Aller au contenu principal

DANS LA SÉRIE : MONSIEUR AUTRUCHE MET SON MASQUE

Autrefois on disait : Vos gueules les mouettes !

Eh, non ! Voir plus bas…

Petite remarque : pendant qu’il se met la tête dans le masque (ou dans le guidon), Monsieur Autruche ne pense jamais à se mettre un préservatif pro-covidisme ailleurs.

Faut dire que la selle, ça aide. Roulez, manège !

PARIS VILLE DES LUMIÈRES !

Anne, non pas le maire ni même la maire de Paris, mais la mère de Marie, plus connue sous le nom local de Notre-Dame-de-Paris, déjà bien mise à mal (au fait : à quand une enquête sérieuse sur son incendie ?),

Hidalgo, autrement écrit : hija de algo, fille de quelqu’un, en français (c’est-à-dire : pas la moitié d’un moucheron),

Nous déclare :

— « Les poubelles ? Les rats morts dans les rues ? L’obscénité mise en scène sur Seine ou la misère des derniers pauvres de la capitale ? non là, je m’égare (de l’Est, d’austère Liszt, ou plus sûrement de triage), c’est ni la faute à Voltaire, ni la faute à Rousseau, ni à la racaille banlieusarde et évidemment pas aux bobos, mais la faute aux gueux fachos, racistes, machistes, populistes et autres Gilets Jaunes ou pue-la-sueur,

— Et plus encore aux complotistes haineux, réacs et anti-socialistes (sic), véhiculant le mensonge et la désinformation ! »

Barris, barris encore. « Non rien n’arrêtera jamais notre « progressiste »… » On peut toujours faire pire! Tel est son pari !

SUR LE FRONT DE L’INTELLIGENCE, NON SEULEMENT SCEPTIQUE FACE AUX SEPTIQUES, MAIS INQUIÈTE D’UN POSSIBLE ET PLUS ENCORE VOULU CATACLYSME HUMAIN

https://planetes360.fr/mike-yeadon-les-gouvernements-mentent-et-le-populicide-est-une-menace-serieuse/

Le Dr Michael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer dont il fut scientifique en chef pour les allergies et les voies respiratoires, a passé 32 ans dans l’industrie à diriger la recherche sur les nouveaux médicaments et a pris sa retraite du géant pharmaceutique avec « le poste de recherche le plus élevé » dans son domaine. Il a accordé un entretien d’une grande importance au site américain LifeSiteNews.
Il y dénonce la propagande des gouvernements au sujet du Covid-19, y compris le « mensonge » de variants dangereux, l’aspect totalitaire des « passeports vaccinaux » et la forte possibilité que nous ayons affaire à une « conspiration » qui pourrait conduire à quelque chose de bien pire que les guerres et les massacres du XXe siècle.
Ses principaux arguments :
1/ Il n’y a « aucune possibilité » que les variants actuels du Covid-19 échappent à l’immunité. C’est « juste un mensonge ».
2/ Nous assistons non seulement à un « opportunisme convergent », mais à une « conspiration ». Pendant ce temps, les médias et les plateformes Big Tech sont engagés dans la même propagande et la même censure de la vérité.
3/ Les sociétés pharmaceutiques ont déjà commencé à développer des vaccins de « complément » (« de rappel ») inutiles pour les « variants ». Les entreprises prévoient de fabriquer des milliards de flacons, en plus de la campagne expérimentale actuelle de « vaccin » Covid-19 .
4/ Les agences de régulation telles que la Food and Drug Administration des États-Unis et l’Agence européenne des médicaments ont annoncé que, puisque ces vaccins « d’appoint » seront si similaires aux injections précédentes qui ont été approuvées pour une autorisation d’utilisation d’urgence, les sociétés pharmaceutiques ne seront pas tenues d’« effectuer des études de sécurité clinique ».
5/ Ainsi, cela signifie pratiquement que la conception et la mise en œuvre de vaccins à ARNm répétés et forcés aboutiront à l’injection d’une séquence génétique superflue sans justification.
6/ Pourquoi font-ils cela ? L’utilisation de passeports vaccinaux et d’une « réinitialisation bancaire » pourraient aboutir à un totalitarisme sans précédent. Le « dépeuplement massif » reste une issue logique.
7/ Tout le monde doit combattre ce totalitarisme.
Le Dr Yeadon se présente volontiers comme étant simplement un « gars ennuyeux » qui est allé « travailler pour une grande société pharmaceutique… »
« Mais l’année dernière, j’ai réalisé que mon gouvernement et ses conseillers mentaient au peuple britannique sur tout ce qui avait trait à ce coronavirus. Absolument tout. C’est faux, cette idée de transmission asymptomatique et que vous n’avez pas de symptômes, mais que vous êtes une source de virus. Que les confinements fonctionnent, que les masques ont une valeur protectrice pour vous ou pour quelqu’un d’autre, et que les variants sont effrayants et que nous devons même fermer les frontières internationales pour empêcher ces variants étrangers désagréables d’entrer.
Ou, qu’en plus de la liste actuelle des vaccins génétiques que nous avons miraculeusement fabriqués, il faudra des vaccins “complémentaires” pour faire face aux variants.
Chacune de ces choses est manifestement fausse. Mais toute notre politique nationale est basée sur le fait que toutes ces choses sont globalement justes, même si elles sont toutes fausses. »
Conspiration et pas seulement opportunisme convergent
« Mais ce que j’aimerais faire, c’est parler de ce qui, je pense, est probablement une conspiration. L’année dernière, je pensais que c’était ce que j’appelais “l’opportunisme convergent”, c’est-à-dire qu’un groupe de différentes parties prenantes a réussi à bondir sur un monde en plein chaos pour nous pousser dans une direction particulière. Il semblait donc que c’était un peu lié, mais j’étais prêt à dire que c’était juste une convergence.
Je pense maintenant que c’est naïf. Il ne fait plus aucun doute dans mon esprit que des organismes très importants dans le monde avaient soit prévu de profiter de la prochaine pandémie, soit ont créé la pandémie. La preuve est que des dizaines et des dizaines de gouvernements disent tous les mêmes mensonges et font les mêmes choses inefficaces qui coûtent manifestement des vies.
Et ils parlent tous du même genre de script futur qui est : “Nous ne voulons pas que vous vous déplaciez à cause de ces ’variants’” ; et ils disent tous : “Ne vous inquiétez pas, il y aura des vaccins “d’appoint”. Ils disent tous cela alors que c’est manifestement absurde.
Chaque individu sur la planète aura une identification numérique mondiale et un indicateur d’état de santé qui indiquera “vacciné” ou “pas vacciné”… Et cette sorte de base de données unique, exploitable de manière centralisée, applicable partout pour contrôler, fournira en quelque sorte un privilège, celui de pouvoir ou non effectuer telle transaction particulière selon ce que les contrôleurs de cette base de données de la population humaine mondiale décident. Et je pense que c’est de cela qu’il s’agit, car une fois que vous avez cela, nous devenons des jouets et le monde peut être comme le veulent les contrôleurs de cette base de données.
Par exemple, vous constaterez peut-être qu’après une réinitialisation bancaire, vous ne pourrez dépenser qu’en utilisant une application reliée à cette base de données, avec votre identifiant, votre nom et votre indicateur d’état de santé.
Franchir une frontière internationale est certainement l’utilisation la plus évidente de ces passeports vaccinaux, comme on les appelle, mais ils pourraient être nécessaires pour que vous puissiez entrer dans des espaces publics fermés. Je m’attends à ce que, s’ils le veulent, vous ne puissiez plus quitter votre maison à l’avenir sans une autorisation accordée sur votre application.
Même si ce n’est pas avec certitude la vraie intention de la campagne de vaccination, peu importe, le fait que cela puisse être vrai signifie que tout le monde lisant cela devrait se battre comme un fou pour s’assurer que le système de passeport vaccinal ne se réalise jamais.
Avec un tel système, c’est ce qu’ils pourraient en faire, et je pense que c’est ce qu’ils vont faire.
Imaginez l’invention d’une histoire sur un virus et ses variations, ses mutations au fil du temps. Une l’histoire relayée à travers les médias soumis, une histoire que personne ne peut mettre en doute grâce à la censure des sources alternatives. Une histoire qui est un mensonge.
Mais, néanmoins, il vous est répété que c’est vrai, et que nous avons le remède, avec un vaccin complémentaire. Vous recevrez un message, par l’intermédiaire du système d’identification global : « Bing ! Dr Yeadon, l’heure de votre vaccin complémentaire. Et, en passant, il ajoutera que vos privilèges immunitaires existants restent valables pendant quatre semaines. Mais si vous ne recevez pas votre vaccin complémentaire pendant cette période, vous serez malheureusement une “personne bannie”, et vous ne le voulez pas, n’est-ce pas ? C’est comme ça que ça fonctionnera, et les gens vont simplement marcher et ils recevront leur vaccin complémentaire. »
Le gouvernement ment, Big Pharma va de l’avant. Bientôt un dépeuplement de masse ?
« Je ne sais pas de quoi parle Vanden Bossche. Il n’y a aucune possibilité du tout, sur la base de tous les variants qui sont connus, environ 4000, qu’un d’entre eux devienne plus dangereux.
Néanmoins, les politiciens et les conseillers en santé (de nombreux gouvernements) disent qu’ils le sont. Ils mentent. Eh bien, pourquoi ?
Voici l’autre chose : les sociétés pharmaceutiques affirment qu’il sera assez facile d’ajuster leurs vaccins génétiques.
Et voici la partie vraiment effrayante, les régulateurs mondiaux des médicaments comme la FDA [Food and Drug Administration], l’agence japonaise des médicaments, l’Agence européenne des médicaments, se sont réunis et ont annoncé, puisque les vaccins complémentaires seront considérés comme si similaires à ceux déjà approuvés par une autorisation d’utilisation d’urgence, que les sociétés pharmaceutiques n’auront plus à réaliser des études d’innocuité clinique.
Donc, vous avez d’une part, les gouvernements et leurs conseillers qui vous mentent sur les variants et prétendent que, même si vous êtes immunisé ou vacciné, vous êtes un risque et vous devrez revenir recevoir un vaccin complémentaire. Et, d’autre part, vous avez des sociétés pharmaceutiques qui vont fabriquer des vaccins complémentaires sans contrôle. Et si Yeadon a raison, et je suis sûr d’avoir raison ou je ne vous dirais pas cela, on va injecter aux bras de centaines de millions de personnes une séquence génétique superflue dont il n’y a absolument aucun besoin ni justification.
Et s’ils veulent introduire une caractéristique qui pourrait être nocive et pourrait même être mortelle, ils peuvent même l’ajuster pour la mettre dans un gène qui causera des lésions hépatiques sur une période de neuf mois, ou pour que vos reins se détériorent progressivement. La biotechnologie vous offre des moyens illimités, franchement, d’invalider ou de tuer des milliards de personnes.
Et cette possibilité sera utilisée pour le dépeuplement massif, car je ne peux penser à aucune autre explication bénigne. »


Alexandra Henrion-Caude
https://vk.com/wall622148707_9428


IMPORTANT TÉMOIGNAGE DE MEDECINE DE TERRAIN
https://www.youtube.com/watch?v=zjn__NjFY7c


CONTRE LE TOTALITARISME TANT EUROPÉEN QUE MACRONIEN, LE FREXIT ET UN VRAI HUMANISME

Hier, Le Monde (la gazette) titrait :

« Paris pousse le Conseil d’État à défier la justice européenne sur les données de connexion ».

Il s’agirait de conserver pendant un an toutes les données de connexion à Internet de tout un chacun pour mieux fliquer (lutte contre le terrorisme et les crimes, disent-ils !).

Première remarque : dire « Paris » pour dire « le gouvernement de la France » est certes une formule consacrée, mais fait quand même bizarre quand la suite de la phrase est « pousse le Conseil d’État ».

Le Conseil d’État ne serait-il pas parisien tout autant que le gouvernement ? Parisien est un terme qui convient très bien dans un pays qui n’est jamais vraiment sorti de la monarchie de droit divin.

Je dirais même plus, qu’actuellement elle (la monarchie présidentielle) a dépassé le stade où le roi devait tenir compte des décisions des Parlements parisien et provinciaux sur un tas de sujets (abordés).

De nos jours, on peut dire que le Parlement croupion et godillot – aussi bien Assemblée nationale que Sénat (instance non élue par tous d’ailleurs) – n’est plus rien et que les assemblées régionales statuent sur de l’accessoire en conformité avec les décisions (financières entre autres) de l’État totalement tenu par le mondialisme.

En clair Macron et sa clique font pression sur un Conseil d’État déjà aux abonnés absents sur toutes les questions de libertés individuelles, d’expression, d’opinion.

Pourquoi s’en priver ? Le peuple étant déjà suffisamment amorphe et les Gilets Jaunes et autres contestataires ou partisans de la démocratie directe tous défuntés apparemment. Ou virés masqués béats. À de très rares exceptions.

Donc selon Marcon et autres çons, l’Union Européenne ne serait pas assez policière !

Ce qui m’amène à cette première conclusion : pour libérer la France, il ne suffit pas de réclamer, ou plus exactement de conquérir le Frexit, mais de mettre en avant tout un programme de remise sur pied de la démocratie et du bon sens humaniste, et de reprise en main populaire des politiques financières, économiques, écologiques, etc. de notre pays.

Aujourd’hui le même Le Monde nous dit que la CEDH [en net : la Cour Européenne des Droits de l’Homme] qui statuait sur des questions de vaccinations d’enfants en Tchéquie, dont elle a été saisie en 2013 et 2015, vient de juger que « la vaccination contre les maladies graves est légitime ».

En clair à nouveau, elle accorde tout pouvoir aux États de légiférer en ce domaine comme ils l’entendent.

Maintenant resterait à savoir ce qu’est une dite « maladie grave ». Qui la définit ? Quelle entité étatique et ou scientifique ? Quels sont les critères scientifiques, statistiques, etc. qui sont avancés clairement ?

Et (question de moins en moins accessoire) quels sont les vaccins (vrais vaccins, faux vaccins, thérapie génique ?) qui sont retenus ? Et par qui ?

Autre question de moins en moins accessoire : est-ce que le traitement des maladies est bien encore la priorité des États, quand on voit ce qui se passe avec la covid-19 ?

Le premier devoir des médecins n’est-il pas de soigner au mieux des connaissances et de traitements connus, et en toute liberté de prescription ? Serment d’Hippocrate. On a subi l’interdiction de la chloroquine, on subit maintenant l’interdiction d’autres médicaments qui soignent.

Ceux qui nous « dirigent » sont des criminels patents, seront-ils traduits un jour devant la Justice (qui elle-même me semble bien amorphe de ces temps-ci) ?

Les accords de Munich sur les expérimentations médicales sont-ils encore respectés ? Ont-ils jamais été respectés ?

On peut dire que la course folle à de pseudo-vaccins est en même temps une course folle aux mutants de plus en plus agressifs. Le but me paraît clair : faire du pognon sur les morts et les moribonds. Et conséquemment réduire l’humanité d’autant.

Petit problème pour les psychopathes au pouvoir : les virus ne savent pas (pas encore) faire la différence entre les bons humains et les mauvais humains. Enfin, on a déjà quelques pistes en allant « vacciner » en priorité chez les « sous-hommes » de divers continents.

Petit problème bien réel puisque l’on voit, par exemple, les ghettos palestiniens beaucoup mieux s’en tirer en ce domaine « sanitaire » que les zones réservées à « l’élite » israélienne. Dieu aurait-il choisi le mauvais camp, celui de ceux que déjà l’on bombarde, ou à qui on coupe l’eau pour assécher leurs champs ? Dieu aurait-il eu la bonté de faire en sorte que l’on « vaccine » beaucoup moins les Palestiniens ?

Sans oublier la gloriole des savants fous qui nous ont concocté en quelques mois (mais longuement mûri, la thérapie génique pour l’instant très largement inefficace et dangereuse existe depuis des années pour « soigner » des maladies dont on ne réchappe pas, ou pour modifier des codes génétiques défaillants).

Nouvelle forme de bombe atomique.

J’en arrive donc à cette deuxième conclusion : selon ladite Cour dite Européenne desdits Droits dudit Homme, les États ont tout loisir d’imposer aux citoyens ce qu’ils veulent et comme ils l’entendent concernant la Santé (ou ladite santé). Et ce n’est surtout pas ladite Cour des dits Droits de je ne sais quel homme dégénéré qui va s’en mêler.

Donc, je redis qu’il est nécessaire mais pas suffisant de quitter l’Union Européenne pour que les choses s’améliorent pour nous qui avons la déveine de subir et l’Union Européenne et les mondialistes de la macronie prête à en rajouter dans la dictature et la terreur covidienne.

Rappelez-moi le sort qui fut réservé en leur temps à Robespierre, Saint-Just (le bien mal nommé) et quelques autres ?

BRASSENS CHANTANT DES POÈTES

Les Oiseaux de passage (Jean Richepin)

Les Passantes (Antoine Pol) extraits

Pensées des morts (Lamartine) extraits

LA BOMBE « VACCINALE »

Résumé très intéressant :

LA PENSÉE DU JOUR

« … pour trouver le vrai, il faut chercher le bien. »

Jean-Baptiste Paulin in Notice sur la vie et les écrits de Madame Necker de Saussure in Madame Necker Éducation Progressive (1844)

POISON D’AVRIL ?

Le guignolot sociopathe, mais néanmoins épidémiologiste distingué de l’Élysée, ennemi de la France et des Français, vient donc – bien aidé par la maffia dudit « Conseil scientifique », instance non élue pour ne pas dire illégale – de nous annoncer une bonne nouvelle.
Il n’y aura, il n’y aurait, il ne saurait y avoir de nouveau confinement. Le confinement est fini, on passe à la phase suivante. Il n’y aura aucune atteinte aux libertés individuelles.
Il y aura seulement une interdiction de vivre ! Dont le symbole est le masque (que personnellement je ne mets jamais dans la rue depuis des mois). Ce n’est quand même pas pareil. Une interdiction dictatoriale, totalitaire, liberticide, anti-démocratique. Monarchique et absolue.
Il ne faut pas tout confondre.
Enfin cela ne saura durer, au rythme où s’exprime et proteste et conteste la quasi totalité des oppositions de gauche, de droite, du centre, d’extrême-gauche et d’extrême droite, ou encore « écolo » et même (les pauvres, mis à part Philippot !) « frexiteurs », Manu va bientôt être reconnu empereur des Français, sur le modèle de Napoléon-le-petit, élu en 1848 puis confiné (pardon, confirmé) dans un rôle d’empereur deux ou trois ans après. Pour des années !
Le parallèle me paraît saisissant. Qui a dit que la France était un modèle de démocratie et de révolte populaire ?
Il faut vraiment être crétin pour faire confiance aux veaux collabos de la politicaillerie et aux ovins de la base, un très grand nombre de mes concitoyens.
On est très bien parti. On entre de plus en plus dans un cauchemar, dans un rêve fou dénué de tout sens humain. Ceaucescüien, stalinien, maoïste. Mondialiste.
D’ailleurs, j’en apprends de bonnes tous les jours. Hier soir, l’un de mes petits-fils (bientôt sept ans, l’âge de raison, dit-on, le même qui, il y a quelques mois, en revenant de l’école, avait peur de faire mourir mamies et papis et que l’on a dû rassurer) est revenu de l’école cette fois-ci avec ce message en tête, propagandisé par sa maîtresse de CP : Ce soir, écoutez bien Macron, ce qu’il va dire, et faites bien comme il va vous dire… Il n’écoute jamais Marcon, fort heureusement.
Et puis, manque de chance, mon petit-fils m’a rappelé l’autre jour qu’il n’aimait pas Macron, et qu’il voudrait bien lui faire un croche-patte. (C’est sans doute de ma faute, à cause de mon mauvais esprit, de mon esprit de mécréant congénital).
Je pense en ce moment au temps de l’Occupation, que je n’ai pas connu, mais que j’imagine très bien, avec ses veaux (comme disait De Gaulle) délateurs mais tous devenus résistants en 1945, 1946, ou pour les moins cons dès 1944.
Je pense aussi à cet immédiat après-guerre quand les grévistes furent matés par un ministre de l’intérieur socialiste. C’est dire si je n’attend pas grand chose de l’opposition de gauche. Ni de droite d’ailleurs, mais cette dernière est finalement moins hypocrite. La Le Pen n’en parlons pas elle est intégralement sur la ligne mondialiste, quant aux « Insoumis », ne nous esclaffons pas ! ils sont presque tous morts et enterrés je crois. Tous des pantins pitoyables !

La langue « inclusive » ? On y perd son français !

Article de Philippe Oswald

Les féministes ont entrepris de « féminiser » la langue française en n’hésitant pas à la « déconstruire ».  Partant du constat qu’il serait impossible à des femmes de s’identifier à des mots grammaticalement masculins, tels que « auteur », « médecin » ou « jardinier », les féministes veulent imposer des termes malséants ou malsonnants, tels que « auteure », « autrice », ou rendus équivoques tels que « médecine », malaisément applicable à une personne, ou « jardinière » réservé jusqu’à présent à des garnitures, récipients ou tables.

Cette tentative dictée par l’idéologie serait vouée à l’échec si elle n’était favorisée par une inculture qui n’épargne plus les élites. On ne sait plus distinguer le genre grammatical du genre sexuel. L’une des particularités de la langue française est en effet qu’elle regorge de termes grammaticalement genrés, mais sémantiquement neutres, décorrélés du sexe de la personne qu’ils désignent ou qualifient. Ainsi de nombreux noms de fonctions, métiers et titres, sémantiquement neutres, sont grammaticalement féminins ou masculins. Un homme peut être une personne, une recrue, une sentinelle, une vedette, une vigie, une étoile, une lumière, une sommité, une nullité, une canaille, une fripouille, ou encore son excellence l’ambassadeur, son altesse royale…sans provoquer l’émoi des féministes (le respect de la sacro-sainte « parité » n’exigerait-il pas d’imposer « un recru », « un sentinel » « un canail » ?) Mais appeler une femme « madame le ministre », en dissociant la personne de sa fonction, devient un crime de lèse-féminité (il semble néanmoins encore permis de dire d’une femme qu’elle est un génie ou un prodige, plus délicat d’affirmer qu’elle est un vrai tyran !). Par ailleurs, est-il vraiment plus gratifiant pour une femme d’être qualifiée de « meilleure des chercheuses » plutôt que « des chercheurs », ou « des cheffes d’orchestre » (« cheffes », « chèfes », « cheftaines » ?) plutôt que « des chefs d’orchestre », hommes et femmes confondus ?

Les féministes dénoncent aussi la règle de la prétendue « supériorité » du masculin qui impose le pluriel « ils » pour désigner une assemblée mixte. Horreur : le masculin l’emporterait sur le féminin ! Mais en réalité, ce « ils » a une valeur neutre tout comme l’expression « les personnes présentes » désignant sous une forme féminine indifféremment des hommes, des femmes, ou une assemblée mixte. Cette règle du pluriel neutre nous épargnait jusqu’à ces temps derniers les fastidieux « celles et ceux », « toutes et tous » auxquels ne dérogent pas les tenants du « socialement correct », personnel politique en tête.

Cette prétendue « supériorité » du masculin s’est imposée au fil de siècles. Les linguistes féministes y voient un obscurantisme propice aux « stéréotypes de genre » imposés par des grammairiens misogynes au XVIIème siècle. C’est leur prêter un pouvoir créateur de la langue qui n’appartient qu’au peuple, collectivement, de génération en génération. Il n’y a en réalité aucune conclusion idéologique à tirer de la prééminence du masculin sur le féminin ou du féminin sur le masculin. Le « bon usage » résulte… de l’usage, non d’un dictat de grammairiens. C’est l’usage qui fait émerger peu à peu des noms de métier sous une forme féminine : « une pianiste », « une avocate », « une directrice », « une aviatrice » sont entrés sans heurts dans notre langue avec la présence croissante des femmes dans ces métiers ou fonctions. En revanche « proviseuse », « gardienne des Sceaux », « officière » ou « commandeuse » de la Légion d’Honneur, nous font grincer les oreilles, c’est ainsi. En violant la langue, on ne lui fait pas de beaux enfants ! Laissons donc libre cours au génie de la langue en lui donnant du temps pour féminiser ou non, des noms de métiers, de fonctions ou de dignités, selon son bon plaisir.

Terminons sur ce paradoxe : la tentative actuelle de féminisation forcée de la langue aboutit en réalité à sa « genrisation » tout comme la traque d’un prétendu « racisme systémique » conduit au « racialisme » qui empoisonne aujourd’hui l’université et rend maboule le syndicat étudiant UNEF (cf. LSDJ n°1231). La même remarque s’applique à l’écriture « inclusive », comme le pointait en septembre dernier un manifeste de 32 linguistes publié par l’hebdomadaire Marianne (en lien ci-dessous). L’écriture inclusive n’a pas pour seuls défauts d’entraver la lecture et d’être imprononçable avec ses points médians et parenthèses (comment prononcer cher.e.s ?) : elle détruit le neutre qui, lui, est en réalité véritablement inclusif ! En introduisant la spécification forcée du sexe, l’écriture dite « inclusive » consacre une dissociation sexiste ! Autant de bonnes raisons de dire zut aux « inclusivistes » ! Non à la police de la langue ! Vive le français libre !

Philippe Oswald

L S D J – La Sélection du Jour
27 mars 2021 – n° 1234

* * *

Une « écriture excluante » qui « s’impose par la propagande » : 32 linguistes listent les défauts de l’écriture inclusive

Par Tribune collective

Publié le 18/09/2020 à 19:09

« Outre ses défauts fonctionnels, l’écriture inclusive pose des problèmes à ceux qui ont des difficultés d’apprentissage et, en réalité, à tous les francophones soudain privés de règles et livrés à un arbitraire moral. » Bien que favorables à la féminisation de la langue, plusieurs linguistes estiment l’écriture inclusive profondément problématique.

Présentée par ses promoteurs comme un progrès social, l’écriture inclusive n’a paradoxalement guère été abordée sur le plan scientifique, la linguistique se tenant en retrait des débats médiatiques. Derrière le souci d’une représentation équitable des femmes et des hommes dans le discours, l’inclusivisme désire cependant imposer des pratiques relevant d’un militantisme ostentatoire sans autre effet social que de produire des clivages inédits. Rappelons une évidence : la langue est à tout le monde.

Les défauts de l’écriture inclusive

Les inclusivistes partent du postulat suivant : la langue aurait été « masculinisée » par des grammairiens durant des siècles et il faudrait donc remédier à l’ »invisibilisation » de la femme dans la langue. C’est une conception inédite de l’histoire des langues supposant une langue originelle « pure » que la gent masculine aurait pervertie, comme si les langues étaient sciemment élaborées par les locuteurs. Quant à l »invisibilisation », c’est au mieux une métaphore mais certainement pas un fait objectif ni un concept scientifique.

Si la féminisation est bien une évolution légitime et naturelle de la langue, elle n’est pas un principe directeur des langues

Nous relèverons simplement ici quelques défauts constitutifs de l’écriture inclusive et de ses principes.

La langue n’a pu être ni masculinisée, ni féminisée sur décision d’un groupe de grammairiens, car la langue n’est pas une création de grammairiens — ni de grammairiennes. Ce ne sont pas les recommandations institutionnelles qui créent la langue, mais l’usage des locuteurs. L’exemple, unique et tant cité, de la règle d’accord « le masculin l’emporte sur le féminin » ne prétend posséder aucune pertinence sociale. C’est du reste une formulation fort rare, si ce n’est mythique, puisqu’on ne la trouve dans aucun manuel contemporain, ni même chez Bescherelle en 1835. Les mots féminin et masculin n’ont évidemment pas le même sens appliqués au sexe ou à la grammaire : trouver un quelconque privilège social dans l’accord des adjectifs est une simple vue de l’esprit.

Si la féminisation est bien une évolution légitime et naturelle de la langue, elle n’est pas un principe directeur des langues. En effet, la langue française permet toujours de désigner le sexe des personnes et ce n’est pas uniquement une affaire de lexique, mais aussi de déterminants et de pronoms (« Elle est médecin »). Par ailleurs, un nom de genre grammatical masculin peut désigner un être de sexe biologique féminin (« Ma fille est un vrai génie des maths ») et inversement (« C’est Jules, la vraie victime de l’accident »). On peut même dire « un aigle femelle » ou « une grenouille mâle »…

Une écriture excluante

La langue n’est pas une liste de mots dénués de contexte et d’intentions, renvoyant à des essences. Il n’y a aucune langue qui soit fondée sur une correspondance sexuelle stricte. Autrement, le sens des mots serait déterminé par la nature de ce qu’ils désignent, ce qui est faux. Si c’était le cas, toutes les langues du monde auraient le même système lexical pour désigner les humains. Or, la langue n’a pas pour principe de fonctionnement de désigner le sexe des êtres : dire à une enfant « Tu es un vrai tyran » ne réfère pas à son sexe, mais à son comportement, indépendant du genre du mot.

  • Les formes masculines du français prolongent à la fois le masculin (librum) et le neutre (templum) du latin et font donc fonction de genre « neutre », c’est-à-dire par défaut, ce qui explique qu’il intervienne dans l’accord par résolution (la fille et le garçon sont partis), comme indéfini (ils ont encore augmenté les impôts), impersonnel (il pleut), ou neutre (c’est beau). Il n’y a là aucune domination symbolique ou socialement interprétable. Quand on commande un lapin aux pruneaux, on ne dit pas un.e lapin.e aux pruneaux…
  • La langue a ses fonctionnements propres qui ne dépendent pas de revendications identitaires individuelles. La langue ne détermine pas la pensée — sinon tous les francophones auraient les mêmes pensées, croyances et représentations. Si la langue exerçait un pouvoir « sexiste », on se demande comment Simone de Beauvoir a pu être féministe en écrivant en français « patriarcal ». L’évidence montre que l’on peut exprimer toutes les pensées et les idéologies les plus antithétiques dans la même langue.

Ces formes fabriquées ne relèvent d’aucune logique étymologique et posent des problèmes considérables de découpages et d’accords

  • En français, l’orthographe est d’une grande complexité, avec ses digraphes (eu, ain, an), ses homophones (eau, au, o), ses lettres muettes, etc. Mais des normes permettent l’apprentissage en combinant phonétique et morphologie. Or, les pratiques inclusives ne tiennent pas compte de la construction des mots : tou.t.e.s travailleu.r.se.s créent des racines qui n’existent pas (tou-, travailleu-).Ces formes fabriquées ne relèvent d’aucune logique étymologique et posent des problèmes considérables de découpages et d’accords.
  • En effet, les réformes orthographiques ont normalement des objectifs d’harmonisation et de simplification. L’écriture inclusive va à l’encontre de cette logique pratique et communicationnelle en opacifiant l’écriture. En réservant la maîtrise de cette écriture à une caste de spécialistes, la complexification de l’orthographe a des effets d’exclusion sociale.Tous ceux qui apprennent différemment, l’écriture inclusive les exclut : qu’ils souffrent de cécité, dysphasie, dyslexie, dyspraxie, dysgraphie, ou d’autres troubles, ils seront d’autant plus fragilisés par une graphie aux normes aléatoires.
  • Tous les systèmes d’écriture connus ont pour vocation d’être oralisés. Or, il est impossible de lire l’écriture inclusive : cher.e.s ne se prononce pas. Le décalage graphie / phonie ne repose plus sur des conventions d’écriture, mais sur des règles morales que les programmes de synthèse vocale ne peuvent traiter et qui rendent les textes inaccessibles aux malvoyants.

L’écriture inclusive pose des problèmes à tous ceux qui ont des difficultés d’apprentissage

  • On constate chez ceux qui la pratiquent des emplois chaotiques qui ne permettent pas de produire une norme cohérente. Outre la prolifération de formes anarchiques (« Chere.s collègu.e.s », « Cher.e.s collègue.s », etc.), l’écriture inclusive est rarement systématique : après de premières lignes « inclusives », la suite est souvent en français commun… Si des universitaires militants ne sont pas capables d’appliquer leurs propres préceptes, qui peut le faire ?
  • L’écriture inclusive, à rebours de la logique grammaticale, remet aussi radicalement en question l’usage du pluriel, qui est véritablement inclusif puisqu’il regroupe. Si au lieu de « Les candidats sont convoqués à 9h00 » on écrit « Les candidats et les candidates sont convoqué.e.s à 9h00 », cela signifie qu’il existe potentiellement une différence de traitement selon le sexe. En introduisant la spécification du sexe, on consacre une dissociation, ce qui est le contraire de l’inclusion. En prétendant annuler l’opposition de genre, on ne fait que la systématiser : l’écriture nouvelle aurait nécessairement un effet renforcé d’opposition des filles et des garçons, créant une exclusion réciproque et aggravant les difficultés d’apprentissage dans les petites classes.

Outre ses défauts fonctionnels, l’écriture inclusive pose des problèmes à tous ceux qui ont des difficultés d’apprentissage et, en réalité, à tous les francophones soudain privés de règles et livrés à un arbitraire moral. La circulaire ministérielle de novembre 2017 était pourtant claire et, tout en valorisant fort justement la féminisation quand elle était justifiée, demandait « ne pas faire usage de l’écriture dite inclusive » : des administrations universitaires et municipales la bafouent dans un coup de force administratif permanent. L’usage est certes roi, mais que signifie un usage militant qui déconstruit les savoirs, complexifie les pratiques, s’affranchit des faits scientifiques, s’impose par la propagande et exclut les locuteurs en difficulté au nom de l’idéologie ?

Tribune rédigée par les linguistes Yana Grinshpun (Sorbonne Nouvelle), Franck Neveu (Sorbonne Université), François Rastier (CNRS), Jean Szlamowicz (Université de Bourgogne).

Signée par les linguistes :

  • Jacqueline Authier-Revuz (Sorbonne nouvelle)
  • Mathieu Avanzi (Sorbonne Université)
  • Samir Bajric (Université de Bourgogne)
  • Elisabeth Bautier (Paris 8-St Denis)
  • Sonia Branca-Rosoff (Sorbonne Nouvelle)
  • Louis-Jean Calvet (Université d’Aix-Marseille)
  • André Chervel (INRP/Institut Français de l’Éducation)
  • Christophe Cusimano (Université de Brno)
  • Henri-José Deulofeu (Université d’Aix-Marseille)
  • Anne Dister (Université Saint-Louis, Bruxelles)
  • Pierre Frath (Univesité de Reims)
  • Jean-Pierre Gabilan (Université de Savoie)
  • Jean-Michel Géa (Université de Corte Pascal Paoli)
  • Jean Giot (Université de Namur)
  • Astrid Guillaume (Sorbonne Université)
  • Pierre Le Goffic (Sorbonne Nouvelle)
  • Georges Kleiber (Université de Strasbourg)
  • Mustapha Krazem (Université de Lorraine)
  • Danielle Manesse (Sorbonne Nouvelle)
  • Luisa Mora Millan (Université de Cadix)
  • Michèle Noailly (Université de Brest)
  • Thierry Pagnier (Paris 8- St Denis)
  • Xavier-Laurent Salvador (Paris 13-Villetaneuse)
  • Georges-Elia Sarfati (Université d’Auvergne)
  • Agnès Steuckardt (Université Paul Valéry, Montpellier)
  • Georges-Daniel Véronique (Université d’Aix-Marseille)
  • Chantal Wionet (Université d’Avignon)
  • Anne Zribi-Hertz (Paris 8- St Denis)

https://www.marianne.net/agora/tribunes-libres/une-ecriture-excluante-qui-s-impose-par-la-propagande-32-linguistes-listent-les

Mémoire traumatique et manipulations dans tous les azimuts

On ne présente plus Muriel Salmona, l’idéologue du dogmatisme et de l’obscurantisme pseudo-freudiens dont toute la théorie repose sur une lecture quasi infantile de la doxa freudienne, théorie remisée au rang de calembredaine pseudo-psychiatrique par toutes les autres écoles de la psycho-thérapie (qui ne sera d’ailleurs jamais une science exacte, tout juste un art à base de croyances et de relations humaines entre une personne dite soignante et une personne dite malade ; à ranger en compagnie des confesseurs, exorcistes, sorciers, marabouts, tireuses de cartes, astrologues, conjureurs de sort, juges à l’eau, jamais très loin de l’ordalie, quand il ne s’agit tout simplement pas d’une machine à abrutir par les médicaments).

« Théorie » non pas rejetée par principe, par des pairs jaloux ou obtus, mais à cause de toutes les nuisances bien réelles qui en découlent, et qui en ont découlé pendant des années dans divers pays du monde, avant que les « élites » de la psychiatrie franchouillarde dégénérée ne se soient mises à jurer que par elle. Ailleurs rappelons-le, le désastre humain de cette « thérapie » fut tel qu’elle a disparu des esprits, s’achevant souvent par des suicides (commis par des gens injustement accusés), des procès, des destructions de familles, ou dans la ruine mentale d’accusateurs manipulés.

Je veux parler, une fois encore, de la fadaise de la mémoire traumatique ou du traumatisme mémoriel – comme on veut le dire. Une Flavie Flament est passée par là et a reçu d’un « psy » tout l’attirail du délire psychiatrique (celui du psychiatre, ou pour le dire plus exactement du gourou) pour aller jusqu’à accuser David Hamilton de viol. Avec la suite que l’on connaît, la mort tragique du plus grand photographe de la fin du vingtième siècle. Un photographe dont l’oeuvre démontre une sensibilité exquise, certainement pas une mentalité de « violeur ».

Flavie Flament avait quelques problèmes psychologiques (sa propre mère lui a d’ailleurs souhaité dans la presse de « trouver un bon médecin ») et déprimait  lorsqu’elle trouva bon d’aller voir un certain David Gourion, adepte des mêmes errements que Muriel Salmona. Comment des psychiatres (des docteurs en médecine) peuvent-il arriver à mettre dans des têtes de telles aberrations : 

– Cherche bien, tu as certainement dû être violée.

– Oui, j’avais oublié, j’avais treize ans… Je vois tout maintenant.

Qui ne remarque, immédiatement, le côté quasi ridicule d’une telle « révélation »? À treize ans, on n’oublie pas un viol. Et surtout à treize, quatorze, quinze ans on ne continue pas à reconnaître les talents artistiques d’une personne – en accrochant des affiches et des photographies sur les murs de sa chambre d’adolescente – si quelque mois auparavant cette même personne avait été un violeur. Or, c’est bien ce que faisait Flavie Flament: elle affichait des affiches de David Hamilton dans sa chambre, puis se présentait au concours de « Miss OK 1988 » en envoyant, avec son dossier d’inscription, une photographie d’elle dont l’auteur n’était autre que David Hamilton.

La puissance manipulatrice des hommes les uns sur les autres est immense, c’est même à la base de ce qui fait une bonne partie des malheurs des masses humaines. Le critère d’autorité, que l’on aime mettre en avant dans les questions de détournements de mineurs par exemple, est tout autant présent dans les rapports entre un psychiatre et un malade dit mental.

Si l’on veut prendre un exemple manifeste de la façon dont fonctionne la pensée humaine dans son aspect idéologie dominante, propagande, il suffit d’analyser ce qui se passe depuis plus d’un an maintenant avec la « corona-folie ». Il est facile finalement, pour qui détient l’autorité et contrôle d’une façon ou d’une autre les médias, de manipuler des millions d’individus et de leur mettre dans la tête des idées fausses, des peurs, des mises en demeure de bien se tenir. Sur rien, ou sur pas grand-chose, ou si peu. Et pour mieux servir des desseins inavouables. Cela a pour nom : viol des foules.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il y a grande concordance de mentalité entre toutes les théories réelles ou fumeuses des modes du moment, qui président toutes à la destruction des esprits sains ou de bon sens.

Personnellement je ne vois pas trop de différences entre un gourou du confinement et de la vaccination universelle, un gourou du racisme (y compris du racisme anti-blanc), un gourou du féminisme hystérique, un.e crétin.e de l’écriture inclusive, ou un adepte de la mémoire traumatique. Ce sont souvent les mêmes.

Certains ont beau avoir quelques diplômes, cela ne les empêche nullement d’être des imbéciles, incultes et bornés: leur place dans la société leur monte à la tête.

Pour en revenir à la salmonellose qui semble accabler certains milieux de psycho-thérapeutes, j’ai dit plus haut nuisance, le mot est faible. Du côté des malades, des personnes mal dans leur peau, c’est l’attachement moral, mental et financier, de type disciple à maître infaillible. Du côté du thérapeute présumé, c’est le recours à une manipulation systématique du patient, pour ne pas dire le client. Client à vie, rente assurée.

Patient toujours orienté dans une seule direction, qui n’est jamais celle qui lui vient spontanément à l’esprit. Ce dernier ne développe aucunement son propre discours mais est amené par des questions perfides, perverses, toujours du même type, à admettre toujours la même chose: l’abus sexuel, alors même qu’il n’en a eu aucunement conscience jusque-là. 

L’histoire est monotone et simpliste, même Freud n’a pas été jusqu’à ces extrémités. Aujourd’hui, en 2021, on est dans la vulgarisation à la petite semaine. Bornée. Lecture féministe et genriste.

La dame Salmona – grande copine de toutes les échevelées femenisantes – ce n’est pas que la mémoire traumatique, c’est aussi le militantisme féministe hystérique et castrateur. Un exemple ? Je le recopie d’un article de Peggy Sastre (Muriel Salmona: la psy qui traumatise. La promotrice de la notion d’amnésie traumatique est une femme dangereuse, in Causeur, 10 mars 2021). Ce qu’elle décrit est une vidéo datant du 14 janvier dernier.

« C’est une vidéo grise, comme délavée. Muriel Salmona, psychiatre, est assise au bord d’un canapé, les mains jointes sur les genoux. La caméra de Brut zoome sur son visage alors qu’elle enclenche sa litanie: « À toi, future victime d’inceste, je suis désolée, car tu vas subir un viol commis par l’un des membres de ta famille. C’est intolérable. » La focale se rétrécit sur les yeux noirs de la présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie, désormais au centre de l’image. « Tu as certainement moins de 10 ans. Je ne sais pas dans quelles circonstances ça va se passer, mais ton beau-père, ton père, ton frère, ton oncle reviendront certainement plusieurs fois. » Puis l’horreur va croissante. « Je suis désolée pour toi, car si rien n’est fait pour te secourir, te protéger, te soigner, […] cet inceste aura des conséquences très lourdes sur ta santé et ta vie. […] Tu risques de vivre dans la peur. Peur de l’agresseur, peur de subir à nouveau des violences, peur de tout. […] Ce sera très difficile, mais tu essayeras de parler, d’appeler au secours, mais il y a de grands risques qu’on ne t’écoute pas et qu’on ne te protège pas. Tu devras survivre seul aux violences et à leurs conséquences psycho-traumatiques. » ( https://www.causeur.fr/muriel-salmona-amnesie-tramatique-viols-192816)

« Que fait l’Ordre des médecins ? » ajoute Peggy Sastre, auteur de l’article. Oui, que fait-il ? Rien de plus et rien de mieux que pour la corona-folie.

Coronavirus ou mémoire traumatique, la recette ne change pas: foutre la trouille et élucubrer ; mettre dans la tête des idées malsaines, perverses, pathologiques. Orienter, manipuler. Que ne ferait-on pas pour servir « en même temps » (comme dirait l’autre) son fonds de commerce et son idéologie politique misandre? Et faire d’une pierre deux coups…

Jean-Pierre Fleury.

LE LAPIN BLANC ET ALICE OU LA REINE DE CŒUR*

Je suis à chaque fois surpris en découvrant sur Internet les photographies de ces filles qui prétendent avoir été manipulées, abusées voire violées autrefois par de méchants prédateurs, et que l’on aperçoit sur les images de ces temps-là bras-dessus, bras-dessous, en pleine empathie avec leur (si présumé) « violeur ». Comme c’est le cas de cette pauvre Élodie Durand, l’une des dernières muses de David Hamilton qui, au bout des années pendant lesquelles elle avait été sa maîtresse officielle, décida de porter plainte contre lui pour « viol ». Et fut déboutée. Alors même que quelques années auparavant, elle voyageait avec lui jusqu’en Allemagne – par exemple – et était présentée comme sa compagne dans la presse. Sait-on qu’elle travaillait aussi, pendant des années, comme serveuse dans un bar des plus huppés de Saint-Tropez, celui que fréquentait David Hamilton?

Il en va de même avec Alice. Celle-ci, après avoir fréquenté assidûment et pendant plusieurs années d’affilée David Hamilton, et avoir profité de plusieurs voyages en compagnie du grand photographe britannique, décida elle aussi de faire un peu parler d’elle lors des allégations portées, hors délais légaux et sans l’ombre d’une preuve (testis unus, testis nullus) par Flavie Flament.

Je ne suis pas dans les secrets des Dieux mais constate qu’Alice porta plainte contre le photographe après qu’il se fut marié (unique mariage, rappelons-le) avec Trud Versyp, surnommée « Gertrude ». Il faut se souvenir que Gertrude et Alice (deux copines, à l’époque où elles posaient pour David Hamilton) étaient sensiblement du même âge et que c’est Gertrude qui a remporté la palme de l’élection. On peut comprendre la déconvenue et la rage de celle qui n’accédait pas à la marche ultime de la reconnaissance.

Sur la photo que voici, je constate qu’Alice pouvait donc se trouver en compagnie de son « violeur », dans la vie courante (sans doute ici en public, lors d’une exposition) sans que cela ne pose problème ni à l’un. ni à l’autre. Et les albums de David Hamilton sont pleins de telles photographies d’Alice avec David Hamilton.

C’est toujours la même histoire. Lassante.

Jean-Pierre Fleury.

* Celle qui ne cesse de répéter : Qu’on lui coupe la tête !

COVID : conférence de presse officielle de Christophe Alévèque

Merci au rare humoriste qui l’ouvre.

HUMOUR ?

Trouvé sur Internet ce constat éclairant :

Il y a un an, c’était la ruée sur le PQ.

Aujourd’hui, tout le monde est au bout du rouleau.

Extraits d’un appel de Florian Philippot, président du parti des Patriotes

Tout ça pour ça ! Un an exactement après le début de cette coronafolie, le pouvoir parle à nouveau de confiner les Français ! Entre temps, il a multiplié les restrictions, couvre-feux, fermetures d’un nombre incroyable d’activités et de métiers, destruction de l’économie, du moral des gens, de nos libertés. Imposition du masque, y compris aux enfants !

« L’opposition » est aux abonnés absents. Les Patriotes eux sont au rendez-vous depuis le début. Ils ne laissent pas tomber la liberté, ni les gens qui souffrent, ni les soignants, ni le bon sens, ni la France et l’avenir des générations qui arrivent !

Notre combat est total. Il est aussi contre l’Union européenne qui, ce 17 mars 2021, a lancé l’infâme projet de passeport sanitaire. Nous appelons les Français à la résistance. À tout faire pour que notre pays s’arrache des griffes de l’oligarchie mondialiste, par le Frexit, par la reprise en main de notre destin, par la lutte chaque jour pour nos libertés chéries. La corruption et les conflits d’intérêts ne doivent pas gagner. Ils ne gagneront pas. Le peuple de France sera fidèle à sa longue et glorieuse tradition !

Ce samedi 20 mars est une journée très spéciale. C’est la journée mondiale pour la liberté. Je vous invite à rejoindre massivement la journée nationale qui s’inscrit dans ce cadre. Il y aura de belles surprises, nous avons le plaisir d’avoir Charles Gave [président de l’Institut des Libertés] comme invité d’honneur, et j’y serai naturellement. C’est à Paris, à 15h, et il y a d’autres rassemblement organisés en France par Les Patriotes.

(Attention, même si un reconfinement est annoncé, les rassemblements restent autorisés)

Notre combat pour l’avenir de la France est total ! Nous avons appris cette semaine que la Commission européenne voulait ré-introduire encore davantage les farines animales, alors même qu’il y a 30 ans jour pour jour la France découvrait son premier cas de vache folle…Quelle folie ! Nous défendons une agriculture de qualité, une alimentation saine, le bien-être animal, une qualité de vie, et la possibilité pour la France de décider souverainement.

Je tiens également à saluer l’effort remarquable des lanceurs d’alerte qui depuis le début de cette crise font un travail magnifique d’éveil et de vérité. Ils sont relayés par quelques médias indépendants de grand courage. Notre pays a en son sein des réserves immenses d’ingéniosité et de patriotisme. Notre devoir sacré de Patriotes est de les mobiliser le plus efficacement possible pour refaire de la France un grand pays, un beau pays, juste, libre, indépendant, un pays à la pointe dans les années et les décennies qui viennent.

Soyons fiers de notre œuvre ! Bienvenue à tous les nouveaux Patriotes, bienvenue à ceux qui vont arriver.

‪Vive Les Patriotes ! Vive la France !

HUMOUR ?

MARCON MICRONISÉ EN DIRECT PAR LA PLÈBE SANITAIRE

Not’ bon maît’e, not’ Jupiàterre (ou Jupiatterre), en visite proctocolaire (ou protocolère) chez de gueuses infirmières, snobé en direct et subissant leur ire muette.

Attention aux colères muettes ! Ce sont toujours les pires.

S’il n’apparaît que des liens, cliquez plutôt sur le deuxième :

HUMOUR ?

ESSAYONS DE POSITIVER

I – Ultimatum lancé à Macron par « United Health Professionals »

de mediazone.zonefr.com.

  • Dans cette lettre adressée au Président Macron, au Premier Ministre Castex et au Ministre de la Santé Véran, le collectif United Health Professionals demande la levée immédiate de toutes les mesures liberticides, la fin du confinement, du couvre feu et du port du masque ainsi que la fin de la vaccination considérée comme nocive, inutile et dangereuse.

Eric Montana

Covid : la plus grande arnaque du siècle !

Le collectif international : United Health Professionals composé de médecins, de scientifiques, de virologues internationaux a mené du 4 au 12 Février 2021 et dans 30 pays de tous les continents du monde une campagne d’alerte internationale sur l’épidémie de COVID-19, intitulée : ALERT 5

Dans cette lettre adressée à chaque gouvernement de ces 30 pays et au Président Macron, au Premier Ministre Castex et au Ministre de la Santé Véran, dont vous pourrez prendre connaissance d’extraits ci-dessous, le collectif United Health Professionals demande la levée immédiate de toutes les mesures liberticides, la fin du confinement, du couvre feu et du port du masque ainsi que la fin de la vaccination considérée comme nocive, inutile et dangereuse.

Cette lettre disponible dans son intégralité en lecture ici, explique que « le Covid est la plus grande arnaque du siècle ». Cette lettre en forme d’ultimatum est en train de faire le tour du monde et doit être massivement diffusée et partagée car notre gouvernement doit comprendre que les Français sont parfaitement informés de son existence et des enjeux financiers qui se cachent derrière cette fausse pandémie. Et nous serons particulièrement attentifs aux décisions qui seront prises en réponse à cette lettre.

Si le gouvernement s’obstine à ne pas en tenir compte, alors nous comprendrons que sa volonté n’est pas de mettre fin à cette pandémie mais de l’utiliser comme alibi pour pousuivre des objectifs moins honorables.

Nous nous mobiliserons alors en masse pour que la prochaine phase soit la mise en accusation publique des labos pharmaceutiques, du gouvernement et des médias et l’exigence d’une enquête internationale sur l’origine criminelle du virus car les victimes innocentes de ce crime contre l’humanité et leurs familles doivent obtenir justice !

Mesures grotesques, absurdes et très dangereuses, impact horrible sur l’économie mondiale… autodestruction et suicide collectif. Il faut lire l’intégralité de cette lettre au président de la République, et pour les plus courageux ouvrir les liens et articles qui démontrent leurs dires.

United Health International à :


Mr Emmanuel Macron : Président de la France,

Mr Jean Castex : Premier Ministre

et Mr Olivier Véran : Ministre des Solidarités et de la Santé,


Nous sommes des professionnels de santé du collectif international : United Health Professionals, composé de plus de 1500 membres (y compris des professeurs de médecine, des anesthésistes/réanimateurs et des infectiologues) de différents pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Océanie et nous avons adressé le 26 Août 2020 aux gouvernements et aux citoyens des pays du monde entier un message d’alerte concernant l’épidémie de COVID.

Tout d’abord, commençons par les conclusions du rapport de 2010 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur le gestion de l’épidémie de H1N1 : « L’Assemblée parlementaire est alarmée par la façon dont la grippe pandémique H1N1 a été gérée non seulement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mais aussi par les autorités de santé compétentes tant au niveau de l’Union européenne qu’au niveau national. Elle s’inquiète notamment de certaines répercussions de décisions et d’avis ayant entraîné une confusion des priorités au sein des services de santé publique de toute l’Europe, du gaspillage de fonds publics importants et de l’existence de peurs injustifiées relatives aux risques de santé… un grave manque de transparence dans les prises de décisions liées à la pandémie, qui soulève des préoccupations concernant l’influence que l’industrie pharmaceutique a pu exercer sur certaines décisions parmi les plus importantes… les activités de lobbying non réglementées ou occultes peuvent constituer un danger et miner les principes démocratiques et la bonne gouvernance. »

Sachez que ces mêmes erreurs commises hier lors de l’épidémie de H1N1 sont répétées aujourd’hui dans l’épidémie de la COVID.

Vous êtes victimes de la plus grande arnaque sanitaire du 21e siècle à la fois sur le niveau de dangerosité du virus, les mesures à prendre, les chiffres, les tests et les traitements et ceci avec les mêmes techniques de manipulation utilisées lors de l’épidémie de H1N1 ou de la guerre d’Irak.

Des experts, des professeurs de médecine ainsi que des collectifs scientifiques et médicaux ont commencé à alerter dès le mois de Mars 2020. Les pays du monde (sauf de rares exceptions comme : la Suède, la Biélorussie ou la Tanzanie), et sans réfléchir, n’ont fait qu’imiter et suivre aveuglément les autres.

Cette épidémie est amplifiée, dramatisée et instrumentalisée par des malfaiteurs qui en profitent pour réaliser des objectifs et des agendas économiques, politiques et idéologiques nuisibles pour l’humanité et nous allons vous le prouver.

Il faut que vous arrêtiez rapidement cette arnaque mondiale (car elle constitue un grave danger pour votre peuple et votre pays sur les plans de : la santé, de l’économie, de l’éducation, de l’écologie et des droits de l’homme) en prenant immédiatement les mesures suivantes :

1 – Levez toutes les restrictions : supprimez les mesures illégales, non scientifiques et non sanitaires suivantes : confinement, port du masque obligatoire pour les sujets sains, distanciation sociale d’un ou deux mètres. Ces mesures folles et stupides sont des hérésies inventées en 2020 qui n’existent ni en médecine ni en santé publique et qui ne reposent sur aucune preuve scientifique. Ce n’est pas comme ça qu’on gère une épidémie :

– « Le monde est devenu fou » en mettant en place les confinements qui « vont à l’encontre de ce que l’on sait sur la gestion des pandémies de virus » (Dr Anders Tegnell, épidémiologiste en chef de la Suède,24Juin 2020).


« Le taux de létalité réel semble être à peu près le même que pour la grippe, mais nous n’avons jamais introduit ces mesures drastiques auparavant, lorsque nous avons eu des pandémies de grippe » (Pr Peter Gøtzsche, 1er Décembre 2020).

« La décision du confinement comme la décision des masques…ne reposent pas sur des données scientifiques… » (Pr Didier Raoult, 24 Juin 2020).

« L’histoire naturelle du virus [le coronavirus] n’est pas influencée par des mesures sociales [confinement, masques, fermeture des restaurants, couvre-feu, etc]…Le confinement n’a pas enclenché la décroissance des cas…Quant à la fermeture des restaurants qui avaient mis en place des protocoles sanitaires très stricts…je n’ai, bien entendu, aucun moyen de le défendre…il n’a pas du tout influencé l’épidémie…Le confinement n’a rien changé..« 
(Pr Philippe Parola, 3 Décembre 2020).

« Il n’y a aucune preuve scientifique pour soutenir la règle désastreuse de deux mètres. Des recherches de mauvaise qualité sont utilisées pour justifier une politique aux conséquences énormes pour nous tous »
(Professeurs Carl Heneghan et Tom Jefferson, 19 Juin 2020).

« Mesures grotesques, absurdes et très dangereuses…un impact horrible sur l’économie mondiale…auto-destruction et suicide collectif. » (Pr Sucharit Bhakdi, Mars 2020. Il a aussi envoyé, à l’époque, une lettre à la Chancelière Allemande Angela Merkel).

De plus, ces mesures tyranniques violent la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dans ses articles : 3, 5, 9, 12, 13, 17, 18, 20, 26, 27, 28, 30 et la Convention Internationale des Droits de l’Enfant de l’UNICEF dans ses articles : 28, 29, 32, 37.

– « Lorsque l’État sait le mieux et viole les droits de l’homme, nous sommes sur une voie dangereuse. La pandémie a conduit à la violation des droits fondamentaux de l’homme… Il n’y a pas eu la moindre analyse éthique pour savoir si c’était justifié. Ça ne l’est pas » (Pr Peter Gøtzsche, 4 Décembre 2020).

Obliger des gens non malades à porter des masques est non seulement une hérésie mais c’est aussi nuisible à la santé ainsi qu’à l’écologie et une maltraitance évidente :
– « Dictature des masques totalement infondée » (Pr Christian Perronne, 22 Septembre 2020).


2 –  « Le couvre-feu… c’était pendant l’occupation allemande où la milice et la Gestapo venait à la maison. Et maintenant on va avoir la police débarquée à la maison pour voir s’il y a plus de six personnes à table ! C’est quoi ce délire ?! » (Pr Christian Perronne, 15 Octobre 2020).

– « Tous les hivers à Paris, les lits de réanimation sont totalement saturés. Nous transférons des patients…tous les hivers, en temps normal » (Pr Bruno Mégarbane, anesthésiste-réanimateur, 27 Septembre 2020)

1 – « Dans aucune des deux vagues…toutes les réanimations n’ont été saturées, c’est faux !« 
(Pr Michaël Peyromaure, 18 Janvier 2021)

2 – Ouvrez l’économie, les écoles, les universités, le transport aérien et les services hospitaliers.

3 – Ecartez vos experts et vos conseillers qui ont des liens ou des conflits d’intérêts avec les entreprises pharmaceutiques.

Le rapport de 2010 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur la gestion désastreuse de la grippe H1N1 disait aussi : « l’Assemblée en appelle aux autorités sanitaires aux niveaux international, européen et national – et notamment à l’OMS – que quiconque exposé au risque de conflits d’intérêts soit exclu des prises de décisions sensibles.« 

Les experts des pays qui ont poussé à prendre ces mesures totalement hérétiques sont soit des suiveurs, soit des ignorants soit des gens corrompus par l’industrie pharmaceutique.

4 – Exigez une enquête internationale et indépendante et que les responsables de cette escroquerie soient jugés.

Le 1er Octobre 2020, Reiner Fuellmich – un avocat Allemand – annonce qu’un réseau international d’avocats plaidera la plus grande affaire de délit civil de tous les temps : « Les mesures anticoronavirus ont causé et continuent de causer des dommages si dévastateurs à la santé et à l’économie de la population mondiale que les crimes commis par (…) l’OMS doivent être légalement qualifiés de véritables crimes contre l’humanité tel que défini dans la section 7 du code pénal international ».

Il a dit aussi qu’on doit parler d’un « scandale du coronavirus et les responsables doivent être poursuivis pénalement et pour dommages civils« .

– Le 10 Janvier 2021, une lettre relayée par le Journal The Sun et écrite par des avocats, un député, des militants des droits de l’homme et un ancien général de l’US Air Force est adressée au FBI et au MI-5 ainsi qu’aux services de sécurité du Canada, de l’Allemagne et de l’Australie où ils disent :

« Nous écrivons cette lettre pour demander qu’une enquête fédérale soit ouverte et/ou accélérée concernant le débat scientifique sur les grandes décisions politiques prises pendant la crise COVID-19. Au cours de nos travaux, nous avons identifié des questions de nature potentiellement criminelle et croyons que cette enquête est nécessaire pour nous assurer que les intérêts du public ont été correctement représentés par ceux qui font la promotion de certaines politiques pandémiques« .

Cette lettre qualifie le confinement « d’escroquerie scientifique mondiale d’une ampleur sans précédent » et qui a été « délibérément promulgué… pour appauvrir les nations qui l’ont mis en oeuvre« 

De rares pays comme la Suède, la Tanzanie ou la Biélorussie – qui peuvent être félicités – ont refusé le confinement et n’ont pas suivi aveuglément les autres et si on suit le raisonnement des défenseurs du confinement, on doit avoir comme résultat une hécatombe ou une saturation du système hospitalier.

Est-ce le cas dans ces trois pays ? La réponse est bien sûr : non.

D’ailleurs, le 15 Septembre 2020, The BMJ a publié un article intitulé : « COVID-19 : pourquoi la Biélorussie a-t-elle l’un des taux de mortalité les plus bas d’Europe ?« .

Ces 3 pays sont une preuve vivante de l’escroquerie du confinement et puisque cette vérité risque de réveiller l’opinion publique et que les gens constatent qu’on leur a menti, une presse corrompue diffuse, depuis le début, des articles et même des fake news contre la Suède et la Biélorussie.

Le fameux slogan international : « Restez chez vous, sauvez des vies » était un pur mensonge. Au contraire, le confinement a tué non seulement beaucoup de gens mais a détruit aussi la santé physique et mentale, l’économie, l’éducation et les autres aspects de la vie.

Par exemple, le confinement a tué aux USA des milliers de patients Alzheimer qui sont, en plus, morts loin de leurs familles.

Au Royaume Uni : le confinement a tué 21.000 personnes. Les effets du confinement « ont été absolument délétères. Ils n’ont pas sauvé les vies qu’ils avaient annoncées pouvoir être capable de sauver… C’est une arme de destruction massive dont on voit les effets sanitaires… sociaux… économiques… qui forment la réelle deuxième vague« 
(Pr Jean-François Toussaint, 24 Septembre 2020).

Emprisonner son peuple est un crime contre l’humanité que même les nazis n’ont pas commis !

– « Ce pays vit une erreur dramatique…qu’est-ce qu’on va suggérer ? Que tout le monde reste enfermé toute sa vie parce qu’il y a des virus dehors ? Mais vous êtes tous fous, vous êtes devenus tous cinglés ! …on est en train de mettre le feu à la planète ! (Pr Didier Raoult, 27 Octobre 2020).

– « C’est un grand délire mais qui est instrumentalisé par big pharma et aussi les politiciens… C’est une peur qui est organisée pour des raisons politiques et économiques » (Pr Christian Perronne, 31 Août 2020).

– « Il ne s’agit que d’une arnaque mondiale pour générer des profits monstrueux, renflouer les banques et pendant ce temps ruiner les classes moyennes au nom d’une épidémie… rendue destructrice par des mesures liberticides prétendument sanitaires. » (Dr Nicole Delépine, 18 Décembre 2020).

– « Nous avons des preuves médicales qu’il s’agit d’une escroquerie ! » (Dr Heiko Schöning, Juillet 2020).

– « Réfléchissez à ces 2 questions : Le coronavirus est-il créé par l’homme ? Ont-ils essayé d’utiliser pour leurs propres fins et intérêts cette maladie virale ou cette psychose ? » (Alexander Lukashenko, président de la Biélorussie).

– « Il y a une hystérie publique totalement infondée provoquée par les médias et les politiciens. C’est scandaleux. C’est le plus grand canular jamais perpétré sur un public sans méfiance. Ce n’est rien de plus qu’une mauvaise saison grippale. Ce n’est pas Ebola. Ce n’est pas le SRAS ! » (Dr Roger Hodkinson, 13 Novembre 2020).

L’enquête doit viser, entre autres, Bruce Aylward (OMS) et Neil Ferguson (ICL).

5 – Ne suivez plus aveuglément les recommandations de l’OMS et exigez qu’elle soit totalement réformée : Une enquête réalisée en 2016 (l’OMS dans les griffes des lobbyistes) a livré une édifiante radiographie de l’OMS en dressant le portrait d’une structure fragilisée et soumise à de multiples conflits d’intérêts. Cette investigation a montré combien, à l’OMS, les intérêts privés dominent les enjeux de santé publique. Une autre enquête sur l’OMS (Trust WHO) a aussi mis en évidence ces graves anomalies.

6 – Utilisez les mesures reconnues pour la gestion des épidémies : comme les recommandations de lavage des mains, d’éternuer ou de tousser dans son coude, d’utiliser un masque mais uniquement pour les malades et les soignants, isolement des malades, etc. On évalue le degré de gravité d’une épidémie par le taux de létalité, entre autres. Or ce dernier est très faible (0,03 – 0,05%) et il n’y a donc aucune justification pour prendre des mesures non seulement disproportionnées mais aussi non scientifiques.

7 – Responsabilisez les médias : Ils doivent, par exemple, arrêter de parler du coronavirus.

8 – Supprimez l’obligation de tests : Les gens qui incitent à rendre ces tests obligatoires escroquent les gouvernements et visent uniquement des objectifs économiques. Rien dans ce coronavirus (qui est un virus bénin et avec un taux de létalité faible) ne le justifie. La grippe infecte chaque année un milliard de personnes, soit beaucoup plus que le SARS-CoV-2, se propage plus rapidement et comporte plus de populations à risque et pourtant, aucun test n’est exigé pour les voyages.

C’est pour cela que le Pr Didier Raoult a qualifié de « délire » l’affirmation que c’est une maladie grave et a affirmé, le 19 Août 2020, que : « ce n’est pas pire que la grippe« .

« La COVID-19 a un taux de létalité réel similaire à celui de la grippe saisonnière » (Pr John Ioannidis, 17 Avril 2020).

« Rassurez la grande majorité des gens que leur risque de décès ou d’avoir une forme sévère de la COVID-19 est très faible » (Pr John Ioannidis, 22 Avril 2020).

« Vous vous rendez compte ? Aujourd’hui, on est en train de détruire l’économie pour finalement des chiffres qui sont comparables avec des chiffres qu’on a connus avec la grippe ! » (Pr Christian Perronne, 25 Octobre 2020).

9 – Arrêtez les campagnes de vaccination et refusez l’escroquerie du passeport pseudo-sanitaire qui est en réalité un projet politico-commercial :

– « On n’en a aucun besoin [le vaccin] Tout ça, c’est une histoire purement commerciale ! » (Pr Christian Perronne, 16 Juin 2020).

« C’est un vieux principe marketing des laboratoires pharmaceutiques : s’ils veulent bien vendre leur produit, il faut que les consommateurs aient peur et y voient leur salut. Alors, on crée une psychose pour que les consommateurs craquent et se ruent sur le vaccin en question. » (Pr Peter Schönhöfer).

– « En tant que médecin, je n’hésite pas à anticiper les décisions du gouvernement : Il faut non seulement refuser ces vaccins, mais dénoncer et condamner la démarche purement mercantile et le cynisme abject qui ont guidé leur production » (Dr Pierre Cave, 7 Août 2020).

– Le vaccin COVID est « tellement, tellement inutile » (Pr Sucharit Bhakdi, 2 Décembre 2020).

« Je n’ai jamais vu dans l’histoire de la médecine qu’on développe en urgence des vaccins pour vacciner des millions, des milliards d’individus pour un virus qui ne tue plus sauf des personnes à risque qu’on peut identifier, qu’on pourrait traiter. Je n’ai jamais vu un vaccin comme ça sortir du chapeau en deux mois ! Il faut des années !« 
(Pr Christian Perronne, 2 Décembre 2020).

« On va trop vite. S’il y avait une urgence, si aujourd’hui la COVID-19 faisait 50% de morts, je dirais allez on prend des risques, mais là on a un virus qui fait 0,05% de morts et on va prendre tous les risques ! Je sais qu’il y a des milliards derrière. Attention, c’est très dangereux ! »  (Pr Christian Perronne, 2 Décembre 2020).

À la question : « On n’a pas besoin d’un vaccin général pour l’humanité entière avec 0,05% de morts ? », le Pr Christian Perronne a répondu : « C’est une évidence !« .

– Le 30 Novembre 2020 : le Pr Christian Perronne rédige une lettre où il alerte sur le danger des vaccins à base de génie génétique : « Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins », sont des apprentis sorciers et prennent (…) les citoyens du monde pour des cobayes« .

– Le 19 Octobre 2020, dans une correspondance à la revue The Lancet, des scientifiques expriment des inquiétudes et font des mises en garde : « Nous craignons que l’utilisation d’un vecteur Ad5 pour l’immunisation contre le SARS-CoV-2 puisse augmenter de la même manière le risque d’acquisition du VIH-1 chez les hommes qui reçoivent le vaccin« .

– Si les gens acceptent le vaccin, ça sera : « une erreur parce qu’on risque d’avoir des effets absolument imprévisibles : par exemple, des cancers ! On joue à l’apprenti sorcier totalement. Il ne faut pas que l’homme serve de cobaye, il ne faut pas que les enfants servent de cobayes, c’est absolument non éthique. Il ne faut pas qu’il y ait des morts à cause des vaccins » (Pr Luc Montagnier, Virologue et prix Nobel de médecine, 17 Décembre 2020).

– En Suisse, un collectif de 700 médecins et professionnels de la santé a demandé le 15 Janvier 2021 d’interrompre la campagne de vaccination.

– « Je pense que [le vaccin COVID] c’est carrément dangereux. Et je vous préviens, si vous suivez ces recommandations [de vaccination], vous irez à votre perte. » (Pr Sucharit Bhakdi, 2 Décembre 2020).

– Le 30 Décembre 2020 : Réaction 19 (une association française fondée par des avocats avec plus de 60,000 adhérents) informe dans un communiqué de presse qu’elle a déposé une plainte concernant les thérapies géniques Pfizer/BioNTech et Moderna pour : mise en danger délibérée de la vie d’autrui, tromperie aggravée, abus de faiblesse et extorsion aggravée.

– Récemment, plusieurs députés européens ont alerté la population car on leur interdit de consulter les contrats signés avec les laboratoires pharmaceutiques. Cette opacité est la preuve qu’il y a des choses compromettantes qu’ils veulent cacher. Michèle Rivasi, une députée européenne, a même porté plainte.

Pour rappel : en 2009, le laboratoire Pfizer a écopé d’une amende de 2,3 milliards de dollars, la plus grosse amende jamais infligée par la justice américaine à un groupe pharmaceutique. Il a été reconnu coupable de pratiques commerciales frauduleuses.

En 2010 : AstraZeneca écope d’une amende de 520 millions d’euros pour avoir recommandé l’usage non autorisé d’un médicament.

En 2011 : Merck règle une amende de 628,36 millions de dollars pour solder des poursuites au civil intentées par les autorités fédérales et des Etats unis. Elles l’ont été à la fois pour l’utilisation hors des indications autorisées, ainsi que pour de « fausses déclarations sur la sécurité cardio-vasculaire » d’un médicament.

En 2013 : amende de 1,62 milliard d’euros pour Johnson & Johnson pour « la promotion pour des usages non approuvés »comme sûrs et efficaces par la FDA et le paiement de pots-de-vin à des pharmaciens et à des médecins » pour favoriser la vente de trois médicaments.

Vous devez mettre fin à cette arnaque mondiale où les agendas politico-économiques (voire idéologiques) des malfaiteurs sont à la COVID ce qu’était la guerre d’Irak aux attaques du 11 Septembre 2001 (rappel de l’arnaque de la guerre d’Irak : https://youtu.be/miZW_DGjIec).

Ces malfaiteurs manipulent les pays du monde et veulent faire durer l’épidémie le plus longtemps possible pour arriver à leurs fins alors que l’épidémie de COVID aurait dû être déclarée terminée à une certaine période de l’année passée; en effet, en médecine, le seuil épidémique à partir duquel on déclare le commencement et la fin d’une épidémie se situe entre 150 et 200 cas pour 100.000 habitants.

Le président Tanzanien est l’un des rares présidents à avoir compris cela car il a déclaré le 8 Juin 2020 que l’épidémie de COVID était terminée dans son pays.


« L’épidémie est terminée ! » (Professeur Yoram Lass, 2 Juillet 2020).

Dans cette épidémie, le danger n’est pas le coronavirus mais les gens qui l’instrumentalisent et qui sont le vrai virus à combattre.

Le virus est totalement innocent dans ce qui se passe (la pauvreté, les pertes d’emploi, les suicides, les morts, la récession économique, le chômage, etc) et les vrais coupables sont ceux qui ont poussé le monde à utiliser ces mesures et les gouvernements qui continuent d’appliquer ces mesures malgré les alertes et les avertissements.

« La Banque mondiale vient d’estimer que la pandémie de coronavirus a provoqué une augmentation d’environ 100 millions de personnes vivant dans l’extrême pauvreté. Ce n’est pas à cause du COVID-19. C’est à cause des mesures draconiennes que nous avons mises en place. » (Pr Peter Gøtzsche, 1er Décembre 2020).

La discordance et la disproportion entre le niveau de dangerosité du virus et l’importance des mesures prises (qui sont en plus totalement hérétiques) sont tellement flagrantes que ça pousse inéluctablement à la conclusion qu’il y a d’autres objectifs derrière. Il faut être vraiment aveugle ou naïf pour ne pas le voir.

Avec ces mesures qui n’ont rien à voir avec la médecine ou la science, les gouvernements ne sont pas en train de combattre les dangers du virus mais sont en train de combattre les droits fondamentaux de leurs peuples et de détruire leur santé, l’économie, l’éducation, l’écologie, la culture et les autres aspects de la vie.

« On vit une espèce de délire depuis le début ! On vit dans un monde qui est fou ! Les conditions qui ont été prises pour lutter contre cette maladie sont des conditions d’un autre siècle ! Ce n’est même pas du Moyen Age !« 
(Pr Didier Raoult, 7 Décembre 2020).

Le 28 Décembre 2020, Randy Hillier – un député Canadien – écrit sur Twitter ce message accompagné des hashtags : #Nous Vivons Un Mensonge et #En Finir Avec Le Confinement : « Les mensonges et les tromperies liés à la COVID sont terminés. Il faudra des années pour découvrir comment et pourquoi tant de gens se sont laissés berner ».

Ce n’est pas parce que la majorité des pays font la même chose que c’est bien ou que c’est la bonne décision. Le nombre n’est pas un critère pour savoir si les pays ont raison ou pas d’appliquer ces mesures.

Au contraire, de nombreux exemples historiques montrent que la majorité a souvent tort : guerre d’Irak (de rares pays comme la France n’ont pas suivi et avaient raison), H1N1 (de rares pays comme la Pologne n’ont pas suivi et avaient raison), 2e guerre mondiale, etc.

L’accusation de complotisme est la réponse de ceux qui n’ont pas d’arguments et une technique de manipulation des gens car tout ce qu’on a rapporté dans cette lettre, ce ne sont pas des théories du complot mais des vérités et des déclarations faites par d’éminents experts y compris des prix Nobel de médecine.

Cette lettre sera conservée comme preuve que votre gouvernement a bien été averti.

Tout doit revenir immédiatement à l’état normal et cette prise d’otages mondiale doit cesser car vous avez su que vous avez été victimes de la plus grande arnaque sanitaire du 21e siècle.

– Ne faites pas l’erreur de sous-estimer notre lettre ou de l’ignorer.

Voici 2 exemples de ce qui se passe lorsqu’un gouvernement fait cette erreur :

Malgré les alertes de plusieurs experts sur le danger du Dengvaxia (vaccin contre la dengue), le gouvernement Philippin a décidé en 2016 de lancer une campagne de vaccination qui s’est terminée, plus tard, par un scandale d’état.

En effet, selon le bureau de la Procureure [sic] Persida Acosta, 500 enfants sont décédés à la suite de ce vaccin et plusieurs milliers sont malades. Pour la Procureure, les responsabilités se partagent entre le laboratoire qui a vendu « un vaccin dangereux » et le gouvernement qui a mis en place une campagne de vaccination « massive et indiscriminée« , dans des conditions déplorables.

Ce vaccin s’annonçait pourtant comme un triomphe planétaire ; en 2015, Sanofi confirmait en grande pompe la mise sur le marché d’un vaccin révolutionnaire contre la dengue. C’était une première mondiale, le produit de 20 ans de recherche et 1,5 milliard d’euros d’investissements.

Pourtant dès le début, des voix se sont élevées dans la communauté scientifique : le Dr Antonio Dans a tenté d’alerter sur les résultats non concluants des premiers essais cliniques.

Aux Etats-Unis, le Pr Scott Halstead, un spécialiste mondialement reconnu de la maladie, qui s’inquiétait, a même envoyé une vidéo diffusée au Sénat du pays en question pour l’exhorter à suspendre le programme de vaccination.

L’ancienne Ministre de la Santé du pays en question a été inculpée dans ce scandale. « C’est l’appât du gain qui a tué ces enfants« , estime la Procureure Persida Acosta.

Le 2e exemple est celui du scandale du vaccin H1N1 qui a été acheté par plusieurs pays malgré les alertes du Dr Wolfgang Wodarg, Président de la Commission Santé de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, qui dans une proposition intitulée « Fausses pandémies : une menace pour la santé » a dit :

« Pour promouvoir leurs médicaments brevetés et leurs vaccins contre la grippe, les sociétés pharmaceutiques ont influencé les scientifiques et les autorités responsables des normes de santé publique, afin qu’ils alertent les gouvernements de la planète. Ils les ont incité à gaspiller des ressources – déjà peu abondantes – destinées aux soins de santé en faveur de stratégies de vaccination inefficaces, exposant ainsi inutilement des millions de personnes en bonne santé au risque d’effets secondaires non connus de vaccins n’ayant pas été suffisamment testés ».

Il a eu totalement raison puisque, plus tard, le vaccin a fait, rien qu’en Europe, 1500 victimes de narcolepsie dont 80% d’enfants à tel point que le 24 Novembre 2013, le ministre des Affaires sociales de la Suède, Göran Hägglund, s’est dit prêt à présenter des excuses publiques aux victimes du vaccin contre la grippe A.

On ne peut pas tout vous dire dans cette lettre, c’est pourquoi il faut que vous consultiez très attentivement les documents suivants car tout ce qu’on vous a dit y est détaillé et argumenté et parce que vous allez découvrir d’autres choses que vous ignorez et par lesquelles vous serez même choqués :

1 – Message d’alerte international de professionnels de santé aux gouvernements et aux citoyens des pays
du monde entier : https://drive.google.com/file/d/1UPxykKuN1FwXg4maglilaguhBzxDiLLO/view

2 – Qu’est-ce qui s’est passé lors de l’épidémie de H1N1 : https://youtu.be/F24PBF04E2w

3 – COVID (faits inconnus, pays qui ont refusé, rôle des médias, objectifs, conséquences, responsables) :
https://youtu.be/vvqhwG3EYfU

4 – Masques, confinement, distanciation sociale, traçage : https://youtu.be/-syi8rf0_Fc

5 – La vérité sur les tests et les dangers de la vaccination : https://youtu.be/P8DYlMorF5o

6 – Les 7 actions que les gouvernements du monde doivent mettre en oeuvre :
https://youtu.be/cvis4hPZTAE

Toutes les informations des documents ci-dessus sont scientifiques, sourcées et vérifiées (sources à la fin du 1er document et dans la description des 5 vidéos).

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer nos salutations respectueuses.

Le collectif international :
United Health Professionals


Nos noms et nos professions (à partir de la page 19) :
https://drive.google.com/file/d/1hghf8Bh3AIUi5HxrnPA8FZeQqo77e_xN/view
(Courriel : join.unitedhealthprofessionals@gmail.com)


Sources :
1 : https://www.lci.fr/replay/video-le-brunch-de-l-info-du-dimanche-27-septembre-2020-2165685.html

2 : https://www.dailymotion.com/video/x7yr0oz


3 : https://www.thesun.co.uk/news/13718024/china-trick-world-into-lockdown-open letterr/?
utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=sharebarweb

4 : https://www.illustre.ch/magazine/manquons-recul-face-aux-potentiels-effets-indesirables-vaccins

5 : https://twitter.com/j_bardella/status/1351932253576818690

https://twitter.com/dupontaignan/status/1350095404474327047
https://twitter.com/DocteurGonzo4/status/1351778258753355777

https://www.france24.com/fr/20090903-le-laboratoire-pfizer-ecope-dune-amende-23%C2%A0milliards-dollars (censuré)

https://www.lemonde.fr/economie/article/2009/09/02/une-amende-de-2-3-milliards-de-dollars-pour-pfizer_1235011_3234.html

https://www.lemonde.fr/economie/article/2010/04/28/astrazeneca-ecope-d-une-amende-de-520-millions-d-euros-aux-etats-unis_1343983_3234.html

https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/merck-debourse-pres-d-un-milliard-de-dollars-pour-solder-le-scandale-vioxx_1054000.html

https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/medicament/amende-record-de-162-milliard-deuros-pour-le-laboratoire-americain-johnsonjohnson (page effacée)

7 : https://www.facebook.com/261835320624052/videos/1240827799610762/

Source : ReseauInternational.net/

II

II Le gouvernement oublie le Code de Nuremberg et la Convention d’Oviedo ?

de : mediazone.zone.fr.com.

Les médias n’en parlent pas mais dans toute l’Europe on assiste à une levée de boucliers des personnels soignants qui refusent les menaces, les pressions et le chantage des gouvernements sur « l’obligation » de la vaccination pour le corps médical et paramédical. Cela en dit long sur la méfiance des médecins vis à vis des vaccins, des laboratoires pharmaceutiques et des gouvernements.

Eric Montana

Que cache l’obstination de ce gouvernement ?

Les médias n’en parlent pas mais dans toute l’Europe on assiste à une levée de boucliers des personnels soignants qui refusent les menaces, les pressions et le chantage des gouvernements sur « l’obligation » de la vaccination pour le corps médical et paramédical. Cela en dit long sur la méfiance des médecins vis à vis des vaccins, des laboratoires pharmaceutiques et des gouvernements.

Dans l’un des plus grands hôpitaux de Rome, un groupe de 13 médecins refusant de servir de cobayes ont été menacés de licenciements. Cette bataille déterminera le succès improbable ou l’échec probable de cette campagne de vaccination refusée par l’ensemble des peuples européens puisqu’à ce jour les populations vaccinées oscillent entre 2 et 2,7% des individus, malgré une campagne d’intox et de propagande jamais vue dans l’Histoire de la médecine.

Cette lettre ouverte adressée au Ministre Véran, au Président Macron, au Premier Ministre Castex, à l’Assemblée Nationale, au Sénat et aux autorités de santé par le Docteur A. UMLIL de l’hôpital de Cholet est après l’ultimatum lancé par le collectif United Health Professionals une nouvelle preuve quece gouvernement s’obstine dans l’erreur.

Monsieur Olivier VÉRAN,

Ministre des solidarités et de la santé,

République Française,

Copie adressée à :

Monsieur le Président de la République, Emmanuel MACRON ;
Monsieur le Premier ministre, Jean CASTEX ;
L’Assemblée nationale ;

[au]

Sénat ;
la haute autorité de santé (HAS) ;
l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Depuis quelques jours, un projet, visant à rendre « obligatoire » la vaccination contre la Covid-19 pour les « soignants« , semble se profiler.

La vaccination est un acte médical. La décision de se vacciner, ou non, relève du colloque singulier qui unit la personne à son médecin ; médecin traitant notamment. Les échanges enregistrés dans ce cadre sont protégés, de façon absolue, par le secret professionnel médical.

Sans présumer de ma décision personnelle, ce projet, pour le moins inattendu, appelle de ma part les observations suivantes que je souhaite vous transmettre dans la présente lettre ouverte ; à tort ou à raison.

En l’espèce, les conditions, notamment juridiques, requises par une telle « obligation » ne sont pas réunies.

Un tel projet heurte plusieurs dispositions du droit interne et externe, dont celles occupant le sommet de la hiérarchie des normes, qui protègent notamment l’intégrité physique, la vie et le consentement libre et éclairé de toute personne humaine. Le corps humain, la volonté de la personne et la dignité humaine sont hautement protégés par le droit ; y compris après la mort.

Le corps humain est une valeur sociale protégée par le Code pénal, notamment.

La protection du corps humain constitue le principe ; l’intervention médicale n’est que l’exception soumise à des conditions strictes consacrées par le droit et la jurisprudence.

Il ressort de notamment vos propres affirmations, des documents publiés par la haute autorité de santé (HAS) et par l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), que le rapport bénéfice/risque des vaccins contre la Covid-19 n’est pas encore bien connu.

Pas plus tard que le 18 février 2021, vous avez confirmé qu’aucun pays européen n’a pu apporter la preuve que ces vaccins permettent de prévenir les formes « graves » de cette maladie. Il n’est pas démontré, non plus, que ces vaccins empêchent la « transmission virale« .

Vous avez renouvelé ces doutes dans vos écritures adressées les 22, 25 et 26 février 2021 au juge des référés auprès du Conseil d’État (cf. Ordonnance du 3 mars 2021, n°449759). Ce juge a d’ailleurs relevé les informations, pour le moins inexactes et contradictoires, qui ont été diffusées auprès du public par les autorités sanitaires. Et plusieurs autres questions sont toujours en suspens.

Devrait-on se vacciner, par la force, pour éviter un « rhume« ; ou mieux encore, se vacciner alors que de nombreuses personnes n’ont aucun symptôme clinique : elles ne sont pas malades ?

Il y a lieu de rappeler également que ces autorités officielles, et notamment la HAS et l’ANSM, n’hésitent pas à promouvoir le « mésusage » de ces vaccins en recommandant des pratiques en décalage avec l’autorisation de mise sur le marché (AMM) elle-même.

Ces vaccins ne bénéficient d’ailleurs que d’une AMM « conditionnelle » qui est, par nature, incompatible avec ladite « obligation » que certains voudraient imposer, de façon brutale, aux soignants.

Ce qui se passe actuellement, en France notamment, pourrait s’apparenter à de la recherche biomédicale : des essais cliniques chez l’Homme (femme et homme) qui sont menés en dehors du cadre strict réservé à cette expérimentation. Celle-ci est pourtant censée précéder ladite mise sur le marché d’un médicament tel que le vaccin. Des essais cliniques « sauvages » organisés, de façon officielle, par une AMM conditionnelle ?

Certains auraient déjà oublié quelques enseignements de l’Histoire. Et notamment ceux qui ont conduit au déclin de la Loi. En effet, l’Histoire a pu révéler qu’une loi peut être de nature délictuelle voire criminelle.

Devrait-on accepter, par la contrainte, que notre corps soit le siège d’un pari biologique, d’une roulette vaccinale ?

Certains auraient déjà oublié le Code de Nuremberg et la Convention d’Oviedo.

Eu égard aux éléments de preuve en ma possession, et aux faits observés sur le terrain et dont j’ai été le témoin direct, je peux vous exprimer mon doute sur la validité du consentement qui a été « recueilli«  notamment auprès de certaines personnes et en particulier des personnes vulnérables telles que les personnes âgées.

En effet, l’information diffusée, en violation de plusieurs règles dont celles régissant la publicité sur les médicaments, n’est ni claire, ni loyale, ni appropriée. Ce consentement pourrait s’avérer « vicié » : il aurait été « fabriqué » faute de pouvoir le recueillir de façon libre et éclairé. Ces méthodes pourraient relever notamment du « dol« .

Ce « dol » est la malhonnêteté qui vise à induire autrui en erreur afin de le pousser à donner son « consentement« . C’est une erreur provoquée de façon délibérée par le professionnel du domaine qui détient les informations portant sur les qualités essentielles du produit. Mais, si ce « dol » altère le caractère « éclairé » du consentement, la « violence« , elle, porte atteinte à la « liberté » dudit consentement.

Avec éclat, ce projet « d’obligation » vaccinale exprime cette « violence » qui vient contraindre la personne, en l’espèce le soignant, à accepter de s’administrer un produit insuffisamment évalué. Cette contrainte est accentuée par la menace de la révocation de l’agent public qui refuserait de s’administrer ce qu’un juge pourrait pourtant qualifier de « produits défectueux » ou de « substances nuisibles« .

Dans l’un de vos Tweets, vous soutenez ceci : « Se faire vacciner, quand on est soignant, c’est une question de responsabilité. C’est se protéger soi-même, et c’est aussi protéger ceux que l’on soigne« . Mais, la responsabilité commence d’abord par appeler des méthodes d’évaluation indépendante des médicaments (vaccins) fondées sur les preuves ; par une information claire, loyale et appropriée ; par un recueil du consentement libre et éclairé ; et non par des comportements qui pourraient relever du dol ou de la violence notamment.

Vous semblez d’ailleurs brusquement méconnaître l’efficacité d’une alternative à ladite vaccination : l’efficacité des « mesures barrières » dont vous avez fait la promotion depuis plusieurs mois.

De façon infiniment accessoire, il est, pour le moins, surprenant de constater comment quelques personnes osent donner des leçons à des professionnels de santé dont certains ont un « bac + 15 » au moins. Quelle arrogance ! Quel manque de respect ! Quel mépris… En ce qui me concerne, mon parcours me rend apte à analyser, par moi-même et de façon indépendante, le dossier d’évaluation d’un médicament (vaccin). Je suis aussi en mesure de juger, sans l’intervention d’un tiers, ce qui est bien pour ma santé.

Le « paternalisme médical » relève d’une époque révolue. Il s’est effacé depuis au moins 2002.

Ce projet « d’obligation » vaccinale contrevient également à la Résolution 2361 qui a été adoptée, le 27 janvier 2021, par le Conseil de l’Europe sous le titre « Vaccins contre la covid-19 : considérations éthiques, juridiques et pratiques« .

Il contrevient à notamment l’article 7.3.1. : « de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est PAS [écrit en MAJUSCULES dans le texte] obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement » ; et à l’article 7.3.2. : « de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner« .

La simple évocation de ce projet « d’obligation » vaccinale signe aussi, presque mécaniquement, une trahison de l’engagement donné par le Président de la République, Monsieur Emmanuel MACRON.

Ce projet « d’obligation » vaccinale me semble donc être une faute juridique, morale, éthique et politique notamment.

La liste des distorsions est longue. Mais, ces quelques éléments ci-dessus rappelés suffisent à démontrer le caractère, pour le moins, anormal de notamment ces menaces qui ciblent régulièrement les professionnels de santé en pareilles circonstances. Ces violences sont prescrites au niveau politique et médiatique. Leurs motivations paraissent étrangères au bien-être physique, mental et social que toute personne est en droit d’espérer.

 Ces faits viennent confirmer encore davantage la réflexion publiée, le 7 juin 2020, dans le journal Le Point sous le titre « TRIBUNE. Ce qui est refusé au professeur Didier Raoult est permis à d’autres« .

« Vaccins contre la Covid-19 : le pharmacien réduit à un simple distributeur automatique ? » est une autre réflexion publiée le 17 février 2021.

Par ces motifs non exhaustifs qui vous sont soumis, je vous demande donc de bien vouloir faire en sorte que le corps d’un soignant puisse bénéficier du même respect que celui accordé à toute personne humaine.

Le corps d’un soignant ne saurait être considéré, par « l’obligation« , comme une « poubelle« .

Je vous prie de bien vouloir recevoir, Monsieur le Ministre des solidarités et de la santé, l’expression de mon profond respect.

Docteur Amine UMLIL
Pharmacien des hôpitaux, praticien hospitalier
Juriste (Droit de la santé)
Extrait du Curriculum vitae (C.V.)

Source : https://ctiapchcholet.blogspot.com/

III

NB C’est l’État d’Israël lui-même qui est traîné en Justice (internationale, La Haye) sur ce sujet en ce moment, pour non respects des accords de Nuremberg (suite aux procès du même nom) concernant les expérimentations médicales. C’est, si je puis dire, le serpent du Mal qui se mord la queue.

La toute première recension de «Vanessavirus», de Gabriel Matzneff

Publié le 10 mars 2021 par defensededavidhamilton

Mai 1990, avec un article sur « Gabriel Matzneff, un libertin en question »

Dans son numéro  de mai 1990 (voir image, plus haut), le Figaro Magazine publiait un article sur « Gabriel Matzneff, un libertin en question« .

Ici, c’est l’amateurisme qui sera mis en question.

« Mis au ban de la société française,  je ne voulais pas, je ne pouvais pas disparaître avant d’avoir murmuré quelques mots à l’oreille de Vanessa« , faisait dire Libération à Matzneff dans un article paru le 2 février 2021 (source: https://www.liberation.fr/culture/livres/matzneff-cynique-jusquau-bout-20210202_6VDKSTEX4ZHU5EG6Q3GBDIXJ5I/)

*

« Dans quelle mesure tout ceci est-il un canular organisé, ou pas? Et organisé par qui? Et jusqu’à quel point? » me demandent plusieurs messages adressés à ce blog. Les questions affluent!

Le livre, soigné par certains aspects, « comporterait-il quelques imperfections techniques?« , me demande Monsieur J.M., de Paris.  « Tout un petit commerce serait-il en train de se mettre en place autour de Vanessavirus? Plus d’un lecteur, ayant sans doute acquis le texte par simple curiosité (voire pour lucrer), serait donc pressé de s’en débarrasser? » m’interroge à son tour Monsieur D.G.

La « grande » presse a prétendu faire des recensions de ce livre. Or, à mon humble avis, la grande presse n’a encore jamais lu Vanessavirus. Moi (moi qui depuis mon enfance ai toujours aimé parler de choses que je sais, et que je sais pour les avoir étudiées, je me réfère par exemple ici à mon enquête sur les circonstances de la mort de David Hamilton), je l’ai lu.

Voici donc, sur le blog « En défense de David Hamilton », la toute première recension de Vanessavirus. Avec des informations qui ne se trouvent – à cette heure – publiées nulle part ailleurs.

L’ouvrage (imprimé, c’est ce que certains affirment, en Italie et qui sait, à Bordighera?) a été publié « aux dépens d’un amateur« . La formule, on le sait, est une formule consacrée. Elle a été utilisée par les plus grands écrivains.

Quand on déclare imprimer un livre à (seulement) deux cents exemplaires, on peut s’attendre à ce que ce soit un bel objet, destiné aux bibliophiles.

Voici pour commencer, alors, à l’intention de ceux qui s’entendent d’imprimerie – j’ai été éditeur – quelques  remarques purement techniques. Vanessavirus, de ce point de vue, est un livre assez soigné, par de nombreux aspects. Il a des rabats (les livres à rabats, de nos jours, se font rares). Ses dimensions sont : 15 cm x 22 cm.  Il n’est pas « coupé » (ce que je suggérais déjà, il y a quelques jours, sur ce blog). L’achevé d’imprimer est accompagné de sa numérotation. Le papier est, pour le dire ici en italien, de type « martellato / vergato« . C’est un fort joli papier qui, cependant, est peut-être légèrement trop transparent.

Dans le haut des pages (tout comme sur la tranche du livre), on aperçoit des marques qui sont un peu regrettables. En typographie, on appelle « trente-deuxième » le format des livres qui sont obtenus en pliant une grande feuille de papier cinq fois de suite afin d’obtenir 32 dépliants, chaque feuille donnant un total de 64 pages. Le livre de Matzneff, notamment sur la page de garde (comme je l’ai dit dans un précédent article, elle reproduit exactement la couverture, sobre et sans la moindre illustration), présente des marques (dans le vocabulaire italien de la typographie: la tacca, l’incavo, l’intaglio) visibles, trop visibles. Ces marques pourraient provenir – selon moi – de l’air que soufflent les machines au moment du pliage du trente-deuxième. J’espère que ces détails techniques n’ont pas été fastidieux pour les lecteurs de ce blog. Mais l’imprimeur serait-il un imprimeur… un peu trop amateur?

Le livre compte 85 pages et le premier chapitre commence à la page 9. L’incipit du livre est: « J’ai survécu au Coronavirus. Je ne survivrai pas au Vanessavirus« . Les deux mots affublés d’une majuscule.

Ce à la suite de quoi Gabriel Matzneff, malade, évoque le moment où le Seigneur le rappellera à Lui (avec majuscule, encore, à Lui), tout en envisageant les conditions nécessaires à sa « réhabilitation posthume », après qu’il sera mort, craint-il, anathématisé. Ce qui est, hélas, fort probable. Tout comme David Hamilton est mort anathématisé. J’ai regretté (j’en ai dit deux mots rapides dans mon roman Mon coeur sur l’échiquier) que Gabriel Matzneff n’ait d’ailleurs pas dit, à l’époque, un seul mot sur David Hamilton. Il y a malheureusement, on le sait depuis longtemps, un grand manque de solidarité parmi les anathématisés. Pour quelque raison qu’ils aient jadis été anathématisés.

Le début de « Vanessavirus » (Gabriel Matzneff, 2021)

Gabriel Matzneff parle de lui à la première (voire à la troisième) personne et, à la fin des 85 pages, le ton n’a jamais guère changé. L’ouvrage s’achève en effet par ces mots:  « Avec Vanessavirus se clôt ma vie d’artiste ; s’accomplit mon destin« .

Je dirai simplement, pour l’heure, avant de revenir sans doute dans les prochains jours ou les prochaines semaines à une analyse plus détaillée de l’ensemble, qu’il me semble que c’est là faire beaucoup d’honneur à Vanessa Springora. Peut-être peut-on dépendre affectivement d’une jolie jeune fille, quand on a  quarante voire cinquante ans. Mais à 85 ans, et alors que la demoiselle aussi a vieilli?

Parfois touchant,  souvent instructif, et ayant avant tout le très grand mérite de faire entendre un autre son de cloche, qui a  bien plus de bronze que celui de Vanessa Springora, on retrouve tout ce qui fait Matzneff: un texte travaillé avec le plus grand soin, un joli style (parfois un peu alambiqué), et les habituelles obsessions d’un égotiste de talent mais répétitif.

Vanessavirus – livre apparemment écrit en 2020, fort mince, divisé en chapitres numérotés et sans titres a été publié aux dépens d’un amateur. Amateur est un très beau mot. David Hamilton se définissait – s’en souvient-on? – comme un photographe amateur. L’amateur est celui qui aime.

Matzneff ne démontre-t-il cependant pas exagérément… d’amateurisme, s’il se plaît et semble se complaire à faire dépendre son destin de cette dénonciation qu’est, en somme, le Consentement?

Olivier Mathieu

IL NOUS MENT !

Avé l’assengt du Midi, à primeu !

P’TIT FRANÇAIS …

Plusieurs fautes d’orthographe traînent dans les sous-titres – comme ailleurs sur ce blog – mais là je n’y peux rien.

SUR LE FRONT JUDICIAIRE

Audience imminente !

Lucien CAVELIER

Marseille, France

1 mars 2021 — 

Chers signataires [de la pétition « Nous soutiendrons les médecins qui attaquent E​.​Philippe, A. Buzyn et O. Véran en justice », 541.342 signatures à ce jour],

Aujourd’hui, je vous fais parvenir des informations importantes. 

Comme vous le savez depuis ma mise à jour du 26 novembre, je suis engagé dans la plateforme d’action collective nommée MySMARTcab. J’avais décidé d’en parler dans la pétition compte-tenu de la nature des actions visées par ce collectif et qui pouvaient intéresser les signataires de la pétition. 

Avant Noël donc, Me. Christophe Lèguevaques et Me. Arnaud Durand, avocats au barreau de Paris, intentaient une action en référé probatoire afin d’obtenir les preuves d’une mauvaise gestion de la crise sanitaire. Cette procédure exploratoire devait permettre, le cas échéant, aux requérants de poursuivre les responsables et les coupables.

L’audience au tribunal de ce référé probatoire qui était fixée initialement au mardi 12 janvier a été reportée au mercredi 3 mars, c’est-à-dire dans deux jours !

Pour rappel, l’action en référé probatoire permet de rassembler des informations, des preuves et de solliciter des expertises, notamment informatiques. Les éléments rassemblés permettront à des juges indépendants et impartiaux de statuer sur les éventuels manquements et fautes civiles, administratives, voire pénales, des organismes publics et parapublics.

L’audience aura donc lieu au Tribunal Judiciaire de Paris, le mercredi 3 mars à 9h00. Je vais faire le déplacement de Marseille afin de pouvoir y assister. 

Pour celles et ceux qui seraient disposés à s’y rendre, l’audience est ouverte au public. Sinon, pour celles et ceux qui veulent suivre en direct l’audience à distance, je propose d’en faire un compte rendu en direct tout au long de l’audience sur mon compte twitter.

Dans tous les cas, un compte-rendu total sera fait sur la pétition dans la semaine.

Pourquoi cette audience peut vous intéresser et pourquoi j’ai décidé de vous en faire part ici ? 

En se concentrant sur la période du 1er janvier au 30 juin 2020, MYSMARTcab a rassemblé trois séries de questions qui sont à l’origine des différentes demandes de communication de pièces. Les avocats se sont aidés de divers documents et notamment la chronologie que j’avais réalisé au mois d’avril et qui avait rencontré un grand succès


Série 1. Les masques – Comprendre l’absence des masques liée à un changement de « doctrine » suivi d’aucun accompagnement ou d’aucune vérification. Comprendre comment la France a pu tout à la fois voir disparaître cette industrie et s’installer volontairement dans une situation structurelle de manque de masques, ce qui a placé les professionnels de santé et les résidents en EHPAD ou de ESMS dans une situation de risque voire de mise en danger de leur vie. Dans le même temps, vérifier les informations relatives à la destruction de 300 millions de masques par les autorités publiques et à l’apparition opportune d’autant de masques commercialisés par la grande distribution. » 

Série 2. Choix thérapeutique ou tri des malades – De nombreux témoignages, y compris devant la représentation nationale, font état d’un tri des malades sur des critères non pas thérapeutiques mais discriminatoires (âgisme, validisme…).

Série 3. RIVOTRIL et suspicion d’euthanasie – Certains soignants et certains syndicats dénoncent l’injection de RIVOTRIL, un sédatif puissant, afin d’éviter une hospitalisation jugée superfétatoire et entrainant irrémédiablement le décès des personnes soumises à ce traitement, sans qu’elles aient donné leur accord ou sans que les familles en soient informées. L’incompréhension fait place au soupçon lorsque l’on apprend que certaines personnes placées sous RIVOTRIL étaient simplement suspectées d’être contaminées par le SARS-Cov-2. Cette situation met en évidence le manque de tests qui ont conduit certains professionnels à décider en aveugle, faute de certitudes sur le diagnostic.

En résumé, cette audience est destinée à nous donner des réponses sur le scandale des masques, le scandale du tri des malades faute de moyens pour soigner tout le monde et sur les suspicions de délivrance du médicament Rivotril pour éviter d’hospitaliser les personnes âgées, faute de lits pour tout le monde. 

Allons-nous enfin toucher de près la vérité et sortir des responsables du placard ? 

Ce sont des questions fon-da-men-tales ! 

C’est en tout cas ce que nous espérons avec MySmartCab qui a convoqué pour l’audience la Direction Générale de la Santé, l’ARS Ile-de-France, la Haute autorité de la santé, l’AP-HP, l’Agence Santé Publique France, la Direction Générale des Douanes,le groupe Leclerc et Carrefour et plusieurs EHPAD.

Début de réponse mercredi 3 mars à 9h au Tribunal Judiciaire de Paris.

Rendez vous sur twitter et n’hésitez pas à donner vos avis en commentaires ↓

*

NB (JPF) On pourrait ajouter refus gouvernemental de traiter les malades :

– voir la « publicité » officielle qui a été récurrente pendant des semaines sur les chaînes de télévision : vous avez de la fièvre, etc. restez chez vous, prenez du doliprane et si au final vous avez du mal à respirer alors rendez vous à l’hôpital. C’est-à-dire trop tard pour certains .

– voir le scandale du retrait de la chloroquine, placée dans la catégorie des produits toxiques, dès janvier 2020, et donc son interdiction à l’usage médical !

QUELQUES PRÉCEPTES DE SÉNÈQUE LE JEUNE PARFAITEMENT APPLICABLES À NOTRE TEMPS

Quelques-uns sont tenus en servitude, un plus grand nombre y tiennent.

Tu cesseras de craindre en cessant d’espérer. La crainte et l’espoir qui paraissent inconciliables sont pourtant étroitement unies.

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.

*
Le coupable est celui à qui le crime profite.

Le coq est roi sur son fumier.

Personne ne peut porter longtemps le masque.

Celui qui n’empêche pas un crime alors qu’il le pourrait s’en rend complice.

*
Pour surmonter les obstacles, fait appel à la raison.

Le langage de la vérité est simple.

Les globalistes vont avoir besoin d’un virus plus létal au fur et à mesure que la fraude économique sera exposée

Par Brandon Smith − Le 4 février 2021 − Source Alt-Market

Il est de règle générale que les économies corrompues ont tendance à fonctionner sur des croyances et non sur des fondamentaux. Et pour être clair, ce n’est pas tant une question de foi naïve, que le système soit stable ou fonctionnel. Non, il s’agit plutôt de la conviction des masses que la corruption et l’instabilité ne seront jamais éradiquées. La plupart des gens ne sont pas aussi stupides que l’establishment, et les banquiers centraux, ne le pensent. Presque tout le monde sait que le système est brisé, ils refusent simplement d’envisager la possibilité que la fraude soit remise en question ou qu’on la laisse faillir.

Le vieux mantra « too big to fail » est un mensonge. Rien n’est trop grand pour faire faillite, et cela inclut l’économie américaine, le dollar et le théâtre Kabuki élaboré qui les maintient tous deux à flot. Il suffit d’un seul instant, d’une révélation que le système du schéma de Ponzi est non pas imparable mais insoutenable.

Je me souviens en particulier de la crise inflationniste de l’Argentine en 2001 – 2002.

L’économie argentine était fortement dépendante des entrées de capitaux étrangers, et sa monnaie était ancrée au dollar américain, sans parler du fait qu’elle dépendait de façon précaire du soutien du FMI. Le FMI a ouvertement validé le gouvernement argentin et son modèle d’ancrage de la monnaie, mais les entrées de capitaux étrangers ont commencé à diminuer et l’ancrage est devenu insoutenable. Sans une croissance tangible du secteur manufacturier et une classe moyenne forte, une économie ne peut pas survivre longtemps. Un système en perte de vitesse basé sur des « produits financiers » illusoires et une comptabilité créative est condamné à s’effondrer à terme.

Il a suffi que le FMI critique les politiques qu’il avait initialement approuvées et annonce qu’il supprimait l’aide financière, et l’enfer s’est déchaîné en Argentine.

Presque du jour au lendemain, le peso argentin a plongé, les taux d’intérêt ont grimpé en flèche et l’inflation a frappé fort. Les gens sont descendus dans les rues et des troubles civils ont éclaté. Le FMI admettra plus tard qu’il a commis des « erreurs » dans sa gestion de la situation argentine, mais il s’agissait simplement d’un dégât contrôlé destiné à les protéger d’un examen plus approfondi. Le FMI a évité la plupart des reproches et est devenu depuis une monstrueuse machine de centralisation globale.

Je pense que nous assistons au début d’une fin similaire de la foi massive dans la fraude aux États-Unis. La récente crise de liquidité liée à Robinhood ainsi que le découplage actuel du prix de l’argent physique et de sa valeur sur le marché des ETF papier ont accéléré le calendrier. Il n’est pas surprenant que ces mesures aient forcé l’establishment à intervenir dans une certaine mesure pour de facto empêcher les opérateurs renégats d’investir librement. Les accusations fusent et le blocage des position s’en est suivi en censurant les investisseurs sur leurs plateformes informatiques. L’idée que le système est une fraude, mais fonctionne, a disparu ; le monde sait maintenant qu’il s’agit d’une fraude dysfonctionnelle, et l’effondrement ne saurait être très loin.

En outre, la collusion entre les banques, les fonds spéculatifs et les grandes entreprises technologiques a été révélée de manière flagrante. Ces relations sont censées rester cachées dans l’éther. Elles sont évidentes pour toute personne ayant des connaissances et un sens financier, mais elles ne sont pas censées être manipulées au grand jour. Les conspirateurs ne sont pas censés admettre la conspiration ? N’est-ce pas ?

Certains pourraient dire que l’establishment a été forcé de se démasquer suite à l’action d’activistes. Peut-être. Mais, comme je le dis depuis de nombreuses années, lorsque les criminels commencent à admettre ouvertement leurs crimes, c’est probablement parce qu’ils pensent qu’il est trop tard pour que quiconque puisse faire quoi que ce soit.

Le fait est que les banquiers et les globalistes ont des moyens d’éviter d’assumer la responsabilité des catastrophes qu’ils provoquent. Lorsqu’une escroquerie éclate, ils ont toujours des boucs émissaires pour porter le chapeau.

Cela crée une dynamique viciée dans laquelle les élites financières qui ont construit l’économie comme une bombe à retardement sont traitées comme des victimes – ou des héros – et les personnes qui disent la vérité sur la fraude sont traitées comme des méchants et des criminels. Les activistes des marchés boursiers et les guérilleros des marchés de l’argent sont-ils responsables de toute crise qui pourrait éclater dans un avenir proche ? Non, bien sûr que non, mais ils seront quand même blâmés.

Cela dit, les récits de propagande et les boucs émissaires ne suffiront peut-être pas à sauver les banquiers cette fois-ci. Ils ne permettront jamais qu’un crash financier majeur se développe dans le vide. Ils ont besoin d’une plus grande couverture et ils doivent avoir les moyens d’enfermer le public pour éviter que les troubles civils ou la rébellion ne débordent sur leur terrain. Je soupçonne depuis longtemps que la pandémie de Covid est un outil utile à cet égard. Comme je l’ai noté dans mon article « Comment une pandémie virale bénéficie à l’agenda globaliste », publié en janvier 2020 :

Même si une pandémie ne tue pas un grand nombre de personnes, elle perturbe toujours les voyages internationaux, elle perturbe les exportations et les importations, elle perturbe le comportement des consommateurs et les ventes au détail, et elle perturbe le commerce intérieur. Si elle tue un grand nombre de personnes, et si la réponse du gouvernement chinois peut être une indication quelconque, elle pourrait entraîner la loi martiale globale. Avec de nombreuses économies, y compris l’économie américaine, déjà dans un équilibre précaire entre une dette historique et une demande en chute libre et une intervention inutile de la banque centrale sur le marché des mises en pensions, il y a peu de chances que le système puisse résister à un tel tsunami…

Comme nous le savons tous, la loi martiale médicale au nom de la « santé publique » est mise en place dans la plupart des pays, quel que soit le taux de mortalité réel. Les divagations globalistes insensées du Forum économique global et de Klaus Schwab ont été très révélatrices ; Schwab et d’autres élites ont même qualifié la pandémie d’« occasion parfaite » pour exécuter leur programme du « Grand Reset ».

Cependant, les globalistes sont hautement faillibles et des erreurs de jugement ont été commises. Au cours du jeu de guerre sur la pandémie, « Event 201«  à propos d’une épidémie de coronavirus – qui s’est commodément tenu deux mois avant que la vraie ne se produise – les élites avaient prévu au moins 65 millions de décès initiaux dans le monde à cause d’un tel virus. Nous sommes à un an de la pandémie et nous sommes loin d’un tel taux de mortalité. En fait, le taux de mortalité est si faible (0,26 %) que le public commence à se rendre compte que les mandats de confinement sont inutiles.

Aux États-Unis, les États conservateurs vont de l’avant et maintiennent leurs économies largement ouvertes. La moitié de la population refuse de se faire vacciner, et de nombreux membres des forces de l’ordre refusent de mettre en œuvre des politiques de confinement dur. Je ne pense pas du tout que c’est ce à quoi les globalistes s’attendaient. Ils avaient besoin d’une peur de masse et ils sont confrontés à un défi de masse.

Ils vont avoir besoin d’une menace plus importante, ou d’un virus plus important.

C’est pourquoi je n’ai cessé de répéter que le discours de redémarrage économique, tenu par Biden et d’autres Démocrates sera de très courte durée. J’ai prédit qu’après quelques mois de calme relatif, Biden tentera un confinement fédéral similaire aux confinements de niveau 4 utilisés en Europe et en Australie. J’ai basé cette prédiction sur le récit de la « mutation » du covid qui est actuellement diffusé par les grands médias et les copains de l’establishment comme Anthony Fauci. Il n’est pas difficile de voir où cela nous mène.

Les globalistes doivent avoir la possibilité « légale » de restreindre les mouvements du public ainsi que les grands rassemblements, et ils doivent avoir la possibilité de surveiller les individus 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 grâce à la recherche des cas-contacts. C’est la seule façon d’empêcher la rébellion contre le « Grand Reset » et la montée de la colère due à la tourmente économique. Le voile a été levé, la conspiration est largement diffusée. La loi martiale seule ne ferait qu’inspirer davantage de dissidence, la tyrannie médicale au nom du désir de « sauver des vies » est le SEUL jeu des globalistes. Ils doivent recevoir l’aide d’une grande partie de la population, et doivent donc maintenir l’apparence d’opérer à partir d’une position morale élevée.

L’histoire de la mutation du virus de la Covid-19 est clairement la prochaine pièce, et les économistes de Bank of America semblent être d’accord avec moi. Ils ont récemment déclaré qu’ils ne voient guère d’optimisme en termes de réouverture de l’économie, et que les confinements durs reviendront, peut-être en mars ou avril.

Un autre facteur à prendre en compte est que le krach économique devra bientôt atteindre un sommet, car Joe Biden loge désormais à la Maison Blanche. Si le krach se produit à court terme, les investisseurs militants peuvent être blâmés, Trump peut être blâmé, et les conservateurs et les militants de la liberté peuvent être blâmés. Si le krach se produit dans un an ou deux, seuls Biden et les globalistes seront blâmés.

Sans confinement et sans boucs émissaires, le scénario se terminera très mal pour les globalistes. Il pourrait de toute façon se terminer mal pour eux. Préparez-vous à plus de chaos d’ici leprintemps ; je soupçonne que les élites se désespèrent, et si elles permettent à l’Amérique de revenir à la normale et à la pandémie de se terminer en gémissant, elles n’auront plus jamais l’occasion de faire leur précieux Reset.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

LOGIQUE MACRONIENNE

Au Jeu des 66 millions de gogos … question hyper-fastoche :

Qui a dit, il n’y a pas bien longtemps, à propos de je ne sais quoi – sans doute en rapport avec la dictature euro-nationale que l’on subit :

« Ce n’est pas parce que ça ne fonctionne pas, que c’est un échec » ?

On dirait un bout de texte d’Audiard, ou la réplique qu’aurait pu donner Chevallier à Laspalès déclarant : « Y en a qu’ont essayé… ils ont eu des problèmes. »

Eh, ben ! La réponse est simple : c’est le pervers narcissique et accessoirement (tragi-)comique de l’Élysée. N’oublions pas qu’il a débuté très jeune dans la comédie, pour ne pas dire dans la farce (et attrape) en compagnie de sa détourneuse de mineur, enseignante chez les Jésuites.

Tout ça pour dire qu’en voilà d’une logique à paradoxe très jésuitique.

CHEZ LES FRANCHOUILLARDS, ON A TOUS RENCARD. ET PAS QUESTION DE NOUS METTRE AU RANCART. (petit billet d’humeur)

Un responsable de centre d’accueil « bisounours » palois (je ne sais plus trop si l’on doit dire « palois » ou « palé ») a été tué à coups de couteau par un allogène soudanais juste un peu énervé, un « demandeur d’asile » (la presse) déjà condamné deux fois en 2017 par la Justice et qui devait être prochainement (mais apparemment pas très rapidement) expulsé de fRrance.

(C’est un autre genre que le mécontent également allogène, celui-là mélophobe, qui a brûlé il y a quelques mois (entre autres) les grandes orgues séculaires de la cathédrale de Nantes. Merci à l’évêché de sa bêtise mondialiste qui a jugé bon de donner les clefs de la cathédrale à vraiment n’importe qui.)

Enfin, ouf ! Un moment j’ai eu peur, j’ai cru lire sur la gazette qui m’informait (c’était l’Immonde) que le soudanais aurait été un « immigré clandestin ». Que nenni ! Selon le langage ampoulé du temps (largement lancé dans les années quatre-vingt par les «  »socialistes » ») ce n’était qu’un « demandeur d’asile ». Qui plus est pas du tout un tueur, mais un « agresseur présumé » qui finalement n’a tout simplement pas respecté les gestes barrières. Et pas même un « terroriste », nous dit la feuille mondialiste (je parle de l’Immonde). Finalement le mort, quant à lui, a eu toutes les chances du monde. En effet, l’autochtone est tout simplement mort en assassiné assuré, et très probablement par manque de complaisance. Et puis, il n’a pas été terrorisé, quel bonheur !

(Enfin quand j’écris « autochtone », je n’en sais rien finalement).

Mais est-ce un assassinat ou un meurtre, ou un simple geste de mauvaise humeur ? Je pencherais pour la dernière solution. Les Africains sont parfois un peu impulsifs, ce sont de grands enfants ; il ne faut pas trop leur en vouloir, c’est dans leurs gènes, de plus ils ont beaucoup souffert autrefois de l’esclavagisme. Ils ont donc toutes les circonstances atténuantes.

Un « agresseur présumé » de plus, si je peux dire, sur la longue liste des faits divers, pour ne pas dire de la délinquance mortelle. Mais ce n’est pas grave, les Français semblent le mériter.

Il est vrai qu’il faut être fieffément raciste pour laisser entendre que cet homme du Soudan ne pourrait pas faire un bon petit Français. Les Français valant plus que tripette à l’aune de la collaboration (active ou passive) avec un gouvernement mondialiste, savent parfaitement reconnaître les valeurs sûres et universelles de l’humanité.

Que cela rajoute une couche à nos propres déboires nationaux n’est pas le problème, alors même que la fRance ignore ses propres pauvres et miséreux nés natifs, de plus en plus nombreux qui eux, très certainement méritent leur triste sort. Et qui ont la décence, diront certains, de se suicider sans bruit, ni esclandre.

Qui ne voit pas la chance pour la fRance que d’avoir autant de racaille autochtone ou extra-nationale du bas (celle du haut, on la connaît, c’est celle qui nous « dirige »). Qui ne voit pas qu’elle a l’avantage de donner du boulot à la Police, à la Justice et incontinent… à des responsables de centres d’accueil.

***

Tiens à propos de gueux (ou soupçons de gueux) français : devant le petit centre commercial où je me suis rendu ce matin, se tenaient assis trois « jeunes à chien » munis de masques « sanitaires » asphyxiants. Et tous les jours, il m’arrive de croiser dans des rues quasi désertes des jeunes munis de ce même masque grotesque, que je me trouve contraint d’utiliser dans les lieux publics clos.

(D’ailleurs, est-ce bien légal de se cacher le visage dans la rue, ou pire dans une banque, comme les voleurs de grand chemin d’autrefois ? N’est-ce pas pire qu’un dit voile islamique ?)

Enfin, qu’attendre d’un tel pays où les « rebelles » sont des pantins, et les jeunes de plus en plus dénués d’un quelconque esprit de révolte. On peut dire tout le mal que l’on veut des soixante-huitards dégénérés, mais on ne peut contester que ce qui se passe actuellement relève d’une folie financiéro-technologiste qui n’aurait pas tenu une seconde, et même n’aurait pas été envisagée et envisageable dans les années soixante du siècle dernier.

Quand un peu plus d’esprit de liberté collective dirigeait le Monde.

Je ne crois pas du tout être hors sujet pour l’occasion en renvoyant à ce lien :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2021/02/19/fille-de-quinze-ans-lassus-aux-epoques-barbares-ou-lattouchement-suivait-le-baiser-horreur/

Elle n’est pas belle la fRANCE ?

QUAND LE TRON PREND SON PIED

L’ancien secrétaire d’Etat et maire UMP de Draveil, Georges Tron, aurait profité de séances de massage de pieds [sic] qu’il proposait à ses collaboratrices pour leur imposer des attouchements et des pénétrations digitales [resic]. Les faits auraient régulièrement eu lieu lors de scènes de « triolisme » avec son adjointe Brigitte Gruel. (les gazettes)

Finalement accusé de viol en réunion et d’agression sexuelle dès 2011, par deux anciennes collaboratrices, il vient de prendre – après une affaire précédemment close en 2013 – cinq ans de prison en appel dont trois fermes.

« Des pénétrations digitales, » ce sont étonnés certains ! Aurait-il mis sa clé usb dans la fente d’un ordinateur qui ne lui appartenait pas ?

L’une des deux plaintes n’a cependant pas été retenue « faute de preuves d’absence de consentement. »

Donc apparemment il serait licite de forniquer dans les locaux d’une mairie tant qu’il y a « consentement ».

Voilà le Tron au trou – non, non, pas le même, un autre – après avoir confondu un pied – tout en prenant le sien – avec ce qui ne se faisait pas.

Mais de la taule, fera-t-il pour de vrai ou pour du beurre ?

Une jeune informaticienne ridiculise la triche de la Maison Blanche

Ceci est un condensé d’article du site Éloge de la Raison Pure

Publié le 2 février 2021 par François Roby

Pour avoir tous les détails techniques et les références complètes voir :

https://aitia.fr/erd/author/erdadmin/

Il y a encore des gens qui croient que le tandem Biden/Harris a gagné à la régulière l’élection présidentielle américaine. Si si, ne riez pas. Et qui croient même qu’ils l’ont fait grâce à leurs idées “progressistes” face au vieux macho réac raciste et populiste qu’est Trump, soutenu par des néo-nazis (même si c’est Biden qui a un lourd passé de citations racistes derrière lui et si c’est encore Biden qui a trempé avec son fils junkie Hunter dans le coup d’État néo-nazi de 2014 en Ukraine).

Ce sont les mêmes qui soutiendront encore que les réunions de campagne désertes de Biden prouvaient juste le caractère responsable de ses électeurs en pleine pandémie covidienne, tandis que la foule rassemblée par Trump à chacun de ses déplacements était le signe du fanatisme de ces extrémistes incapables de s’incliner devant la Science1 et ses grand-prêtres, ayant déclaré la nécessité des règles de distanciation sociale.

Pourtant, de plus en plus de monde voit bien que quelque chose ne tourne pas rond à la présidence des USA, ne serait-ce qu’en raison du nombre d’avis négatifs recueillis par chaque vidéo publiée sur la chaîne YouTube de la Maison Blanche, toujours largement supérieur au nombre d’avis positifs. Étonnant pour un président triomphalement élu ayant pulvérisé les records de voix !

Oui mais… c’est en réalité bien pire que cela.

Des internautes attentifs ont remarqué que les comptages des votes négatifs avaient tendance à redescendre régulièrement ; il est certes possible pour tout un chacun de changer un vote initialement négatif en vote positif, mais le caractère systématique de ces “purges” d’avis défavorables avait, à l’œil nu, un aspect éminemment suspect. C’est alors qu’une jeune informaticienne, Zoe Phin, décida d’écrire un petit programme pour collecter automatiquement les statistiques de toutes les vidéos publiées par la Maison Blanche (nombre de vues, “likes” et “dislikes”) au cours du temps, toutes les 80 secondes pendant 24h.

Le résultat est sans appel et, présenté sous forme de graphiques, assez hilarant. Que des gens puissent être confortablement payés pour faire ce genre de triche digne d’un cancre d’école primaire, et qu’ils puissent le faire en espérant que cela ne se verra pas, en dit long sur la “qualité” du personnel politique en question.

Je vous propose ci-dessous la traduction de son article, qui à la rigueur pourrait s’en passer (c’est très visuel) mais j’ai pitié pour les allergiques à l’anglais.

——— Début de la traduction ———

J’ai vu des captures d’écran de YouTube modifiant les préférences des vidéos de la Maison Blanche. J’ai décidé de faire moi-même une analyse approfondie. J’ai écrit un script pour vérifier les statistiques vidéo toutes les 80 secondes pendant 24 heures – pour toutes les vidéos sur la chaîne YouTube de la Maison Blanche.

Les données collectées sont archivées ici et ici . Le format est « CSV » séparé par des espaces, comme suit : VideoURL UnixTimestamp Date,Time Views Likes Dislikes

1VideoURL UnixTimestamp Date,Time Views Likes Dislikes

Voici un exemple de la manipulation la plus flagrante :

Certaines vidéos [mal-aimées du public] ont été supprimées en quelques minutes !

[…]

Le total des mentions “J’aime” (likes) + “Je n’aime pas” (dislikes) était supérieur au nombre de vues dans certains cas. Bien que cela semble impossible, YouTube met à jour les vues plus lentement, de sorte qu’elles ne reflètent pas les vues réelles du moment.

[…]

Il est donc possible que les “likes” et les “dislikes” s’accumulent alors que les vues restent les mêmes. Mais finalement, le nombre de vues rattrape son retard pour mieux coller à la réalité.

L’enregistrement de toutes les suppressions de “dislikes” est archivé à cette adresse : https://pastebin.com/raw/F4ELDc4R.

Grand Total -130321

130 000 “dislikes” ont été supprimés en 24h !

Et c’est pour le président américain le plus populaire de tous les temps !

Enjoy 🙂 -Zoe


Mise à jour :

Le fuseau horaire des graphiques correspond à l’UTC (Londres). Avez-vous remarqué l’énorme baisse à 06 heures (1 h 00 de l’Est des États-Unis) ? La plupart des travailleurs s’endorment à ce moment-là. Coïncidence ? Je crois que non.

[…]

—––— Fin de la traduction ——–—

La guerre actuelle, qui est mondiale, est bien une guerre de l’information. Une guerre que le peuple, à terme (“We The People”, pour reprendre les termes de la Constitution américaine) ne peut que gagner, car une infime minorité de tricheurs, même très bien payés, ne peut rien face à l’intelligence collective d’une humanité en train de s’éveiller. Ce qui ne signifie pas que tous les humains sont intelligents et vertueux, mais qu’il en existe un nombre largement suffisant pour que, lorsqu’ils sont connectés entre eux, ils démasquent aux yeux de tous les menteurs et tricheurs.

L’information descendante, c’est fini.

[…]

  1. À propos de science… il semble que le Dr Fauci ait du souci à se faire si des journalistes et des scientifiques intègres continuent à se pencher sur les origines de l’épidémie. Mais c’est une autre histoire.

[…]

  1. Francis dit : 3 février 2021 à 9 h 46 min Bonjour François,
    votre excellent article soulève de nombreuses questions intéressantes. En voici deux par exemple.
    1] Est ce qu’une tricherie aux élections présidentielles françaises vous parait possible ?
    2] A votre avis, le Covid 19 a t il été sorti délibérément d’un laboratoire ? Si oui par qui ? Merci Bien à vous
    Francis Répondre
    1. François Roby dit : 3 février 2021 à 13 h 06 min Bonjour Francis, Ne me remerciez pas, tout le mérite revient à Zoe Phin. Pour répondre à vos questions : 1) Une triche est évidemment possible, mais moins facile qu’aux USA où le système électoral est une vaste blague. En France on doit au moins prouver son identité pour voter ! Par contre, à partir du moment où vous contrôlez les données des votes vous pouvez faire ce que vous voulez… d’où l’insistance de certains à pousser à l’utilisation de machines de vote, sous prétexte de “modernisation”. Or malgré les démentis des media de grand chemin c’est bien de cette façon que la fraude a été réalisée à grande échelle aux USA, les méthodes “traditionnelles” (faire voter les morts, faire voter des personnes plusieurs fois ou leur suggérer le “bon” candidat contre une récompense…) manquant d’efficacité pour contrer le raz-de-marée des partisans de Trump. On n’est pas au bout des révélations ! Pour ceux qui connaissent l’anglais je conseille cet article de Patrick Byrne : https://www.deepcapture.com/2021/01/how-djt-lost-the-white-house-chapter-2-was-there-foreign-interference-in-this-election-you-make-the-call/ Son site DeepCapture regorge de révélations sur ce qu’est vraiment le “marais” washingtonien… et ce n’est pas tendre pour certains proches de Trump, notamment Giuliani ! Par contre Flynn et Powell semblent des valeurs sûres à ses yeux. 2) Ça je n’en sais rien, et il sera extrêmement difficile de prouver le caractère délibéré éventuel d’un tel acte. On peut toujours déguiser un crime en accident ! On peut tout de même remarquer que de plus en plus de gens “sérieux” parlent ouvertement d’acte de guerre bactériologique (ou plutôt virologique dans ce cas précis), comme le général McInerney aux USA : https://rumble.com/vcwd2x-les-rvlations-dun-ancien-militaire-sur-la-crise-actuelle.html Et McInerney n’est pas n’importe qui : https://en.wikipedia.org/wiki/Thomas_McInerney C’est un très haut gradé qui était en poste directement auprès du président et du ministère de la défense américains.

[…]

Réflexions du jour concernant notre possible avenir féodal, à l’aune des « expériences urbano-sociales » naissantes des États « démocrates » états-uniens.

Il arrive des États-Unis des informations qui devraient nous inquiéter, car en général la caste financiéro-économico-politico-médiatico-culturo-artistico-dégénérée française dominante, où si l’on préfère la bourgeoisie « libéralo-libertine-progressiste » en France, singent les « States » (sic) avec une décennie de retard.

Un exemple parmi d’autres de singeries (mes excuses aux singes), celle qui a consisté dans le domaine de la psychiatrie à ériger, en nouveau dogme ascientifique et d’autant plus branché, le trop fameux « traumatisme mémoriel » comme j’en ai déjà parlé plusieurs fois ici ; et dont certains et certaines abusent encore, alors même qu’une bonne part du milieu de la psychiatrie rejette l’usage pseudo-thérapeutique et délétère de ce concept et ce qu’il sous-tend comme dogmatisme freudien primaire dénué de sens.

Mais ce n’est pas de psychiatrie dont il est question cette fois-ci, encore que l’on peut se dire que ceux qui se lancent dans ce genre de nouveauté ont certainement un gros grain au ciboulot. De supériorité délirante et de foi imbécile scientiste et technologiste. Et de néo-esclavagisme satisfait.

On a appris ces derniers jours que le Nevada, État de trois millions d’habitants tenu actuellement par lesdits « démocrates », avait un projet grandiose.

Il consisterait à vendre de grands ensembles de terres dont on suppose qu’elles appartiennent à l’État (après les avoir volées autrefois ou, dit autrement, achetées contre quelques barils de whisky aux autochtones amérindiens – spoliation et dégénérescence alcoolique, double profit pour les colons) à de grands groupes du domaine de la technologie. J’allais ajouter « de pointe », mais c’est inutile tout le monde comprend bien qu’il s’agit évidemment des domaines de la micro-technologie (électronique, bio-chimie, etc.)

Uniquement de grands groupes d’ailleurs, ayant un certain niveau de chiffre d’affaires, ou de bénéfices. Par exemple, suivez mon regard, les GAFAM et pourquoi pas les entreprises du BigPharma. Avec évidemment, en arrière-plan, toute la racaille financière internationale, ou pour le moins mondialiste occidentale que l’on commence à bien connaître et que l’on subit actuellement dans l’arnaque politico-économique de ladite « pandémie de corona-virus, Covid-19 ».

Donc ce projet aurait pour but de créer, sur des fonds totalement privés, des villes également totalement privées et finalement gérées par ces entités privées ; villes auxquelles on a déjà trouvé un nom générique : VILLES INTELLIGENTES. Rien de moins ! Ce qui est amusant quand on sait que, par ailleurs, la principale ville du Nevada est Las Vegas,

Ces villes nouvelles auraient toutes les prérogatives d’un comté public. Tenir impôts, légiférer dans leur domaine, rendre la justice, ouvrir des écoles, etc. Je suppose que s’y retrouverait tout le gratin des suprémacistes technologistes « démocrates » (très généralement blancs d’ailleurs). Des États-comtés privés, avec donc toutes leurs ribambelles de comtes, comtesses, barons et baronnes, chevaliers et chevalières… sans oublier, bien sûr, la valetaille féodale.

Sans entrer dans les détails (et les exceptions), on peut rappeler que le comté (county) est l’autre grande subdivision administrative des États-Unis avec les États. Il existe actuellement plus de 3000 comtés ou assimilés dans le pays. Chaque comté regroupe généralement plus d’une ville ou municipalité. Sa superficie moyenne est du quart de la superficie moyenne d’un département français pour une population moyenne de… moins de 25.000 habitants. Mais il y a des grandes disparités entre les comtés. On peut dire, sans trop se tromper, que plus le comté est peuplé (grandes villes) moins il a de superficie ; et réciproquement, moins il est peuplé et plus il est vaste.

Il est bon de noter au moins les choses suivantes:

– il existe déjà des villes qui sont « hors comté » comme Carson City au Nevada, sa capitale, ce qui fait qu’il n’y a pas d’intermédiaire entre elles et leur État ;

– depuis des années et des années, il existe, sinon des villes, du moins des quartiers (on pourrait dire des « lotissements », mais ce mot ne fait pas assez « rupin » pour les désigner), situés généralement en périphérie des (grandes) villes américaines, qui sont quasiment fermés aux non-habitants. Ghettos chics.

Entourés de clôtures, munis de gardiens, d’une entrée surveillée jour et nuit, où tout le monde se connaît dans l’entre-soi des classes aisées ou moyennes. Sur la même idée de base que les cités fortifiées du Moyen-âge d’où sont sortis un jour, au-delà des métiers et corporations, les gens de l’industrie et de la finance pour prendre le pouvoir sur la noblesse plus terrienne ;

– depuis l’élection de Trump (et peut-être même avant), mouvement qui s’est considérablement accéléré depuis l’émergence de cette histoire de corona-virus, ce sont des centaines de milliers, disons, de « conservateurs », pour employer un terme parlant, qui ont fui les États et les grandes villes les plus hystériquement « démocrates » (et technologistes) et « masquistes » genre Californie ou New-York, pour des États plus ruraux ou pour des villes plus petites à dominante « républicaine ».

Ce qui commence à poser des problèmes financiers à ces États « démocrates » déjà généralement sur-endettés ; ce qui est moins le cas des États « républicains ». On a vu récemment la gouvernance de la Californie, voisine du Nevada, lancer l’idée que les personnes qui quitteraient l’État ou qui auraient déjà quitté l’État devraient continuer de payer des impôts dans leur État d’origine !

– plus qu’une simple anecdote, il est dit que le plus grand propriétaire foncier privé des États-Unis serait, comme par hasard, Bill Gates. Certes, on ne prête qu’aux riches. Mais cela irait bien dans le sens de cette idée de villes d’un type nouveau de propriété. Des villes privées se gérant elles-mêmes !

Ce projet de « villes intelligentes » sous contrôle intégral de la micro-technologie et de la finance idoine, serait donc un « plus » par rapport aux quartiers chics super-protégés. Car ces quartiers sont bien plus des dortoirs de luxe que des lieux de production et de décision. C’est également un moyen habile de se désengager pour des États sur-endettés. Privatiser une portion de l’État, mais en marchant toujours plus dans l’idéologie frelatée d’un « progrès » à la sauce « démocrate ».

« Villes intelligentes » qui au final, et par un retour curieusement « progressiste » de l’Histoire, ramèneraient au temps où les rois ou autres grands nobles accordèrent par des chartes (vers les XIIe et XIIIe siècles en France) une autonomie, derrière leurs remparts, aux villes qui furent alors administrées par des structures municipales et dirigées de fait par les ploutocrates et autres grands bourgeois locaux.

Par certains côtés, ces « villes intelligentes » auraient plus de pouvoir par rapport à leur État, que les cités moyenâgeuses par rapport à la royauté d’alors. On peut déjà dire qu’elle battrait en partie monnaie et tiendrait une bonne part de la finance virtuelle (qui deviendra la seule monnaie de demain si les peuples laissent faire), sans oublier l’aspect essentiel (dans la tête de ses cloportes) relevant de la bio-technologie et de la bio-chimie, tant dans le domaine du « sanitaire » que de l’alimentaire (OGM) ou du climat (voir tous ces projets délirants de vouloir dompter le climat par des procédés relevant de la physique). Moi, j’ajoute que c’est toujours la Nature qui gagne et que peu lui en chaut d’exterminer l’espèce humaine.

J’allais oublier d’évoquer une Police privée et pourquoi pas une sorte d’armée interne autonome. *

J’essaye d’envisager les États-Unis de demain avant leur explosion finale, guerres civiles et sécessions. Car j’ai du mal à voir comment pourra tenir sur le long terme un tel écart entre disons le pays « traditionnel » et le pays « futuriste ».

Comment pourrait se résoudre, en particulier par l’intermédiaire d’un certain nombre d’idiots utiles des deux extrêmes, très minoritaires (prurit d’ados très généralement mâles?), cette réalité plus qu’émergente ?

Il semble établi que les deux camps sont de force sensiblement égales. Et qu’ils ne recoupent qu’imparfaitement l’opposition « démocrates » / « républicains » (les autres options politiques sont noyées sous la masse aux États-Unis). Ni strictement dans l’opposition Blancs / non Blancs (je mets dans non Blanc aussi bien le Latino que le Noir, l’Amérindien, le Métis, le Jaune, etc.)

Il faudrait déjà pouvoir connaître le vrai du faux. Par exemple à cette heure, personne ne sait encore ce qui s’est réellement passé dans le « débordement » au Capitole en début d’année.

Indifférents à la réalité, les dits Black Bloc (à ne pas confondre avec BlackRock, la super-finance) et autres Anti-fa (qui aux États-Unis comme en France d’ailleurs, relèvent de plus en plus, du moins en apparence, quand ils ne sont pas manipulés de l’intérieur, d’un esprit « anarchiste » totalement dégénéré lui aussi, d’une obsession « antifasciste » malade et elle-même fascisante, et d’une absence totale de thèses politiques), les Black Lives Mater (les vies noires comptent) et autres veulent tout brûler ou tout briser ; comme ils l’ont fait pour des statues, monuments publics, bâtiments publics, lieux de culte et petit commerce des centres-villes, ces mois derniers.

À tout prendre les milices de l’autre bord, Proud Boys etc. semblent nettement plus discrètes et beaucoup moins destructrices.

Plus de Trump, le « facho », mais on ne veut pas de Biden non plus, alors même que ce dernier se met à genoux devant le communautarisme et l’immigrationnisme totalement débridé. Curieux tout ça. Vaste problème de slogans mal digérés !

Si bien que certains commentateurs ont été jusqu’à suggérer que détruire le petit commerce par la violence ne pouvait être que bénéfique pour les gros. Et complémentaire de la destruction du petit commerce par les décisions imbéciles (ou sournoises) décidées dans le cadre de la tragi-comédie covidienne. Comme on la connaît et subit chez nous.

* Un parallèle serait à établir avec l’Union Européenne qui tente d’éliminer les États-Nations au profit des régions. Mais parallèle « inversé », si l’on peut dire, puisque aux États-Unis, la visée est que ces « villes intelligentes » mènent la société, alors qu’en Europe les régions seraient tout simplement vassalisées au mondialisme.

IMPRESSION MATINALE

Rue au quartier, à force d’y passer
Tout s’efface au vent froid
D’un début de printemps perdu, précoce :
Âmes de morts et de vivants lassés
De gloser dans l’effroi
Sur un antan dont n’en démord la cosse.

DANS LE TEMPS

Mon vieux quartier « n’est plus (la forme d’une ville
Change plus vite, hélas, que le cœur d’un mortel) ; » 1
Ses champs, bâtis perdus s’en vont en remords tel
Qu’un chemin englouti fuit sa marche civile.

Les mimis haut perchés au-dessus du vieux mur, 2
L’ancien puits, le figuier, par les hommes… trahis,
Le ruisseau du creux noir aux arbres ébahis
De mémoire et de nuit : tout défunta, trop mûr. 3

L’aubépine du temps a piqué, jusqu’au ciel,
Le goéland fidèle et la mauve d’antan, 4
Le rouge-gorge à vif qu’une âme encore entend.

Je devise, en esprit, l’autrefois substantiel, 5
Avec l’ombre des gens que je n’ai pu tenir ;
« C’est un ébranlement de tous mes souvenirs. » 6

NOTES :
1 – Vers bien connus du poème Le Cygne de Baudelaire.
2 – Mimis, un des noms vernaculaires des chatons de saule ou autre.
3 – Défunter : mourir, décéder (vieilli ou régional).
4 – Mauve : nom régional maritime de la mouette, ou de certaines variétés de mouette.
5 – Autrefois est un adverbe qui est également employé substantivement.
6 – L’un des vers du recueil Le Livre de mélancolie de Paul Mariéton (A. Lemerre, Paris, MDCCC XC VI).

LE RAV DYNOVISZ ÉBLOUI PAR LA LUMIÈRE DIVINE !

Au bord de l’énoncé blasphématoire,
Le messianique suprémaciste Rav Dynovisz inquiet se lâche sous le sceau de sa kippa :
Les dirigeants israéliens ont failli. Ils feraient partie du complot mondialiste ou plus exactement seraient à la solde du mondialisme « démocratique » occidental.
(Un peu comme les Juifs du commun, esclaves sous Pharaon ?).

Oui ! Et qui plus est : ça ne serait pas nouveau !
De plus en plus étrange.
En voilà du révisionnisme !

Parmi d’autres éléments de critique acerbe, dont la gestion catastrophique du corona-virus en Israël et la raison même de cette crise « sanitaire », il a déclaré tout de go dans une vidéo :

« Il nous aura fallu des dizaines d’années pour nous rendre compte, à nous aussi, que le gouvernement d’Israël était à la solde de tous les gouvernements mondiaux occidentaux et faisait partie d’un groupe de conspiration qui n’était pas différent, ici, de ce qu’il est en France, ou de ce qu’il est ailleurs. »

Pour information

Pour qui s’intéresse aux (fortes) suspicions de fraudes aux élections américaines de novembre 2020, et qui semblent être moins nouvelles que récurrentes, surtout depuis le développement de l’informatique, du vote électronique et l’envolée exponentielle du vote par correspondance, on trouve ici le rapport (en anglais seulement) de l’avocate Sidney Powell:

https://www.sidneypowell.com/

https://www.sidneypowell.com/election-evidence-2020

FRANCE SOIR MOBILISATION CONTRE LA CENSURE

Soutien à France soir : Mobilisation contre la censure.

Collectif Citoyens Covid a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron (Président de la République française.) et à 6 autres

LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ET LA LIBERTÉ DE LA PRESSE ONT BESOIN DE VOUS. Pour aider le journal France Soir, pour la liberté de la Presse, la liberté d’expression des citoyens, des médecins, des scientifiques, et notre liberté à nous tous,  merci de soutenir et de partager cette pétition.

Après les médias et le syndicat des journalistes, c’est au tour de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, de tenter de discréditer et d’intimider le journal France Soir en demandant un réexamen de son certificat d’information politique et générale.

Depuis le début de cette pandémie, France Soir et de nombreux citoyens ont participé aux débats nés de cette crise, en cherchant à comprendre par eux-mêmes et non par les canaux autorisés de la voix officielle que sont les Médias Main Stream. Ce travail a pour objectif de proposer aux citoyens une autre lecture de l’information, une autre analyse de la gestion de la crise Covid-19.

Cette initiative a permis de démontrer que nombre de décisions prises par nos dirigeants ne reposaient pas sur des critères scientifiques, mais relevaient de choix politiques et idéologiques : interdiction de prescrire, dénigrement des médecins qui proposaient des stratégies thérapeutiques, dénonçaient les mesures liberticides et alertaient sur les conséquences à long terme…

France Soir a en effet mis en lumière les contradictions et le côté hautement arbitraire des décisions prises par les Autorités politiques et sanitaires (autorisation du Remdesivir, interdiction de l’Hydroxychloroquine interdite sur la base d’une étude frauduleuse, mauvais usage des tests PCR, non prise en compte de différents traitements précoces, propos approximatifs sur les masques, respirateurs, vaccins).

Xavier Azalbert, le directeur de la publication, n’a rien d’un complotiste, ni d’un conspirationniste.* Son intention n’a jamais été de désinformer, bien au contraire : devant les contradictions et les approximations scientifiques relayées par les Médias Main Stream et les médecins de plateaux télé, il a pris le parti de la science, de l’information collaborative et citoyenne. Il a découvert, en offrant ce support à la libre expression de médecins, de chercheurs, de scientifiques, que les investigations, les doutes, les hypothèses émis par ces citoyens étaient bien souvent plus pertinents et rigoureux que toutes les analyses à l’emporte-pièce érigées en vérités péremptoires par les Médias Main Stream.

Bien sûr, il est arrivé que des opinions personnelles exposées dans France Soir aient pu être biaisées par des informations non fondées, comme cela se produit dans tous les médias. Xavier Azalbert est un citoyen, amoureux de la liberté et de la démocratie. Même s’il n’adhérait pas à toutes les tribunes publiées, il estimait devoir donner la parole à des experts, légitimes de par leur profession, dont la parole apportait un contrepoint à celle des membres du Conseil Scientifique dont les positions, peu lisibles, sont parfois entachées par des conflits d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques.

Les Médias Main Stream, et maintenant l’exécutif, tentent de résumer le travail de France soir à quelques tribunes dont le contenu relève d’une opinion personnelle, et dont ils scrutent les erreurs pour discréditer l’ensemble du travail effectué depuis décembre 2019. Si le pouvoir exécutif devait s’attaquer à tous les médias ayant relayé des informations approximatives ou erronées, Libération, Le Monde, l’AFP, BFM, LCI, TF1 etc , devraient alors urgemment, au regard de leur position dominante, faire l’objet d’une enquête.

Rien de ce qui n’a été publié par France Soir ne représente un danger pour la démocratie, ni ne va à l’encontre de l’intérêt de la France et des français.

C’est pourquoi nous sollicitons votre engagement citoyen, votre attachement à la liberté d’expression, votre exigence de vérité quant à la gestion de cette crise. en soutenant France Soir.

Merci de signer cette pétition, de la diffuser. Il en va de notre Démocratie, de la liberté de pensée et d’expression.

Le Collectif Citoyen @citoyencovid

* … dans le mauvais sens des termes.

Pour signer, c’est ici :

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-soutien-%C3%A0-france-soir-mobilisation-contre-la-censure

* * *

Bravo France Soir

Je signe pour la liberté d’expression, contre la pensée unique, totalitaire, obscurantiste ; et pour la Vérité qui ne peut naître que d’un débat réellement démocratique.

Libérons-nous de cette dictature !

INTÉRESSANT EXTRAIT D’ÉMISSION DE LA TÉLÉVISION ITALIENNE DATANT DU 16 NOVEMBRE 2015

QUAND FLAVIE S’EMMÊLE DANS SON ALBUM PHOTO

Dans le feuilleton des vrais et faux violés, il en est une qui ne manque pas une occasion de la ramener, alors même qu’il n’a jamais été établi qu’elle ait été autrefois réellement violée. Pourquoi devrait-on la croire sur parole ? C’est Flavie Flament qui remonte encore au créneau. Il est vrai que la spécialiste française d’un viol non établi (ce qui l’a rendue experte en ce domaine – le non établi – puisqu’elle a été chargée de mission «sous les socialos », ces grands compétents en tout) fait à nouveau parler d’elle, cette fois encore sur Instagram en son site Flamentoff (pour rappeler qu’elle s’est dégagée de Flament un jour ? Avec un off anglais, comme on a les festivals in et les festivals off ?).

Elle sort sa romance habituelle et son « violée à treize ans « , oublié (grotesque!) jusqu’à l’âge de quarante ans et ressurgi grâce au pouvoir manipulateur de Gourion, son gourou de la «théorie» délirante de l’oubli dû au « traumatisme mémoriel ». Ce qui a entraîné au moins indirectement la mort de David Hamilton et qu’elle se soit fâchée avec toute sa famille au sens le plus large.

Pour faire pleurer encore un coup et un peu plus dans les chaumières des naïfs et des gogos (son dernier livre L’Étreinte manque-t-il de lectrices et de lecteurs ?), elle agrémente son propos somme toute banal par le rappel encore une fois de son supposé viol (dont la Justice ne saura jamais rien) et par une photographie prétendant illustrer ses treize ans.

C’est celle-ci :

Là, je crois que tu exagères un peu Flavie, cette gamine à barrette faisant des bulles de savon n’a pas même dix ans, a-t-elle au moins sept ans ? qui est à ce qu’on dit l’âge de raison. Et encore l’âge de l’innocence. Mais pas l’âge de la conscience de tous les inhumains dangers humains ?

– Ici tu nous montres une Poupinette. Une des filles de l’Ogre de l’histoire du Petit Poucet.

– Me voici donc contraint de ressortir l’une des photographies de tes treize ans environ, celle du temps où Poupette se changeait en Flavie nubile :

Cela me fait penser à ce texte de Jean-Roger Caussimon où il disait : « Voilà qu’ la fille prend du corsage… » (in Paroles de l’aïeul).

On peut noter que la Flavie adulte naissante apparaît maquillée sur la photographie, ce qui était fortement inhabituel pour David Hamilton, tellement inhabituel qu’il ne photographiait jamais de filles maquillées.

Si l’on fait passer la photo en noir et blanc, cela devient assez évident :

Elle s’était présentée comme ça chez lui, et il avait consenti, amusé peut-être, à la photographier quand même ?

Encore un point de la petite histoire flavienne éclairci, non ?

L’ANNALE DES ÉCOUVILLONS (extrait)

L’annale du viral, pas Lalanne Francis !

Sur ce blog il y a quelque temps, reprenant une idée du blog en Défense de David Hamilton, ainsi que d’un dessinateur facétieux, on avait déjà évoqué « en toute utopie » la possibilité qu’un jour on devrait voir apparaître sur le marché des tampons anaux, pour empêcher potentiellement le virus (je dis le virus, je ne précise même plus lequel) de se répandre indûment et irresponsablement en autant de corono-flatulences (ou tu lances pas).

Et bien c’est fait. En Chine, les cas les plus exposés au corona-loufoque (c’est le mot) ont la consigne de finir en Bibendum explosif (attention au méthane !) en recourant justement à des tampons anaux ! Où va se nicher la dinguerie ? Pas bien haut, toujours. À un mètre de la tête comme aurait pu dire Desproges.

Mais on vient de trouver encore mieux dans le délire : on peut voir sur des photos venant de Chine, des gens masqués faisant la queue dans la rue devant des dispensaires de fortune dans l’attente, dit-on, de se faire écouvillonner non plus le nez, mais du côté où certains se mettent déjà un tampon « de protection ».

Cela me fait penser à cette blague de Coluche qui expliquait qu’en URSS on se faisait arracher une dent en remontant à l’envers de la fin jusqu’au début du tube digestif.

En attendant, c’est ce qui s’appelle : bien l’avoir dans le Q.

FRONT DU VIRUS — NOUVELLES, PAS TOUTES NÉGATIVES, CONCERNANT CES TOUT DERNIERS JOURS

25 janvier : Pour laisser ouvertes les frontières européennes (!) la Commission Européenne demande à ce que les États mettent en place de nouvelles mesures de restrictions de déplacement pour les zones les plus touchées par le virus !

27 janvier : l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe rappelle instamment :

– que la vaccination (en l’occurrence la thérapie génique Pfizer-BioNTech, États-Unis/Allemagne) n’est pas obligatoire ;

– que les États ne doivent pas établir de mesures discriminatoires à l’encontre de ceux qui ne seront pas vaccinés.

28 janvier : dans un entretien au Financial Time, notre ministre (français?) de l’économie Lemaire déclare qu’il se fait du souci pour le Plan de relance économique conclu le 21 juillet dernier et s’inquiète de voir qu’il y a du blocage et cite la chute en Italie du cabinet Conte (26 janvier) lâché par Italia Viva le tout nouveau parti de Renzi (ex Parti Démocrate) qui refuse la mise en branle du Mécanisme Européen de Stabilité, véritable mise sous tutelle des États.

En France ce plan est de quarante milliards d’euros pour un engagement de quatre-vingt milliards ! Qui plus est après validation « européenne », la France s’engageant à « réformer » le système des retraites et de l’assurance chômage (entre autres).

28 janvier : la Suède suspend ses paiements concernant le produit Pfizer. Elle a bien du mal à trouver une sixième dose dans ses flacons vendus pour cinq doses au départ à la Commission européenne. Au-delà des conflits d’intérêts ne sommes-nous pas ici rendu dans l’escroquerie pure et simple d’un côté et dans la corruption de l’autre ?

Rappel du précédent scandale celui de Remdesivir en 2020 : accord de l’Agence européenne de la santé, puis achat par la Commission européenne l’été dernier d’un médicament le Remdesivir de Gilead dont on savait qu’il était nocif pour les maladies du type corona-virus (coût de la dose : 2068 euros). Médicament finalement retiré du circuit à l’automne dernier, suite à une recommandation de l’OMS.

En complément d’informations : le Professeur Raoult se lâche de plus en plus

JEUNESSE AFFLIGEANTE ? UN IMMENSE SIGNE DE DÉCADENCE MÊME CHEZ LES « REBELLES » ?

La jeunesse californienne, très propre sur elle comme des vieux jetons, faisant la queue masquée et attendant bien sage pour se faire vacciner !

J’imagine mal la jeunesse californienne des années de la guerre du Vietnam et de la musique pop, mangeant la vie à pleines dents sans retenue aucune, s’abaissant à un tel niveau de bassesse et de peur de mourir !

UN PEU DE PÉDAGOGIE AVEC DIDIER RAOULT

Sur les variants d’un virus – 26 janvier 2021- IHU Méditerranée-Infection

Sur le confinement – 29 janvier 2021

Et un rappel nécessaire :

https://www.youtube.com/user/ifr48

SUR LE FRONT VIRAL

LE CYCLE AMEN, OU DIRE AMEN À TOUT, OH MY GOD !

Le sacré technologisé pour une cause hautement douteuse ; enfin je note que déjà la prairie qui entoure la cathédrale sert de garde-meubles au dit « art moderne » ou « contemporain » ; finalement tout ça a un petit côté kitch, non ? :

La cathédrale de Salisbury au service profane d’une expérimentation très osée de thérapie génique

PENSÉE DU JOUR

Dans la société, tout est verrouillé : mangé aux vers et rouillé. Joli paradoxe, non ?

L’EFFET « STUPEFIX » OU LE SECRET DU « VACCIN » COVID, PAR IAN DAVIS

TEXTE À MÉDITER MÊME SI L’ON PEUT « PENSER » QUE LE VIRUS DUDIT SRAS-CoV-2 (le coronavirus 2 du Syndrome Respiratoire Aigu Sévère, SARS en anglais) EST TRÈS PROBABLEMENT ARTIFICIEL, ET A BIEN ÉTÉ ISOLÉ ET BIEN ANALYSÉ (je veux dire : de la bonne manière scientifique) EN PLUSIEURS PAYS DU MONDE.

Comme le dit et redit le Pr. Raoult : SCEPTICISME TOUJOURS OBLIGE

***

L’effet « stupefix » ou le secret du « vaccin » Covid

Extrait de « Quels essais vaccinaux ? » de Iain Davis, 3 janvier 2021, depuis Off-Guardian — https://off-guardian.org/

OffGuardian was launched in February 2015 and takes its name from the fact its founders had all been censored on and/or banned from the Guardian’s ‘Comment is Free’ sections.

OffGuardian a été lancé en février 2015 et tire son nom du fait que ses fondateurs avaient tous été censurés et/ou bannis des sections «Commenter est Libre» du Guardian.

* * *

[…] les protocoles de l’OMS utilisés par Pfizer pour produire l’ARNm[essager] [pour le « vaccin »] ne semblent pas identifier de séquences nucléotidiques uniques au virus du SRAS-CoV-2. Lorsque l’enquêteur Fran Leader a interrogé Pfizer, ils ont confirmé que : « Le modèle d’ADN ne provient pas directement d’un virus isolé provenant d’une personne infectée. »

Et nous voilà de retour là où j’ai commencé, il y a quelques temps. Si le virus n’a pas été isolé, comment prétendre l’avoir séquencé ? Et s’il a été séquencé par HYPOTHÈSE et DÉDUCTION, comment peut-on prétendre que le séquençage — ou le virus — est réel ?

Réponse : En AFFIRMANT que le virus et son séquençage sont réels, sans en avoir aucune preuve. Parce que les populations croient sans se poser de question et de manière automatique tout ce qui leur est dit à partir du moment où c’est une «autorité scientifique » qui le DIT.

[parabole]

Un homme visite une vaste casse automobile à la recherche de pièces détachées. Au-dessus de la porte du bureau, il voit un panneau « Ferrari 365 GTB/4 Daytona Spider 1972 — Renseignez-vous à l’intérieur ».

Le propriétaire de la casse lui dit : « Nous proposons des actions de la Ferrari. Trois mille par action. Quand nous la vendrons, vous ferez au moins le double de votre investissement. »

L’homme lui dit : « Où est la voiture ? J’aimerais la voir. »

« Eh bien », dit le propriétaire de la casse, « regardez autour de vous. Nous avons plusieurs kilomètres carrés de voitures et de pièces détachées. La Ferrari est là quelque part. Nous avons récemment effectué un test sur les gaz d’échappement avec un instrument spécial. Il a conclu que la Ferrari de 72 avait récemment été conduite quelque part dans la cour… »

* * *

C’est le genre de choses qui se produisent en virologie.

Bien sûr, aucun virologue du courant dominant ne l’admettrait. Il parlerait d’analogies et de banques de gènes, de test PCR et d’échantillons représentatifs et de in silico (modélisation informatique). Mais la dure réalité est claire.

[La PCR, Polymerase Chain Reaction en anglais, la RCP en français, Réaction en Chaîne par Polymérase est un processus de biologie moléculaire, une manipulation de laboratoire qui a pour but de développer une (importante ?) amplification génique in vitro]

L’hypothèse et la supposition, ainsi que la déduction glissante, ne tiennent pas la route. Soit le virus a été isolé, soit il ne l’a pas été. S’il ne l’a pas été, tout ce que vous « en » dites est inutile. Prétendre qu’il existe n’a aucune validité.

Comme je l’ai déjà écrit et dit des dizaines de fois, le sens virologique du mot « isoler » est très différent du sens ordinaire.

Dans le monde technique de l’arnaque et du tumulte, « virus isolé » signifie :

« Nous disposons au laboratoire du virus sous forme de soupe dans un récipient. La soupe contient des cellules humaines et simiesques, des drogues et des produits chimiques toxiques, ainsi que d’autres matériaux génétiques. Certaines des cellules sont en train de mourir. Cela signifie que le virus est en train de les tuer. »

Cette affirmation est fausse. Les médicaments et les produits chimiques pourraient tuer les cellules. Et les cellules se retrouveraient privées de nutriments vitaux. Ces éléments à eux seuls pourraient expliquer la mort des cellules.

Qui plus est, un virus supposé mélangé dans une soupe dans un récipient de laboratoire n’est certainement pas « isolé ».

Conclusion : il n’y a pas de preuve convaincante qu’un virus se trouve dans la soupe.

Que contient le « vaccin » Covid ? Entre autres choses, un fragment supposé d’un virus supposé dont l’existence n’a pas été prouvée. Prenons l’exemple du test PCR. Plusieurs niveaux de critiques valables ont été émises quant à ce test. Tout d’abord, différents laboratoires produiront des résultats contradictoires. C’est vrai.

En creusant un peu plus profondément, le test, lorsqu’il amplifie l’échantillon de tissu prélevé sur un patient, est inutile et dangereux lorsque plus de 34 cycles ou étapes d’amplification sont déployés. Pourquoi ? Parce qu’alors, un nombre énorme de faux positifs se produisent. À un autre niveau, on découvre que le PCR ne détecte pas du tout de virus. Le test identifie un morceau d’ARN présumé provenir d’un virus. Et en fin de compte, il identifie un morceau d’ARN provenant d’un virus dont l’existence n’a pas été prouvée.

Nous avons là la racine de l’arbre empoisonné.

Note du traducteur : Ce qui précède est un dérivé de l’expression «Le fruit de l’arbre empoisonné» (Fruit of the poisonous tree). C’est une métaphore juridique aux États-Unis qui décrit une preuve obtenue de manière illégale.

***

Merci à C.D.pour cette information.

ajout du 26/01, à lire :

1 – SUR LE FRONT DE LA CORONA-FOLIE & 2 – LES ÉTATS D’ÂME DE LA POLICE

* * *

Alexandre Langlois est policier et porte-parole du syndicat VIGI police. Il a eu assez récemment quelques démêlés avec sa hiérarchie. Il est l’invité de Bas Les Masques.

* * *

Avec un petit supplément (paroles et musique de Jean Boyer) :

Francis Lalanne : « J’Appelle ! »

Publié dans France Soir, le 22/01/2021

***

en sorte de préambule ;

un chrétien démocrate :

***

Un libertaire — Francis Lalanne : « J’Appelle ! »


APPEL À LA MOBILISATION GÉNÉRALE DU PEUPLE FRANÇAIS CONTRE LA TYRANNIE

Préambule de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789

« Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous. »


CHAPITRE 1 : BAS LES MASQUES


Citoyennes et Citoyens de la France ! La Patrie est en danger.

La criminalisation permanente des individus que nous sommes, par les structures de l’État et les médias, est constitutive de tyrannie.

Une des chaînes de la propagande vient d’annoncer que désormais le Procureur de la République pourra poursuivre pour : « mise en danger de la vie d’autrui » sans tenir compte du fait que ce délit, pour être caractérisé, se doit d’être fondé sur des preuves cumulatives…

Autre exemple , le projet de loi donnant les pleins pouvoirs au chef de l’État et son Premier ministre pour une période indéterminée, par pérennisation de l’état dit « d’urgence sanitaire» ; et qui sera voté en ce début d’année 2021.

Doit-on parler de la chaîne désormais interminable des confinements dont nul ne peut dire aujourd’hui quand l’actuel gouvernement entend y mettre fin ?

Le chef de l’État et son gouvernement s’essuient les pieds sur le Droit Républicain comme sur un paillasson.

Il faut à présent mettre l’État hors d’état de nuire au peuple français.

Il faut à présent mettre en demeure les structures de l’État de faire cesser le trouble manifestement illicite infligé à la Nation par son gouvernement. 

Ce trouble porte le nom que la République lui a donné en se constituant. Ce nom est «la tyrannie».


« L’urgence Sanitaire » est en train de devenir une maladie chronique de la République.

Le gouvernement est en train de commettre insidieusement un coup d’État au nom de la COVID ; et s’apprête à instituer la tyrannie comme un avatar de la République, à l’insu du peuple français.

Il convient de rappeler que l’âge moyen des décès attribués à la Covid est de 84 ans.

Que le virus s’attaque donc, aux dires des statistiques, à des personnes très âgées ou sous le coup de pathologies respiratoires graves et autres maladies mortelles comme le cancer…

Dans certains cas, certes, et nul ne le conteste, ce virus aggrave des pathologies multiples ! Mais n’est-ce pas le cas pour n’importe quel virus ?

Aujourd’hui, sur le site officiel du ministère de la Santé, on peut lire 71 342 décès Covid pour 65 millions de Français, cependant cela ne veut pas dire mort de la Covid-19. 

Il y a d’ailleurs bien des questions sur les causes effectives de décès (mort du ou avec la Covid) pour permettre de calculer le taux de mortalité réel attribués à la Covid: cela représente 0,11% de mortalité.

Le taux de survie à la Covid-19 est donc objectivement de 99,89 % (basé sur une cause de mortalité non confirmée).

C’est sur cette base statistique que l’actuel gouvernement entend, au mépris de la Constitution, du bloc de constitutionnalité, et des principes généraux du Droit, priver les citoyennes et citoyens français de leurs droits imprescriptibles, et donner les pleins pouvoirs au chef de l’État et son gouvernement pour une période indéterminée.

Par l’utilisation du système de Kelsen, la Constitution assure le respect de la démocratie en empêchant le législateur de promulguer des lois contraires à celles contenues par les textes fondateurs ; lesquels sont l’expression de la souveraineté du peuple. Ce point est fondamental.

Tout en haut de la pyramide de Kelsen , on ne trouve pas « l’urgence sanitaire » (concept inconnu au bataillon).

Ni, encore moins, « le principe de précaution » !

On trouve :

1 – La Constitution du 4 octobre 1958, qui énonce les principes juridiques et politiques fondateurs de la 5 ème République. Elle définit le rôle des différents organes étatiques, et proclame les libertés fondamentales.

2 – Le bloc de constitutionnalité, qui est constitué de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 ; du Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 ; auxquels s’ajoute la Charte de l’environnement de 2004, ainsi que les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République (PFRLR). Exemples : la liberté d’association, le respect des droits de la défense, etc.


Depuis le 16 Juillet 1971, ces principes ont valeur constitutionnelle.

Il s’agit de grands principes qui sont validés par le Conseil constitutionnel dans le cadre de son activité de contrôle du respect de la Constitution.

Exemples : le droit au respect de la vie privée, la liberté contractuelle, la liberté d’entreprendre, de travailler, le principe de continuité du service public… etc. 

Le Conseil constitutionnel établissant et ajoutant ainsi une valeur matérielle à la valeur formelle de la Constitution.

La Constitution de 1958 est une norme suprême qui orchestre l’organisation des pouvoirs publics.

Elle reprend la définition de la démocratie de Lincoln dans son article 2, et assure par là l’établissement et la garantie de l’autonomie du peuple et de sa souveraineté.

Autre point fondamental :

Dans son article 5, la Constitution de 1958 établit que le rôle du président de la République n’est pas de gouverner mais bien de présider
Il doit être la clef de voûte du système institutionnel et politique français.
C’est au président de la République qu’il incombe de veiller au respect de la Constitution, d’assurer le fonctionnement régulier des pouvoirs publics; enfin de garantir l’indépendance nationale et l’intégrité territoriale.
Le président de la République est donc le veilleur ; la sentinelle du peuple!

C’est pourquoi, il est aussi le chef des armées.

Son rôle est d’être le garant de la pérennité des droits et des libertés fondamentales, ainsi que de l’indépendance de l’autorité judiciaire et la séparation des pouvoirs.

Son rôle n’est pas de passer outre le droit républicain, et d’utiliser la Constitution contre sa « Lettre et son Esprit » pour imposer au peuple une gouvernance contraire aux principes et aux lois édictées par cette même Constitution.

En agissant ainsi depuis le début de son mandat, et en instrumentalisant le gouvernement , le parlement , les Conseils d’Etat et Constitutionnel à des fins présidentialistes et totalitaires, l’actuel président de la République a failli aux obligations élémentaires pour lesquelles est élu un président de la cinquième République.

Il doit donc être destitué.

Il convient également de rappeler :

Que ce que l’on a nommé « la seconde vague » à l’encontre de toutes les connaissances scientifiques actuelles, correspond à une augmentation des personnes testées positives et non à un accroissement de la dite «pandémie».

Que contrairement à ce qui est affirmé par le gouvernement, les personnes testées positives dans leur très grande majorité ne présentent aucun symptôme de la maladie ou guérissent spontanément.

Qu’être testé positif ne signifie pas être malade et que le confinement de personnes asymptomatiques ou en bonne santé est une aberration scientifique nuisible à la santé individuelle et collective.

Il est de même patent qu’à bien des égards, un confinement abusif peut réunir par les troubles psychologiques et pathologiques en découlant, les éléments permettant de caractériser une «mise en danger de la vie d’autrui».

Que les plus grands spécialistes français en la matière, les plus publiés et salués mondialement pour leurs travaux, et ceux ayant obtenus les meilleurs résultats dans le traitement de la maladie sur le terrain, sont littéralement persécutés, au motif qu’ils émettent un point de vue divergent .

Que les traitements et soins qu’ils ont mis au point et expérimentés avec succès sont systématiquement contestés voire interdits sans motif scientifique avéré.

Compte tenu de la personnalité et des relations de certains décideurs, il est de suspicion légitime aujourd’hui de considérer que l’interdiction de certains médicaments aurait pu avoir été prise au détriment du peuple français, pour favoriser certains intérêts particuliers.

Ce dernier point pourrait facilement être mis à jour par une enquête impartiale.


Il faut souligner que le «conseil» dit «scientifique» ainsi nommé et coopté arbitrairement par le gouvernement, n’a de « scientifique » que le nom.

Aucun de ses membres n’est fondé à contester les travaux des plus grands virologues français ayant mis en place avec succès des protocoles de soins enrayant la pandémie.
Il convient de s’indigner par ailleurs que certains membres du « conseil » dit « scientifique » soient en lien d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques ayant pour objectif la diffusion des remèdes et vaccins que le gouvernement veut désormais imposer à toutes les Françaises, et les Français, sans avoir aucune garantie sur leur degré d’efficience et de nocivité.
Il faut établir que, de ce fait, aucun élément probant ne justifie ni la mise en cause des Libertés Fondamentales, ni la mise en place des mesures liberticides diligentées de manière arbitraire par l’actuel gouvernement.

     Dire que la rupture d’Égalité et la privation des Libertés Fondamentales doit être considéré comme un abus de droit caractérisé.


  Que si le pouvoir discrétionnaire sort des limites fixées par la Constitution, il devient un pouvoir arbitraire.

      La liberté prime et l’exception doit être justifiée par des éléments incontestables et probants.
Dans le cas contraire, l’exception au Libertés Fondamentales doit être considérée comme un abus de pouvoir caractérisé.

      Dans un système juridique voué à la présomption d’innocence, on ne peut accuser la liberté sans lui accorder le bénéfice du doute !
Surtout au nom d’un principe aussi subjectif que le principe dit «de précaution».

     Ce que l’actuel gouvernement de la France institue progressivement sous couvert d’urgence sanitaire, n’est ni plus ni moins qu’une atteinte coupable au devoir républicain de séparer les pouvoirs et de garantir les droits.


(Article 16 de la Déclaration des Droits de L’Homme et du citoyen de 1789) :
« Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée et la séparation des pouvoirs déterminée n’a point de constitution. »

En détournant de leur objet les mesures prétendument sanitaires, Il s’agit bien de l’instauration d’un régime de type répressif, incompatible avec notre démocratie pluraliste.

Il s’agit, in concreto, de l’institution par excès de pouvoir, d’un régime totalitaire.

Il s’agit bien de Totalitarisme

(Article 2 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789):

« Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme.
Ces droits sont: la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. »

La verticalisation de l’autorité républicaine corrompt ici son objet au point qu’elle transforme la puissance publique en puissance oppressive. Ce qui contredit l’Esprit et la Lettre même de la constitution de1958.

La République est donc frappée de caducité; annulée par l’exercice totalitaire du pouvoir que pratique aujourd’hui l’Exécutif.

L’Exécutif qui supprime tous les droits fondamentaux et s’approprie tous les pouvoirs, met par voie de conséquence le peuple français en situation d’oppression.


La Puissance Publique s’emparant du « Bien Public » , il s’agit bien d’un coup d’État du gouvernement contre la Nation.

Les citoyennes et citoyens de France subissent ainsi l’oppression de leurs représentants.

Se cacher derrière le principe « d’état d’urgence », n’autorise pas le détournement de la Constitution à des fins totalitaires.

La France n’ayant point de Constitution au terme de l’article 16 , elle subit de facto « l’oppression » du gouvernement.

Au terme de l’article 2, il est du droit constitutionnel du Peuple Français , donc de son devoir, de « résister à l’oppression » par une désobéissance civique.

Il est également du droit et du devoir de la représentation nationale de déclencher le protocole de destitution du président de la République au terme de l’article 3 de notre Constitution ainsi que de l’article 68.

De même, et si de besoin, il est du devoir de l’armée française pour assurer la « sûreté » du peuple français ( article 2) , de procéder à la mise à pied des auteurs du coup d’État (c’est à dire de l’actuel gouvernement); et ce, afin de rétablir le droit républicain.

Reste à mettre en exergue le mensonge d’État pour justifier la procédure de destitution.

Après des atermoiements sans précédents pendant lesquels on a menti aux Fançaises et aux Fançais, on utilise le tout nouveau concept « d’urgence sanitaire » sur des bases contraires aux premiers mensonges, pour imposer désormais un pouvoir totalitaire.

La France ne peut pas devenir un gouvernement totalitaire parce que 0,11% de ses personnes âgées auraient succombé à un nouveau virus.

Surtout lorsqu’on s’apprête à utiliser les plus fragiles de ces personnes âgées comme cobayes pour tester de nouveaux genres de vaccins

Le temps presse.

Nous sommes en train de vivre un véritable coup d’État progressif sans précédent, visant à se draper dans un consentement populaire obtenu frauduleusement par le mensonge et la peur.

Les jours de la République sont comptés. Nous devons agir vite.

La Patrie est en danger.



CHAPITRE 2 : APPEL À LA MOBILISATION DE LA REPRÉSENTATION NATIONALE


Du manquement à l’éthique de la considération aux mensonges du gouvernement.

« Aussi bien, par les temps corrompus que nous vivons, me bornerai-je à te recommander, pour commencer, de ne te consacrer à l’action, ni tout entier, ni toujours, mais de réserver à la considération une partie au moins de toi-même, de ton cœur, et de ton temps » Bernard de Clairvaux, (De la considération, cité par Corine Pelluchon : éthique de la considération, Seuil »

1- Comment l’Etat a failli dans son devoir de protection de la santé individuelle et publique.

L’Etat est à la fois le garant de la santé individuelle et publique.

·Le droit à la santé est un droit fondamental, c’est une liberté publique (préambule de la Constitution de 1946). 

L’Etat est le débiteur de ce droit; il est en conséquence, tenu d’exécuter cette obligation en toutes circonstances, et en mettant en œuvre tous les moyens nécessaires à sa réalisation.

Le problème touchant au manque d’équipements médicaux et en particulier aux carences de masques, de gels , de médicaments appropriés, etc…, pouvait se justifier par l’effet de surprise de la crise épidémique.

En revanche, le mensonge ne peut en aucun cas se justifier dans la gestion de la crise ; laquelle a fait l’objet, incontestablement, d’une gestion politique et non d’une gestion sanitaire rationnelle s’appuyant sur des bases scientifiques

Pour protéger la santé des Françaises et des Français, on a cru bon de créer à la va vite, un conseil dit « scientifique » pour conseiller le prince dans ses décisions sur la gestion de la dite « Pandémie »…

On se demande bien pourquoi créer une telle entité sans même en référer aux représentants du peuple!
Sauf, bien sûr, à vouloir créer un appareil cautionnaire aux ordres de l’État visant à justifier de ses décisions et lui servir de couverture.

Le conseil dit « scientifique » n’a cependant jamais été capable d’apporter des réponses cohérentes, face aux contradictions de la gestion gouvernementale.

Or, il est remarquable de constater que le gouvernement disposait déjà, avant l’épidémie, d’experts autorisées et d’institutions sanitaires qui veillent en permanence sur la santé des Françaises et des Français.
Ledit « conseil scientifique » n’avait donc aucune raison d’être: et encore moins d’exister.

Il s’est substitué de manière arbitraire , c’est à dire contraire au droit républicain, à l’expression de la souveraineté du peuple français.

Ce qu’interdit l’article 3 de notre Constitution.

 Le conseil scientifique est donc un organe illégitime et complice des mensonges du gouvernement.

L’on peut se contenter de deux exemples qui démontrent à la fois la complicité et l’incompétence du « conseil scientifique ».

Le silence de ce « conseil » sur une étude présentée comme scientifique dans un journal de référence internationale et qui s’est par la suite avérée fausse.

Cette fausse étude qui, pourtant, a servi au gouvernement dans sa prise de décision, montre l’inutilité du conseil qui aurait dû l’identifier.

En effet, ce n’est pas le conseil scientifique qui a le premier alerté l’opinion publique sur le caractère fallacieux de l’étude Lancet.
Ce sont des gens courageux issus du monde médical qui, avec force, ont alerté les citoyennes et citoyens de France. Ils sont actuellement poursuivis et parfois sanctionnés pour avoir dit la vérité. Tandis que le conseil scientifique, lui, a été maintenu pour avoir couvert un mensonge sous l’égide du gouvernement.

-Or une fausse étude , retirée ensuite par le journal qui l’avait publiée a bien servi de source à la décision gouvernementale.

Ladite « étude » a notamment été citée par le ministre de la santé devant la Représentation Nationale, comme justifiant des mesures dites « sanitaires » imposées au peuple français.
Et cela , sans que le conseil scientifique ne puisse aider le gouvernement à faire une lecture juste des études parues.

– Ce n’est pas non plus le « conseil scientifique» qui a attiré l’attention du gouvernement sur un médicament introduit sur le marché, jugé nocif par la suite, et notamment par l’OMS : le Remdesivir.

Au contraire, dans le même temps, ledit « conseil scientifique » a cautionné toutes les décisions politiques ! Notamment celle, absurde, d’interdire aux médecins la prescription d’hydroxychloroquine dans les traitements anti Covid, jusqu’à faire retirer ce produit de la vente ; condamnant ainsi nombre de patients à un déficit de soins, donc de santé. 

Nombre qu’il appartiendra , bien entendu, à une enquête parlementaire de déterminer.

2- Comment l’État a failli dans sa mission, par abus de pouvoir. L’Etat ne doit exclure aucune opinion pouvant apporter une quelconque utilité dans la gestion d’un problème sanitaire :

L’Etat ne doit exclure aucune opinion pouvant apporter une quelconque utilité dans la gestion d’un problème sanitaire : il doit faire valoir en priorité l’intérêt de la santé publique.
Or, l’Exécutif a exclu et condamné systématiquement toutes les voix divergentes , alors que ce sont ces mêmes voix qui ont servi de garde-fou contre les divers conflits d’intérêts mis à jour par là soudaine diabolisation gouvernementale de molécules déjà testées depuis des décennies, réputées inoffensives; et dont l’efficacité contre le nouveau virus avait été établie par les plus grands spécialistes français et internationaux.

      L’Etat a donc endossé les mensonges du gouvernement pour favoriser manifestement d’autres intérêts que celui des patients. Et ce au lieu de sanctionner les menteurs.

     Le concept de l’Etat-menteur est ici effectif. Il constitue donc un trouble à l’ordre public. Un trouble manifestement illicite. Un trouble qu’il convient désormais de faire cesser par tous moyens.

     Des contradictions flagrantes dans la gestion de la crise ont été couvertes et cautionnées par l’Etat français sur la seule parole du président de la République :

      ce qui engage donc sa responsabilité ainsi que celle de son gouvernement.
Gouvernement agissant avec lui en réunion, donc en totale complicité.

·       Des ministres et des hauts responsables de l’Etat ont menti et ne sont pas sanctionnés. Pire encore: ils sont reconduits dans leurs fonctions ou promus.
L’Oligarchie française bénéficie ainsi d’une impunité coupable, devenue intolérable.
Le temps est venu d’y mettre un terme.

·             Force est de constater que les décisions qui ont été prises sur la base de fausses informations ou d’informations contradictoires peuvent avoir un lien direct avec le taux de mortalité attribué à la COVID. Et ceci doit être estimé par la Représentation Nationale réunie en commissions.

3- Il est également notoire que le président de la République et ses complices ont ainsi porté une atteinte grave au droit à la santé. Ce qui ouvre ici un volet pénal.

·        Le droit à la santé est un droit-créance. C’est un droit pour le citoyen et en même temps une créance pour l’État ; ce dernier doit s’exécuter et avoir un comportement actif dans sa réalisation : au nom de l’intérêt général sanitaire.
Aussi, en cas de pandémie, l’Etat doit prendre les mesures nécessaires, se prémunir de toute menace, et sauvegarder la santé publique.

·        Cela étant, il est donc possible de rechercher la responsabilité pénale à travers l’atteinte au droit à la santé.

     Des malades ont été pris en charge tardivement en raison d’une pénurie de moyens, du confinement, et des mesures tardives de l’administration sanitaire.

·            Il convient aussi de rechercher l’atteinte au droit à la santé à travers l’incitation au renoncement aux soins via des messages publicitaires gouvernementaux.

     Or n’est-il pas un fait acquis par la science et l’observation des chiffres, que le taux de létalité de ce virus est très largement inférieur à celui de plusieurs maladies non diagnostiquées et non soignées ?

·         Le nombre de victimes françaises attribué à la COVID, et qui serait supérieur à la moyenne mondiale, ne peut-il être justifié par la gestion chaotique, l’absence de matériel, le renoncement, l’inaccessibilité des soins?
Ce dernier point doit être également éclairci par une enquête appropriée et impartiale menée par les élus du peuple français réunis dans les deux assemblées.

La gestion de cette crise sanitaire met donc en évidence les mensonges du gouvernement et le mensonge d’Etat.

Le visage que présentent le président de la République flanqué de son gouvernement n’est en aucun cas celui de la bienveillance, de la considération et de l’altérité. En particulier en ce qui concerne l’éthique médicale.

Le discours du président de la République est foncièrement: arbitraire, inégalitaire et discriminatoire.

Toutes les décisions prises par l’Exécutif en dépit des pouvoirs Législatif et Judiciaire, contreviennent à la Constitution, au principe inaliénable de la séparation des pouvoirs, ainsi qu’aux libertés fondamentales et imprescriptibles des citoyennes et citoyens du Peuple Français .

Je partage l’avis de Corine Pelluchon lorsqu’elle écrit: « L’éthique de la considération est de faire en sorte que les êtres humains la ressentent ».
La considération est donc la condition même de la responsabilité.
Au contraire, et les exemples sont nombreux, les dispositions prises par le gouvernement au nom de la dite « Crise Sanitaire » sont bien souvent des dispositions qui relèvent de l’abus de pouvoir.

D’ailleurs qu’entend-on exactement par «crise sanitaire » ? ( encore un concept à définir…)
Cette étrange formule qui semble servir de fourre -tout, n’explicite t-elle pas à elle seule , une crise qui serait surtout celle des Pouvoirs Publics?

Je n’ai pas comme certains grands constitutionnalistes une vision mystique ou religieuse de l’État.
Je pense à l’instar de Léon DUGUIT que l’on ne déjeune pas avec une personne morale.
Que le droit qui prime est le droit posé , le droit positif : c’est à dire le droit applicable.
Que ce droit doit exprimer la solidarité sociale, à commencer par celle des Services Publics.
Que si le droit objectif n’est plus appliqué par les pouvoirs intermédiaires, il revient donc au peuple d’affirmer sa toute-puissance en reprenant de lui-même , par lui-même et pour lui-même, le contrôle de sa souveraineté.

La société française se trouve désormais dans la situation décrite par l’article l’article 16 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen:
elle confond les pouvoirs et ne garantit plus les droits.
Aux termes du même article, elle n’a donc point de constitution.
Dans ces conditions, c’est au Peuple Français qu’Il revient à présent de faire valoir ce que de droit, en premier lieu par l’intermédiaire de la Représentation Nationale.
Et cela en application de l’article 68 de l’actuelle Constitution de la France.
Soit dit, de diligenter une enquête publique pouvant aboutir à la destitution de l’actuel président de la République au motif que ce dernier a manqué et manque encore à « ses devoirs » d’une manière « manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat»
C’est exactement le cas de figure que subit la France actuelle.

L’article 68 pose clairement les conditions par lesquelles l’Assemblée Nationale et le Sénat, peuvent conduire le président de la République à répondre à un «manquement à ses devoirs» devant un groupe parlementaire constitué en Haute Cour.

En tant que simple citoyen français, j’invoque par la présente , les motifs susceptibles de caractériser un manquement grave aux intérêts de la Nation et de l’Etat.

Les éléments d’un mensonge de l’Etat me semblent, hélas , caractérisés et manifestement réunis.

Dans une large mesure, la crise sanitaire est détournée de son objet à des fins de gouvernement totalitaire.

Il est important de considérer que le Mensonge consécutif à des mensonges répétés pendant toute la période dite de «l’urgence sanitaire», éloigne le chef de l’Etat et le gouvernement français d’un horizon politique clairement déterminé, ainsi que de la considération élémentaire due au peuple français par ses mandataires politiques.

Le souci des citoyens est complètement absent de la trajectoire menée par l’Exécutif.
Le mensonge d’Etat pratiqué sans réserve par l’actuel gouvernement est contraire à la considération, et engendre la défiance et la désagrégation de la société française.

Les mesures imposées aux Françaises et aux Français sous prétexte « d’urgence sanitaire », favorisent un présidentialisme sans contrôle, autoritaire, dont le seul but semble être désormais de conserver le pouvoir.
Et pourquoi pas, dès l’année prochaine, en reportant les élections présidentielles pour cause de pandémie …
Le mensonge d’Etat, caractérisé en forme de mensonges répétés, prouve que le chef de l’Etat, le premier ministre et son gouvernement n’ont pas su administrer, dans des conditions acceptables, la vie en société, la santé publique , la culture, l’économie.
Il est important de rappeler que la pensée politique, laquelle fonde la vie collective, doit être guidée par la convivance*. Et qu’elle doit garantir le bonheur de toutes et de tous.

C’est le fondement même de la République.

Aujourd’hui, les mensonges répétés du pouvoir en place engendrent une société déshumanisée, très éloignée d’un enjeu solidaire .
La politique élitaire , inégalitaire, porte atteinte à l’éthique républicaine de la considération.
Les mensonges répétés pendant la crise sanitaire ont renforcé la verticalité au sein de la société française en mettant en lumière l’effondrement de notre démocratie pluraliste aujourd’hui dévastée.

Le souci des Françaises et des Français est aujourd’hui le cadet de son gouvernement.

La préoccupation française est anéantie par l’organisation politique de la France troublée par les mensonges répétés des gouvernants.
Nous assistons actuellement à un dénuement de la France sur le plan social, économique et culturel.

La désolation du peuple français est totale.

Le mensonge est devenu un moyen de gouvernement.

C’est la raison pour laquelle j’en appelle aux parlementaires qui auraient constaté comme moi la déviance du pouvoir actuel, pour qu’ils demandent la saisine des deux assemblées constituées en Haute Cour de justice, afin de proclamer la destitution de l’actuel président de la République au nom du peuple français.

Il faut 58 députés ou 35 sénateurs pour déclencher l’article 68.

Je demande donc aux sénateurs et aux députés encore libres dans notre République de se constituer afin de faire valoir ce que de Droit.

CHAPITRE 3 : APPEL À LA MOBILISATION DES FORCES ARMÉES POUR SE PORTER AU SECOURS DU PEUPLE DANS LA RECONQUÊTE DE SA SOUVERAINETÉ.


Si par extraordinaire, Le Peuple Français ne pouvait obtenir de la Représentation Nationale la saisine de la Haute Cour de Justice en application de l’article 68 de la Constitution de la France, j’appelle les plus hauts dignitaires de l’Armée Française soucieux de faire régner l’Ordre et le Droit Républicain, de rappeler au Président de la République ainsi que su le faire en son temps le général De Villiers, le respect de ses prérogatives et l’intérêt de la Nation.


J’appelle les plus hauts dignitaires de l’armée française à venir au secours du peuple et à faire cesser le trouble social et politique dont souffrent depuis trop longtemps la Nation.

Pour ce faire, je demande aux plus grands responsables militaires français de procéder, au nom du peuple français, à la mise à pied des auteurs du Coup d’État.

Donc par voie de conséquence, de mettre fin à l’exercice du mandat de l’actuel président de la République.

Une fois les auteurs du coup d’État mis à pied, j’appelle l’Armée Française à les faire comparaître devant un tribunal constitué en Haute Cour, pour qu’ils aient à répondre du chef de haute trahison.

Je demande à L’Armée Française de prendre toutes mesures concernant les auteurs du coup d’État visant à faire respecter les décisions de Justice qui seront prononcées à leur endroit .

De veiller à ce que la présidence intérimaire de la France, comme le prévoit notre constitution en cas de manquements présidentiels, soit bien assurée jusqu’en 2022 par l’actuel Président du Sénat.

Enfin, de superviser l’organisation des élections présidentielles de 2022 aux dates prévues, et dans le respect absolu des protocoles constitutionnels fixés par le Législateur.

CHAPITRE 4 : APPEL À LA DÉSOBÉISSANCE CIVIQUE DE TOUS LES ACTEURS ÉCONOMIQUES, TRAVAILLEURS, INTERMITTENTS ET PERMANENTS, COMMERÇANTS, ARTISANS PROFESSIONS LIBÉRALES, PRIVÉS DE LEURS LIBERTÉS DE TRAVAILLER ET D’ENTREPRENDRE PAR L’ACTUEL GOUVERNEMENT SOUS COUVERT «D’URGENCE SANITAIRE».

il est indispensable et urgent désormais que tous les métiers frappés d’interdiction de travailler, qu’ils soient du spectacle, de la restauration, et autres, (tous secteurs confondus), fassent front de manière unitaire, pour réouvrir, d’un commun accord, tous les lieux public anéantis par les mesures COVID.
Commerces , restaurants, bars, musées, lieux de représentations, de culte, de réunions diverses!

J’appelle tous les acteurs économiques du monde public et privé frappés aveuglément dans leur dignité et dans leur droit de vivre par les auteurs du coup d’État, à s’unir dans l’action concrète, pour déclarer nuls et non avenus les décrets ordonnant la fermeture des lieux de travail et de loisir.

Les citoyennes et citoyens de France privés abusivement de leurs droits imprescriptibles doivent ainsi faire valoir leurs droits et devoirs constitutionnels de résistance à l’oppression .

et libérer ainsi tous les corps de métiers actuellement pris en otage par les auteurs du coup d’État.


Le monde du spectacle a fait valoir devant le Conseil d’Etat que la discrimination dont souffrent ses corporations est contraire aux lois de la République.

Ce fait a été reconnu par le Juge. Il n’est donc plus à démontrer.

Ce qui vaut pour une salle de spectacle vaut pour tous les lieux de réunion.

C’est à présent à nous citoyennes françaises et citoyens français de faire valoir ce que de Droit en mettant fin au trouble.

Nous sommes Le Peuple. Nous sommes souverains.

L’État fait le Droit et doit respecter le droit qu’il fait.
Si l’État ne respecte pas le droit qu’il fait , alors l’État n’est plus un État de Droit, mais une tyrannie.
La désobéissance devient alors un droit mais aussi un devoir civique et citoyen

Nous avons laissé accréditer la thèse qu’un droit inégalitaire était légal dans notre pays.
Nous avons ainsi accepté l’inacceptable en laissant invoquer le caractère soi-disant «non essentiel» de certains métiers !

Ceci est une abomination.

Dans notre République tout le monde est essentiel; chacune et chacun sont égaux.

Nous ne pouvons plus tolérer l’intolérable.

Nous ne devons plus appeler Démocratie ce qui ne l’est pas.

Nous ne pouvons plus accepter que la COVID 19, 20, 21 et bientôt 22 etc. instaure, au détriment du peuple français, une véritable dictature sanitaire.

C’est tout le monde du travail aujourd’hui, réuni en assemblée , qui doit sonner la révolte!
Se lever et dire non ainsi que sait le faire régulièrement le monde étudiant.

C’est aujourd’hui au monde du travail bafoué par les auteurs du coup d’État, de restaurer les valeurs inaliénables de la République, ainsi que les droits humain imprescriptibles des citoyennes et citoyens de notre pays.

C’est au Peuple Français opprimé par ses représentants, de montrer au monde une nouvelle fois, l’exemple de la vertu civique; en lançant un grand mouvement de libération nationale qui dénonce le glissement de la démocratie pluraliste vers la technocratie totalitaire.

J’appelle à une grande réunion intersyndicale et interprofessionnelle rassemblant les secteurs public et privé, ainsi que les non syndiqués: dans le but de mettre en place la réouverture de tous les espaces culturels, commerciaux, et autres : salles de spectacle ou commerces frappés par les mesures discriminatoires et liberticides qui leurs sont imposées en France par les dirigeants du régime actuel.

J’appelle à « un festin d’amis » selon l’expression de Jim MORISSON !

J’appelle à une grande fête populaire ayant pour but de rétablir par le nombre, et la joie de la convivance*, les grands principes de la démocratie.

Qu’elle devienne ainsi «L’éternité retrouvée» dont parle Arthur Rimbaud !

Je partage la vision de Jean Marie LEGLOAN lorsqu’il écrit que la fête est pour lui, « la métaphore du changement, donc de la démocratie ».

Je pense , comme lui, que Jean-Jacques Rousseau a raison lorsqu’ il développe « cette idée généreuse » dans sa Lettre à d’Alembert sur les spectacles !

Je pense moi aussi que la fête est synonyme de liberté !

Que la démocratie est le festival permanent des idées; et, ne serait-ce qu’en cela, le plus pur archétype de la société idéale.

Je citerai encore Jean Marie LEGLOAN pour souhaiter que les citoyennes et citoyens de la France deviennent par ce retour à la Fraternité, les garants de la Liberté et de l’Égalité si chers au blason de la République.

Qu’ils redeviennent, enfin, par « le recours légitime à un nouveau mouvement de démocratie, spectateurs d’eux même en faisant la fête »…

Car ils et elles pourront ainsi regarder la Démocratie comme un moyen de trouver ensemble ce qui doit être le but de toute association politique : non pas le bonheur de certains!

Mais bien « le bonheur de tous ».


Francis Lalanne

 * Convivance : plaisir de vivre ensemble

https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/francis-lalanne-appel

QUELQUES INFORMATIONS

Et si le vaccin Pfizer augmentait la mortalité du Covid?

Publié le 18 janvier 2021 – par Gérard Delépine sur https://ripostelaique.com/et-si-le-vaccin-pfizer-augmentait-la-mortalite-du-covid.html

i24NEWS 12 janvier 2021. Israël : 4.500 personnes infectées au covid 19 après avoir reçu la première dose de vaccin

Signal d’alerte fort venant d’Israël

Les médias sacrent Israël, le champion de la lutte anti covid19 par le vaccin Pfizer. Superbe opération financière pour Pfizer qui a obtenu un bonus de prix de 40% pour cette priorité accordée à Israël. Depuis le 20 décembre, en 24 jours, plus de 20% des Israéliens (deux millions de personnes) ont été vaccinés.

Mais depuis cette date, selon les chiffres de l’OMS, les nombres quotidiens de contaminations et de morts attribuées au Covid19 explosent. Les contaminations quotidiennes sont ainsi passées de 1886 cas le 21/12 à 9416 cas le 12 janvier21. Le Dr Sharon Elrai-Price, responsable des services de santé publique au ministère israélien a averti le 12/1/2021 qu’une seule dose du vaccin contre le coronavirus n’offrait pas une protection suffisante contre l’infection par le virus.[1] Elle a ajouté que 17% des patients gravement malades qui sont actuellement hospitalisés sont des patients qui ont reçu une première dose du vaccin avant leur hospitalisation. Les données montrent qu’à cette date, 4.500 personnes ont été diagnostiquées positives au coronavirus après avoir reçu la première dose de vaccin, dont 375 ont été hospitalisées en raison de la maladie. Parmi les personnes hospitalisées, 244 l’ont été dans la première semaine suivant leur vaccination, 124 au cours de la deuxième semaine, et 7 plus de 15 jours après avoir reçu le vaccin.

Le nombre de cas confirmés a atteint un nouveau sommet, nous avons passé la barre des 9.000 tests positifs. Il n’y a jamais eu un tel chiffre

Et la mortalité journalière est passée de 18 le 20 décembre à 50 le 17 janvier conduisant le gouvernement à prolonger le 3ème confinement du pays pour une durée indéterminée.

Signal d’alerte fort en Grande-Bretagne depuis la vaccination

La Grande-Bretagne est le second pays dans la course à la vaccination qui a débuté le 4 décembre avec le vaccin développé par Pfizer et BioNTech.

Depuis cette date, le nombre de contaminations quotidiennes a explosé de 14898 le 4/12/2020 à 68063 le 9 janvier 2021.

Et malheureusement aussi la mortalité Covid19, qui après une augmentation de près de 300% (414 le 4/12 à 1564 le 14/2021) dépasse de 27% celle observée en mars-avril 2020 (pic maximal 1224 le 22 avril 2020).

Inquiétudes aux USA

Depuis cette date, la mortalité Covid19 a augmenté de près de 200% (1296 le 28/12 à 3557 le 17/2021)  et dépasse la moyenne des décès quotidiens observés en mars-avril 2020.

Ces augmentations considérables et simultanées des incidences journalières des contaminations et des décès après la première dose de vaccin Pfizer dans les trois pays à la couverture vaccinale les plus élevées sont très inquiétantes et constituent des signes d’alarme forts.

Alerte en Norvège pour les personnes fragiles

La Norvège, vient d’émettre le 15/1/2021 une alerte après la constatation de 23 décès liés au vaccin Pfizer[2] [3] chez des personnes âgées en Ehpad. Parmi ces décès, 13 ont été autopsiés, les résultats suggérant que les effets secondaires courants pourraient avoir contribué à des réactions graves chez les personnes âgées fragiles. Selon l’Institut norvégien de santé publique « Pour les personnes les plus fragiles, même des effets secondaires relativement légers peuvent avoir des conséquences graves. Pour ceux qui ont une durée de vie restante très courte de toute façon, les avantages du vaccin peuvent être marginaux ou non pertinents » et l’Institut national de santé publique a modifié le guide de vaccination contre le coronavirus, y ajoutant de nouveaux conseils de prudence sur la vaccination des personnes âgées fragiles.

Evolution en France non vaccinée pendant cette période

En France, tant le nombre de nouveaux cas que le nombre de morts quotidiennes ont diminué lentement durant cette période à un niveau beaucoup plus faible (par million) que dans les pays champions de la vaccination.

On est donc frappé par les différences évolutives de l’épidémie Covid19 entre les pays, gagnants de la course à la vaccination et la France plus lente à vacciner.

Cet éloge de la lenteur rappelle qu’il n’y a pas de médicaments ou de vaccin sans risque et qu’ils peuvent paradoxalement augmenter la gravité de la maladie qu’ils sont censés combattre.

Cela a été constaté avec les vaccins prétendument anti-cancers (les vaccins anti-hépatite B censés prévenir le cancer du foie[4] et les vaccins anti-papillomavirus prétendument anticancer du col de l’utérus[5]), quelques candidats vaccins contre le Sida qui ont été abandonnés et plus récemment avec le scandale sanitaire du vaccin contre la dengue aux Philippines qui a entraîné plusieurs centaines de morts. Mais les leçons de la catastrophe du Dengvaxia n’ont pas été tirées et la propagande pro vaccin actuelle met en danger ceux qui se font vacciner contre le Covid19.

Peter Doshi[6] avait prévenu dès novembre « attendons de disposer des données complètes des essais » car les communiqués de victoire de l’industrie sont imprécis et incomplets. Il rappelait aussi que les essais n’étudiaient pas le seul critère pertinent, la mortalité[7] mais seulement le nombre de cas basé sur des tests souvent faux : « le monde a tout parié sur les vaccins pour apporter la solution à la pandémie, mais les essais ne sont pas centrés sur la démonstration qu’ils le seront »

La cause de ces résultats paradoxaux : les anticorps facilitateurs ?

Après vaccination les anticorps peuvent entraîner une aggravation paradoxale de la maladie. Ce phénomène immunologique particulier est appelé anticorps facilitateurs (en anglais Antibody-dependent enhancement ADE).

Chez l’homme un tel phénomène a été observé dans les essais de vaccins contre le virus respiratoire syncytial[8] (VRS) et lors de la campagne de vaccination contre la dengue[9] [10] entraînant plusieurs centaines de morts aux Philippines en 2017, l’arrêt de la vaccination et une cascade de procès en attente de jugement.

Chez le chat le vaccin contre le coronavirus responsable de la péritonite virale féline[11] a été abandonné à cause de ce mécanisme [12] Chez les macaques vaccinés contre le SARS-COV spike protéine, les infections post vaccinales ont été marquées par l’aggravation de la pathologie pulmonaire. Lors d’essai de vaccin contre le coronavirus du Mers les lapins développent des anticorps mais leur pathologie pulmonaire est aggravée.

L’apparition de tels anticorps facilitateurs est favorisée par la persistance d’un taux d’immunité insuffisante. Le risque individuel d’aggravation par « anticorps facilitants » doit être évoqué quand l’infection survient chez une personne ayant un faible taux d’anticorps neutralisants[13]

Sur le plan collectif, l’obtention d’une couverture vaccinale élargie, mais fragilisée par un faible niveau d’immunité, constitue un terrain favorable pour sélectionner l’émergence d’un ou de plusieurs variants échappant à l’immunité induite par la vaccination

 Je ne suis ni pro ni anti-vaccin, mais fermement opposé pour l’instant à la généralisation d’un vaccin insuffisamment évalué.

Contrairement à ce que prétendent les décodeurs /déconneurs liés à l’industrie pharmaceutique, je ne suis pas contre la vaccination. Je suis pro-vaccin lorsqu’un vaccin est efficace, sans danger et qu’il permet d’éviter une maladie grave.  Je suis contre un vaccin lorsqu’il est inutile comme pour les maladies transmises uniquement par l’eau (polio, typhoïde, choléra) dans les pays à l’hygiène publique disposant d’eau potable et de traitement des eaux usées ou lorsqu’il n’a pas été correctement étudié et évalué : vaccin contre la dengue (qui a causé des centaines de morts), vaccin Gardasil (qui augmente paradoxalement le risque de cancer du col).

L’indication de n’importe quel traitement ou vaccin doit reposer sur l’évaluation de sa balance avantages/ risques.

On ne peut espérer aucun avantage individuel à vacciner contre le covid les moins de 65 ans, puisque la maladie est chez eux plus bénigne que la grippe ; cette population ne peut donc rien espérer des vaccins anti-covid si ce n’est des complications. Et l’argument sociétal (on se vaccine pour protéger les autres) n’est pas non plus pertinent puisqu’il n’est pas démontré que le vaccin soit capable d’empêcher ou de ralentir les transmissions virales.

En l’état actuel des connaissances, la vaccination des plus âgés présentant des facteurs de risques (population où un vaccin efficace et sans danger pourrait être utile) n’a pas été correctement évaluée, car les essais refusent d’inclure cette population à risques.

Le principe de précaution soulevé par l’alerte norvégienne justifie de ne pas les vacciner systématiquement, tant qu’on ne disposera pas de données transparentes en nombre suffisant affirmant l’efficacité et l’absence de toxicité en population réelle.

En conclusion :

Il faut féliciter le gouvernement de la lenteur qu’il met à généraliser la vaccination anti covid. Les résultats actuels du vaccin Pfizer dans les populations israélienne et britannique laissent en effet craindre un possible catastrophe sanitaire vaccinale.

Remercions par avance les Français volontaires pour se faire vacciner : ils constituent les cobayes de l’essai phase 3 que le laboratoire n’a pas pris le temps de faire. Grâce à eux et aux risques qu’ils prennent, nous pourrons dans quelques mois avoir une plus juste idée des avantages et des inconvénients en population réelle.

Gérard Delépine

Chirurgien à la retraite Auteur avec Nicole Delépine de « Soigner ou Obéir »

***

ET NOS GRIPPES SAISONNIÈRES ? ELLES SONT OÙ DANS TOUT ÇA ?

***

VU À UNE DEVANTURE DE PHARMACIE :

***

***

Un traitement préventif archi-simple comme pour toutes les autres grippes et autres virus : vitamine C, vitamine D et zinc…

Tout médecin digne de ce nom ou tout pharmacien vous le dira

CÉRÉMONIE VIRTUELLE POUR ÉLECTION VIRTUELLE ?