Aller au contenu principal

LA FIN DU CHÂTEAU EUROPE ET LE PREMIER JOUR DE LIBERTÉ

26 août 2022

De Réseau International

par Batiushka. *

« Et ils remplirent tout le pays de ces châteaux. Ils accablaient les malheureux habitants du pays de travaux forcés sur les châteaux ; et quand les châteaux furent construits, ils les remplirent de diables et de méchants. » Chronique anglo-saxonne, 1137

Introduction : Les trois objectifs de l’Opération Spéciale révisés

Il est désormais officiellement admis que les trois objectifs de l’opération spéciale alliée en Ukraine, à savoir la libération du Donbass, la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine, ont dû être élargis. Cela est dû, d’une part, à la résistance du régime néonazi de Kiev à la libération des peuples d’Ukraine et, d’autre part, au soutien apporté à ce régime par des régimes pro-nazis. Ces régimes, connus sous le nom d’« Occident collectif », sont les régimes, représentant seulement 13% de la population mondiale, qui ont prolongé la guerre, à la fois dans le temps et dans l’espace.

Ce changement a été implicitement confirmé le 28 juillet par Dmitry Peskov, secrétaire de presse du président Poutine, qui a déclaré que « l’ensemble de l’Ukraine doit être dénazifié ». Cela signifie que la majeure partie, voire la totalité, de l’Ukraine va être libérée, pas seulement la Crimée, les deux provinces du Donbass et les quatre provinces environnantes de Kharkov, Dnipropetrovsk, Kherson et Zaporijia. Ces provinces entièrement ou partiellement libérées sont attaquées de plus en plus loin : il est clair que leur libération ne sera pas complète tant que les attaques venant de plus loin n’auront pas cessé, même si cela signifie aller jusqu’à la frontière ukrainienne avec la Pologne. (Et si les pays de l’OTAN osaient attaquer l’Ukraine libérée depuis l’intérieur de leurs frontières, alors…).

Quant au deuxième objectif, la démilitarisation, qui est en cours en Ukraine et a atteint un niveau élevé en raison de la destruction par les Russes de matériel militaire et de ceux qui sont prêts à l’utiliser, il a également dû être prolongé. Cette prolongation est nécessaire en raison du matériel militaire envoyé à l’Ukraine par le reste de l’Occident collectif, c’est-à-dire l’Europe non russe (un peu plus de 50% du territoire européen) et les États-Unis. Ces deux pays ont commencé à envoyer à l’Ukraine leurs armes qui seront détruites par la Russie. Cependant, le troisième objectif, la dénazification, à la fois en Ukraine et, comme nous l’expliquons ci-dessous, encore plus dans le reste de l’Europe non-russe, est beaucoup plus complexe. Permettez-nous de l’expliquer à travers ce qui peut sembler, à première vue, être des considérations historiques plutôt académiques concernant l’histoire anglaise et occidentale. Soyez patients. Il y a un but à tout cela.

Les « Anglo-Saxons »

Depuis 1945, l’Europe non-russe a été dominée politiquement, économiquement et militairement par un groupe, communément appelé « Anglo-Saxons », représenté par les drapeaux des conquérants américains et britanniques. Un mot d’explication s’impose ici, car ce terme est tout à fait inexact. Le terme « anglo-saxon » est principalement utilisé par les chroniqueurs latins et les universitaires pour désigner la civilisation et le peuple de l’Angleterre pré-1066/pré-normande/pré-conquête/pré-féodale. Ces personnes elles-mêmes n’utilisaient pas ce terme pour désigner leur langue ou leur civilisation. Ils parlaient ce qu’ils appelaient l’« Englisc », ce que les linguistes appellent aujourd’hui le « vieil anglais », et ils se qualifiaient eux-mêmes d’« Anglecynn », c’est-à-dire de personnes apparentées aux Angles/anglais. Le terme historique correct pour les désigner est l’anglais ancien, ou parfois le vieil anglais.

Le reste est en grande partie de la mythologie normande (= viking), ou plutôt de la propagande anti-anglaise. Par exemple, le terme « Angleterre anglo-saxonne » est très étrange – « Angleterre sous domination anglaise » (voir ci-dessous) serait plus exact. Autre exemple de propagande anti-anglaise : le terme moderne « anglo-saxon » pour désigner des gros mots. Ce terme purement anti-anglais se rapporte à des mots qui ont souvent été introduits en anglais à partir du néerlandais médiéval. Enfin, le terme politique correct pour « Anglo-Saxons », une expression utilisée surtout par les non-anglais, y compris les Américains (par exemple, le terme américain « WASP »), serait « Amero-Angliens » – et non « Anglo-Américains ». En effet, depuis 1940 et l’avènement de l’Amero-Anglien Churchill, le Royaume-Uni n’est rien de plus qu’un caniche de Washington jappant mais lâche.

Au lieu de l’imprécis « Anglo-Saxons », vous pourriez utiliser l’acronyme US-UK-CA-AUS-NZ, « les cinq yeux », pour désigner ce que beaucoup préfèrent appeler l’« anglosphère ». C’est l’équivalent de ce que les Russes appellent « le monde russe » (Русский мир), qui pourrait être traduit par « la russosphère ». Curieusement, la propagande occidentale affirme que le terme « Anglosphère » est parfaitement acceptable et respectable, mais que le terme « Le monde russe », interdit dans plusieurs pays dominés par les élites nommées par les États-Unis, est raciste, agressif et même « hérétique » !

L’Angleterre sous domination anglaise

Même les Anglais les plus mal éduqués – et ils sont nombreux, étant donné l’épouvantable système éducatif occidental contemporain – connaissent une date de l’histoire : 1066. C’est la date de l’invasion normande par Guillaume le Conquérant (ou plutôt « le Bâtard ») et de l’occupation continue par l’« Establishment » normand, avec son accent franco-normand de la classe supérieure, ce qu’on appelle aujourd’hui la « BBC ». S’ensuivirent la féodalisation (le système féodal était inconnu en Angleterre avant 1066) et le génocide du peuple anglais, que les historiens propagandistes pro-normands/anti-anglais appellent les « Anglo-Saxons ». Cela a entraîné l’exil de milliers de ses habitants, notamment de sa lignée royale à Kiev et de nombre de ses nobles à Constantinople.

Il y a eu une résistance anglaise au pied bot des Normands féodaux, envoyés avec les encouragements du pape de Rome depuis le sommet de la pyramide féodale, et accompagnés par des prêteurs de Rouen, des Juifs, qui n’avaient jamais vécu en Angleterre auparavant. La résistance était menée par des héros folkloriques comme Hereward dans l’est de l’Angleterre et Eadric dans l’ouest de l’Angleterre. Ces chefs folkloriques tentent de répéter l’exploit de défense nationale du roi Alfred, le seul souverain anglais à avoir été appelé « le Grand ». Le fait qu’ils n’aient pas réussi à répéter son exploit, qui consistait à vaincre les Vikings (pirates danois) au neuvième siècle, en vainquant les Vikings (pirates normands) au onzième siècle, n’est guère surprenant. En effet, le dernier roi anglais, Edmund Ironside, l’arrière-arrière-arrière-petit-fils du roi Alfred, avait déjà été assassiné par des Vikings danois (pirates danois) en 1016. Il n’y a pas eu d’autres rois anglais après Edmund en 1016.

Le chef viking Knut (Canute) et trois successeurs étrangers ont succédé à Edmund Ironside, dont le traître mi-normand, mi-danois Edward « le Confesseur », qui a fait construire en 1051 par ses agents normands le premier château d’Angleterre, marquant ainsi le début de « Castle England » (voir ci-dessous). Le Confesseur a été suivi par les Normands, les Français (Plantagenêts), les Gallois (Tudors), les Écossais (Stuarts), les Hollandais (Orange) et les Allemands (Hanovriens/Saxe-Cobourg-Gotha/« Windsor »). Ces peuples sont collectivement connus des Européens non occidentaux sous le nom de « Francs ». En résumé, il n’y a pas eu de roi ou de reine d’Angleterre pendant plus de mille ans, depuis 1016. En effet, à plusieurs reprises, les Gallois, les Écossais et les Irlandais ont également dû, comme les Anglais, supporter ces monarques étrangers, pseudo-anglais.

Une Europe gouvernée par des étrangers

Alors, après cette déviation, quel est le lien avec l’Ukraine ? Nous parlons de tout cela parce que le sort des Anglais n’est qu’un exemple du sort de tous les Européens non russes, à savoir être gouvernés par des « pirates », par des élites étrangères ou allogènes – tout comme dans l’Ukraine d’aujourd’hui. Le symbole le plus visible de la domination et de l’oppression par des élites étrangères reste les châteaux qu’elles ont construits pour opprimer le peuple. De manière significative, depuis les côtes atlantiques du Portugal et de l’Irlande jusqu’aux frontières les plus occidentales de l’Ukraine actuelle (voir la carte sur Google), c’est-à-dire dans toute l’Europe non russe, l’« encastellation » était le signe de l’oppression des peuples d’Europe par des élites pirates. Ainsi, l’Europe non-russe peut visiblement être appelée « l’Europe des châteaux ». Les châteaux, même s’ils sont aujourd’hui en ruines, étaient et sont toujours les camps de concentration, les tours de guet et les symboles de l’élite occidentale féodale, depuis le XIe siècle.

À la fin de cette ère féodale, la pire chose qui soit arrivée à l’Europe des châteaux a été la découverte du Nouveau Monde. C’était la pire des choses, car cela signifiait que la même mentalité de conquête (par exemple, les « Conquistadors ») était adoptée sans opposition outre-mer, afin d’y asservir encore plus de peuples et de projeter sur eux la piraterie que l’Europe des châteaux avait à offrir. Mais le pire était à venir. Au vingtième siècle, la colonie la plus riche et la plus puissante du Nouveau Monde, tout comme l’« Europe des châteaux », a génocidé ses peuples indigènes, qu’elle a appelés « sauvages », comme s’il s’agissait d’animaux sauvages, afin d’exploiter leurs ressources naturelles. Après avoir envoyé les survivants dans des camps de concentration, qu’elle a appelés « réserves », gardés par des châteaux, qu’elle a appelés « forts », elle est revenue pour envahir l’« Europe des châteaux », la dominer et la hanter.

C’est ainsi qu’aujourd’hui, partout dans l’« Europe des châteaux », des drapeaux ukrainiens flottent sur les tours des châteaux médiévaux et sur d’autres bâtiments, y compris les « églises », qui ressemblent souvent à des mini-châteaux. Pourquoi ? Parce que les élites pirates de l’« Europe des châteaux », nommées par les États-Unis, l’ont ordonné, car pour elles, l’Ukraine est leur « réserve » privée, c’est-à-dire leur propre camp de concentration. En d’autres termes, l’« Europe des châteaux » est toujours dirigée par une élite étrangère et nommée par les étrangers, comme avant. Ses nouveaux châteaux sont appelés « bases » et « camps », par exemple la « base aérienne de Ramstein » en Allemagne ou le « camp Bondsteel » au Kosovo. C’est la même chose. Nous sommes passés de l’Europe féodale (normande/franque) à l’Europe néo-féodale (américaine). Et « féodal » se traduit dans le langage moderne par « néon », « néolibéral » ou simplement, pour les Russes surtout, « nazi ». C’est pourquoi nous voyons clairement que la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine conduiront inévitablement, à terme, à la démilitarisation et à la dénazification de l’Europe non russe, c’est-à-dire de l’Europe des châteaux.

Conclusion : La dénazification comme libération politique, économique et idéologique

« Et si elle te demande pourquoi, tu peux lui dire que je t’ai dit que j’en ai assez des châteaux dans les airs.
J’ai un rêve que je veux que le monde partage,
Et les murs des châteaux ne font que me conduire au désespoir. »

(Don McLean, « Castles in the Air », 1970)

Dans les semaines et les mois à venir, nous pourrions bien voir des troupes russes à Kiev. Mais les verrons-nous à Berlin, Vienne, Paris (ces trois-là pour la deuxième fois), Rome, Madrid et Londres (ces trois-là pour la première fois) ? C’est très peu probable, et certainement pas si la population locale ne le souhaite pas. La Russie ne va pas sacrifier ses soldats (une fois de plus) pour des Européens gâtés. Car ce n’est pas la guerre militaire qui entraînera la dénazification de l’Europe des châteaux, mais la guerre politique, idéologique et économique. Cette catastrophe imminente, qui, en ces jours d’été étouffants, effraie déjà surtout l’Allemagne et l’Italie, est peut-être la seule chose qui puisse ramener l’Europe des Châteaux à la raison.

En d’autres termes, l’Europe des Châteaux ne sera pas dénazifiée par les armes, mais par les politiques, l’argent et les idées. Malheureusement, cela ne sera pas possible tant que l’Europe des châteaux ne commencera pas à souffrir de son élite de pirates étrangers, puis à la renverser. l’« Europe des châteaux » est l’Europe qui est occupée par des ruines, les châteaux de son esprit en ruine. La dénazification est l’occasion pour tous les peuples de l’« Europe des châteaux » de cesser d’imiter les Américains et de redevenir eux-mêmes, comme ils l’étaient avant que l’Europe néo-féodale ne soit importée du Nouveau Monde au siècle dernier. C’est l’occasion pour les Européens de rejeter les envahisseurs américains de l’autre côté de l’océan et de commencer la dé-macdonaldisation et la dé-disneyisation de l’Europe.

Plus radicalement encore, littéralement radicalement, la dénazification est l’occasion pour tous les peuples de l’« Europe des châteaux » de retrouver leur identité, de retourner à leurs racines ethniques au-delà de l’« Europe des châteaux », au-delà de la domination d’élites étrangères. C’est l’occasion pour les Britanniques de redevenir Anglais, pour les Français de redevenir Gaulois, pour les Espagnols de redevenir Mozarabes, pour les Allemands de redevenir Bavarois, Saxons, Souabes et Hessois. C’est une indication de l’orientation radicale future de l’Europe, un retour aux racines, à la liberté, à l’identité. Ce qui a commencé à Marioupol et à Donetsk finira par se terminer à Berlin, Vienne, Paris, Rome, Madrid et Londres. Ce sera la fin de l’escroquerie millénaire, la fin de l’Europe des châteaux et le premier jour de la liberté.

source : The Saker du 30 juillet 2022

traduction Hervé, relu par Wayan, pour Le Saker Francophone

* Batiushka, Batiouchka, батюшка, père, dans le sens respectueux de « mon père », ou affectueux ou amical de « petit père », ou « mon petit père ».

From → divers

Commentaires fermés