Aller au contenu principal

NOUS VOILÀ BIEN !

1 septembre 2019

Ne lisant pas la presse pipole, n’étant vraiment pas fanatique du monde audio-visuel, voilà une information que j’aurais été incapable de trouver, de croiser tout seul, si quelqu’un de bien mieux branché que moi en ce domaine ne m’avait envoyé ce message (c’était samedi dernier) :

J’allume ma radio ce matin, pour écouter le « Stop ou Encore » sur R.T.L., et j’apprends brusquement que la matinale du samedi est maintenant animée par Flavie Flament, sous le nom de « Nous Voilà Bien ! »

Finalement, « Stop ou Encore » commençait à 10h15. Mais était-ce l’horaire habituel ou pas, je l’ignore parce que cela faisait des éternités que je ne l‘avais pas écouté. En fait je fuyais l’infernale propagande communiste [sic] de France-Info, 105,5 mhz, l’émetteur de R.T.L. à Royan émettant sur 104,9, et j’avais tourné le bouton dans un effort désespéré.

Puis, comme l’émetteur venait de tomber en panne et que je savais que sur les autres radios j’allais tomber sur des émissions du même tonneau, j’ai fait comme Coluche dans son sketch : « La télé était en panne, alors on est allé dans la voiture pour regarder la radio ». Sauf que je l’ai regardée dans ma cuisine, silencieuse, en finissant mon petit déjeuner.

Je crois me souvenir que ce « Stop ou encore » est une vieille émission consistant à faire défiler des titres de quelque sommité (sic) de la chanson avec l’approbation (ou la désapprobation) des chers-z’auditeurs.

Donc voilà que les ceusses qui étaient habitués à leur émission concernant des interprètes de chansons se retrouvent avec un tout autre genre d’artisse de variétés, ou plutôt d’absence de toute variété : l’inénarrable Flavie Flament. Celle qui a disparu des pages dénudées de la presse branchée, celle qui cache maintenant sa vieillesse précoce, ses premières rides à pattes d’oie et son arrondissement volumique rédhibitoire (en un seul mot, comme a pu préciser Desproges autrefois) en d’amples robes d’éternelle post-maternité, derrière un micro de radiophonie totalement inexorable.

Déclin irrémédiable pour une Poupette sur le retour !

(Non ! je n’ai pas envie d’être aimable avec la mytho-woman haineuse ; certes, on pourrait lui trouver l’excuse d’avoir été bien manipulée par des psychiatres à la fois d’opérette et fort dangereux, mais si elle n’en prend pas conscience, alors son cas est proprement (sic) désespéré ; et puis, elle est quand même la première responsable de la mort de David Hamilton, ce qui est impardonnable, d’autant plus impardonnable que lors de sa « jeunesse formidable et heureuse » (ou termes approchants) elle collectionnait, l’ingrate à venir, les affiches et photos de ce dernier).

Fermons la parenthèse pour trouver quelque aspect positif à tout cela et dire que le titre de sa nouvelle émission semble lui coller parfaitement à la peau (cette fameuse peau qui, grâce à une certaine extension cellulifère, limite les dégâts du fripé).

« Nous voilà bien! ». Et bien oui, nous voilà bien ! avec une telle engeance à gâcher le samedi matin des gens accrochés à cette station de radio que l’on prive, d’un coup d’un seul, de chansons pour les remplacer par le discours conformiste, bien dans l’air d’un temps décadent, de cette pauvre femme dégoisant, sans musique, ce qui ébaubit le petit monde benêt des beaux-beaufs de la dite modernité. En divers sujets de propagande à deux sous (et dessous). Et entre deux réclames de lessive.

N’en v’la-t-i’ d’une chouette idée et de jolis « rapiamus » à venir. Je veux dire : de jolis racontars, radotages, amuse-populo propres au pseudo-féminisme exalté ambiant. Flavie Flament, ou les avis déments de celle qui ment.

Ci-joint la photo d’accueil de notre amie commune sur le site de R.T.L. – m’écrivit encore ma correspondante. C’est comme sa voix, elle suscite la confiance. Comment ne lui ferait-on pas confiance ?

Nous voilà bien !…

From → divers

Commentaires fermés