Aller au contenu principal

POURQUOI LA CASTE OCCIDENTALE DÉTESTE LA RUSSIE

28 novembre 2022

Le courrier des Stratèges

28 novembre 2022 traduit de Politika-ru

Très beau, très bon texte d’Andreï Polanski

*

Le lien entre une éducation humanitaire d’élite et une certaine réaction à l’irritant ukrainien peut être tracé, à la fois, en Russie, et bien au-delà de ses frontières. Plus l’école est élitiste, l’appartenance au système corporatiste est claire, la loyauté envers le courant dominant de la gauche [sic] libérale est grande et plus la russophobie est violente.

L’exemple le plus clair en est le diplômé de Harvard et fils de l’assistant du président Kennedy, le membre du Congrès américain J. Raskin. Celui-ci a récemment déclaré que les Russes, pour leur position anti-démocratique [sic], anti-gay et anti-féministe, méritaient l’anéantissement complet. Et peu de gens se sont opposés à lui. Il semble que le 24 février ait, une fois pour toutes, rayé la Russie et les Russes du champ du politiquement correct.

Inversement, des personnages plus marginaux, plus « borderline » comme l’on dit, pour lesquels une nouvelle éthique et le besoin de culpabiliser pour des privilèges mythiques est un vain mot, sont beaucoup plus capables de comprendre et d’accepter la logique de la Russie, ses tâches stratégiques et ses intérêts politiques. 

Nous pouvons en donner un exemple, tiré aussi de la politique américaine. Paul Gozar, un ancien dentiste provincial, et l’un des personnages les plus notoires du Capitole, a récemment proposé de tenir des pourparlers de paix entre Poutine et Zelensky chez lui, en Arizona, pour obliger à un compromis et à un cessez-le-feu. 

Il existe vis-à-vis de la Russie de nombreuses oppositions dans les manuels, et partout dans le monde occidental. En Russie même, la raison qui anime les sentiments de la gauche libérale, purement pacifiste, et même ouvertement antirusse d’une partie de « l’intelligentsia humanitaire » russe, est ancrée probablement dans la structure du système éducatif et académique du pays, et pas seulement dans les programmes et les domaines de recherche « pro-occidentaux ».

D’ailleurs, l’Occident lui-même est loin d’être homogène. Mais il est nécessaire d’aborder la compréhension de ce problème, ne serait-ce que pour faire en sorte que nos institutions académiques en sciences humaines cessent d’engendrer des troubles sociaux en augmentant le nombre de personnes formées qui les provoquent. 

La personne en Occident est considérée comme une sorte d’unité presque vide

Très probablement, la racine du problème n’est pas dans l’affiliation à un clan ou plus encore à la « classe », ni au poids des influences financières ; mais elle tient essentiellement dans les constructions logiques et représentations théoriques à la mode. 

La pensée occidentale a convergé en se nourrissant des peurs et des stéréotypes de la société de l’information et de la grande consommation. Il s’agit de considérer la personne comme une sorte d’unité presque vide, dont la valeur se limite à la préservation du corps physique et à la participation au cycle des incitations économiques et des apparences d’une société de consommation. Il ne doit avoir aucune existence au-delà de ces critères, aucun impératif de vérité, de valeur et d’appel trans-personnel. Tout cela est au mieux une fiction, au pire une manipulation, ou de la propagande.

Avec une telle approche de la personne et de sa raison d’être sur Terre (ou plutôt de son absence de raison d’être), les lois du marché deviennent la base des rapports sociaux, chaque produit étant disponible pour tout le monde, ce qui assure la garantie de la stabilité des entreprises. Des manipulations sociales efficaces dans le cadre des relations publiques établissent notoirement quels sont les « droits et règles ».

C’est en ces termes qu’un bon élève, de l’école des « élites » de la recension occidentale, marque de l’estime à une personne éprise de phénoménologie, a lu les freudo-marxistes et Walter Benjamin, a étudié Jacques Derrida et le déconstructionnisme, ainsi que Gilles Deleuze de fond en comble, et a agrippé sa tête, plongeant dans les conférences de Ludwig Wittgenstein, et pour finir, il est prêt à admirer l’esprit des auteurs de « l’école spéculative ». 

L’histoire pour lui n’est pas tant un ensemble de hautes significations qu’une somme d’erreurs et de crimes ; les anciens ne sont pas un modèle, mais la démonstration de pourquoi il est impossible de continuer ; toute violence est un mal ; tout rappel du devoir et du sens appartenant à quelque chose de plus grand que vous-même est un moyen de manipulation.

L’humanité, non protégée par l’existence d’objectifs et de sens en dehors de l’existence biologique, avance rapidement vers le néant

Dans le cadre de cette logique, la vision de la situation actuelle est simple et claire. Mais l’ironie est qu’une telle pensée, qui dans les années 20 du XXIe siècle a séduit des têtes progressistes, est un désastre. 

L’humanité, non protégée par l’existence d’objectifs et de sens en dehors de l’existence biologique, avance rapidement vers le néant, vers une dissolution complète dans les biens et les commodités, vers la fusion avec une machine, ou, plus pratique, avec une intelligence artificielle. Elle renonce donc volontairement à la liberté, et elle accepte la soumission parfaite au mécanisme de la manipulation. Le mouvement ici n’est qu’à sens unique. 

Le plus intéressant est que la Russie, qui revient en permanence à l’Histoire et la considère comme une valeur fondamentale, tente par ses actions de ralentir ce processus, voire, dans le cas idéal, de l’arrêter. 

Par conséquent, nos partisans actuels sont souvent des personnes qui n’ont pas lu de livres à la mode (à la mode ne signifie pas intelligents). Ou repoussés par l’élite, ils s’en vont dans la direction opposée. Ils se tournent vers le passé, hérité de leurs pères et des idées et idéaux éprouvés. Parfois, ils restent captifs de préjugés et de peurs ridicules et naïves. Ils accordent une grande valeur à leur expérience sociale directe et immédiate, qui n’est pas passée par la déconstruction. Ils ne se considèrent pas comme une marchandise, gardant la « subjectivité » dans la plénitude des connexions et des dépendances comme la prunelle de leurs yeux. 

En d’autres termes, ils recherchent un soutien, de la solidarité et de l’amour. Et idéalement, nous sommes prêts à répondre à ces besoins de soutien, de solidarité et d’amour.

Maintenant, nous savons quelle est la véritable intolérance des « gens avec de beaux visages »

À première vue, les « nôtres » avaient toujours l’air pire que les diplômés des écoles d’élite. Ils semblaient plus sombres, têtus, intolérants. Mais seulement jusqu’à ce que cette grande confrontation commence.  Maintenant, nous savons quelle est la véritable intolérance des « gens avec de beaux visages »… C’est sur cette simple répulsion que peut se construire l’éducation russe des années 20 du XXIème siècle. 

Nous devons retourner au monde « évident ». Le monde où le jugement selon lequel Dieu est mort n’est qu’une métaphore pour Nietzsche. Le monde où l’hypothèse qu’une personne est décédée est la seule preuve de la profonde tristesse du désespéré peintre Gely Korzhev. Mais en fait, lui et les autres sont tous ici, sur les sommets et dans les abysses de l’histoire en cours. 

La génération actuelle est responsable devant ses pères de ses enfants. C’est sur cela que repose la patrie. En l’acceptant comme un cadeau, vous pouvez voir d’autres pays, cultures et civilisations, aimer leur différence et leur diversité. Surtout après la fin du conflit actuel.

« Il y a Dieu, il y a le Monde, ils vivent pour toujours, 

Et la vie des gens est instantanée et misérable. 

Mais tout est contenu par une personne qui aime le Monde et croit en Dieu ».

Le poète Nikolay Gumilyov a écrit cela il y a plus de cent ans. Et c’est là où nous en sommes.

*

Ma petit conclusion à moi est que, avec ou sans Dieu, l’Humanité n’est rien si elle néglige la notion du Sens, de la Transcendance (Beau, Bien, Bon, Vrai … ) et du Sacré (avec ou sans religion). Même si au final tout est vain, ou inutile et … mortel, y compris pour l’Humanité en son ensemble, le Soleil, la Terre et Dieu, Néant ou Dieux eux-mêmes (non, ils ne vivent pas pour toujours).

*

J’ignore qui est Andreï Polanski.

Gely Korzhev – ou Gueli Korjev – (1925 – 2012) est un peintre russe « communiste » (je mets « communiste » entre guillemets, car jusqu’à ce jour il n’a encore jamais existé de réel communisme, si ce n’est du communisme dépravé qui ne fut qu’un vulgaire capitalisme d’État totalitaire, bolchevique en Russie, pour ne parler que de la Russie). Il fut dans la lignée conforme du « réalisme socialiste » mais marqué, vers la fin de sa vie par un fantastique que l’on dit boschien et des figures historiques et bibliques.

Nikolay Gumilyov – ou Nikolaï StepanovitchGoumilev – (1886 – 1921) poète, dramaturge, prosateur, surtout connu comme le co-fondateur avec Sergueïv Gorodeski du mouvement acméïste (du grec akmê : le plus haut point ou point critique, le comble, l’apogée) en réaction au symbolisme alors dominant dans la poésie russe ; prônant le langage simple et concret, la poésie du quotidien, hors de la mystique et des mystères. Il n’avait aucune sympathie pour le bolchevisme et fut l’une des premières victimes de la terreur bolchevique ; fusillé sans jugement en 1921 avec près d’une centaine d’autres intellectuels et universitaires, principalement de Saint-Pétersbourg, lors de la pseudo-conspiration monarchique de Tagantsev. Affaire montée de toute pièce par la Tchéka.

From → divers

Commentaires fermés