Aller au contenu principal

Trouver les filles de treize ans « sexy », c’est… euh… c’est quoi?

19 janvier 2018

Publié le 18 janvier 2018 par defensededavidhamilton

 

          ***

En 1988, Flavie Lecanu (future Flavie Flament) est élue MISS OK 1988 le 19 juin 1988: elle a encore treize ans.

Entre 1988 et 1989, le nombre d’articles, ou de légendes photographiques dans OK Age tendre, qui insistaient sur le côté (selon ce journal)  « sexy » d’une fille de treize-quatorze ans, est un nombre réellement impressionnant!…

Les « journalistes » d’OK Age tendre craignaient-ils que ce côté « sexy » échappe à quelqu’un, pour le répéter sans arrêt?

Jean-Luc Delarue trouvait Flavie Lecanu « toute fraîche » le 19 juin 1988: elle n’avait pas encore 14 ans. Elle en avait treize.

En 1988, Flavie Lecanu avait 14 ans et quelqu’un (mais qui?) à OK Age tendre devait la trouver « sexy ».

Tout ça n’a jamais semblé choquer personne, cette sexualisation et ces éloges (« sexy ») à des filles de treize-quatorze ans. On pouvait désirer devenir Miss OK à 12 ans…

Vous avez entendu parler de l’écrivain  Thomas Darlet, fils de Bernard Darlet et Magda Tobaly? La famille Darlet-Tobaly possédait en 1988 le magazine Age tendre (mais aussi, par exemple, le magazine Sexy Mag).

Et Thomas Darlet a écrit (dans le seul livre qu’il ait d’ailleurs  jamais publié) qu’il commença sa carrière sentimentale avec Flavie Lecanu dans les bureaux d’OK Age Tendre, en 1988. Flavie Flament l’a même invité sur RTL pour parler de son œuvre littéraire, Thomas Darlet.

Flavie Flament déclare au JDD en octobre 2016, au sujet de la photographie prise d’elle en 1987 par David Hamilton (et qu’elle a publiée, en enfreignant intentionnellement la loi sur le droit à l’image, sur la couverture de son « roman » La Consolation): « J’ai mis des années à ouvrir les cartons de photos. Déjà fermés, ils me faisaient peur, alors… C’est mon psy, le Docteur G., qui m’a encouragée à le faire. Celle-ci se trouvait entre une photo de première communion et une de rentrée scolaire. Je craignais de découvrir la vérité. Elle est là, sur cette photo, sur le visage de cette jeune fille qui ressemble à une enveloppe vide. Il n’y a personne derrière son regard, pas d’âme, pas de vie».

Voici les photos de 1988 « de cette jeune fille qui ressemble à une enveloppe vide. Il n’y a personne derrière son regard, pas d’âme, pas de vie ».

« J’ai mis des années à ouvrir les cartons de photos. Déjà fermés, ils me faisaient peur, alors… C’est mon psy, le Docteur G., qui m’a encouragée à le faire. Celle-ci se trouvait entre une photo de première communion et une de rentrée scolaire. Je craignais de découvrir la vérité. Elle est là, sur cette photo, sur le visage de cette jeune fille qui ressemble à une enveloppe vide. Il n’y a personne derrière son regard, pas d’âme, pas de vie».

« J’ai mis des années à ouvrir les cartons de photos. Déjà fermés, ils me faisaient peur, alors… C’est mon psy, le Docteur G., qui m’a encouragée à le faire. Celle-ci se trouvait entre une photo de première communion et une de rentrée scolaire. Je craignais de découvrir la vérité. Elle est là, sur cette photo, sur le visage de cette jeune fille qui ressemble à une enveloppe vide. Il n’y a personne derrière son regard, pas d’âme, pas de vie».

« J’ai mis des années à ouvrir les cartons de photos. Déjà fermés, ils me faisaient peur, alors… C’est mon psy, le Docteur G., qui m’a encouragée à le faire. Celle-ci se trouvait entre une photo de première communion et une de rentrée scolaire. Je craignais de découvrir la vérité. Elle est là, sur cette photo, sur le visage de cette jeune fille qui ressemble à une enveloppe vide. Il n’y a personne derrière son regard, pas d’âme, pas de vie».

OK mai 1989

 

« J’ai mis des années à ouvrir les cartons de photos. Déjà fermés, ils me faisaient peur, alors… C’est mon psy, le Docteur G., qui m’a encouragée à le faire. Celle-ci se trouvait entre une photo de première communion et une de rentrée scolaire. Je craignais de découvrir la vérité. Elle est là, sur cette photo, sur le visage de cette jeune fille qui ressemble à une enveloppe vide. Il n’y a personne derrière son regard, pas d’âme, pas de vie».

« J’ai mis des années à ouvrir les cartons de photos. Déjà fermés, ils me faisaient peur, alors… C’est mon psy, le Docteur G., qui m’a encouragée à le faire. Celle-ci se trouvait entre une photo de première communion et une de rentrée scolaire. Je craignais de découvrir la vérité. Elle est là, sur cette photo, sur le visage de cette jeune fille qui ressemble à une enveloppe vide. Il n’y a personne derrière son regard, pas d’âme, pas de vie».

La gamine (semble-t-il pas traumatisée) élue Miss OK en employant une photographie de David Hamilton…

« J’ai mis des années à ouvrir les cartons de photos. Déjà fermés, ils me faisaient peur, alors… C’est mon psy, le Docteur G., qui m’a encouragée à le faire. Celle-ci se trouvait entre une photo de première communion et une de rentrée scolaire. Je craignais de découvrir la vérité. Elle est là, sur cette photo, sur le visage de cette jeune fille qui ressemble à une enveloppe vide. Il n’y a personne derrière son regard, pas d’âme, pas de vie».

*

L’important c’est d’avoir un bon psy.

 

 

From → divers

Commentaires fermés