Aller au contenu principal

DEUX POÈMES D’ADÉLAÏDE DUFRENOY NÉE BILLET (Nantes, 1765 – Paris, 1825)

28 juillet 2014

*

*

LE BESOIN D’AIMER

*

Pourquoi depuis un temps, inquiète et rêveuse,

    Suis-je triste au sein des plaisirs ?

    Quand tout sourit à mes désirs,

    Pourquoi ne suis-je pas heureuse ?

*

Pourquoi ne vois-je plus venir à mon réveil

    La foule des riants mensonges ?

    Pourquoi dans les bras du sommeil

    Ne trouvai-je plus de doux songes ?

*

Pourquoi, beaux-arts, pourquoi vos charmes souverains

    N’enflamment-ils plus mon délire ?

    Pourquoi mon infidèle lyre

    S’échappe-t-elle de mes mains ?

*

Quel est ce poison lent qui pénètre mes veines

    Et m’abreuve de ses langueurs ?

    Quand mon âme n’a point de peine,

    Pourquoi mes yeux ont-ils des pleurs ?

***

LE REGRET

*

La raison et le temps ont adouci mes maux ;

D’un sentiment trompé la sombre inquiétude

N’enlève plus mes nuits aux douceurs du repos,

    Mes jours aux bienfaits de l’étude ;

    Mon œil, longtemps chargé de pleurs,

Plus calme, s’est levé vers un ciel sans nuage ;

Des bois je ne fuis plus le silence et l’ombrage,

    Et sans chagrin je vois les fleurs

    Se balancer sous le feuillage ;

    Mes amis à leurs soins touchants

    Ne me trouvent plus insensibles :

Semblable à ce ruisseau qui coule dans nos champs,

Ainsi coule ma vie, uniforme et paisible.

Cependant quelquefois, sur le soir d’un beau jour,

Mon cœur se sent pressé par la mélancolie ;

Je ne regrette plus l’amant qui m’a trahie ;

    Je regrette encor mon amour.

*

(in : Élégies suivies de Poésies diverses, par Mme Dufrenoy, troisième édition ; Paris, Alexis Eymery, 1813).

From → divers

Commentaires fermés