Aller au contenu principal

ANNEXE À UN PRÉCÉDENT ARTICLE CONCERNANT LE SUJET ÉLÉMOSINAL

25 septembre 2014

* Traduction M. Betz (édition Livre de Poche, 1968):

Zarathoustra répondit : "J’aime les hommes."

– Pourquoi donc, dit le sage suis-je allé dans la forêt et dans la solitude? N’était ce pas parce que j’aimais trop les hommes?

Maintenant j’aime Dieu; je n’aime pas les hommes. L’homme est à mes yeux une chose trop imparfaite. L’amour de l’homme me tuerait."

Zarathoustra  répondit  "Qu’ai-je parlé d’amour! Je vais faire un don aux hommes.

Ne leur donne rien, dit le saint, décharge les plutôt de quelque chose et aide les à le porter. Rien ne leur vaudra mieux : pourvu que toi aussi, cela te réconforte!

"Et si tu veux donner, ne leur donne pas plus qu’une aumône, et attends qu’ils la mendient au­près de toi!

Non, répondit Zarathoustra, je ne fais pas l’aumône. Je ne suis pas assez pauvre pour cela."

Le saint se prit à rire de Zarathoustra et parla ainsi : "Tâche donc de leur faire accepter tes trésors. Ils se méfient des solitaires et ne croient pas que nous venions pour les combler.

Nos pas à travers les rues ont pour eux un son trop solitaire. Et de même qu’ils s’inquiètent lorsque la nuit couchés dans leurs lits, ils entendent marcher un homme, longtemps avant que se lève le soleil, ils se demandent peut être : "Que cherche ce voleur?"

* Traduction « projet Gutenberg » ; nom du traducteur non cité.

Zarathoustra répondit: "J’aime les hommes." "Pourquoi donc, dit le sage, suis-je allé dans les bois et dans la solitude? N’était-ce pas parce que j’aimais trop les hommes?

Maintenant j’aime Dieu: je n’aime point les hommes. L’homme est pour moi une chose trop imparfaite. L’amour de l’homme me tuerait."

Zarathoustra répondit: "Qu’ai-je parlé d’amour! Je vais faire un présent aux hommes."

"Ne leur donne rien, dit le saint. Enlève-leur plutôt quelque chose et aide-les à le porter – rien ne leur sera meilleur: pourvu qu’à toi aussi cela fasse du bien!

Et si tu veux donner, ne leur donne pas plus qu’une aumône, et attends qu’ils te la demandent!"

"Non, répondit Zarathoustra, je ne fais pas l’aumône. Je ne suis pas assez pauvre pour cela."

Le saint se prit à rire de Zarathoustra et parla ainsi: "Tâche alors de leur faire accepter les trésors. Ils se méfient des solitaires et ne croient pas que nous venions pour donner.

A leurs oreilles les pas du solitaire retentissent trop étrangement à travers les rues. Défiants comme si la nuit, couchés dans leurs lits, ils entendaient marcher un homme, longtemps avant de lever du soleil, ils se demandent peut-être: Où se glisse ce voleur?

From → divers

Commentaires fermés