restreints de gens aptes à l’entendre. Un amphithéâtre universitaire ou de grande école par exemple comme le fait le pitoyable Laurent Alexandre. Un chirurgien-urologue, et dit-on « expert en nouvelles technologies », créateur de DNAvision et cofondateur du site Internet Doctissimo.

De Soyez à nouveau :

Les prothèses de jambe permettent quant à elles de courir plus vite, jusqu’à devenir un sportif “augmenté”. On se souvient évidemment du coureur handicapé Oscar Pistorius, et de ses prothèses en fibre de carbone, les « Flex-Foot Cheetah », qui lui conféraient un net avantage sur ses concurrents valides. Même s’il s’agissait dans son cas de pallier un handicap, ses prothèses en fibre de carbone avaient spécialement été conçues pour la course à pied. D’où le débat qui secoue l’athlétisme depuis 2011 : quelle est la frontière entre la réparation et l’augmentation ? Avec ses jambes artificielles, Pistorius était-il finalement un sprinter comme les autres, ou plutôt un super-athlète ?

Verrons-nous un jour un athlète « handicapé » à prothèses courir le cent mètres plus vite qu’un individu non-handicapé ?

***

Le Tour de France (de plus en plus délaissé semble-t-il) ressemble de plus en plus à un spectacle donné à des zombies, prêts à toutes les docilités (et sans doute en partie tout nouveaux thérapie-géniqués ou arn-messagérinés), par des marionnettes à vélo elles-mêmes dociles et dopées. Redonnons la possibilité, comme le souhaite les « transhumanistes », aux docteurs Folamour et Mengele contemporains de doper les sportifs par la « thérapie génique » et autres manipulations génétiques et la boucle, la Grande Boucle cycliste sera close entre les spectateurs-figurants et les acteurs-porte-étendards-publicitaires. Les deux versants d’un monde totalement déshumanisé. Pendant que les « organisateurs » empocheront les bénéfices pécunieux.

On peut même dire que depuis le début de la « vaccination »… les cobayes sportifs commencent à être rejoints par les cobayes du tout venant, dans une même communion bio-techno-spectaculaire. Car, il faut le dire, tout finirait par se confondre en cette époque où le dopage et la thérapie génique et assimilée, modificatrice de l’immunité naturelle (ajoutons encore : la folie transgénique), semblent marcher plus ou moins de concert au royaume des transhumanistes et autres « hygiéniques » sociaux, fous en tout.

C’est dire si le monde médical ne saurait échapper à la folie ambiante ; il faut le dire et le répéter, la Science n’est aucunement neutre ni bonne en soi, idem des techniques. Les individus les plus louches et les plus sordides s’y intéressent grandement, pendant que le menu peuple, qui a bien d’autres chats à fouetter, ne s’y intéresse que, contraint et forcé, le jour où tout lui tombe dessus, venant d’un tout autre monde jusqu’alors ignoré.

Autrefois, au début des années soixante, Mitterrand avait dénoncé en un livre Le Coup d’état permanent qui dénonçait le pouvoir personnel, c’était au temps (1964) de De Gaulle et de la fin de l’Algérie française. Présentement, plus encore depuis la semaine passée, on pourrait invoquer le Coup d’état d’urgence sanitaire permanent, dictatorial et totalitaire et instaurant même officiellement l’apartheid entre immunisés naturels et dés-immunisés trans-naturels et bioniques. Et totalement dépendant de Big-Pharma.

Après la dépossession matérielle (savoirs et savoir-faire) et la dépossession des esprits emprisonnés dans le lacis des media de la domination, de la propagande et du divertissement, voici maintenant la dépossession de son propre corps par une fausse vaccination dont la covid, une sorte de grippe créée artificiellement et criminellement, fut le prétexte voire plus simplement l’amorce ; la dépossession, le viol, dans son propre corps de ce qui relève de son propre système immunitaire et de son patrimoine génétique.

On ne peut maintenant guère aller plus loin, du moins pour tous les innocents, les gens à très courte vue (je ne veux pas perdre mes congés payés … mais ne t’en fait pas, bientôt tu n’auras plus de congés payés quand tu n’auras plus qu’un revenu universel et que tu seras pucé comme un animal de compagnie!) ou les dingos dudit progrès. C’est la forme finale de la démocrassie. La forme achevée de la démon-crassie plus exactement. Le monde de la dictature bio-technologique du transhumanisme (l’anti-humanisme) faussement hygiéniste et réellement euthanasiste, voire génocidaire ; et de la tyrannie de l’apartheid.

*

Quelques dernières réflexions en vrac pour aujourd’hui :

On a déjà connu le scandale du sang contaminé. Ce qui finalement n’a pas eu beaucoup de conséquence sur le principal responsable « mais non coupable » Fabius puisqu’il est depuis 2016, et après plusieurs places de ministres, rien de moins que le président breneux du Conseil constitutionnel qui présentement — avec ses potes — se torche tous les jours, page après page, article après article, avec et sur la Constitution.

En sera-t-il de même avec cette corona-folie intégrale ? Et cette corona-folie « vaccinale » avec des techniques qui depuis quarante ans montrent non seulement leurs limites mais leur toxicité.

Que veut-on nous cacher au final : un virus artificiel dont la visée était au départ du domaine de la guerre bactériologique ? Ou quoi ? Qu’est-ce qui a fait virer des personnes comme Raoult subitement ?

Personnellement je pense qu’il faut voir un seul mouvement, une seule action politico- « sanitaire » avec d’une part cette pseudo pandémie et cette pseudo-vaccination. L’une et l’autre sont liées étroitement dans la manipulation des esprits et des corps. Du moins au niveau des pays sous domination directe mondialiste.

*

Après les ghettos gazaoui, après les quartiers de non-droit en France, le mondialisme est en train de diviser un peu plus encore, et de créer une population de parias. Notre civilisation s’enfonce un peu plus chaque jour et inexorablement dans le néant. C’est Cioran qui aimerait assister à ce spectacle d’un monde déliquescent partant en morceaux.

*

Les expérimentations, ou plus exactement les expérimentateurs aiment les lieux en guerre (comme à l’époque des camps de concentration allemands). les temps troubles et déliquescents, les révolutions. Celle (bourgeoise) de 89 a expérimenté en grand la toute nouvelle guillotine d’usage rapide, importée dit-on d’Italie ; ultime reste de monarchie puisque auparavant seuls les nobles étaient décapités … à la hache. Le couperet fut plus propre, plus moderne, moins du temps des seigneurs de la noblesse et plus du temps des seigneurs de la bourgeoisie, pur produit du « progrès ». Aujourd’hui avec une pseudo-pandémie de grippe, on expérimente en grand un pseudo-vaccin.

*

Le domaine de l’ingénierie du sport comme il y a de l’ingénierie technique et de nos jours de l’ingénierie sociale (nouvelle expression pour désigner les techniques de propagande et de publicité audio-visuelles, médiatiques, de manipulation des masses et du viol des foules), a pour avantage, si l’on peut dire, de réunir le dopage chimique et le dopage mécanique (autorisé ou non).

*

Je rappelle une information que j’ai déjà lu plusieurs fois mais qui demanderait confirmation (ce ne sont pas les media officiels qui risquent d’en parler) et qui n’a pas fait beaucoup de bruit d’autant que cela ne concerne pour l’instant que les États-Unis (mais il faut toujours se rappeler que tout ce qui émerge là-bas, et généralement dans le pire, ne met que quelques années à venir polluer l’économie, la politique et les esprits de France) et qui est celle-ci :

La Cour Suprême des États-Unis a été sollicitée (déjà!) pour se prononcer sur le statut des personnes piquousées selon la technique de l’ARN messager (et avec la protéine spicule toxique que l’on connaît et du graphène également toxique et d’autres choses encore). Je suppose à la suite de plaintes.

Cette dernière aurait déclaré qu’en droit pur, les personnes qui auront subi cette atteinte corporelle, ce viol de génome (ce génome humain affaibli à demeure) peuvent être considérés légalement comme des objets et des marchandises brevetées.

On sort donc ici des Droits de l’Homme (naturel) pour entrer dans un domaine relevant du Droit de propriété, domaine totalement flou pour l’instant pour ce qui concerne la catégorie des trans-humains ne pouvant être « protégés » que par ce type de droit de propriété et non pas par celui relevant des Droits de l’Homme.

Imaginons la suite — après la période présente où l’on ne peut se retourner que contre l’État, mais pour quels résultats ? — qui consisterait à assimiler la mort d’un piquousé à la panne définitive d’un aspirateur.

Il est mort pendant la garantie d’efficacité de trois mois ou six mois, étant entendu qu’il n’a pas shunté un deuxième, troisième ou ixième « rappel », la famille est dédommagée financièrement (au bout de combien d’années et de frais d’avocat) selon un barème dégressif en rapport avec l’âge et l’état de santé général.

Beaux duels juridiques en perspective entre Big Pharma et les compagnies d’assurances (assurance-vie en particulier qui ne veut pas raquer). D’autant plus comiques que tout ça est imbriqué financièrement dans les mêmes entreprises.

Il est mort au-delà du délai de garantie « sanitaire ». Pleurez-le bien.

Ceci pour être un prémisse à puçage généralisé « sanitaire », « salarial », « bancaire » (argent virtuel) … de tous les humanoïdes avec garanties (payantes) intégrées.

*

La mascarade de la Grande Boucle se termine en ce moment même. On apprend, alors qu’elle s’achève, que quatre équipes — dont celles comme par hasard du premier Pogačar, celle du deuxième Vingegaard, et celle d’Alaphilippe et du revenant Cavendish — font un « petit bruit » intrigant, selon les autres coureurs du peloton, comme d’une « chaîne mal réglée » au niveau de leurs roues arrières ; et d’autre part que des coureurs semblent utiliser des mixtures diverses d’après arrivée : pour certains cela serait des produits énergétiques, comme il en traîne déjà depuis plusieurs années dans les courses cyclistes (voir plus haut), pour d’autres des masques-dopage, des caches produits dopants ; ou peut-être quelque produit très dangereux du génie génétique dont ça pourrait être le retour en force (cf. ce qui est rapporté par les media courants eux-mêmes).

Ce qui est amusant est que la suspicion n’effleure jamais les commentateurs de la télé dont les anciens coureurs du Tour tels actuellement que Voeckler et Jaja — celui qui commença sa carrière comme sprinter avant de la finir avec le Grand Prix de la Montagne au Tour de France (sourions!), et qui, comme déjà dit, ne sait pas encore à plus de cinquante ans, s’il fut autrefois dopé, le grotesque…

À propos de triche, Voeckler s’est fendu cette année, lors de la première étape du Tour de France d’une petite délation mesquine :

« C’est du croustillant… Il y a prescription aujourd’hui. Il y a un coureur qui était dans la côte [de Cadoudal], qui a senti qu’il ne parviendra pas à suivre et à terminer dans le premier groupe, qui s’est arrêté sur le bas-côté. Il a enlevé sa roue avant, l’a dégonflée… Et ce coureur a pris le maillot jaune quelques jours plus tard. […] C’est un Français. Il s’agit de Romain Feillu. »

La côte de Cadoudal, en Bretagne était située ce jour-là à moins de trois kilomètres de l’arrivée, or il existe un règlement qui dit que tout coureur qui subit un incident mécanique ou une chute dans les trois kilomètres précédents une arrivée, est crédité du temps du groupe de coureurs avec qui il se trouvait lors de cet incident ou cette chute.

On aimerait que Voeckler soit franc aussi pour lui-même et rappelle qu’il a fini en 2011, un Tour de France quatrième dont, à un moment ou à un autre de leur carrière, le troisième, le cinquième, le sixième, le septième, le huitième, le neuvième ont été pris par la patrouille de la lutte contre le dopage.

Le premier était Cadel Evans, un coureur jamais pris qui s’est déclaré « propre » (mais bien d’autres se déclarèrent « propres », tels Armstrong et Froome en leur temps, Froome dans les fonds du classement du Tour de cette année, revenu après une chute sérieuse il y a un an ou deux) mais ami de plusieurs dopés notables ; le deuxième était Andy Schleck lui non plus jamais pris, qui cette année-là fut deuxième devant son frère Franck qui lui fut pris dopé un jour et écopa d’un an d’interdiction de courir.

Information du jour à vérifier :

Après la protéine spicule (spike en anglais) invasive des organes humains, destructrice d’immunité naturelle, et incapable de s’opposer aux variants (quand elle n’en est pas la cause émergente) voici ce qui n’est pas mal non plus :

Des scientifiques de Sloan Kettering auraient constaté que les « vaccins » ARNmessager favorisent la prolifération des cellules cancéreuses.

Le Sloan Kettering ou plus exactement Le Memorial Sloan-Kettering Cancer Center ou MSKCC est un centre de traitement et de recherche sur le cancer fondé en 1884 à New York. C’est actuellement l’un des centres les plus importants pour le traitement et la recherche sur le cancer aux États-Unis

ON EST LES CHAMPIONS !

La haute autorité sanitaire chinoise s’oppose à des mesures locales d’obligation vaccinale

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/88861-haute-autorite-sanitaire-chinoise-oppose-mesures-locales-obligation-vaccinale

Il en va de même en Russie où des mesures coercitives locales (comme à Moscou) ont été abolies.

ON EST LES CHAMPIONS !

Il faut dire qu’avec un mauvais comédien, un ado pas fini, un kéké à sa mèmère, un pervers narcissique, grand manipulateur, un jésuite du « en même temps », un menteur permanent, un psychopathe pour ne pas dire un sociopathe (les éborgnées et autres mutilés Gilets Jaunes en savent quelque chose) on est bien loti, Pierre !

EXTORSION OU TENTATIVE D’EXTORSION

Extorsion : Manière violente de prendre ou de se procurer quelque chose. L’extorsion d’un consentement.
(le Littré)

ACTION DU JOUR source inconnue
https://youtu.be/zeCh085jMUA

Bonjour à tous
Dans notre combat, voici une série d’éléments très importants.
Dans sa vidéo du 16 juillet, maître Di Vizio lance toute une série d’actions juridiques.
Ecoutez de la 29ème minute jusqu’à la fin.
Particuliers

Médecins
Soignants
Pompiers
Concernant les particuliers, il a identifié une loi concernant l’extorsion et tentative d’extorsion qui peut s’appliquer au « pass sanitaire ».
Il ne demande aucun honoraire.
Il souhaite que nous soyons des milliers et plus.
Vous allez sur :
http://www.divizio.fr

Vous allez dans les 3 barres en haut à gauche
Vous cliquez sur Vous défendre

Vous allez tout en bas
Vous remplissez les différents champs
Dans votre message, vous déclarez Vous porter partie civile pour extorsion (si vous êtes déjà vacciné) pour tentative d’extorsion (si vous n’êtes pas vacciné) concernant le pass sanitaire.
Vous laissez votre adresse postale.

C’est très important
Le but est de harceler la justice

N’oubliez pas de relayer à vos contacts
Courage et détermination !

PETITE PENSÉE DU JOUR

« La désobéissance devient un devoir sacré quand l’État devient hors-la-loi ou corrompu. » Gandhi

Mélenchon critique le pass sanitaire mais conseille à ses « Insoumis » de ne pas manifester contre.

E&R, le samedi 17 juillet 2021

Décidément, Jean-Luc Mélenchon est à voile et à vapeur, socialement parlant. Alors qu’on pourrait penser que son intérêt consiste à injecter le plus de peuple possible dans sa besace électorale, il est capable de se couper des éléments les plus actifs, les plus résistants de ce même peuple, pour satisfaire au sacro-saint cordon sanitaire antifasciste (ou antinational) établi par le CRIF.
Le président du groupe parlementaire LFI a indiqué que les Insoumis [sic], dans cette circonstance comme dans toutes les autres, feront ce que bon leur semble concernant les manifestations organisées contre le pass [sic] sanitaire. Il leur a néanmoins demandé de ne pas permettre qu’ils soient confondus, ou que le mouvement soit confondu, avec des expressions inappropriées concernant la vaccination. Il a rappelé que le [pseudo-]vaccin librement consenti n’était pas un apartheid et que sa diffusion n’était pas la Shoah. Jean-Luc Mélenchon a annoncé qu’il allait s’adresser aux 100 organisations qui ont déjà organisé une première manifestation de défense des libertés pour les solliciter et leur demander d’organiser à leur tour une marche pour les libertés. (melenchon.fr)
Plus prosaïquement, si des antipass et des antivax défilent (en général ce sont les mêmes, ça semble cohérent) comme c’est le cas le samedi 17 juillet 2021, le leader de La France Insoumise, parce qu’il y a des patriotes dans le tas — des antiMacron […], conseille à ses troupes de ne pas se mêler aux manifestants. On ne sait jamais, ils pourraient attraper le virus du patriotisme et voter RN un jour… comme des centaines de milliers d’électeurs communistes qui sont passés chez les Le Pen.
Déjà, en novembre 2018, la gauche française, qu’elle soit extrême ou pas, regardait en se pinçant le nez ces pauvres franco-périphériques se lever contre la paupérisation annoncée par la gouvernance libérale. Le mouvement des Gilets jaunes avait collé au mur les partis et syndicats qui auraient dû leur être favorables, et qui ont fini par récupérer le mouvement au moment où il était moribond.
On peut aussi considérer que la gauche a tué le mouvement en le récupérant, voire a récupéré le mouvement pour le tuer, ce qui n’est pas loin de la vérité.
Ainsi, ménageant la chèvre et le chou, voulant la voix de la chèvre et la voix du chou, Mélenchon critique le pass sanitaire, déclare que l’apartheid qui se profile entre vaccinés et non vaccinés est un leurre, et qu’on n’est pas dans la Shoah. À l’arrivée, avec une telle torsion conceptuelle, il est probable que LFI n’aura ni la voix de la chèvre ni celle du chou.
… La seule opposition sociale [sic] à Macron pour 2022, si le Président arrive entier à la mi-avril 2022, ne présente donc aucun danger pour la dictature sanitaire et pour le CRIF. On serait militant LFI, on se poserait la question de la stratégie, et peut-être de l’éventuelle trahison de classe. Mais il y a longtemps que la classe laborieuse ne vote plus Mélenchon, qui se spécialise dans l’électoralisme sociétal catégoriel (féministes, jeunes, étudiants), un public volatile que les écolos [entre guillemets] sont en train de lui chiper.
Pendant ce temps, les Français épris de liberté manifestent dans toute la France, et la gauche a encore loupé un vrai rendez-vous social, comme en novembre 2018. Le résultat de cette politique ? L’audience de LFI est en train de baisser. On ne parle pas de sondages, qui sont tous bidonnés […], mais de ferveur populaire pour un parti théoriquement populaire.
Moralité : quand on fait du social, ou plutôt qu’on veut faire du social, mieux vaut coller un peu aux intérêts du peuple. Sinon, autant annoncer qu’on bosse pour la Banque directement, ce sera moins ambigu. C’est peut-être pour ça qu’il y a des déçus du mélenchonnisme, qui appliquent à son inventeur le concept de dégagisme.
Mélenchon ou la girouette du gauchisme…

*
Ils sont beaux les zinzins soumis !


COMME AU BON VIEUX TEMPS DE L’OCCUPATION : LE MARCHÉ NOIR … DU CERTIFICAT « VACCINAL »

PASS’ PASS’ PASSERA, LA DERNIÈREU, LA DERNIÈREU…

Pass’ pass’ passera, la dernièreu, la dernièreu,

Pass’ pass’ passera, la dernièreu res-te-ra…

Qu’est-c’ qu’elle a donc fait la p’tite Hirondelleu ?

Ell’ nous a volé trois p’tits grains de blé …

(Tiens ! Ils avaient oublié les églises et les temples)

Comptine plus précisément destinée à certains qui ont la mémoire courte, tels que les Attila, pardon … Attali, Buzyn, Lévy, Salomon, Hirsch, Crémieux, Kouchner, Attal …

UNE AUTRE RÉFLEXION, CELLE-CI BIBLIQUE

Le passe-sanitaire est la marque de la bête. Seuls ceux qui auront la marque de la bête pourront acheter, vendre.
Seuls ceux qui n’auront pas la marque de la bête sauront sauvés. 1/3 de la population mondiale mourra. Ce n’est pas moi qui le dit c’est la Bible.
Les diables se feront passer pour les sauveurs. Les sauveurs seront désignés comme source de notre malheur.
(d’un quidam sur Internet).

RÉFLEXION DU JOUR

« La vaccination contre le Covid s’inscrit dans le processus plus global d’externalisation technique et de privatisation des facultés humaines. C’est aujourd’hui le système immunitaire naturel de l’homme qui apparaît comme un nouveau marché exploitable par l’industrie, par l’économie.
L’enjeu est de convaincre chacun qu’il ne doit la vie sauve qu’à sa subordination à cet ordre technique. Comme un opérateur téléphonique vous vend un « forfait liberté », il s’agit désormais de vous vendre le « forfait immunité » pour seulement 19,99€ par mois. La nouveauté est que si l’on refuse, on perd nos droits.
On notera d’ailleurs que le pouvoir, après avoir joué la carte de la peur, utilise maintenant la carte du ressentiment en affirmant que les vaccinés vont être (ou sont déjà) victimes des non-vaccinés. L’ambition est sans doute par-là de substituer au ressentiment vertical du peuple contre les gouvernants une défiance horizontale du peuple contre lui-même. C’est là, pour tous, un jeu très dangereux.
Beaucoup se vaccinent sans conviction, pour qu’on leur fiche la paix, pour partir en vacances. La vaccination est plus profondément un acte d’adhésion à un nouveau contrat social de type technico-sanitaire fondé sur un idéal d’hygiène commune.
D’ailleurs on a beaucoup parlé des élections régionales et départementales afin de déplorer l’abstention. Mais je pense que les élections réelles, ce sont les vaccinations. Se faire vacciner, c’est de facto dire oui à ce nouveau contrat-social. Et Imposer d’abord la vaccination à certaines catégories est probablement une stratégie politique pour fractionner une obligation qui ensuite deviendra plus large.
Mais cela ne change rien sur le fond, c’est-à-dire du point de vue de la logique globale de régulation des comportements humains et sociaux. Les gens qui se sont fait vacciner en disant « On va retrouver notre vie d’avant » ou « Nous montrons l’exemple » n’ont peut-être pas à l’esprit qu’on leur proposera une troisième, puis une quatrième dose, puis un nouveau type de traçage en temps réel de leur métabolisme, etc. Encore une fois, il n’y a pas de limite immanente à ce processus.»
Pierre Dulau, philosophe

POUR INFO ENCORE

une autre pétition :
http://www.leslignesbougent.org/petitions/vaccination-imposee-a-tous-dites-non-maintenant-2342/

POUR INFO

Pétition :
Nous sommes déjà 850 000 à refuser l’extension du pass sanitaire et cette «vaccination forcée déguisée».

https://petition-passeport-sanitaire.com/signature

CHEZ SAPIR, ÇA SENT PIRE !

Il devient de plus en plus facile de rejeter l’ivraie du bon grain, les totalitaires des gens libres. Il y en a partout des néo-dictatoriaux, petit Mao ou Stalino de service, des néo-collabos du système, à gauche, à droite, au centre, et en particulier parmi les z-élites au front bas et à la pensée obtuse. Scientistes, technologistes. « Progressistes ». Infiniment bornées. Formatées perroquets.

L’économiste plus ou moins souverainiste que j’ai toujours trouvé douteux dans ses explications (je crois avoir fait un article sur l’individu il y a quelque temps déjà), un souverainiste-sioniste autrement dit un raciste intégral, je veux parler de Jacques Sapir, vient de se fendre d’un « touite » d’un haut niveau théorique :

« Les antivax de toutes obédiences commençant à me les briser menues avec leur conneries (sic) … » etc. Certains ont applaudi la grande pensée du petit fonctionnaire économiste universitaire. Si l’Université — quintessence du conformisme intégral, et des places par cooptation — produisait beaucoup de grands esprits cela se saurait. Et avec Sapir on touche le néant conceptuel.

Et d’une : « antivax » est une expression inappropriée. Le « brillant » économiste veut sans doute parler des gens qui ne veulent pas subir 1 – le statut de mouton cobaye dans une fausse vaccination clairement dangereuse et d’ailleurs totalement inutile 2 – le statut de sous-homme dans un régime d’apartheid 3 – voire, demain le statut d’interné en camp de redressement ou de pestiféré quand les transhumanistes auront définitivement pris le pouvoir. Mot pas plus approprié que quand des crétins (comme Sapir d’ailleurs encore une fois) appellent « négationnistes » des « révisionnistes ».

Et de deux : les « antivax » sont légion dans toute la population, et en particulier dans le milieu de la santé et assimilé. Ce milieu serait-il constitué de crétins ? Ce même milieu qui est au premier rang depuis le début et que l’on a vu ramer dans un hôpital public à la ramasse à cause des restrictions budgétaires depuis des années. Comme sont anti « passe sanitaire » tout autant des « vaccinés » que des « non-vaccinés ».

Le minuscule Sapir, fils unique de Michel Sapir un psychanalyste descendant de la grande bourgeoisie russe, mais dont le nom a un aspect hongrois, est-il prêt à nous faire un état économique des lieux de l’hôpital public ? Est-il prêt à se réclamer toujours — comme son père selon wikipédia — d’une gauche intransigeante sur les principes sociaux et démocratiques ? Concernant cette seconde question, je réponds : non ! Si « social » et « démocratique » veulent dire encore quelque chose.

Enfin, il me semble bien que ces mots ont tout leur sens encore chez les dits « antivax ». Et en premier lieu parmi «  les souverainistes de toutes obédiences » (sic). Tiens l’histrion n’a pas risqué le mot « complotiste » ou « conspirationniste ». Il devrait pourtant savoir que ce qui arrive en ce moment a été prédit (la prédiction était assez facile finalement — juste de la réflexion, du bon sens, de la raison étaient nécessaires, denrées rares de nos jours même, pour ne pas dire en premier lieu, parmi les universitaires) par les dits complotistes.

Et de trois : Jacquouille, laisse-nous nous occuper comme on l’entend de notre corps. Notre corps nous appartient, comme savent le dire et le répéter les féministes qui pourtant elles sont prêtes à en faire commerce par GPA interposée. Personne ne te brise les roustons, tu te les brises tout seul. On ne va pas te chercher, fous-nous la paix.

RÉFLEXIONS

À NANTES HIER : LE VRAI DÉFILÉ PATRIOTIQUE

Voici quelques photos de la manifestation non déclarée et quasi spontanée, lancée sur Internet par « Les Gilets Jaunes de Loire-Atlantique » qui a rassemblé des gens de tous âges et d’origines diverses.
Hier beaucoup de chaleur humaine donc dans le centre de Nantes, on était au moins mille, peut-être deux ou trois mille au plus fort de la manif qui a fait toutes les principales rues du centre-ville de Nantes.
Long rassemblement dès avant 14 heures au « centre stratégique » de la cité, puis très longue manif. qui a duré jusqu’à 17 heures au moins. Le temps de prendre des coups de soleil entre les nuages. Personne n’avait envie de partir.
Bien sûr, puisque c’est une sorte de rite convenu, on a été taquiner les CRS ou Gardes Mobiles, je ne sais trop, à la Préfecture. Ça piquait : du matos payé par nos impôts ! Ailleurs dans les rues, pas l’ombre d’un policier en tenue.
Il n’y avait pratiquement qu’un seul slogan : Liberté !

Affaire à suivre …

QUAND MACRON RIME AVEC ÉTRON

La résistance commence


https://odysee.com/@lacroixdusud:5/capsule57:2

La Croix du Sud

APPEL VIBRANT DE FLORIAN PHILIPPOT

Le pitre Mélenchon, l’insoumis des loges, encore moins contestataire que Le Pen, vient d’éructer ceci :

Jean-Luc Mélenchon
@JLMelenchon

Contradictions, aberrations : les décisions de #Macron sentent l’abus de pouvoir et la discrimination sociale. Exemple : le #PassSanitaire obligatoire sera vérifié par des policiers non vaccinés. Bienvenue en absurdie. Le pays n’est ni protégé ni organisé pour la 4ème vague.
Pauvre type ! Les décisions ne sentent pas l’abus de pouvoir et la discrimination sociale, les décisions du prince et le régime d’apartheid sont dictatoriales et totalitaires, contraires à la Constitution et même au simple bon sens.
Pauvre Merluchon qui s’inquiète de la quatrième vague comme il s’inquiètera de la 20e ou de la 50e ! Et des policiers non vaccinés (sic) ! Et qui, il y a quelque temps était « rebuté » par le « populisme » (sic) des Gilets Jaunes qui se faisaient éborgner par cette même milice racaille macronienne. Trostsko-salaud !
Qu’attends-tu en tant que député pour proposer la destitution du fou à lier qui nous entraîne dans le chaos et la guerre civile qui maintenant semblent assez inéluctables ?
Es-tu capable de dénoncer l’arnaque « vaccinale », la volonté de détruire l’immunité naturelle des gens et le pays pour au départ un virus de la grippe ?
Et qui sait de génocider une partie de la population ?

RÉSISTANCE — BOYCOTT

Florian Philippot

***

François Asselineau

@UPR_Asselineau

🇫🇷APPEL GÉNÉRAL À TOUS LES PARLEMENTAIRES
Les Français sont confrontés ce soir à un coup d’État mené par un homme qui n’a récolté que 3,5% des inscrits aux élections régionales.
L’UPR demande à chaque député et sénateur d’empêcher ce coup.
LES ÉLECTEURS S’EN SOUVIENDRONT EN 2022.

53 min

François Asselineau

@UPR_Asselineau

⚠ATTENTION
Toute l’allocution de #Macron20h est une provocation.
Elle confirme mon analyse sur ses propos mystérieux des 4 décembre et 3 juin.
🚨L’oligarchie qui «tient» Macron lui a donné son ultime feuille de route avant qu’il ne soit exfiltré de l’Élysée en 2022 comme prévu.

1 h

François Asselineau

@UPR_Asselineau

🤪L’HORREUR DU RÉGIME MACRON
Ce qui est ahurissant avec #Macron20h, c’est que tout, absolument tout ce qu’il dit, est le contraire exact de la vérité.
🇫🇷🇫🇷🇫🇷
MOBILISONS-NOUS DÈS AUJOURD’HUI POUR COMBATTRE CETTE #DICTATURE

Nicolas Dupont-Aignan

Terreur chez les gobes-mouches: un variant capable de tuer dix millions de personnes par jour?

Publié le 11 juillet 2021 par defensededavidhamilton

***

Le dénommé Sean Penn, selon Le Point, vient de déclarer que :

« Je fais partie des Américains qui croient en la science et font confiance dans les vaccins. Je comprends le processus psychologique des gens qui restent toujours sceptiques à l’idée qu’on injecte quelque chose dans leur corps : c’est leur droit. Mais en même temps, aux États-Unis, des digues ont cédé en partie à cause des croyants évangélistes, qui vivent déjà dans leur petit conte de fées et ne cessent d’encourager ce scepticisme. Leur attitude autosatisfaite va finir par rendre malade tout le monde. Tant que toutes ces personnes refusent de se faire vacciner, elles nous font courir le risque de voir arriver un variant encore plus dangereux que le Delta et qui pourrait tuer 10 millions de personnes par jour dans le monde, quel que soit le vaccin. En refusant de se faire vacciner, ces gens nous entraînent vraiment vers la fin du monde. On dirait que certains veulent vraiment rencontrer leur créateur ! » (Source Le Point: https://www.lepoint.fr/cinema/sean-penn-les-antivaccins-nous-entrainent-vers-la-fin-du-monde-11-07-2021-2435017_35.php)

Certes, à notre époque où les « experts sanitaires » abondent, et où plus on est ignorant et plus on peut visiblement dire n’importe quoi, Sean Penn aurait tort de se priver. Il ne se prive pas. Ce qui est le plus amusant est que cette société mondiale prétend faire la chasse aux « fake news », mais permet à un acteur américain de proférer des déclarations politiques, ou pseudo-politiques, sanitaires ou pseudo-sanitaires qui font davantage que friser le ridicule. On est dans le grotesque le plus absolu, la pédanterie la plus profonde, la bêtise la plus abyssalement consternante.

Dix millions de personnes par jour feraient trois cents millions de morts en un mois et un milliard de morts en un trimestre…

Que ne ferait-on pas pour insuffler la terreur chez les gobes-mouches du monde entier?

On « admire » le « discours » d’un monsieur qui, profitant de son aura d’acteur et de sa présence à Cannes, réussit à « croire en la science » avant d’évoquer la « fin du monde », qui joue au fin psychologue en déclarant « comprendre » le « processus psychologique » de qui refuse le vaccin, qui ajoute avec une profonde bonté que « c’est leur droit » (merci, l’ami!) puis qui annonce que l’attitude « autosatisfaite » des non vaccinés « nous » font courir le risque de voir arriver un variant encore plus dangereux que le Delta et qui « pourrait » (p’tèt ben qu’oui, p’tèt ben qu’non, mon gars!) « tuer 10 millions de personnes par jour », avec la précision « dans le monde » (ah bon, pas dans les galaxies?)…

Je vais prier afin que n’arrive pas le variant omega, 666.666.666.666.666.666 millions de fois plus contagieux, et capable de tuer onze milliards d’êtres humains en un quart d’heure!

Un véritable délire… Il est vrai que quand on met sur des piédestals des nullités, on ne peut s’en étonner.

On regrette encore une fois les temps où David Hamilton présentait ses films à Cannes (https://www.festival-cannes.com/fr/artiste/david-hamilton ), sans prétendre philosopher sur la « fin du monde ».

David Hamilton préférait les « Jeunes filles en fleurs » ( voir: https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_1972#Courts_m%C3%A9trages ).

A relire aussi, sur Louis Chauvet: https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2016/12/25/louis-chauvet-un-membre-eminent-du-jury-du-festival-de-cannes-1951-1952-1953-1960-qui-appreciait-les-films-de-david-hamilton/

SUR LE FRONT DU BON SENS ET DE LA RAISON

J’apprends que Raoult aurait écrit son message à contre-cœur (voir article d’hier), sous la pression : sous menace dit-on de fermer l’IHU de Marseille et d’interdiction (par qui ? Le Désordre des Médecins?) d’exercer pendant deux ans pour les médecins « complotistes » (sic).

Si c’est vrai, Raoult est un pleutre, ou un individu finalement pas très clair. Ce n’est pas d’hier, en le relisant mieux, on voit qu’il bafouille ; on vient de me mettre sous les yeux ce que je n’avais pas lu ou remarqué à l’époque (avril 2020), qu’alors que certains scientifiques indiens, japonais ou français, comme Montagnier ou Fourtillan, affirmaient que le virus était artificiel (ce qu’il est, toute la communauté scientifique le reconnaît maintenant, mis à part les faux chercheurs et les corrompus), lui, disait le contraire et n’est jamais revenu là-dessus.

Il a beaucoup de sympathie pour la recherche chinoise (il faut rappeler qu’il a évoqué les bienfaits de l’hydroxychloroquine après un certain nombre de savants chinois) qui semble aller au-delà de la simple sympathie scientifique.

Déjà le 8 juillet, il a déclaré «Oui, je suis pour la vaccination [sic] mais pour une population à risque d’être particulièrement surexposée, ou à risque de faire des formes graves [les vieux des EHPAD ?]», comme le rapporte l’AFP, pendant un déjeuner organisé par le club d’investisseurs franco-chinois China Business Club, à Paris.

[Ajout du 17 – 07 Peu après l’annonce folle de Macron, il a voulu pondérer un peu ses propos qui annonçaient ceux du pantin de l’Élysée, en préconisant l’usage de vaccins… chinois. Ce qui n’a pas fait beaucoup de bruit et demeure du vœu pieux, comme de préconiser d’autres vrais (ou supposés vrais) vaccins (russes ou autres). Enfin, il est maintenant complètement à côté de la plaque, du moins politiquement et même moralement. Cet homme qui aurait, dit-on, des sympathies pour Trump semble avoir également des sympathies pour une certaine forme d’autorité peu démocratique, comme dirait l’autre.] [Ajout du 19 juillet : Il paraîtrait que Raoult serait très lié aux laboratoires Mérieux qui eux-mêmes seraient très liés à la Chine … Passez, muscades !]

Sur le fond, il est peu différent des covidistes. Et son traitement — et les traitements en général — contre la covid ? Il l’a abandonné ?

Quid de cette folie (de ce délire de fausses vaccinations) pour un virus grippal, qu’il était le premier à dénoncer ?

Raoult n’a pas même eu le courage de rappeler que ce qu’il appelle lui aussi « vaccination » n’en est pas une. Il le sait parfaitement, il a assez écrit sur le sujet de la thérapie génique, dont il a répété après bien d’autres qu’elle ne donne pas grand chose de valable — du moins pour l’instant — et qu’elle en est encore après quarante ans de recherches ou presque à un bilan quasiment nul.

Et d’une, rien ne l’obligeait à écrire ce qu’il a écrit. Pas d’accord, tu n’écris rien, ou plus habile tu rappelles que l’on te demande de tenir publiquement de tels propos. Et tu dénonces la magouille. Les z-autorités menaçaient de fermer l’IHU, et bien, laissons-les le fermer. Raoult avait la majorité de la population avec lui et les covidistes étaient ridiculisés. À 70 balais, il n’est pas si courageux que ça.

Et de deux quid des traitements ? Et de trois, puisqu’il veut vacciner tout le personnel de santé, faut-il lui rappeler qu’il existe des vaccins contre la covid qui sont réellement des vaccins, mais hors de l’espace mondialiste : par exemple en Russie, au Venezuela, je crois aussi à Cuba, qui ne doivent rien (sauf erreur de ma part) à la thérapie génique ou assimilée.

En attendant les « vaccins », les faux vaccins ne sont que des médicaments d’un genre tout à fait particulier, des injections géniques expérimentales, contenant une protéine spicule (spike en anglais) — un spicule est une glycoprotéine qui pointe à la surface des virus et qui leur sert de « clé d’entrée » (de « passe » pas tout à fait sanitaire) dans les cellules — protéine toxique qui infecte les organes internes des personnes injectées, des centaines de scientifiques de renom, qui n’ont pas des conflits d’intérêts, le disent.

C’est le docteur Robert Malone, biologiste moléculaire, épidémiologiste, spécialiste des maladies infectieuses et inventeur de la technologie de l’ARN messager, il y a trente ans (mais qui a subi un blocage des brevets pendant 20 ans par divers laboratoires) qui déclare (cf. France Soir du 8/7 courant) que ce n’est pas la technologie des vaccins qui pose problème (du moins telle est son opinion), mais la protéine native Spike qui est toxique. De plus, il a noté de très nombreux dysfonctionnements dans la réalisation du produit Pfizer et évoque en particulier des études de bio-distribution qui seraient non conformes aux bonnes pratiques de laboratoire.

Raoult, surmédiatisé n’a pas le courage d’un médecin (et informaticien) plus anonyme ou moins médiatisé comme celui-ci :

Cette histoire de covid divisant la société entre « complotistes » et « moutons », entre « anti thérapie génique » et « pigeons » me fait penser à cette époque de l’affaire Dreyfus qui mit à mal la société française — sans doute plus la bourgeoisie que le prolétariat qui lui savait ce que valait un militaire quand il se faisait tirer dessus pendant des grèves, surtout quand il avait remarqué (à tort ou à raison) que son patron était de même confession que Dreyfus — ou à celle de l’Occupation.

De ce que j’en lis et entends, je constate même que l’on peut rapprocher l’hystérie covidiste contre les « complotistes » et autres « conspirationnistes » de l’hystérie shoatique contre les « révisionnistes » et autres « négationnistes », des années quatre-vingt-dix en particulier. Il est même remarquable de constater que dans les deux cas, ce sont les mêmes qui sont du côté du manche et de la limitation des libertés.

Et — je le répète encore une fois — je constate avec horreur que l’anti-fascisme d’hier est devenu le fascisme (ou le stalinisme, ou le maoïsme) d’aujourd’hui, au grand jour. Ce qui n’est pas surprenant quand on sait qu’à la base il a été très largement repris par tout le gauchisme au sens le plus large, ramassis de l’intolérance crasse et de l’esprit totalitaire. Mais aujourd’hui vérole de tous les partis confondus, d’un extrême à l’autre en passant par toutes les nuances de la gauche, de la droite et du centre, des pantins macronistes de l’oligarchie ou même de la dite écologie politique (devenue une pitrerie comme le reste).

C’est Saint Augustin qui dans l’un de ses sermons a écrit : « Humanum fuit errare, diabolicum est per animositatem in errore manere ». Ce que l’on peut traduire par : « Errer fut humain, diabolique est de demeurer dans l’erreur par animosité ». À ce propos écoutez ceci :

DES NOUVELLES DE LA MAFFIA MÉDICALE D’ÉTAT

« Haut fonctionnaire », ancien bras droit de Martin Hirsch à l’AP-HP (l’Assistance publique des hôpitaux de Paris), ancien baroudeur des casques bleus de l’ONU et directeur d’hôpital au Kosovo du temps je pense où Kouchner y a foutu le bazar avant d’en être viré comme un malpropre, l’apparatchik François Crémieux prend la tête du CHU de Marseille. Il revient sur les relations de l’AP et de l’IHU.

Extrait de laprovence.com

Didier Raoult a-t-il, selon vous, toujours sa place à la tête de cet institut ?

François Crémieux : Je souhaite des relations saines et transparentes entre l’AP-HM et l’IHU autour des mêmes principes de « droit commun » qui s’appliquent à toute l’AP-HM. Puisque ces sujets ont pu faire polémique, je serai attentif aux conditions de travail ou à la stratégie de l’institut, en ma qualité de directeur de l’AP-HM, membre fondateur et partenaire de l’IHU mais aussi en ma qualité de membre du conseil d’administration de l’IHU. Si cela devait être précisé, l’IHU ne bénéficie pas d’un droit d’exception dans aucun des domaines qui relèvent de ses missions.

Quid de Louis Fouché, anesthésiste réanimateur à la Conception devenue une figure [sic] des complotistes, antivaccins et antimasques sur les réseaux sociaux ?

La même règle s’applique. J’ai un désaccord clair avec Louis Fouché dont le discours sur les vaccins conduit à perturber la compréhension des enjeux de la vaccination de nos concitoyens, y compris de nos professionnels de l’AP-HM. Nous avons lancé un appel à la vaccination des hospitaliers par des hospitaliers pour témoigner du fait que la prise de parole d’une personne, aussi médiatique soit-elle sur les réseaux sociaux, n’emporte pas la parole de l’AP-HM ni du plus grand nombre. Louis Fouché n’a, en aucun cas, à s’exprimer, à quel que titre que ce soit, au nom de l’AP-HM et j’y serai extrêmement vigilant.

Nous aussi on sera extrêmement vigilant sur la folie covidiste !

Buzun, Lévy, Salomon, Hirsch, Crémieux et consorts …

Face à cette armada, les Perronne, Raoult et Fouché ne peuvent évidemment pas faire le poids. Bien que Raoult ait déjà donné beaucoup de gages à la communauté qui n’existe pas en y faisant un bon mariage et en livrant ses enfants à une bonne école. Il a trouvé bon de baisser publiquement son froc hier. Quelle pitié ! À soixante-dix berges par là… Il n’a pas beaucoup de fierté ni d’honneur, finalement, lui non plus.

C’est dramatique de s’enfermer dans la bêtise, ou la soumission au mensonge, qui fait empirer les choses et peut créer, entretenir, développer des ravages ! Pseudo-vaccinations, véritables bombes à retardement.

Et de ne plus évoquer de traitements, pourtant bien réels et efficaces. Cela est indigne du monde médical. Scandaleux, criminel. Hippocrate, où es-tu ?

Martin Hirsch, directeur de l’AP-HP, est ce bureaucrate qui a mis fin aux fonctions de chef de service du professeur Perronne le 17 décembre 2020. C’est aussi ce type qui déclarait dans l’émission News Show de Canal+ du 1er juillet 2010 : « La vraie intégration, c’est quand des catholiques appelleront leurs enfants Mohamed ».

Pourquoi des catholiques ? Pourquoi pas des juifs ?

Et fait, la véritable intégration ça sera peut-être le jour où un humble Mohamed non corrompu prendra la place des bourgeois héréditaires Crémieux et Hirsch.

RAOULT ROULE MAINTENANT OUVERTEMENT POUR BIG-PHARMA ET LA « VACCINATION » ÉTERNELLE !!!

IL N’Y A PAS BIEN LONGTEMPS IL ÉVOQUAIT LA FOLIE COVIDISTE, VOILÀ MAINTENANT QU’IL Y PARTICIPE PLEINEMENT.

RAOULT TOTALEMENT IRRESPONSABLE, DANGEREUX ET CRIMINEL, APRÈS AVOIR REFUSÉ DE SE PRONONCER PUBLIQUEMENT SUR LA « VACCINATION », BAISSE LES BRAS SUR LES TRAITEMENTS, ET EN PLEIN SCANDALE « VACCINAL » ROULE MAINTENANT POUR LA THÉRAPIE GÉNIQUE DÉLIRANTE ET MORTIFÈRE ET, PROSÉLYTE, INCITE MÊME SES CONFRÈRES ET CONTRE UNE BONNE PARTIE D’ENTRE EUX, À SE FAIRE PIQUER POUR UN VACCIN QUI N’EN EST PAS UN, MAIS UN DESTRUCTEUR D’IMMUNITÉ, ET CECI D’AUTANT PLUS QUE L’ON « VACCINERA ».

Didier Raoult

@raoult_didier

Au vu des enjeux de l’épidémie actuelle, je suis favorable à la vaccination systématique des personnels soignants, avec les vaccins recommandés pour leur classe d’âge. J’encourage donc tous mes collègues à se rapprocher de leur centre de vaccination.

12:53 PM · 9 juil. 2021

CE N’EST DONC QU’UN PAUVRE MEC COMME LES AUTRES. UN DOCTEUR FOLAMOUR DE LA THÉRAPIE GÉNÉTIQUE. ET CEUX QUI Y PASSENT, OU QUI VONT AVOIR DES EFFETS SECONDAIRES CONSÉQUENTS, IL EN FAIT QUOI ? ET LES EFFETS À LONGS TERMES ?

QU’OBTIENT-IL EN ÉCHANGE ? OU SERAIT-IL DEVENU SUBITEMENT SÉNILE (SON Q I PASSANT DE 180 à 80 D’UN COUP D’UN SEUL) COMME LES PIRES MÉDECINS DE PLATEAU-TÉLÉ ?

« AU VU DES ENJEUX » ! DES ENJEUX ÉCONOMIQUES, FINANCIERS ET LIBERTICIDES ?

FINI DE JOUER AVEC LA VIE DES AUTRES : LE COMPLOT ÉTALÉ AU GRAND JOUR PAR LE BARREAU INDIEN — LE RETOUR DE LA RAISON ?

Source France Soir

Inde : plainte pénale déposée contre GAVI, Bill Gates, Fauci… Peine de mort encourue

Publié le 08/07/2021 à 19:05

L’Indian Bar Association (Association des Avocats Indiens) a adressé un courrier au Premier ministre de l’Inde Shri Narendra Modi et au ministre de l’Intérieur Shri Amit Shah, qui les invite à prendre note de la plainte DHLTH/E/2021/09973 en date du 1er juillet 2021 déposée par le Secrétaire général du Conseil de sécurité des droits de l’homme (HRSC) M. A. Shaikh, contre le Dr Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’autres.

Cette plainte les invite à prendre des mesures immédiates contre les accusés et à émettre des directives appropriées aux autorités légales pour qu’elles examinent l’affaire et prennent des mesures immédiates. Cela fait suite aux deux mises en demeure que l’IBA a envoyées à l’OMS (contre le Dr Soumya Swaminathan ainsi que Tedros Ghebreyesus) qui sont à ce jour restées sans réponse.

L’avocate Dipali Ojha explique cela en détail dans son debriefing.

La plainte de 132 pages enjoint les ministres à considérer en urgence la situation et surtout la « gravité » ou « extrême gravité » des questions qui sont posées qui ne concernent pas seulement les citoyens indiens, mais aussi la sécurité, la survie et le bien-être de l’humanité tout entière.

Cette plainte annoncée et attendue prend en considération les éléments de réponse à la gestion d’une épidémie (les quatre piliers listés par le Pr McCullough) ainsi que les publications de diverses associations de médecins (FLCCC, AFLDS, IHU) en faveur des traitements précoces qui sont une alternative à la vaccination de masse, dixit Pierre Kory. Ceci est corroboré par le retour d’expérience de nombreux médecins indiens dans les Etats ayant mis en place les directives du ministère de la Santé sur l’ivermectine et l’hydroxychloroquine. Au sein de cet immense pays, on a pu observer l’effet de la vaccination de masse ainsi que celui des traitements précoce et prophylactique des Indiens, afin de gérer au mieux l’épidémie. Les Indiens ont subi les mêmes effets de censure, de suppression du « narratif » et des données scientifiques que ceux observés dans d’autres pays. Le summum étant une agence de santé (DGHS) périphérique qui a supprimée les traitements précoces alors qu’elle n’avait jamais exprimé d’opinion auparavant à ce sujet, démontrant la capture probable de certaines autorités par des influences externes. Rappelons que le ministère de la Santé a conservé les traitements précoces dans ses recommandations et est le seul compétent.  A l’inverse de la France, les autorités sanitaires (ministère) ont défendu par deux fois leur position en faveur des traitements précoces, remettant en cause les avis de l’OMS contre des associations d’avocats dont les commanditaires ne sont pas identifiés.

Le périmètre et les demandes de la plainte sont clairement établis :

1- une décision immédiate pour la mise en œuvre du 72e rapport de la Commission parlementaire et des recommandations d’enquête et de poursuite des membres du bureau du « philanthrope toxique » et de la Fondation Bill & Melinda Gates du Syndicat des vaccins (GAVI) et des responsables concernés du Conseil indien de la recherche médicale (ICMR) qui ont été reconnus coupables  de la mort de huit filles suite à l’usage de vaccins non autorisés, illégaux et non approuvés;
(ndlr: La Fondation Bill Gates a été reconnue coupable par la 72e Commission parlementaire. Ils peuvent donc faire l’objet de nouvelles poursuites et les tribunaux peuvent les condamner sur la base d’éléments de preuve et de rapports d’enquête.

HRSC et IBA ont maintenant demandé aux autorités de prendre les mesures appropriées pour donner suite aux conclusions du 72e rapport du Comité parlementaire.)

2– une directive immédiate au Bureau central d’enquête (CBI) pour l’enregistrement du premier rapport d’information (FIR) pour enquête et action stricte (en vertu des articles 115, 109, 302, 307, 304, 419, 420, 471, 474, 188, 505, r / w 120 (B) &34 de l’IPC & sections de la loi de 2005 sur la gestion des catastrophes et d’autres dispositions des actes spéciaux contre tous les éléments contre l’intérêt national, contre l’humanité, et bio-terroristes) sur les « Groupements Pharma», « Groupement Tech » et les « Cyber Harceleurs » qui sont impliqués dans des infractions contre l’humanité entière entrainant un génocide, causés par leurs actes de commission et d’omission liés à la pandémie de Covid-19.

3- des ordonnances avec effet immédiat aux autorités concernées :

i)D’ émettre des avis de garde à vue et des mandats d’arrêt contre l’accusé dont l’implication est prouvée à première vue ;

ii) D’engager une action en saisie conservatoire de tous les accusés et de leurs sociétés ;

iii) Commencer l’interrogatoire de l’accusé en détention ;

iv) Effectuer un test de détection de mensonges, un test de cartographie cérébrale, un test narco de tous les accusés principaux tels que le Dr Soumya Swaminathan, le Dr Randeep Guleria, M. Arvind Kejriwal Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Dr Anthony Fauci, Bill Gates, Mark Zuckerberg, Jack Dorsey et d’autres.

4- des directives immédiates à toutes les autorités pour

(i) examiner sérieusement le Livre blanc de l’association American Frontline Doctors (AFLDS) sur le Covid-19 et les vaccins expérimentaux.

ii) ne forcer personne à se faire vacciner et se conformer strictement à l’arrêt de la Cour suprême et de diverses hautes cours concernant le droit fondamental de chaque citoyen à choisir son traitement.

iii) informer le public des dangers réels du vaccin.

iv) informer le public sur les autres médicaments éprouvés, sûrs et plus efficaces.

v) ne pas répandre la peur d’une nouvelle vague sans vérifier les preuves scientifiques.

5- une directive appropriée selon le rapport soumis par le Comité d’experts au bureau du Premier ministre avec des recommandations de ne pas administrer de vaccins sur les personnes qui se sont rétablies de l’infection à Covid-19 et qui ont développés des anticorps.

6- Des directives immédiates pour fournir une protection à tous les dénonciateurs et à leurs témoins qui ont déjà exposé et continuent d’exposer le Syndicat comprenant BIG PHARMA, BIG TECH et BIG SCIENCE.

7- Direction pour la constitution d’un comité d’enquête distinct concernant le vent de la panique soudain pendant la deuxième vague de coronavirus en Inde, qui a été alimenté par des reportages incessants dans les médias sur la pénurie d’oxygène. Et pourquoi ledit battage médiatique a disparu dès l’apparition de l’enquête sur le ‘Tool Kit’ (kit contre la covid) a été commencée par la police de Delhi.

Accusation principale de complot contre les accusés

La plainte (paragraphe 26) porte contre tous les accusés qui sont tenus de répondre à l’accusation principale sur la base des documents, de preuves et de preuves de nature remarquable :

Le principal accusé Bill Gates et ses alliés de GAVI (Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination) ont ourdi un complot visant à créer un marché fixe pour leurs vaccins et autres médicaments et dans ce complot, ils se sont joints à d’autres accusés. 

Les autres sont Dr Anthony Fauci, conseiller médical en chef du président des États-Unis, M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, Dr Soumya Swaminathan, scientifique en chef à l’OMS, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, Jack Dorsey, PDG de Twitter, Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim, YouTube (Google), Arvind Kejriwal, Ministre principal, Delhi et que les autres personnes citées dans l’annexe T13 ou celles qui pourraient être accusés après enquête approfondie.

Au paragraphe 26.3, on peut lire que les accusés ont commis un acte public dans la droite lignée d’un complot. Ils sont accusés par des actes de commission et d’omission, d’avoir :
i) créé de fausses données.

ii) supprimé et dissimulé de manière malhonnête des données réelles.

iii) distordu des faits importants.

iv) créé un narratif et un complot.

v) mis en place des politiques « préméditées » sur YouTube, Twitter, Facebook, etc. pour supprimer la vérité et empêcher l’information réelle de se propager

vi) supprimé des informations originales et scientifiques de plateformes telles que YouTube, Twitter et d’autres sur la base de « fausses politiques et conditions générales » allant à l’encontre des données scientifiques.

vii) publié des « vérification de faits » fausses et sponsorisées afin d’aller à l’encontre de la vérité et par la même d’entraîner la confusion dans l’esprit du public ; cela avait pour but de décourager les personnes, les scientifiques et les médecins qui possèdent des données scientifiques.

viii) réussi à « capturer » les agences de santé gouvernementales de nombreux pays pour obtenir les politiques et les règles formulées en fonction de leurs objectifs inavoués.

ix) entraîné la mort de personnes en s’assurant que ceux-ci ne devraient pas accéder ou obtenir les médicaments facilement disponibles, sûrs et abordables tels que l’ivermectine, l’hydroxychloroquine, la vitamine D3, etc. et ayurvédique ainsi que les traitements naturopathes.

x) généré la peur dans l’esprit des gens afin que le vaccin puisse être présenté comme la seule alternative pour traiter et ainsi sauver les gens ; facilitant ainsi la voie à une autorisation d’utilisation en urgence (EUA) du vaccin non approuvé.

 xi) supprimé les données sur les effets dangereux du vaccin ainsi que l’usage de nombreux médicaments « ad hoc » couvrant ses effets.

xii) dévoyé, dissimulé ou supprimé les données sur l’inefficacité des vaccins et la mort de nombreuses personnes et de nombreux médecins. Ceci a entraîné des pertes de repères des gens causés par les sophismes des « hommes de paille ».

xiii) sous-déclaré les décès dus aux vaccins au travers de la création de règles à leur convenance.

xiv) essayé d’aller à l’encontre de la science réelle à l’aide de la rhétorique, c’est-à-dire la fausse science portée par les sophismes « de l’homme de paille », la malhonnêteté intellectuelle et les théories du complot pseudo-scientifiques.

xv) en outre, le cerveau de la conspiration et chef du Syndicat des vaccins M. Bill Gates a déjà été reconnu coupable d’essais illégaux et non autorisés de vaccins et d’avoir causé la mort de huit filles. Dans son 72e rapport du 28.08.2013, la Commission parlementaire de l’Inde Rajya Sabha a déjà recommandé une action en justice contre les membres du bureau de la Fondation Bill &Melinda Gates , des responsables de l’ICMR et d’autres accusés divers responsables de ces crimes odieux contre l’humanité.

xvi) tous les accusés étaient et sont bien conscients que par leur acte de commission et d’omission, ils vont causer la mort de millions d’innocents. Cependant ils ont choisi l’argent plutôt que les valeurs humaines. Ce sont eux les délinquants de l’humanité. Ils sont coupables de génocide. Ils ont commis des meurtres de masse avec sang-froid.

Ils ont enlevé les moyens de subsistance de l’homme du peuple et ont fait un enfer de la vie des pauvres. En raison de leurs conspirations, de nombreuses personnes qui ont réussi à survivre en prenant leurs médicaments toxiques souffrent maintenant d’effets secondaires graves ayant rendu leur vie misérable.

Ils ne méritent aucune sympathie ou indulgence. Sinon, ce sera une injustice pour toutes les victimes et une injustice pour toute l’humanité.

La peine minimale dans ce cas sera :

a) la peine de mort
et
b) La saisie de tous leurs biens meubles et immeubles et leur distribution égale à tous les peuples du monde.

D’autres questions importantes sont aussi mentionnées dans la plainte au paragraphe 2 mais suivent les mêmes bases qui comprennent la mise en cause des tests PCR, la censure et l’impossibilité pour les médecins d’échanger sur les réseaux sociaux sans risquer la censure.

La plainte a été déposée le 1er juillet 2021 et l’Indian Bar Association a envoyé sa lettre de représentation signée par Me Dipali Ojha demandant au Premier ministre et le ministre de l’Intérieur de l’Inde à prendre des mesures à la suite de ladite plainte de HRSC.

La plainte complète est disponible ci-après : Plainte [PDF]

www.indianbarassociation.in

Auteur(s): FranceSoir

N B Il semble manquer dans cette plainte (du moins de ce qui en est rapporté ici) l’aspect plus général de la corruption des « élites » politiques (partis, États, organismes supra-nationaux comme l’UE…), et des autorités sanitaires officielles, académies diverses, et bien sûr de la désinformation et de la sidération des masses par les « grands » media.

PAN, DANS TA GOULE !

Lors d’un tout récent concours d’éloquence au sein des Armées:

https://www.youtube.com/watch?v=zxOLkCGrZwE

Le questionneur mouché est le petit socialo devenu macronien Gabriel Attal 1, le portefaix de la voix gouvernementale. 2

1 Curieux bonhomme né d’une PMA qui rêve d’avoir un enfant par GPA « éthique » (sic).
2 Si, si, y a un jeu de mot puisque Attal — plus exactement ‘âtal — signifie portefaix en arabe.
Al ‘âtal : le portefaix. ‘Âtal-i : du portefaix. Attali étant lui-même un grand pourvoyeur de la voix de son maître mondialiste adressée à la populace entre deux escales aériennes apatrides.
Si l’on peut dire « la voix d’Attal », la voix de portefaix, il est sans doute mieux, en bon français, de dire « la voix d’Attali », la voix du portefaix.
Mais au fond, il n’y en a qu’une. Toutes deux suivant la même voie, celle de notre ruine.

Une photographie rarissime de David Hamilton

Publié le 6 juillet 2021 par defensededavidhamilton

C’est avec une très grande émotion que notre blog publie, aujourd’hui, une photographie – que nous croyons rarissime – de David Hamilton.

Une photographie, en noir et blanc, qui est en outre d’une très grande beauté.

Datant des années 1960 ou au plus tard de l’été 1971, c’est en effet une photographie réellement intéressante.

Sauf erreur de notre part, elle est absolument introuvable sur Internet. Mais encore, c’est une image de David Hamilton qui a été publiée jadis – certainement avant juin 1972 – dans la fameuse revue paraissant en DDR, « Magazin » (magazine dont nous avons publié plusieurs images sur ce blog).

Voir : https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2021/03/09/nostalgie-de-la-ddr-deutsche-demokratische-republik/

Photographie David Hamilton. C’est une photographie datant des années 1960, voire de l’été 1971, et en tout cas certainement pas postérieure à juin 1972. Chose intéressante, aussi, elle a été publiée dans le fameux « Magazin », prestigieuse publication paraissant alors en DDR (Allemagne « de l’Est »).