Aller au contenu principal

LA HONTE FRANCHOUILLARDE

24 novembre 2014

On vit chez Ubu. Celui des mauvais jours destructeurs. Ma Douéoù ! que le libéralo-socialisme est joli. Et quel progrès !… Progrès des âmes, progrès des cœurs et poésie !

La liste des déboires de Robert Faurisson, dissident occidental, est interminable, mais il se tient droit malgré son âge et riposte en justice (pas mal pourrie ou pleutre, combat difficile) à chaque fois qu’il le peut contre la maffia qui prétend nous diriger (économiquement, culturellement, idéologiquement, politiquement, médiatiquement parlant, religieusement même !). Et cela les « importune », voyez-vous le rebelle ! Un vrai de vrai, pas un fantoche de banlieue. Malheureusement, comme le chantait fort justement Ferré autrefois  » quand les rides ça se met à être intelligent, c’est ce qui fait le monde clos. »

Voici un récent communiqué qui a été publié (entre autres) sur É & R le 21 novembre courant.

*

Communiqué du Professeur Faurisson suite à une nouvelle perquisition à son domicile.

Le mercredi 19 novembre 2014, deux officiers de la Police judiciaire de Clermont-Ferrand, dont un commandant, se sont rendus à Vichy au domicile du professeur Faurisson afin d’y procéder à une perquisition en vue de saisir ordinateur et documents. Ils n’ont trouvé ni ordinateur ni les documents recherchés.

La LICRA de Strasbourg avait saisi le parquet local de la parution, dans un « Blog inofficiel » de M. Faurisson, de deux articles concernant le camp de Struthof-Natzweiler.

Se déclarant incompétent, le parquet de Strasbourg avait transmis l’affaire au parquet de Cusset (banlieue de Vichy) où une juge d’instruction avait, à son tour, chargé d’une enquête ledit commandant de la police judiciaire de Clermont-Ferrand.

La loi autorise les perquisitions seulement de 6 heures du matin à 21 heures (toutefois, si la perquisition a commencé à 20h45, elle peut se prolonger au-delà de 21h). Mais le professeur, dont le cas est décidément particulier, peut aussi voir la BAC (Brigade anticriminalité) surgir à son domicile en pleine nuit. Cela s’est produit à deux reprises tandis que les perquisitions, elles, sont actuellement au nombre de cinq.

Ce 19 novembre, au moment de prendre congé, le commandant a fait savoir que sa présente « visite » serait suivie d’autres « visites ».

L’épouse du professeur, âgée de 82 ans et cardiaque, supporte mal cet état de fait. Elle s’inquiète pour la santé de son mari, récemment victime d’un infarctus, victime également de dix agressions physiques (sans qu’aucune recherche sérieuse des agresseurs ait suivi) et âgé de près de 86 ans. En particulier, elle s’est émue de ce que que l’un de ses petits-fils, hébergé ce jour-là au domicile de ses grands-parents, étudiant âgé de 22 ans, avait dû répondre à un interrogatoire, produire son propre ordinateur et signer un procès-verbal. Cela dit, les deux officiers préposés à cette besogne ont, de bout en bout, observé un comportement irréprochable.

*

Perquisition ou persécution ? Cela me fait penser aux dernières années de Roger Garaudy et de Henri Grouès dit l’Abbé Pierre, et même (eh, oui!), un peu plus loin, de Klaus Barbie devenu poupée de chiffon du nazisme, idéologie politique qui fut pourtant enterrée en 1945 comme on sait, et suite aux suicides concomitants de ses principaux dirigeants*. L’acharnement sur les personnes âgées est une preuve flagrante de l’état de décomposition avancée de notre société. De sa déliquescence éthique, si je puis m’exprimer ainsi et employer d’une manière plus qu’incongrue ici, ce mot d' »éthique ».

Notre société est malade. Cette pathologie mentale se nomme décadence capitalo-protestanto-talmudique**, cette Sainte Alliance, cette Sainte-Trinité de l’holocaustisme, du sionisme et du mondialisme apatride. Ce Saint Veau d’Or. Ce chancre putride. Cette Sainte Loge des salauds !

Un Palestinien de France.

* petite remarque en passant : je vois mal nos petits dirigeants bréneux d’en hui, style Sarkoland et Hollandzy, les duettistes de Neuilly bien connus, trop connus, ou bien le frère Merluchon ou encore Marinade, la poufiassioniste, se sacrifier sur l’autel de l’échec civilisationnel. Même Staline, Mao, Franco, Pol Pot etc., échecs patents, criants, sont morts dans leur lit, c’est dire ! Manque de classe évident par rapport aux millions de morts qu’ils ont générés, eux et leurs systèmes. En ce domaine, voyez par contre Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi… la mort violente n’est peut-être réservée qu’aux meilleurs des tyrans ou dits tyrans, finalement…

** lisez de Max Weber : L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, et bien évidemment le Talmoud, ce livre ignoble, fruit véreux de deux ou trois millénaires d’esprit dérangé, où bassesses et dégueulasseries ont noms Élection et Peuple supérieur.

From → divers

Commentaires fermés