Aller au contenu principal

Quelques infos sur l’état de l’opération spéciale en Ukraine.

  • L’Ukraine est à court de munitions et ses soldats servent de plus en plus ouvertement de chair à canon pour l’Otan (en emporte le vent) et Tonton Joe.
  • Piotr Tolstoï, un Russe qui ne fait pas dans la nuance (par ailleurs francophile, francophone et anglophone, les uns n’empêchent pas les autres), fils du peintre Oleg Tolstoï, descendant lui-même de Léon Tolstoï, et vice-président de la Douma, un « proche de Poutine », est venu dire aux yeux et aux oreilles ébahis des agents de la propagande de BFM-TV que se posait la question de savoir où se situera à venir la frontière ukrainienne avec la Russie.
    Il la verrait bien du côté de la Galicie et de la Volhynie ; là-bas, tout là-bas à Ouest ; et ne serait même pas opposé à ce que ces territoires retournent dans l’escarcelle de la Pologne.
  • Depuis fin juin / début juillet, les kiéviens essayent, coûte que coûte, de récupérer le moindre territoite qui soit, au prix de pertes monstrueuses. Certains militaires ukrainiens le reconnaissent d’ailleurs.
    *
    De Donbass Insider
    Le commandant du bataillon ukrainien Svoboda, Petro Kouzyk, dont l’unité est l’une de celles qui tiennent Bakhmout, a déclaré que ses soldats se battaient dans des champs « jonchés de cadavres », se battant dans des conditions extrêmement froides et avec de l’eau jusqu’aux genoux contre les attaques des forces russes.
    Interrogé sur l’ampleur des pertes côté ukrainien à ce jour, il a répondu: « Elles sont colossales. Nous ne comptons même pas les corps. Les champs, les bois devant les positions sont tous jonchés de cadavres ».
    Il explique plus loin que des unités moins motivées que la sienne ont abandonné leurs positions. Mais son refus de reculer quand il le faut finit par mettre son unité dans une situation de quasi encerclement (c’est là qu’on voit le problème de laisser les apparences et l’idéologie dicter la stratégie militaire).
    « C’est notre principe: nous, le bataillon Svoboda, ne reculons pas. Et à cause de cela, nous nous sommes retrouvés dans une situation de semi-encerclement. »

    *
    Cette attitude délirante, comme tout le reste de l’idéologie bandériste aurait un double but : de propagande populacière et de volonté de donner satisfaction aux « sponsors ». Pour recevoir armement et pognon (dont une partie disparaît dans les poches de la maffia qui « dirige » le pays).
  • Cette tactique imbécile à répétition satisfait pleinement la statégie des Russes, surtout depuis qu’ils sont entrés dans une phase de destruction méthodique des infrastructures énergétiques de l’Ukraine, et qui par ailleurs ont toujours eu comme but de détruire au maximum l’armée ukrainienne et en particulier les bandéristes et mercenaires étrangers dont européens comme les Polonais, ainsi que le matériel militaire ukrainien (ce qui est plus ou moins réalisé) et finalement otanien (ce qui est bien en cours).
  • Du côté de Kherson la mascarade de la libération de la ville s’achève dans la fuite éperdue de ses derniers habitants en de longues colonnes de véhicules.
    En effet, comme dans bien d’autres villes ukrainiennes, il n’y a plus ou quasiment plus d’électricité, de gaz, de chauffage, d’eau potable, et de produits alimentaires. Mais par contre quelques cohortes d' »épurateurs » qui effectuent leur besogne qui ne fait que renforcer le sentiment anti-kiévien.
    *
    D’Erwan Castel
    Les forces spéciales polonaises sont entrées en Ukraine pour nettoyer la population
    Selon le département militaire, un contingent militaire de Pologne a été enregistré sur le territoire de l’Ukraine. Les forces spéciales polonaises sont entrées en Ukraine pour nettoyer la population des « manifestations de loyauté pro-russes ».
    Le contingent militaire polonais a été retrouvé dans la ville de Marganets, dans la région de Dnepropetrovsk. Des nettoyages massifs et des mesures punitives contre les civils sont attendus dans la ville. On sait également que ce groupe n’est pas subordonné aux Forces armées ukrainiennes, mais directement aux officiers de l’OTAN.

    *
    On apprend aussi que les destructions ici ou là du côté d’Odessa et de Nikolaïev, de monuments à la gloire de Russes se poursuivent. Après Catherine II, certains sont passés à Pouchkine… Un poète !
    Sur les 150.000 habitants environ de la ville de Kherson, 115.000 sont maintenant réfugiés dans la partie Sud de son oblast ou en Crimée. Et donc, les 35.000 restants se dispersent au Nord.
    Presque vide de ses habitants, Kherson et les militaires qui s’y trouvent sont donc beaucoup plus facilement bombardables par l’armée alliée.
    Depuis les hauteurs du Sud du Dniepr, les Russes éliminent beaucoup plus aisément les mouvements de troupes et les entrepôts militaires de la partie de l’oblast de Kherson qui se trouve rive droite (Nord) du Dniepr.
    On voit aussi, sur des vidéos, tout un tas de matériels à roues s’embourber et finalement se faire détruire par des drones, l’aviation, l’artillerie. Sans réelle concentration, et surtout sans préparation d’artillerie, les Kiéviens semblent incapables de réaliser une vraie percée efficiente.
    Tandis que l’armée otano-kiévienne semble modérer ses ardeurs du côté d’Energodar et de sa centrale nucléaire. Ces derniers temps, une seule tentative de traverser le fleuve a été détectée qui s’est traduite par une destruction de barges, et de ses occupants, qui n’avaient pas encore quitté la rive même du Dniepr.
  • Sur le front de Zaporojié, on annonce régulièrement des concentrations militaires en vue d’atteindre Mélitopol ou Marioupol. Mais tout cela semble reposer sur des espoirs irréalisables. D’autant que les lignes russes se densifient (ici comme ailleurs) de l’arrivée des mobilisés.
  • Sur les fronts de Donetsk et de Koupiansk, sans vouloir entrer dans les détails, d’autant que les progressions sont souvent très lentes ou pas connues dans l’instant, on peut retenir qu’il y a eu quand même des avancées remarquables.
    Du Sud-Ouest au Nord-Ouest de Donetsk, des villages ou des casemates sont pris un à un par les forces russes, et dans ce secteur en particulier par les « wagnériens ». On entend moins parler des Tchètchènes mais ils doivent se trouver dans ce secteur également, car il sont toujours là lorsqu’il s’agit de guérilla urbaine.
    Parmi les secteurs qui ont été pris ou sont en voie de l’être on peut citer Ougledar, Marinka, Avdiika / Avdeevka (en voie d’encerclement, de futur chaudron). À Avdeevka, on a appris que son encerclement opérationnel (toutes les routes y menant sont sous le feu des Russes) bouclerait ses zones d’approvisionnement. Or cet endroit est l’une des pièces maîtresses de tout ce front encasematé, emblockausé. Ou pire, pour les hommes, tenu par tout un système de tranchées dont on peut voir actuellement, alors qu’elles sont gorgées d’eau en attendant la neige, qu’elle semblent être en aussi bon état que les tranchées des Poilus de Quatorze.
    Quand Avdeevka sera réduit, ce sera un grand soulagement car une bonne partie des projectiles qui tombent sur Donestk et ses environs, sur le centre-ville en particulier à l’heure de la sortie du travail, viennent de cet endroit.
    Ne pas oublier que, tous les jours, l’armée ukrainienne tire systématiquement sur cet objectif qui n’a rien de militaire. Comme il le fait depuis 2014, finalement, avec des périodes de plus ou moins accalmie. Actuellement, ce n’est pas l’accalmie et tous les jours il y a des tués et des blessés, tous civils.
    Un peu plus au Nord, sur cet autre point important du front situé à Soledar-Bakhmout-Artemivsk/Artiomovsk, là aussi, son encerclement opératif est quasiment achevé, tous les axes y menant seraient au moins sous le feu de l’aviation russe. Sachant d’autre part, que certaines parties de ces cités sont passées sous le contrôle des Russes, au Nord, Est et Sud.
    Par ailleurs, un peu plus loin au Sud, les Russes ont effectué une vraie trouée dans la ligne de défense et tiennent maintenant des villages comme Kurdyumivka et Ozarianivka, ce qui va leur permettre d’accentuer l’encerclement de tout cet endroit.
    En ayant effectué cette avancée nette vers l’Ouest, les Russes contrôlent du moins par son artillerie l’axe qui relie Artiomovsk à Kostiantynivka qui l’approvisionne.
    Juste au Sud de cet ensemble Soledar-Bakhmout-Artemivsk/Artiomovsk, les mercenaires de Wagner aurait pris le contrôle du village d’Opytné, et donc de l’axe routier Nord-Sud qui traverse toute cette agglomération. Ce qui veut dire que toutes les issues tant d’entrée que de sortie sont maintenant bloquées.
    Il faut savoir que si les deux gros centres d’Avdeevka et de Bakhmout et autres tombent, et ils sont bien (pour les Russes ou mal pour les kiéviens) partis pour tomber, c’est l’essentiel de la défense statique de l’armée ukrainienne qui tombe dans le Donbass.
    Il ne restera plus (façon de parler) que les deux bastions en arrière : le petit de Seversk et le plus imposant de Sloviansk – Kramatorsk, à réduire. C’est dans le Donbass que se tient l’essentiel (en système de défense, en hommes et en matériel) de l’armée ukrainienne.
    Sur le front de l’extrême-Nord, du côté de la rivière Donets, plus rien n’avance et même recule pour les Ukrainiens. Izioum et Liman dont les Russes se sont retirés, ont eu beau avoir reçu des renforts, rien n’y fait, pas plus que du côté de Koupiansk.
    Du côté de Pisky et de Koupiansk le long de la rivière Oskil/Oskol, les Russes auraient repoussé des contingents … de l’armée polonaise ! Avec de lourdes pertes pour ces derniers. Ainsi, tel qu’on l’a vu sur telegram, il ne sert à rien (bien au contraire) de brûler des livres de la religion orthodoxe, de la part de cathos tarés polonais, pour avancer.
    « Comme quoi, nous dit Xavier Moreau, la sauvagerie n’est pas que du côté de Lvov et de Kiev, mais également du côté de Varsovie. J’ai hâte d’entendre la réaction du pape François à ce sacrilège ». Mais, il n’en aura aucune. Ou il dira une connerie, comme d’habitude !
  • De Katya Kopylova qui « raconte la géopolitique avec humour et légèreté ». Des inconnus ont fait irruption dans la résidence de l’ambassadeur ukrainien au Vatican et ont souillé d’excréments la porte d’entrée, les murs et les escaliers.

  • On a appris ces derniers jours, du côté russe et donbassien, et aussi dans la presse polonaise, que ce serait déjà 1200 hommes que l’armée polonaise (qui n’est pas en guerre, comme chacun peut le constater !) sont passés de vie à trépas.
    Les cimetières militaires polonais se remplissent. les populations commencent à « (r)ouincer » comme on dit, ou disait autrefois par chez moi.

Mot d’enfant

À l’instant, l’un de mes petits-fils m’a dit très sérieux :

— Je veux jouer au furet.

— Au furet, que je lui dis ?!

— Mais oui, tu sais … avec les cartes.

Après réflexion, on a compris qu’il voulait jouer à la belote. Il apprend à y jouer en ce moment.

Entre la belette et le petit lapin, il s’est trompé d’animal, l’Animal !

LA MORT SUBITE, DE CURIEUX « CAILLOTS » ET LE COVID

Vidéo sur des informations qui circulent depuis des mois, mais peu diffusées, concernant entre autres faits l’état du sang de morts « vaccinés du covid » (je n’ose pas écrire : contre le covid), ou pour mieux dire morts d’une dite « thérapie génique » faite à partir d’un virus artificiel manipulé pour le rendre plus agressif et au final mortel.https://odysee.com/@Roms17:d/Died-Suddenly—Mort-Subitement–VOSTFR-:5

S’il n’y avait pas autant d’embaumeurs et d’embaumés aux États-Unis, on n’en saurait encore rien.

Version sous-titrée en français. Je ne suis pas responsable de la traduction.

Comme l’écrit justement quelqu’un : « Et si le « poison » c’était le covid lui-même ? »

Appel qui ne sera malheureusement pas entendu

Joe le sénile, garde avec toi le taré de l’Élysée, on n’en veut pas, on n’en veut plus chez nous. Monte une garderie pédophile russophobe avec lui, le canadien trudeau, le royaumunien sunak et l’ukraino-bandériste zelensky. Et prend schwab comme nounou.

Quant aux media officiels subventionnés par nos impôts, vous être grotesques ! Fermez-la, votre propagande totalitaire est certes crispante, mais encore plus risible.

À propos : France-Soir sur Internet, organe indépendant, vient d’être déclaré « mauvaise presse » par un organisme « tout à fait indépendant » (indépendant de la liberté d’expression et de l’expression libre, s’entend) et perd les avantages financiers de la presse gouvernementale. Moyen de l’anéantir.

France-Soir colporte le bougre, des informations non conformes à la doxa officielle. C’est-à-dire, entre autres, l’inverse de toutes les çonneries sur le covid, pourtant largement démenties par les savants sérieux (il en reste, fort heureusement ; ils sont encore étouffés, mais de moins en moins).

Comme exemple à donner de la vérité programmée par les media patentés, autrement dit du mensonge organisé (dans un Monde réellement inversé le « vrai » – officiel – est un moment du faux et réciproquement le « faux » – officiel – est un moment du vrai) il suffit d’écouter (pour qui le peu, moi, je sais que je le peux peu, si peu et même plus du tout) ces Bfm, Lci, Cnews, Tf1 … et toutes les chaînes de l’État dictatorial).

C’est vraiment la chute de l’empire … Mais on n’a pas encore fini d’en baver, tant qu’il ne sera pas complètement à terre. Et ça peut encore prendre des années.

Le compte à rebours de l’efficacité du « vaccin » Covid

https://t.co/q773EKxikl

Nouvelle page de souvenirs

Hier j’évoquais la présence de travailleurs maghrébins dans les travaux publics les plus déqualifiés et les plus pénibles, fin des années cinquante / début des années soixante. Ils étaient Marocains disait-on, et c’était avant l’arrivée des harkis.

J’aurais pu continuer sur ma lancée et dire que je me souviens encore de la première fois de ma vie où je vis un Noir « pour de vrai ». C’était dans l’avenue principale de ma cité. Je crois me souvenir que des gens se retournaient pour le regarder passer. Il était aussi exotique que les éléphants que parfois l’on rencontrait aux beaux temps lors de la parade de quelque cirque qui se tenait ici pendant quelques jours.

Il est probable que le Noir que je vis était un Noir américain, un militaire de la base qui se trouvait au petit aérodrome de la ville.

J’ai le souvenir encore des jeeps amerloques que l’on voyait parfois passer à côté de chez nous. J’ai même le souvenir qu’un jour, parfaitement anachroniques et mendiants indigènes, on avait fait à plusieurs, en haut de la côte au bout de chez nous, le V de la victoire pour qu’ils nous lancent de la gomme à mâcher, comme on dit au Canada. Honte de rien, colonisés, animaux de cirque nous aussi. Mais, ils ne nous avaient rien lancé. Ils étaient sur le départ. Peut-être déjà fâchés.

Il m’a fallu attendre la fin des années soixante, le début des années soixante-dix pour voir des Réunionnais généralement très chevelus ; c’était tout un contingent de jeunes venus fréquenter un centre AFPA.

Je ne suis retrouvé avec l’un d’entre eux à faire des vendanges en Touraine, véritable expédition dans un car tellement chargé qu’il n’a pas pu s’arrêter sur sa lancée au premier feu rouge au sortir de la ville.

Vendanges aux conditions spartiates. C’est là que j’ai appris la seule phrase (qui m’est restée, plus ou moins bien enregistrée) de créole réunionnais : « andalouf mélil bousar », que mon Réunionnais de rencontre m’a traduit par : « allons faire l’amour au bois ». « Andalouf » fait penser à « andar », « marcher » en espagnol ; « mélil » à « mêler » et « bousar » à « bois », « brousse ». « Allons nous mêler au bois ».

Je me mis à fréquenter une plus grande ville, Nantes, et là je vis les quelques premiers Noirs qui vendaient devant les RU, les « restau » universitaires, et dans le centre-ville, des babioles et fanfreluches, objets en cuir divers, ceintures, sacs, masques, dont j’ai su plus tard qu’ils allaient les acheter en gros à Paris.

Rigolo, ils nous vendaient de la verroterie et des objets d’un sou, fabriqués je ne sais où, peut-être en France à l’époque, ou déjà dans quelques pays exotiques et … non-africains. Petite revanche du colonisé venu survivre en Europe, en petit commerçant des rues, payant sa patente quotidienne à la police municipale.

C’est là aussi que j’ai vu les très rares Noirs (les mêmes) qui conduisaient une voiture, pour transporter tout leur matériel, voitures usées, en mauvais état. J’ai fini par les croiser ailleurs, par chez moi quelques années plus tard, ou encore sur la côte en été.

Je n’ai pas le souvenir, dans mes propres études universitaires, à la « fac », d’avoir rencontré un seul non-européen. Ni beaucoup de non-Français. J’ai eu avec moi en cours un portugais. C’était l’époque (même déjà depuis quelques années) de l’arrivée de Portugais dans le bâtiment, ils construisaient les premiers grands immeubles de la ville.

J’ai également connu et fréquenté un Espagnol ; c’était avant la mort de Franco quand nombre d’Espagnols avaient quitté leur pays pour au moins se sentir un peu plus libres.

Ce Portugais repartit chez lui avec une licence, laissant tomber la fille autochtone avec qui il vivait. Cet Espagnol fit de même, avec une maîtrise, laissant tomber sa femme autochtone et ses deux enfants. Le second prétendit des problèmes de « métabolisme » ; métabolisme qu’il entretenait à la bière et au vin. Ils sont devenus tous les deux enseignants dans leurs pays respectifs.

Les étudiants noirs ou métis des îles étaient assez rares et vivaient en tribus dans les cités universitaires, mangeant entre eux. À cette époque on pouvait rencontrer, mais rarement, des filles du cru avec des Noirs ; je m’en souviens d’une en particulier qui avait passé son bac en même temps que moi ; je ne voudrais pas généraliser, mais je dois dire que si des Noirs pouvaient se retrouver avec des Blanches, je n’ai jamais vu alors (ce qui est encore assez rares de nos jours) de Noires avec des Blancs.

Le plus « folklo », détonnant, était un Noir connu de tous qui fréquentait plus les cités (dont de jeunes filles, mais en vain) et restaurants universitaires qu’autre chose. Un glandeur comme il y en avait tant et tant à la fac ou autour des facs, les parasitant. C’était un personnage haut en couleurs si je puis dire, un gambien qui avait déjà traîné du côté du Royaume Uni, et qui essayait désespérément, et depuis un certain temps déjà, de réussir au concours d’entrée à la « fac ».

Il avait eu quelques histoires pour avoir essayé d’endormir deux étudiantes avec je ne sais quel produit, pour essayer de « se les faire ». Petit gros, alors que tout le reste de sa famille était constituée de grands minces, nous avait-il dit, il n’attirait pas vraiment les filles. Maoïste hystérique convaincu, et particulièrement borné, je lui avais demandé un jour ce que c’était pour lui que la lutte des classes. Il a serré ses deux poings et les a frappés l’un contre l’autre. Avec lui, la dialectique cassait des briques.

Ou pouvait. On ne savait pas lui donner d’âge, mais il était peut-être plus près de la quarantaine que de la vingtaine et quelques années plus tard, j’ai appris qu’une tentative de révolution en son pays s’était soldée par la mort de quelques centaines de rebelles. J’ai toujours pensé qu’il avait été dans le tas. À moins qu’il n’ait jamais quitté la France, vivant de je ne sais quoi. Sans doute pas d’une aide d’un consulat de Gambie qui n’existait pas.

Puis au milieu des années soixante-dix, quand je fus « incarcéré » dans une caserne angevine afin d’y effectuer mes classes, c’est là que j’ai rencontré pour la première fois (et la dernière d’ailleurs) des Kanaks. La plupart n’était pas des demi-portions, restaient entre eux, et ne donnaient pas vraiment envie de les fréquenter.

Le premier soir où j’ai dormi à la caserne, je me souviens d’en avoir surpris un, essayant de nous « piquer » nos affaires et plus précisément de l’argent. Voilà les seules relations que j’ai eu avec les Kanaks.

Je pourrais continuer sur le même thème. Mais cela deviendrait plus commun. J’aurais quand même envie, avant de clore sur le sujet, de dire que c’est bien plus tard, ces dernières années, que j’ai rencontré, auprès de la masse des franchouillards, indigènes ou non — bleus, blancs, rouges, verts, noirs, jaunes ou incolores — les plus improbables et contournés, qui ont su donner enfin toute leur mesure : les sous-hommes intégraux du transhumanisme.

Je les appelle les zombies. Ce sont tous ceux qui non contents de se masquer et de se piquouser à foison, en ont rajouté et en rajoute encore dans la veulerie imbécile. Le cabinet médical que je fréquente exige un masque encore, et le personnel de la pharmacie que je fréquente reçoit ses clients masquée. Et l’on croise encore, dans les magasins et dans la rue, des masqués !

Et par ailleurs, j’ai d’énormes doutes sur la qualité du jeune médecin qui me reçoit. J’y suis tenu, il est très difficile de changer de médecin, c’est la pénurie partout. Et les autres sont-ils mieux, même les vieux dans le métier ? Enfin, je me retiens de lui dire que si j’avais écouté son « bon conseil », son très insistant conseil, me faire piquer (j’avais le choix, me disait-il, même Johnson & Johnson…) je ne serais sans doute plus là. Et qu’il aurait perdu par là même un patient, pardon… un client. Mais il doit s’en moquer, dans ce domaine, il n’y a pas de manque ! Et c’est qu’il insistait le crétin, il voulait son petit ou gros billet de la Sécu…

Page de souvenirs fragmentaires.

En passant devant ma petite école, là « dès à matin », du moins celle que j’ai fréquentée trois ans avant d’aller en sixième, école de mon quartier qui a été inaugurée l’année même où s’y suis entré (celle d’avant était dans des baraques d’après-guerre), j’ai repensé d’un seul coup, dans un demi-brouillard d’hiver pas bien chaud qui m’avait fait mettre ma casquette, que nous n’étions que quatre alors à entrer en sixième, de ma classe de CM2, celle du Père Houguet, alors jeune petit bonhomme dont j’ai gardé bons souvenirs, mais qui est mort déjà depuis des années, finissant sénile avant l’âge.

On était entré tous les quatre sur dossier. C’était à l’automne 1961. Il y a peu d’années ma curiosité m’a fait rechercher ce qu’étaient devenus ces gars-ci. Je précise que l’école publique était séparée entre filles et garçons, plus maternelle « miste » comme disait Coluche. On ne voyait les filles que de loin alors. Du moins à l’école.

À moins de m’être trompé sur les personnes, j’ai retrouvé ce qu’ils étaient devenus.

Le preume de la classe B. dont j’ai oublié d’un seul coup le prénom, mais ça me reviendra, sans doute, était parti du côté de la Normandie et avait été ingénieur dans une centrale nucléaire. (En relisant, je viens de retrouver son prénom : Gérard).

Le deuze, Patrick M. dit Patou, est devenu médecin en gérontologie ; là j’en suis sûr, j’ai eu des informations précises car nous étions tous les deux petits-cousins, sa mère était la cousine germaine de ma mère. Il était parti du côté de Vannes par là.

Le troize, c’était mézigue. Enfin pour la place de deuxième ou de troisième, c’était disputé entre les deux petits-cousins, mais moi j’étais le plus souvent perdant à cause d’une écriture et de « soins » déplorables. Depuis le CP déjà ! Au départ, je crois, une myopie ignorée ou négligée.

Le quatre, c’était Jean-Michel B. Il n’est resté qu’un an au collège et a dû réintégrer l’école en classes de fin d’études primaires. Je me soutiens avoir joué quelquefois avec lui alors que l’on ouvrait une rue en travers, au fond même du jardin de mes parents. Totalement inconscients, on se promenaient dans des tranchées. À l’époque elles étaient généralement creusées, à la pelle et à la pioche, par des Maghrébins ; des hommes qui vivaient en France loin de leur famille, mais qui ne faisaient pas de bruit.

Oui, c’était de l’inconscience, la mienne et plus encore celle de mes parents qui me laissaient jouer dans des tranchées qui faisaient deux ou trois mètres de profondeur, à la merci d’un glissement de terrain. Mais savaient-ils seulement que j’y traînais ?

Et pour en revenir à cet ex-copain, de peu de temps finalement, qui habitait à deux minutes ou trois de chez moi, de chez mes parents, je pense avoir découvert, ces dernières années, qu’il était devenu jardinier municipal, à Nantes.

Les deux premiers « firent latin » et je suppose plus tard « allemand ». Moi, j’étais plus « moderne », sans latin et plus tard ma seconde langue vivante fut l’espagnol. Celle avec laquelle j’ai eu mon bac.

Mon anglais était déplorable et pour tout dire j’étais fâché avec ; et n’avais aucune sympathie pour la langue de ceux qui pendant la guerre détruisirent en très grande partie la ville où j’ai vécu toute ma jeunesse. Les Anglais et les Américains. Je ne l’ai pas vécu, cette guerre, mais j’ai vécu la Reconstruction dans une petite ville en lambeaux.

Pourtant j’avais copiné quelques mois à l’école avec un Américain plus âgé que moi et au français très hésitant, dont le père était militaire dans une base que De Gaulle n’avait pas encore fait fermer. Je lui donnais par écrit en classe une phrase à traduire et il me la rendait traduite en anglais, ce qui finalement ne servait qu’à entretenir mon exotisme puisque je ne savais pas la prononcer. Qu’est-il devenu, lui devait avoir déjà douze ou treize ans quand je n’en avais que neuf ?

Mais cette guerre me fut tellement racontée à satiété, toutes ces misères de guerre subies, ces morts, ces tristes anecdotes, par mes parents, que j’ai fini pendant des années à faire des cauchemars dans lesquels des avions me balançaient des bombes sur la tête que je cherchais à éviter.

Quant à moi, ce que je suis devenu, c’est gratouilleur de papier nostalgique. Ayant toujours conservé ma mauvaise écriture. Mauvaise graphie, parfois illisible par moi-même (ou tapoteur en vrac de touches, suite « au progrès »), et écrits, en règle générale, non estampillés.

Humour juif du premier degré

DE LA FAUSSE COMÉDIE A LA VRAIE TRAGÉDIE…

https://t.me/ErwanKastel/2046

Ce sketch joué par le comédien Zelensky date de novembre 2014…

Aujourd’hui le clown est devenu président ukrainien mais il continue de jouer le même texte, et avec zèle, sur le théâtre sanguinaire de la marchandise occidentale…

Erwan Castel

POURQUOI LA CASTE OCCIDENTALE DÉTESTE LA RUSSIE

Le courrier des Stratèges

28 novembre 2022 traduit de Politika-ru

Très beau, très bon texte d’Andreï Polanski

*

Le lien entre une éducation humanitaire d’élite et une certaine réaction à l’irritant ukrainien peut être tracé, à la fois, en Russie, et bien au-delà de ses frontières. Plus l’école est élitiste, l’appartenance au système corporatiste est claire, la loyauté envers le courant dominant de la gauche [sic] libérale est grande et plus la russophobie est violente.

L’exemple le plus clair en est le diplômé de Harvard et fils de l’assistant du président Kennedy, le membre du Congrès américain J. Raskin. Celui-ci a récemment déclaré que les Russes, pour leur position anti-démocratique [sic], anti-gay et anti-féministe, méritaient l’anéantissement complet. Et peu de gens se sont opposés à lui. Il semble que le 24 février ait, une fois pour toutes, rayé la Russie et les Russes du champ du politiquement correct.

Inversement, des personnages plus marginaux, plus « borderline » comme l’on dit, pour lesquels une nouvelle éthique et le besoin de culpabiliser pour des privilèges mythiques est un vain mot, sont beaucoup plus capables de comprendre et d’accepter la logique de la Russie, ses tâches stratégiques et ses intérêts politiques. 

Nous pouvons en donner un exemple, tiré aussi de la politique américaine. Paul Gozar, un ancien dentiste provincial, et l’un des personnages les plus notoires du Capitole, a récemment proposé de tenir des pourparlers de paix entre Poutine et Zelensky chez lui, en Arizona, pour obliger à un compromis et à un cessez-le-feu. 

Il existe vis-à-vis de la Russie de nombreuses oppositions dans les manuels, et partout dans le monde occidental. En Russie même, la raison qui anime les sentiments de la gauche libérale, purement pacifiste, et même ouvertement antirusse d’une partie de « l’intelligentsia humanitaire » russe, est ancrée probablement dans la structure du système éducatif et académique du pays, et pas seulement dans les programmes et les domaines de recherche « pro-occidentaux ».

D’ailleurs, l’Occident lui-même est loin d’être homogène. Mais il est nécessaire d’aborder la compréhension de ce problème, ne serait-ce que pour faire en sorte que nos institutions académiques en sciences humaines cessent d’engendrer des troubles sociaux en augmentant le nombre de personnes formées qui les provoquent. 

La personne en Occident est considérée comme une sorte d’unité presque vide

Très probablement, la racine du problème n’est pas dans l’affiliation à un clan ou plus encore à la « classe », ni au poids des influences financières ; mais elle tient essentiellement dans les constructions logiques et représentations théoriques à la mode. 

La pensée occidentale a convergé en se nourrissant des peurs et des stéréotypes de la société de l’information et de la grande consommation. Il s’agit de considérer la personne comme une sorte d’unité presque vide, dont la valeur se limite à la préservation du corps physique et à la participation au cycle des incitations économiques et des apparences d’une société de consommation. Il ne doit avoir aucune existence au-delà de ces critères, aucun impératif de vérité, de valeur et d’appel trans-personnel. Tout cela est au mieux une fiction, au pire une manipulation, ou de la propagande.

Avec une telle approche de la personne et de sa raison d’être sur Terre (ou plutôt de son absence de raison d’être), les lois du marché deviennent la base des rapports sociaux, chaque produit étant disponible pour tout le monde, ce qui assure la garantie de la stabilité des entreprises. Des manipulations sociales efficaces dans le cadre des relations publiques établissent notoirement quels sont les « droits et règles ».

C’est en ces termes qu’un bon élève, de l’école des « élites » de la recension occidentale, marque de l’estime à une personne éprise de phénoménologie, a lu les freudo-marxistes et Walter Benjamin, a étudié Jacques Derrida et le déconstructionnisme, ainsi que Gilles Deleuze de fond en comble, et a agrippé sa tête, plongeant dans les conférences de Ludwig Wittgenstein, et pour finir, il est prêt à admirer l’esprit des auteurs de « l’école spéculative ». 

L’histoire pour lui n’est pas tant un ensemble de hautes significations qu’une somme d’erreurs et de crimes ; les anciens ne sont pas un modèle, mais la démonstration de pourquoi il est impossible de continuer ; toute violence est un mal ; tout rappel du devoir et du sens appartenant à quelque chose de plus grand que vous-même est un moyen de manipulation.

L’humanité, non protégée par l’existence d’objectifs et de sens en dehors de l’existence biologique, avance rapidement vers le néant

Dans le cadre de cette logique, la vision de la situation actuelle est simple et claire. Mais l’ironie est qu’une telle pensée, qui dans les années 20 du XXIe siècle a séduit des têtes progressistes, est un désastre. 

L’humanité, non protégée par l’existence d’objectifs et de sens en dehors de l’existence biologique, avance rapidement vers le néant, vers une dissolution complète dans les biens et les commodités, vers la fusion avec une machine, ou, plus pratique, avec une intelligence artificielle. Elle renonce donc volontairement à la liberté, et elle accepte la soumission parfaite au mécanisme de la manipulation. Le mouvement ici n’est qu’à sens unique. 

Le plus intéressant est que la Russie, qui revient en permanence à l’Histoire et la considère comme une valeur fondamentale, tente par ses actions de ralentir ce processus, voire, dans le cas idéal, de l’arrêter. 

Par conséquent, nos partisans actuels sont souvent des personnes qui n’ont pas lu de livres à la mode (à la mode ne signifie pas intelligents). Ou repoussés par l’élite, ils s’en vont dans la direction opposée. Ils se tournent vers le passé, hérité de leurs pères et des idées et idéaux éprouvés. Parfois, ils restent captifs de préjugés et de peurs ridicules et naïves. Ils accordent une grande valeur à leur expérience sociale directe et immédiate, qui n’est pas passée par la déconstruction. Ils ne se considèrent pas comme une marchandise, gardant la « subjectivité » dans la plénitude des connexions et des dépendances comme la prunelle de leurs yeux. 

En d’autres termes, ils recherchent un soutien, de la solidarité et de l’amour. Et idéalement, nous sommes prêts à répondre à ces besoins de soutien, de solidarité et d’amour.

Maintenant, nous savons quelle est la véritable intolérance des « gens avec de beaux visages »

À première vue, les « nôtres » avaient toujours l’air pire que les diplômés des écoles d’élite. Ils semblaient plus sombres, têtus, intolérants. Mais seulement jusqu’à ce que cette grande confrontation commence.  Maintenant, nous savons quelle est la véritable intolérance des « gens avec de beaux visages »… C’est sur cette simple répulsion que peut se construire l’éducation russe des années 20 du XXIème siècle. 

Nous devons retourner au monde « évident ». Le monde où le jugement selon lequel Dieu est mort n’est qu’une métaphore pour Nietzsche. Le monde où l’hypothèse qu’une personne est décédée est la seule preuve de la profonde tristesse du désespéré peintre Gely Korzhev. Mais en fait, lui et les autres sont tous ici, sur les sommets et dans les abysses de l’histoire en cours. 

La génération actuelle est responsable devant ses pères de ses enfants. C’est sur cela que repose la patrie. En l’acceptant comme un cadeau, vous pouvez voir d’autres pays, cultures et civilisations, aimer leur différence et leur diversité. Surtout après la fin du conflit actuel.

« Il y a Dieu, il y a le Monde, ils vivent pour toujours, 

Et la vie des gens est instantanée et misérable. 

Mais tout est contenu par une personne qui aime le Monde et croit en Dieu ».

Le poète Nikolay Gumilyov a écrit cela il y a plus de cent ans. Et c’est là où nous en sommes.

*

Ma petit conclusion à moi est que, avec ou sans Dieu, l’Humanité n’est rien si elle néglige la notion du Sens, de la Transcendance (Beau, Bien, Bon, Vrai … ) et du Sacré (avec ou sans religion). Même si au final tout est vain, ou inutile et … mortel, y compris pour l’Humanité en son ensemble, le Soleil, la Terre et Dieu, Néant ou Dieux eux-mêmes (non, ils ne vivent pas pour toujours).

*

J’ignore qui est Andreï Polanski.

Gely Korzhev – ou Gueli Korjev – (1925 – 2012) est un peintre russe « communiste » (je mets « communiste » entre guillemets, car jusqu’à ce jour il n’a encore jamais existé de réel communisme, si ce n’est du communisme dépravé qui ne fut qu’un vulgaire capitalisme d’État totalitaire, bolchevique en Russie, pour ne parler que de la Russie). Il fut dans la lignée conforme du « réalisme socialiste » mais marqué, vers la fin de sa vie par un fantastique que l’on dit boschien et des figures historiques et bibliques.

Nikolay Gumilyov – ou Nikolaï StepanovitchGoumilev – (1886 – 1921) poète, dramaturge, prosateur, surtout connu comme le co-fondateur avec Sergueïv Gorodeski du mouvement acméïste (du grec akmê : le plus haut point ou point critique, le comble, l’apogée) en réaction au symbolisme alors dominant dans la poésie russe ; prônant le langage simple et concret, la poésie du quotidien, hors de la mystique et des mystères. Il n’avait aucune sympathie pour le bolchevisme et fut l’une des premières victimes de la terreur bolchevique ; fusillé sans jugement en 1921 avec près d’une centaine d’autres intellectuels et universitaires, principalement de Saint-Pétersbourg, lors de la pseudo-conspiration monarchique de Tagantsev. Affaire montée de toute pièce par la Tchéka.

Coup de pied de l’âne … à un autre âne, mais celui-ci bâté et bien dressé, redressé.

Paraîtrait que le « comique » Jean-Marie Bigard,

— Celui qui soutenait les Gilets Jaunes puis qui s’est fait virer par ces mêmes Gilets Jaunes, pour je ne sais quelle raison (peut-être qu’il confondait soutien aux G. J. et manière habile de se faire de la réclame) ; voir sur YouTube au moins une vidéo et dix fientes, pardon édifiante, sur le sujet,

— Celui qui était « anti-masque » pour les autres, jusqu’au jour où il l’a imposé, tout penaud, pour ses propres spectacles (il devait manquer de pognon, il mène grand train) ; voir également sur YouTube une vidéo sur le sujet où la Grande Gueule Vulgaire se fait tout petit, tout con, quasiment et inhabituellement inaudible,

— Celui qui semble avoir perdu l’essentiel de sa clientèle, qui n’a plus la pêche car il a dû en prendre plein dans la poire, devenu sénile d’un seul coup, ou plutôt le temps du covid, et qui après avoir annoncé qu’il ferait à SA demande un spectacle « Foutu pour Foutu » en compagnie de Dieudonné, mais qui a reculé devant les menaces de comiques ratés comme Hanouna et Ruquier, de quelques autres et même de sa propre femme qui est, sauf erreur, de la communauté des Intouchables,

Se produit maintenant en intérimaire du spectacle télévisuel patenté chez Hanouna et chez Ruquier, en chroniqueur que l’on dit sous-payé, qui aurait à peine droit à la parole, que l’on interrompt sans ménagement, et que l’on empêche même de raconter des « blagues » (sic) salaces, sa spécialité, son unique spécialité de toujours ; « moi, j’ai choisi le vulgaire, il ne me restait plus que ça ».

Donc vulgaire pour vulgaire, il n’est pas si mal en compagnie d’Hanouna et Ruquier, deux « dignes » représentants de la vulgarité franchouillarde, du mauvais goût et des idées tordues et fachotes destinées aux éléments les plus tarés de la société qui ont été les premiers à porter un masque, à se faire piquouser et repiquouser, et qui crient au loup devant Poutine.

Il est loin le temps où Bigard contestait la version officielle dudit Onze Septembre !

De la part d’un optimiste : Rémy (un jeune) que l’on voit sur YouTube.

Emmanuel Macron bientôt en prison?

Chère lectrice, cher lecteur,

Tremblement de terre ou nouvelle parodie de justice ?

Notre président de la République, Emmanuel Macron, se retrouve sous le coup d’une enquête judiciaire.

Nous connaissions déjà le rôle des cabinets de conseils et en particulier de McKinsey

… mais ces précédentes révélations n’avaient pas empêché Emmanuel Macron de se faire réélire.

Il y a eu la mise en examen du ministre de la Justice. 

Il y a eu celle du secrétaire général de l’Élysée.

Place au président de la République d’être dans le viseur de la justice et du Parquet national financier!

Financement illégal, recel, relations plus que troubles avec les cabinets de conseils

Et si nous étions en train de franchir un cap ?

Et si la Macronie allait, pour le première fois peut-être, vraiment trembler devant une enquête de justice ?

Je ne vous en dis pas plus : c’est une bombe qui vient d’être lâchée !

Démission en vue ? [ou des missions nouvelles pour elle, à venir ?]

On va rester dans le thème des scandales en Macronie !

Il y a quelques semaines, plusieurs médias se faisaient le relais de l’affaire Agnès Pannier-Runacher… [dite : panier nul à chi..]

… affaire tombée totalement dans l’oubli, et pourtant ! 

Si tout ce qu’elle a fait est bel et bien légal, est-ce bien moral ?

Exil fiscal, conflit d’intérêts, intervention au nom de personnes mineures

Il est temps aujourd’hui de remonter nos manches et de demander une chose : la démission d’Agnès Pannier-Runacher ! 

Juste Milieu lance une initiative citoyenne pour (enfin) faire bouger les choses ! 

[voir le lien de la pétition sur le site de Juste Milieu]

Soyons nombreux à faire entendre notre voix.

Toutes ces affaires s’éteignent grâce au silence…

… ne leur laissons pas cette chance !

Nouveau tournant dans la censure médiatique

Concluons avec un ultime scandale (encore) qui, pour le coup, est tout à fait nouveau et inouï…

… dans tous les sens du terme ! 

Tandis que Mediapart travaillait sur une enquête, cette dernière a été purement et simplement annulée par une décision de justice

Cette enquête n’était, certes, pas nouvelle mais…

… elle s’apprêtait à faire de toutes nouvelles révélations sur des pratiques politiques douteuses.

Deux hommes politiques étaient directement concernés.

Indice : ils ont été élus dans la même région et viennent originellement du même parti !

Reste à savoir maintenant si cette enquête pourra [re]voir le jour rapidement…

Pour ce 25 novembre 2022, voici, à suivre, trois articles consacrés à David Hamilton.

Les deux premiers viennent du blog d’Olivier Mathieu.

Le troisième est de mon cru.

DAVID HAMILTON : SIX ANNÉES DÉJÀ.

Voici, dans la triste tonalité présente de ce blog, une sorte de bref intermède concernant le domaine artistique.

Cela fait donc six ans — et un vendredi également — que, deux ou trois jours après qu’il eût déclaré vouloir porter plainte contre « ses » infâmes diffamateurs et plus précisément « fameuses » diffamatrices — dont ladite femme-matrice et mytho-« woman » Poupette Le-cas-tout-nu — David Hamilton a été « suicidé » dans son studio parisien et retrouvé mort, porte ouverte, par un voisin.

Je ne vais pas refaire l’enquête, ou plus précisément entamer l’enquête qui n’a jamais été faite, une non-enquête qui a conclu bien rapidement à un suicide. Mon opinion est établie depuis longtemps sur l’état de la Justice (et si je puis dire, sur la justice de l’État).

Vers la fin de sa vie, David Hamilton semble avoir été exploité par certains de ses « bons amis » qui cherchaient encore à en tirer profit. Il a même été approché semble-t-il par des escrocs et des malfrats. Ou si l’on préfère par des voleurs et receleurs. Au mieux par des exploiteurs.

Situation presque logique quand un homme vieillit, et qui plus est, est un solitaire comme il semblait l’être plus ou moins aux derniers de ses moments.

On a connu ça avec bien d’autres artistes. Ainsi, il court depuis longtemps, depuis avant même sa mort, que, pour prendre un autre exemple dans le domaine artiste, Dali n’était plus l’auteur de tant et plus de tableaux qui furent pourtant certifiés par des « experts ».

J’ai toujours été ébahi par le talent de certains faussaires, car il faut du talent pour faire du « à la manière de ». Ici, avec Léonard d’Angleterre, je veux dire David Hamilton, il est moins question de faux tableaux, ni même de fausses photos, que de vol pur et simple, en vue de revente.

À mon humble avis David a été quelque peu « bousculé » par quelqu’un qu’il connaissait. Et ce quelqu’un a peut être pris le temps d’aller fouiller du côté de la « réserve », des archives Hamilton qui se trouvaient dans un appartement voisin connu de tout son entourage, ou du moins de ce qu’il en restait alors.

Je me trompe peut-être, le « suicideur » ou la « suicidrice », ou les « suicideurs » étaient peut-être de « simples » auto-justiciers, des quidams qui se crurent investis d’une mission rédemptrice à l’encontre d’un homme âgé et sans défense.

Il a suffit peut-être peu de choses, juste « un peu » le contraindre pour l’envoyer dans l’au-delà. Il était malade, prenaient des médicaments (j’ignore lesquels).

*

Carton d’invitation à la dernière exposition de David Hamilton du printemps 2016 à Waterloo, lieu prédestiné.

*

Dans les mois qui ont suivi, j’ai cherché à contacter des personnes qui l’avaient connu. Parti pour en faire tout un livre. Je n’en ai pas trouvé beaucoup, mais quand même suffisamment pour coucher sur le papier quelques-unes de leurs impressions. Recherchant également tout un tas d’informations complémentaires. J’en ai même écrit l’équivalent d’un petit livre, presque achevé, mais malheureusement pas encore édité.

Ce qui a été le plus remarquable est que parmi la demi-douzaine de personnes contactées, toutes au presque, ont fini plus ou moins rapidement par disparaître ou se dégonfler.

Une qui était danseuse en sa jeunesse n’avait rien de mal à dire sur David Hamilton. Rendons-lui grâce. La grâce qu’elle avait à danser. Et son plaisir, alors de faire des sauts de danse.

Une autre également n’avait rien à en dire de mal, mais quand je lui ai renvoyé la transcription écrite de son témoignage pour le réviser éventuellement, elle m’a demandé expressément de ne pas la citer ; elle fait profession dans l’artisanat, s’agirait pas de perdre de la clientèle à cause de ça.

La troisième, qui l’a bien connu pour avoir été du monde de la photographie au Cap d’Agde même, et qui ne semblait pas avare de parler, n’a jamais réagi non plus lorsque je lui ai envoyé la retranscription de son témoignage pour corrections éventuelles.

La quatrième, une photographe monténégrine qui avait organisé une exposition David Hamilton en son pays, promis d’envoyer quelque chose par écrit, que j’attends encore.

Émotion passée, l’être humain se referme comme les coquilles d’un mollusque bivalve gavé d’eau de mer, et ne veux surtout pas faire parler de lui ou d’elle, surtout quand la personne objet du questionnement sent le soufre.

C’est l’inertie humaine, commune, trop commune, le grégarisme, le poids du conformisme ambiant. Celui que l’on connaît trop bien, et encore plus, en ces années présentes totalement délirantes de régressions en tout : sociales, économiques, politiques, civiques, culturelles, éthiques, esthétiques… et dans celle, la pire, du domaine des mœurs en général et en particulier, des bonnes mœurs civilisées et qui élèvent.

*

Je n’ai pas de certitude (problème d‘homonymie) sur Yves Baten qui pourrait être un artiste belge. La David Hamilton Foundation est une fondation privée, créée sans doute pour l’occasion, le 15 mars 2016, sise à Bruxelles, plus précisément dans sa proche banlieue à Ixelles. Quant à Americo Serfilippi, il s’agit d’un restaurateur belge, d’origine… italienne, qui possède plusieurs établissements de luxe en Belgique. Dont deux à Waterloo.

*

Sans guère d’illusion, j’ai cherché à contacter Mona et Gertrude. J’ai trouvé leur adresse à toutes deux. Je leur ai écrit, et bien évidemment ni l’une ni l’autre ne m’a répondu. Je n’ai pas de nom connu, je ne suis pas journaliste fringant, simple anonyme.

C. D. qui m’a aidé en réalisant des entretiens, m’a dit bien justement : « ce sont des femmes entretenues ». Je crois qu’elle a dit l’essentiel. Car soumises, disons, à « l’obligation de réserve ». Mariées à deux « bourges » bien friqués, on dirait. Grassement entretenues.

La première surtout est dans ce cas. Elle se montre régulièrement avec son mari sur Internet, en diverses soirées mondaines et/ou « charitables » à New-York. Fille de peu d’intérêt puisque j’ai cru comprendre qu’elle a jeté une partie des archives de David Hamilton à la décharge publique du côté de Ramatuelle (mais je peux me tromper, ou plutôt j’aurais espoir de me tromper).

La seconde se rencontre également sur Internet, dont deux ou trois sites d’Art et autres et sur Instagram. On la rencontre aussi dans des soirées apparemment moins mondaines qu’« artistiques ».

Enfin, on ne peut pas lui enlever qu’elle a du talent dans le domaine de la peinture, de la peinture figurative exactement ; et dans le secteur tout à fait particulier de la peinture florale et végétale, parfois animalière. Sa peinture est du domaine de la ressemblance la plus recherchée avec la Nature. Telle qu’on la rencontre dans les atlas et encyclopédies anciennes. Dans le genre de l’illustration scientifique incarnée au début du XIXe siècle par Jean-Jacques Audubon, pour ne citer que lui.

Si, sauf erreur, Mona n’a aucune descendance, il n’est est pas de même de Gertrude qui a deux filles. Le plus amusant est que ces deux femmes, dont l’une a plus ou moins l’âge d’être la mère de l’autre, habitent, ou habitaient du moins il y a une demi-décennie encore, au même endroit, à Manhattan (comme de bien entendu) dans deux immeubles pratiquement voisins.

Ce sont-elles déjà rencontrées, croisées, parlées, ignorées ? Le hasard est souvent curieux. Mais est-ce du hasard en leur cas ?

*

Une photographie de David Hamilton de cette même ultime exposition. Mourir à Venise … plutôt qu’à Waterloo ?

*

En attendant, mon texte (vraiment achevé) sur David Hamilton sortira peut-être un jour sur Internet — qui sait ? — voire sur papier.

Pour en revenir à mon sujet premier, et conclure : après bien des réflexions — comme on dit — mon opinion est que David Hamilton est mort d’une attaque, ou d’une double attaque ; je veux dire qu’il a dû être violenté, bousculé, puis peut-être volé ; et alors, que son cœur, sans doute déjà bien fatigué, a lâché de peur, de dégoût, désarroi. De surprise maléfique.

P.S. J’allais oublier d’évoquer une septième personne qui voulait bien répondre à mes questions, mais visiblement pas par Internet et me proposait de le rencontrer à Bruxelles. C’était l’ancien avocat (et également enseignant universitaire) belge de David Hamilton. Toujours cette volonté de ne pas laisser de traces écrites.

Ainsi que d’une huitième, un photographe suisse, si je me souviens bien, qui a constitué le Catalogue raisonné [portfolio de photographies] / David Hamilton (Genève : M. C., 2014), édition de luxe à petit tirage réservé aux grandes bibliothèques. Et que l’on trouve à la BNF. Lui, non plus, n’a pas daigner répondre à un loquedu.

Hommage à David Hamilton, le génie de l’érotisme, pour le sixième anniversaire de sa mort

Publié le24 novembre 2022pardefensededavidhamilton

Mary Anne, 16 ans en 1974, modèle – parfaitement francophone – de nationalité suédoise, ici photographiée par David Hamilton. Photographie rarissime de Mary Anne par David Hamilton, photo parue dans le magazine espagnol « Lib », « una revista sugestivamente libre », 2e année, n° 27 du 26 avril au 2 mai 1977.

Voir aussi : https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2021/07/06/une-photographie-rarissime-de-david-hamilton/

BIBLIOGRAPHIE

SUR DAVID HAMILTON

25 novembre 2016 – 25 novembre 2022: hommage à David Hamilton.

Documents inédits ou quasiment introuvables sur Internet.

Voici, en hommage à David Hamilton en ce jour anniversaire de sa mort tragique (25 novembre 2016), un article (pour lequel m’a aidé – et je l’en remercie – Jean-Pierre Fleury, docteur en sociologie, écrivain, poète, éditeur) sur le grand photographe.

Il s’agit de documents quasiment introuvables sur Internet, et qui sont pourtant d’une grande importance bibliographique (et iconographique, avec des photos de David Hamilton inédites depuis 1977).

Inédites depuis 1977, dis-je, parce que l’article et les photos ont été publiés dans « Lib », « una revista sugestivamente libre », qui était éditée à la fois à Barcelone et à Madrid. C’était un hebdomadaire. Ici: 2e année, n° 27 du 26 avril au 2 mai 1977, et la revue coûtait 40 pesetas. Donc, le numéro 1 date environ du 1er novembre 76, soit de moins d’un an après la mort de Franco (mort le 20 novembre 1975).

La couverture de la revue en question se trouve ici: https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2018/05/19/souvenirs-et-miracles-de-david-hamilton/

Sur la couverture, on lisait: « Mary-Ann la nueva revelacion de David Hamilton ».

Voici maintenant (image suivante) la première page de l’article (page 14). Le texte est naturellement en espagnol, mais aisément compréhensible pour qui a un minimum de familiarité avec les langues latines.

Revoici (image suivante) la même page (page 14) avec, cette fois, la première colonne entière de l’article.

Article de GUSTAVO OCAMPO

Article signé par GUSTAVO OCAMPO et qui raconte comment un journaliste espagnol, un an après la mort de Franco, va à Paris pour rendre visite à une jeune fille de seize ans, Mary Anne (ou Mary Ann, comme le prénom était orthographié sur la couverture de la revue), de nationalité suédoise, modèle de profession et qui, naturellement avec l’autorisation de ses parents (David Hamilton, comme chacun sait, demandait toujours l’autorisation des parents, quand il s’agissait de modèles mineures), posait pour les photographes (et donc pour David Hamilton).

Elle avait aussi, apprenait-on toujours dans cet article, quelque expérience préalable de théâtre dans son pays natal, la Suède.

Voici (image suivante) la page suivante de cet article publié en Espagne en 1977, où Mary Anne explique qu’elle avait seize ans, qu’elle était modèle, que son père ne trouvait absolument pas problématique qu’elle pose nue, et qu’elle avait connu David Hamilton parce qu’elle lui avait envoyé une photo d’elle et que, parmi des centaines d’autres candidates qui désiraient poser pour le Maître de la photo èrotique, elle avait été sélectionnée.

Mary Anne explique aussi que son père ne voulait pas qu’elle fume ou qu’elle boive, mais que (il suffit en effet de songer au succès du naturisme, à l’époque, dans les pays scandinaves) il n’avait aucun préjugé quant au fait que sa fille pose nue.

Voici maintenant (image suivante) la page 15.

Page 15, dans la colonne de droite (complètement visible sur l’image qui suit) la jeune fille disait encore que Mary Anne était son vrai prénom, qu’elle avait déjà eu des relations avec des garçons (elle évoquait notamment une relation, qui avait duré quatre mois, avec un garçon anglais), qu’elle vivait des amours mais ne désirait pas, pour le moment, de relation « sérieuse ».

David Hamilton, un « génie de l’érotisme »

Surtout, elle décrivait David Hamilton comme un « génie de l’érotisme » et, le journaliste lui posant des questions sur les amours lesbiques, elle répondait qu’il y avait certes « une composante d’homosexualité dans les films de David Hamilton, mais sans excès ». Et cela, disait-elle, plaisait à Mary Anne.

Image qui suit : page 16 de cet article.

Image(s) suivante(s): page 17 de cet article.

Ainsi s’achevait cet article. Intéressant à plus d’un titre, intéressantissime. Parce que publié en Espagne moins d’un an après la mort de Franco. Parce qu’il s’agit d’un article sur David Hamilton que très peu connaissent (sur David Hamilton, comme sur tous les sujets, il est évidemment plus simple, notamment pour les ignorants, de répéter toujours et toujours les mêmes choses). Parce qu’il s’agit d’un article, d’un long article sur cette jeune fille, Mary-Anne, qui posait pour David Hamilton (et, selon ce qu’elle dit dans cet entretien, connaissait aussi et fréquentait la compagne de David Hamilton, Mona). Et que cet article en dit beaucoup sur les années 1970 et permet aussi de prendre connaissance de ces photographies rarissimes, en noir et blanc, de David Hamilton.

Qui sait ce qu’est devenue aujourd’hui, en 2022, Mary Anne?…

Photographie rarissime de Mary Anne par David Hamilton, photo parue dans le magazine espagnol « Lib », « una revista sugestivamente libre », 2e année, n° 27 du 26 avril au 2 mai 1977.

Photographie rarissime de Mary Anne par David Hamilton, photo parue dans le magazine espagnol « Lib », « una revista sugestivamente libre », 2e année, n° 27 du 26 avril au 2 mai 1977.

Voir aussi : https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2021/07/06/une-photographie-rarissime-de-david-hamilton/

Photographie rarissime de Mary Anne par David Hamilton, photo parue dans le magazine espagnol « Lib », « una revista sugestivamente libre », 2e année, n° 27 du 26 avril au 2 mai 1977.

Voir aussi : https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2021/07/06/une-photographie-rarissime-de-david-hamilton/

Photographie rarissime de Mary Anne par David Hamilton, photo parue dans le magazine espagnol « Lib », « una revista sugestivamente libre », 2e année, n° 27 du 26 avril au 2 mai 1977.

Voir aussi : https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2021/07/06/une-photographie-rarissime-de-david-hamilton/

Photographie rarissime de Mary Anne par David Hamilton, photo parue dans le magazine espagnol « Lib », « una revista sugestivamente libre », 2e année, n° 27 du 26 avril au 2 mai 1977. Cette photo a aussi été publiée, avant la chute du Mur de Berlin, dans la presse de la DDR (Allemagne de l’Est). Qui sait si elle serait vraiment toujours publiable, aujourd’hui?

Sur la parution de cette photo dans la presse de la DDR : https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2021/03/09/nostalgie-de-la-ddr-deutsche-demokratische-republik/

Voir aussi : https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2021/07/06/une-photographie-rarissime-de-david-hamilton/

Pour le sixième anniversaire de notre combat en défense de David Hamilton

Publié le24 novembre 2022pardefensededavidhamilton

David Hamilton: 15 avril 1933 – 25 novembre 2016.

Photographie de David Hamilton, 1973, qui sera ensuite employée pour Bilitis (1977)

In memoriam.

David Hamilton
David Hamilton, Paris, 16 mars 1977

Aux abonnés et aux lecteurs du blog :

Carte postale David Hamilton, publiée dans le commerce (années 1970-1980) aux éditions NEUFELD VERLAG (imprimé en Autriche): voir illustration suivante
Carte postale David Hamilton, publiée dans le commerce (années 1970-1980) aux éditions NEUFELD VERLAG (imprimé en Autriche)
Carte postale David Hamilton, publiée dans le commerce (années 1970-1980) aux éditions NEUFELD VERLAG (imprimé en Autriche)
Carte postale David Hamilton, publiée dans le commerce (années 1970-1980) aux éditions NEUFELD VERLAG (imprimé en Autriche)
David Hamilton, carte postale publiée dans le commerce, aux fameuses éditions AGEP
David Hamilton, carte postale, éditions Agep
Magazine ouest-allemand Konkret (1970-1973: innombrables collaborations de David Hamilton). Ici, célèbre couverture de David Hamilton.

La déliquescence finale de l’Occident

SUR LE FRONT DE KHERSON
Répression bandériste (suite)

À Kherson, la terreur continue contre la population civile.

Le SBU [services secrets] a arrêté un transporteur qui avait participé à l’évacuation des personnes vers la rive gauche du Dniepr en ayant remis six bateaux à moteur à l’armée russe.

Il risque désormais… 12 ans de prison pour « Complicité avec l’état agresseur».

Bientôt cette gestion bandériste ira chercher les commerçants qui ont vendu du pain à des soldats russes !

Erwan

*

De R T France du 23 novembre :

Dans une résolution adoptée à une large majorité, le Parlement européen réclame la mise en place d’un cadre juridique européen visant à prendre des mesures hostiles contre la Russie, accusée d’être un «Etat promoteur du terrorisme».
Ce 23 novembre, le Parlement européen a adopté avec 494 voix pour (58 voix contre et 44 abstentions) une résolution qui qualifie la Russie d’«Etat promoteur du terrorisme» et appelle les 27 pays de l’Union européenne à en faire de même.

(JPF) Pendant que l’Otan et les étatusniens en particulier aident ouvertement un État bandériste en Ukraine, et des terroristes en Turquie, Iran, Liban, et Syrie où ils tiennent des champs de pétrole dont le pétrole est volé par les amerloques.
Et alors que les Russes luttent contre ces mêmes terroristes en Ukraine et depuis plusieurs années en Syrie !

*

D’Erwan Castel :

Photo des conséquences de la « filtration » dans le village de Malaya Rogan, région de Kharkov.

Après la « libération » de la ville, les [bandéristes] des forces armées ukrainiennes, avec la participation du bataillon national « Kraken », ont mené des opérations de nettoyage de masse suivies de l’exécution de civils, considérés comme des « collaborateurs ».

Aucune enquête, aucun procès, comme d’habitude. Une autre confirmation des nombreux crimes de guerre des formations ukrainiennes.


*


*

D’Erwan Castel


DE LA FUREUR DES MOTS AU COMPORTEMENT DE FÜHRER

« L’Union européenne ne se calmera pas tant que l’Ukraine ne l’emportera pas sur Poutine. »


Ursula Van der Leyen
dite « Cruela Von der Lahyène »

*

À gerber l’Union Européenne ! ses dirigeants fantoches ! et la plupart de ses élus et plus encore de ses non-élus !

*

DÉMONS ET MERVEILLES ET AUTRES BRÈVES

À KHERSON « LIBÉRÉE »

De Donbass Insider sur Telegram, d’après t.me/hercon_ru/4786

Même « les gens qui attendaient les néonazis » veulent quitter Kherson après l’arrivée des forces armées ukrainiennes car il y a une terrible atmosphère de catastrophe humanitaire.

Dix jours après l’arrivée des FAU [l’armée otano-kiévienne] à Kherson, nous pouvons dire avec une certitude absolue qu’une catastrophe humanitaire s’est déjà produite dans la ville — les gens n’ont plus aucune chance de mener une vie normale. La population civile est assise [sic] sans eau, électricité et gaz, qui n’ont pas été rétablis, et les quelques magasins ouverts n’ont rien du tout ou vendent de la nourriture pour une somme énorme.

[on trouve sur telegram des vidéos montrant des gens seau et bol à la main, collectant l’eau de pluie dans des mares laissées par quelque averse automnale, dans le froid euro-oriental de novembre]

Les pro-Kiev enragés dans leur joie, ont profané de nombreux endroits à Kherson avec leurs symboles nazis [bandéristes] dans les premiers jours, et maintenant ils cherchent eux-mêmes des moyens de s’échapper d’ici. Les gens ordinaires qui n’osent pas sortir de chez eux subissent non seulement les représailles des FAU, mais à tout moment ils peuvent tout simplement mourir de faim et de froid.

*

De Donbass Insider

Gare ferroviaire à Kherson occupée temporairement par l’armée ukrainienne. Les gens viennent ici pour se réchauffer et recharger leurs téléphones. La majeure partie de la ville n’a ni électricité, ni chauffage, ni eau.

*

De Russophère. En défense de la Russie

Le ministère ukrainien de l’Énergie a indiqué que la majorité des consommateurs se sont retrouvés sans électricité dans le pays.

Toutes les centrales nucléaires, la plupart des centrales thermiques et hydroélectriques ont été temporairement déconnectées du réseau.

Et sont dans leur immense majorité toujours déconnectées.

*

RUSSOSPHÈRE – En défense de la Russie d’après : Strana ua.

DEUXIEME EVACUATION DE LA VILLE DE KHERSON

La vice-première ministre ukrainienne Irina Vereshchuk a appelé les habitants de Kherson restés à Kherson à évacuer la ville « pour la période hivernale ».

Selon elle, les femmes avec enfants, les personnes âgées, les malades et les personnes à mobilité réduite peuvent partir gratuitement vers Krivoy Rog, Nikolaev et Odessa, avec d’éventuels déplacements supplémentaires vers Kirovohrad, Khmelnytsky ou vers les régions occidentales de l’Ukraine …

… où ils seront mal reçu car en plein « soucis » d’alimentation électrique et de chauffage collectif.

*

**

De Katya Kopylova

Le bureau du procureur ukrainien a ouvert une procédure pénale contre … les prisonniers russes abattus par les forces armées ukrainiennes.

Ils ont été accusés de “traîtrise” et de “violation des lois de la guerre”. Selon le bureau du procureur, les Russes ont “simulé leur reddition” !

À chaque fois que je pense qu’on touche le fond, il y a quelqu’un qui frappe en-dessous

*

« Roman Rousnik, un de ces criminels qui ont tiré sur les soldats russes qui se sont rendus à Makeyevka, a été éliminé. »

Du danger de se laisser filmer et de se retrouver sur Internet !

*

D’après Erwan Castel, source Actualités mondiales & françaises

Les bandes armées du régime de Kiev ont diffusé une nouvelle vidéo les montrant en train de massacrer des prisonniers de guerre russes dans une forêt.

On constate que ces exactions avaient eu essentiellement lieu fin mars et début avril, puis qu’elles ont repris en automne.

Bien sûr, il n’y aura aucune condamnation dans la propagande occidentalo-kiévienne, même pas la simple mention de ces faits.

Quant à Kherson, les milices bandéristes se filment en train de mener leur épuration politique contre la population pro-russe à 90 %, du moins la partie d’entre elle qui a choisi de ne pas rejoindre la rive Est [Sud plus exactement] contrôlée par l’armée russe. Aucune désapprobation contre cet harcèlement terroriste n’est à attendre de la part de la propagande occidentale, là encore.

*

De Donbass Insider

Les armes fournies par l’Occident à l’Ukraine peuvent se retrouver entre les mains de criminels ou de terroristes. C’est ce qu’a déclaré dans une interview au Times le chef de la British National Crime Agency (NCA), Graham Biggar.

Eh ben, il aura fallu des mois pour dire ce que j’ai dit dès le début des livraisons massives d’armes à l’Ukraine … c’est bien de se réveiller maintenant.

*

D’après Erwan Castel

Youriy Choukhevych, 89 ans, le fils du «héros» ukrainien, est décédé en Allemagne, rapporte l’agence ukrainienne NTA.

Il était le fils du dernier commandant en chef de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne dont j’ai dit quelques mots il y a peu : Roman Choukhevych qui a été éliminé à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Je n’en parlerais pas si, tel père tel fils, dans les années 90, Choukhevych junior n’avait organisé et dirigé l’UNA-UNSO (Assemblée nationale ukrainienne — Autodéfense du peuple ukrainien), organisation extrémiste interdite en Russie.

Mieux encore, en 2006, l’ancien président ukrainien Viktor Iouchtchenko avait décerné à Youriy Choukhevych le titre, pour lui aussi, de «héros de l’Ukraine» !

*

De russosphere

ATTENTION ON NE RIGOLE PAS ! 🤣🤣🤣

DES MIROIRS MAGIQUES POUR SAUVER L’UKRAINE DU FROID

Le ministère japonais des Affaires étrangères a promis une aide humanitaire d’urgence à l’Ukraine.

Kiev recevra pour … 2,57 millions de dollars de générateurs et de panneaux solaires. Tokyo pense que cette aide aidera à soutenir le secteur énergétique de l’Ukraine au cours de l’hiver prochain.

Des panneaux solaires en hiver !!! 🙈

*

t.me/russosphere

ENIEME AVERTISSEMENT RUSSE D’UNE POSSIBLE CATASTROPHE NUCLEAIRE SUITE AUX BOMBARDEMENTS INCESSANTS DE L’ARMEE UKRAINIENNE SUR LA CENTRALE NUCLEAIRE DE ZAPOROZHYE

Renat Karchaa, conseiller du directeur général de Rosenergoatom, a averti que de nouveaux bombardements de la centrale nucléaire de Zaporozhye pourraient conduire à une catastrophe nucléaire.

« Le réacteur nucléaire est en fonctionnement, son alimentation électrique est interrompue par des tirs d’artillerie, les lignes électriques sont coupées. Le générateur diesel est également endommagé. Le non-refroidissement du moteur peut entraîner une surchauffe du réacteur, puis une catastrophe » a-t-il déclaré sur les ondes de Perviy Kanal.

*

CENTRALE NUCLÉAIRE D’ENERGODAR

Les derniers tirs ukro-atlantistes sur la centrale nucléaire de Zaporodje située à Energodar, même s’ils n’ont pas provoqué de fuites radioactives sont gravissimes.

Un des obus est arrivé à 10 mètres d’un lieu de stockage de combustibles radioactifs.

Plus grave encore est ce fanatisme occidental à ne pas vouloir, ni désigner le vrai coupable ni exercer sur lui une contrainte majeure et facilement réalisable puisque le régime de Kiev ne survit que grâce aux perfusions de l’OTAN.

Mais plus grave encore est cette veulerie des populations occidentales qui, dans une soumission hallucinante, restent plongées dans l’apathie suicidaire.

Les manifestations pour stopper ces aides occidentales excitant la guerre en Ukraine et menaçant la sécurité européenne n’ont attiré que quelques dizaines [de milliers] de personnes lucides et courageuses…

La castration [mentale] des européens par l’Occident semble être achevée !

Rappel: ici, les vents dominants vont vers l’Ouest !

Je dis ça je dis rien !

Erwan

*

t.me/russosphere

🗣 LA REPRESSION RELIGIEUSE CONTINUE PAR LA JUNTE DE KIEV

Le SBU, après le Monastère de Kiev-Pechersk, s’est rendu dans deux autres monastères en Ukraine.

Selon le département régional de la police politique de la Junte de Kiev, dans la région de Rivne, le SBU organisent des perquisitions sur le territoire du diocèse de Sarny de l’UOC du Patriarcat de Moscou, du monastère de l’Icône de Volyn de la Mère de Dieu et du Saint Koretsky Monastère de la Trinité (monastère stauropégial [sic], directement subordonné au patriarche de Moscou et de toutes les Rus’).

Cela ressemble à une campagne de « vengeance » sur des religieux dépendant du patriarcat de Moscou face à la situation pas florissante sur le front. Le bandérisme n’est que meurtres, terrorisme, massacres et destruction.

*

Après le fait que de plus en plus d’échanges commerciaux entre la Chine et la Russie se font en devises nationales, en particulier tout ce qui concerne l’énergie, qui est un très gros morceau, les liens financiers se renforcent entre les deux pays. Tandis que tous deux lâchent de plus en plus le dollar, et par la même occasion l’euro.

Ainsi, d’après t.me/russosphere

La Chine 1) a acheté une quantité substantielle des avoirs en or de la Banque centrale russe, qui dépassaient 2000 tonnes, et 2) a vendu (février-septembre) pour 121,2 Milliards d’obligations sur le Trésor étatsunien ! Soit l’équivalent de 2200 tonnes d’or.

*

HUMOUR GRINÇANT OU GLAÇANT ?

D’après Katya Kopylova

Régulièrement les farceurs russes Vovan et Lexus piègent divers politiciens occidentaux. Le dernier en date est le président polonais (si l’on peut dire que la Pologne soit géographiquement en Occident).

Un des deux s’est fait passer pour macron.

Pensant discuter avec ce pauvre type, au sujet du missile qui s’est écrasé en Pologne, détruisant une maison et y tuant deux ou trois quidams, le président polonais aurait déclaré :

« Je ne veux surtout pas de guerre avec la Russie, Emmanuel ». 

Pourtant il semble bien que la Pologne soit déjà en guerre, vu le nombre de mercenaires polonais engagés en Ukraine, mercenaires dont on a appris qu’il pourrait s’agir, au moins en partie, de militaires professionnels « mis en congés » pour l’occasion. L’occasion qui fait le larron.

À propos, l’édition européenne du journal Politico vient, paraît-il, de qualifier l’armée polonaise de « peut-être la meilleure d’Europe ». Quand on apprend ce que subit tous les jours l’armée otanesque en général (… de division de l’Eurasie) !

*

De Katya Kopylova

En Estonie, les amants ont-ils le droit de parler en russe pendant les rapports sexuels?

C’est une question actuellement débattue au Parlement estonien.

(jpf) On peut donc constater que le Parlement estonien est au moins aussi déglingué que le Parlement français quand il s’agissait (entre autres niaiseries, alors que notre pays part tous les jours à vau-l’eau) de dénoncer le machisme dans l’usage du barbecue.

*

De Katya Kopylova

L’Ukraine est contrainte de déclarer une alerte aérienne sur l’ensemble de son territoire chaque fois qu’un Mig-31 russe capable de transporter le missile hypersonique Kynzhal décolle du Belarus, a déclaré l’état-major ukrainien.

Et si les Mig-31 étaient en service de combat 24 heures sur 24 en Biélorussie 😍

*

De Katya Kopylova

Un descendant de Nicolas Gavriil Dorochine est venu dans le Donbass depuis la France et sert maintenant comme éclaireur au sein d’une équipe d’assaut.

Sa grand-mère était la petite-fille de l’empereur russe Nicolas Ier.

*

De Katya Kopylova

Des enquêteurs espagnols vont se rendre en Ukraine pour enquêter sur les “crimes de guerre russes présumés”

— Pedro Sanchez, Premier ministre espagnol

Plus on est de fous, plus on rit

*

De Katya Kopylova

Quiconque ne gèle pas est un agent de Poutine

HUMOUR ET MAUVAISES BLAGUES ?

De Katya Kopylova

Le bureau des impôts britannique a refusé d’accepter la déclaration d’impôt d’un citoyen en raison d’inexactitudes dans le formulaire.

Sous la rubrique “Personnes à charge dépendantes de vous” le résident d’Evesham a écrit: “2,1 millions d’immigrants illégaux, 1,1 million de toxicomanes, 4,4 millions de téléspectateurs de l’émission Jeremy Kyle [maintenant] au chômage *, 900 000 détenus dans 85 prisons et 650 idiots au Parlement”.

Le fonctionnaire du fisc a déclaré qu’une telle réponse était inacceptable. “Qui aurais-je oublié?”, a tenté de préciser le citoyen.

* Le « Jeremy Kyle Show » était une émission présentée par un certain Jeremy Kyle, produite et diffusée par la chaîne de télévision ITV de 2005 à 2019. Émission gluante et glauque de « télé-réalité » basée sur des confrontations, parfois violentes, dans lesquelles les invités cherchaient à résoudre des problèmes personnels liés aux relations familiales, ou amoureuses, au sexe et à la drogue, et qui mettait « en vedette » un dit psychothérapeute. L’émission a été annulée le 15 mai 2019, suite au suicide d’un invité.

*

De Katya Kopylova

[à la récente réunion internationale asiatique] Macron s’est tourné vers des analogies naturalistes, qualifiant les États-Unis et la Chine de “deux gros éléphants” et appelant à la coopération des “tigres, singes et autres animaux”

Y a-t-il seulement des humains dans ce zoo?

*

Il y a deux ou trois jours, le PDG de la holding énergétique ukrainienne DTEK a suggéré aux habitants du pays de réfléchir à la possibilité de partir à l’étranger [sic] pendant 3/4 mois afin de réduire la charge sur le système énergétique.

Depuis, il prétend qu’il n’a pas dit ça.

On imagine les réactions de l’Ukrainien ordinaire.

*

De Katya Kopylova

La Russie et la Chine passent au paiement des fournitures d’énergie en monnaies nationales (ministre russe de l’énergie).

Ça peut paraître pas grand-chose. Mais cette nouvelle signifie la fin de l’hégémonie du dollar.

*

Ukraine, info de samedi dernier  : la moitié des infrastructures énergétiques détruites, Zelensky écarte l’idée d’une trêve.

« Près de la moitié de notre système énergétique a été mis hors d’état de fonctionner », a déclaré vendredi le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal, réclamant « un soutien supplémentaire » de l’UE. De nombreux Ukrainiens doivent affronter le début de l’hiver avec peu ou pas d’électricité et sans eau chaude, alors que la première neige de l’hiver est tombée jeudi sur le pays, après plus d’un mois et demi de bombardements sur le réseau énergétique du pays.

*

Finalement ça va cailler dans les habitations, les écoles, les usines, les bureaux… de l’Atlantique à Kiev. Et peut-être encore plus à Kiev que du côté de l’Atlantique. Mais nettement moins du côté de Moscou.

*

MacDonald’s quitte la Biélorussie. Loukachenko répond :

«Bon débarras ! La place de McDonald’s devrait être occupée par des Biélorusses et personne d’autre. Ne me dites pas qu’on ne sait pas couper un pain en deux, mettre un morceau de viande et de la salade dedans, avec des frites!»

*

La langue noire « chevelue », un nouveau symptôme du Covid-19.

Du temps où je croyais que Guy Bedos avait encore du talent, alors qu’il n’avait eu autrefois que celui de ses faiseurs de saynètes, avec Sophie Daumier, j’avais acheté un disque de lui qui m’avait marqué par sa médiocrité et son ennui général. C’était maintenant lui l’auteur de ses textes !

Ce dont je me souviens de ce double (et oui en plus) disque ce sont uniquement deux remarques en passant : — qu’on n’allait quand même pas tricoter des brassières aux spermatozoïdes, et — que dans le genre de maladie horrible (ce qui est faux car cela se soigne) c’était de choper la langue noire.

Justement, depuis que Julie Powell, « célèbre bloggeuse culinaire » étatsunienne de 49 ans, a déclaré qu’elle avait la langue noire et poilue lorsqu’elle était atteinte du Covid-19, on s’est inquiété de ce fait. Il apparaîtrait que ce symptôme serait présent ou aurait été présent pour 1 sur 500 personnes victimes du virus artificiel.

Depuis, cette dernière est morte d’un arrêt cardiaque le 26 octobre dernier. Pourtant (je blague un peu noir, je devrais écrire « puisque ») elle avait tout fait : « vaccin » et « revaccins » autant que préconisés, et avait également chopé le virus, sous sa dite « forme longue », qui à mon humble avis est la forme la plus normale lorsque l’on mélange virus artificiel sidaïqué, malariaïqué et autres, et surdose de toxicité « grâce » à la protéine spicule (spike) active du dit pseudo-vaccin.

Le dépôt noir est causé nous disent les spécialistes idoines par une accumulation de bactéries sur les papilles à la surface de la langue et l’aspect « poilu » causé par la croissance excessive des papilles filiformes. Mais en frottant bien avec une brosse à dents, ça part…

Enfin, à noter en passant, juste en passant que les atteintes cardiaques figurent parmi les effets secondaires post-vaccinaux, et comme on en a eu l’illustration dès le début des « vaccinations », des injections de thérapie génique, finalement peu hygiénique !

On m’a mis tout récemment sous les yeux diverses statistiques qui montrent depuis quelques mois, et dans divers pays occidentaux, une véritable explosion des décès par rapport aux moyennes habituelles, courantes, elles concernent toutes tranches d’âge.

Moi, j’ai ma petite idée sur le sujet.

J’y vois la confluence de trois phénomènes, une conjugaison d’effets néfastes à retardement.

— pour ceux qui ont attrapé le covid, arme bactériologique, des effets à retardement du covid lui-même qui contient des éléments du sida, de la malaria et autres saloperies ;

— pour les « vaccinés », l’accentuation des effets secondaires mortifères du « vaccin » mais à retardement seulement ;

— pour ceux qui sont « vaccinés » et ont attrapé le covid, des effets mortifères à retardement des « vaccinations » qui auront pris la suite et/ou renforcé le covid, tout en accentuant ses effets néfastes.

« On va voir dans quelques mois ou dans quelques années » dirent très rapidement les complotistes et conspirationnistes. Enfin, les gens de Raison « spécialistes » ou non.

On y est. On commence à y être. Mais quand finira-ce ? On l’ignore tous, vrais savants et faux savants « vaccineurs » compris.

PS Je pourrais ajouter une quatrième cause : une détérioration gigantesque des modes (et moyens) de vie depuis le premier confinement, ou les Gilets Jaunes ; et même depuis l’arrivée de macron à l’Élysée. Pauvreté, chômage, faillite, guerre à l’Est, maintien d’un climat anxiogène généralisé, propagande effrontée, nullité des oppositions politiques et syndicales.

Complément d’information à l’article d’hier

D’Erwan Castel

L’inscription Furtwängler fait apparemment référence à Wilhelm Furtwängler, célèbre chef d’orchestre allemand et un des symboles culturels de l’Allemagne nazie. De toute évidence, le militaire ukrainien qui apparaît sur le cliché est un membre de la Division spéciale des drones Furtwängler qui fait partie du bataillon de volontaires Sitch des Carpates.

*

(jpf)

Tout au Sud de la Galicie ukrainienne, se tient un bout des Carpates et même une Transcarpatie qui constitue un oblast, le plus petit d’Ukraine (chef-lieu Oujhorod).

La Sitch (Січ en ukrainien), était dans le passé l’équivalent de l’Agora grecque ou du Forum romain, des Cosaques, particulièrement des Cosaques Zaporogues, du temps où il vivaient en régime semi-autonome. C’est un mot qui vient du verbe « sikty » (сікти), qui signifie couper, ou aménager une clairière.

On pense que la plus ancienne sitch connue serait une fortification aujourd’hui ruinée qui se situait au milieu du Dniepr, sur l‘île de Tomakivka dans l’actuelle région de Zaporojié. Du XVIe au XVIIIe siècle, la capitale, et donc la sitch des Zaporogues se trouvait sur le bord du Dniepr, dans le même secteur. À la sitch, ou sur la sitch se tenait la Rada : l’assemblée des Cosaques qui délibéraient et également élisaient l’hatman, leur chef.

Encore une fois, le plus grotesque est que les bandéristes se réclament d’une sitch qui, semble-t-il, n’existait pas dans leur région. D’ailleurs pour partie les Cosaques étaient des gens qui avaient fuit le servage ou l’imposition de contrées tenues par les Polonais, comme justement la Galicie tant orientale (région de Lvov) qu’occidentale (région de Varsovie).

Il existe même semble-t-il, des ultra-nationalistes qui se réclament de la makhnovchëtchina de la Révolution russe, qui fut pourtant un mouvement libertaire à base paysanne qui se développa sur une bonne partie du Sud-Est ukrainien (en partie ex ukrainien maintenant) du côté des anciens Cosaques et d’une partie de la Novorossiya, en limite du Donbass actuel.

Le crâne et les tibias qui semblent plaire aussi bien aux bandéristes ukrainiens de Galicie qu’aux mercenaires pro-russes du Groupe Wagner, fut aussi l’emblème de la makhnovchëtchina.

Dans la série des musiciens classiques mis à contribution durant cette guerre, on peut ajouter le Groupe Mozart, nommé en opposition au Groupe Wagner, qui réunit une trentaine de vétérans des forces spéciales américaines, britanniques, irlandaises et autres occidentaux, et qui ont déjà formé, dit-on, depuis le début des affrontements, 2500 ukrainiens à se battre.

Ce qui est finalement remarquable (à remarquer) est qu’il n’est question ici — Mozart, Wagner et Furtwängler — que de musiciens germaniques…

EN AVANT LA MUSIQUE !

En breton on pourrait rendre le nom de la ville russe/ukrainienne (rayer la mention inutile) de Kherson (à condition de le prononcer kèrsòn, ou mieux kèrsõn) par Ville-Chanson.

Pour ce qui est de la chanson qu’on y chante actuellement, on commence à bien en connaître la musique.

DES « LIBÉRATEURS » DE KHERSON :

(Source TARKOV — T.ME/RUSSOSPHERE)

Voici le genre d’individus qui s’exhibent à Kherson en ce moment.

Le drapeau à bandes rouge et noir est celui de l’UPA (armée insurrectionnelle ukrainienne) de la Seconde guerre mondiale, dont les chefs les plus connus furent les deux tarés ennemis de l’Humanité : Roman Choukhevytch et Stepan Bandera. Moins une armée qu’une bande de criminels génocidaires ; branche armée de l’OUN, l’Organisation des nationalistes ukrainiens, dont le champ d’action privilégié fut la Galicie orientale (capitale Lvov).

Au centre du drapeau est écrit en écriture latine (étonnant, non?) ce qui semble être : Furtwängler. On peut en déduire au moins deux ou trois choses.

Qu’il doit s’agir du drapeau d’un bataillon bandériste qui se nommerait le Bataillon Furtwängler.

Que ce nom semble copier le nom et aussi le logo :

du Groupe Wagner financé par un milliardaire russe, armée de mercenaires surnommés « les musiciens de Wagner » qui combattent actuellement, principalement dans le Donbass, à côté des Armées alliées.

Et que ce nom, Furtwängler, a sans doute été choisi pour avoir été porté par le grand chef d’orchestre germanique (du moins avant que Karajan ne le supplante à la fin de la guerre) entre autre, de toute l’époque du nazisme. Et pour avoir dirigé nombre d’œuvres de Wagner, en temps de guerre en particulier.

Mais, où les bandéristes de Kherson se gourent, c’est que certes, il dirigea des œuvres en présence certaines fois de toute la haute-hiérarchie nazie, mais qu’il n’était pas nazi lui-même et avait de nombreux amis Juifs, musiciens en particulier. Il dut même quitter l’Allemagne dans les derniers mois de la guerre, quand ça commençait à sérieusement chauffer pour lui.

Je ne sais pas si ces bandéristes connaissent la musique… militaire, mais ils semblent ne pas bien connaître l’histoire musicale, ou font la guerre en parodie des mercenaires « wagnériens » ci-dessus évoqués.

Pendant ce temps …

Par Erwan Castel

CRIMES DE GUERRE UKRO-ATLANTISTES

Parmi les crimes de guerre commis par les soudards ukro-atlantistes pour la seule semaine dernière :

En plus du meurtre brutal de 11 prisonniers de guerre russes dans le village de Makeyevka et filmé par leurs assassins. [deux d’entre eux ont du souci à se faire pour leur avenir, ils ont été identifiés et sont nommés sur telegram]

Des preuves de terreur à Kherson avec le meurtre-exécution de 39 habitants de Kherson, qui étaient des partisans de la Russie et de l’enlèvement de 74 autres habitants emmenés vers une destination inconnue.

Egalement le meurtre par des unités spéciales de Kiev de plus de 20 civils ayant collaboré avec les autorités russes à Snigirevka (Nord Est de Kherson)…

Ne sont-ils pas mignons les gentils héros des démocrates droitdelhommistes occidentaux ?

À PROPOS DES VIKINGS

Je ne m’étendrai pas sur l’histoire de l’Océan Viking sauf à rappeler que plus de la moitié des migrants « mineurs » accueillis à Toulon a déjà disparu dans la Nature.

Je voudrais juste recopier ici ce qu’un anonyme sur Internet a écrit :

«  Il s’appelle l’Ocean Viking, ce bateau ? Oh comme ça lui va bien. Les Vikings étaient de grands esclavagistes, qui appelaient leurs esclaves : Courtaud, Imbécile, Feignasse, Puant… Ils n’étaient pas non plus du tout féministes.

«  Ils faisaient commerce d’esclaves avec les Sarrasins ou les Turcs. Les Vikings capturaient les Européens sédentaires sur les côtes, les maltraitaient, les échangeaient, les envoyaient chez les Sarrasins… Ils « les acheminaient depuis la Scandinavie par la Russie jusqu’à Byzance et Bagdad. »

«  Les hommes devenaient hommes de peine. Les femmes servaient de bonnes et concubines. Etc.

«  cf. https://www.nationalgeographic.fr/histoire/la-societe-viking-reposait-sur-lesclavage »

Et je ne pourrai pas m’empêcher d’ajouter que, dans leurs fantasmes des origines, les bandéristes ukrainiens prétendent descendre des Vikings, de la « blanchitude » viking, et n’auraient rien à voir avec les Slaves. Ce qui serait doublement ou triplement drôle si ce n’était si tragique.

1 – S’ils étaient cohérents, ils abandonneraient l’ukrainien, pour le suédois par exemple ou autre langue nordique, ou plus exactement les divers ukrainiens (l’ukrainien littéraire, unifié, est essentiellement une langue écrite d’intellectuels, il y a plusieurs dialectes ukrainiens et même une langue intermédiaire qui mêle, plus ou ou moins selon les endroits, ukrainien et russe ou russe ukrainisé, j’en parlerai un jour plus longuement ; sans oublier toutes les minorités linguistiques de l’Ukraine).

L’ukrainien est du slave oriental comme le polonais, le biélorusse et bien sûr le russe. Tout sort du même moule vieux-slave oriental. Et pour les Biélorusses, les Russes et les Ukrainiens, de la Rus’ ( Rousy) de Kiev du haut Moyen-âge. Rus’, nom d’origine nordique, celui des premiers seigneurs, sur des populations d’origine slave ; comme France est un nom d’origine germanique, celui des premiers seigneurs, sur des populations d’origine gallo-romaine.

2 – À tout prendre, en leurs délires, leur volonté d’exterminer les Russes serait donc née finalement d’une rancœur. Leur impossibilité, à notre époque, de faire des Russes (et de tous les autres Slaves, s’ils étaient également cohérents en ce domaine, ainsi que des non-Slaves) des esclaves, comme le faisait autrefois les Vikings.

Mais en fait, ils semblent incapables de s’élever. Pendant la Guerre de Quatorze et la Seconde guerre mondiale, ces ultra-nationalistes (qui ne sont heureusement pas tous les Ukrainiens) se sont rabattus sur la simple extermination délirante des autres, de tous les autres à leur portée géographique : Polonais, Hongrois, Ruthènes, Slovaques, Roumains, Moldaves, soldats soviétiques en général, Allemands, Juifs, Tziganes, « mauvais » Ukrainiens.

Et je suis sans doute incomplet, les Lituaniens semblent avoir été épargnés, pour l’unique raison qu’ils vivaient un peu plus loin, qu’ils n’étaient pas ou très peu présents en Galicie orientale, le sanctuaire de ces humanoïdes dégénérés qui prétendent être l’élite de leur pays. Lituaniens qui eux, du moins les ultra-nationalistes, s’étaient plus particulièrement spécialisés dans l’élimination des Juifs.

3 – Slaves comme les autres, ces « idiots utiles » exaltés du mondialisme transhumaniste sont tellement bornés qu’ils ne se rendent pas même compte qu’ils sont les premiers à accéder aux charrettes de la Mort. Pire certains, par la mort face à l’« ennemi », fantasme d’ennemi, sont convaincus d’atteindre au Walhalla, le paradis des dieux nordiques. Ne se différenciant pas en cela des plus obtus des islamistes s’arrangeant avec Allah.

En adorateurs du culte de la mort. Ou mieux encore en esclaves de la Mort. Autrement dit en Slaves de la Mort — puisque le « Slave » a donné son nom à l’« esclave ».

Mais, je n’en dis pas plus ; moi-même j’ai un nom qui pourrait laisser supposer que j’ai un peu de sang de quelque violeur ancien, roux nordique dans les veines. Toujours est-il qu’en vieil-islandais — paraît-il — fara í víkingu signifie : partir en maraude, rapine, piraterie. Cela correspond assez bien finalement à tous ces bandéristes contemporains, émules déglingués du plus sombre temps moyen-âgeux.

NOUVELLE MACRONADE

L’ORDURE DE L’ÉLYSÉE (réélu grâce, entre autre, à « la gauche » pourrie jusqu’à l’os et les écolo-fachos, « opposition » d’opérette voire nuisible aux intérêts de la masse des Français) nous a encore craché dessus à l’autre bout du monde.

De François Asselineau

@UPR_Asselineau

DEVANT LES PAYS D’ASIE-PACIFIQUE RÉUNIS À BANGKOK, MACRON BAVE ENCORE SUR LES FRANÇAIS ! Il nous a dénoncés comme étant «très fiers», «arrogants» mais «doutant beaucoup de nous-mêmes». N’importe quel psy comprend que c’est sur lui-même qu’il crache ainsi.

Que ce larbin des milliardaires des États-Unis et de l’Union Européenne se dégoûte lui-même, ça se comprend. Qu’il projette ce dégoût sur tous les Français, c’est une inversion accusatoire classique. Mais qu’il confonde une tribune internationale avec le divan d’un psychanalyste, ça met le monde entier mal à l’aise.

* Et c’est le moins que l’on puisse dire !

Au fait voici ce que les Russes pensent de Macron :

D’après Katya Kopylova

La porte-parole du ministère russe des affaires étrangères au Point: “Ici Macron nous a tous fatigués”…

HUMOUR ?

Réflexion très générale sur la stratégie militaire de la Russie en Ukraine

Il semble ressortir, à la lecture de différents commentateurs militaires parmi les plus éveillés, y compris de militaires eux-mêmes, états-uniens par exemple, ce qui suit.

Tous les jours depuis la prise de décision russe d’inonder le ciel ukrainien de missiles en direction d’objectifs énergétiques (après des centrales thermiques, on semble être plus passé sur les systèmes de transformateurs, sans oublier les usines de réparation du domaine, et bien sûr des postes de commandement militaire y compris celui central de Kiev) les destructions entravent toujours un peu plus la bonne marche, pour ne pas dire : cause le déclin de l’ensemble du système électrique ukrainien.

On peut même ajouter que cela interfère aussi maintenant sur certains réseaux électriques de pays voisins connectés électriquement à l’Ukraine. Des problèmes de coupures, de délestages électriques seraient déjà intervenus en Moldavie à ce sujet, ou en Roumanie du côté des frontières.

Encore quelques semaines à ce régime et l’on risque de voir une Ukraine totalement éteinte, et surtout sans réseaux de communication, en particulier au niveau militaire.

Cette asphyxie économique mais en même temps asphyxie au niveau des communications, par des pilonnages tous azimuts sur l’ensemble du territoire que la Russie ne contrôle pas, n’est qu’un des trois volets de la stratégie globale russe.

Le second volet tient de plus en plus dans une accentuation d’une asphyxie des capacités offensives kiéviennes sur toute la ligne du front, où du côté russe, son artillerie et son aéronautique au sens large (drones y compris) maintiennent une énorme domination et importante capacité destructive à l’encontre des unités ukrainiennes, tant au niveau humain que matériel. Facilité actuellement par le fait que les grandes étendues plates de steppes (de plus en plus défeuillées) — tant au Nord, à l’Est de l’oblast de Kharkov sur la nouvelle ligne de front de la rivière Oskol (du côté de Koupiansk), qu’au Sud du côté de celui de Kherson ou de Zaporojié — ne donnent pas les moyens de s’y terrer, ou de passer à l’offensive, du moins quand on n’a pas la maîtrise de l’artillerie et du ciel en général comme c’est le cas pour l’armée ukrainienne, même à vouloir négliger totalement les pertes humaines.

Selon les données qui peuvent être recueillies, le ratio de l’artillerie russe et de l’aéronautique russe au sens large (avions, hélicoptères, drones) qui était déjà de 1 à 7 serait passé à de 1 à 10. Pour le dire crûment quand l’armée russe met hors- course 100 soldats ukrainiens et/ou mercenaires otaniens (morts, blessés, disparus), la perte russe n’est que de 10 ; de même pour le matériel.

Des chiffres sont sortis des deux côtés, plus ou moins acceptés ou plus ou moins contestés. Il apparaîtrait que même des pays de l’Otan reconnaissent actuellement la mort d’une centaine de milliers de kiéviens (sans parler des blessés dont le nombre est généralement bien supérieur). Pour les Russes il y a quelque temps on évoquait 5000 morts, et l’on tablera présentement sur 10.000. Sans aucune certitude.

Il est enfin un troisième volet qui est en fait celui du départ et que l’aspect médiatique et de presse à grand spectacle minimise (du moins quand elle en a envie) et qui est celui de la destruction méthodique de tout le système de défense propre au Donbass qui a été érigé depuis plus de huit ans, en vue d’assiéger Donetsk en particulier.

Il s’agit d’un réseau complexe de tranchées, blockhaus et souterrains reliant des bâtiments divers dont d’anodines maisons individuelles (dans tous ces secteurs il n’y a plus que des militaires depuis longtemps). Organisé sur plusieurs lignes. Et c’est de ces secteurs que l’armée ukro-bandériste pilonne depuis cet été environ, et tous les jours, sans vergogne aucune, les villes (centre-villes de préférence) du Donbass libéré et en premier lieu Donetsk.

Ce complexe militaire ukrainien se trouvant, pour le plus près, à quelques kilomètres seulement de Donetsk. Ce n’est ainsi que depuis quelques jours seulement l’armée alliée a pu prendre le contrôle total de l’aire constituée par l’aérodrome de Donetsk, au Nord-Ouest de la ville.

Du plus près de Donetsk au plus loin, on peut évoquer le secteur d’Avdeevka et alentours (plus au Sud et plus à l’Ouest en particulier). Avdiïvka/ Avdeevka se trouve à une grosse dizaine de kilomètres au Nord de Donetsk, sur les hauteurs de la rivière Kamenka. Mais son système de défense court plus au Sud-Ouest jusqu’à Pisky et plus loin encore jusqu’à Marinka.

En allant vers le Nord, le deuxième secteur important est celui de Soledar/ Bakhmout/Artiomovsk qui de jour en jour et depuis de longues semaines se fait grignoter, de tranchée en tranchée, de rue en rue, de maison en maison. Par le Nord-Est, l’Est, le Sud-Est et Sud-Ouest. Cela se fait sans bruit. Sans bruit médiatique.

Le dernier secteur est celui qui se trouve encore un peu plus au Nord à Sloviansk/Slaviansk et Kramatorsk, avec par devant Seversk qui lui-même est grignoté par l’Est depuis un certain temps. Ces cités se trouvent à l’Ouest de Severodonetsk et Lissitchank, et au Sud de Liman et d’Izioum.

Dernière remarque : si une très grande partie de la population s’est retirée de Kherson et de toute sa zone au Nord, il est restée cependant une population que l’on évalue à 40.000 personnes composée en partie de fanatiques bandéristes. Qui s’en prennent à de pauvres malheureux pas assez russophobes à leurs yeux. Parler russe y est devenu un délit, rappelons-le ! Et quand on sait que la langue maternelle de zelensky est le russe !

LA LUNE

Chanson de Ferré chantée par Renée Claude

J’m’appell’ la Lune,

Tous les vingt-huit du mois

J’me refais un’ beauté au clair de Terre.

J’m’appell’ la Lune,

Et les Pierrots qui s’fout’nt en croix

Dans mon quartier me désespèrent.

J’m’appell’ la Lune,

Si j’brille un peu c’est à crédit,

Comme un’ moitié de réverbère.

J’ai mon marlou

Qui couche en-d’ssous,

C’est toute ma fortune,

J’m’appell’ la Lune.

*

J’m’appell’ la Lune,

De face ou bien d’profil

Dans les calendriers, j’ai ma p’tit’ gueule.

J’m’appell’ la Lune,

La mer est plein’, j’peux la vider,

De quoi s’marrer à moi tout’ seule.

J’m’appell’ la Lune,

Quand un poète a du chagrin,

J’ lui donne’ mes clefs, j’suis pas bégueule.

Dans mes froufrous, il compt’ ses sous,

Et croit faire fortune

Avec la Lune.

*

Dis-moi, la Lune,

T’habit’s un coin qu’on n’ voit pas bien,

Mêm’ quand on met nos gross’s lunettes.

Dis-moi la Lune,

T’es si près d’nous qu’y a pas moyen

De nous cacher comment qu’ t’es faite.

Dis-moi la Lune,

Si dans ton dos y a des Pierrots

Qui n’ sont pas faits pour nos mirettes,

C’est peut-êtr’ là

Que tu t’en vas,

Quand j’ai perdu ma plume,

Les nuits sans Lune.

SUR LA NOUVELLE PROVOCATION KIÉVIENNE D’HIER

Rappel de la chronologie

D’après Erwan Castel :

Au cours des frappes d’hier soir. des missiles de croisière russes seraient tombés sur le territoire de la Pologne près de la frontière avec l’Ukraine. Voie ferrée endommagée, selon des journalistes polonais. Vraisemblablement, les coups étaient à proximité de la ville de Hrubieszow dans la voïvodie de Lublin.

Le Premier ministre polonais a convoqué une réunion du Comité du Conseil des ministres sur la sécurité et la défense, a rapporté son service de presse.

Cet événement est à la fois logique et surprenant :

Logique car les aides de l’OTAN arrivent par voie ferrée via la Pologne et que la Pologne est de plus en plus partie prenante du conflit avec ses équipements et ses mercenaires officiels cachant des spécialistes de l’OTAN.

Surprenant car si confirmé, ce serait une première riposte militaire russe extra-territoriale au théâtre des opérations et sur un pays de l’OTAN.

Ne pas écarter l’hypothèse d’un false flag destiné à accuser Moscou d’attaquer l’OTAN

*

Suite….

Les premiers débris trouvés sur le site polonais touché par une frappe orientent la conclusion vers un missile antiaérien ukrainien S300.

Est-ce que Kiev et Varsovie vont reconnaître ce fait où nous faire un délire accusant la Russie ?

*

D’après @mod_russia

Déclaration du ministère russe de la Défense :

« Les déclarations des médias et des responsables polonais selon lesquelles des missiles « russes » seraient tombés près du village de Przewodów n’est qu’une provocation délibérée visant à aggraver davantage la situation.

Il n’y a pas eu de frappes effectuées par des armes russes contre des cibles près de la frontière entre l’Ukraine et la Pologne.

Les images des débris de missiles publiées par les médias polonais depuis le village de Przewodów n’ont rien à voir avec les moyens de destruction russes.

*

d’après Florian Philippot

Ce soir les pays d’Europe de l’Est sont encore plus hystériques que d’habitude contre la Russie et appellent quasiment à la 3è guerre mondiale ! Dire qu’en étant avec eux dans l’OTAN et l’UE, on serait obligés de partager cette hystérie et de faire la guerre avec eux ! Folie !

*

« Associated Press, citant des responsables américains, annonce que les premières découvertes suggèrent que le missile qui a frappé la Pologne a été tiré par les forces ukrainiennes » L’Ukraine est maintenant mise en cause en Pologne ! Zelensky a menti. Certains veulent la guerre mondiale !

*

– Zelensky dit que la Russie a attaqué la Pologne – Même les Américains répondent que le missile vient d’Ukraine – Zelensky répond que c’est « une théorie du complot russe » – Zelensky a loupé son coup, à savoir la guerre mondiale ! Mais attention aux mauvais coups à venir !

*

Zelensky a menti et ment délibérément pour provoquer une 3è guerre mondiale. Espérons que ça ouvrira enfin les yeux de ceux qui ne voient pas la folie de ce régime ! La France doit cesser de se ruiner pour un régime qui a montré qu’il est capable de tout !

*

HUMOUR !

D’après Katya Kopylova

Un couple âgé est au lit et le grand-père a une panne. Il grogne:

— Salaud de Poutine!

La mamie:

— Mon Dieu, mais qu’est-ce que Poutine a à voir avec ça?

Le papi:

— Je ne sais pas, mais ça m’est jamais arrivé sous Brejnev!

Retour sur les bombardements d’aujourd’hui en Ukraine

Source Erwan Castel telegram

BOMBARDEMENTS RUSSES SUR L’UKRAINE

La réponse russe au discours délirant de Zelensky au G20 (visioconférence) ne s’est pas faite attendre.

Ce soir les forces russes ont monté d’un cran leurs campagnes de bombardements sur les infrastructures militaro-industrielles et énergétiques ukro-atlantistes.

Plus de 100 missiles rien que pour les 2 premières vagues tandis qu’une troisième est en cours avec le renfort de drones kamikazes…

C’est une des nuits de bombardements les plus intenses depuis le début des opérations militaires russes ;

Aucune région ne semble épargnée

[voir la liste précédemment fournie]

Le bureau de Zelenskyy indique que la situation des infrastructures énergétiques est critique.

Le chef adjoint du bureau du président ukrainien, Kirill Timoshenko, déclare que des programmes spéciaux d’arrêt d’urgence sont mis en place dans le centre et le nord de l’Ukraine.

Les frappes russes se poursuivent depuis la tombée de la nuit:

17.31 Ivano-Frankovsk confirmé

17.31 Kovel, Ternopil confirmé

17.33 Cibles de Kiev : Frappes sur les bâtiments de l’état-major général des forces armées de l’Ukraine et du commandement opérationnel confirmées.

17.35 Kremenchug cible : sous-station 750kV confirmé

17.35 Sumy confirmé

17.37 Poltava confirmé

17.41 Odessa (Ochakov, Yuzhny) confirmé

Des frappes supplémentaires ont touché la région de Lvov. À Odessa et Dnepropetrovsk, les pannes d’électricité s’étendent à tout le district.

Lvov, Zhytomyr, Lutsk sont également signalés sans électricité. Les principales sous-stations ferroviaires sont désactivées, paralysant pour l’instant le transport ferroviaire.

Deux missiles par cible. Efficacité du travail sur les cibles 100%.

17.25 Vinnitsa, Cherkasy, Volyn il y a confirmation de frappes ayant atteint les cibles.

17.30 Rovno frappes confirmées.

17.30 Krivoy Rog frappes confirmées.

17.30 Khmelnitsky, Kharkov : frappes confirmées.

17.31 Ivano-Frankovsk confirmé.

17.31 Kovel, Ternopil confirmé.

17.33 Kyiv cible : bâtiments de l’état-major général des forces armées de l’Ukraine et commandement opérationnel confirmé

17.35 Kremenchug cible : sous-station 750kV confirmé

17.35 Sumy confirmé

17.37 Poltava confirmé

17.41 Odessa (Ochakov, Yuzhny) confirmé

Et ça continue…

FLASH INFO

Nouvelles frappes dans toute l’Ukraine. Des coupures d’électricité supplémentaires sur Kiev, Kharkov et de nombreuses autres villes.

UKRAINE EN VRAC

sur Telegram

KHERSON

Donbass Insider

⚡ Kiev a révoqué les accréditations d’au moins six journalistes en raison de reportages à Kherson, rapporte un média ukrainien. Parmi eux figurent des correspondants de CNN et de SkyNews.

@ukr_leaks_fr

Voici probablement une des choses que les journalistes occidentaux n’auraient pas dû montrer à Kherson, et qui a valu à 6 journalistes l’annulation de leur licence.
S’il ne faut pas montrer de nazis dans le territoire contrôlé par Kiev, le travail de journaliste en Ukraine devient très très difficile…


Certains media occidentaux commencent à vouloir réagir. Traduction d’un texte en anglais d’origine inconnue :

« Priver la presse occidentale d’accréditation et mener librement des répressions contre les habitants de Kherson – Kyiv a trouvé un moyen de cacher ses crimes Immédiatement après l’entrée des combattants ukrainiens à Kherson, une répression massive des civils restés dans la ville a commencé. Des photos de là sont publiées par la presse occidentale. Dans le même temps, la politique du régime de Kyiv à l’égard des journalistes est plus qu’illustrative : l’Ukraine a promptement retiré au moins 6 journalistes travaillant avec des équipes de tournage, dont CNN et Sky News, de leur accréditation. Le lien entre les deux événements est plus que traçable – les crimes de guerre de Kyiv ne peuvent être publiés qu’après que l’Ukraine elle-même les a censurés. Des milliers de personnes sont accusées de collaborationnisme et seront sévèrement punies pour leur désir de vivre en paix dans leur patrie. Des preuves d’atrocités commises par des combattants ukrainiens sont apparues depuis longtemps, même dans les médias occidentaux et américains qui nient le plus ardemment la présence de nazis en Ukraine. Par conséquent, afin de commettre des crimes terribles contre la population civile de Kherson en toute impunité, les dirigeants de Kyiv empêchent les journalistes de rendre compte librement des événements qui se déroulent. »

*

UKR LEAKS_fr


« Je pense qu’ils devraient tous mourir, même les petits enfants. Ils ne devraient pas exister. C’est une sorte de très longue frontière entre la Finlande et la Chine », a déclaré Olga Lekounova, une militaire des Forces armées ukrainiennes, qui est revenue de captivité, sur les ondes de la télévision ukrainienne.


Les résidents de la Russie, y compris les jeunes enfants, n’ont pas le droit à la vie. C’est ce qu’on dit maintenant ouvertement sur les chaînes publiques ukrainiennes. Un autre exemple de l’ukronazisme, qui s’empare de plus en plus de personnes en Ukraine.


@ukr_leaks_fr

Les ukronazis continuent leur combat contre les monuments historiques. À Oujgorod (ouest), un monument aux soldats qui ont combattu le nazisme a été couvert de peinture rouge.

*


Donbass Insider

⚡️Médias : Des soldats polonais professionnels participent aux combats contre l’armée russe. Les services de renseignement britanniques ont fait état d’environ 1 800 « volontaires » polonais sur le territoire ukrainien, qui participent aux combats contre l’armée russe du côté de Kyiv. Le journaliste Marek Galash a écrit à ce sujet dans son article pour la publication Dziennik polityczny, étudiant les questions susmentionnées. Le « parti de la guerre » PiS, qui dirige la Pologne, a officiellement admis qu’il participait à un conflit étranger, indique l’article.

*

Erwan Castel

Le torchon brûle…


Au lendemain de l’attentat terroriste qui a ensanglanté Istanbul le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a déclaré:

« Nous savons comment cet événement a été coordonné. Nous savons d’où il a été coordonné. Nous connaissons le message qui nous a été donné. Nous n’acceptons pas les condoléances de l’ambassadeur américain, nous les rejetons. »


Oups !

Voilà c’est fait !

*

Erwan Castel

Le chien de chasse de l’Oncle Sam


Dans la meute du grand veneur mondialiste figure dans le peloton de tête Jens Stoltenberg, le Secrétaire Général de l’OTAN, qui comme ses prédécesseurs et sans aucun doute ses successeurs a été sélectionné pour ce poste par rapport à sa russophobie hystérique. Voici sa dernière bouffée délirante:


 » Nous ne devons pas commettre l’erreur de sous-estimer la Russie. L’armée russe est forte et nombreuse. Les mois à venir seront difficiles. Ce que nous devons faire, c’est renforcer la position de l’Ukraine. La seule façon de résoudre le conflit russo-ukrainien est sur le champ de bataille. […] De nombreuses guerres ont été décidées à la table des négociations, mais ici ce n’est pas le cas. »

*

LA CLAIRVOYANCE DE LIMONOV


L’opposant russe Eduard Limonov (ainsi que d’autres opposants) sur la situation avec l’Ukraine en 1992 :

« Pensez-vous à ce qui arrivera à l’Ukraine demain ? Maintenant le conflit sur la flotte de la mer Noire, demain sur la Crimée, il y aura une escalade constante et une radicalisation croissante du nationalisme local. Le problème avec l’Ukraine, vous devez décider maintenant, sinon cela se retournera contre tout plus tard. »

Mais le Kremlin, [alors] infecté par le libéralisme, n’a pas su regarder la menace à sa juste mesure, reculant pas à pas, tergiversant avec ses « partenaires occidentaux ». Vu que chacun s’est renforcé de son  côté, le rapport des forces conventionnelles est resté globalement le même. Ce qui a changé, c’est le pourrissement occidental des jeunes générations citadines russes, le maintien d’un affairisme marchand dans les sphères du pouvoir, etc. et la résurgence d’un nazisme ukro-atlantiste aux portes de la Russie.
Que de temps et de sang perdus !

*

L’Apartheid post-mortem !

Katya Kopylova

Les Allemands veulent séparer les Russes des Ukrainiens dans les tombes de l’Armée rouge.


La Commission allemande des sépultures de guerre (Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge) veut faire “une distinction plus claire entre les morts russes et ukrainiens” dans l’entretien des tombes de guerre soviétiques à Hambourg.

Elle a admis qu’il était difficile de le faire car la nationalité des soldats de l’Armée rouge était généralement indiquée comme “russe” ou “soviétique” dans les documents allemands. Mais en réalité, “il aurait pu s’agir de Kazakhs, de Baltes ou de Biélorusses”. Par conséquent, des informations telles que le lieu de naissance à Kiev “peuvent indiquer une origine ukrainienne”.

*

Donbass Insider

Certains ont déjà qualifié la vague de tirs de missiles d’aujourd’hui de la plus puissante de toutes les hostilités. Apparemment, elle va encore se poursuivre aujourd’hui, les problèmes d’électricité et d’eau sont déjà présents dans la grande majorité des grandes villes.


💥A l’heure actuelle, nous savons que des frappes ont eu lieu à : Kiev et sa région, Soumy et sa région, Kharkov et sa région, Krementchouk, Tcherkassy, Zaporojié, Krivoï Rog, Kirovograd, Dnipropetrovsk, Nikolayev et sa région, Odessa et sa région, Vinnitsa, Jitomir
Khmelnitski, Ternopol, Tchernigov, Ivano-Frankovsk, Lvov et sa région, Kovel, Rovno


⚠️Des infrastructure ont été touchées à : Lvov, Khmelnitski, Région de Poltava (district de Krementchouk), Région de Kirovograd – Vinnitsa

⚡️ Après les frappes massives de missiles, c’est au tour des drones kamikazes Geran-2 d’arriver en Ukraine (ils sont plus lents que les missiles). Le bilan de la journée n’est donc pas encore définitif.

Les ressources ukrainiennes publient une liste des zones où il y a maintenant des coupures de courant : Kiev ; Jitomir; Ternopol; Lvov ; Odessa; Kharkov ; Zaporojié; Rovno ; Volyn ; Dnipropetrovsk.

FTX complément

D’après F Asselineau

La faillite de FTX délie les langues

🐙FTX apparaît comme une pieuvre mafieuse finançant « Démocrates » étatsuniens, gouvernement ukrainien de zelensky, mais aussi Schwab et Davos et Big Pharma.

FTX a même financé des « études » sur le Covid pour
▪️interdire l’ivermectine
▪️développer des »vaccins de nouvelle génération »

Il semble bien exister une structure mondiale mafieuse unique et tentaculaire financée par détournements géants de fonds des contribuables occidentaux, blanchiment d’argent sale, liant non seulement « Démocrates » et gouvernement ukrainien, mais aussi Davos et « young leaders » choisis par Schwab etc.

HUMOUR ?

Réflexion du jour.

La limite des huit milliards d’êtres z-humains viendrait d’être franchie.

Je me demande ce qu’il va en être pour la Terre.

Pourra-t-elle supporter longtemps un tel surpoids ? Et surtout autant de dissymétries pondérales à sa surface ?

Ceci ne va-t-il pas la voiler et finir par entraîner sa chute dans le vide absolu ?

SAM LE BANQUIER « DÉMOCRATE » ET CETTE BONNE VIEILLE CHAÎNE D’ARGENT

Avec les « Démocrates » étatsuniens, c’est quasiment un nouveau scandale par jour.

La société étatsunienne (domiciliée aux Bahamas) FTX a annoncé vendredi 11 novembre sa faillite, son dépôt de bilan et la démission de son patron.

La plateforme Internet FTX permettait d’échanger des cryptomonnaies contre des monnaies numériques ou traditionnelles.

Il y a une dizaine de jours encore, FTX était, selon les uns et les autres, la deuxième ou la troisième plus grande plateforme mondiale de cryptomonnaies.

De quoi est morte la plateforme FTX ? Et pourquoi le jeune milliardaire qui la dirigeait s’est retrouvé pratiquement ruiné (à 94%) en moins d’une semaine ? Plus grave (ou plus exactement, seule chose un peu grave, mais après tout tant pis pour les naïfs) pourquoi tous les petits épargnants et échangeurs de cryptomonnaie de cette plateforme n’ont plus que leurs yeux pour pleurer ?

*

*

C’est finalement assez simple à expliquer, et cela n’a rien à voir avec une quelconque complexité technologique, électronique ou moderniste.

On a affaire ici à une variante électronique et virtuelle de cette bonne vieille arnaque de la chaîne d’argent (d’ailleurs interdite par la loi, du moins en fRance,mais la loi dans ce cas ?!) : trouver dix personnes qui vont vous financer qui elles-mêmes trouveront chacune dix personnes qui vont les financer, etc. etc. Sauf que cela s’arrête nécessairement à un moment, et souvent très vite, les premiers seuls en tirant profit.

Cette pratique, pas neuve, certains « économistes » l’ont « théorisée » sous le nom d’un banquier escroc (redondance) qui l’a pratiquée en grand dans les années vingt du siècle dernier à Boston. C’est « la pyramide » ou « le système de Ponzi ».

Les derniers entrés rémunérant les fonds des premiers, jusqu’au jour où les derniers entrés attendent en vain des rémunérations qui ne viendront jamais ; et, qui plus est, en perdant tout leur argent placé. Souvent ce système, comme ce qui est arrivé en 2008 au niveau mondial (avec à la base le crash de la banque Lehman Brothers), repose sur toute une connivence d’escrocs laissant faire jusqu’aux sommets des administrations, et est basé sur d’alléchants hauts rendements financiers.

Ce montage financier frauduleux, qui comme toute la finance spéculative (qui est en grande partie autorisée) est une escroquerie basée sur le principe immuable : pour que certains gagnent, il faut nécessairement que d’autres perdent, comme dans le sport (jouer à la Bourse ou dans le domaine de la finance, est une sorte de sport) on peut le représenter ainsi :

Dans cet exemple une minorité, les 15 premiers déposants (en bleu, appelons-les les « démocrates »), tirent profit de l’argent des 112 déposants suivants (en rouge, appelons-les les « républicains ») qui eux ne peuvent y gagner qu’à la condition que 384 déposants les rémunèrent, etc. C’est sans fin ; et un jour ou l’autre, c’est la ruine pour la banque et ses déposants. Le pire est que ce système se développe sous une forme exponentielle.

Je rappelle que finalement les banquiers « honnêtes » sont également à la merci d’un écroulement bancaire, puisque une bonne partie du système financier mondial, et plus particulièrement du système financier mondialiste n’est pas établi solidement sur de la valeur économique réelle, concrète et palpable (de la valeur énergétique par exemple, ou agricole comme en Russie) mais repose sur du vent, la planche à billets, la spéculation, des dettes colossales qui ne seront jamais honorées (même les dettes s’achètent et se vendent !), et une « confiance » finalement assez incompréhensible.

Remplacez au niveau des crypto-monnaies « les premiers déposants » par « les déposants les plus rapides à convertir leur crypto-monnaie en devise traditionnelle » en cas de coup dur et de perte de confiance. Et vous avez le même résultat.

Quand en plus celui qui est au sommet de la pyramide finit par prendre l’argent des contributeurs pour son argent propre, on devine la suite. Et ça été le cas avec FTX.

*

Ici, avec FTX, on avait affaire à un groupe financier qui était évalué à 32 milliards de dollars (ou d’euros, puisque actuellement il y a plus ou moins parité entre les deux monnaies). Selon les médias américains, l’essentiel de la fortune de son (ex) patron, Sam Bankman-Fried, 16 ou 17 milliards de dollars, a fondu, s’est évaporé le temps de le dire.

L’entreprise, qui employait environ 300 personnes, aurait réalisé un bénéfice net de 388 millions de dollars en 2021.

D’autres entreprises de crypto-monnaies sont en train de sombrer, par la même occasion. Je lis que Solana (dont j’ignorais encore l’existence il y a quelques heures, comme celle de FTX d’ailleurs) s’effondre. Que sa monnaie « token » a perdu 61,5 % de sa valeur au cours des 7 derniers jours. Que son « sol » vaut 12,68 dollars contre 259,96 en novembre 2021. Que la baisse est de 95 % par rapport au 6 novembre 2021.

Et bien sûr il en a été de même du fonds Alameda Research, qui appartenait également à FTX, et dont la déconfiture a débuté le 2 novembre lorsque la presse a révélé qu’une grande partie des actifs de ce fonds étaient libellés dans la cryptomonnaie utilisée uniquement sur la plateforme FTX. Entretenant la confusion entre les deux sociétés. Sans oublier une nébuleuse de 130 sociétés environ qui gravitaient autour de FTX et qui ont également sombré.

FTX a reçu un liquidateur depuis qu’il a bloqué les portefeuilles numériques d’environ 1,2 million de ses clients qui n’ont désormais plus aucun accès à leurs dépôts. Les gros, les investisseurs institutionnels, s’en sortiront, mais au final les petits dindons de la farce financière sont tous les quidams à faibles dépôts à qui certains « spécialistes » préconisaient d’utiliser plutôt la cryptomonnaie comme placement plutôt que les banques plus traditionnelles.

C’est assez amusant quand on sait que ces dites banques traditionnelles ne sont pas s’en investir dans la crypto-monnaie elle-même. Des instances comme BlackRock, par exemple, l’allié de von leyen et de macron ont mis des fonds dans FTX . BlackRock le fonds qui « conseille » Macron pour la réforme des retraites. Des dizaines de millions de dollars. Et les sociétés de crypto-monnaie qui investissent les unes dans les autres.

Binance, autre boîte de crypto-arnaque, dont le patron est Changpeng Zhao, a volé au secours de son concurrent, en offrant de le racheter avant sa chute finale. Mais l’entreprise a finalement renoncé le 9 novembre, quand un audit a conclu à une « mauvaise gestion » des capitaux de clients et quand elle a su qu’une enquête était en cours de la part des autorités américaines. Cette décision a d’ailleurs donné le coup de grâce à FTX, qui s’est déclarée en faillite le 11 novembre.

Dans le même temps, Binance ayant annoncé son intention de vendre ses jetons FTT (la crypto-monnaie de FTX) « à cause des récentes révélations », cette décision provoqua l’effondrement du cours de cette cryptomonnaie et de nombreux clients se sont précipités pour vendre leurs actifs stockés sur la plateforme FTX. Face à l’afflux, FTX a rapidement été incapable de répondre à la demande, faute d’argent.

FTX ne parviendra évidemment pas à rembourser tous ses créanciers, en particulier tous les petits. Pour être complet, on peut ajouter encore que, le lendemain de l’annonce de la faillite, soit samedi dernier, des « transactions non autorisées », autrement dit une attaque informatique se serait soldée par le vol de 477 millions de dollars. Je ne sais comment, ou plus exactement je me demande « quels dollars, puisque les caisses étaient vides ?! ».

Mais déjà Changpeng Zhao, le patron de Binance qui joue au chevalier blanc, a décidé de lancer un fonds de soutien ! Moins dans le but de soutenir feu FTX, que par crainte concernant son propre avenir. Il viendra, dit-on, en aide aux projets « crypto » mis en difficulté par la faillite de FTX, et ce afin d’éviter une cascade de liquidations du secteur.

Par ailleurs, on note que 3 milliards de dollars en Bitcoin sont sortis du circuit la semaine dernière ! Et que Bitcoin tombe à son plus bas niveau en un an. Comme écrit un anonyme : « la faillite de FTX fait prendre conscience aux gens de l’importance de garder ses « crypto » sur ses clés privées ».

Après cette faillite spectaculaire, le petit monde des cryptomonnaies, peu réglementé jusqu’à maintenant, risque de se retrouver mis au même rang que les autres établissements bancaires.

On en apprend un peu plus sur l’action des autorités. Selon le New York Times, FTX fait l’objet d’une enquête de la Securities Exchange Commission et du département de la Justice à New York.

*

Le patron, l’ex « boss » de FTX, Sam Bankman-Fried, « bankman » le bien ou le mal nommé (Bankman-Fric serait encore mieux et même parfait), dit « SBF », fils de deux universitaires juifs de l’université Stanford, est (autre hasard) Californien (je passe sur les détails) ; à ses débuts, il donnait dit-on la moitié de son salaire à des œuvres caritatives, influencé par les thèses d’un prétendu « philosophe » à la sauce contemporaine (comme « nos » BHL, Enthoven père et fils ou Onfray) William MacAskill. *

Il a commencé à se faire du blé sur du néant, exploitant les différences de prix des actifs numériques entre les différentes régions du monde. Cette différence de cours lui permit de gagner 20 millions de dollars dans les trois premières semaines d’existence de son entreprise. Puis il perfectionnera sa technique de déplacement d’argent entre banques et au niveau international. Et ses gains grandirent d’autant.

Mais jouant le modeste, petite voiture, tenues sportives, tricot, « sweet » à la sauce zelenskienne (je ne le cite pas au hasard, voir plus loin). Il entendit aider des entreprises de son domaine, mais il est surtout l’un des principaux donateurs du Parti « Démocrate ». Il donne plus de dix millions de dollars pour la campagne présidentielle de Joe Biden de 2020 et vient de donner à nouveau plusieurs dizaines de millions lors des élections de mi-mandat de 2022.

FTX bénéficiait du soutien de nombreuses personnalités américaines à la mode dans le domaine sportif en particulier. L’entreprise avait investi dans des partenariats avec la salle du Heat de Miami, une équipe de basket, qui devient la FTX Arena, et avec le joueur de football américain Tom Brady. L’ex-couple « star » formé par le joueur de football américain Tom Brady et la mannequin Gisèle Bündchen avaient investi dans l’entreprise et en avait fait la promotion.

*

J’ai évoqué les liens entre le patron de FTX et le Parti « Démocrate ». Mais il y a plus fort encore. Non seulement le fondateur-arnaqueur, l’escroc de FTX a financé les campagnes des « Démocrates », ou encore payé Bill Clinton et Tony Blair pour venir à ses conférences, mais il est l’un des soutiens de zelenski. Soutien de caste ou de « race » ?

Il apparaîtrait que le gouvernement ukrainien a investi dans FTX, alors que l’administration Biden acheminait des dizaines de milliards de dollars vers l’Ukraine, et qu’une partie serait revenue blanchie, sous forme de crypto-monnaie en utilisant l’échange FTX Crypto pour finir entre les mains des « Démocrates ».

« Caritatif » et généreux avec l’argent des autres (comme un « socialiste » ou un macroniste au pouvoir), Sam l’escroc n’a pas veillé à la sauvegarde des dépôts des utilisateurs de sa plate-forme FTX. Il a même trafiqué les comptes pour détourner les dépôts !

Comme conclut un autre anonyme : « Si un donateur de Trump avait donné 100 millions aux Républicains après avoir volé 1 milliard à ses clients, tous les médias hurleraient sur le sujet. Là ça passe « crème », car l’escroc de FTX finançait Biden et les wokes démocrates ».

* William Crouch, qui a changé son nom en MacAskill — le nom de jeune fille de la grand-mère maternelle de sa femme (faisons dans les délires à la mode) — est un écossais né en 1987 que l’on dit être un « philosophe » uniquement sur le fait qu’il possède un diplôme universitaire de philosophie, et est l’un des fondateurs du Mouvement pour un altruisme efficace. Il est chercheur (sic) au Global Priorities Institute (Institut des priorités mondiales) d’Oxford et directeur de la Forethought Foundation for Global Priorities Research (Fondation de prévoyance pour la recherche sur les priorités mondiales). Il est également cofondateur du Centre for Effective Altruism (Centre pour un altruisme efficace). Et il est l’auteur du livre « Doing Good Better : Effective Altruism and a Radical New Way to Make a Difference ».

Dans ce livre, il livre un certain nombre de truismes ou de contre-vérités comme : — le commerce équitable fait très peu pour aider les agriculteurs les plus pauvres ; — les gens qui poursuivent une carrière à revenu élevé comme les chirurgiens plasticiens ou les banquiers de Wall Street pourraient faire (mais le font-il ?) plus de bien que des personnes travaillant pour des associations caritatives ; — les jeunes idéalistes devraient travailler pour Wall Street, et finalement être des « redistributeurs » de richesse financière. De pognon. Ce qui fait mentir la sentence sur l’avarice (en un seul mot) des Écossais. D’ailleurs, c’est sans doute par souci d’avarice que les Écossais ne portent rien sous leur kilt. Et non pour une autre raison moins avouable.

Brèves ou plus longues

Sources diverses Twitter et Telegram.

BIS REPETITA ?

Population de la Floride : 22 millions d’habitants, du Nevada : 3 millions, de l’Arizona : 7 millions.

Temps passé à dépouiller les résultats des élections en Floride : 1 nuit ; au Nevada : plus de 5 jours, où à 98% du dépouillement le « démocrate » a fini par doubler, de 6556 voix,  le « républicain », qui jusque là faisait la course en tête ; dans l’Arizona, idem, avec au final la victoire du candidat « démocrate ». Oh mais, quelles surprises !

C’est quoi le problème ? Ben, certains diront que c’est un simple problème technique (qui comme il y a deux ans se termine toujours en faveur du candidat « démocrate »).

Ainsi, on a appris que dans le comté de Maricopa Couty, l’un des plus peuplés de l’Arizona, 20% des machines à compter les votes étaient hors service ! Comme si cela pouvait être plausible. Et comme si « on » n’avait pas eu les moyens, le temps, la volonté de les réparer ! Ou alors on peut constater que les États-Unis sont vraiment tombés très bas, au niveau d’un pays du Tiers-Monde.

Dysfonctionnement de machines, lenteur du décompte des voix avec multiplication d’élections le même jour, possibilités diverses de voter (boîtes à votes par exemple), légèreté dans la vérification des identités, listes électorales pas toujours à jour, recours à des sociétés privées … Les raisons (et les possibilités) de tricher sont multiples.

Donald Trump s’est exprimé vendredi et a affirmé que le candidat républicain de l’Arizona, Blake Masters, avait perdu suite à de la triche.

« Ils sont de nouveau à l’œuvre », a écrit Trump sur sa plateforme Truth Social. « Les machines à voter en grand nombre n’ont pas fonctionné, mais seulement dans les districts [dominés par les] républicains. Les gens ont été forcés de faire la queue pendant des heures, puis se sont épuisés… et ont quitté les queues pour voter, par milliers. » « Il s’agit d’une escroquerie et d’une fraude électorale, pas différente du bourrage des urnes ».

*

800 cas de covid dans un paquebot de croisière, le Majestic Princess ! Tous les passagers sont isolés à Sydney ! … La compagnie n’acceptait que des « vaccinés » covid ! Quel succès !

*

Juste ajouté à ce que l’on disait déjà : Kherson vidée de l’essentiel de ses habitants et de tous ses soldats russes, a donc été « investie » par l’armée otano-kiévienne. Les comiques de l’Immonde, le journal de référence… mondialiste, n’en décrit pas moins une « population en liesse » et des « drapeaux ukrainiens partout », illustrant ses propos d’une photo avec un drapeau ukrainien en gros plan, et dont le cadrage cache mal qu’il n’y a que quelques dizaines de personnes sur une place de la ville.

*

Sans commentaire.

*

Katya Kopylova

Et ça continue encore ! L’opéra La Scala de Milan, a jugé inadmissible l’appel du consul général ukrainien à annuler l’opéra de Moussorgski Boris Godounov. Les enquêteurs de La Haye sont déjà en route pour Milan toutes sirènes hurlantes

*

« La Grande-Bretagne et l’UE se sont mis d’accord pour boycotter la Russie lors du G20. Cela signifie également empêcher les autres pays de rencontrer Sergey Lavrov ou toute personne dirigeant la délégation russe, ou faire sortir les gens lorsque la Russie s’exprime », a déclaré un responsable de la politique étrangère européenne.

À l’aéroport de Phnom Penh, le tapis rouge seulement pour les Russes !

L’UE ressemble de plus en plus à la méchante fille du collège dans les films américains qui maltraite la petite nouvelle parce qu’elle a peur pour sa popularité. On sait tous qu’à la fin c’est la petite nouvelle qui devient la reine du bal de promo.

*

Une éco-activiste [sic] s’est collée à un squelette de dinosaure au Musée d’histoire naturelle de Vienne. C’était sa façon de protester contre l’utilisation des combustibles fossiles.

Celui qui ne voit pas le lien, est un agent du Kremlin, indigne des valeurs du monde libre.

*

D’Erwan Castel

Dans la ville de Kherson, à côté des mises en scène propagandistes ukro-atlantistes réalisées avec les quelques pro-Kiev trouvés parmi la population, la réalité est celle d’une occupation répressive organisée par les services de sécurité bandéristes :

– Couvre-feu instauré de 17h00 à 8h00.

– Entrées et sorties de la ville limitées.

– Interdiction du russe et du rouble.

– Interpellations sur enquêtes et dénonciations.

Attendons quelques jours et je suis sûr, malheureusement pour les civils concernés, que de nouveaux charniers « russes » vont être découverts avec des cadavres tout frais.

*

VIVE POUCHKINE !

A Jytomir en Ukraine, un ukropithèque bandériste, alors qu’il détruisait avec ses « Kameraden » la statue du célèbre poète russe Alexandre Pouchkine avec toute la haine imbécile des nationalistes à l’encontre des Russes et des métis, a été tué par le poète qui en descendant sur son crâne rasé a signé un de ses plus beaux poèmes posthumes !

(jpf)

NB La courte vie de Pouchkine (écourtée par un duel au pistolet malheureux contre son beau-frère!) fut liée à la Novorossiya où il se retrouva en exil dans la ville de Iekaterinoslav (aujourd’hui Dniepropetrovsk ou Dnipro) et d’Odessa (où la statue de Catherine II a du souci à se faire, car elle a été entourée de barrières et plus ou moins masquée en vue d’une destruction prochaine, dit-on!).

Remarque en passant : comme les membres de la cour impériale, Pouchkine était parfaitement bilingue, parlant aussi bien le français que le russe.

*

On pourrait citer ici quelques vers traduits du russe de son poème Poltava de 1828 :

L’Ukraine, en sourdine, s’agitait ;
Depuis longtemps, le feu couvait.
Les émules d’un âge sanguinaire,
Misant sur la guerre populaire,
Murmurent, exigent avec orgueil
Que brise leurs chaînes le hetman ;
De Charles, ils préparent l’accueil
Avec des transports imprudents.

Le hetman du poème est Ivan Mazzepa ; et le Charles, Charles XII de Suède.

La Bataille de Poltava du 8 juillet 1709 marque le repli définitif (jusqu’à ce jour du moins) de l’influence de la Suède sur les contrées slaves. Elle vit la victoire de l’armée russe, aidée de cosaques, de Pierre le Grand sur l’armée suédoise, aidée également d’autres cosaques, de Charles XII. Elle marqua par la même occasion la fin des désirs d’indépendance des cosaques qui se trouvaient divisés.

Celui qui était à la tête des maigres troupes cosaques qui se joignirent au roi de Suède était Ivan Mazzepa qui, dans son jeune âge fréquenta les jésuites en Pologne, puis se retrouva, après bien des péripéties rocambolesques, hatman des cosaques et même allié du tsar qui lui décerna l’Ordre de Saint-André en 1700, et le titre de Prince de l’Ukraine ; hatman qui le lâcha pour le roi de Suède. Après la défaite de Poltava, il dû se réfugier en Valachie, puis en Moldavie où il mourra la même année 1709.

Juste avant sa mort, Pierre Ier de Russie lui décernera un titre d’infamie, l’Ordre de Judas, créé spécifiquement pour lui. Il fait partie de la galerie des héros tordus d’Ukraine. De ceux qui préfèrent pactiser avec l’ennemi plutôt que de s’entendre avec la Russie. Avec le désir toujours vain d’acquérir une indépendance plus illusoire que réelle.

De cette défaite suédoise de Poltava, serait resté dans le langage local ukrainien l’expression « être comme un Suédois à Poltava » qui signifie « être totalement sans défense ».

« ON VA LEUR DIRE L’INFORMATION » (Coluche)

Autre complément aux billets sur les élections étasuniennes

Le gros titre à la une de ce jour de Ouest-France, le journal socialo-macroniste de tout l’Ouest de la fRance, qui a le quasi monopole de la presse écrite sur quatorze départements, est : Ukraine : Kherson libérée // après le retrait des Russes.

Sans vouloir trop pinailler, j’aimerais dire que ce titre ne veut rien dire. Ou plus exactement est incohérent et joue sur les mots pour ne pas dire les choses clairement.

Si ce n’est, mais je ne pense pas que la valetaille journaleuse ait voulu donner ce sens au mot « libérée », que Kherson a été libérée, autrement dit en très grande partie vidée de ses habitants qui subissaient tous les jours des bombardements kiéviens ; des civils menacés de non approvisionnement suite aux destructions de ponts ou de bombardements systématiques de ces mêmes ponts ; et qui étaient en passe de subir une inondation criminelle initiée par ces mêmes kiéviens qui cherchent par tous les moyens à détruire un barrage sur le Dniepr.

Habitants finalement obligés de se réfugier plus au Sud de l’oblast de Kherson. D’autant qu’il ne fait pas bon rester sur place quand les bandéristes ukrainiens s’installent dans une ville. Puisqu’ils ne se gênent pas pour pratiquer une réelle épuration ethnique de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un russe ou a un pro-russe affirmé ou simplement supposé. Rappelons-nous Boutcha, Izioum ou Lyman, entre autres. Ou ce que l’on a appris sur ce qui se passait depuis huit ans à Marioupol et dans d’autres localités du Donbass et même hors Donbass. J’ai lu qu’il y a déjà des exactions en ce sens, dans des villages du côté de Kherson où des gens sont restés malgré tout ou ne pouvant se déplacer (sans oublier délations et vengeances).

Kherson serait libérée après le retrait des Russes, mais libérée de quoi ? puisque cette ville, suite à un référendum, fait maintenant partie intégrante de la Russie. « Kherson vidée de l’essentiel de ses habitants civils et militaires » est la seule expression valable.

Effectivement il y a eu retrait des Russes, de tous les Russes ou presque, non seulement de Kherson mais de toute la rive Nord (droite) du Dniepr. Ce retrait tout autant humanitaire que militaire est bien évidemment transitoire. L’armée russe, à la différence de l’armée otano-bandériste ménage les civils et ménage ses hommes. Et tous les civils sans distinction. Et ne fait la chasse à aucun.

On doit donc en tirer la conclusion qu’actuellement à Kherson et alentours, une partie des gens qui sont encore là, une infime minorité des habitants de la ville et de sa région, sont des individus qui sont en adéquation avec les thèses et comportements racistes de l’État ukrainien. Et en particulier, la russophobie pathologique.

J’ai pu voir sur la feuille de chou ultra-occidentale franchouillarde (ultra-occidentale : 1) vers la pointe Ouest du pays et 2) d’idéologie d’extrême atlantisme) cette phrase : « Des scènes de liesse ont éclaté à Kiev, célébrant la libération [sic] de la ville de Kherson, le vendredi 11 novembre 2022 ». À défaut de pouvoir en montrer dans une ville dont l’essentiel de la population a bien compris qu’il ne fallait pas s’y attarder actuellement et se retrouver à la merci des fanatiques dirigeants ou simples soldats de l’armée otano-kiévienne composée d’ailleurs de plus en plus de mercenaires polonais, anglais, américains, canadiens, australiens, etc. Les habitants de Kherson se sont repliés pour l’essentiel avec leurs soldats. Ne voulant pas avoir affaire à ceux de l’ennemi.

Pour conclure je renvoie à ce lien de telegram, proposée par InfodefenseFRANCE


« 
Parce qu’elle [montre] clairement le nombre de citoyens soi-disant pro-ukrainiens dans une localité moyenne du sud-est. Aujourd’hui, à Kherson, il y a tout au plus cinquante têtes y incluant les journalistes. Une majorité absolue a quitté la ville pour la [Fédération de] Russie. Tous les ukrainiens sont-ils pro-ukrainiens ? Mais si vous écoutez BFMTV ou LCI, on vous dira que toute la population est pro-ukrainienne. »

https://t.me/donbassinsider/25011

À propos des « vaccins » anti (ou pro, on ne sait trop) covid

Il existe maintenant pas mal de sites qui évoquent, éléments biens réels et études à l’appui, les effets délétères, catastrophiques, de l’expérimentation illégale mondialiste de thérapie génique payée avec nos impôts (ou plus exactement par le déficit des caisses budgétaires sans fond de nos « États » maffieux).

Ce qui est évidemment le pire, ou le mieux (cela dépend comment on veut voir l’évolution du Monde) est que dès le début, par simple réflexion, information sur ce qu’était jusqu’à ce jour la thérapie génique et sur la manière scientifique d’introduire un nouveau médicament ou vrai vaccin, les dits complotistes avait déjà compris de quoi il retournait.

Après toutes les morts subites d’adultes généralement jeunes, apparemment en bonne santé, voire sportifs, dès le début de « l’expérimentation » (qui loin de s’atténuer sont toujours présentes et impactes maintenant toutes les catégories d’âge), d’une sur-mortalité générale au sein de l’ensemble de la société reconnue mais dont l’auteur n’est pas vraiment nommé cf. par exemple cet article du 11/08/2022

après la reconnaissance encore bien timide de tout un tas d’effets secondaires, non pas marginaux, mais conséquents (les plus connus étant liés aux cycles menstruels féminins, ou pire à l’ensemble du système génital féminin qui exige parfois des utérotomies, sans oublier l’augmentation du nombre des morts-nés ou des morts de nourrissons, etc.), la liste ne cesse de s’allonger, « images à l’appui ».

Voici par exemple un article déjà pas récent, puisqu’il qui date d’un an à quelques jours près, qui nous montre quelques joyeusetés en ce domaine, des nécroses de membres par exemple, et bien d’autres choses qui ne semblent gêner nullement les docteurs Mabuse de Big Pharma ou les pantins sanitaires diplômés des plateaux de téloche.

Un de ceux-ci, Blachier, qui a fini par se remettre les neurones en place grâce à l’intelligence de son épouse, et a fini plus ou moins par ôter sa veste covidiste, vient de nous apprendre, m’a-t-on dit, «que tout le monde le savait, qu’il y avait des effets secondaires… Et que seulement 1 à 10% des effets indésirables étaient remontés… »

« Vivement les procès! » ajoute-t-il. On veut bien y croire, bien que la décadence de la Justice comme de tout le reste au sein de cette « république » maffieuse est patente, et n’est plus à prouver.

Voici par exemple un article qui date déjà de pratiquement un an (donc potentiellement « complotiste »), mais qu’il est bon de rappeler maintenant que la presse propagandiste subventionnée commence enfin a très légèrement aborder le sujet. Ô ! avec beaucoup de pincettes.

À propos des élections américaines

Extrait du Courrier des Stratèges, de l’article « Prise de vertige, l’eurocratie saute dans le vide!» par Florent Machabert, du 12 novembre 2022, en complément à mon billet du 9 courant sur le même sujet :

Les dernières élections américaines prouvent, s’il le fallait encore, que le cartel de la presse subventionnée s’est, en France, définitivement converti à la novlangue orwellienne ! BFM a par exemple titré au lendemain des élections de mi-mandat : « Une victoire mitigée des républicains aux airs de défaite personnelle pour D Trump », tandis que Le Figaro, qui semble avoir enterré Beaumarchais, fanfaronnait : « Trump gagne mais déchante ». Les Républicains – alias le Grand Old Party (GOP) – devraient pourtant bel et bien, sauf deus ex machina, récupérer la Chambre des représentants (211 sièges leur sont acquis à l’heure où nous bouclons cet article, contre 192 pour les affidés de Biden) et restent au coude-à-coude (avec une avance d’un siège) face à leurs adversaires socialistes [sic] pour la conquête du puissant Sénat sans lequel, rappelons-le, l’Exécutif américain n’a pas de budget, notamment pour… faire ou continuer une guerre

Encore partiels, les résultats entérinent néanmoins le scénario pour 2024 d’un retour du trumpisme, mais, comme l’a récemment écrit ici notre confrère Edouard Husson, peut-être sans Trump en personne. Quoi qu’il en soit, le deep state mondialiste à la sauce US n’enregistre en ce moment que des demi-victoires (comme au Brésil, Lula [de la « gauche américaine »] ne disposant pas du pouvoir au Parlement) ou donc, aux Etats-Unis, des demi-défaites, Biden devant se préparer à perdre tout ou partie du pouvoir au Congrès.

Attention, la caste gère mal la frustration et Papy Biden, 81 ans en 2024, a d’ores et déjà annoncé qu’il rempilerait. S’il retrouve toutefois le chemin du Bureau Ovale…  

Résultats curieux

Des soignants suspendus, discrètement convoqués par la police

11 novembre 2022

par Le Courrier des Stratèges.

Selon nos informations, un peu partout en France la police convoque, de façon perlée, des soignants suspendus pour les interroger et récolter du renseignement sur leur situation et sur leur position en matière de vaccin et de vaccination. Cette pratique proche de l’intimidation est généralement accompagnée de la forte suggestion de venir sans avocat… Dans le climat de répression qui s’abat actuellement sur la résistance, il devient évident que le pouvoir tente un dernière écrémage avant la purge du dernier carré.

Selon nos informations, la police nationale procède actuellement à une campagne perlée de convocations de certains soignants suspendus pour les interroger sur leur position concernant le vaccin. Pour l’instant, les conditions dans lesquelles cette campagne se déroulent sont encore obscures. Mais le mode opératoire paraît assez simple : la police convoque les suspendus officiellement pour un simple entretien, en précisant que c’est une formalité qui ne nécessite pas la présence d’un avocat. 

Lors des entretiens, les policiers interrogent les personnes sur les raisons pour lesquelles elles ne veulent pas être vaccinées. On signale des cas où les policiers ont interrogé les soignants suspendus sur leurs opinions politiques. 

Une partie de l’interrogatoire porte sur un éventuel exercice illégal de la profession depuis la suspension. 

D’une manière générale, les policiers expliquent qu’ils agissent à la demande du Parquet. Plus rarement, il semblerait que certains hôpitaux publics aient pris l’initiative de dénoncer les personnels suspendus pour un hypothétique exercice illégal de la médecine. 

D’aucuns considèrent que cette campagne d’information sous les radars et (précisons-le) d’une légalité extrêmement discutable, est un prélude à une campagne permettant de réintégrer les soignants les moins « dissidents ». 

En l’état, un cas de convocation a été signalé à Angoulême, trois autres au Mans, et plusieurs autres cas de convocation sur le reste du territoire sont en cours de vérification. 

Une vague de répression impitoyable

Cette campagne d’intimidation à l’abri des regards s’inscrit dans un contexte de répression féroce contre l’opposition. Après la condamnation de Fabrice Di Vizio, après l’interdiction d’exercer signifiée à Alain Houpert (sénateur mais aussi radiologue), après d’autres sanctions prises plus discrètement contre des médecins, après le déférement de Didier Raoult, ces convocations sonnent comme des invitations à prendre le thé lancée par la police chinoise aux dissidents. 

Il fut un temps où la France pouvait donner des leçons de Droits de l’Homme à la Chine. Cette époque est décidément révolue, et Emmanuel Macron peut se targuer d’avoir réussi cet exploit historique. 

Le Courrier a par ailleurs interviewé aujourd’hui Martine Wonner, elle-même sous le coup d’une procédure disciplinaire pour avoir publié, lorsqu’elle était députée, plusieurs tweets jugés dérangeants, et pour avoir manifesté, en tant que députée, aux côtés des non-vaccinés. Ce témoignage montre bien comment une répression policière se met en place, rigoureusement, depuis la rentrée de septembre (comme nous l’avions annoncé plusieurs fois, d’ailleurs). 

L’objectif du pouvoir est d’intimider les opposants, et de leur coller les condamnations les plus infamantes possibles pour dégrader leur image publique. Le procédé est bien connu. Son application la plus exemplaire vise Didier Raoult, dont la gestion a été passée au peigne fin pour être finalement transmise à la justice…

Un cabinet noir à l’Élysée ?

La question qui se pose in fine est de savoir quel est le degré d’orchestration de cette campagne de répression qui sévit depuis la rentrée. Certains soulignent que ce durcissement est contemporain de l’arrivée de Frédéric Michel au poste stratégique de « spindoctor » d’Emmanuel Macron, en remplacement de Clément Léonarduzzi, reparti chez Publicis. 

Frédéric Michel n’est pas un enfant de chœur. Il a fait une grande partie de sa carrière dans le groupe Murdoch, ce qui l’a amené à comparaître devant une commission parlementaire qui s’inquiétait de ses méthodes d’influence. Il a par ailleurs œuvré dans la société « Reputation Inc. », dont le métier est… la réputation des entreprises. 

Les initiés connaissent les méthodes de ces officines qui commencent à intéresser la France Insoumise. [sic]

Bref, rien n’exclut que l’arrivée de Frédéric Michel corresponde à un durcissement de l’Élysée lui-même vis-à-vis de l’opposition. Le combat de boxe est lancé. 

En tout cas, quelques jours après son arrivée, l’espion en chef de Macron, Ludovic Chaker, dont nous avons parlé plusieurs fois dans nos colonnes, était parachuté dans un placard doré, au sein de la Direction Générale de l’Armement. Le ménage a commencé.

Ukraine : la maffia généralisée. Même aux dépens des morts.

D’après InfodefenseFRANCE

Pourquoi il y a autant de soldats ukrainiens disparus et non reconnus comme tels ? Et pourquoi soumettre les familles des morts probables à une torture, en les laissant dans l’incertitude de les reconnaître comme «portés disparus»? Car il n’y a rien de pire que de continuer d’attendre, de maintenir l’espoir vivant, tout en sachant que ton proche est très probablement mort.

*

— Première raison, sordide, que j’ai déjà évoquée:

Pour chaque soldat officiellement reconnu comme mort, tué ou disparu, le gouvernement ukrainien est légalement tenu de verser une pension à sa famille.

Vu le nombre imposant de décès, ceci représente une somme considérable dans le déficit déjà abyssal du budget d’État ukrainien.

Donc, pas reconnu mort ou disparu, pas de pension.

*

— Seconde raison, encore plus sordide :

Actuellement, c’est le budget étatsunien qui paye les salaires des soldats (ainsi que des fonctionnaires de certaines administrations). Donc, ça ne sort pas des caisses de l’ « État », si l’on peut encore parler d’État en Ukraine.

Et l’armée ukrainienne, dans une chienlit totale, continue de percevoir les salaires de soldats disparus dans les faits, mais non reconnus comme tels. Chacun y prend sa part, les sous-officiers qui savent parfaitement qui est mort, les plus hauts gradés et une part du lion, dit-on, va du côté des ministères et de la présidence.

État et dirigeants à tous les niveaux, immondes.

Les États-Unis, toujours à la pointe de l’innovation !

D’après François Asselineau

Fut un temps, qui ne semble pas encore être tout à fait du passé, où l’on faisait voter les morts. En Pennsylvanie on a trouvé mieux. ÉLIRE UN MORT !

Tony DeLuca, 85ans, élu démocrate depuis 20 ans près de Pittsburgh, a été réélu triomphalement avec 86% des voix alors qu’il est mort il y a un mois, le 9 octobre.

Personne n’a songé à retirer ses bulletins de vote.

Soit ces électeurs de Pennsylvanie ne savent même pas pour qui ils votent, soit la fraude est massive et stupide. Ou les deux.

Cette information ahurissante n’est tragi-comique qu’en apparence. Elle montre que le système électoral et la démocratie représentative aux États-Unis sont totalement déficients. Ce dont on ne doute vraiment plus depuis l’élection de Biden le sénile, mais aussi le tricheur, en 2022.

Image

Humour ?

Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet (in La Philosophie de Georges Courteline)

Au tableau donneur (sic) des abrutis (dont un « comique », trois « chanteurs » et un « philosophe ») : rappel de quelques menus propos passés, étalés dans les media de la propagande :

* Au fait pour ceux qui ne savent pas : le fils du Gros Bourdon (ou plus exactement du faux Bourdon) bosse chez Pfizer.

Grotesque, de l’IMMONDE :

Aux États-Unis, l’issue du scrutin reste incertaine, mais l’hypothèse d’une « vague rouge » s’éloigne.

Certains résultats sont encore attendus. Les démocrates pourraient garder le contrôle du Sénat, où plusieurs sièges restent à pourvoir, et les républicains prendre la Chambre des représentants.

*

En clair : les Républicains devraient être majoritaires à la Chambre des représentants et même peut-être au Sénat.

Mais aucune « vague rouge » en vue ! C’est le principal. Ouf, j’ai-t-i’ eu grand peur !

Humour ?

*

*

*

*

3,6 millions de doses détruites : le grand gâchis des vaccins contre le covid

Révélations. En octobre, la France a dû, en toute discrétion, détruire quelques millions de doses de Moderna. Et ce ne sont sans doute pas les dernières. Pourtant, ni la Commission ni les États ne se tournent vers les multinationales pour résilier des contrats désormais disproportionnés.

Publié le

Mercredi 9 Novembre 2022

Thomas Lemahieu

C’est une gigantesque gabegie en gestation dans toute l’Europe. À l’heure des débats parlementaires, en France, sur les projets de loi de finances, par temps d’austérité générale imposée au système public de santé, sa révélation devrait plus que jamais faire mauvais genre. Des dizaines et des dizaines de millions de doses de vaccin de première génération contre le Covid prennent aujourd’hui la poussière dans les supercongélateurs des États. Leurs dates de péremption se rapprochent inexorablement ou ont déjà été atteintes.

Après avoir été achetés au prix fort aux grands laboratoires, ces vaccins risquent désormais d’être détruits, s’ils n’ont pas déjà été jetés à la poubelle. Et tout ça, alors que les États membres de l’Union européenne (UE) doivent encore recevoir des centaines de millions de doses jusqu’à la fin 2023.

Un secret jalousement gardé

Dès lors, sans réaction politique à la hauteur, ce n’est que le début du film catastrophe. En réalité, le scénario était écrit d’avance. Dès le début de la pandémie, au printemps 2020, les pays les plus riches se sont, à coups de préachats pour des dizaines de milliards d’euros, arraché les contrats auprès des grands laboratoires pharmaceutiques. La Commission européenne en a signé pour 4,4 milliards de doses, soit un montant global d’au moins 60 milliards d’euros.

À ce stade, le gouvernement français n’a manifestement aucune intention de s’étendre sur le sujet, mais l’Humanité est en mesure de l’affirmer : au cours du seul mois d’octobre, la France a dû, dans la plus grande discrétion, détruire près de 4 millions de doses du vaccin Moderna. Ce volume représente un montant de 75 à 80 millions d’euros.

En quelques semaines, selon les propres éléments de la Direction générale de la santé (DGS), les stocks de ce vaccin de première génération – non adapté aux variants Omicron – sont passés de 18,2 millions à 14,6 millions. Dans un contexte où ces doses sont réservées à la primo-vaccination – soit 15 000 injections environ le mois dernier, tous vaccins confondus en France – et où les délais d’expiration serrés rendent trop périlleux tout don bilatéral à un pays du Sud –, l’écrasante majorité des doses partagées pour la « solidarité internationale » ne transite d’ailleurs pas par les stocks nationaux –, il est difficile, voire impossible, de concevoir qu’elles aient pu être administrées, revendues ou cédées à d’autres pays…

Ce n’est, à l’évidence, ni la première ni la dernière fois qu’une telle opération de destruction de doses de vaccin est menée en France. Ainsi, selon une autre information dévoilée en mai par le Parisien, près de 3,6 millions de doses du vaccin AstraZeneca avaient été réduites à néant, pour une valeur, cette fois, de 10 millions d’euros. Mais le secret demeure jalousement gardé. Et les pouvoirs publics, à Bruxelles ou à Paris, se renvoient la balle pour entretenir le brouillard autour de ce qui ne reste pourtant que la pointe émergée de l’iceberg…

700 millions d’euros de vaccins bientôt inutilisables

Selon les données publiées par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), l’UE a reçu, entre fin 2020 et novembre 2022, près de 1,3 milliard de doses et en a utilisé 920 millions. Dans ce lot, la France en a, elle, administré 143 millions sur une livraison totale de 208 millions de doses.

C’est dans le rapport entre ces deux volumes que se niche la bombe financière et politique. Sur ces 380 millions de doses à l’échelle de l’UE ou sur ces 65 millions en France, un certain nombre a évidemment pu être « perdu » – au gré des incidents, par exemple, dans le transport, la logistique ou la conservation – au cours des campagnes de vaccination,


Il reste 80 % de l’article à lire, la suite est réservé aux abonné.es. [sic]

AU NOM DU PÈRE, DE LA FILLE ET DE LA SAINTE D’ESPRIT

Dilemme sans fin.

De nombreuses femmes, et en particulier des féministes modérées ou acharnées, entendent être reconnues par leur nom de famille de naissance.

Généralement sur le modèle ibérique du double nom. Et généralement également, avec celui du conjoint en premier, et celui de la conjointe en second. Mais je connais des cas ou c’est l’inverse. Ou des cas où le nom du conjoint est absent, gommé.

Je ne m’engage pas à développer sur les célibataires ; ou les « couples du même sexe » qui sont à la marge — ou les « de sexes  transgenrés », mode propre à nos temps de décadence très « fin d’empire ».

Mais, le problème, quoi qu’on fasse, est que dans la quasi totalité des cas, les noms de famille des uns et des autres, et des unes et des autres, sont des noms donnés par le père. Même quand seule la mère a reconnu un enfant (puisque le nom de la mère est également un patronyme). Et je ne voudrais pas compliquer encore en évoquant les adoptions qui ne changent rien concernant la patronymie intrinsèque de nos sociétés. Qui de nos jours, et par chez nous, confère le nom officiel de naissance, sauf cas assez rares de modifications officielles ultérieures de nom de famille, où là on peut choisir plus ou moins ce que l’on veut.

Quoi qu’on fasse et quoi qu’on dise, on parle toujours de patronymes et non de matronymes. Il n’y a pas de matronymes puisque lorsqu’une femme entend utiliser son « nom de jeune fille » par féminisme (je ne parle pas de celles qui le choisissent par goût ou par intérêt social), elle ne change rien au fait que son nom lui a été donné dans l’énorme majorité des cas par son père, qui lui-même l’a reçu de son père, etc. Ou, de rares fois , par sa mère qui le tient d’un père et non d’une mère. Elle continue toujours d’utiliser un patronyme.

Pour être logique diront certains, la femme qui veut marquer son lignage féminin devrait utiliser le nom de famille de sa mère et non de son père. Mais là, de fait rien n’y change, car sa mère n’a pas le nom de sa mère mais le nom de son père, et même si elle avait le nom de sa mère, il faudrait qu’il soit celui de sa grand-mère maternelle, de son arrière-grand-mère maternelle jusqu’aux « origines ». Et il faudrait que ce nom soit au « départ », si l’on peut parler de départ, un matronyme, et non pas un patronyme.

Ce qui est extrêmement rare, et n’arrive que très occasionnellement et de toute façon se transmet par le père. Je pense ici, par exemple, à un nom de famille comme « Alaphillipe ». On imagine la scène du côté de la mairie ou plus sûrement du presbytère ou de la sacristie : — Mais c’est l’enfant de qui, alors ? — C’est l’enfant à la Philippe. Autrement dit un « enfant naturel », expression comique comme si les autres enfants étaient moins naturels ou plus culturels ou sociétaux.

De même, mais dans un autre genre a-t-on « Alévèque », qui laisse supposer que ce dernier a rompu son vœu de chasteté, à moins que son auteur n’ait tenu autrefois un rôle d’évêque dans quelque mystère ou pièce religieuse qui a marqué son entourage, sa communauté locale, en un temps où son nom de famille n’était pas encore fixé.

On pourrait évoquer ici le cas de la dite « hérédité juive » (non samaritaine) qui se transmettrait par la mère, mais qui est du même genre patrilinéaire, car même si la mamma juive, « a yiddhishe Mame »(mère-courage ou mère envahissante) est glorifiée, elle ne porte jamais que le nom de son père. Et alors même que l’on ne rencontre jamais aucune rabbine.

Pour conclure, tout ça relève d’une illusion. Et je ne pense pas que cela change grand-chose au féminisme ou au masculinisme. Ou à l’Amour.

Paroles de Robert Gall (le père de France Gall)
Mélodie de Charles Aznavour

Ils sont venus, ils sont tous là
Dès qu’ils ont entendu ce cri :
« Elle va mourir, la mamma !».
Ils sont venus, ils sont tous là,
Mêm’ ceux du sud de l’Italie ;
Y a mêm’ Giorgio, le fils maudit
Avec des présents plein les bras.

Tous les enfants jouent en silence
Autour du lit, sur le carreau,
Mais leurs jeux n’ont pas d’importance
C’est un peu leurs derniers cadeaux
A la mamma.

On la réchauffe de baisers,
On lui remont’ ses oreillers,
Ell’ va mourir, la mamma.
Sainte Marie pleine de grâces
Dont la statue est sur la place
Bien sûr vous lui tendez les bras
En lui chantant Ave Maria
Ave Maria.
Y a tant d’amour, de souvenirs
Autour de toi, toi la mamma ;
Y a tant de larm’s et de sourires
A travers toi, toi la mamma.

Et tous les hommes ont eu si chaud
Sur les chemins de grand soleil,
Ell’ va mourir, la mamma,
Qu’ils boivent frais le vin nouveau
Le bon vin de la bonne treille,
Tandis que s’entassent pêl’-mêle
Sur les bancs, foulards et chapeaux

C’est drôle on ne se sent pas triste
Près du grand lit de l’affection
Y a même un oncle guitariste
Qui joue en faisant attention
A la mamma.

Et les femmes se souvenant
Des chansons tristes des veillées,
Ell’ va mourir, la mamma,
Tout doucement, les yeux fermés,
Chantent comment bercer l’enfant
Après une bonne journée
Pour qu’il sourit en s’endormant
Ave Maria
Y a tant d’amour, de souvenirs
Autour de toi, toi la mamma ;
Y a tant de larm’s et de sourires
A travers toi, toi la mamma,
Que jamais, jamais, jamais
Tu nous quitteras…