Aller au contenu principal

Pour le Lancet les vaccinés sont des contaminateurs comme les autres. Du coup, le pass [sic], il sert à quoi ?

Depuis le « LancetGate », où le prestigieux [sic] journal The Lancet avait fait paraître un article entièrement bidonné condamnant l’hydroxychloroquine, il est prudent de se méfier de ses papiers scientifiques. Cependant, quand un papier va dans le sens des complotistes, on peut être à peu près sûr qu’il est juste.

Une traduction E&R

*

On s’attendait à ce que des taux élevés de vaccination contre le Covid-19 réduisent la transmission du SRAS-CoV-2 dans les populations en diminuant le nombre de sources possibles de transmission et, par conséquent, à ce qu’ils réduisent la charge de la maladie du Covid-19. Cependant, des données récentes indiquent que la pertinence épidémiologique des individus vaccinés contre le covid augmente.

Au Royaume-Uni, il a été décrit que le taux d’attaque secondaire parmi les contacts familiaux exposés à des cas répertoriés comme entièrement vaccinés était similaire à celui des contacts familiaux exposés à des cas répertoriés comme non vaccinés (25 % pour les vaccinés contre 23 % pour les non vaccinés). [ …]

En Allemagne, le taux de cas symptomatiques de Covid-19 chez les personnes entièrement vaccinées (« breakthrough infections ») est rapporté chaque semaine depuis le 21 juillet 2021 et était alors de 16,9 % chez les patients âgés de 60 ans et plus. Cette proportion augmente de semaine en semaine et s’élevait à 58,9 % le 27 octobre 2021, ce qui prouve clairement le nombre croissant des personnes entièrement vaccinées en tant que source possible de transmission. [JPF ou pour le dire plus clairement : plus on « vaccine » et plus on propage le virus, ou mieux dit encore : et plus le virus devient actif, voire plus virulent, en particulier chez les « vaccinés »].

Une situation similaire a été décrite pour le Royaume-Uni. Entre les semaines 39 et 42, un total de 100 160 cas de Covid-19 ont été signalés parmi les citoyens âgés de 60 ans ou plus. 89 821 sont survenus chez les personnes entièrement vaccinées (89,7 %), 3 395 chez les personnes non vaccinées (3,4 %). Une semaine auparavant, le taux de cas de Covid-19 pour 100 000 était plus élevé dans le sous-groupe des vaccinés que dans le sous-groupe des non-vaccinés dans tous les groupes d’âge de 30 ans ou plus.

En Israël, une épidémie nosocomiale a été signalée, impliquant 16 travailleurs de la santé, 23 patients exposés et deux membres de la famille. [JPF je ne croyais pas si bien dire il y a quelques jours en envisageant, par simple bon sens, l’émergence d’un(e) covid nosocomiale ici ou là ; et comme par hasard — qui n’est pas un hasard — c’est chez les plus tarés de la « vaccination » que cela tombe]

La source était un patient entièrement vacciné contre le Covid-19. Le taux de vaccination [« vaccination » sic] était de 96,2 % parmi toutes les personnes exposées (151 travailleurs de la santé et 97 patients). Quatorze patients entièrement vaccinés sont devenus gravement malades ou sont décédés, les deux patients non vaccinés ont développé une maladie légère. [JPF comme par hasard, bis repetita]

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) identifient quatre des cinq comtés ayant le pourcentage le plus élevé de population entièrement vaccinée (99,9 – 84,3 %) comme des comtés à transmission « élevée ». [JPF les crétins diront : « c’est normal, puisqu’ils sont tous vaccinés » ; moi je dis : « c’est anormal et montre que le « vaccin » est au mieux inefficace, au pire vecteur, incitateur de contamination — entre autres par réduction des capacités immunitaires naturelles de chacun — quand il n’est pas délétère (effets secondaires graves) ou mortifères]

De nombreux décideurs [sic] partent du principe que les personnes vaccinées peuvent être exclues en tant que source de transmission. Il semble que ce soit faire preuve d’une grave négligence que d’ignorer la population vaccinée en tant que source possible et pertinente de transmission lorsqu’on décide de mesures de contrôle de santé publique.

[JPF plus que ça ; perte de la raison et du savoir médical vraiment de base que tout un chacun connaît, moi le premier, comme de ne jamais vacciner pendant une épidémie, de n’expérimenter que sur des volontaires bien informés des dangers, que de se lancer dans une thérapie expérimentale en dernier ressort, quand tout autre traitement est inefficace et/ou le virus super-mortifère, en particulier chez les plus jeunes. Or, il s’avère que c’est ce poison « vaccinal » qui est non seulement totalement inutile (les jeunes sont très rarement touchés et les formes graves ne concernent que des jeunes déjà très malades pour ne pas dire en fin de vie, des jeunes atteints de cancers par exemple, ou subissant déjà de sérieuses maladies pulmonaires), mais dangereux pour la masse des jeunes et sans doute pour les physiquement actifs d’entre eux, tels les sportifs.

Or, depuis le début, on sait qu’il existe des traitements simples ; or ce virus n’est statistiquement pas plus dangereux que celui d’une grippe saisonnière ; or, la thérapie génique ou assimilable à toujours montré, depuis deux ou trois décennies, son inefficacité intrinsèque.

Tout ça est criminel au plus haut point, rendu possible par la corruption d’un tas de « pontes » de la recherche, de la médecine, de la pharmacie, des politiciens de tous les bords et des médiatiques patentés, tous englués dans le totalitarisme mondialiste. Terroriste, eugéniste, inhumain. Et comble du tout : volontairement obscurantiste.

La décadence financiéro-capitaliste a atteint, après l’École de la maternelle à l’université, et cela depuis plusieurs décennies, le noyau dur des savoirs ; ladite Science elle-même ! La plus pointue, la plus technologisée, physico-chimique, biologique et électronique…

Avec au bout de la propagando-publicité transhumaniste, le consentement esclavo-religieux, l’agrément consommateur de toute la masse amorphisée des bobos enthousiastes et des benêts superstitieux de la Terre.]

EN SUPPLÉMENT CET ARTICLE

Dont voici quelques extraits :

L’institut Curie a la réputation d’un établissement de pointe qui soigne des cancers « compliqués ». Cette utilité sociale lui vaut une bonne image. Mais l’irruption de la vaccination obligatoire pousse-t-elle cette honorable institution à une inhumanité tout à fait inattendue vis-à-vis des non-vaccinés ?

***

Comme elle le fait elle-même remarquer, cette obsession de dépister le COVID chez les non-vaccinés est une aberration, dans la mesure où les soignants qui lui demandent de se faire vacciner n’ont aucun scrupule à sortir dans [vers] la boulangerie d’à côté avec leur blouse blanche qu’ils contaminent allègrement et ramènent leurs courses sans aucun protocole particulier dans les locaux même où des cancéreux sont pris en charge. Pourquoi les non-vaccinés font-ils l’objet d’une surveillance renforcée, alors même que les vaccinés, qui peuvent être contagieux, n’ont aucune obligation de test ?

Au fond, tout se passe comme si, dans notre société, on partait du principe que le COVID est plus dangereux que le cancer… C’est la fameuse théorie selon laquelle un malade du cancer doit surtout être surveillé pour une potentielle affection au COVID….

***

Donc, sous prétexte qu’un cancéreux n’est pas vacciné, on lui cherche des poux dans la tête. On lui demande avec une rigidité inhumaine et absurde, de fournir des tests à la pelle, sans tenir compte des conséquences de ces demandes abusives sur sa santé, y compris sa santé mentale. On rajoute du tracas à l’angoisse. 

Au point où l’honorable Institut Curie fait intervenir la brigade anti-criminalité contre une cancéreuse qui présente un test périmé depuis… quelques heures seulement. Sans tenir compte de la fatigue que procurent des déplacements longs depuis le domicile jusqu’au centre de soins, ou jusqu’aux cabinets médicaux qui prescrivent ces tests incessants. 

Dans quel gouffre moral sommes-nous tombés pour que des médecins qui ont prononcé le serment d’Hippocrate fassent intervenir une brigade anti-criminalité contre l’une de leurs patientes atteinte d’une affection grave dont la seule faute est de ne pas être vaccinée ? Est-ce cela, la médecine “inclusive”, la “protection” que l’État prétend nous apporter contre la maladie ?

***

Et nous voulions lui assurer tout notre soutien en espérant que les vaccinés reviendront à la raison, abandonneront leur aveuglement de taliban*, et retrouveront la voie des bonnes vieilles valeurs de tolérance qui ont fait la beauté de ce pays. 

Et puisque nous sommes dans les voeux pieux, nous adorerions qu’ils relisent les controverses médicales sur la compatibilité entre vaccin et cancer. Car, à ce jour, il n’existe pas de consensus scientifique de bonne foi sur l’intérêt d’être vacciné quand on souffre d’un cancer. 

Ajoutons que l’association Rester libre ! mènera dès demain une action de shaming [HONTE] contre l’institut Curie. Adhérez pour participer !

* (JPF) J’ajoute que des personnels vaccinés manifestent ces temps-ci de concert avec des syndicats totalement gangrenés par la pourriture mondialiste, dans divers établissements de santé parce qu’ils sont débordés.

Mais n’ont pas levé le petit doigt pour soutenir leurs collègues non « vaccinés ». Ces gens-là n’ont honte de rien et j’ai des doutes sur leur qualité à bien exercer un métier ou des qualités humaines sont indispensables. Je suppose que ceux qui ont un esprit de sacerdoce sont plutôt des esprits libres et sains non-piquousés.

La maffia syndicale « « « de gòche » » » n’a honte de rien, comme déjà dit dans un précédent article j’ai entendu, dans un rassemblement devant l’hôpital de ma cité, rassemblement en soutien aux personnes de l’hôpital qui ne voulaient pas se faire « vacciner », un vieux con de papi-boumeur ex babi-boumeur (triste génération de nantis, en général) nous expliquer qu’il fallait se faire piquouser, ceci devant des gens, dont certains en pleurs, expliquant la détresse que ça représente d’assumer leur exclusion de leur travail, et de la société. Leur apartheid. Et le taré voulait également nous mettre dans l’idée qu’il « fallait faire quelque chose » pour envoyer le poison « vaccinal » en Afrique ! Il s’est fait huer.

Voilà ou mène « l’antifascisme » et « l’antiracisme ».

À l’exclusion, à la bêtise crasse. À la dictature … sur le prolétariat. Que cela soit comme hier sous le stalinisme ou aujourd’hui sous le mondialisme tant « occidental » que chinois. Après, certains s’en étonnent encore !

EN COMPLÉMENT DE L’ARTICLE PRÉCÉDENT

VOIR :

Images insoutenables du virus mutant (du latin virus «suc, jus, humeur; venin, poison; mauvaise odeur, puanteur, infection»)

Publié le 7 décembre 2021 par defensededavidhamilton

PEUT-ON RIRE OU SOURIRE DE TOUT ?

RENDRE LA HONTE
ENCORE PLUS HONTEUSE
EN LA LIVRANT À LA PUBLICITÉ

trouvé sur Touitteur

On m’écrit que les psychothérapeutes ont du travail pour des années. Du pain sur la planche, oui, du moins si la profession n’est pas interdite bientôt, ou intégralement récupérée par les transhumanistes.

Déjà que la santé mentale d’une bonne partie des adultes est très préoccupante, on peut imaginer ce que nous réserve l’avenir avec une génération de gamins masqués de force dès le primaire (ce qui plus est, est totalement anti-sanitaire et nocif, pour ne pas dire toxique pour leur développement, tant mentalement que physiquement).

Subissant une maltraitance et face à des adultes masqués, et ceci dès la crèche et les maternelles, des ersatz d’êtres humains pré-robots. Voire bientôt piqués sur ordre des plus tarés des géniteurs ; et qui ne comprennent rien au film ou surréagissent.

Qui encore oserait mettre en doute la théorie de l’évolution, qui plus est la théorie d’une évolution par bonds, bonds propres à des temps de catastrophes ? Le fin du fin étant de passer de catastrophes naturelles à catastrophes humaines, ou plus exactement inhumaines, mondialistes et programmées !

BRÈVES DE MOTS

Entendu dans un extrait d’émission de France 24 (YouTube de ce jour), le mot « négationniste » pour « anti-passe » (pardon anti-pass, pour rester dans le ton et dans la mode du moment).

Sans doute que le terme faux « anti-vaxx » n’est plus assez porteur pour faire réagir les lobotomisés.

Encore que le mot « négationniste » est quasiment sorti du vocabulaire courant. D’ailleurs, y est-il jamais entré ?

***

Petite devinette à propos d’un terme que j’ai lu dans un commentaire sur Internet.

— Savez-vous comment se nomment les adeptes du zemmourisme ?

— Non !

— C’est pourtant simple : les zemmouroïdes.

***

Réflexion d’un misanthrope radical et éclairé :

Moi, je ne suis pas du tout raciste et je ne fais aucune différence. Comment pourrais-je l’être ? Je n’aime personne, pas même moi-même.

***

Signé : le petit lexicographe.

BRÈVE

ON FINIT PAR S’Y PERDRE TOUS
info reprise de François Asselineau
✔ @UPR_Asselineau
😳HALLUCINATION
Étude française :
⚠️Sur un échantillon de 27 000 patients qui disaient souffrir de la «covid longue», 96% n’ont jamais eu le #COVID19 !
Seuls 1 091 d’entre eux ont été testés positifs à un test sérologique.
Les 25 909 autres ont somatisé.
⛔LA PROPAGANDE REND FOU. https://twitter.com/Nusakan007/status/1467150803601350657

un commentaire intéressant :
Je me trompe ou on aperçoit brièvement dans la vidéo l’Abruti de Gilbert DeRay, l’inventeur du COVID long et le « docteur » qui a inventé des signes de troubles neurologiques visibles [de la covid] suite à un scan cérébral chez les enfants?

mon commentaire (JPF) à ce commentaire : « les troubles neurologiques visibles » (par IRM) ça déjà été sorti, en particulier par Flavie Flament, la spécialiste du viol, qui a prétendu que l’on avait trouvé dans son cerveau des traces physiques de ce dernier (son prétendu viol). Moi je pencherais plutôt, dans son cas, pour l’absence congénitale locale de neurones, autrement dit : une case de vide.

MACRONET LE MAGICIEN

BUON APPETITO !

HUMOUR ? ET AUTRES

ÇA, C’EST-I’ PAS UNE PANDÉMIE MONDIALE, PIRE QUE LA PESTE AUTREFOIS!

A lire: « DAVID HAMILTON suicidé, mais par qui? »

Les personnes désirant lire le livre (2018) « David Hamilton suicidé, mais par qui? », peuvent écrire au blog (WordPress) « En défense de David Hamilton ». Les ouvrages seront livrés dans la seule mesure des stocks disponibles, par voie postale. Rappelons que l’écrivain suisse Roland Jaccard, récemment disparu, avait consacré un article à ce livre dans le mensuel français Le service littéraire, numéro 116.

***

« Not only Black and White » and David Hamilton : body art’s from the world’s finest photographer

Publié le 4 décembre 2021 par defensededavidhamilton

Bibliographie david-hamiltonienne

Not Only Black and White, Australie, août 1994, numéro 8, avec une galerie de photos de David Hamilton (dont le nom apparaît en première position sur cette couverture)

Voici un document fort peu connu, et qu’auront donc le privilège de connaître les lecteurs du blog « En défense de David Hamilton ». Il s’agit du magazine Not only Black + White – Numéro 8, 116 pages, publié en Australie par Studio Magazines, paraissant à Sydney, en août 1994. On y trouve (page 46 et suivantes) des photographies de David Hamilton (dont le nom apparaît en première position sur la couverture).

IN MEMORIAM DOCTEUR ANDREAS NOACK

ON EST BIEN EN GUERRE (MALGRÉ NOUS), ÇA SE CONFIRME — EN COMPLÉMENT À LA « PETITE BÊTE » D’HIER

VIA

Réseau International : https://reseauinternational.net/le-dr-andreas-noack-chimiste-autrichien-renomme-est-mort-quelques-heures-apres-avoir-denonce-les-risques-de-lhydroxide-de-graphene/

Le Docteur Andreas Noack, chimiste autrichien renommé, a été tué quelques heures après avoir dénoncé les risques de l’hydroxyde de graphène. Vidéo.

Publié le 1 décembre 2021 par brianajane 12 Commentaires

Le lanceur d’alerte Dr. Andreas Noack, chimiste autrichien renommé expert sur le carbone, est mort quelques heures seulement après avoir dénoncé les effets de l’adjuvant hydroxide de graphène, une nanotechnologie qui serait présente dans l’injection, expliquant que c’est ce qui tue réellement les gens en s’immisçant dans l’ensemble des organes et provoquant des lésions au niveau cellulaire, « comme des nano-lames de rasoir ».

Il affirme que cela pourrait expliquer pourquoi les athlètes meurent soudainement pendant les entraînements et les matchs, ou pourquoi certains meurent instantanément si l’adjuvant a été injecté dans la circulation sanguine plutôt que dans le muscle…

Cette semaine, 23 novembre, le Dr Noack a été « battu à mort » après sa dernière vidéo, selon sa femme visiblement enceinte.

• Travaux du Dr. Pablo Campra sur lesquels sont basés cette vidéo

Résumé :

L’hydroxyde de graphène a été trouvé dans tous les vaccins étudiés. L’hydroxyde de graphène forme des structures dans le flux sanguin d’environ 50 nm de large et 0,1 nm d’épaisseur. Elles sont très fines mais très solides. Elles agissent comme de petites lames de rasoir dans le flux sanguin qui peuvent couper les vaisseaux sanguins. Elles ne se décomposent pas. Une fois dans la circulation sanguine, elles y resteront pour toujours (à moins que la personne ne reçoive une transfusion sanguine pour les éliminer). Leur effet sur les vaisseaux sanguins est cumulatif. Plus elles restent longtemps dans la circulation sanguine, plus les vaisseaux sanguins sont endommagés au fil du temps. Cela crée des problèmes d’hémorragie dans tout le corps.

Selon lui, un débit sanguin plus élevé (dû à une activité physique intense des athlètes) entraînerait des dommages plus importants aux vaisseaux sanguins causés par l’hydroxyde de graphène et expliquerait donc les décès d’athlètes parmi les personnes injectées.

Voici des citations importantes faites par le Dr Noack :

Recevoir le Vax, c’est comme jouer à la roulette russe. Les personnes qui meurent immédiatement ou peu après avoir reçu le vaccin sont comme des victimes de la roulette russe. C’est lorsque l’oxyde de graphène frappe immédiatement la paroi des vaisseaux sanguins qu’il provoque la mort ou l’effondrement immédiatement après avoir reçu le vax.

Les médecins qui pratiquent des autopsies sur les victimes du Vax ne vont rien trouver. Ces médecins cherchent quelque chose de biologique comme cause de la mort mais l’hydroxyde de graphène n’est pas biologique donc il ne sera pas visible dans leurs tests.

Il y a des photos de sang coagulé sortant du nez. Les gens saignent à mort de l’intérieur.

Les athlètes de haut niveau qui meurent ont un sang qui s’écoule rapidement. Plus le sang circule vite, plus les rasoirs font de dégâts.

En tant que chimiste, [je vous dis que ] si vous injectez ça dans le sang, vous êtes un meurtrier.

La question à poser aux fabricants de vaccins et aux politiciens est la suivante : POURQUOI CES LAMES DE RASOIR SONT-ELLES DANS LES VACCINS ? Comment peuvent-ils justifier leur présence dans les vaccins ?

Et maintenant, ils veulent forcer les enfants à être vaccinés dès l’âge de 5 ans avec ce truc horrible !

Il y a un an (nov 2020), le chimiste avait été arrêté par une unité de police armée pendant un live YouTube.

L’Autriche est le premier pays d’Europe et du monde à mettre en œuvre un programme de vaccination de l’ensemble de la population sous peine d’amendes ou d’emprisonnement en cas de non-vaccination. Le plan de vaccination complet débutera en février 2022.

sources :
• researchgate.net/detection-of-graphene-in-Covid19-vaccines
• strangerinajewishworld.com/2021/11/28/dr-andreas-noack
• odysee.com/AndreasNoack:2
• truth11.com/2021/11/30/whistleblower-dr-andreas-noack-renown-austrian-chemist-is-dead

source : https://cv19.fr

EN CONCLUSIONS PROVISOIRES :

1 – UN CHIMISTE RECONNU INTERNATIONALEMENT COMME EXPERT DANS LE DOMAINE DU CARBONE VICTIME D’UN TRÈS PROBABLE ASSASSINAT POLITIQUE MONDIALISTE OU D’ÉTAT (CE N’EST MALHEUREUSEMENT PAS LE PREMIER SCIENTIFIQUE À QUI ÇA ARRIVE) .

2 — MICRO-THROMBOSES ET/OU DONC AUTRE CHOSE ?

3 — À ÉCLAIRCIR ÉGALEMENT : LE RAPPORT ENTRE « LA CHOSE » (la nano-bête vivante et proliférante, voir l’article d’hier) ET « LE RASOIR » HYPER-RÉSISTANT AU CARBONE.

4 — : SEUL ESPOIR D’AVENIR PLUS SERIN POUR LES PIQUÉS : UNE TRANSFUSION SANGUINE, MAIS DE SANG NON CONTAMINÉ.

5 — AUTRE PRINCIPE DE PRÉCAUTION VOIRE DE SURVIE ; POUR LES GENS QUI SONT ENCORE « SAINS » ET QUI AURAIENT BESOIN D’UNE TRANSFUSION SANGUINE LORS D’UNE OPÉRATION : UNE COLLECTE PRÉALABLE DE LEUR PROPRE SANG EST VIVEMENT RECOMMANDÉE.

6 — LA LONGUE PRÉMÉDITATION ET LE COMPLOT MONDIALISTE MORTIFÈRE POUR NE PAS DIRE GÉNOCIDAIRE SONT DE PLUS EN PLUS ÉTABLIS, DÉCORTIQUÉS DONC DE PLUS EN PLUS PROBABLES.

Seule question en suspend à ce niveau… Wuhan : contamination accidentelle ou volontaire ?

Et finalement Lang, actuel président du Conseil Constitutionnel en panne ou plus exactement mondialisé, nous porte vraiment la poisse !

***

PÉTITION :

http://www.leslignesbougent.org/petitions/non-au-vaccin-obligatoire-coronavirus/

***

***

BRÈVE DU JOUR

Trois démissions ce jour d’hui en Autriche : celle du Chancelier, celle du Ministre des finances et celle de l’ancien Chancelier qui devait avoir encore quelque fonction officielle quelque part.

PECORIS MEDIOCRITAS * petit ajout à l’article d’hier

Après les Bonnets Rouges et Gilets Jaunes de la contestation « populacière, fachote et beauve (féminin de beauf) » diront les « illuminés », voici le temps des derniers Masques Bleus tenaces et péripatéticiens des « vaxinés » indécrottables (précédés, un court instant, à l’époque de l’anté-covidisme, des finalement discrets et anecdotiques Foulards Rouges de La Régression En Marche).

Le temps mimétique des plus abrutis des hyper- conformistes qui adhèrent à la doxa des z-élites terrori-prosélytiques dominantes.

Au final, la masse des égotiques encoconnés consommateurs de néant qui oublient que vivre c’est nécessairement mourir un jour ou l’autre (mais de préférence pour une noble cause quand c’est possible, pas comme ici en expérimentateur soumis, pour un produit non seulement délétère, pour ne pas dire en partie génocidaire, mais plus encore quasi inutile puisque des traitements efficaces existent).

C’est le noyau dur de cette masse largement muette, ou médusée, ou parfois bêlant ou beuglant (pour les plus atteints) des « complotistes! », des « tarés! », des … « égoïstes! » (le summum de « l’inversion accusatoire » comme on dit), cachés religieusement derrière leur voile covidiste convenu de la nouvelle religion dominante.

C’est cette masse de débiles, demeurés, crétins, imbéciles, abrutis (par les media télévisuels en particulier, et par plusieurs décennies d’école dévaluée, propagandiste et ennemi du sens critique et du débat) qui « s’exprime ».

Ce sont les Masques Bleus ou, pour les plus « distingués » (distinguables publiquement et plus précisément dans la rue, dehors), les masques illustrés, « artistes », d’autres couleurs ou d’autres matières, plus « nobles », du covidisme « courant historique » dans son décrépissage volontaire et affirmé du logos, de l’éthique et de l’esthétique humains.

La mise en spectacle spectaculaire — si l’on peut user de ce pléonasme — de la misère mentale, intellectuelle et morale des z-élites, répercutée sur la masse des suiveurs, alors qu’eux-mêmes (je veux dire : les z-élites) se moquent bien de prévention, de gestes barrières et de tout le tintouin. Et même, pour plus d’un, de la piquouse.

Et au final, on voit et subit l’exposition en grand des non-visages de pauvres petits bons-hommes et pauvres petites bonnes-femmes en recherche insatiable de con-sidération — de sidération hallucinée et hypnotique collective, affirmée, affichée, patentée, étiquetée (mais deséthiquetée), irraisonnée et irraisonnable ; et avant tout conforme aux normes imposées du mondialisme.

Vision interchangeable, monotone et terne, méprisable, grotesque, microbienne (de la taille du micron, mais tout autant du minus habens macron) et totalement vide de sens, comme du temps où des êtres humains désemparés alliés aux tenants du pouvoir, de la force, de la violence et de la barbarie intrinsèque, chassaient les sorcières. Bourreaux d’en-bas.

En cette présente dystopie réalisée, ce mauvais rêve, fonctionnent à plein régime l’irrationnel, l’insensé, l’émotionnel sans recul aucun, l’immédiat, ou encore le tribal qui sont généralement l’apanage des incultes et des gens manquant d’instruction, à l’esprit démuni, aux réflexes conditionnés, primaires, simplistes en guise de réflexions.

Le plus inquiétant pour l’avenir de l’Humanité est de retrouver aussi, parmi ces pauvres gens, ces lampistes formatés et finalement dangereux, tout un tas de personnes « ayant fait des études » et « bardées de diplômes » ! Et pas qu’un peu ; que l’on pourrait réunir sous le vocable pratique de « bobos ». Plus bourgeois ou petits-bourgeois (de la pire espèce) que bohèmes !

Ô Bohème, où es-tu rendue ?

* La médiocrité du troupeau, ou du bétail, à moins que ce ne soit le juste milieu des pécores.

NOUVELLE DÉCOUVERTE SCIENTIFIQUE : LES ALIENS DU COVIDISME ?

Je vous transmets l’information brute.

Chacun en conclura ce qu’il veut. Moi, je dis simplement que plus rien ne m’étonne de nos jours.

Et je rappelle que tant le/la covid-19 responsable du sras-cov-2 que lesdits « vaccins » — les soupes indigestes covidistes des uns et des autres — contiennent tout un tas d’éléments toxiques ou délétères tels que des fragments de la malaria, du sida, des protéines de pointe toxiques (spicules), du graphène, etc.

Déjà, pour ce qui est « simplement » de la maladie, je note également qu’il se dit de plus en plus que 65 % des gens qui ont été atteints par le/la covid — autrement dit environ deux personnes sur trois — subiraient actuellement, et des mois après, divers et variés effets secondaires tels que fatigue récurrente, céphalés, courbatures, maux articulaires, ou encore … déprime, etc. Appelés : covid long.

Alors pourquoi ne pas découvrir maintenant dans ces poisons une nano-bestiole ? Qui plus est vivante et proliférante …

DE « LA NEWSLETTER DE MICHEL DOGNA »

https://micheldogna.fr/

ingénieur chimiste à la retraite

HYDRA VULGARIS

(Transmis par AH2020)
 

Le Dr Carrie Madej reçue par Stew Peters semblait clairement ébranlée par ce qu’elle avait vu après avoir examiné les fioles de « vaccin Moderna et de J & J ».

Stew Peters:Vous nous avez envoyé ces images et je les ai regardées. Je dois dire que j’ai pris peur, mais de nouveau, je me rends compte que je ne sais pas à quoi j’ai à faire, quand je regarde. Donc, aidez-moi !

Dr Carrie Madej : Tout d’abord, en juillet, un laboratoire local en Géorgie m’a demandé d’examiner le contenu d’un flacon d’injection qu’ils venaient de recevoir. Ce flacon était froid. Il avait déjà été utilisé pour être injecté au moins à un patient. C’était la fin de la journée, et ils allaient le jeter. Ils pouvaient donc en disposer. Ce flacon particulier était une injection Moderna.

J’étais là pour servir de témoin et j’ai disposé le contenu sur une lamelle pour l’observer au microscope ; rien n’a été ajouté à cette solution, rien n’a été dilué, aucun tissu humain n’a été ajouté… Il y avait seulement la lumière blanche du microscope. Et bien sûr avec le temps, le produit ne fut plus réfrigéré, mais à la température de la pièce.

D’abord, cela paraissait juste transparent. Et au fur et à mesure que le temps passait, après 2 heures, des couleurs que je n’avais jamais vues auparavant sont apparues. Il n’y avait pas de réaction chimique qui se passait. C’était brillant, bleu, violet brillant ou jaune, et parfois vert. Je ne savais pas ce qu’étaient ces couleurs. Après avoir fait des recherches sur les matériaux super conducteurs, il peut se faire cela si on envoie des faisceaux lumineux. Les matériaux super conducteurs sont comme un système informatique injectable.

En tous cas ces fibres apparaissaient de plus en plus. Certaines de ces fibres avaient sur elles une structure cubique ; il y avait aussi des fragments métalliques, mais pas des fragments métalliques que je suis habituée à voir. Et aussi, au bord de la petite lamelle qui couvrait la grande, toutes les particules et les couleurs essayaient de se déplacer plus vers le bord, et puis il y avait des choses qui grossissaient, qui s’assemblaient. Elles paraissaient synthétiques, et il y avait, disons, un objet particulier, ou un organisme, je ne suis pas sûre de savoir comment l’appeler, d’où des tentacules sortaient, et qui était capable de soulever la lamelle couvrante.

Stew Peters : Est-ce que cette chose était vivante?

Dr Carrie Madej : Oui, on dirait qu’elle peut reconnaître son environnement, qu’elle peut grossir et se mouvoir. Je peux vous dire que ce n’est pas quelque chose que l’on enseigne pendant nos études médicales. Rien vu de pareil en laboratoire, rien que j’aurais déjà vu auparavant. Et j’ai montré cela à des spécialistes du domaine, et ils ne savent pas non plus ce que c’est.

J’ai continué à regarder, regarder sans cesse à nouveau, et un collègue-témoin avec moi.  Nous pensons tous deux que c’est conscient, que cela sait que nous l’observons. Ce n’est qu’une intuition, un ressenti, c’était très perturbant. Et donc, après 2h30, tout a été détruit.
Je me suis dit : peut-être n’est-ce qu’un mirage. Et puis peut-être que c’est seulement dans un flacon.

Or récemment, le laboratoire a pu obtenir un flacon du même fabricant, mais bien sûr, d’un lot différent. J’ai regardé de la même manière au microscope, et une autre structure à tentacules est apparue ! Elle était cette fois complètement sous la lamelle du dessus et cette chose ne bougeait pas parce qu’elle n’était pas au bord. Je n’arrivais pas à croire que j’en voyais une autre, avec les mêmes choses, (l’apparition des couleurs avec le temps, les fibres). A ce moment-là, j’ai eu besoin de faire une vidéo où on voit le mouvement, pour que vous puissiez voir cela aussi.

J’ai pu ensuite observer le contenu d’un flacon de Johnson & Johnson. Et il y a certainement une substance qui ressemble à du graphène. Si cela en est ou non, je n’ai pas l’aptitude de les analyser dans ce laboratoire, mais c’est ce que l’on voit. Il y a aussi des substances grasses qui seraient considérées comme de l’Hydrogel dans les deux flacons.

En tout cas, ce que je veux dire, c’est qu’ils nous mentent, J&J nous ment en disant que le produit ne contient pas de nanoparticules lipidiques. Dans le J&J, il y a aussi différentes couleurs qui sont des pastels fluorescents, et puis beaucoup de structures synthétiques, comme des anneaux sphériques… Je décris ce que je vois et si ces choses sont dans ce qu’ils appellent à tort « vaccin », que vont-elles faire sur un enfant ?

Remarque M[ichel] D[ogna]

Selon des rapports scientifiques officieux, il a été observé au microscope des nano œufs qui ont été placés sous une lampe chauffante – je n’ai pas les détails du temps d’incubation, mais il a pu être observé une éclosion et la naissance de bébés « hydra » à 3 tentacules. Il s’agit donc bien d’un nano animal qui a été élevé pour être introduit dans l’organisme humain – la bestiole s’accroche aux synapses nerveuses et aurait pour mission, d’après mes sources, d’interférer sur le fonctionnement psychique des receveurs en tant que relai de télécommande de programmes venant de l’extérieur (ex : 5G, HAARP, ou autres…).

Parmi les nombreux chercheurs qui s’interrogent sur la composition réelle des vaxx ARNm indirectement imposés aux populations, le Dr Franck Zalewski a découvert au microscope une forme de vie inquiétante dans le vaccin soi-disant contre le Coronavirus qu’il dénomme « LA CHOSE » qu’il a trouvée dans l’un des trois flacons du vaccin Pfizer Cominarty testés. La description de sa découverte confirme totalement les travaux d’autres chercheurs indépendants déjà connus tels les Docteurs Robert Young, Carrie Madej, Zandre Botha, etc., et va même plus loin qu’eux.

On sait maintenant que la composition affichée de la soupe à la Frankenstein des dits vaccins ARNm anti covid, comporte des « oublis » d’importance capitale tels l’oxyde de graphène, la protéine Spike, l’hydrogel Darpa, sans compter la cerise sur le gâteau que sont les cellules de rein de bébés avortés – ceci pour quoi faire ? Nous amener doucement vers l’anthropophagie ou le « soleil vert » dans le film du même nom ? Allez savoir…

Mais revenons au Dr Zalewski : il est convaincu que cette forme de vie grandira une fois inoculée à l’intérieur du corps des vaccinés, car il a observé qu’en quatre jours d’étude, cette « chose » s’était développée et avait pris du volume. Invariablement de nombreuses questions se présentent à son esprit : Est-ce un « être vivant » inoculé aux vaccinés dans des sortes d’œufs qui vont éclore grâce à la chaleur de l’organisme ? Seront-ils activés dans leur développement grâce à un signal externe envoyé ?

Le Dr Zalewski soupçonne que « le graphène contenu dans le vaccin agit comme une sorte de nourriture ou de catalyseur pour « la chose » parce que le vaccin contient les œufs de « la chose » qui semblent éclore en présence de graphène »… les piquouses de rappel seraient en fait des recharges en oxyde de graphène pour nourrir les petits monstres…

Prenez le temps de visualiser cette présentation bouleversante du Dr Zalewski :

Il s’agit de VOTRE corps,
de VOTRE santé,
de VOTRE indépendance,
de VOTRE vie !

https://rumble.com/vov7hj-vostfr-oeufs-avec-tentacules-colores-dans-votre-plat-injectable-de-votre-ma.html.

(14,37 min)

*

ajout de moi, JPF

Cette histoire est inquiétante et la dernière question également ; malheureusement nous n’avons pas pour l’instant de réponse de la part de ce scientifique à sa question que l’on peut résumer ainsi :

Pourquoi sous couvert de tester les gens collectent-ils notre ADN ?

***

Au passage confirmation que certains « vaccins » semblent n’être que des placebos, des solutions salines.

Juste pour se faire du pognon ou juste pour comparaison statistiques avec les poisons (plus ou moins actifs et / ou mortifères) ? Ou les deux ?

Ce qui nécessiterait un suivi de chacun. J’ignore comment il pourrait être mis en place.

CORONAVIRUS. L’OBSCÈNE.

Par Jean-Claude Paye et Tülay Umay

Mondialisation.ca, 25 novembre 2021

La contrainte du port du masque est organique à la pandémie. Elle repose sur un mécanisme fétichiste. Elle saisit le visage, dont la capture est au centre du processus d’assujettissement. 

Au contact de ce fétiche, l’individu est envahi par un sentiment d’altération de sa personnalité. C’est donc dans l’ordre visuel, celui de l’objet-regard, que se joue le sentiment d’obscénité. Il impose alors un impératif inconditionnel de ne pas assumer sa liberté et de consentir à la perte de son humanité. Il implique automatiquement une capacité d’abandon de soi, basculant dans l’obscène.

L’injonction met en place une procédure, où le désir de l’Autre se confond avec la violence de la contamination. Cet automatisme mimétique, destructeur du processus de différenciation, ne repose plus, comme dans la « lutte antiterroriste,«  sur une guerre contre le droit. Ici, les libertés étant déjà détruites, il s’appuie sur une révocation de la Loi symbolique. 

Dans la « guerre contre le coronavirus, » l’individu est happé par la jouissance de l’objet-regard présentifié par le masque. Il détourne alors l’usage de l’objet en satisfaction de la pulsion de mort. De part son caractère traumatique, celle-ci devient une compulsion de répétition, renversant le désir de l’Autre en jouissance d’objet. 

La chose scopique est au fondement de la démesure sanitaire, qui articule, non plus le désir au Réel, mais fait l’injonction de jouir du Réel. Alors, ce qui est mis en scène n’est plus la parole, mais l’ ob-scène de l’objet masque. 

Le covidisme prive les individus de leur visage. Il porte une violence, surpassant celle résultant de la suppression des libertés publiques et privées, réalisée par le droit antiterroriste. Si « la lutte antiterroriste » s’est principalement attaquée aux dimensions imaginaire et symbolique de la société, la « guerre contre le coronavirus » enferme dans le Réel de la psychose.

Le port du masque exhibe le consentement des populations au non sens de l’ensemble des dispositions « hygiéniques »,  à l’acceptation de mesures qui les détruisent. Si bien que refuser cette effraction de notre dignité mettrait fin à « l‘état d’urgence sanitaire. Au contraire, s’appuyant sur un passage à l’acte qui suspend la conscience, la généralisation du port du masque produit une homogénéisation des comportements. Elle supprime tout processus de différenciation et se pose comme religion universelle.

Une pédagogie de la contamination.

Bien que même l’OMS reconnaisse que le masque ne protège pas du virus, son obligation est centrale dans la gestion de la « pandémie ». Cette organisation recommande cependant un port généralisé qui rappelle le danger et installe des attitudes « de précaution« . L’objectif reconnu est celui d’une mutation des comportements. Il s’agit d’une mesure d’éducation des individus, devant leur permettre de vivre dans une « société épidémique.« [1] Avec son masque, la personne n’assiste pas à l’épidémie en simple spectateur. Sans être ni malade, ni contagieuse, elle fait l’expérience de la contagion. 

Le port du masque relève d’une incorporation du discours sanitaire. Il se pose comme trait unitaire du corps morcelé et unifie la population dans la pandémie. Porter le masque, c’est être un avec le pouvoir qui détermine ainsi les modalités de notre jouissance. Cette emprise doit être permanente : le ministre belge de la santé, Franck Vandenbroucke, vient d’ailleurs de préconiser l’adoption « d’une culture généralisée du port du masque, » applicable même après la « pandémie » du covid 19 , afin de « prévenir d’autres maladies telle que la grippe »[2].

Sans le respect de la contrainte du port du masque, toute la chorégraphie de la pandémie s’écroulerait. L’acquiescement des populations à l’impératif relève d’un rapport incestueux avec le pouvoir, consistant à attendre le salut de la part des instances politiques et accepter de ne pas être soigné. 

Porter le masque consiste à reporter la charge de l’asservissement sur les individus qui s’y soumettent. Ces derniers doivent porter leur culpabilité en s’assujettissant au commandement surmoïque. Dès lors, les gens, qui exhibent le masque inscrivent, à la fois, le rejet de l’Autre et ce qui en résulte, leur propre anéantissement. Ici, ce n’est plus la dimension collective qui est prioritairement attaquée, mais bien ce qui nous constitue, un à un, comme être humain singulier. 

Une procédure fétichiste.

L’obligation du port est une procédure fétichiste se posant comme une nouvelle religion, identifiant un instrument d’humiliation, le masque corona, avec la croyance en sa fonction salvatrice. Elle rappelle ainsi le mécanisme fondateur du christianisme romain, procédant à une fusion entre un objet de torture, la croix, et la croyance en sa fonction de rédemption. 

Sur base de la figure de la victime, l’empire romain a créé une nouvelle religion universelle, en convertissant le christianisme originaire en paganisme. Ici, le port du masque convertit les populations à un fétichisme global. Il crée une religion, qui, n’ayant plus ni de loi, ni de limite, repose uniquement sur un impératif catégorique, ordonnant aux populations de fusionner avec ce qui est dit et montré et ainsi de jouir de leur propre destruction.

Dans le christianisme romain et le dans covidisme, la victime est en position d’accueil de la violence subie. Cette place la met en situation d’activité passive et fait d’elle, à la fois, un héros et une victime. La centralité de la place de la victime engendre une sacralisation de la violence et produit une religion, basée  sur une jouissance mortifère. 

Sa généralisation résulte de la mise en place d’une machine mimétique, à travers laquelle, les individus cèdent sur le désir de l’Autre et prennent en charge la jouissance du pouvoir. Le port du masque est ainsi un oui à la mort du sujet parlant et un acquiesment d’être capturé. C’est un fétiche, il renverse toute symbolisation et permet un éternel retour du traumatisme. 

Le masque corona est un enfermement de la population dans la contagion du « disque qui court« . Alors, l’impératif imposé par le pouvoir,[3] et la jouissance sacrificielle, exprimée par les populations, se confondent. Le refoulement n’est plus possible, tout mécanisme de protection est levé. 

Le masque met en lumière l’obscène d’une double perte, celles de « perdre la face » et de ne plus avoir de vis-à-vis. Le port défie les lois de la survie. Le « souffle », le lieu de la représentation du principe vital, est perverti par le masque. Celui-ci devient un fétiche source l’obscénité et annulant la procédure du refoulement. Il exhibe le spectacle de notre propre mort. Le masque est alors le surgissement de l’image angoissante de la tête de Méduse, la révélation de quelque chose d’innommable. 

 Effraction du Réel.

La formation politique des classes dominées étant détruite, il n’y a plus de limite à la jouissance du pouvoir. Celle-ci peut alors se déployer hors sens et hors droit. Tout ordre juridique n’est plus seulement déconstruit, mais banni. N’ayant plus de place, il n’a simplement plus lieu d’être. 

La démonstration du pouvoir, qu’il peut tout faire et tout dire, nous met face à l’effroi. L’attaque est bien plus profonde que celle produisant une fausse conscience. Elle procède à une destruction du Symbolique,[4] de la fonction, encadrant la violence et permettant la construction du lien social. La soumission des populations ne s’effectue plus passivement, comme dans le discours de la « lutte contre le terrorisme« , mais activement dans l’engagement personnel des individus dans l’installation des mesures de « protection et de distanciation« . 

Le port du masque détruit toute ouverture à l’Autre. Il produit une perte de « l’appétence symbolique, » de ce désir de relation se manifestant en dehors de la satisfaction des besoins élémentaires. Il s’oppose à une poussée de la pulsion de vie, essentielle dans la mise en place d’un lien avec l’extérieur. Le port du masque corona relève alors d’une procédure d’évitement relationnel qui fait que l’autre n’existe plus. En tant que fétiche, il se substitue au lien social.

L’institution imaginaire de la société est détruite par « l’effraction du réel comme non sens pur .»[6] Le « faire voir » répété, cette obscénité compulsive a pour objet de nous pétrifier. La sidération produit un phénomène de « fusion instantanée » avec la « Chose, » avec ce qui est dit et montré. Ainsi, la dé-subjectivation, à laquelle conduit ce processus, amène le sujet à « être vidé de soi même jusqu’à faire corps avec la source sidérante. »[7] 

Dans cette « crise » l’obscénité est omniprésente. Elle ne cesse de se donner en spectacle et de convoquer notre regard. Le port du masque repose sur sa banalisation. Son obcénité ne se limite pas à montrer ce qui ne doit pas être vu, elle fait que le masque devient lui-même un objet-regard.[8]

Pour le pouvoir, tout doit se voir. Il en résulte une dissolution de l’espace privé, de l’espace intime, au profit d’une seule et unique jouissance – celle de l’œil absolu. Dès lors, « un […] fantasme domine cette […] inquiétante phase de la civilisation : être maître du visible, c’est être maître du monde ».[9]

L’obs-cène.

Le masque coronavirus ne porte plus une voix s’adressant à l’Autre, comme dans la tragédie grecque.  Au contraire, il fait taire, il supprime la parole.  Il enlève toute protection et s’offre au réel du regard. Il est l’objet-regard, bien connu des mythes grecs,  celui de la méduse qui nous pétrifie. 

L’individu fusionne alors avec l’exhibition de sa faiblesse et met seulement en scène la jouissance du pouvoir. On ne porte plus un masque on devient le masque. Le port est alors le déploiement d’une obscénité qui  paralyse le sujet, car il supprime tout repère et renverse l’ordre symbolique. Le porteur fait l’expérience de la disparition de l’Autre. Ce masque provoque ainsi une rencontre avec l’obscène. L’obscénité est un « faire voir » de ce qui devait être à l’abri du regard. Il est l’aversion du sens. 

L’obscène a pour effet de menacer directement la capacité de tout être humain à installer en lui le refoulement, un mécanisme de défense lui permettant de ne pas être constamment habité par ce qui le menace. Le refoulement n’est possible que si il y a une représentation qui médiatise la Chose. 

Le masque force le regard et, en même temps, le repousse.[10] Il renverse le processus de voilement et de dévoilement. Le sujet se trouve alors dans la transparence, son intimité est exposée. Il s’attaque ainsi à la capacité de la personne à installer, en elle, le refoulement. L’individu, ne pouvant plus attendre l’aide de personne, se trouve dans un état de « dé-tresse« , témoignant d’un dénouage du lien social, d’une situation d’isolement.

Si la « scène » est  le lieu de l’action politique, de la prise de décision, l’ »ob-scène » est, au contraire, un effet de la séparation des hommes entre eux, le résultat de l’impossibilité de faire appel à l’Autre et de former un nous.[11]

L’obscène du discours sur la « pandémie » exhibe le non-sens. Ainsi, le port du masque est obligatoire, bien que les autorités admettent qu’il ne protège pas du virus. L’ »ob-scène » relève du Réel lacanien, « c’est l’expulsé du sens, c’est l’impossible comme tel, l’aversion du sens.« [12] L’existence de l’im-monde, à savoir ce qui n’est pas monde, voilà le Réel. Le questionnement est mis hors scène, il est tenu pour inexistant. L’obscène, comme une « surabondance d’être, »conduit au non être. Il occupe tout le lieu du visible et menace l’appartenance du porteur de masque à l’ordre humain.

Un renoncement au visage.

Les grecs anciens concevaient le visage comme caractéristique de l’espèce humaine. Leur masque n’est pas séparable du visage qu’il dissimule et révèle. Il est articulation de l’imaginaire et du symbolique. Avoir un visage, est ce qui répond à avoir un nom dans le registre symbolique. Le masque  grec porte une voix qui devient parole, il articule un rapport symbolique avec l’Autre.  

Le visage est aussi le lieu de l’imaginaire et est un lieu significatif du rapport au politique. A ce niveau, le visage est le masque qui sert de leurre dans le semblant des rapports humains. Il incarne l’expression de Rimbaud, reprise par Lacan : « je est un autre ». 

Au contraire, le masque coronarien, comme renoncement au visage et au désir d’avoir un vis à vis, est un rejet de l’Autre et de soi-même en tant que personne. Il est un abandon de notre humanité et est avant tout un « faire voir », une exhibition de la soumission à l’autorité.

Il n’est pas une représentation, mais une présentification de l’absence, il ne dédouble pas le visage, il l’efface. Ce n’est pas un masque, car précisément il exclut le sujet du jeu des semblants et du rapport avec l’Autre. 

Ici, le masque, qui voile le visage, renvoie à « l’image béante de laquelle le sujet ne peut s’absenter »[13], celle que lui a donné le pouvoir et dont il ne peut plus se défaire, celle d’être, non plus une personne, mais d’être personne.  Il relève de l’enfermement dans le Réel, dans le surmoi. La personne du porteur est anéantie, confirmant que : « dans tous les cas, la formation de l’individu n’est pas un processus interne. Elle procéde de l’extérieur, dans le vis à vis avec autrui .»[14]

Placé hors symbolisation, le discours du pouvoir s’impose comme mode de donation du Réel. Les propos ne sont pas émis afin d’être cru. Ce qui compte n’est pas l’objet de l’énonciation, mais bien la place d’où l’on parle. C’est le lieu, celui du pouvoir et de ses « experts« , qui doit être cru. La foi inconditionnelle en la voix est bien, comme nous l’a montré Jacques Lacan, la marque de la psychose. Car « leurs voix, ce n’est pas que les psychotiques y croient, ils les croient. »[15]

La parole, n’étant pas symbolisée, opère comme un réel hallucinatoire [16] en l’absence de coupure avec la « chose », les individus ne l’analysent pas, mais l’éprouvent. Ainsi, ils ressentent l’événement et font corps avec la source sidérante, avec l’oeil du surmoi leur ordonnant de jouir de l’exhibition. Étant « Un » avec elle, ils n’ont pas de manque et pensent alors disposer de tout le savoir nécessaire sur qui est exhibé. Alors, la pandémie existe, car le port du masque en témoigne. L’exhibition de ce fétiche devient alors une jouissance éprouvée.

Le masque support de la psychose.

Le masque coronavirus est au coeur du dispositif « sanitaire. » Il produit une auto-mutilation de son porteur [17] et exclut le tiers. Grâce à la rupture avec toute instance tierce, toute distance avec le discours sur la pandémie est annihilée, permettant un éternel retour du traumatisme. 

En l’absence de la possibilité d’utilisation de l’édifice du langage, c’est l’organe qui « fait fonction », qui se substitue ainsi au processus de symbolisation. Dans la pandémie, c’est le port du masque qui assume ce rôle. Ce faisant, il s’oppose à toute possibilité de symboliser l’effraction du Réel produite par la machine épidémique. L’objectif poursuivi est de promouvoir, par un surcroît pulsionnel, un sentiment  de dépossession de soi,  une volonté d’abandon de son humanité.

Le port du masque traduit un renoncement à rester des êtres humains. L’individu est alors assujetti au Réel produit par le spectacle de la « pandémie« . Il n’y a plus de distance possible entre l’individu et la maladie. Comme dans « je suis Charlie », le masque exhibe « je suis corona ». Alors, le corps ne parle plus, il se réduit à un « lieu d’effraction de jouissance. »[18]

Dans son séminaire L’envers de la psychanalyse, Jacques Lacan montre que « toute formation humaine a par essence, et non pas par accident, de réfréner la jouissance.»[19] La finalité du lien social est de la contenir en l’encadrant, ce contrôle étant une condition du devenir humain. Dans la « guerre contre le coronavirus« , l’organisation/désorganisation de la société n’a plus cet objectif. Au contraire, il s’agit d’enfermer les populations, dans « la jouissance absolue de l’Autre que l’on rencontre dans la psychose.« [20] Le « covidisme » est alors une religion reposant sur un impératif de jouissance, placé au-delà de la loi et au-delà du principe de plaisir. 

Grâce à la forclusion de l’ensemble des institutions imaginaires de la société, permettant de constituer un « nous« , les porteurs se présentent, « un à un, » avec une identité de covidé. Ils finissent alors par se confondre avec l’image du masque. Le port généralisé nous inscrit dans la mêmeté, ainsi que dans une relation incestueuse avec le pouvoir, dans un rapport où le symbolique est désamorcé. La « pandémie » devient alors une machine mimétique, un système d’auto-destruction.

Jean-Claude Paye, Tülay Umay

Image en vedette : Pixabay.com

Notes :

1 Frédéric Lemarchand, « Vers des sociétés épidémiques » in Dictionnaire des risques, Armand Colin Paris 2004, pp. 146 à 158.

2   https://www.lalibre.be/belgique/societe/2021/10/22/devra-t-on-encore-porter-le-masque-apres-la-pandemie-de-covid-19-vandenbroucke-plaide-pour-une-culture-generalisee-du-port-du-masque-WKT3YGYKENHSRD7TT3VEISYMMU/

3 Hugette Béchade, « Sacrifice, lien sacrificiel », Ecole de la cause freudienne,  le 6 mars 2010, https://www.causefreudienne.net/sacrifice-lien-sacrificiel/ 

4 Le Symbolique est une structure qui obéit à la Loi collective, non celle inscrite dans les codes juridiques, mais celle     qui est transmise à travers la chaîne des signifiants. 

5 Gracilia C.Crespin, « La vitalité rationnelle du bébé », Yacapa.be, p.9, https://www.yapaka.be/sites/yapaka.be/files/publication/ta-92-crespin-vitalitebebe-web.pdf 

6 Didier Moulinier, « Discussions sur la différence entre plaisir et jouissance », le 17 août 2012, Miettes (non)philosophiques, http://didier-moulinier.over-blog.com/article-discussions-sur-la-difference-entre-plaisir-et-jouissance-109158463.html 

7 Norbert Zerah, « La sidération psychique », norbertzerah.over-blog.com,http://norbertzerah.over-blog.com/article-la-sideration-psychique-un-nouveau-concept-103910953.html 

8 Gil Caroz, Honte et obscénité, Attentat sexuel, le 16 juin 2020, https://www.attentatsexuel.com/honte-et-obscenite/

9 Wajcman G., L’oeil absolu, 2010, cité par A. Goya, in « Nudité », Scilicet. Le corps parlant. Sur l’inconscient au XXIe siècle, Paris, Collection Rue Huysmans, 2015, p. 210.

10 Jean-Toussaint Desanti, « L’obscène ou les malices du signifiant », Traverses N°29, octobre 1983, https://docplayer.fr/26148777-L-obscene-ou-les-malices-du-signifiant-jean-toussaint-desanti-revue-traverses-n-29-octobre-1983.html 

11 Jean-Jacques Jungers, « L’homme sans condition. Entre monde, scène et obscène : l’architecture », Presses universitaires de Louvain : Louvain la Neuve 2019  p. 359, file:///tmp/mozilla_paye0/JUNGERS_2019_L’homme%20sans%20condition.pdf 

12 Jacques Lacan, Le Séminaire, Livre XXII-R.S.I. 1975-75, http://www.valas.fr/IMG/pdf/s22_r.s.i.pdf, p. 130.

13 Dario Morales, « Le sujet sans visage », Ecole de la Cause freudienne, https://www.causefreudienne.net/le-sujet-sans-visage/ 

14 Françoise Letoubon,  Op. Cit., pp. 7-14 

15 François Balmès, Ce que Lacan dit de l’être (1953-1960), PUF, Paris 1999, p.66.

16 Nicolas Janel, « Les jouissances dans les structures »,le 10 mai 2016, http://nicojanel.com/2016/05/les-jouissances-dans-les-structures.html 

17 Jean-Jacques Tyszler, « La pulsion de mort », EPHEP, Cours d’histoire et Psychologie de J-J.Tyszler, le 16 octobre 2014, https://www.gnipl.fr/pdf_mediatheque/EPHEP-J-J._Tyszler__la_pulsion_de_mort-20052019_-_1436.pdf 

18 Dimitis Petros Sakellarion, « Approche psychanalytique de la psychose : structure, logique, clinique, éthique, Hal, archives ouverts, 23 avril 2012, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00690335/document 

19 Jacques Lacan, « Allocution sur les psychoses de l’enfant », Autres écrits, collection Le Champ freudien, Paris, Seuil 2001.

20 Didier Moulinier, Dictionnaire de la perversion », p. 76, L’Harmattan, 2002.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jean-Claude Paye et Tülay Umay, Mondialisation.ca, 2021



*

Note de moi (JPF) Les masqués démasqués

Dans le monde du spectacle, on a connu autrefois toute cette kyrielle de « films de cow-boys » aux hors-la-loi masqués avec l’intermède de Zorro, le vengeur masqué qui faisait exception car il secourait « la veuve et l’orphelin ». Puis sans doute dans un souci de télé-réalité (oui, non ?!) on en est venu à connaître à nos portes le port du tchador.

Et maintenant, en ces instants contemporains de régression totale de l’intelligence, de l’esprit critique et du déni de bon sens, on rencontre encore dans nos rues y compris désertes ou presque, voire sur les plages désertées de l’automne, dans les campagnes et les montagnes, des porteurs de masques dits sanitaires (qui — les masques et les porteurs — sont tout sauf ça en pratique).

En signe probable de reconnaissance (1 – reconnaissance entre eux et distinction des mauvais éléments ; et 2 – reconnaissance pour les bienfaits des « z-élites ») et avant tout marque distinctive d’allégeance propre aux esclaves, consommateurs de base — en particulier de la publicité-propagande médiatico-gouvernementale mondialiste — et autres imbéciles heureux — comme il y en a toujours existé un nombre considérable sur notre Terre.

Et dont une palanquée sont très certainement les premiers à dénoncer, d’une même voix, les musulmans (en aboyant avec « l’élu » Zemmour, piqué et favorable au passe, dont c’est l’unique petit fonds de commerce politicard) et les hors-la-loi (qui de nos jours, par inversion totale du réel et de la vérité, sont les non-porteurs de masques).

Effet de mode sans doute, lorsque l’on voit le genre de masques que portent une partie d’entre eux (les bobos je suppose et autres grotesques). Pas du bas de gamme, mais du cher et « distingué ». Toujours cette vieille coquetterie propre généralement aux fats qui est souvent au fond (malheureusement) d’une certaine « élégance et distinction à la française » — bien mal exprimée, surfaite et si illusoire.

Elle est Pfizer

C’est la covid qui redémarre

La dernière vidéo de http://ww.verite-covid19.fr/

https://odysee.com/@Lachainedepartage:6/67_Tour-de-vis:6

BRÈVES TOUTES CRUES

La FIFA, haute instance internationale de balle-au-pied, fútbol, calcio et autre « tatane », vient de sortir un chiffre : dans les six premiers mois de cette année ce sont 108 joueurs professionnels ou entraîneurs qui sont morts.
Il n’en est sans doute pas différemment dans les autres sports pros et plus encore dans la masse des amateurs.
Quand on sait par ailleurs que cette instance est totalement corrompue, on peut se dire que ce chiffre est très certainement minimisé. Et d’autre part, je doute que ces 108 personnes soient toutes mortes des conséquences directes d’un dopage « traditionnel ».


Professeur Toubiana :  » La pire semaine, on a eu 140 malades sur 100.000 habitants en France. Pour la grippe, c’est 600 malades pour 100.000 habitants « .


Selon l’Association médicale sud-africaine, le variant Omicron provoque une maladie bénigne.

PETIT DÉTAIL EUGÉNISTE RÉCENT

Derniers chiffres officiels, avant même la fin du mois.
En Bretagne (je suppose à quatre départements, sans la Loire-Atlantique) en novembre, 82 % (mais on aimerait savoir combien cela fait de personnes) des hospitalisés pour covid ont été des double-piqués (du corps et de l’esprit).
Cette tendance est montée exponentiellement depuis le mois de septembre.
En toute logique, il ne devrait plus y avoir bientôt que des covidés de la caste des piquousés dans les hôpitaux bretons.
Moi, j’attends les statistiques des effets secondaires et des morts de la troisième dose.
Et je remarque, puisqu’il n’y a que des piquousés (réels ou simulés avec placebo et/ou passe de contrebande) dans les hôpitaux parmi le personnel soignant, que la mélasse covidiste va finir par s’apparenter à une infection nosocomiale.
Quand le profit, la dictature, le mensonge, l’obscurantisme, la croyance aveugle, religieuse (et confortable pour les masses avachies dans la consommation béate et la misère mentale), l’irrationnel et pour finir la chasse aux sorcières (les dits « antivax » qui se sont substitués aux « complotistes » qui ont vu juste depuis le début), sont aux commandes de ladite Science dominante mondialiste … que peut-on faire, sinon une révolution ? Ou à défaut, constater la décadence finale de la civilisation.
Cela ne serait pas la première fois que cela arrive, malheureusement.

Voyage au bout de la pandémie sans fin

Publié le 28 novembre 2021 par defensededavidhamilton

J’imagine que, bientôt, des journalistes ou des auteurs de bouquins vont commencer à poser la question: et si le « coronavirus » ne devait jamais cesser? Dès qu’il est trop tard pour poser une question, dès que la poser ne sert plus qu’à ne pas y répondre, on peut être certain qu’elle va être posée.

Un problème étant que ce très-modeste et très-humble blog vous le disait déjà il y a deux ans, au tout début des premières représentations de cette comédie du spectacle: non, vous qui me lisez, vous ne verrez jamais la fin du « coronavirus ».

Ne voyez-vous donc pas que nous voici dans le troisième hiver de « pandémie »? Pourquoi donc voulez-vous que tout ceci ait une fin?

Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux gouvernements de ne plus parler de quoi que ce soit, mais de se présenter en sauveurs de la patrie (ou de l’humanité)? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux gouvernements de prolonger indéfiniment leurs « états d’urgence »? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux gouvernements et aux laboratoires de signer des contrats dont, fondamentalement, personne ne sait rien? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux laboratoires de réaliser des profits colossaux? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet à des centaines de « spécialistes » de gagner leur vie en venant parader à la téloche et en y jouant aux devins et aux prophètes? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux pédants des plateaux télévisés de jouir de l’ivresse de tenir entre leurs mains le destin de milliards d’individus? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux gouvernements d’imposer une vaccination d’abord implicite, puis explicite (vaccination obligatoire en Autriche au début de 2022: et à mon avis, les autres vont suivre)? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux gouvernements, à travers les « green pass », de ficher tous les individus comme aucune des abominées dictatures du passé n’avait songé à le faire? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet de mettre en place le changement de société programmé, annoncé, voulu par les idéologues du Grand Reset et des Seigneurs de Davos? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux gouvernements qui, depuis environ cent ans, ont conduit la planète à un désastre notamment (mais pas exclusivement) écologique, de promouvoir le travail à la maison (qui permet ici encore de contrôler à distance tout ce que fait l’employé sur son ordinateur)? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux gouvernements de faire réaliser des profits colossaux à la grande distribution? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux gouvernements de diviser encore les populations d’Europe, et de distancier (distanciation sociale) les Européens les uns des autres? Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet aux gouvernements de tester la servilité des masses et de convaincre ainsi – avec la plus grande facilité – des milliards d’individus de se balader avec une couche culotte sur le pif?

Pourquoi voulez-vous que les « variants » et les prochains « virus » ne continuent pas leur danse? Je vous le redis: à mon avis, tout ceci n’aura jamais de fin. Aucune date de fin n’est prévue.

Oui, il est temps, il serait largement temps d’adopter des systèmes de pensée qui contemplent l’hypothèse d’une urgence sanitaire pérenne. Cette hypothèse, pour ma part, je l’ai prise en considération dès le mois de mars 2020. Hypothèse, naturellement, qui est bien davantage qu’une hypothèse. Il y a quelques personnes qui, dès lors, savaient que ceci n’aurait pas de fin. Seulement, à l’époque, il ne fallait pas le dire. Il fallait faire semblant que les vaccins allaient arriver. Super efficaces. Un vaccin, et puis un autre. Une autorisation de vaccin, puis une autre autorisation. Et puis ils ont annoncé qu’il fallait deux doses. Et puis trois. Pour lutter contre les deuxième, troisième. quatrième, cinquième vagues.

Et cela fonctionne. Cela fonctionne à merveille. Pourquoi voulez-vous, alors, que finisse une histoire qui permet, à des gouvernants qui depuis des décennies causaient du refus des discriminations, de discriminer soudain les individus entre « bons » (les vaccinés) et « mauvais » (les non vaccinés)?

Pourquoi voulez-vous que finisse une histoire qui permet, à des gens qui depuis des décennies causaient « d’égalité », ou encore se scandalisaient face aux expériences médicales attribuées aux uns ou aux autres, de diviser les êtres humains en deux bio-classes (les vaccinés et les pas vaccinés, toujours)?

J’estime que cette « pandémie » de « coronavirus » va se chroniciser, devenir chronique. Or, depuis mars 2020, les fanatiques de « la » Science tiennent des discours qui rappellent ceux de Jack Lang parlant jadis du « passage de l’ombre à la lumière ». La plupart des interprétations, des commentaires et des blablas, la plupart des discours officiels à l’intention des gobes-mouches promettaient que les vaccins allaient sauver l’humanité… Des philosophes minables – chaque époque a ceux qu’elle mérite – dissertent sur les cycles de la naissance et de la mort. Ils engagent leurs auditoires à attendre d’apercevoir « la lumière au bout du tunnel »…

Comme il y a les fanatiques de la science, il y a les fanatiques de la religion. Le dénominateur commun entre un gogo de la science et un gogo de la religion étant d’être un gogo.

Le conseil que je vous donne est d’éteindre la télé. Et de cesser de compter les « vagues ». Que l’on soit à la quatrième, ou qu’Omicron (qui a bon dos) annonce la cinquième, ne change rien. Il y aura la sixième, la septième, la quarante-deuxième. Que vous soyez vacciné ou pas, cela ne changera rien non plus pour vous (il y a des gens qui ont trois doses de vaccin dans le corps, et qui sont positifs au « coronavirus »).

Arrive un long hiver, un hiver sans printemps. Pour tous et pour toujours. Même plus d’illusion de « liberté », l’année prochaine. Même plus de liberté surveillée. Plus d’heure d’air pour les milliards de prisonniers de la planète, cette grande prison à ciel ouvert.

Voilà que commence un voyage. Sa durée est inconnue (sauf sans doute d’une poignée d’initiés). Sa destination est inconnue. Les Italiens, il y a un an, chantaient que « tout irait bien ». Non, mes amis. Tout ne va pas aller bien. Tout va aller mal. Très mal.

Préparez-vous, Messieurs Dames. Direction le pire, de façon progressive et définitive. Voyage aller, sans retour, dans la « pandémie ». Préparez votre green pass, évidemment…

Qu’y a-t-il d’étonnant dans tout ceci, au demeurant? Comment vouliez-vous, après une centaine d’années pendant lesquelles l’humanité a confié son destin aux hommes et aux principes foireux qui l’ont gouvernée, qu’il en aille autrement?

Des milliards de nos contemporains, en niant la mort, ont nié la vie. Ils sont dans une vie qui n’est plus la vie, menacés par un « coronavirus » qui les éloigne encore davantage de toute velléité de penser leur mort.

La « pandémie », qui coïncide avec la mise en scène médiatique de cette « pandémie », est simplement le résultat de décennies de politiques imbéciles et / ou criminelles qui ont débouché dans la globalisation. Belle globalisation, qui aura produit la multiplication, réelle ou pas, de tant et tant de variantes.

J’ai envie de dire que plus l’humanité s’uniformise, et plus les virus se multiplient. C’est la globalisation de la pandémie. Accessoirement, le très peu de démocratie qui survivait ici ou là est en grand danger. D’abord suspendue, elle finira par être supprimée, je le crains.

Quand un monde, quand une société pensent que se balader avec une couche culotte sur le pif résoudra tout, que s’oindre les mains de gel résoudra tout, que la distanciation sociale résoudra tout, que se vacciner cinq ou six fois par an résoudra tout, bref quand un monde et une société pensent devoir trouver, ou feindre de trouver des solutions de type technologico-religieux à une pandémie comme celle-ci, la fin est proche.

Malheureusement, les sociétés humaines écoutent très rarement la voix de ceux qui mériteraient qu’on les écoute. Guy Debord (mort le 30 novembre 1994) en a su quelque chose.

Une société sans esthétique (et qui a rejeté David Hamilton), une société sans spiritualité, une société sans sens critique, une société de gogos ne pouvait avoir d’autre destin que de finir comme ça. Entre Omicron et Omacron.

.

BRÈVES DU JOUR

Aussi bien que les partis de la « gauche bobo » qui voudraient rendre obligatoire l’expérimentation eugéniste (dont il appert d’ailleurs de plus en plus — témoignages de gens encore intègres au sein même de la communauté scientifique ou médicale — que tous les lots de « vaccins » ne sont pas identiques, de placebo à hyper-virulence), un Conseil des Prud’hommes du Sud de la France a confirmé la non-titularisation d’une personne employée dans un hôpital au seul motif qu’elle n’était pas « vaccinée ».
Et ceci grâce au vote unanime, en compagnie des patrons, des représentants syndicaux ; cette personne était soutenue par un membre du syndicat FO qui a été désavoué par son organisation. De quoi déchirer sa carte.

***
Cet après-midi, au passage de la manifestation des Résistants (Breuh ! ça caillait !) et après qu’une masquée (le tchador est interdit mais le masque est obligatoire du moins pour les veaux dans le « centre-ville » de ma petite cité) nous traita de « moutons » (sic), des membres de LO et d’autres du POI, deux sectes du totalitarisme trotskiste, « tractèrent » sans vergogne à notre endroit : l’un pour la défense du monde des travailleurs (mais de ce que j’en ai vu, sans un mot sur ce qui se passe actuellement dans le domaine de la corona-folie) ; l’autre pour la candidature de Mélenchon à la présidentielle.
La question que je me pose à chaque élection présidentielle est celle-ci : comment une secte comme LO, depuis tant de temps, peut arriver à réunir au moins 500 signatures de maires et autres élus, sans discontinuer ?
Secte du pire gauchisme d’esprit intolérant, dictatorial, nid de fonctionnaires genre professeurs, ou de travailleurs de la grande industrie les mieux payés, dont le discours est totalement creux et stéréotypé et le programme indigent.
Enfin, pour finir sur une note optimiste, je signale que les militants de LO et ceux du POI (ex PT, ex MPPT, ex PCI, ex OCI, ex PCI) situés à peu de distance les uns des autres ne semblaient avoir aucune animosité les uns envers les autres. Il faut savoir qu’il fut un temps, dans les années cinquante et même soixante, il leur est arrivé de se taper dessus, s’accusant réciproquement d’infiltrés de la Police, ou d’agents de la CIA.

HOLD ON

La suite, si l’on peut dire, du film HOLD UP (évidemment également censuré sur YouTube)
https://odysee.com/jesaispas:1

QU’EN PENSE MOÏSE ZEMMOUR, L’EUNUQUE MONDIALISTE ET PSEUDO PATRIOTE ?

« Aujourd’hui nous avons des frères au combat pour défendre notre dignité, notre respect, notre liberté. »

« Il y a encore des gens qui portent leurs couilles dans ce pays. »

UN SEUL GESTE

musique : Erick Benzi
paroles : Françoise Hardy

(2018)

Ni direction, ni boussole,
Ni signal, ni repère.
Rien qu’un banal jeu de rôle
Sans endroit, ni envers.
Trop de paroles en l’air,
Et voilà qu’on s’y perd.
Où aller, que faut-il faire ?

Une main tendue, une épaule,
Une halte nécessaire
Dans cette course vaine et folle
Aux bonheurs éphémères.
Trop d’amour délétère,
De retour en arrière ;
Comment voir un peu plus clair ?

Un seul geste
Pourrait-il faire apparaître,
Au bout du chemin peut-être,
Une porte ouverte.
Suffira-t-il d’un seul geste,
Nous parler, lâcher du lest,
Essayer de nous connaître,
Pour pouvoir renaître ?

Car tous les marqueurs s’affolent
Et le temps s’accélère.
Nulle part les mains qui consolent
Qui rassurent ou éclairent :
Des couleurs, une lumière,
Quelques fleurs, un feu vert,
Un espoir qui pousse à faire…

Le seul geste
De laisser la porte ouverte,
Pour que le malheur déserte
Nos cœurs et nos têtes.
Suffirait-il d’un seul geste,
De la douceur qui s’apprête
À calmer les plaies secrètes,
Chasser le mal-être.

Un seul geste,
C’est peut-être
Ta porte ouverte
À franchir.
Un seul geste
Pour renaître
Et qu’on arrête
De souffrir.

HOMMAGE À DAVID HAMILTON

Leonard David Hamilton ( 15 avril 1933, 25 novembre 2016).

ALEX LE COMPLOTISTE

EH ! LES GUEUX SATISFAITS DE L’ESCLAVAGE COVIDISTE …

Voici quelques exemples tout récents de la manière dont nos Z-élites se foutent de nous et plus encore de vous :

https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/la-mondaine-sinvite-a-la-remise-des-prix-goncourt-et-renaudot-67709037.html

https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/la-mondaine-sinvite-au-prix-de-flore-64097900.html

Sur twitter on trouve aussi une « soirée rhum » démasquée au ministère des outre-mers : https://twitter.com/i/status/1463228895533142017

PARTIR QUAND MÊME

Chanson de leur séparation :
Paroles de Françoise Hardy
Mélodie de Jacques Dutronc
1988

Partir quand même
Pendant qu’il dort
Pendant qu’il rêve
Et qu’il est temps encore.

Partir quand même
Au moment fort
Briser les chaînes
Qui me lient à son sort
Vont faire de moi un poids mort
Un objet du décor.

Partir quand même
Avant qu’il veuille
Couper mes ailes
Et dompter mon orgueil.

Partir quand même
Partir d’abord
Quitter la scène
Dans un ultime effort
Avant de dire « Je t’aime »
Que le piège se referme.

Partir quand même

Rester maître
de ses jeux
Et de mes énigmes
Disparaître
à ses yeux
Ne plus donner signe.

Avant de ne plus pouvoir
Revenir en arrière
Avant qu’il soit trop tard
Pour éviter la guerre
Avant de dire « je t’aime »
Savoir partir quand même.

JUSQU’À CE QUE MORT S’EN SUIVE

Quels sont les défaitistes qui osent prétendre que les « vaccins » anti-covid sont inefficaces ?
La preuve que non : tous les effets secondaires gratinés et les morts. Dont un tas de jeunes (sportifs en particulier) qui n’ont pas encore procréés — double bénef, « suivez mon regard » dirait Bill Gates, l’eugéniste mortifère.
Il est donc nécessaire de poursuivre les injections jusqu’à ce que destruction du système immunitaire s’accomplisse et que pour certains malheureusement pas encore assez nombreux — ô bonheur transhumaniste suprême ! — mort s’en suive.
Non mais des fois !
À civilisation mourante et perverse, et particulièrement à ses « z-élites » qui mortellement s’ennuient, sa bonne dose de morts holocaustiques. Comme au temps des barbares « jeux » du cirque d’un empire moribond. Mais aujourd’hui consacrées au dieu odieux et quadricéphale Veau d’or – Faux progrès – Mensonge généralisé – Inhumain.

BRÈVES DU JOUR

La dernière facétie de Michel-Ange Flori :

Comment pourrions-nous appeler ça ? Sinon : le suppo pfizer destiné au falzar des léthargiques. Ce qui correspond parfaitement au stade (sans guichets à l’entrée) des tests anaux chinois.

Une image peu reluisante de notre civilisation.

***

Circule sur Internet une pétition pour interdire l’élevage de chiens beagles destinés à être vendus à des laboratoires pour des expérimentations.

Initiative louable, mais quasi anachronique et vaine puisque les hommes eux-mêmes subissent en ce moment même une expérimentation mondiale pour des produits toxiques, délétères, inutiles (il existe des traitements) avant tout destinés à renforcer l’emprise totalitaire des mondialistes.

Et que cela semble en satisfaire la majorité.

Est-ce que l’on ne pourrait pas pétitionner plutôt pour interdire les élevages humains (je veux parler des présentes écoles dégénérées, décomposées, décaties, de la maternelle aux thèses universitaires) qui formatent des zombies (dont un bon nombre de surdiplômés ou aux savoirs scientifiques très pointus) n’ayant pas deux sous de jugeote, d’esprit critique, de scepticisme, de simple bon sens et d’humilité pour ne pas communier dans la religion conformiste, paresseuse, moutonnière, grégaire, dudit « progrès » et/ou de l’individualisme forcené.

Cela dit, on peut toujours se rassurer en disant que rien n’a changé depuis la nuit des temps. Les mentalités moyennes évoluent peu, ou plus exactement fluctuent (excès dans un sens, excès dans un autre, éternel recommencement) autour d’un axe qui est régi, ordonné par les dominants (actuellement de la finance, de la gestion des États, et des media avant tout, castes totalement en dehors de la vie réelle des masses, castes maffieuses qui les manipulent en des buts inavouables).

Seules changent les techniques de manipulation, de mensonges organisés, d’endormissement ou de fanatisation selon les heures ; seuls changent, le temps passant, les technologies de la domination, les modes de soumission. Les nôtres en « Occident » tiennent à la sur-consommation, la communication unilatérale, la médiatisation audio-visuelle propagandiste, électronique, chimique. Et bien entendu à l’argent.

Hier même, en discutant avec un « rebelle », à la fin de la manif. hebdomadaire qui se tient chaque samedi du côté de chez moi depuis la mi-juillet, j’ai enfin compris le sens d’une vieille expression qui autrefois me paraissait délirante : « Il faudrait une bonne guerre !».

Compris le sens profond de cette expression. Surtout à cette heure d’état avancé (pourri, putride) d’abrutissement, de mélasse idéologique, de dégénérescence intéressée et bureaucratique des milieux politiques et syndicaux. Dans ce monde inversé, de plus en plus irrationnel et virtuel, ou de réel fait d’ersatz et d’artefacts. C’est dans le malheur et l’électro-choc social que l’homme ordinaire se révèle : tant le collabo que le zombie amorphe moyen que l’en-dehors, réfractaire, objecteur, dissident ou résistant.

Et là je crois qu’on y est en guerre (d’un style nouveau) et pour des mois, des années sans doute encore. Et cette guerre est totale. Le sanitaire n’est que l’aspect illusoire, le prétexte, la mise en spectacle de tout autre chose. Si au bout il y a la Vérité, la Liberté, la Justice, et surtout une refonde totale de l’organisation politique de la société, porque no ? Soyons optimiste et idéaliste. Humaniste.

EFFETS SECONDAIRES

ENCORE DE L’HUMOUR BELGE UNE FOIS, FIEUX ?

Vous savez pourquoi les Français aiment les histoires belges ?
C’est parce que c’est pas dur à comprendre, hein !
Coluche

LE RETOUR DE VACANCES

Stefan Cuvelier :

HUMOUR BELGE ?


Stefan Cuvelier

FRANÇOISE HARDY : AUTRE PETIT BONHEUR TRISTE

Paroles : Françoise Hardy

Musique : Françoise Hardy et Roger Samyn. Anecdote à ce sujet : à l’époque, courant de l’année 1962, pour être enregistré à la SACEM afin de protéger ses droits d’auteur-compositeur, il fallait être apte à prouver que l’on savait écrire les paroles et la musique de ses créations en satisfaisant d’ailleurs à une sorte d’examen. Françoise Hardy composait à la guitare, comme toute une génération d’après-guerre, mais ne savait pas noter sur le papier ses mélodies, accords, basses et autres d’accompagnement. C’est pourquoi Roger Samyn (le chef d’orchestre de la maison Vogue qui a produit le disque) s’est retrouvé comme co-compositeur … avec les bénéfices financiers qui en a découlé.

*

1962, j’avais onze ans ! Mais s’il y a une chanson et la voix unique d’une chanteuse dont je me souviens comme si c’était hier, c’est bien d’elles. Uniquement par la radio, car il n’y avait pas de tourne-disques ni de télévision à la maison, et je ne connaissais évidemment pas ce scopitone, ce petit film en couleurs (aujourd’hui fades et passées, et de faible résolution) d’un jukebox audio-visuel propre aux débuts des années soixante.

J’ignorais tout de la beauté simple et sans fard de cette romantique mélancolique. Et plus encore foncièrement triste.

Comme j’ignorais tout des auto-tamponneuses, de l’ambiance « barbe à papa », mauvais mousseux, tir à la carabine, odeurs diverses, train-fantôme, chenille, roulette à nougats… que je n’ai connus que plus tard dans la décennie.

***

Tous les garçons et les filles de mon âge
Se promènent dans la rue deux par deux
Tous les garçons et les filles de mon âge
Savent bien ce que c’est qu’être heureux.

Et les yeux dans les yeux,
Et la main dans la main,
Ils s’en vont amoureux
Sans peur du lendemain.

Oui mais moi, je vais seule,
Par les rues, l’âme en peine ;
Oui mais moi, je vais seule,
Car personne ne m’aime

Mes jours comme mes nuits
Sont en tous points pareils ;
Sans joies et plein d’ennuis
Personne ne murmure :
« Je t’aime » à mon oreille.

Tous les garçons et les filles de mon âge
Font ensemble des projets d’avenir
Tous les garçons et les filles de mon âge
Savent très bien ce qu’aimer veut dire .

Et les yeux dans les yeux,
Et la main dans la main,
Ils s’en vont amoureux
Sans peur du lendemain

Oui mais moi, je vais seule,
Par les rues l’âme en peine ,
Oui mais moi, je vais seule,
Car personne ne m’aime

Mes jours comme mes nuits
Sont en tous points pareils
Sans joies et pleins d’ennuis
Quand donc pour moi brillera le soleil ?

Comme les garçons et les filles de mon âge,
Connaîtrais-je bientôt ce qu’est l’amour?
Comme les garçons et les filles de mon âge,
Je me demande quand viendra le jour

Où les yeux dans ses yeux,
Et la main dans sa main,
J’aurai le cœur heureux,
Sans peur du lendemain

Le jour où je n’aurai
Plus du tout l’âme en peine
Le jour où moi aussi
J’aurai quelqu’un qui m’aime.

D’AUTRES BRÈVES

I — Réflexions parmi tant d’autres de quelques éveillés anonymes sur Internet qui ont saisi toute l’ampleur du complot mondialiste dystopique :

Hier, salon des maires à Paris.

Masque dans la poche, serrage de mains, bises et petits fours.

Pas de message anxiogène sur le masque ou la distanciation.

*

Si vous voulez savoir comment fonctionnent nos maîtres et ce qu’ils prévoient pour nous, il suffit d’inverser tout ce qu’il disent : Tout ce qui est provisoire est en fait permanent, ce qui concerne seulement les plus fragiles concerne en fait tout le monde, ce qui ne sera pas, sera, etc.

Vous pouvez déjà vous « amuser » à faire cet exercice mental avec tout ce qu’ils disent au présent, cela vous permettra de connaître notre avenir.

*

Finalement c’est fastoche, mais qui plus est inquiétant.

*

Je pense que nous devrions nous mettre à notre compte en tant que prophètes, on a de l’avenir là-dedans. Tout ce que l’on avait dit se réalise parfaitement et même au-delà de nos « espérances ». Il n’y a aucun doute, nous sommes très doués.

*

Ou… l’adversaire est tellement prévisible. Dans son mondialisme, sa folie et son transhumanisme mêmes.

*

Cherchez l’erreur…

*

Très peu touché par la Covid-19 avant la vaccination, l’Islande, qui connaît une explosion record du nombre de cas, vacciné à 87,% et quasi 100% chez les plus de 18 ans, réinstaure les restrictions. Trop bien ces vaccins.

*

Covid : malgré [ou : « grâce » à …] une population vaccinée à 99%, Gibraltar annule les célébrations officielles de Noël.

*

Août 2021: «Singapour est maintenant le pays avec le plus de personnes entièrement vaccinées».

Octobre 2021: «Singapour, les hôpitaux risquent d’être submergés après un nombre record de décès quotidiens dus au Covid».

« Cette submersion hospitalière est d’autant plus étonnante compte tenu de la réputation de Singapour en tant que pays riche avec un système de santé au top niveau ». [sic]

* * *

II — Espoir ?

En Autriche, pays généralement calme, suite aux mesures dictatoriales et discriminatoires (d’apartheid), contre le confinement « réservé » aux non-« vaccinés » :

Le chef du parti FPÖ (le Parti de la Liberté d’Autriche, plus ou moins l’équivalent idéologique du RN, sauf que le parti autrichien a été plusieurs fois au pouvoir national ou régional, entre autre en coalition avec le Parti social-démocrate) appelle à une « méga manifestation » le 20 novembre à Vienne.

L’Union des Forces armées autrichiennes annonce qu’elle s’associera à cette manifestation pour «défendre les libertés et les droits fondamentaux». Elle précise que «tout le monde» pourra manifester, même en cas de confinement !

Quant au Syndicat de la Police, il a déjà précisé qu’il n’obéira pas à l’obligation de contrôle imposé par le ministre de l’Intérieur.

Mes conclusions seront celles que j’ai déjà données plusieurs fois :

— je précise le précepte prophétique énoncé dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale selon lequel « l’antifascisme d’aujourd’hui est le fascisme de demain » par : « l’anti-totalitarisme (de tous les bords) d’hier est le totalitarisme quasi unitaire de maintenant » ;

— j’ajoute que le totalitarisme financiéro-politique est la barbarie techniquement équipée ; dont l’autre pendant (propagandiste) est la mise en spectacle financiéro-médiatique du monde réel, en un théâtre d’ombres et de mensonges ;

— et je termine en précisant que dans un monde réellement inversé le vrai se nomme le faux, le silence ou l’interdit ; et l’individu rationnel  ayant souci du bien commun : complotiste ou conspirationniste, et bien sûr « ennemi du progrès » et égoïste, ou qui sait pire par ceux-là mêmes qui sont les chantres de l’individualisme forcené du consommateur confortable et béat (y compris dans le domaine de la santé) et hédoniste à la petite semaine (je me fais « vacciner » pour profiter de mes vacances dans des îles où j’importe sans vergogne le virus d’origine ou son élément toxique actif dénommé « vaccin »).

Il n’est donc pas étonnant de constater que c’est le Parti de la Liberté que d’aucuns nomment « facho », soit à la pointe de la défense des libertés individuelles en Autriche. Quand les prétendus anti-fascistes sont actuellement remisés à la poubelle de l’Histoire.

La Vérité a horreur des escrocs et du vide. Et, comme la Nature qui ignore les sens du Bien et du Mal, elle ignore totalement les étiquettes et idéologies politiques. Mais juge aux actes.

EN BREF

Vient de sortir un nouveau jeu de société du genre Monopoly ou plutôt Intrigues à Venise ou Complot à la cour du Roi Soleil dénommé : Antifa, en toute simplicité ! Si, c’est vrai. Je ne sais pas qui finance l’édition : Soros ? Gates … ? En attendant, prix de vente : 30 euros. Idéal pour un Noël « éducatif » !

Et dans le même genre, si je puis dire — genre obscène de ceux qui osent tout et n’ont honte de rien pour se faire du pognon dans le sens du vent de la domination — il vient de sortir le dernier Spirou, à ajouter à la « collec », produit par un obscur crayonneur, repreneur de titre prestigieux qui évidemment n’a plus rien à voir avec ses premiers dessinateurs et continuateurs de qualité. Il s’agit de : On ne peut pas l’envoyer à Auschwitz. Si, c’est également véridique.

La pub nous dit que cette BD est fort utile (malgré semble-t-il un matraquage journalier surtout depuis les dernières décennies, qui semble donc inefficace) … pour s’indigner de la barbarie ? que nenni ! Ce serait juste pour montrer les dangers du nationalisme résurgent ! Également produit sans doute par les mondialistes totalitaires de service.

On attend la suite : Spirou chez Pol Pot ou Fantasio au Goulag  ou encore Le Marsupilami à Nagasaki (on a bien eu autrefois Hiroshima, mon amour, tandis que Desproges proposait Auschwitz, mon loulou). Mais là, j’en doute. Enfin, je n’ose imaginer ce que ça pourrait donner avec Pif Gadget ! …

Dans un style gluant d’un autre genre, j’ai un titre à proposer avec une héroïne moins connue (pas la drogue, le personnage) : Prudence Petitpas aux soirées d’Epstein (dans la série « les dévergondés »). On a déjà connu Tintin en Thaïlande, un pastiche en noir et blanc, de 1999, un peu olé-olé, de Bud E. Weiser — pseudonyme d’un certain Beaudouin de Duve, qui est un jeu de mot fait à partir de l’appellation de trois bières concurrentes, deux tchèques et une américano-canadienne (Bud ou Budweiser, de Budweis, nom d’une ville de Bohème).

*

Ces derniers temps, dans le domaine des folies covidistes, on a pu noter :

— que les députés non « vaccinés » ont été exclus du parlement letton (plus de droit de vote, ni même d’être présents, pas même en visio-conférence) ;

— que le confinement hors sorties pour aller travailler, se ravitailler et « se détendre les jambes » (sic) est imposé aux Autrichiens récalcitrants non-piquousés à compter d’aujourd’hui même, qui je l’espère dérogeront massivement ;

— que les manifestations (mais paraît-il, pas les rassemblements statiques) sont interdites dans les centres-villes d’Italie (à la demande, nous dit le gouvernement italien mondialiste de Draghi, des associations de commerçants ; je souhaite à ces derniers bien du plaisir, du moins s’ils y sont vraiment pour quelque chose) ;

— qu’à Melbourne la révolte s’amplifie ; tandis qu’en Martinique l’obligation vaccinale est repoussée ; et que la grève générale est en marche en Guadeloupe avec les pompiers en première ligne ;

— que tout le Nord de la Belgique (autrement dit le pays des Flamandes et des Flamingants conchiés autrefois par ce pauvre type de Brel — « le révérend père Brel » comme le surnommait Brassens au début de sa carrière) subit paraît-il, une cinquième vague de covid : tous des « vaccinés ».

– que l’armée allemande veut déployer 12 000 soldats pour « soutenir la situation ». Bunderwehr will 12 000 Soldaten für Corona-Notlage mobilisieren.

— Que la lutte pour la candidature LR à la présidentielle se simplifie : Pécresse et Bertrand se mettent hors jeu en se déclarant tous deux partisans de confiner les non -« vaccinés ».

Alors qu’en France, on apprend ou l’on confirme l’existence de divers liens d’intérêts et/ou de copinage autour de macron : après l’histoire du fils de sa femme lié aux sondages d’opinion pour une société basée à Jersey ! l’histoire du labo a qui l’on ( le gouvernement) a acheté un produit expérimental, à je ne sais quel prix la dose, car la famille d’un député LREM s’y trouve ; et l’histoire du copain de promotion et de bringue de macron, personnage totalement en dehors du domaine de l’éducation, propulsé à la tête de Sciences Po — Sciences Po : curieux nom, comme s’il pouvait exister quelque science que ce soit de la politique !

— (en dernière info et non des moindres) : Face à tous les immigrants parqués à la frontière de la Biélorussie face à la Pologne, et suite à une demande de non-recevoir de la part de l’Union européenne, le gouvernement polonais a fait appel à la Grande-Bretagne pour sécuriser sa frontière grâce à l’aide de l’armée britannique !

*

Le bon citoyen, c’est le mouton bêlant : « Si on attrape le virus, c’est à cause des non »vaccinés ». Pas loin de penser que ce sont les non- « vaccinés » qui sont porteurs uniques du virus, voir qu’ils le propagent sciemment ; on n’est pas à une irrationalité près.

Le mauvais citoyen est celui qui pense que le « vaccin » ne sert à rien.

Et le très mauvais citoyen dit que le pseudo-vaccin entretient la contamination. Mais ne semble pas inquiet de choper le virus car il est déjà très probablement, lui, immunisé. Et il constate que les manifs ne semblent développer aucun foyer d’infection (alors même qu’on y rencontre aussi bien des « non »-vaccinés que des « vaccinés ») ; ce qui ne semble pas être le cas lors de réunions et autres thés dansants de QRcodés sanito-passés.

HUMOUR BELGE ?

Zemmour en campagne (suite)

HUMOUR ?

Un petit coup du grand succès « électro » de Zemmour :

VOUS M’EMMERDEZ, OU : MOÏSE EST DANS LA MOUISE 

TANT DE BELLES CHOSES

Même s’il me faut lâcher ta main
Sans pouvoir te dire « à demain »
Rien ne défera jamais nos liens…

Même s’il me faut aller plus loin
Couper les ponts, changer de train
L’amour est plus fort que le chagrin…

L’amour qui fait battre nos cœurs
Va sublimer cette douleur
Transformer le plomb en or
Tu as tant de belles choses à vivre encore…

Tu verras au bout du tunnel
Se dessiner un arc-en-ciel
Et refleurir les lilas
Tu as tant de belles choses devant toi…

Même si je veille d’une autre rive
Quoi que tu fasses, quoi qu’il t’arrive
Je serai avec toi comme autrefois…

Même si tu pars à la dérive
L’état de grâce, les forces vives
Reviendront plus vite que tu ne crois…

Dans l’espace qui lie ciel et terre
Se cache le plus grand des mystères
Comme la brume voilant l’aurore
Il y a tant de belles choses que tu ignores

La foi qui abat les montagnes
La source blanche dans ton âme
Penses-y quand tu t’endors l
L’amour est plus fort que la mort…

Dans le temps qui lie ciel et terre
Se cache le plus beau des mystères
Penses-y quand tu t’endors l
L’amour est plus fort que la mort…

(2004)

musique : Pascale Daniel, Alain Lubrano

paroles : Françoise Hardy,

HUMOUR ? LA DOSE SENIOR

Avec paraît-il une voix d’outre-tombe bidouillée électroniquement vers les graves pour « burner » l’eunuque sociopathe (d’après ce que j’en ai lu ici ou là), le comédien élyséen — la mauviette, dixit Trump ; traduction d’un mot anglais que j’ignore — aurait annoncé qu’il vient de régler, au moins en partie, « l’épineux problème » des retraites :

Une troisième dose en vue pour tous les vieux !!! ou plus de passe. Et s’il en reste encore de trop, on passera à la quatrième, cinquième, ixième … dose. Au moins, ça fait marcher le grand commerce mondialiste. Et la connerie des moutons et autres pigeons, mes compatriotes.

C’est le papy ou mamy-boum ! Jolie fin de carrière.

Nettement plus étudié et plus efficace que l’apartheid « générationnel » avec un morceau de bûche sur un coin de table dans la cuisine. Du moins quand les vieux ne sont pas aussi des ascendants sans-dent et déjà très descendants.

Moi, personnellement, en tant que vioque qui ne me laisse pas impressionner par le branleur de la dinde élyséenne, je m’en passe. Ni troisième, ni deuxième, ni première dose.

No pasaran !

SURVEILLANCE POST- « VACCINALE »

Source E & R du 7 novembre et autres.

Personnes covido-« vaccinées » : les examens et analyses médicales que vous devriez vous faire faire.

Quelques rappels en préalable.

La « vaccination » à ARN messager consiste à pirater le corps humain et précisément ses cellules afin qu’elles utilisent leur propre machinerie pour fabriquer la protéine S (dite protéine spike, spicule *, une des quatre protéines structurelles de la Covid-19) via l’information de construction que constitue le « fameux » brin d’ARN messager. Il en ressort que la prolifération de la protéine spike dans le corps humain, s’il est parfois contenu et limité, peut dans d’autres cas se répandre dans le corps entier et faire son œuvre qui consiste à s’amarrer aux récepteurs ACE2, entraînant une inflammation des tissus pouvant conduire à la mort.

*

Rappelons que les apprentis sorciers ont fabriqué un produit qui n’est pas un vaccin à proprement parler (virus amoindri ou mort) mais un produit à base d’une protéine spécifique du virus de la Covid-19.

Je me répète, mais il est toujours bon d’insister sur certains sujets, virus qui, comme on s’en doutait depuis le début, mais dont on en a maintenant la confirmation avec le scandale Fauci, est un virus artificiel de type arme bactériologique, bidouillé en une coopération sino-étatsunienne (et aussi peut-être française comme certains l’ont affirmé depuis l’été 2020) au sein d’un laboratoire « de haute sécurité » (de niveau P4 — cadeau empoisonné au Monde « offert » par Chirac à la Chine), mêlant le virus responsable du SRAS-Cov-1 des années 2002-2004 à 135 « adjuvants » — si je me souviens bien de ce que j’ai lu sur plusieurs sites — dont des éléments, des séquences de la malaria et du sida.

*

Le récepteur ACE2 est une enzyme qui aide à réguler la pression sanguine et à lutter contre l’inflammation. Le virus de la Covid-19 se fixant sur le récepteur ACE2, celui-ci ne peut plus jouer son rôle anti-inflammatoire et ouvre la voie à l’enzyme ACE (Angiotensin-converting enzyme) qui active l’inflammation.

La protéine spike du virus de la Covid-19 responsable du SRAS-CoV-2 (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) que fabriquent les cellules ainsi piratées par l’injection appelée « vaccin » conduit dès lors, en cas de développement incontrôlé, à un orage cytokinique, à la pneumonie et au SDRA (syndrome de détresse respiratoire aiguë) avec coagulation, puis à la mort.

Un orage cytokinique est une surproduction de cytokine. Les cytokines sont produites en réponse à des antigènes présents à la surface d’organismes étrangers ou à des molécules considérées comme étrangères par le système immunitaire. Dans le cas présent, l’antigène est la protéine spicule de la Covid-19 responsable du SRAS-Cov-2.

Elles stimulent les cellules chargées du développement des défenses immunitaires. Or, dans ce cas, cela peut entraîner une réaction anormalement vive du système immunitaire. Chez l’homme, ce phénomène semble toucher plus particulièrement les jeunes et les adultes dans la pleine force de l’âge. La sécrétion de cytokines est si brutale et importante qu’au lieu de réguler l’inflammation, elle provoque des défaillances organiques parfois mortelles.

Dans le domaine de l’effort physique (qui n’est qu’un exemple parmi d’autres des conséquences négatives de la « vaccination », un autre domaine particulièrement touché est celui des fœtus, des organes génitaux féminins, et à un degré moindre masculins, du moins de ce que l’on en sait actuellement) il semble, à voir l’hécatombe de décès et autres effets secondaires plus ou moins graves (du moins à courtes échéances, car on ignore de quoi sera fait demain pour eux) parmi le milieu des sportifs tant amateurs que professionnels, jeunes ou moins jeunes, que faire fonctionner son cœur à haut rythme, ou même moins pour certains (on a l’exemple d’au moins un gardien de but qui a été victime d’une crise cardiaque mortelle), est la meilleure chance (ou plus exactement la pire malchance) de déclencher un problème cardiaque à cause, semble-t-il, de micro-thromboses, au niveau du cœur ou ailleurs, sous-jacentes.

Ou d’abaisser considérablement et soudainement les performances physiques. On ne compte plus le nombre de sportifs à travers le monde dit occidental, parfois des équipes entières d’un sport, qui ont dû interrompre leur saison, voir qui sait leur carrière. On a l’exemple, un parmi bien d’autres, du coureur de cent et deux- cents mètres Christophe Lemaitre, forfait aux Jeux olympiques au Japon (jeux qui par ailleurs ne manquaient pas de ridicule). Dans un autre genre, on a l’exemple de cette championne australienne d’équitation « vaccinée » qui va sortir de l’hôpital allégée d’un organe qui semble bien être son utérus ! Que lui est-il arrivé ?

Une source parmi d’autres : https://freedombunker.com/2021/11/08/german-news-agency-compiles-a-list-of-75-european-athletes-who-have-died-suddenly-in-the-past-5-months-since-being-fully-vaccinated-hmmmm/

*

Les taux de présence de l’ACE-2 sont variables suivant les organes. Les personnes vaccinées doivent donc impérativement, même sans présence de symptômes – ce qui est le cas général –, tester certains des paramètres que le Dr Benoît Ochs recommande.** Ayant analysé lui-même ces valeurs chez des dizaines et des dizaines de patients, il confirme de nombreuses anormalités mettant en jeu la vie des patients vaccinés, à court, moyen ou long terme.

La vaccination contre la Covid-19 entraîne donc une nouvelle pathologie sur le plan histologique d’allure rhumatismale avec des lésions qu’on retrouve partout dans le corps. Le Dr Benoît Ochs à l’aide de différentes analyses sanguines a constaté des anomalies qui signent probablement la présence de micro-thromboses.

A l’autopsie apparaissent des lésions disséminées jamais vues, avec une forte infiltration de lymphocytes au niveau des tissus, signant des problèmes inflammatoires disséminés dans le corps, des inflammations rhumatismales, des micro-thromboses d’artères.

Les micro-thromboses dans le corps entraînent des risques à moyen ou long terme. Dans le foie, la régénération est possible, mais pas dans les poumons, où il existe un risque de pression dans les artères pulmonaires et donc d’insuffisance cardio-respiratoire. Quant aux myocardites constatées, souvent soignées dans un premier temps, elles ont un diagnostic à cinq ans défavorable, avec environ 50 % de décès sur un tel terme, selon le Dr Ochs.

Souvent, il n’existe pas de signes cliniques évidents, ce qui ne doit pas dispenser de faire les analyses suivantes recommandées par le Dr Ochs (à noter que les analyses en laboratoire peuvent être faites sans ordonnance du médecin, le prix restant à charge du patient dans ce cas).

D-dimères : les D-dimères sont un produit de la dégradation de la fibrine (élément final de la coagulation sanguine) lors du processus de fibrinolyse. En clair, Les D-dimères sont des fragments de fibrine, la principale composante des caillots sanguins. Les D-dimères apparaissent dans le sang, entre autres, quand des caillots se dissolvent.

La valeur maximum est en général de 500, voire jusqu’à 1000 pour les personnes âgées ou les femmes enceintes. Le Dr Ochs a constaté environ 30 % de patients avec des valeurs très élevées. Les D-dimères peuvent être élevés même plusieurs mois après la vaccination.

CRP : la protéine C réactive est une protéine qui apparaît dans le sang lors d’une inflammation aiguë. En général sa valeur limite est à 5. Le Dr Ochs trouve chez 20 % de ses patients des valeurs très supérieures, parfois jusqu’à 50, 120 ou 180. Ces valeurs très élevées signent en général une situation critique : pneumonie, appendicite, péritonite, etc. Or, dans le cas des patients vaccinés, il n’existe pas toujours de symptômes précis.

CPK : la créatine phosphokinase (CPK) est une enzyme qui existe dans de nombreux organes consommateurs d’énergie. La présence de CPK en quantité anormalement élevée dans le sang permet de mettre en évidence des lésions de ces organes. Chez les patients vaccinés, cette valeur peut être anormalement élevée.

Troponine : la troponine est une substance protéique qui entre dans la constitution des fibres musculaires et régule leur contraction, y compris au niveau du muscle cardiaque. Ici aussi, chez les patients vaccinés, cette valeur peut être anormalement élevée.

Ferritine : le Dr Ochs constate moins fréquemment des valeurs élevées. Cependant des anomalies peuvent être liées à la présence de fer dans le vaccin.

* Du latin spiculum : dard, pointe, petite épine, nommée ainsi car cette protéine possède des sortes de petites pointes tout autour de sa membrane qui lui sert d’élément intrusif

** Le docteur Benoît Ochs est ce médecin généraliste luxembourgeois qui a traité plus de 500 malades du Covid-19 avec le protocole thérapeutique de prise en charge ambulatoire du Professeur Didier Raoult à l’Institut Hospitalier Universitaire Méditerranée Infection de Marseille, et qui est passé en jugement devant le Conseil de discipline de l’Ordre des médecins, pour n’avoir pas respecté les protocoles de soin (c’est-à-dire l’absence comme en France de traitement efficients) imposés par le ministère de la santé luxembourgeois et avoir publiquement (et sur les réseaux sociaux) dénoncé ces protocoles de l’inaction criminelle. Il a été suspendu, en juin 2021, pour une année ! Bien fait ! Le salaud a soigné des malades, qui plus est efficacement, quelle honte ! Hou !

Il s’exprime ici dans le n° 15 de Science en conscience de Jérémie Mercier, pour ReinfoCovid,en date du 4 novembre courant : Analyses sanguines post-injection : l’inquiétude grandit

https://www.jeremie-mercier.com/blog/

https://www.jeremie-mercier.com/inquietude-analyses-post-injections/

Rendez-Vous Dans Une Autre Vie

À cette heure où Françoise Hardy (beaux souvenirs de jeunesse de tant de gens) est au plus mal, hommage à une non- « vaccinée », car ça serait sa mort dans l’instant assurée. Elle préfère la morphine si j’ai bien suivi.

2012 — musique : François Maurin, paroles : Françoise Hardy

https://www.youtube.com/watch?v=xa6nBOgwFE0

Fin du dernier acte
Qui ne m’a pas fait décoller
Il faut qu’on parte
Même si je garde
Une impression d’inachevé

Où sont mes marques ?
Y a-t-il une porte dérobée
Une soupape
Pour que je zappe
Ce long passage obligé

Pardon si je pars en catimini
Et sans préavis
Pardon pour ce soir, pour hier aussi
La pièce est finie

Rendez-vous plus tard dans une autre vie
Ailleurs ou ici
Pour nous aimer mieux et plus qu’aujourd’hui
Ce n’est qu’un sursis

Si nous prenons date
Dans l’intention de respecter
Ce drôle de pacte
La porte étroite
Serait-elle moins triste à passer ?

Où sont nos marques,
Où sont nos doigts entrelacés ?
Nos cœurs qui battent,
Brûlent et s’exaltent
Et nous, qui nous sommes tant aimés ?

Si mal aussi

Mais aujourd’hui
Je voudrais juste vous dire merci
Mes plus beaux rêves
Folies et fièvres
Je vous les dois cent fois

Tous vos non-dits
Vos interdits
Ont fait le sel de ma vie
Ses plus grands défis

Pardon si je pars en catimini
Et sans préavis
Pardon pour ce soir, pour hier aussi
La pièce est finie

Rendez-vous plus tard dans une autre vie
Ailleurs ou ici
Pour nous aimer mieux et plus qu’aujourd’hui

Ce n’est qu’un sursis.

Un contrat Pfizer-Commission Européenne a peut-être fuité, les Européens apprécieront

Sur le site de l’Association Internationale pour une Médecine Scientifique Indépendante et Bienveillante. (AIMSIB)

par Encéphalix | 6 Nov 2021 |

https://www.aimsib.org/2021/11/06/un-contrat-pfizer-cee-a-peut-etre-fuite/?s=09

Annoncé avec prudence, des personnes auraient obtenu je ne sais comment, la copie intégrale du contrat de vente de la mélasse covidienne de Pfizer à la Commission Européenne.

De ce que j’en ai lu, ce contrat ressemble au contrat qui a été dévoilé il y a déjà plusieurs semaines et qui lie, en ce même domaine, Pfizer à (si je ne me trompe) l’autorité de santé étasunienne.

Ce document nous concernant plus directement avait été jusqu’à présent maintenu secret des députés européens eux-mêmes. Il y a peu de jours on a pu voir sur YouYube une vidéo où un député roumain dénonçait en anglais (d’ailleurs, langue d’aucun des États membres depuis le Brexit, autre absurdité, si ce n’est l’Irlande périphérique) et particulièrement indigné à juste titre, le caractère dictatorial de la Commission qui lui avait remis, et sans doute aussi aux autres députés, des copies largement censurées du contrat, avec des pages entières noircies et donc illisibles ! Ce roumain précisait que cela relevait de la dictature, en précisant qu’il savait ce que c’était que la dictature… Merci à lui. Ce qui a permis aux gueux comme nous d’apprécier à nouveau le haut niveau démocratique mondialiste de l’Union Européenne.

Je ne développe pas, il suffit de lire pour voir l’ampleur de la dégueulasserie quand ce sont des entreprises mondialistes privées, et plus précisément la haute finance derrière qui dicte ses lois maffieuses, non seulement à des pays mais à une dite union de plusieurs États ! Pfizer multirécidiviste des embrouilles et carambouilles « sanitaires » ! La dernière en date est l’étude totalement bidouillée d’un de ses sous-traitants (de ses Picsou-traitants) qui a poussé les États à commander la mélasse covidienne à ARN Messager de chez Pfizer. Cf. l’alerte lancée auprès des autorités étatsuniennes par Brook Jackson, une directrice de Ventavia, indignée par les pratiques tout sauf scientifiques de son employeur. Ce qui a amené le licenciement immédiat de cette dernière !

Je note juste, ce que l’on suppute depuis des mois, (et je dirais) pour les plus éveillés dès le début de la corona-folie, la très probable utilisation de la corruption par Pfizer au niveau même des gouvernements « démocratiques »… Ben quoi ! ils ont bien droit à des « petites enveloppes », à des commissions…

Et y compris à la Commission… Européenne, puisqu’il « apperrait » que la commissaire, déjà connue comme une corrompue, qui a signé, seule, le contrat serait passée à la caisse. Ce que l’on avait compris depuis le début ! Ô pour presque rien, risible, seulement trois millions d’euros. Qu’est-ce pour ce milieu ?

Un an pour arriver à obtenir copie du contrat (attention, ce n’est pas encore certain et on attend confirmations) !

Pots de vin à la clef, inculpations à venir pour Buzyn, Véran, Castex, … Philippe… Macron … ?

***

Tiens ! à propos de pognon : j’ai cru comprendre que la banque qui « s’occupe » de la campagne médiatique mondialiste de l’islamophobe et raciste sioniste, parfaitement intégré et d’une opposition parfaitement contrôlée, pro-passe et pro-« vaccin », Zemmour, est Rothschild, la même que celle de Macron !

HUMOUR ?

***

***

***

BRÈVES

Sources 7Québec et Résistance

CE N’EST QU’UN DÉBUT

L’ancien vice-président du groupe consultatif européen d’experts en vaccination de l’Organisation mondiale de la santé, le professeur Christian Perronne, a déclaré hier [le premier novembre] que toutes les personnes vaccinées doivent se mettre en quarantaine pendant les mois d’hiver ou risquer une maladie grave.
Le Pr Perronne est spécialisé dans les pathologies tropicales et les maladies infectieuses émergentes. Il a été président de la commission spécialisée sur les maladies transmissibles du Conseil supérieur de Santé publique.
Confirmant la détérioration rapide de la situation en Israël et au Royaume-Uni, l’expert en maladies infectieuses a déclaré :
« Les personnes vaccinées devraient être mises en quarantaine et isolées de la société. »
Il a ajouté :
« Les personnes non vaccinées ne sont pas dangereuses ; les personnes vaccinées sont dangereuses pour les autres. C’est prouvé en Israël maintenant – je suis en contact avec de nombreux médecins en Israël – ils ont de gros problèmes, les cas graves dans les hôpitaux sont parmi les personnes vaccinées, et au Royaume-Uni également, vous avez le programme de vaccination le plus large et il y a aussi des problèmes . »
Le groupe de travail actuel sur la pandémie de COVID-19 en France aurait été « complètement paniqué » à la réception de la nouvelle, craignant un pandémonium* s’il suit les conseils des experts.
Le médecin israélien Kobi Haviv a déclaré à Channel 13 News :
« 95 % des patients gravement malades sont des vaccinés. Les personnes complètement vaccinées représentent 85 à 90 % des hospitalisations. Nous ouvrons de plus en plus de succursales COVID.
L’efficacité des vaccins diminue ou disparaît.

[ou affaiblit le système immunitaire et rend malade!]

  • lieux infernaux de réunion des esprits du mal et/ou des gens mauvais.

    LA COURBE EN « U » ET LA COURBE EN CLOCHE

Cet été, des chercheurs de l’Université Carnegie Mellon et de l’Université de Pittsburg ont signalé une corrélation en forme de U entre l’hésitation à la vaccination et le niveau d’éducation.

Les chercheurs ont interrogé un peu plus de cinq millions d’adultes américains dans une enquête en ligne, avec 10 000 personnes déclarant qu’ils ont été instruits au niveau du doctorat.

Le rapport a montré une corrélation surprenante en forme de U entre la volonté de ne pas se faire vacciner contre le Covid et le niveau d’éducation – avec la  plus grande hésitation parmi les moins et les plus instruits – ou du moins, diplômés. 
Parmi les personnes interrogées, 20,8 pour cent avec un diplôme d’études secondaires étaient réticents à se faire vacciner, et 23,9 pour cent avec un doctorat étaient contre.  Le pourcentage était également plus élevé chez les moins diplômés.
Mais les moins sceptiques vis-à-vis du « vaccin » avaient une maîtrise (master) – avec seulement 8,3% de ce groupe hésitant à se faire « vacciner ». 

Ils ont conclu que les personnes titulaires d’un doctorat sont non seulement les plus sceptiques quant à la vaccination, mais sont également les moins susceptibles de changer d’avis à ce sujet. À l’inverse peut-être des moins diplômés, moins aptes sans doute à argumenter ou à se faire une opinion stable, à camper sur leur position et à échapper à l’expérimentation.

Parmi certains écarts significatifs, ils ont également constaté que les asiatiques étaient les plus dociles et les moins à se poser de questions, tandis que les ruraux et les soutiens de Trump étaient bien plus réticents.

Cette forme de courbe plus élevée aux deux extrémités des gens répartis selon leurs diplômes, me fait penser à une autre courbe célèbre, celle-ci en cloche mais qui sur le fond semble confirmer une même réalité : c’est celle que Peter et Hull ont établi au niveau de la répartition des gens selon leur compétence dans une entreprise. (cf. le principe de Peter)

La courbe en cloche sépare les compétents des incompétents à peu près à parts égales : d’un côté on plonge vers l’incompétence et de l’autre vers la compétence. Avec au centre 40 % de personnes plus ou moins compétentes, puis 20 % de compétents et 20 % d’incompétents et à chaque extrémité 10 % de totalement incompétents et 10 % de super-compétents.

Mais lorsque l’on considère la hiérarchie, on constate que les promotions exclues à la fois les très incompétents et les super-compétents (ceux qui font de l’ombre à la masse).

Le juste milieu, les couches moyennes (dont les enseignants, les petits cadres du privé, les journaleux et tant et plus de petits-chefs fonctionnaires …), le marais central commun  autrement dit : la médiocratie serait-elle la vraie plaie de la société ?

PETITE INFO DU JOUR

Selon certaines études, il apparaîtrait, pour le dire en mots simples et directs, que c’est le cœur lui-même des piquousés infectés par le produit expérimental (par l’un des produits expérimentaux, dont certains plus virulents que d’autres, et si l’on excepte des faux et des placebos dans le tas) qui se chargerait de générer ou plus exactement de développer en permanence la protéine spicule (épine, spike) toxique, présente au départ dans la mélasse « vaccinale » (et le virus artificiel) et ce serait le reste de l’organisme (anticorps et antigènes) qui attaquerait le cœur pour se défendre.

En voilà du joli !

Je ne sais pas si les cœurs ont bien compris la manœuvre. Ce n’est peut-être pas impossible pour certains individus, puisqu’il appert que ce muscle posséderait — on le sait depuis peu — des neurones comme le cerveau !

« Jusqu’où s’arrêteront-ils ? » 

Au tableau « donneur » de la déchéance politique, je pense qu’il convient de citer hors-concours, mieux encore que le gauchisme ou le stalinisme déliquescents et mondialistes, ces « bons vieux socialos » tout emprunts d’humanismes « catho de gauche » et/ou maçonnique.

Non contents de n’avoir pu imposer au Sénat la « vaccination » obligatoire pour tous (en compagnie des patins bobos « verts » qui se prétendent « écolos » et de quelques autres éléments putréfiés du centre ou de la droite), il apparaîtrait que 15 conseils départementaux dont 14 ou 15, selon les informations, dirigés par des « socialos », ont proposé de sucrer le RSA aux récalcitrants que ne seraient pas piquousés. Ou pour être plus précis aux « personnes privées d’emploi suite à un refus d’obligation de vaccination ».

Il y a plus d’un siècle déjà, je l’ai déjà évoqué, un révolutionnaire polonais Jan Makhaiski, (grand partisan de la grève générale, d’ailleurs) dénonçait déjà ces fantoches, ces socialos d’opérette (façon de parler car on a vu à l’œuvre le bolchevisme russe contre à peu près tout le monde, le socialisme allemand contre la classe ouvrière à la fin de la Première guerre mondiale, ou le socialisme français éternellement belliciste, ou réduisant au chômage ses propres électeurs comme dans les années quatre-vingt).

Notre polonais dénommait ce fatras immonde : le socialisme des intellectuels. Il y mettait les enseignants, les ingénieurs, et tous les spécialistes vrais ou frelatés. Toute la bourgeoisie non possédante, ou plus exactement celle qui ne possédait que son savoir.

De nos jours où l’intelligence est devenue une denrée rare, et où apparaît clairement, ou se confirme, que l’on peut posséder des diplômes et/ou des places de choix (de copinage) dans la société, tout en étant un pauvre type ou une pauvre typesse mal instruit, mal éduqué (cf. le macronisme, mais aussi la quasi totalité du troupeau des politiciens, des syndicalistes et des médiatiques, et bien sûr tous les corrompus et pervers ou benêts diplômés du covidisme et des milieux de ladite recherche scientifique ou de la santé en particulier, ou encore des « arts ») je doute que l’on puisse encore dénommer ce conglomérat : socialisme des intellectuels.

Socialisme des zélées z-élites mondialistes ? Socialisme désailé ? Socialisme des élytres * de la déliquescence ?

* du grec « elutron » : étui, enveloppe

HUMOUR ? BIS

Après Bigard qui nous a bien fait rire (jaune, comme un « communiste capitaliste » chinois) avec son tournage de veste à propos du passe sanitaire, voici maintenant Légitimus (pourtant un membre des ex-Inconnus qui n’étaient certainement pas les pires dans une certaine satire de la société autrefois, il y a maintenant deux bonnes décennies) qui sort n’importe quoi à propos de la troisième piquouse.

La presse pipole, après avoir écrit que « le comédien qui a bien vécu les différents confinements [grand bien lui fasse], laisse éclater sa colère» [on va voir, ce qu’on va voir!], nous assomme d’un … « La troisième dose, ce sera sans moi. Je la donne volontiers aux petits Africains. »

La question que je pose : pourquoi la troisième dose, seulement ? Pourquoi pas la première ou la deuxième ? Tu veux dire que tu en as eu ta dose, et tu viens de comprendre : la nouvelle dose est inutile ou pire dangereuse, voire mortelle ?! Tu es donc prêt à l’offrir, en grand humaniste, à la fourguer plutôt à quelque petit Africain inconnu.

Mais sache que les Africains n’en rien à faire de ta mélasse. Et qu’ils se débrouillent très bien et mieux que nous, sans les pseudo-vaccins du mondialisme occidental, en soignant leurs malades tout simplement avec des médicaments bon marché. Leçon donnée à tous les tarés, eugénistes, génocidaires occidentaux. Mais ces derniers s’en moquent, leur but est autre que sanitaire.

… À moins que tu ne pratiques ici l’humour noir, ou plus exactement métis…

Enfin, de la bande des Inconnus, il nous reste au moins Bourdon qui lui voit une dictature dans ce que l’on subit actuellement et s’inquiète pour ses gamins.

HUMOUR ?

La maffia dite « Académie de médecine », dont tous les membres ont renié depuis longtemps le serment d’Hippocrate, est contre la volonté gouvernementale qui conditionnerait le maintien du passe sanitaire aux seuls moutons à qui on administrerait une troisième piquouse  (avant la suivante).

Agir ainsi serait outrepasser « le rôle dévolu au passe sanitaire qui était de limiter le risque de transmission du virus et d’inciter la population à se faire vacciner ». Inciter ? Ah, bon ?! Quel doux euphémisme.

Bonne nouvelle direz-vous… mais que nenni ! La raison est tout autre que ce que vous pensez. Elle est totalement perverse. Ce n’est pas parce que le passe serait totalement inefficace (voire contre-productif et délirant puisque la soupe chimique expérimentale n’empêche aucunement de choper le virus, bien au contraire) ; ce n’est pas non plus parce que l’incitation aurait quelque rapport avec une mesure coercitive totalitaire.

Non, pas du tout. Ce serait, tout simplement, mal récompenser les moutons des deux premières doses. Et en faire une mesure (ouf, j’ai-t-i’ eu grand peur !) discriminatoire (sic) … à l’encontre de tous ceux qui resteraient à deux doses contre ceux qui passeraient à trois ! Et qui pourrait – mais ce n’est pas dit explicitement, juste dit entre les lignes – inciter certains, voire nombre de double-piquousés à rejoindre les rangs des réfractaires.

DÉCADENCE DE L’ ANARCHISME POLITIQUE

Lorsque j’avais vingt ans, on était déjà un certain nombre à trouver les milieux dits anarchistes en autant de Fédération Anarchiste, Organisation Communiste Libertaire, Organisation Révolutionnaire Anarchiste … comme des milieux d’un esprit libertaire désuet et en grande partie sclérosé. Depuis, j’ai bien circonscrit le problème : la cause en était (indépendamment du poids conséquent de leur origine bourgeoise ou petite-bourgeoise) deux ou trois dogmes qui chez eux s’étaient plus ou moins — plutôt plus que moins — substitués à l’anti-capitalisme et qui ont pour noms : anti-racisme, antifascisme ou encore antisémitisme à toutes les sauces, et fort souvent hors de propos. Grotesques. Avec leurs corollaires : les bienfaits et vertus de l’immigration « internationaliste » (C’est la lutte finale!).

Puis avec le temps on a connu des pitres et autres guignols qui se réclamaient de l’anarchie. J’en ai déjà évoqué certains tels que Cohn-Bendit dit Dany-la braguette et Michel Onfray dit le rebelle-des-media, et tels les sombres abrutis qui dès les années quatre-vingt, et en ennemis acharnés de la liberté d’expression, jouaient déjà les supplétifs de la Police en dénonçant les « mauvais » ou en s’en prenant à eux physiquement.

Ici je pense à ceux qui s’opposaient, en symbiose avec l’idéologie dominante, à la liberté de recherche historique et, tout près de nous, aux crétins des Black Blocs, milices du mondialisme qui ont fait partir sciemment en vrille le mouvement des Gilets Jaunes, après les avoir présentés comme des « populistes » et autres « fachos », gueux de basse extraction (ce que disait aussi toute la bourgeoisie, bobo en premier lieu, et les media de la domination).

Il y a un aspect que j’avais tendance à laisser de côté, à ne pas trop remarquer dans leurs dogmes, c’était celui du scientisme, le plus conformiste et béat benêt qui soit, ce qui ne les différencie guère de ce qui reste du milieu stalinien ou gauchiste largement trotskiste émules de la dictature chinoise contemporaine, et bien évidemment parfaitement en adéquation avec l’idéologie mondialiste jusque dans ses dérives obscurantistes et totalitaires.

J’ai pu lire ainsi il n’y a pas très longtemps un communiqué de presse de la Fédération Anarchiste que l’on aurait dit écrit par un mondialiste. Ou plus précisément par un mondialiste « de gauche » et bisounours qui dénonçait … le covidisme pseudo-sanitaire ? … la dictature macronienne ? … la ruine des libertés ? … l’apartheid ? … la grande réinitialisation ? … le « fascisme de la globalisation » ? …

Rien de tout ça : Non ! le fait que les pseudo-vaccins expérimentaux et délétères (qui plus est pour une maladie du genre grippe) étaient d’abord réservés aux riches et qu’en Afrique il en manque. Que l’on n’est pas sympa avec les Africains ! (Argument condescendant que j’ai également entendu de la part d’un syndicaliste qui était « pour le « vaccin » et contre le passe » (si ça existe!) lors d’un rassemblement contre le passe-sanitaire). Sans même savoir que les Africains n’en ont rien à battre, puisqu’il se sont soignés, qui plus est préventivement, avec l’hydroxychloroquine, qui est un médicament contre la malaria (ou paludisme comme on veut bien le nommer) connu depuis une éternité.

J’ai donc constaté que non contents d’être des ennemis de la liberté d’expression, de vouloir prendre le peuple avec des pincettes, ou de confondre esprit libertaire et libertinage, pour les uns ou pour les autres, etc. ces « anarchistes » étaient également des ânes bâtés incultes et hyper-conformistes ! Tel encore Onfray, très chaud partisan des piquouses, des masques, du passe.

Liberté ou fausse sécurité ? Liberté ou dictature « sécuritaire » ? Liberté et vérité, ou bêtise et mensonge ? Comme tu veux, tu choises ! Moi, c’est tout vu et tout choisi.

Je voudrais maintenant citer ici un article pour rappeler que la connerie est la chose la mieux partagée du monde et dans le monde entier avec l’exemple de Chomsky (je crois déjà avoir évoqué cet « anarchiste » qui a développé toute une théorie globalisante, une de plus, sur les dits universaux du langage, un ennemi des différences, un métisseur imbécile car la différence c’est la vie et l’uniformité la mort, mais c’est un autre sujet).

* * *

Quand l’anarchiste Noam Chomsky prône l’isolement des non-vaccinés


Qu’on l’aime ou non, Noam Chomsky est l’un des grands intellectuels de la gauche américaine. On est d’autant plus intéressé de savoir que cet homme qui a été l’un des critiques les plus implacables des guerres menées par les Etats-Unis dans le monde entier et qui se réclame de la gauche anarchiste espagnole durant la guerre civile, a récemment pris position pour l’isolement des personnes non-vaccinées. Certains diront que c’est une aberration due à son grand âge. Mais Chomsky ne révèle-t-il pas au contraire quelque chose de profond sur la vision du monde de la gauche?

* * *

Noam Chomsky est un très grand universitaire et un très grand intellectuel, on n’a aucun mal à le reconnaître même quand on ne partage pas ses engagements politiques. D’abord, il est l’un des grands linguistes du XXè siècle, créateur d’une nouvelle école, celle de la linguistique générative, qui suppose un processus cognitif universel inné à la base du langage permettant à l’enfant d’acquérir rapidement sa langue maternelle. Chomsky a développé sa théorie dans les années 1950 puis a intégré les critiques pour en proposer de nouvelles versions dans les années 1980 et 1990. 

Parallèlement, Chomsky s’est fait connaître dès les années 1960 comme l’un des critiques les plus virulents dans le monde universitaire de l’intervention américaine au Vietnam. Il a ensuite élaboré une vision critique systématique de la politique étrangère américaine. Et il est comme tel l’auteur de centaines d’interventions: livres, articles, vidéos etc… Chomsky s’est toujours réclamé de l’anarchisme espagnol de l’époque de la guerre civile, dans lequel il a prétendu voir une des incarnations les plus abouties de l’idéal de liberté. 

Comment comprendre alors que ce soit le même Chomsky qui vienne de prendre parti, dans deux vidéos (ci-dessus et ci-dessous) pour l’isolement des vaccinés? 

Isoler les « non-vaccinés » et les nourrir comme des prisonniers

Tout d’abord, que dit Noam Chomsky. Dans la vidéo datée du 2 septembre (voir ci-dessus) il explique qu’il ne faut rien forcer mais que les gens qui refusent de se faire vacciner, ce qui est leur droit, devraient avoir le bon réflexe, celui de s’isoler eux-mêmes.  Dans l’extrait de sa vidéo du 24 octobre que le lecteur pourra consulter ci-dessus, Chomsky revient sur la question en expliquant que les personnes qui refusent de se faire vacciner sont comme des individus qui voudraient conduire tout en refusant le code de la route. La seule attitude convenable est, selon lui, de se mettre à l’écart de la communauté. Et quand son intervieweur lui demande ce qu’il faut faire, pour nourrir ces gens qui se seraient isolés, Chomsky répond d’abord que c’est leur problème; puis qu’il faudrait leur donner à manger comme on nourrit des prisonniers! 

Noam Chomsky est parfaitement cohérent dans ses prises de position

Peut-être certains admirateurs de Chomsky seront-ils horrifiés, ou du moins surpris. Mais ils ne devraient pas l’être. 

+ l’anarchisme espagnol des années 1930 dont se réclame Chomsky, à titre de conviction personnelle, était porteur d’une grande violence. Il l’a montré par exemple par le nombre de victimes qu’il a faites parmi les catholiques espagnols, prêtres, religieux ou laïcs et plus généralement dans le cadre de la “terreur rouge“ [en parallèle à la « terreur blanche »]. Chomsky a toujours été un compagnon de route du marxisme latino-américain. Et d’une manière générale, la gauche libertaire sombre vite dans l’autoritarisme quand il s’agit de mettre en œuvre son idéal. Plus globalement, combien de révolutionnaires, des Jacobins aux communistes en passant par les Jeunes Turcs, n’ont-ils pas commencé par exalter la liberté absolue avant de sombrer dans des tendances dictatoriales et mêmes totalitaires? Chomsky semble incapable de voir qu’il cautionne la dérive de la révolution néolibérale des années 1980, qui a commencé par l’idéal du “tout marché” et du monde sans frontières et qui finit par le Great Reset. 

++ Ensuite, Chomsky semble partager avec l’élite américaine progressiste à laquelle il a toujours appartenu – faut-il rappeler que le MIT [Massachusetts Institute of Technology, Institut de technologie du Massachusetts], souvent décrit comme l’un des centres du complexe militaro-industriel, lui a toujours laissé une totale liberté d’expression? – la religion du vaccin comme panacée face au Covid-19. Visiblement, cela n’intéresse pas ce grand intellectuel de gauche de démasquer les agissements de Big Pharma ni de se demander si les pauvres du monde ne sont pas mieux protégés avec des médicaments génériques. 

+++ Enfin, s’il y a un point commun à la théorie linguistique de Chomsky et à son engagement politique, c’est la croyance dans des catégories a priori de la raison. Chomsky n’a pas pris le temps de se documenter sur la question des vaccins anti-Covid. Il pense pouvoir exercer sa raison sans beaucoup d’informations sur le sujet. 

Certains m’objecteront que “la vieillesse est un naufrage” et qu’il est vain d’accorder une quelconque valeur aux déclarations d’un homme de 92 ans qui fut un grand universitaire et intellectuel. Je ne crois pas que l’on puisse défendre ce point de vue quand on écoute l’ensemble de son entretien du 24 octobre. L’homme est encore extrêmement alerte intellectuellement. Ses propos sur le sort à réserver aux non-vaccinés face au COVID-19 doivent être pris au sérieux parce qu’ils révèlent les limites d’un grand intellectuel de gauche.

* * *

Cet homme qui autrefois (années quatre-vingt) défendit par écrit la liberté d’expression face aux attaques de l’intolérance et du dogmatisme religieux historique dominant, qui plus récemment est devenu plus ambigu (et à côté de la plaque) en défendant deux États l’un palestinien, l’un israélien en Palestine occupée, finit par proposer d’enfermer les récalcitrants à la corona-folie. Comme le premier totalitaire venu. Bien la peine d’être Juif (ou alors, il a viré totalement sioniste). Et « anar » !

Humour ?

Paraîtrait que La Fédération PS du Nord, jadis la plus importante, du moins en nombre, est tombée de 14000 adhérents environ, à 132.

Mais ceci ne l’empêche pas de tenir encore la mairie de Lille.