Aller au contenu principal

UNE PREMIÈRE RÉPONSE À L’ATTENTAT DU PONT DE CRIMÉE

10 octobre 2022

De Sputnik Afrique, 10.10.2022

Poutine confirme les bombardements massifs en Ukraine

Les frappes massives avec des armes de haute précision contre des infrastructures ukrainiennes ont été confirmées par le Président russe. Il a promis des réponses « sévères » en cas d’attaques ukrainiennes contre la Russie.

Les bombardements massifs avec des armes de haute précision ont été réalisés ce 10 octobre sur des installations énergétiques, militaires et de communication en Ukraine. C’est ce qu’a déclaré Vladimir Poutine lors d’une réunion opérationnelle avec les membres du Conseil de sécurité russe.

L’explosion sur le pont de Crimée

Il a noté que les autorités ukrainiennes étaient derrière l’explosion sur le pont de Crimée.

« Il est évident que les commanditaires, les organisateurs, les auteurs de l’attaque terroriste [sur le pont de Crimée, ndlr] sont les services spéciaux ukrainiens. Le régime de Kiev utilise depuis longtemps des méthodes terroristes », a-t-il indiqué.

Réponses « sévères »

Le chef de l’État russe a déclaré que le régime de Kiev utilisait depuis longtemps des méthodes terroristes, notamment du terrorisme nucléaire.
« Ce sont aussi des actes de terrorisme nucléaire. Je veux parler des frappes de missiles et d’artillerie sur la centrale nucléaire de Zaporojié », a-t-il noté.

En outre, d’après lui, les services spéciaux de l’Ukraine ont déjà mené trois attentats contre la centrale nucléaire de Koursk, en Russie, détruisant à plusieurs reprises les lignes à haute tension. Il a ajouté que trois lignes avaient été endommagées lors de la troisième attaque de ce type.

M.Poutine a souligné que l’Ukraine utilisait aussi des méthodes terroristes telles que des assassinats de personnalités publiques, de journalistes et de chercheurs.

Le Président russe a ainsi averti Kiev d’une réponse sévère, conformément au niveau de la menace, si les attaques terroristes de l’Ukraine sur le territoire russe se poursuivent.

Une tentative de détruire le Turkish Stream

En outre, M.Poutine a accusé l’Ukraine de tenter de détruire une des sections du gazoduc Turkish Stream.

« Un certain nombre d’actes terroristes et de tentatives de crimes similaires ont été commis contre les infrastructures de transport d’électricité et de gaz de notre pays, notamment une tentative de faire exploser l’une des sections du gazoduc Turkish Stream. Tout cela a été prouvé par des données objectives, y compris le témoignage des auteurs détenus de ces attaques terroristes ».

L’accident sur les Nord Stream

Concernant le sabotage des gazoducs Nord Stream, le chef de l’État russe a rappelé que la Russie n’était pas autorisée à enquêter sur ces faits.

« Comme on le sait, les représentants russes ne sont pas autorisés à enquêter sur les causes des explosions et de la destruction des systèmes internationaux de transport de gaz qui courent au fond de la mer Baltique, mais nous connaissons tous le bénéficiaire final de ce crime », a affirmé M.Poutine.


(jpf) D’après Sputnik Afrique

Dès ce matin, après les conclusions d’enquête, la réponse à l’attentat au camion chargé d’explosifs qui a entraîné des morts et des destructions sur le pont routier et ferroviaire reliant la Russie à la Crimée, a été une opération en grand.

Des attaques massives de missiles, en plusieurs raids, ont eu lieu contre des infrastructures énergétiques et autres, un partout partout en Ukraine. Ces attaques ont commencées tôt vers 6 heures et demi pour s’achever vers midi. Il s’agit de l’attaque la plus massive et la plus longue de la Russie depuis le début de l’Opération spéciale.

Sur cette carte on voit que des cibles ont été touchées dans deux ensembles essentiels de l’Ukraine. Sauf erreurs, car la carte n’est pas de bonne qualité. Au Nord sur Lviv, Ivano-Frankivsk, Ternopil, Khmernytskyi, Rivne, Jytomyr, Kiev et Konotor. Au Sud sur des parties de la Novorossiya non encore libérées : Odessa, Krivoï-Rog, Zaporojié, Kropyvnytsky, Dnipro, Krementchouk, Poltava et Kharkov.

Mais apparemment rien au centre entre les deux.

Ceci a été suivi par des coupures d’électricité et d’approvisionnement en eau, à Kharkov par exemple. Les métros de Kharkov et de Kiev ont été arrêtés ; depuis ils auraient été rétablis, du moins à Kharkov. Il y a eu également des pannes du réseau mobile dans les régions de Khmelnitsky, de Lvov, de Poltava, ainsi que dans les villes de Kharkov et Jitomir.

Il a été constaté des problèmes au niveau des systèmes énergétiques dans les régions de Kiev, de Khmelnitsky, de Dniepropetrovsk, de Vinnitsa, d’Ivano-Frankovsk, de Soumy, de Kharkov, de Jitomir, de Kirovograd et de toute la partie sud de l’Ukraine.

À Lvov c’est la centrale thermique qui était en proie aux flammes et d’autres structures énergétiques. Dans la ville, l’alimentation en eau chaude a été coupée, ainsi que l’électricité dans une partie de la ville. L’électricité a été coupée à Jitomir

Dans la la région d’Ivano-Frankovsk il semble que ce soit la centrale thermique de Bourchtynskaïa qui ait été touchée. Cette installation énergétique dessert non seulement l’Ukraine mais aussi la Hongrie, la Slovaquie et la Roumanie.

Tandis que des délestages électriques pourraient se produire prochainement sur tout le territoire de l’Ukraine, selon le chef adjoint du bureau présidentiel, Kirill Timochenko.

En résumé… « Une frappe massive a été infligée aux installations d’énergie, de soutien militaire et de communication» (V Poutine ce jour même)

À Kiev, il s’avère que l’un des objectifs atteints (il était en feu) est celui du bâtiment principal des services de sécurité d’Ukraine (SBU), non loin du bureau de zelensky.

Un autre, également à Kiev, qui a été touché, est le bureau de la mission européenne de conseil aux forces de sécurité intérieure ukrainienne qui était de retour dans cette ville depuis mai dernier. Mission dite « consultative » par euphémisme. C’est l’un des coordinateurs principaux du soutien militaire à l’Ukraine.

Un incendie s’est également déclaré au sein d’une centrale thermique à Kiev. Et l’ancien député de la Rada suprême Ilia Kiva affirmait dès ce matin que l’une des attaques contre Kiev a été effectuée contre la base et le quartier général du régiment Azov.

Depuis, de longues files d’attente visibles sur telegram, se sont formées à des stations-services de Kiev. De nombreux habitants essayent de quitter la ville.

Pendant ce temps, car d’autres opérations se poursuivent, des drones « kamikazes » auraient mené une attaque contre des militaires ukrainiens du côté de Krivoï Rog, sur l’axe de Kherson, selon des médias locaux.

Il semble que dans chaque ville ce n’est pas un seul objectif qui a été atteint, mais plusieurs.

En conclusion, si l’on peut dire, c’est la déclaration de Dmitri Medvedev, l’ex-président et numéro deux du Conseil de sécurité russe, sur telegram, qui donne le ton : « Le premier épisode s’est joué, il y en aura d’autres »; « de mon point de vue, [l’objectif] doit être le démantèlement total du régime politique de l’Ukraine »,

Tout en sachant que la Russie et la Biélorussie sont en train de s’entendre sur le déploiement conjoint de troupes.

From → divers

Commentaires fermés