Aller au contenu principal

La vérité si je mens !

dimanche 25 juillet 2021
Source : aitia.fr
Je le faisais remarquer très récemment, ce n’est pas parce qu’on vous ment en permanence qu’il faut croire systématiquement le contraire de tout ce qu’on vous dit. C’est bien sûr humain et compréhensible ; il y a même un proverbe pour cela : « chat échaudé craint l’eau froide ». Mais même les menteurs les plus compulsifs arrivent à dire des vérités… et surtout, les plus malins arrivent à tromper sans mentir au sens strict, généralement par omission, car ils sont suffisamment intelligents pour se préserver par tous les moyens des poursuites pénales que certains pourraient leur intenter s’ils mentaient de façon trop directe (il existe quand même des lois pour cela).
Le cas de l’efficacité des « vaccins » anti-covid – dont je rappelais la définition dans cet article – est assez instructif sur cette façon de mentir tout en disant la vérité. Certains contestent en bloc qu’ils aient une quelconque efficacité, ou prétendent que les chiffres avancés par leurs fabricants sont grossièrement enjolivés ; certes, il est naïf de croire sur parole un dépliant publicitaire quel qu’il soit, et il est parfaitement légitime de se méfier de publications scientifiques sur un produit pharmaceutique qui sont financées par le fabricant même de ce produit.
Mais il faut aussi garder à l’esprit que ces grandes entreprises pharmaceutiques, si elles ont les moyens de corruption gigantesques qu’on leur connaît, ont aussi les moyens d’avoir des services juridiques de haut niveau capables d’orienter finement la communication de l’entreprise afin que les inévitables pertes pour l’entreprise que représentent les procès perdus restent à un niveau minimum – même si ce niveau paraît astronomique pour le commun des mortels, alors qu’il est juste à la mesure des profits bien plus astronomiques encaissés.
Il est donc assez vain de contester toute valeur aux chiffres d’efficacité annoncés, comme s’il s’agissait d’une simple et brutale fraude scientifique intéressée (ça existe, mais ce n’est pas systématique) ; il est plus intelligent, soit de privilégier les chiffres « de la vraie vie » par rapport à ceux des études (on l’a fait, et on le refera, à partir des données anglaises), soit de se poser la question de la signification réelle de chiffres qui, en eux-mêmes, peuvent être justes, tout en induisant totalement en erreur le public visé.
Tout d’abord, il y a une manipulation qui consiste à parler d’efficacité en « oubliant » que tout le monde n’est pas exposé à l’agent pathogène contre lequel le vaccin doit apporter une protection. Ainsi, lorsqu’on entend une « efficacité de 90 % », on pense qu’il y aurait 90 % en moins de malades pour cette maladie dans une population entièrement vaccinée (à supposer, bien sûr, que le chiffre d’efficacité annoncé soit juste)… mais on oublie que les risques vaccinaux s’appliquent à 100 % de la population (si elle est entièrement vaccinée) alors que les risques de la maladie ne s’appliquent, par définition, qu’aux personnes infectées. Or, si l’on en croit le dernier bulletin du Réseau Sentinelles, le taux d’incidence des cas d’infection respiratoire aiguë vus en consultation de médecine générale et dus au SARS-CoV-2 était estimé, pour la semaine 28 de 2021 (12 au 18 juillet) à 4 pour 100 000 habitants (oui, 0,00004 !). Du coup imposer un vaccin (et tout ce qui va avec…) à l’ensemble d’une population quand 0,004 % en tirera un réel bénéfice (si tout va bien) semble nettement plus ressemblant à la volonté d’écraser une paramécie avec le marteau-pilon du Creusot qu’à celle de protéger une population dans une démarche rationnelle et médicale, surtout quand des traitements curatifs efficaces et peu chers existent, qui par définition ne sont administrés qu’aux malades donc à beaucoup moins de monde !
Et même au plus fort de la vague épidémique au printemps 2020 (semaine 13), le taux d’incidence hebdomadaire pour la Covid-19 n’était « que » aux alentours de 140 pour 100 000, certes 35 fois supérieur, mais tout de même égal à 0,14 % en langage courant ! On remarquera au passage que ce taux d’incidence ne se confond pas avec celui des infections respiratoires aiguës (IRA) (ce qui devrait être évident pour tous, mais finit par ne plus l’être dans une psychose collective covidienne de niveau 10 sur l’échelle de Richter) : ainsi, dans le dernier bulletin du Réseau Sentinelles le taux d’incidence des IRA est de 42 pour 100 000, soit dix fois celui de la Covid-19. En d’autres termes, et en dépit d’une activité qualifiée de « faible » en médecine générale pour les IRA toutes causes confondues, 9 sur 10 des patients consultant pour des infections respiratoires aiguës n’étaient pas, du 12 au 18 juillet, porteurs de cette nouvelle peste noire devant laquelle le monde entier – et surtout la France – semble se mettre à genoux.
Mais l’essentiel n’est pas là. La tromperie la plus profonde réside, avant tout, dans la définition d’une efficacité des vaccins qui compare des sujets vaccinés à d’autres ne recevant aucun traitement. Comme si la médecine pouvait se résumer à la vaccination, comme si aucune autre voie de sortie n’existait, ce qui n’a bien entendu aucun sens même si les menteurs compulsifs qui nous gouvernent le répètent en boucle. La maladie est certes nouvelle, mais de nombreux médicaments anciens (« repositionnés », comme on dit dans un français approximatif), souvent associés entre eux, et avec des compléments alimentaires n’étant même pas des médicaments au sens strict, ont montré sur elle une efficacité certaine : ivermectine, hydroxychloroquine, azithromycine, vitamine C, zinc… La liste est longue et ceux qui veulent avoir un aperçu général de leur efficacité (pris isolément, mais les associations n’y figurent pas) pourront se reporter au site cearly.com5 ; quant à ceux qui souhaitent avoir des protocoles tout prêts – à discuter évidemment avec un médecin – ils pourront les trouver sur le site de la Front Line Critical Care COVID-19 Alliance, pour certains traduits en plusieurs langues dont le français.
On comprend donc pourquoi il était nécessaire de tuer d’abord le soldat hydroxychloroquine, et de mentir ensuite sur les effets secondaires désastreux des « vaccins » expérimentaux à ARN ou ADN, pour imposer de façon « rationnelle » l’idée d’une vaccination universelle comme seule porte de sortie. Mais les géniaux concepteurs de ce plan « sanitaire » ont juste oublié une chose : même en bombardant 24h/24 les citoyens d’une propagande digne des zeurslesplussombresdelhistoire, à l’heure d’internet, une vérité même ténue finit toujours par se frayer un chemin, et par s’auto-alimenter de façon exponentielle, là où le mensonge nécessite toujours des moyens de plus en plus importants et de plus en plus visibles pour subsister… ce qui in fine renforce l’éclat de la vérité.
François Roby

DES P’TITS TROUS, DES P’TITS TROUS, TOUJOURS DES P’TITS TROUS …

D’après la chanson de Gainsbarre.

LA FRANCE SE RÉVEILLE ENFIN ET INVESTIT LA RUE, MARIANNE À SA TÊTE

LES MANIFESTATIONS PRÉVUES AUJOURD’HUI :

Sans oublier l’Outre-Mer !

Et l’on me dit que la carte ci-dessus est incomplète, pas à jour.

*

La Liberté guidant le peuple (Delacroix)

LES TROIS COMIQUES DU JOUR OU L’OBSCURANTISME COVIDISTE ŒCUMÉNIQUE ACHEVÉ

article d’E & R du vendredi 23 juillet 2021

Trois représentants des cultes protestant, musulman et juif, se sont fendus d’une déplorable tribune pro-vaccin d’une soumission sans égale. Les catholiques pourraient dire que l’honneur est sauf, aucun représentant de leur religion ne s’est adjoint à cette tribune. Malheureusement cela n’est que pur accident, car il est évident qu’ils n’auraient pas eu à chercher longtemps pour trouver un collabo catholique. On s’étonne d’ailleurs de cette absence. Ces pro-vaccinistes seraient-il un peu cathophobes ?

Sans vouloir faire parler les morts – oups, pardon, Jésus est vivant ! –, il nous semble que le Christ aurait eu une autre élévation d’esprit que ce torchon pro-gouvernemental qui nous fait honte. Se focalisant sur la soi-disant efficacité du vaccin (cela reste à démontrer, surtout au fur et à mesure des variants qui se succèdent) et sur la soi-disant dangerosité du virus (en confondant allégrement contagiosité et létalité), ces religieux en carton pâte décrètent que « tu ne tueras point » signifie « tu te feras vacciner ». Une revisitation – pour ne pas dire un révisionnisme – du décalogue.

Qu’aurait pensé Jésus de tout cela ? Permettez-nous de penser que sa hauteur de vue aurait évité toutes ces facilités de raisonnement pour voir le tableau d’ensemble : que dit cette politique vaccinale de notre monde ? Quel hygiénisme extravagant nous pousse à faire prendre des risques supérieurs par le vaccin à des moins de 65 ans qui encourent un risque nul par le virus (hors comorbidités) ? Quelle société de l’argent mobilise de telles forces pour vendre à tout prix un produit expérimental et l’injecter dans les corps de force ? Quelle vision méprisable de la liberté des gouvernants qui veulent notre bonheur et notre santé à tout prix, et surtout malgré nous ?

Aussi nous faut-il redoubler d’efforts pour convaincre les sceptiques, et combattre les opposants à la vaccination, qui sous prétexte de la liberté, veulent faire valoir leur droit à être un danger pour les autres. Ces derniers arguent de la liberté, un des piliers essentiels de notre triptyque républicain, comme épouvantail pour crier au scandale, voire au complot. Une minorité de Français invoquent bruyamment, et parfois même de manière indécente, leurs libertés individuelles pour refuser le vaccin contre la pandémie qui ravage la planète.

Chaque mot est presque un mensonge. Pour des hommes de foi, c’est triste [mais normal puisqu’on est dans la religion covidiste]. Mais, comme des fous emportés dans leur délire, nos trois Pieds nickelés surenchérissent encore :

Refuser le vaccin, ce n’est pas seulement risquer pour soi-même les coups du virus, c’est pratiquement armer son propre corps, comme on dégoupillerait une grenade, pour le transformer en engin potentiellement mortel, frappant aveuglément et aléatoirement autour de soi.

Clercs de trois religions différentes, nos trois comiques tristes sont les prêtres communs d’une religion qui les surpasse toutes, celle de la Shoah :

Nous nous insurgeons d’avoir vu dans les rues de notre pays, des manifestants défiler en portant des étoiles jaunes. Rien ne saurait jamais pouvoir être comparé à la Shoah. Rien.

Rien ! On ne peut donc que s’incliner devant cette oukase mystique (attention, nous n’avons pas dit mythique !). Cependant, pourrait-on rappeler que, tout de même, séparer les hommes pour les traiter de manière différente, n’était-ce pas quand même un peu le début de ce qu’ils appellent justement la Shoah ?

D’ailleurs justement leur conclusion n’est-elle pas un peu malheureuse :

La réponse est simple.

Tu ne tueras point.
Tu te vaccineras.

Ou de façon moins biblique [et le Coran, il est où dans tout ça?] et plus républicaine, se faire vacciner, c’est être protégé et protéger les autres. Être vacciné c’est être « le gardien de son frère ». Être vacciné pour être enfin libre.

Zut alors, nous qui pensions que c’était le travail qui rendait libre.

Les noms à retenir  : Pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France ; Haïm Korsia, grand rabbin de France ; Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman.

Lire le torchon collaborationniste sur Le Figaro.

*

Réflexion finale de moi : On dirait qu’ils ont peur de crever, et Dieu dans tout ça ? Autrement, que le rédacteur de cet article se rassure le Pape mondialiste est pleinement sur la même ligne que le trio de clowns.

***

PETITE INFO ENCORE – GARDE RÉPUBLICAINE

De source sûre, la Garde Républicaine, composée de gendarmes, qui est traditionnellement la garde de sécurité et la garde d’honneur du président et des membres du gouvernement s’est retirée (je ne saurais dire quand) de la protection de Macron, remplacée par d’autres services de police.

Doublement sidérant :

— il s’agit d’une sorte de grève unanime, d’un refus qui doit être jugé sérieux pour ne pas amener de sanction,

— je n’ai encore jamais entendu parler d’une telle action de ce genre.

De quoi Macron s’est-il rendu coupable aux yeux des membres de la Garde Républicaine ?

PS 2 LE « EN MÊME TEMPS » MACRONIEN

PS 2

On me dit que la phrase exacte de la petite ordure serait : La primauté aux vaccinés, et une vie de merde pour les autres ! Ce qui est encore plus odieux. C’est le « en même temps » macronien bien connu. Que ceux qui sont vaccinés comprennent bien qu’il faudra qu’ils demeurent à jour des piqûres mondialistes pour conserver leur « primauté ».

Je connais un crétin de souverainiste (il s’est présenté en 2017 à l’élection présidentielle) qui après avoir pris le train de la contestation en marche se met à l’écart des manifestations parisiennes parce que certains y compareraient l’apartheid en marche avec le sort réservé aux Juifs en 1942. Il a même le culot insigne et indigne de minimiser ce qui se passe actuellement au nom de la Shoah ! Quel pitre ! Et quel devin ! Car que nous réservent demain (« vaccinés » ou « non-vaccinés », mais tous emprisonnés) ces tyrans, cette mafia qu’il va falloir abattre d’une manière ou d’une autre ?

Il est prévu dans la loi que les employeurs puissent licencier les récalcitrants et que les bureaux de vote à venir nécessiteront un passe, de même pour aller à l’hôpital ou dans les EHPAD … sauf urgence (notion totalement vague).

Je ne dis plus où est la gauche « sociale » ? Elle est morte. Mais je pose quand même la question où sont les syndicats ? Où est rendue la Ligue de Défense des Droits de l’Homme ?

***

Et

J’ai reçu ceci :

Là, tout de suite, je vous invite aussi à faire une autre action importante – cela prend 5 minutes, depuis chez vous.

Il s’agit de porter plainte en Justice contre le pass sanitaire, et de vous joindre au recours COLLECTIF, menée par l’excellent avocat Me Di Vizio.

Cela prend quelques minutes et cela peut changer la donne : plus nous serons nombreux, et plus cette action judiciaire sera efficace !

C’est capital de le faire si vous êtes professionnel de santé soumis à l’obligation vaccinale à venir (attention, des honoraires vous sont demandés car c’est une procédure lourde, mais votre liberté et santé valent peut-être 100 euros pour vous).

Mais cette plainte collective est ouverte aussi à tous les citoyens opposés au pass sanitaire, et dans ce cas c’est quasiment gratuit (1 euro symbolique).

Rendez-vous ici pour remplir votre plainte : https://www.divizio.fr/recours-obligation-vaccinale-pass-sanitaire/

TOUS ENSEMBLE, NOUS DEVONS DÉFENDRE NOTRE LIBERTÉ, NOTRE DIGNITÉ ET L’ÉGALITÉ DE TOUS DEVANT LA LOI !!!

Transférez maintenant ce message autour de vous, à TOUS vos contacts, c’est urgent.

Et rendez-vous samedi dans les rues de France!

T’ ‘A’ ‘AR TA GUEULE À LA RÉCRÉ !

Selon le journal Libération, un « conseiller » du gouvernement aurait bramé (bien loin des foules) :

ON VA LEUR FAIRE UNE VIE DE MERDE !

ON : la mafia au pouvoir qui contourne les propres interdits qu’elle décrète. Restaus clandestins, pas de passe prévu pour les parleurs-menteurs, pas de « gestes barrières » pour le Festival de Connes ou les « réunions au sommet » (qui sont par contre agrémentées de gestuelles franc-maçonnes et de spectacles genre satanique, comme on l’a vu il n’y a pas bien longtemps), etc.

LEUR : La populace, les « vaccinés » en sursis de mise à jour, les non « vaccinés » « ennemi du progrès », les gueux « attardés », les ploucs « populistes », et même les « fachos antisémites » (les media de la propagande ont encore osé ça!).

Mais donc finalement TOUT LE PEUPLE.

Le dilemme devient ainsi très simple, simplissime : ça va être eux, la mafia des mondialistes déshumanistes, anti-humanistes ou nous, le Peuple Humain.

PS

Et ON (les grotesques et les pitres du gouvernement et des media) nous annonce à l’instant des menaces terroristes pour la France. Un p’tit coup de soldats dans les rues et d’entretien de la peur pour casser les manifs?

Qui sont les vrais terroristes de la parole depuis un an et demi ?

HUMOUR ?

PRIX NOBEL DE L’OBSCURANTISME SCIENTISTE AU PARTI DIT « COMMUNISTE » ?

Le porte-parole dudit ‘Parti Communiste Français’ en digne héritier de l’époque stalinienne qui détruisait au nom de « l’avenir radieux de l’Humanité » la nature (et combien d’hommes ?), transforma des mers intérieures en désert de sel et laissait rouiller et pourrir tant et plus de machines inutilisées, vient d’attendre les sommets de la réflexion philosophique en « touitant » :

VIVE LE VACCIN, VIVE LA SCIENCE, VIVE LE PROGRÈS.

Il a osé !
Je suppose que, s’il avait été là, les jours des explosions atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, il se serait écrié, en fidèle du scientisme et du productivisme au front étroit :

VIVE LA BOMBE, VIVE LA SCIENCE, VIVE LE PROGRÈS.

L’insecte ignare de la secte néo-stalinienne (si ! ça existe encore) semble même ignorer que ce qu’il appelle « vaccin » n’en est pas un ; et c’est justement pourquoi  il  pose  problème.

Problème   réellement   scientifique.

LES DÉFENSEURS DE LA VRAIE SCIENCE SONT DANS LA RUE, PANTIN.

Moustique toujours un degré plus bas dans la régression mentale,

tu es à conserver dans le formol, toi ! À côté des œuvres complètes de « génétique prolétarienne » (pauvres prolos!) de Trofim Lyssenko.

POUR INFORMATIONS

Publié par Mohamed Tahiri (extraits)

le 19 juillet 2021 sur France médias numérique

Aux États-Unis, la Cour suprême a annulé la vaccination universelle.

DERNIÈRES NOUVELLES !

Bill Gates, le spécialiste américain en chef des maladies infectieuses Fauci et Big Pharma ont perdu un procès devant la Cour suprême des États-Unis, n’ayant pas réussi à prouver que tous leurs vaccins au cours des 32 dernières années étaient sans danger pour la santé des citoyens !

Le procès a été intenté par un groupe de scientifiques dirigé par le sénateur Kennedy.

*

Robert F. Kennedy Jr. : « Le nouveau vaccin COVID doit être évité à tout prix.

J’attire de toute urgence votre attention sur des questions importantes liées à la prochaine vaccination contre le Covid-19.

Pour la première fois dans l’histoire de la vaccination, les vaccins dits à ARNm de dernière génération interfèrent directement avec le matériel génétique du patient et modifient donc le matériel génétique individuel, ce qui constitue une manipulation génétique, ce qui était déjà interdit et était auparavant considéré comme un crime.

Le VACCIN coronavirus N’EST PAS UN VACCIN ! ATTENTION !

Qu’est-ce qui a toujours été un vaccin ?

C’était toujours l’agent pathogène lui-même – un microbe ou un virus tué ou atténué, c’est-à-dire affaibli – et il était introduit dans l’organisme afin de produire des anticorps. Pas même un vaccin contre le coronavirus !

Ce n’est pas du tout cela !

Il fait partie du tout nouveau groupe de prétendus « vaccins » à ARNm (ARNm). Une fois à l’intérieur d’une cellule humaine, l’ARNm reprogramme l’ARN / ADN normal, qui commence à fabriquer une autre protéine.

Cela n’a rien à voir avec les vaccins traditionnels ! C’est-à-dire qu’il s’agit d’un instrument d’influence génétique. Une arme biologique génétique ! C’est-à-dire qu’ils vont détruire tous les terriens, et les survivants deviendront des OGM !

Après le vaccin ARNm sans précédent, les vaccinés ne pourront plus traiter les symptômes du vaccin de manière complémentaire.

Les personnes vaccinées devront en assumer les conséquences, car elles ne pourront plus être guéries par la simple élimination des toxines du corps humain, comme c’est le cas pour une personne présentant un défaut génétique (syndrome de Down, syndrome de Klinefelter, syndrome de Turner, insuffisance cardiaque génétique, hémophilie, mucoviscidose, syndrome de Rett, etc. ), car le défaut génétique est éternel !

Cela signifie clairement :

si un symptôme de la vaccination se développe après la vaccination ARNm, ni moi ni aucun autre thérapeute ne peut vous aider, car

LES DOMMAGES CAUSÉS PAR LA VACCINATION SERONT GÉNÉTIQUEMENT Irréversibles. »

***

[ PRÉDICTIONS D’UN ANCIEN HAUT RESPONSABLE DE PFIZER ]

L’ancien scientifique en chef de Pfizer, Mike Yeedon, a une fois de plus exprimé sa position selon laquelle il est maintenant trop tard pour sauver ceux qui ont été injectés avec une substance publiquement appelée « le vaccin Covid-19 ».

Il encourage ceux qui n’ont pas encore reçu l’injection mortelle à se battre pour leur vie, celle de leur entourage et celle de leurs enfants.

L’immunologiste de renommée internationale poursuit en décrivant un processus qui, selon lui, tuera la grande majorité des gens :

« Immédiatement après la première vaccination, environ 0,8% des personnes meurent dans les deux semaines.

L’espérance de vie moyenne des survivants sera de deux ans maximum, mais elle diminue également à chaque nouvelle «injection». «D’autres vaccins sont encore en cours de développement pour provoquer la détérioration de certains organes, notamment le cœur, les poumons et le cerveau. »

« Des milliards de personnes ont déjà été condamnées à une mort certaine, inévitable et douloureuse. Tous ceux qui reçoivent l’injection mourront prématurément, et trois ans est une estimation généreuse de la durée de leur survie. »