Aller au contenu principal

QUELQUES NOTES À PROPOS DE L’ÉMERGENCE DE LA VÉRITÉ DANS LE MONDE DES MEDIA DOMINANTS CONCERNANT LA COVID-19

8 juin 2021

Alors que l’actualité du scandale covidien s’accélère, et devient foisonnante, que les masques politico-financiéro-médiatiques du covidisme totalitaire tombent les uns après les autres, certes bien lentement en notre contrée « occidentale » de l’amorphisme franchouillard généralisé (assez incompréhensible en un pays autrefois connu pour plusieurs révoltes populaires, résistances ou révolutions, un des anciens phares du Monde réellement progressiste) et de la décadence concomitante — décadence avancée comme un fromage de pays trop fait, proche de la putréfaction asticotée — mon but présent n’est pas de développer des données statistiques concernant la grippe dénommée covid-19, ni de développer sur les ravages de la thérapie génique — ravages qui n’en sont encore qu’à leurs débuts — et encore moins de tout dire, mais juste de rappeler quelques faits essentiels. Pour des compléments je renvoie à des articles précédents du blog qui disaient déjà, au moins en partie, ce qui se dit maintenant au grand jour.

Car, plus le temps passe et plus ce qu’on supputait, devinait ou apprenait par bribes sur divers sites de véritable information – dans le temps où la « grande presse » et le gouvernement opéraient leur travail de sape de la Vérité covidienne ou plus exactement covodiste – est devenu le suivant :

— Le milieu scientifique sait et l’a consigné dans la littérature scientifique et fait consigner dans des documents officiels (d’État) depuis 2005 que le traitement le plus efficace, et même à cette époque le seul efficace, contre le corona-virus humain du type de l’épidémie sino-asiatique de 2002-2004 liée au SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère, SARS en anglais) et plus précisément au SRAS-Cov1, est l’hydroxychloroquine : vieux médicament bon marché et jusqu’en 2020 en vente libre en France, comme un peu partout dans le monde ; remède pris quotidiennement par des millions de personnes à travers le monde pour lutter, en particulier préventivement, contre la malaria (ou pour le dire autrement, le paludisme), en Afrique, Inde, …

— le milieu scientifique sait et l’a consigné dans la littérature scientifique et fait consigner dans des documents officiels (d’État) depuis au moins 2011, date de son dépôt officiel aux États-Unis (mais pas en Europe), qu’il existe un brevet d’un vaccin contre le SRAS, baptisé SRAS-Cov2. Brevet déposé par l’Institut Pasteur, fabriqué en laboratoire à partir de manipulations humaines du virus du SRAS-Cov1 (dont des souches ont été recueillies à Hanoï lors de l’épidémie de 2002-2004) auquel on a joint plus d’une centaine de divers autres éléments (sauf erreur : 135) ; plus quatre fragments, quatre segments du VIH (VIH1 ou VIH2, je l’ignore), le virus d’immuno-déficience humaine, autrement dit celui du SIDA.

— Peu de gens savent que des tests concernant la détection du SRAS sont sortis sur le marché en 2015 et ont été achetés en grand nombre par les États entre 2015 et 2017. Je ne saurais dire si ces tests ont un rapport ou pas avec les tests censés attester d’une infection à la covid-19 ; tests qui se sont avérés être un fiasco total, ce qui n’a pas empêché certains d’en alimenter des statistiques bien évidemment erronées avec un très grand nombre de faux positifs. Mais le but, n’était-il pas de tromper et de foutre la trouille aux plus faibles et plus crédules (ce qui représente une masse conséquente des populations) ?

— Peu savent que le virus de la Covid-19 a été reconnu rapidement en 2020 par des scientifiques japonais et indiens, etc. comme un virus artificiel présentant lui aussi ces quatre même segments du VIH. Informations rapidement étouffées. Comme celles du même genre développées par le professeur Fourtillan et autres.

— Peu savent enfin (« enfin », façon de parler) que dès avant l’émergence de la Covid-19, il a été mis sur le marché des vaccins (traditionnels ? je ne saurais le dire également) pour soigner le SRAS. On a appris aussi, que le virus artificiel SRAS-CoV2 contenait ou devait contenir des nano-particules (brevet déposé en 2019 par Microsoft, l’ancienne entreprise de Bill Gates). Son but : la possibilité de savoir immédiatement par un procédé électronique si toute personne avait reçu ou non un vaccin ou un pseudo-vaccin.

— Dès janvier 2020, alors même que l’on apprenait que des médecins chinois traitaient la maladie à l’aide de l’hydroxychloroquine, Buzyn le ministre de la Santé classait ce bon vieux médicament efficace contre la malaria et donc aussi contre le SRAS, dans la liste des produits toxiques ! Qui a dit : Buzyn, la buse, abuse ! Hein !

Puis le service d’infectiologie de l’IHU Méditerranée, avec Didier Raoult à sa tête s’est lancé – malgré l’interdiction et il a très bien fait – dans une campagne efficace de traitement de plusieurs milliers de malades, selon un protocole réunissant hydroxychloroquine, azithromycine et zinc. Traitement qui a été repris efficacement en plus d’un pays du monde tel – sauf erreur – le Sénégal qui s’en est très bien trouvé. Et même très rapidement dans certains secteurs non-pourris de la médecine étatsunienne.

À cette époque, les scientifiques responsables de l’IHU de Marseille n’ont cessé de répéter que, pour que le traitement de la maladie soit efficace, il fallait la prendre à ses débuts, dès ses premiers symptômes, surtout en cas de comorbidité (comme d’ailleurs toute autre forme de grippe, ou d’autre maladie), et n’ont pas attendre la réanimation. Réanimation d’ailleurs peu efficace car on a appris également assez rapidement que c’était moins les poumons qu’il fallait oxygéner que directement le sang (en y injectant je ne sais quel produit adéquat).

De même un traitement prometteur avait été mis en place du côté de Lille, mais les médecins n’ont jamais obtenu l’autorisation de le développer. Elle est où la liberté médicale de prescrire ? Dans le même temps, en une très hypothétique et fausse « extrême urgence » Big Pharma a obtenu l’autorisation fabuleuse d’expérimenter, du moins chez les mondialistes américano-européens, des « vaccins » après des années d’échec dans le domaine de la thérapie génique.

C’est ce qu’on appelle « le principe de précaution » à géométrie très variable. Pour les soignants, interdiction de soigner, pour les industries pharmaceutiques tout loisir de passer outre les lois, alors même que cette « pandémie » n’était pas plus grave qu’une vague de grippe annuelle. Certes le but de Big Pharma n’a jamais été de soigner l’Humanité par philanthropie mais de vendre ses potions (quelles qu’elles soient, et dans ce domaine on ne compte plus les procès subis par cette engeance).

Mais que nenni pour les salauds qui nous dirigent. Et les déchets, les ratés et autres planqués et gratte-papier de la Science qui les conseillent en toute ignorance, bêtise, conformisme, jalousie à l’encontre des vrais savants de vrai renom international ou national (il faut le préciser également) ou perversité malsaine.

Il conviendra de faire le procès de l’administration médicale, mais il conviendrait également d’effectuer une analyse psychologique, psychiatrique de ceux qui veulent régenter la Terre entière. Graines de psychopathes, de sociopathes eugénistes malsains, pour ne pas dire assassins, pervers narcissiques « élitistes » dans le sens ignoble du terme. L’élitisme des médiocres et des friqués.

Il faut dire que Raoult (ou maintenant Perronne, Alexandra Henrion-Caude, Fouché, etc) est haï depuis des années de toute cette clique administrative qui tient l’Ordre des Médecins, l’Ordre des Pharmaciens, les organismes nationaux de la Santé et les ARS. Pour un bon nombre : fantoches dont la place tient uniquement au copinage médical et/ou politique. De classe, de caste. Bureaucrates de la Science qui vivent, en plus de leurs bons salaires, tant et plus de bakchichs de BigPharma et autres. Ou politique, fric, accessoirement santé, se mêlent en un bouillon de culture incongru et indécent.

— Dans le même temps, le traitement officiel préconisé par la maffia politico-sanitaire gouvernementale a été de répéter tous les jours à la télévision (du moins avec la forme) : «  Vous êtes malade, prenez un doliprane et si dans quelques jours cela ne va pas mieux, allez crever à l’hôpital de problèmes pulmonaires. Bien entendu, comme cela fait des années que l’hôpital public est à l’abandon et manque de lits (nous continuons d’ailleurs à en supprimer sciemment, car notre but est de détruire le pays) nous laisseront mourir les inutiles des mouroirs, pardon des EHPAD, en les achevant sur place et sans frais ou engorgement hospitalier superfétatoires au rivotril. Et pas plus de cinq aux enterrements, compris ! Autrement, Non ! nous refusons l’aide nationale des cliniques privées qui spontanément se sont portées volontaires pour accueillir des malades. »

— Puis, avec un degré de plus dans le cynisme et l’abject, parfaitement épaulés par des media eux aussi parfaitement criminels et complices, parfaitement au courant de ce qui se tramait et se cachait, les apparatchiks de la Santé, les médiocres du domaine médical, « les seconds couteaux » (Raoult dixit), les jaloux du Savoir et des têtes qui dépassent de la masse, animalcules loin de toute pratique médicale, ou de connaissance scientifique acquise sur le terrain, donc totalement dépendants des plus influents, autrement dit des plus riches – tout en entretenant la peur quotidiennement – sont venus nous raconter non plus que l’hydroxychloroquine était toxique, ou même inefficace, mais avait maintenant, après plusieurs décennies de bons et loyaux services, de graves effets secondaires.

Une nouvelle fable auquel s’est prêté par exemple le « chef » dudit Conseil scientifique du gouvernement, le pitre en chef Delfraissy qui, on vient de l’apprendre déclarait il y a un an environ à Fauci (digne représentant étatsunien du mondialisme, auprès de qui le minable français glanait ses instructions en petit larbin colonisé et collabo) qu’il subissait d’« énormes pressions politiques pour autoriser l’hydroxychloroquine » (sic) ! On croit rêver ! Entre l’incompétence et la dégueulasserie de ce type aussi.

Je ne veux pas trop allonger ce constat, je terminerai donc par ces quelques autres remarques :

Pendant que l’on interdisait (et interdit encore, je suppose, du moins officiellement, car c’est de cette manière qu’ont été soignés divers membres de la politicaillerie) le protocole Raoult ou celui à base d’ivermectine également efficace (ce constat est présentement établi pour tous les États de l’Inde, par exemple, qui préconisent ce médicament), la France, ou plus précisément l’Union Européenne prônait le recours à un médicament qui a été rapidement reconnu comme inefficace le remdesivir * mais qui avait l’avantage incontestable d’avoir été produit par Gilead, l’un des maffieux de BigPharma.

Il est quelque peu sidérant de constater que les « vaccins » actuels — qui n’en sont pas mais de la thérapie génique (qui depuis qu’elle existe, quelques courtes décennies d’expérimentations, montre son inefficacité pour ne pas dire sa nocivité et sa létalité) — ne posent aucun problème politique et moral alors que ses effets mortifères ou effets secondaires conséquents sont bien réels. Sans parler de l’Ignorance totale des effets à long terme. Alors même qu’il semble patent que ces faux-vaccins entretiennent, pour ne pas dire développent la maladie (voir Israël, Grande-Bretagne…). Et de l’irrespect total des conditions de production et de mise sur le marché (cf. les conventions internationales de Munich et de Vienne d’après guerre). Sans oublier l’autre crime qui est d’interdire les médicaments qui soignent et de remettre en cause le Serment d’Hippocrate. De soigner librement tout simplement.

Pour conclure, je dirai que pour bien saisir ce qui se passe actuellement – du moins dans le monde occidental, américano-européen, mondialiste, globaliste, apatride – il faut comprendre que cette « pandémie du covid-19 a été l’occasion unique (et qui sait, provoquée ?) de grandes manœuvres mettant en actions étroites :

1 – la haute finance de la spéculation et de la destruction de la petite entreprise. Du FMI, de l’OMC et des banques privées qui ne rêvent que disparition de l’argent sonnant et trébuchant pour une monnaie uniquement virtuelle. Et généralisation d’un revenu universel pour tous pour payer en premier lieu éternellement une dette qui n’est que du vent sur du rien d’humain ou de productif et du vol ;

2 – la grande industrie en général et pharmaceutique en particulier, et bien évidemment l’OMS qui marche pleinement avec elle ;

3 – les GAFAM et monde de la publicité qui ne vivent que de et par Internet, et qui s’érigent ouvertement en censeurs ; on apprend par exemple maintenant que le « grand manitou » de Fèces de Bouc magouille avec Fauci ;

4 — les media dominants tous semblables (radios, télés, journaux, revues, du moins ce qu’il en reste) ;

5 – la caste politique de tous les bords, aux étiquettes publicitaires programmées sur des ersatz de pensées civiques, qui petit à petit (le processus est bien plus vieux que l’arrivée de Macron) a viré « proprement » et ouvertement totalitaire, dictatoriale, surveillante, censeur (« sécuritaire »), ennemi déclaré du Démos (le peuple).

Pendant que toutes les entités collectives de vie et d’entraide sociale sont devenues moribondes, gangrenées, obsolètes : partis de masse, syndicats, églises, sans oublier la mort des beaux-arts et la décadence des universités. L’atomisation des êtres humains, simples producteurs-consommateurs, dépossédés toujours plus des savoirs et savoir-faire par la technologie.

6 – tous les secteurs des délires scientistes et technologistes relevant de la micro-physique électronique et bio-moléculaire. Ceux-ci entendent présentement attaquer l’immunité naturelle des êtres vivants. J’allais dire c’est un combat entre Nature et Culture. En fait, non ! c’est un combat entre Nature et Technologie.

On sait qu’il existe déjà des organismes génétiquement modifiés dans le domaine végétal, ou des essais de clonage animal, mais la volonté des docteurs Folamour du dit « transhumanisme » (sic) et autres eugénistes mortifères est sans limite.

Je pense qu’il leur faut en ce domaine en arriver à une sorte de bombe atomique de la fission et de la fusion bio-humaine pour se satisfaire. Comme ça été le cas avec la physique nucléaire. Peut-être que cette bombe est en chemin, en « bonne voie » (je veux dire bien sûr : en très mauvaise voie) : bombe à retardement dont on ignore tout des effets à long terme sur l’humanité entière. L’humanité entière cobaye (non prévenu et manipulé en dépit même des règles élémentaires de déontologie et d’éthique — ils sont où les défenseurs des droits de l’Homme ?) d’un début de cyborguisation, de biocybernisation, de bionisation technologiste de l’Homme.

Le sur-homme, mais pas vraiment comme l’entendait Nietzsche, l’un des derniers vrais philosophes de la civilisation déclinante. Plutôt le robot, surveillé par des caméras, pucé, « vacciné », modifié, rendu docile et fat, dégénéré (ce qui est déjà en partie le cas quand on voit la quasi mort des arts, de la vraie culture, et le déclin scolaire).

Déshumanisé, technologisé (ce qui est déjà un peu le cas, mais hors du corps seulement avec téléphones portables, ordinateurs, Internet, jeux vidéos…).

Esclavagisé. Annexe des techniques. Il ne lui restera plus à la fin qu’à se suicider en court-circuitant ses connections et éléments artificiels, s’il en est capable spontanément. Ou, pour les plus ingénieux, à pratiquer un néo-luddisme pour briser la technologie inhumaine et mortifère, comme au temps des artisans-canuts qui brisaient les machines industrielles qui les rendaient chômeurs, sans aide, sans pain, sans espoir. En une sorte d’éternel retour. C’est ici (ici seulement) que l’on retrouve Nietzsche.

Puis devrait suivre alors dix siècles de barbarie. Pour tout reprendre à zéro. À moins que l’Humanité n’en meure une bonne fois.

* Et non pas « le harem des vizirs » comme dirait le comique de service.

* * *

ANNEXE :

Extrait de Riposte laïque, publié le 2 juin par Christine Tasin

Vidéo exceptionnelle du Dr Cole : traitements et prévention du Covid

Présentation par Rumble qui a eu la bonne idée d’éditer cette video et de la traduire :

Le Dr Ryan Cole est le PDG et directeur médical de Cole Diagnostics, l’un des plus grands laboratoires indépendants de l’État de l’Idaho. Il est un pathologiste certifié par le conseil d’administration de la Mayo Clinic. Le Dr Ryan Cole s’exprime, dans cette vidéo sur la vitamine D, l’Ivermectine et les «vaccins» .L’Ivermectine est un traitement préventif et thérapeutique efficace pour guérir de La COVID. Bien qu’antiparasitaire, l’Ivermectine est également une prophylaxie antivirale phénoménale et peut être utilisée pour un traitement précoce, L’Ivermectine est sûre, efficace, ayant été prise par 4 milliards de personnes depuis les années 1980 elle figure sur la liste des médicaments les plus essentiels au monde! 100% des essais mondiaux sur l’Ivermectine ont montré des avantages (détails fournis dans la présentation vidéo):    -Diminue l’acquisition de la maladie de 88 à 100%.    -Diminue la réplication virale et le temps d’excrétion de moitié.    -Diminue l’évolution et la gravité de la maladie de 80 à 90%.    -Diminue le taux de mortalité par maladie de 75% et jusqu’à 86% s’il est administré au début du traitement. L’Ivermectine est le seul médicament qui a montré un bénéfice dans 100% des essais mondiaux menés.

***

Le docteur Cole, pathologiste,  épidémiologiste et virologue a vu environ 350 000 patients au cours de sa carrière et a fait environ 100 000 tests covid l’année dernière. C’est donc son domaine et il en partage les données scientifiques dans cette video.

« Je suis ici pour parler de données, pas de politique, les données disent la vérité“.

La vidéo  dure une demi-heure, mais est tellement captivante qu’on ne voit pas le temps passer, mais plus encore, elle est absolument, ABSOLUMENT, indispensable. Elle dit tout ce que chacun doit savoir et faire savoir.

J’ai transcrit des extraits passionnants et essentiels ci-dessous à ré-utiliser ! Mais toute la video vaut la peine ! Ecoutez-la, savourez-la ! 

Masque et vitamine D

Le virus ne survit pas au-dehors avec la lumière UV ça le tue. La ventilation le fait disparaître.  C’est de la folie de porter un masque à l’extérieur. Le masque ne sert à rien.

Le plus grand message que nous ayons raté sur toute cette période est la vitamine D. [En France, ceci a été dit et répété par divers médecins et groupe de médecins depuis le début] Je n’ai qu’un message pour tous les automnes et hivers de votre vie : il n’y a pas de saison de grippe et de rhume, il n’y a qu’une saison de manque de vitamine D. La vitamine D est la clé maîtresse de votre système immunitaire. Si on a un bon taux on ne peut pas développer une tempête de cytokines, c’est ce qui tue les gens. Nous avons une pandémie internationale de carence en vitamine D ! 70 à 80 pour cent des Américains sont immunos-déprimés ! 80% des patients hospitalisés et 96% de ceux en soins intensifs  présentent une carence en vitamine D ! Si vous ne prenez pas de vitamine D en hiver, votre système est affaibli.

La vitamine D est une pro-hormone essentielle que votre corps fabrique.

Nous sommes aussi déficients en magnésium, or pour que le système fonctionne bien, il faut que vitamine D et magnésium travaillent ensemble. Nous sommes aussi déficients en zinc. L’A-LI-MEN-TA_TION. Ce que vous mangez est essentiel. L’obésité empêche la vitamine D de passer dans votre corps.

Il dénonce au passage la déclaration de Fauci, âme damnée de big Pharma et de l’Etat profond, qui, dans une interview, se vante de prendre chaque jour de la vitamine D mais se garde bien de faire passer le message officiellement pour la Santé publique à tous les Américains !!!

Les traitements 

Il dénonce aussi la politique qu’on n’a jamais vue de toute l’histoire de l’humanité et qui a consisté à dire aux gens de rester chez eux et d’aller à l’hôpital quand c’est trop tard.

Plus vous traitez tôt plus vous diminuez le risque de complications. Pourtant, il y a un traitement, mais s’il existe un traitement le gouvernement fédéral ne peut approuver un vaccin… Conflit d’intérêt, le gouvernement fricote avec un fabriquant de vaccin !!!

L’hydroxychloroquine ? J’en ai pris pendant 10 mois, j’ai soigné des centaines de gens et je n’ai jamais eu le Covid… c’est mon expérience !

Le plasma ? Il est efficace les 2 ou 3 premiers jours de la maladie… que font les médecins, ils attendent que le patient à soit à l’hôpital pour le lui donner… il ne sert plus à rien alors, c’est trop tard ! 

Les anticorps monoclonaux ? Quand fonctionnent-ils ? Les 2 ou 3 premiers jours… 

Seule l’Ivermectine est efficace et en prévention et en traitement ! C’est un anti parasitaire mais c’est aussi une molécule qui marche sur tout un tas de virus !

Aucun effet indésirable alors que depuis des années, 4 milliards de personnes ont été traitées à l’Ivermectine pour d’autres maladies et à des doses 2 à 3 fois supérieures aux doses recommandées ! Et l’Ivermectine n’est pas approuvée aux USA ! Pendant ce temps Pfizer a obtenu son approbation grâce à des études faites à l’étranger !!!!! Il y a du sang sur les mains des bureaucrates de Washington qui ont supprimé ce médicament qui sauve des vies.

« VACCINS « 

L‘injection d’ARN messager dans un être humain est une nouveauté historique. Ce n’est pas un vaccin. Ils ont changé en octobre une partie du registre fédéral pour pouvoir approuver ce projet. C’était un tour de passe-passe…

Nous n’avons jamais fait cela à l’échelle de l’humanité.

Les injections d’ARN messager chez les animaux ont conduit à des cancers bizarres et des maladies auto-immunes. Pas tout de suite, 6, 9, 12… mois plus tard !

Nous praticiens de santé, nous refusons cette thérapie génique qui n’a été testée que par ses fabricants. Il n’y a pas d’observateurs indépendants. C’est le renard qui garde le poulailler !!!

Est-ce que les injections diminuent la gravité de la maladie et les hospitalisations ? Il semble que oui, mais elles n’entrent pas dans la définition de la diminution d’une immunité pure et de la prévention de la transmission. Si vous êtes immunisé après une injection pourquoi diable continuer à porter un masque et maintenir une distance sociale ? C’est donc bien la preuve qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Il n’y a pas de sécurité à long terme.

Si vous êtes exposé quelques mois plus tard à un autre coronavirus, un variant… le système immunitaire peut se détraquer.

Ces « vaccins » sont donc une expérimentation sur la société…

Video visible sur ce lien :

https://rumble.com/vfqmtp-dr.-ryan-cole-toutes-les-erreurs-commises-face-la-covid.html

***

Note de moi (JPF) : La question est : la Justice aura-t-elle le courage d’agir, y compris en France avec tous les procès en cours ? Et le problème est que la Justice est lente et que les saloperies continuent. Cela devient une course de vitesse. Partout on sait que vacciner pendant qu’une maladie est encore active c’est l’entretenir et la rendre plus dangereuse et plus mortifère. Leurs fameux « variants ».

Le pire est qu’il ne s’agit pas que de covidisme mais de destruction planifiée, de notre pays en particulier. Dans tous les domaines. Et il n’y a pratiquement plus rien à attendre des politiciens, à de rares exceptions près, et ces exceptions sont des petits peu connus.

From → divers

Commentaires fermés