Aller au contenu principal

DIVERS : ENTRE LE FAUX MONDE DE L’INVERSION ET LE VRAI MONDE DU RÉEL QUI FAIT MAL

3 avril 2022

Réflexion de François Asselineau :

D’origine ukrainienne, Gogol fut [est encore] l’un des plus grands écrivains russes. Décrivant les mésaventures d’un petit escroc dans l’Empire russe des années 1820, son roman LES ÂMES MORTES est une dénonciation de la médiocrité humaine. C’est un des chefs-d’œuvre de la littérature russe.

😢 LES ÂMES MORTES Les européistes ont fait des civilisations de l’Europe ce que les bolcheviks avaient fait de la Russie ou les maoïstes de la Chine : une société totalitaire, liberticide, inefficace, bête, méchante et ridicule, dont on a détruit l’âme, l’intelligence et l’humanité.

*

Réflexion d’Alice Po’i — AlicePolyanska

La commissaire européenne Margrethe Vestager a conseillé que les Européens et leurs enfants ne prennent pas de longues douches pour contrarier la Russie et #Poutine : ❝Chaque fois que vous coupez l’eau, dites: prends ça, Poutine!❞

*

Cela me fait penser à des photographies que l’on m’a montrées ce matin même, où l’on voit deux équipes sportives de ballon que l’on me dit être allemandes, l’une avec un maillot bleu turquoise et jaune clair, et l’autre juste munie de bas de sport et de chaussures et pour le reste intégralement nue.

Je n’ai pas trop compris le « concept ». Glorifier la nation néo-bandériste ukrainienne ? Dénoncer les Russes qui seront réduits à rien ? J’ai même cru voir aussi des nues tout en tombant des nues (mais sans les tomber, je ne sais pas si l’on me suit).

Dans mon esprit il m’a semblé reconnaître quelque chose comme un parfum, des effluves de « Gay Pride ». De quelque manifestation imbécile LGBTXYZ… Ou de quelque action publicitaire mondialiste de Femens. Tiens ! au fait, que deviennent-elles, ces tarées ?

Sans vouloir passer pour un macho, j’aurais quand même envie de constater que les burnettes * de cette bande de pitres mise à nue (comme la mariée du même nom) ne font pas vraiment le poids et seraient inexorablement écrasées en deux secondes par le premier venu des contrées de l’Est. Allez-y don’ vous y frotter !

Décadence, dégénérescence finale de l’Occident. Ils leur manquent quelques bombes sur la tronche pour commencer à réfléchir et qui sait, pour les moins lobotomisés et lobotomisées, par comprendre la réalité du monde.

*___ Burne : mot qui vient probablement du latin classique prunum (neutre), prune, prunelle, ou prunus (féminin comme tous les noms d’arbres) — prounê en grec —, mais féminisé ou reféminisé en pruna. Un des dérivés de pruna est l’ancien provençal brinho (briño ; attesté depuis le XVe siècle) — avec passage de la consonne sourde « p » à la consonne sonore « b » — qui a donné brignon en langue d’oil (premières attestations vers 1600) puis brugnon. Et de fil en aiguille, en se croisant probablement avec le mot « prune », le mot « brune » et par métathèse « burne ». Une autre étymologie, mais plus risquée, plus aléatoire pourrait s’envisager à partir du mot d’ancien-français « brunette / burnette » qui désignait autrefois une étoffe de couleur plus ou moins noire, et de qualité supérieure, réservée aux plus riches et interdites aux moines. Mais le problème est qu’il est difficile de trouver un rapport sémantique entre la « burne » et la « burnette ». (cf. Trésor de la Langue Française et Dictionnaire Godefroy d’Ancien-français). (le petit lexicographe)

From → divers

Commentaires fermés