Aller au contenu principal

HUMOUR ?

12 septembre 2022

Il circule sur Internet une information émanant de gens proches du parti « Reconquête » de Zemmour, selon laquelle deux personnes au moins de cette mouvance, une femme et un homme, auraient été entendues par la Police récemment pour un trafic de drogue au sein du parti et de l’équipe dirigeante ; de la came aurait été saisie en particulier lors des universités d’été de « Reconquête ». Mais « ce ne serait que la pointe émergée de l’iceberg ».

On évoque de grosses prises de cocaïne et d’extasy.

Je ne me fais pas d’illusion sur les autres partis, à gauche en particulier, et il est bien connu et patent que le gouvernement n’est pas exempt lui aussi de quelques « excitants ». Jusqu’à la fonction « suprême », comme il en va de même du côté de Zelenski et de Trudeau par exemple. La décadence est en tout domaine et en tout lieu.

Mais je rassure tout de suite les partisans de la reconquête et autres preux croisés : il ne semblerait pas y avoir de maghrébins impliqués dans ce trafic.

Ouf ! J’ai-t’i z-eu grand peur ! Manquerait plus que ça !

Le nôtre (façon de parler) de trafic serait totalement, non pas franco-français, mais « propre sur lui » et judéo-chrétien, plus exactement judéo-arménien. Comme l’écrit un commentateur: « Cela peut expliquer quelques obsessions orientales récurrentes l’année passée ». Cf . Des voyages de Zemmour en compagnie de De Villiers en Arménie.

Les délitueux déliquescents seraient une certaine Sarah Knafo et un certain Garen Shnorhokian. Comme quoi, il est temps que « Reconquête » fasse le ménage dans ses fréquentations étrangères. Y compris européennes ou assimilées.

Comme titrait un ouvrage paru chez Champ Libre au début des années soixante-dix : « Les Hommes se droguent, l’État se renforce » — de Jules Henry et Léon Léger (deux pseudos). On ne saurait mieux résumer.

Laissons dire encore ce même commentateur qui précise :

« Compte tenu de l’hyper médiatisation de Zemmour l’an dernier, la tenue de ses meetings étaient des endroits tout trouvés pour écouler très vite de grandes quantités de drogue, que ce soit pour les cadres ou les militants, lors des soirées. De nos jours, tous les perdants consomment de la coke. C’est la came des beaufs par excellence. »

Et qui conclut ainsi :

« Les drogués et les dealers sont des ferments de décomposition d’une société et d’un peuple. La tolérance à la consommation de came est un excellent thermomètre pour évaluer l’état d’avancement de la pourriture dans un pays donné. Plus une société est malade, plus elle est tolérante à la came. »

From → divers

Commentaires fermés