Aller au contenu principal

NOTRE DAME DE LA CITÉ : UN NOUVEAU SIGNE DES DIEUX ?

16 avril 2019

Parmi le foisonnement de commentaires et réflexions prévisibles, concernant l’affligeant incendie de Notre-Dame de Paris, qui avait échappée jusqu’ici à plusieurs révolutions et deux guerres mondiales (mais qui n’avait pas échappé à de multiples modifications, reconstructions, restaurations parfois poussées, propres au XIXe siècle, comme il en fut du Mont Saint Michel par exemple) j’ajoute mon petit couplet.

Je note que c’est la deuxième fois en peu d’années que Notre Dame est malmenée, violentée.

Tout d’abord, Notre Dame des champs et des prés, ou si l’on préfère Notre-Dame-des-Landes, petit pays haut-breton qui pour moi a un charme particulier puisqu’il est le pays de naissance de ma grand-mère paternelle. Notre-Dame qui a échappé à un aéroport inutile, né de la folie des grandeurs de pseudo-progressistes, et qui est la Notre-Dame, si l’on peut dire, des Gilets Jaunes.

Et maintenant Notre Dame des villes et des cités, ou si l’on préfère Notre Dame de Paris, de la mégapole des bobos où la religion en général et catholique en particulier ne fait plus recette, et est particulièrement décriée et malmenée, et où des laïcards anticléricaux tiennent les rênes du pouvoir local. Notre Dame qui baigne au milieu du mondialisme et de la pollution urbaine qui lui font autant de tort et de mal qu’un incendie, mais plus sournoisement.

De cet incendie, que Victor Hugo a décrit d’une manière prémonitoire, j’y verrais un signe des temps.

Sortie comme tout grand monument des siècles passés et de tant de châteaux et manoirs, de la main de l’ouvrier, artisan ou artiste, des architectes et compagnons, sans beaucoup d’aide de machines, sans que ceux qui en firent les fondations n’en virent la flèche – ce qui en fait toute la grandeur – Notre Dame, comme toutes les grandes cathédrales d’Europe (beaucoup l’on dit bien avant moi), est la synthèse symbolique d’une société qui faisait renaître la grandeur humaine et la civilisation après des siècles de décadence.

Né de la foi et d’une volonté un peu folle, temples du Sacré et indubitablement somme des arts de la construction et de l’architecture, elles réunissaient en leur sein, comme la plus simple des églises ou des chapelles d’ailleurs, ce qui élevait l’Homme : la sculpture, la peinture, l’art du vitrail, la musique et le chant, sans oublier le décorum, le cérémonial, le sermon, l’emphase des lieux en un tout de communion esthétique et éthique, émotionnelle propre à ces temps qui ne sont plus.

Et c’est là que je voudrais en venir en un premier point ; la technique dite moderne, le technologisme modernisme vient de procurer à Notre Dame beaucoup de malheur. Victime sans doute d’un court-circuit, d’une flammèche de chalumeau égarée sur du bois ou du plomb, ou d’un mégot négligemment jeté, il suffisait de regarder quelques secondes l’embrasement, véritable boule de feu, qui planait au-dessus des toits de Notre Dame, pour se rendre compte que tout un tas de produits modernes ne faisaient qu’attiser le feu du Diable. Il est arrivé la même chose à l’église Saint-Donatien de Nantes il y a peu d’années et à la cathédrale de Nantes au tout début des années soixante-dix, et dans les mêmes conditions : restauration, rénovation. N’y aurait-il pas un problème à ce niveau ?

On ne peut pas jouer à Dieu ou au Diable sans se brûler les doigts, ou détruire le patrimoine. C’est un peu comme la bombe atomique, si je puis dire. La Technique moderne (fruit d’un technicisme ou technologisme débridé) qui se retourne contre ceux-là mêmes qui la créent et la mettent en branle. Autrement iconoclastes et ignifères d’ailleurs, qu’un quarteron imbécile de Femens hystériques. Le dit Moderne et le dit Ancien ne font pas nécessairement bon ménage. À chaque époque sa technique, le mélange n’est jamais bon.

Et je voudrais ajouter, en un second point, que notre époque est à la fois technologiste et décadente. La mort de Dieu ne serait pas dramatique si elle était remplacée par d’autres valeurs sacrées ou d’autres vertus. Je précise que c’est un athée ou polythéiste poétique, qui écrit ceci. Et je crois bien que Nietzsche ne disait pas autre chose : l’élévation de l’Homme.

Malheureusement, qu’attendre de grand des machines et des gadgets ? Certes des avancées partielles et transitoires, mais aussi un incommensurable recul des vraies valeurs humaines. Et qu’attendre de beau, de bon, de bien de l’autre versant actuellement indissociable de la société : le Veau d’Or ? Rien d’autre sans doute que le dit Art Contemporain, tarte à la crème des fats friqués et des anartistes subventionnés, amoureux du laid, du vil, de l’esbroufe. De la mort de l’Art. De l’art massacré. J’ajouterai que dans ce mouvement, la Vérité, la Raison, et même le simple bon sens partagé par la masse des hommes, sont ravalés au niveau de la désuétude et de l’anachronisme d’une cathédrale.

Ceci pour dire que l’on se trouve face à une curieuse contradiction : les plus rapides à s’apitoyer sur le sort de cette vieille dame qu’est Notre Dame de Paris sont ceux qui sont les plus modernistes et les plus éloignés du sacré et de l’art véritable (qui de plus en plus est un art de musées et d’artistes morts en tous genres). Les bobos parigots qui n’oublient quand même pas de penser tourisme et pognon en l’occasion. Les politicards.

Le plus gluant est sans aucun doute Mélenchon, franc-maçon intolérant bouffeur de curés, ennemi juré de la religion, surtout catholique (sauf de celle de sa secte), qui se fend d’une page mi-littéraire / mi-philosophique sur son amour de Notre-Dame. Certes, elle est le résultat du travail des hommes, mais elle ne peut s’expliquer que par son inscription dans la chrétienté. Dans la foi et l’union du Sacré avec l’Art. D’un certain sacré (mi-chrétien, ni-païen) avec des talents artistiques véritables. Que cela plaise ou non.

Cet incendie est peut-être un signe des dieux ! ou un signe de Dieu, celui de Notre Dame.  Une confirmation que tout part en morceaux dans notre société actuellement ? Notre Dame de la Cité : Notre Dame de lassitude ?

***

Un très bon article sur le même sujet :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2019/04/16/dun-15-avril-lautre-de-notre-dame-a-david-hamilton/

From → divers

Commentaires fermés