Aller au contenu principal

ANNE BOURGUIGNON DITE ANÉMONE (1950 – 2019)

4 mai 2019

Anémone (1968) de Philippe Garrel

Dans le style « cinéma d’avant-garde expérimental ». Malheureusement mal synchronisé ici.

***

Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine (1977) de Coluche et Marc Monnet

Le film qui la fit connaître vraiment.

***

Le Père Noël est une ordure (1982) – ici le film de Jean-Marie Poiré et non la pièce filmée

Ce fut du temps où elle fréquentait la troupe du Splendid (et… des Bronzés), fondée par des copains de lycée sortis tout droit de Neuilly : Blanc, Clavier, Jugnot, Lhermitte. Elle prit ses distances avec eux quand elle sut que les acteurs du film (énorme succès) étaient rémunérés au pourcentage sauf elle… puis quand elle se rendit compte qu’ils étaient tous de droite ; elle étant très « Peace and Love » et écolo du temps des Verts réellement Verts, et fort peu « chaud-bise » (et également gauchère) … ce qu’elle ne cessa d’être jusqu’à la fin de sa vie, bien que totalement désabusée par la société des hommes et pessimiste quand à l’avenir de l’humanité. « Le monde me gonfle sérieusement ».

***

***

Le Grand Chemin (1987) de Jean-Loup Hubert

Beau rôle, grand film — sans doute aussi parce qu’il me rappelle ma propre jeunesse et parce qu’il a été réalisé par un nantais, donc un quasi « pays » pour moi, ainsi que par quelqu’un de ma génération, réalisateur discret.

***

Gros plan sur Anémone (1987) entretien sur la RTS

 ***

Les Amours secrètes (2010) de Franck Phelizon

 ***

Chimpanzé commun ou bonobo ? du documentaire Demokratia (2015)

Théorie fort intéressante. « … et en réalité ce qui nous caractérise vraiment c’est que nous sommes la seule espèce vivante dont les membres ne sont pas d’accord entre eux sur quelle organisation sociale adopter tous ensemble […] et c’est de la dispute que naît l’intelligence; enfin que s’est perfectionnée l’intelligence … »

From → divers

Commentaires fermés