Aller au contenu principal

ENCORE UNE BONNE RAISON DE VOTER POUR TOUT CE QUI N’EST PAS MACRONISTE

Une enquête — pour une fois non complaisante — de Médiapart révèle les ordres — qui n’étonneront personne — de la Préfecture de police de Paris, dirigé par l’incomparable feld-maréchal Lallement — que l’on connaît pour ses réparties de connard pour ne pas dire de « facho de service » et qui a vraiment la gueule de l’emploi — lors des manifestations de Gilets Jaunes :

« Défoncez-moi les gens »,

« Impactez très fort les manifestants »,

« Mettez-les minables ».

Qu’il y ait des individus à accepter d’exécuter de tels ordres révèle l’état de délabrement de la police, comme de tout le reste en fRance. Et qu’il y ait eu des flics à viser les yeux de certains, qui plus est pacifiques, pour les éborgner est à cette heure-ci encore un scandale impuni.

Et l’on comprend bien où se trouve les vrais minables. Les mêmes qui réprimaient des manifestations pacifiques de personnels soignants par exemple.

L’appel du 18 juin 2022 :

Demain, faisons barrage au macronisme.

En vue de la pelle du 19 juin au soir.

JULIAN ASSANGE : MAUVAISE NOUVELLE

Le gouvernement britannique a confirmé l’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange aux Etats-Unis, où il est poursuivi pour une fuite massive de documents confidentiels #AFP

En fait, et entre autres, des rapports sur des exactions commises par les troupes américaines à travers le monde.

Comme le dit F Asselineau : » L’OCCIDENT SOMBRE DANS UNE DICTATURE ORWELLIENNE L’extradition d’Assange aux États-Unis est un déshonneur. Il y risque la peine de mort ou, a minima, de longues années de prison. Le plus infâme,c’est le silence de ceux qui ne s’inquiètent des droits de l’homme que si la CIA est d’accord. »

On peut féliciter la Suède, le Royaume Uni, l’Équateur, la France (refus tant de hollande que de macron de l’accueillir) de leur action qui confirme que le monde impérialiste occidental est vraiment pourri jusqu’à la moelle.

DONBASS — DONETSK — INFORMATIONS DE CES DERNIERS JOURS

de Donbass Insider – Christelle Néant – 14/06/2022
article publié en anglais extraits (manque juste les illustrations vidéos)
Donbass – Ukrainian army terror bombing of residential areas in Donetsk


Donbass – Attentat terroriste de l’armée ukrainienne contre des zones résidentielles à Donetsk
Depuis ce matin (13 juin 2022), l’armée ukrainienne mène un bombardement terroriste continu des zones résidentielles de Donetsk, de l’est à l’ouest et du nord au sud de la ville, faisant des victimes civiles et d’importantes destructions.
Le bombardement de Donetsk a commencé vers 11 heures du matin, lorsque l’armée ukrainienne a tiré 10 roquettes à partir de lance-roquettes multiples Grad sur les districts de Kievski et Kuibyshevski. Puis une heure plus tard, l’armée ukrainienne a bombardé le quartier Budionovsky (le plus au sud-est) de Donetsk avec de l’artillerie de 155 mm aux normes de l’OTAN.
Ces tirs ont touché le marché de Maiski en pleine heure de pointe, tuant trois civils, dont une mère et son fils de 11 ans, et blessant 15 autres, dont un garçon de 9 ans.
Le tournage s’est ensuite poursuivi dans les quartiers de Kuibyshevsky, Vorochilovksi (centre-ville), Kirovsky, Petrovsky et Kievsky pendant plus de trois heures. Puis, après une pause de deux heures, l’armée ukrainienne a repris le bombardement de Donetsk en fin d’après-midi, faisant de nouvelles victimes civiles.
Lors du bombardement d’une journée de Donetsk, l’armée ukrainienne a tiré 339 projectiles sur la capitale de la RPD (République populaire de Donetsk), dont en détail 29 obus d’artillerie de 122 mm, 171 obus d’artillerie de 155 mm (norme OTAN), 118 roquettes du lance-roquettes multiple BM-21 Grad de 122 mm, et 21 roquettes du lance-roquettes multiple BM-27 Hurricane de 220 mm.
Et tant qu’on parle d’armement fourni par l’OTAN, l’un des obus de 155 mm tombé la veille au centre de Donetsk a été identifié comme un obus LU 211, tiré par un canon automoteur Caesar français !
De toute évidence, les autorités françaises ont été complices des crimes de guerre de l’Ukraine en fournissant des armes et des munitions avec lesquelles l’armée ukrainienne tire délibérément sur des zones civiles où il n’y a pas de positions ou d’armes ennemies !
L’aviation russe et l’artillerie de la RPD ont lourdement bombardé les cinq positions (Avdeyevka, Peski, Orlovka, Krasnogorovka et Pervomaiskoye) à partir desquelles l’armée ukrainienne tirait, et le bombardement de Donetsk a cessé vers 20 heures. Plusieurs roquettes Hurricane ont également été abattues par la défense anti-aérienne.
La maternité de Donetsk a été touchée par l’une de ces roquettes. Heureusement, les patients et les bébés avaient été descendus dans les abris anti-bombes de la maternité et il n’y avait pas eu de victimes.
Plusieurs collègues travaillant pour divers médias ont été pris dans le bombardement de l’armée ukrainienne alors qu’ils filmaient les suites de la fusillade précédente, et se sont retrouvés dans la même situation que Laurent et moi le 4 juin dans le quartier de Petrovsky. Heureusement aucun d’entre eux n’a été blessé selon les informations dont je dispose.
En plus de Donetsk, l’armée ukrainienne a également bombardé Gorlovka, Yelenovka, Yassinovataya et Lyubovka. Le bilan provisoire au moment de la rédaction est de quatre civils morts, dont un enfant, et de 22 blessés, dont deux enfants. Ce bombardement terroriste de Donetsk est le pire que l’armée ukrainienne ait infligé à la capitale de la RPD depuis le début de la guerre il y a huit ans !
En conséquence, le chef de la RPD, Denis Pouchiline, a annoncé que des renforts de la milice populaire de la RPD et de l’armée russe seraient envoyés dans la région pour protéger Donetsk. Il a également souligné qu’en une journée, les forces alliées avaient détruit 30 points de tir de l’armée ukrainienne et un poste de commandement.
 » L’ennemi a littéralement dépassé les bornes. Des méthodes de guerre interdites sont utilisées, les zones résidentielles et les quartiers centraux de Donetsk sont bombardés, et d’autres zones peuplées de la République populaire de Donetsk sont également sous le feu en ce moment.
À cet égard, il est entendu que toutes les forces supplémentaires nécessaires des forces alliées, principalement de la Fédération de Russie, seront déployées.
Je tiens également à souligner qu’au cours des dernières 24 heures, une trentaine de points de tir ennemis ont été supprimés et que le poste de commandement ennemi près du village de Memrik a été détruit.
Bien entendu, même en tenant compte de ces éléments, l’ennemi dispose toujours d’une quantité suffisante d’armes capables d’effectuer des frappes sur nos centres de population. À cet égard, il a été recommandé et ordonné aux chefs des ministères et des départements d’employer un nombre minimum de personnes sur leur lieu de travail et de transférer le personnel principal vers le travail à distance. La même recommandation a été faite aux entreprises privées.
Dans les jours à venir, je recommande toujours à tous les citoyens de la République populaire de Donetsk de rester dans des endroits sûrs autant que possible et de ne pas laisser les enfants sans surveillance.
Les autorités de la République populaire de Donetsk prennent des mesures exhaustives pour assurer la sécurité totale des citoyens de la République dès que possible.
Denis Pouchiline »
https://t.me/pushilindenis/2351
Telegram
Пушилин Д.В.
Заявление о ситуации в Донецкой Народной Республике
t.me/donbassinsider/13648
*
En attendant que l’armement occidental envoyé en Ukraine et déployé près de Donetsk soit détruit, il a appelé les populations à rester le plus possible chez elles, et demandé aux administrations et entreprises privées d’encourager au maximum le télétravail.
Le but évident du bombardement terroriste de Donetsk par l’armée ukrainienne est de détourner les forces russes plus au nord vers Severodonetsk et Slaviansk, afin de les pousser dans un assaut frontal meurtrier sur Avdeyevka pour arrêter les tirs. Mais l’état-major russe est bien conscient qu’il s’agit d’une tactique de diversion. Le feu de contre-batterie va donc s’intensifier pour calmer le feu au plus vite à chaque fois, tout en poursuivant l’encerclement de Lissitchansk, Slaviansk et Kramatorsk plus au nord.
Christelle Néant
(jpf) Je rappelle qu’Avdeyevka (Avdeevka) est située à 10/15 km à vol d’oiseau du centre de Donetsk, au Nord. Nettement moins (5 km à peine du centre, et en limite de l’aéroport de Donetsk), si l’on considère toute la zone que les Ukrainiens contrôlent en ce lieu. Cet endroit serait une véritable forteresse, sur équipée d’infrastructures de défense. S’y trouvaient il y a un mois 4.000 soldats ukrainiens environ.

LES UNS SOUMIS (reresuite)

Après que l’ordure de l’Élysée a déclaré à Irpin’ (une ville de la banlieue de Kiev nommée « ville martyre » par la maffia médiatique franchouillardesque) : « Je souhaite que l’Ukraine l’emporte », reconnaissant en cela les « vertus » d’un régime dirigé par des bandéristes qui sont la lie de la société ukrainienne (zelenski compris) mais fort heureusement de plus en plus à la ramasse (merci les Russkovs),

L’abruti mélenchon, déjà entré dans son rôle de complaisant premier sinistre (ministre de gauche, du latin sinister, gauche), et par pur électoralisme (mais est-ce vraiment bénéfique pour lui ?), a déclaré : « Je m’associe à son message de solidarité ». Confirmant une fois encore que peu de chose finalement le différencie de macron. Pendant le temps des Gilets Jaunes et pendant celui du covidisme, on a déjà pu remarquer qu’il s’est très généralement associé à la politique délirante, liberticide et répressive du kéké.

Rencontre entre deux mondialo-fachos sociopathes cocaïnomanes quarantenaires et corrompus.

Asselineau parle quant à lui de « SOLIDARITÉ ENTRE HOLOGRAMMES. Zelensky doit juger qu’il ne passe pas assez dans les médias. Du coup, il est apparu sous forme d’hologramme dans 4 lieux différents lors du Salon Vivatech. Est-ce pour ça que Mélenchon s’est «associé au message de solidarité de Macron» en sa faveur?» Rappelons que mélenchon aime lui aussi à se présenter en hologramme.

Remarque qui n’a rien à voir avec le sujet, mais quand on me parle d’hologramme je pense toujours aux premiers hologrammes (étatsuniens) que le monde entier a pu voir à la télévision, ceux des pseudo-avions qui entraient, lors du Onze Septembre, dans les deux tours comme dans du beurre et sans dégât, le nez de l’un des deux ressortant même de l’autre côté de la tour comme si de rien n’était !!!

Enfin pour revenir au politicard socialo-trotsko-maçon pas plus soumis que lui (il a été pendant trente ans sénateur PS et possède un patrimoine non négligeable), par une association d’idées qui m’est venue comme ça (le mot « mélenchon » m’a fait penser à Mel Brooks), voilà que je l’imagine très bien en valet de pisse à l’Élysée, piss jack comme dans La Folle Histoire du Monde de Mel Brooks. On l’a déjà vu ramper devant Monseigneur.

Ceci dit, les quelques propos que j’ai tenus ces jours derniers à l’encontre de mélenchon et de sa smala, ne doit pas nous faire oublier qu’il convient, contre vents et marées, de nous en tenir au mot d’ordre ; TOUT SAUF MACRON ! Fossoyeur effectif de la France. Tout sauf un ou une macroniste !

À PROPOS DU NIHILISME CRÉPUSCULAIRE DE L’OCCIDENT EN UKRAINE

extrait de l’article du Courrier des Stratèges de jeudi 16 juin : Guerre d’Ukraine – Jour 110-111 – L’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN est remise aux calendes turques

  • Le plus évident, dans ce tableau, c’est que les pertes ukrainiennes sont d’autant plus élevées que le président ukrainien regroupe ses troupes dans la région de Severodonetsk. Le résumé de la situation sur la chaine Telegram de Xoaqin Flores est limpide:
  • Aujourd’hui, 40 000 soldats des forces armées ukrainiennes sont concentrés dans la région de Severodonetsk et de Lisitchansk.
  • 50 000 autres dans la zone de la puissante zone fortifiée Slaviansk – Kramatorsk – Droujkovka – Konstantinovka.
  • Zelenski déploie des forces spéciales d’autres régions d’Ukraine dans la région de Severodonetsk.
  • Les pertes des forces armées de l’Ukraine y sont chaque jour énormes. En fait, là-bas, à Severodonetsk, la destruction de l’armée ukrainienne est en cours.
  • Zelenski veut tenir au moins une partie de Severodonetsk jusqu’à la réunion des ministres de la défense de l’OTAN à Ramstein le 15 juin. Rammstein-3, espère Zelenski, lui donnera beaucoup de nouvelles armes.
  • Les pertes des Forces armées de l’Ukraine à Severodonetsk sont si énormes que le commandant des Forces armées de l’Ukraine Zaloujni exige de retirer les troupes à Kramatorsk et Slaviansk.
  • Mais Zelenski insiste pour défendre Severodonetsk à tout prix. Et il exige des Forces armées de l’Ukraine qu’elles contre-attaquent même.
  • Même les États-Unis et la Grande-Bretagne sont divisés sur Severodonetsk. Le Pentagone propose de se retirer à Slaviansk. Le ministère britannique de la Défense propose de défendre Severodonetsk à tout prix.
  • L’armée russe utilise son avantage et détruit environ 500 personnes des Forces armées de l’Ukraine par jour uniquement à Severodonetsk. C’est ce qui ressort des estimations occidentales. Bien qu’il soit impossible de dire exactement combien de soldats ukrainiens meurent quotidiennement.
  • Dans le même temps, les pertes de l’armée russe et des deux républiques sont désormais faibles. Au lieu de prendre d’assaut les positions ukrainiennes, l’artillerie, les systèmes de lance-roquettes multiples et l’aviation russes écrasent par leurs tirs l’armée ukrainienne.
  • L’armée russe est également en train d’encercler Lisitchansk et Severodonetsk en coupant les routes d’accès pour l’armée ukrainienne.
  • Selon l’Occident, dans la zone de Severodonetsk on trouve maintenant 50% de l’armée russe en Ukraine.
  • L’Occident craint désormais que ce soit à Severodonetsk que se produise le tournant de la guerre.
    L’Occident est habité d’une pulsion suicidaire et le comportement de Zelenski en est une expression chimiquement pure. Il va devenir difficile de refuser la caractérisation du comportement occidental – et en particulier de Zelenski – comme “fasciste”.
  • Vladimir Zelenski, le 13 juin au soir: “Je demande à tous ceux qui en auraient l’occasion de communiquer avec les gens du sud occupé… dites qu’il y aura une libération. Dites-le à Gorlovka, Donetsk, Lougansk. Dites-leur que l’armée ukrainienne va certainement venir. Bien sûr, nous libérerons également notre Crimée. Que chaque fonctionnaire russe qui a saisi des terres précieuses en Crimée se souvienne : ce n’est pas la terre où ils auront la paix… “. Sinistre commentaire des bombardements de Donetsk et Gorlovka.
  • Deux mercenaires américains ont été faits prisonniers il y a quelques jours. Ni la partie russe ni la partie ukrainienne ne communiquent officiellement sur la réalité des volontaires ou mercenaires occidentaux faits prisonniers.

RE CARON

Le Point a lu les propositions du parti de Caron candidat néanmoins mélenchoniste (si j’ai bien compris).

Je ne commente pas les présupposés du Point (qui n’est point fin, et qui en ce moment mène campagne contre tous les mélenchonistes et assimilés), et j’ajoute juste à certaines des propositions « écologistes » caroniennes :

— Que la fin du nucléaire est déjà en bonne marche avec le retour des énergies fossiles polluantes et le développement d’éoliennes non rentables et particulièrement inesthétiques ;
J’attends ses propositions concrètes pour y arriver réellement et comme il faut ;

— Que la fin des frontières, c’est déjà le cas, du moins dans l’Union Européenne, et que l’on voit où ça nous mène ;
J’attends ses propositions concrètes pour faire que cela se passe maintenant au mieux ;

— Que le contrôle de la population mondiale est déjà en marche, par la stérilisation non-dite des plus pauvres du côté de chez Bill Gates (persona non grata en Inde) et consorts, et le développement de pseudo-vaccins et passes « sanitaires » du côté de Pfizer et compagnie ou encore Microsoft ;
J’attends enfin ici ses propositions complémentaires qui je pense seront aussi mirifiques et du même acabit que sa volonté d’introduire un permis de voter et de finalement légaliser l’apartheid électoral (je suppose d’ailleurs que Caron est également partisan de l’apartheid sanitaire).

Que dire de vouloir imposer de la nourriture végane dans les cantines ? Personnellement je suis patatophile ou plus exactement patatovore, j’exige que l’on bouffe des patates tous les jours. Non mais !

Ce qui est réellement comique c’est que Caron et ses acolytes sont en train de réinventer le « communisme Labiche » préconisé par Céline juste avant guerre. Mais un peu modernisé et adapté à la clientèle bobo parisienne. Pourquoi plafonner les revenus mensuels à 40.000 euros ? Serait-ce son salaire mensuel ?

Caron sait-il au moins que le salaire moyen en France en 2022 est de 2.340 euros net par mois. Que nombre de personnes gagnent juste le SMIG (1300 euros net par mois), que nombre de gens ont des « petits boulots », parfois à temps partiel, ou « à la tâche », sont chômeurs, ou agriculteurs à tout petit revenu, etc. et que nombre de retraités sont en-dessous du seuil de pauvreté (918 euros).

De qui parle-t-il quand il veut plafonner les revenus au-delà de 40.000 euros par mois ? Les grandes fortunes qui ne travaillent pas mais font fructifier leur pognon, certains sportifs, certains artistes, certains journalistes ? Mystère.

Au fait, et ceux qui vivent de trafics, on fait comment avec eux ?

Dans quel monde vit-il ?

Quand le journal Le Monde tremble devant le Donbass Insider

Laurent Brayard — Donbass Insider

10/06/2022

Dans un article délirant du journal Le Monde, qui depuis longtemps n’est plus un journal digne de ce nom, le Donbass Insider à travers la personne de Christelle Néant est présenté comme un organe d’influence toxique et de désinformation, en tentant par ailleurs de faire passer la petite agence fondée en 2018, comme inondée d’argent, avec « des liens avec Moscou qui restent flous ». Pour se faire, Benoît Vitkine n’a pas osé écrire lui-même l’article, envoyant un stagiaire et pigiste du nom de Maxime Pernet, tout frais moulu depuis 2 mois dans le quotidien national français. Entre mensonges, désinformations, menaces à peine déguisées, Le Monde dévisse en se vautrant littéralement dans une basse propagande que Goebbels lui-même n’aurait pas désavoué. Ce qui est intéressant au-delà du contenu pitoyable de l’article, c’est le signe que nous faisons peur et que nous dérangeons depuis longtemps, leur long travail de manipulations informationnelles au sujet du Donbass et bien sûr de la Russie. Ne pouvant nous faire taire, Le Monde tente l’intimidation, et de manière grossière et cynique, de nous faire passer pour d’abominables croquemitaines, aux poches débordants d’argent du Kremlin et ayant fait de la noble et juste cause que nous défendons, un business lucratif pas loin de l’escroquerie. Encore un pas et bientôt ces « journalistes » appelleront à nous faire jeter en prison, et sont fiers qu’en France, une seule opinion soit tolérée dans les médias. Pour eux, tout ce qui n’entre pas dans la ligne officielle est de la propagande russe ou chinoise.

Stagiaires et pigistes, faire allégeance pour devenir un nouveau chien de garde. Tout cela est connu depuis longtemps, notamment par le travail du journaliste Serge Halimi, qui à l’époque en 1995, condamnait la pensée unique et le formatage des journalistes pour en faire de bons petits soldats défenseurs du système. Ces jeunes chiens de garde entrent dans les médias par la petite porte, comme Maxime Pernet. Issus d’écoles de journalisme, de l’université ou de grandes écoles comme Sciences Po, ils doivent courber l’échine pendant de longues années. La plupart du temps leur parcours passe d’abord par des médias régionaux, en charge « de la rubrique des chiens écrasés » ou de couvertures locales. Les salaires sont encore modestes, mais ils sont tenus par la future carrière à effectuer. Ils resteront pour beaucoup très longtemps comme stagiaires, puis comme pigistes, payés à la tâche, avant d’atteindre après 10 ou 15 ans, la bonne place confortable de journaliste, qui donne droit aux avantages fiscaux (ce qui est déjà hallucinant dans un pays libre), et bien sûr à la fameuse carte. Sans carte de journaliste vous n’êtes rien, seulement un pion en attente d’une promotion. Le système fonctionne ainsi pour permettre de vérifier l’allégeance des plus jeunes. Leurs articles ne sont pas libres, ce sont des commandes des rédactions. L’incroyable Paul Gogo, l’un des pires manipulateur sur le Donbass et la Russie, souvent hystérique et pratiquant la diffamation et l’insulte est l’un des cas école. Désormais correspondant à la Libre Belgique, il aura fait le « sale boulot » pendant des années et avoua même en se plaignant, que dans son parcours de petit soldat, nombre de ses premiers articles avaient été refusés par les rédactions pour lesquelles il travaillait. Il aura pourtant eu la chance de voir le tout début de l’insurrection dans le Donbass, mais se sera bien gardé de raconter la vérité, se complaisant même comme Stéphane Siohan, à se compromettre avec le parti néonazi du Pravy Sektor. Pire encore, Siohan est un collaborateur régulier d’une officine de propagande ukrainienne financée par les Américains, l’Ukrainian Crisis Media Center, où il intervient régulièrement. Comme pour Gogo, l’argent américain n’a pas d’odeur et il se trouve mieux dans leur poche. Paul Gogo à l’époque « apprenti propagandiste » ira même jusqu’à appeler la France à livrer de l’aide humanitaire… à l’armée ukrainienne qui massacrait les Russes du Donbass, c’était en 2015 dans les lignes du journal Libération. Le titre [de son article] depuis a été discrètement changé, car j’avais tiré à boulets rouges sur le bonhomme, qui depuis enrage comme un furieux ! Il aura cherché à se venger en usant des services de quelques amis de journaux internets torchons, eux aussi financés par de l’argent américain, comme Slate ou encore Street Press. Dans ces lignes j’étais devenu un « mercenaire », j’aurais fui le Donbass poursuivi pour les méfaits que j’aurais soit-disant commis autour de Donetsk et serait évidemment « un facho ». De la pure invention sortie de son cerveau passablement dérangé, et étayé de boues tirées de trolls toujours actifs sur les réseaux sociaux. Ce serait amusant, si par ailleurs ce personnage, n’avait pas été médaillé et félicité pour son « travail » en Ukraine, par sa ville natale de Saint-Lo. Le dernier a avoir reçu cette médaille était un résistant de 1944… qui combattit lui les nazis. Lui par contre aura fréquenté de près les néonazis du Pravy Sektor dont il nie depuis toujours la nature. Après avoir interviewé une survivante de tortures par des sbires de cette organisation, je vous assure, que cela laisse un goût de scandale et d’amertume. Ils auront depuis 2014, presque tous, déshonoré leur profession, au point de se compromettre avec des assassins.

Travailler dans le Donbass pour avoir la légitimité… de transformer la vérité. L’immense majorité de ces journalistes sont venus dans le Donbass au début de la guerre (2014-2015). La plus grande partie n’a toutefois pas fait le travail, au point de rapidement déformer la vérité, voire même de l’inventer. Certains comme Pierre Sautreuil, alors pigiste à l’Obs, qui déclarait lui-même « n’avoir pas de remords à user du mensonge face aux dictatures », ne sont plus là pour informer, mais bien pour changer la vérité, en respectant une ligne déjà définie. Si par ailleurs la Russie était vraiment une dictature, la simple vérité suffirait à être énoncée pour la combattre. Ils ont presque tous franchis cette ligne rouge. Pierre Sautreuil est lui aussi mouillé avec l’Ukrainian Crisis Media Center, pur produit de Sciences Po, et poussa son avantage au maximum, recouvert de prix prestigieux et désormais journaliste à La Croix. Ce qu’il ne dit pas c’est qu’il fut expulsé de la République de Lougansk… pour espionnage. Il est certain que quelques-uns d’entre eux sont en effet des agents des services français, bien pratiques pour fureter à droite ou à gauche. Parmi les champions de la désinformation, citons également Elena Volochine, journaliste pour France 24, qui en 2016 en profita lors d’un cours séjour, pour faire un montage audio éhonté et bidon, afin de créer une réalité alternative. Découpant une conversation, elle réussit à recréer une nouvelle version, complet tissu de mensonges. Manque de chance pour elle, Christelle Néant était alors présente et avait assisté à la supercherie. Je pourrais continuer ainsi longtemps, mais il vaut le coup de raconter une petite anecdote sur Benoît Vitkine, du journal Le Monde. En 2016, je fus contacté par un journaliste français de Le Monde, Olivier Faye, en charge de l’observation de l’extrême-droite. A l’époque je tentais de faire venir dans le Donbass des personnalités politiques françaises, de tous les partis, et j’essayais de les approcher au sens large, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite sans exception. Gilbert Collard, le fameux avocat fut tenté de venir à Donetsk (il ne vînt jamais), et c’est ainsi que Faye me demanda mon aide pour venir dans le Donbass et suivre cette délégation. Je ne fermais pas la porte, en lui annonçant que l’extrême-droite ukrainienne, ici, il pouvait en apprendre beaucoup, notamment en venant avec moi à la rencontre des survivants des massacres des bataillons de représailles, ou des torturés des prisons politiques d’Ukraine, sans parler des victimes des compagnies du Pravy Sektor. Il ne dit pas non, et le temps passa ainsi, jusqu’à un petit message d’Olivier Faye, m’indiquant qu’il ne viendrait pas mais serait remplacé par… Benoît Vitkine. Ce triste sire était en effet dans l’impossibilité, comme beaucoup de ses amis de recevoir une accréditation dans le Donbass. Ayant tellement menti et insulté, à la fois le Donbass, comme la Russie, sans aucune objectivité, personne ici ne voulait poursuivre le travail avec de tels propagandistes. Je répondis la chose suivante : « Benoît Vitkine ? C’est le pire du caniveau français du journalisme, jamais je n’aiderai une personne pareille à venir faire sa désinformation et à utiliser la légitimité de sa présence ici, pour étayer ces propos mensongers ». Je n’entendis plus jamais parler d’Olivier Faye… Je suis personnellement heureux d’avoir aidé à leur barrer le passage, car ces journalistes n’usent en fait que de duplicité, vous flattent pour mieux vous tromper, vous mentent pour mieux ensuite rentrer en France et écrire absolument n’importe quoi, pourvu que ce soit dans la ligne de la rédaction (et pour toucher bien sûr des bonnes et biens grasses piges, et quelques médailles supplémentaires).

Le journal Le Monde a peur du Donbass Insider. L’article du Monde révèle toutefois un fait intéressant… ils ont peur de nous désormais. Nous les avons combattus (et pas que ce journal), avec acharnement et nous étions une gêne, tout au plus. Lorsque nous avons failli mourir sous les bombardements ukrainiens le 4 juin dernier, aucun média n’a évoqué ce fait. Par contre, notre travail est maintenant plus que dérangeant et ils s’inquiètent désormais énormément. Après 8 ans de cette guerre, et 7 ans de notre présence sans discontinuer dans le Donbass, ils ont finalement évoqué notre action… C’est une nouveauté qui en dit long, notamment par la citation, de ce qu’ils croient être l’arme absolue pour nous faire taire : l’Institut for Strategic Dialogue. Cet Institut en principe indépendant, a été créé à Londres en 2006, par le baron Georges Weidenfeld (1919-2016), Autrichien et grosse huile des sphères mondiales, chroniqueur pour la presse britannique depuis son émigration en Grande-Bretagne (1938). Couverts d’honneur, éditeur, membre de la chambre des Lords (1976), il fut à l’origine d’un club d’hommes puissants, The Club of Three dans les années 90, regroupant des personnalités de France, de Grande-Bretagne et d’Allemagne. Le but de cette organisation n’est pas la philanthropie, mais bien la politique, en créant un réseautage dans le monde entier pour « travailler à déjouer les menaces à long terme contre la paix entre les nations et les communautés ». C’est une sorte de pendant du club Le Siècle, travaillant en étroite collaboration avec Google pour traquer par exemple « l’extrémisme ». Parmi les membres du conseil d’administration citons Roland Berger (1937-), à la tête d’un cabinet de conseil en stratégie à l’international (1967), fort d’un réseau de 2 400 consultants dans le monde et brassant pas moins de 900 millions d’euros (2012). Mais aussi Adair Turner (1955-), membre de la chambre des Lords (2005), qui est aussi un banquier et un homme d’affaires de premier plan, ou encore Helena Kennedy (1950-), aussi membre de la chambre des Lords (1997), et le général britannique Charles Guthrie (1938-), couvert de médailles, pair du Royaume-Uni (2001) et membre de la chambre des Lords. Du beau monde comme on le voit, et qui prouve aussi que dans les plus hautes sphères, en France comme dans beaucoup de pays d’Occident, des hommes et femmes de pouvoir, cherchent à juguler l’information et à écraser toutes les formes de contestations, d’imposer une censure qui ne peut désormais que monter en puissance. Nous faire taire… comme Le Monde, ils voudraient bien. C’est le signe ici, que l’Europe Occidentale a passé une étape, notamment sur la liberté d’expression. Ils n’en veulent plus c’est certain. Pour nous diffamer, Maxime Pernet indique donc que nous brasserions beaucoup d’argent. Les vidéos ou streaming des 12 personnes dénoncées dans cette article, seraient en capacité de faire tomber dans notre poche de 20 à 700 euros. Absurde car nous n’avons pas de monétisation au Donbass Insider. Se plaignant du nombre croissant de gens qui nous suivent, ce succès est dû en grande partie… à tous ces médias et à ces journalistes. En ayant refusé de faire le travail de vérité, à force d’ahaner toujours le même discours de haine vermoulue contre la Russie et le Donbass, les gens veulent maintenant entendre autre chose. Et beaucoup comprennent que le son de cloche, qui sonne faux de tous ces médias, n’a absolument plus d’intérêts. C’est la seule raison pour laquelle ces gens suivent le Donbass Insider. Ils veulent la vérité et une alternative dans l’information, une information contradictoire à celle de l’Ukraine, de l’Occident.

Une France qui tôt ou tard retrouvera sa liberté et souveraineté. Alors tous ces journalistes et médias auront beau faire, nous continuerons jusqu’au bout de nos forces. Il n’est pas vrai que [nous] ayons une aisance financière au Donbass Insider. Christelle a réussi à tenir la ligne uniquement par la générosité de particuliers modestes, et elle a dû se séparer d’une traductrice qu’elle ne pouvait plus payer, il y a déjà longtemps. Dans le bombardement du 4 juin, elle a aussi perdu sa voiture et une cagnotte organisée par Xavier Moreau, venu à notre secours, rassemble en ce moment de l’argent pour la remplacer. Il n’y avait pas de réserves dans l’agence pour en racheter une autre. Moi-même c’est un réseau d’amis, ils sont un peu plus de 20 personnes qui financent mon travail pour 6 mois. Mon budget total est de 4 500 euros, avec le voyage, le logement, l’abonnement téléphonique et internet et l’équipement compris dedans. Une somme dérisoire, tandis que bien sûr nous avons pas de parachute pour le futur, pas de cotisation à la retraite, pas d’assurances, pas de mutuelles, rien. C’est un travail difficile, dangereux et nous n’avons pas peur de Le Monde, ou de qui que ce soit. Un procès contre nous en France serait une véritable chance, qui montrerait par un degré de répression encore plus fort, que nous sommes persécutés. C’est déjà le cas, par des pressions, des menaces de mort ridicules, des suppressions de compte (Patreon, Twitter, Instagram, Youtube et Facebook entre autres), qui au contraire de nous décourager nous donnent de la force pour poursuivre. Quant à vous Maxime Pernet, je vous plains sincèrement. Benoît Vitkine vous a lancé sur ce thème pour que vous fassiez allégeance aux chiens de garde. Félicitations, votre carrière sera sans doute brillante ! Mais peut-être que pour un temps, car en France la colère monte contre cette oppression, cette propagande qui tue ici dans le Donbass, cette iniquité et injustice. En France, pour 2022, c’est 116,9 millions d’euros qui seront distribués à des journaux et médias comme Le Monde… donnés par le gouvernement français en piochant dans la poche des contribuables français. C’est paraît-il la démocratie et la liberté d’expression, notamment en interdisant les médias pro-russes dans notre pays. Camille Desmoulins qui avait vu son journal interdit et brûlé sur ordre de son ancien ami Maximilien Robespierre, lui répondit que « brûler ce n’était pas répondre ». Vos censures et vos attaques ne mèneront nulle part, et j’espère vivre assez vieux pour voir l’effondrement de ce système, dans la liesse populaire. De formation historienne, j’affirme et prédis que cela sera… que vous le vouliez où non l’histoire vous jugera. Quant à Christelle et moi, nous pourrons être fiers d’avoir combattu pour une cause noble et juste ainsi que contre des gens comme vous. Vous combattre est un honneur, la France Libre est un exemple qui toujours est dans mon cœur. Vous ne pouvez mesurer la lassitude que vous créez dans notre pays. Le pays des droits de l’homme et des liberté étranglés, mais un pays qui saura se souvenir, au-delà des couleurs de peau, des origines et des confessions religieuses, de la société que vous avez créée et soutenue. Ce pays à [l]a fin vous jettera un jour aux égouts de l’histoire. Je vous le dis.

Laurent Brayard pour le Donbass Insider

STATISTIQUES GUERRIÈRES

Parmi toutes les mauvaises nouvelles concernant l’Ukraine, une nouvelle encourageante.

On sait que depuis quelque temps les officiers ont reçu l’ordre d’abattre les déserteurs. Mais l’on sait aussi (par les vidéos postées sur telegram) que des éléments de l’armée, chefs militaires compris n’acceptent plus de subir la supériorité écrasante des armées alliées. Et de servir uniquement de chair à canon. Des hommes désertent malgré tout, des unités se rendent.

Il y a un peu plus d’une semaine à Sviatogorsk, alors que les Russes délogeaient les Ukrainiens qui tenaient une zone à cheval sur le Donets (voir article du trois juin : Chaudron, sac et nid ; quatrième partie), le commandement des alliés a demandé aux troupes de ne pas tirer sur les soldats ukrainiens qui s’enfuyaient en traversant la Donets à la nage. Ce qui est un signal assez clair envoyé aux soldats ukrainiens.

Aujourd’hui 15 juin (écrit hier), voici ce que le Réseau Voltaire (cf. Voltairenet.org) nous dit dans un billet titré « Désertions en masse en Ukraine » (qui a mon sens devrait plutôt s’appeler : « Refus de se battre, objection à se battre… ») :

« Les pertes de l’armée ukrainienne ont subitement augmenté après la chute de Marioupol et le changement stratégique de l’armée russe. Il ne s’agit plus pour Moscou de détruire les stocks d’armes ukrainiens, mais de libérer la Novorossia (Sud du pays).

 « Le 8 juin 2022, le ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov, évaluait pour la première fois les pertes de son armée : 100 morts par jour et 500 blessés.

«  Le 9 juin, un assistant du président ukrainien, Mykhaylo Podolyak, a évalué les pertes pour la BBC entre 100 à 200 hommes chaque jour [1].

«  Le 10 juin, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a signé un décret autorisant la mobilisation des jeunes gens à partir de 18 ans.

«  Selon les services de renseignement britanniques cités par The Independent, le rapport des forces entre les armées ukrainiennes et russes est de 1 à 20 pour l’artillerie et de 1 à 40 pour les munitions [2].

 « Un mouvement de désobéissance civile se développe en Ukraine. Les jeunes conscrits, sans expérience ni formation, refusent d’aller mourir pour le président Zelensky.

«  Les 50 États du Groupe de contact pour l’Ukraine se réuniront le 15 juin à Bruxelles sous la président du secrétaire US à la Défense, le général Lloyd J. Austin III. Ils tenteront de trouver un moyen pour mettre fin à cette hémorragie [3].

« [1] « Ukrainian casualties : Kyiv losing up to 200 troops a day – Zelensky aide », BBC, June 10, 2022.

« [2] « Revealed : Ukraine forces outgunned up to 40 to 1. Intelligence report warns soldiers are deserting eastern front », Kim Sengupta, The Independent, June 9, 2022.

« [3] « Austin to Host Ukraine Contact Group Meeting in Brussels », Jim Garamone, US Department of Defence, June 14, 2022. »

*

(jpf)

Dans son bulletin hebdomadaire de dimanche dernier, Xavier Moreau annonçait les chiffres suivants :

Supériorité russe dans le domaine de l’artillerie à 15 contre 1 ;

pertes ukrainiennes reconnues officiellement par Kyiv et les étatsuniens depuis le début de l’intervention russe : plus de 60.000 morts et 50.000 disparus ou blessés ;

Pertes ukrainiennes : 100 à 200 morts par jour. 500 à 700 blessés.

*

Ajoutons encore plusieurs milliers de prisonniers.

Il semble assez fou de vouloir continuer cette guerre dans de telles conditions de déséquilibre.

Zelensky et son entourage sont des ordures et/ou de piètres manipulés. Petit rappel, dès le premier jour ou presque de cette guerre la Russie a initié des négociations qui ont été délibérément sabotées par les Kiéviens. Jusqu’au jour (2 ou 3 mois après, je ne sais plus) où elles se sont arrêtées devant l’entêtement des Ukrainiens.

La conséquence est qu’au final, il n’y aura plus d’armée ukrainienne et plus rien à négocier. Et que la Russie va récupérer très probablement tout le territoire de l’ancienne Novorossiya ukrainienne, voire plus. Et que l’Ukraine devra accepter toutes les conditions russes qui seront sans doute bien plus importantes que ce qui était envisagé au départ par les Russes.

Le pays va sortir en lambeaux de cette opération spéciale, privée d’une partie de son territoire et plus encore de la part la plus importante de son économie, en particulier de son industrie. Entamée depuis des années, en particulier depuis le coup d’État de la Maïdan en 2014, la fuite des populations de toutes catégories sociales va se poursuivre. Et les bandéristes pourront pleurer sur leurs délires dans ce qui restera du pays, c’est-à-dire essentiellement la Galicie et la région de Kiev qui va voir ses forces vives s’expatrier y compris en Novorossiya ou en Russie.

Il faut savoir également que les matériels encore acheminés des pays de l’Otan ne sont pas nécessairement récents, ou quand ils le sont (genre Caeser français) les munitions datent (années 70 pour le même Caeser, paraît-il). Plus généralement, l’armée ukrainienne serait à la limite de ses stocks qui datent des années soviétiques.

On apprend aussi que l’armée de Grèce, pays déjà mis à bas par l’Union Européenne et par son entrée dans l’euro qui a été une catastrophe, pays mis en pièce, actuellement rechigne à se séparer de ses armes.

*

DANS LA SÉRIE DE : LONG-MÉCHANT ET SES POTES (SUITE ENCORE)

Il y a dix, quinze jours, l’histrion de la téloche Aymeric Caron le petit rebelle haineux qui se prétend « antispéciste » etc « anarchiste » — et qui l’est sans doute autant, c’est-à-dire pas plus que l’autre inamovible de la téloche onfray, ou qu’un quelconque facho de l’anti-fascisme du genre black bloc — a déclaré, également à la téloche, sans honte, ni gêne :

il voudrait que l’ON instaure « un permis de voter » pour agir contre les « citoyens incultes et irresponsables ».

Je ne sais pas qui est ce ON. Mais je me doute un peu.

J’ai lu le pedigree de ce quinquagénaire : il est fils d’enseignant. Bonjour l’éducation ! Pur produit des dernières décennies. À mon sens, je trouve que son identité convient parfaitement à l’anagramme suivant : EYRICA MACRON. Macron a le même mépris de la masse humaine. Et surtout la certitude d’être un être d’exception alors même que c’est un sociopathe et incompétent notoire, de notoriété publique comme on le voit depuis quelques années. Et un danger public.

Cet Aymeric Caron, je n’en parlerais pas s’il n’était pas présentement candidat de la nupes (40% au premier tour du côté des neuvième et dix-huitième arrondissements — Montmartre, Sacré-Cœur et Goutte d’Or, à toucher Saint-Denis, en particulier). Lui, c’est dans la tendance « front des uns soumis ». Le nupes, se ramassis de « la gauche » dont on a subi, pendant le premier quinquennat de l’immonde, toute la veulerie. Pour ne pas dire la complicité avec le covido-macronisme quand El Manchon, pour ne parler que de lui, aurait voulu que tout le monde se fasse piquer et que l’on suive à la lettre toutes les directives d’une OMS manipulée et corrompue.

Aymeric, ça me fait mal d’écrire ce prénom, car il me fait penser au nom de plusieurs troubadours des XIIe et XIIIe siècles, tels Aimeric de Sarlat, de Beauvezer, de Belenoi ou de Peguillan.

Je préférerais plutôt le dénommer Ameyric Conar. Ameyric, parce qu’il joue («  à gauche ») le jeu du mondialisme occidental ; et Conar (là, pas besoin de développer une thèse).

Le permis de voter… « En voilà d’une idée, qu’elle est bonne! », comme disait Coluche.

Nous pourrions rappeler à ce conar, donc, que « le permis de voter » ça a déjà existé, bien après même que l’on a coupé la tête à la monarchie ; cela se nommait « le système censitaire » ; seuls les bourgeois et nobles embourgeoisés payant impôt, suffisamment d’impôt, pouvaient « concourir » et voter. Et bien évidemment que des hommes à l’époque.

On connaissait même, comme aujourd’hui finalement, le principe du candidat officiel. Ce qui permettait déjà tous les plébiscites. Rien n’a changé à ce niveau. Et à l’époque il n’y avait pourtant pas de téloche, juste une presse lue pour l’essentiel par les « hautes classes éduquées ».

Je suppose que dans l’esprit de conar les citoyens incultes et irresponsables se nomment « Gilets Jaunes », « électeurs de Le Pen », « populistes », « fachos », « racistes », « antisémites », « souverainistes », « anti-vax », « anti-passes », « complotistes » et « conspirationnistes », etc. Y compris sans doute des gens comme Perronne, Raoult, Henrion-Caude, etc. Ou feu Montagnier. Ces pauvres égarés !

Je suppose aussi que cette tête à claque du petit monde du spectacle télévisuel parigot, ne met pas parmi les irresponsables les abrutis de son parti, mélenchon en premier, qui ont voté « contre mac ronds » au premier tour et « pour mac ronds » au second. Le conar peut-être aussi.

Rendu à un tel niveau de mélasse « intellectuelle » qui préconise l’apartheid politique après l’apartheid « sanitaire », on ne peut pas aller plus loin dans le cynisme et la bêtise réunis.

Je me suis toujours dit qu’il arriverait un jour où il faudrait posséder un permis de parent pour avoir le droit de faire et d’élever des enfants ; ou un permis de marcher pour sortir dans la rue.

Je ne suis donc qu’à demi surpris de ce qui nous tombe dessus, surtout depuis que les masques sont définitivement tombés.

Je veux parler des masques des salopards de tous bords (qui finalement n’en forme qu’un) qui prétendent au nom de leur « excellence » et « suffisance », pognon, naissance — et en toute logique malade, nous diriger (voir quoi au juste ?).

Et ceci au moment même où le masque fut imposé à la population entière (sauf les nantis et autres élus qui s’en tapaient totalement). À une époque de grande consommation de masques (inutiles et contre-productifs), destinés en premier lieu à museler le « petit peuple » qui n’avait déjà pas besoin de ça pour se taire, et à faire de l’argent sur lui ; ce qui est une confirmation éclatante de l’inversion totale de la réalité et de la folie ambiante initiées par nos « z-élites ».

On a toujours su que le gauchisme (et la gauche en général) a méprisé le peuple et ses électeurs des milieux populaires en particulier. Au moins autant que « la droite » le fait, du moins ce qu’il en reste, « de droite ». Et beaucoup plus hypocritement. On sait également depuis bien longtemps que « la gauche » est seule, dit-elle, à posséder la science infuse nécessaire à sa « juste » domination. Mais en cette époque absolument dingue que nous subissons, tout s’est ouvert, tout est apparu au grand jour. Manifeste. Simplement supposé, soupçonné, ou entrevu jusque là.

Il y a déjà plus d’un siècle que Jan Waclav Makhaïski a brossé et décortiqué le vrai visage de « la gauche », en particulier des plus virulents et intolérants. Il a appelé ça :  le socialisme des intellectuels. Il aurait pu mettre d’ailleurs des guillemets à « intellectuels ». Mais je ne vais pas développer ici l’idée.

Socialisme français, social-démocratie allemande, démocrates étatsuniens… qui ont donné les répresseurs du peuple et les va-t-en-guerre « de gauche » de toutes les guerres, de la Guerre de Quatorze jusqu’à nos jours, en passant, pour ne parler que de la France, par la guerre du Rif, la guerre d’Indochine, la Guerre d’Algérie, la guerre du Golfe, la guerre du Kosovo, etc.

Socialisme bolchevique (pour nous en tenir à l’Europe) qui a donné ce que l’on sait et dont les derniers représentants sectaires trotskistes et staliniens ont dernièrement appelé à voter dans un premier temps contre le représentant du « grand Capital » comme on disait « aut’ fois », puis dans un second temps … pour lui.

Dou, dou, dingue !