Aller au contenu principal
Tags

UKRAINE PETIT RAPPEL

22 février 2022

Fait d’après ce que vient de « touiter » Asselineau, avec quelques compléments de moi.

*

La Russie n’est que «pays observateur» des Accords de Minsk, et non «Partie».

Le gouvernement d’Ukraine qui s’était engagée par ces Accords à donner une large autonomie au Donbass russophone a fait tout le contraire et a rompu d’une manière répétée le cessez-le-feu, bombardé, tué non seulement des militaires mais assassiné des civils des républiques de Donetz et de Lougansk.

Il y a un jour ou deux, le gouvernement de Kiev (dont il faut rappeler qu’il est ultra-nationaliste jusqu’à soutenir des milices ouvertement pro-nazies, et est intégralement manipulé par les États-Unis, tandis que le pays est dépecé chaque jour par les mondialistes sur le dos du peuple ukrainien) s’en est pris à un poste frontière russe. La goutte d’eau de trop.

Il faut savoir enfin que l’Otan cherche à intégrer l’Ukraine en son giron en violation des promesses faites à la Russie en 1991.

*

En reconnaissant les deux républiques séparatistes de l’est ukrainien, Poutine ne fait que rendre la pareille à l’OTAN qui a organisé le démembrement de la Yougoslavie (ou du Soudan, etc).


LA FRANCE,QUI A RECONNU LE KOSOVO EN 2008, N’A AUCUNE LEÇON À DONNER !

Le Conseil de Sécurité de l’ONU ne condamnera pas la Fédération de Russie car celle-ci y mettra son veto (peut-être avec celui de la Chine, ce qui n’est pas rien).

Le gouvernement « démocrate » nord-américain va exiger que l’Union Européenne prenne des sanctions contre la Russie.

Mais, elles n’iront pas loin car l’Allemagne ne peut pas se passer du gaz russe qui couvre plus de la moitié de ses besoins (55 % exactement).

*

L’omicron Macron, qui prétendait jouer les caïds de la diplomatie mondiale est humilié comme jamais.

Poutine fait apparaître ce petit larbin de l’oligarchie et de l’Otan pour ce qu’il est : un vaniteux qui se croit plus intelligent que tout le monde alors qu’il tombe dans tous les pièges.

Mais j’ajoute que ce taré et pervers pourrait nous entraîner dans n’importe qu’elle escalade mondialiste. Surtout en ce moment de pré-élection présidentielle.

*

Pré-élection déliquescente de fin de système politique. Je souhaite personnellement qu’il y ait le maximum de candidats qui ne réunissent pas les 500 signatures. Ce système est mort. On apprend même que des élus sont menacés (par qui?) pour ne pas apporter leur signature à l’un ou l’autre des candidats.

Je note également que des « petits candidats » dont on ne sait pas bien à quoi ils servent (enfin, si , cette fois-ci on voit!) comme Artault, Lasalle, Roussel auraient leur compte de parrainages. On voit déjà l’arnaque se pointer. Manipulation encore plus simple que de bourrer les urnes ou de manipuler les résultats officiels. Nous proposer des candidats sans beaucoup d’électeurs potentiels. Laisser la voix libre au petit dictateur et à un ou deux autres fantoches genre Pécresse pour faire « l’arrivé en premier ou en second » du premier tour.

Pour finir, je rappelle en passant que, contrairement à ce que j’ai moi-même reproduit rapidement dans un article, Florian Philippot n’a pas eu qu’une seule et unique signature (qui est le fait d’une sympathique madame le maire partisane du Frexit, pressée d’aider) mais plus de 300 signatures qui étaient en attente d’envoi (comme avait été passée la consigne). Les Patriotes ont suggéré aux élus de reporter leur parrainage sur d’autres candidats. Voilà, où on en est rendu en 2022 en France !

N.B parrainage de 100 élus (de trente départements différents au moins), à l’origine en 1962 ; puis de 500 pour l’élection de 81, puis la publicité des signataires depuis 2017 !

*

Je rappelle aussi que la situation linguistique en Ukraine est très compliquée. Sans parler de diverses minorités (comme celle des Roumains par exemple) il est difficile de parler de langue ukrainienne unifiée, du moins à l’oral. La situation est différente d’une région à l’autre. La seule région vraiment ukrainienne à ce niveau est tout au Nord-Ouest la Galicie (région de Lviv), le premier foyer nationaliste du pays. Tandis que le Sud-Est est russophone. Entre les deux, et sur les marges du pays, il y a toutes les formes de différentiations dialectales possibles entre l’ukrainien et le russe, ou avec une autre langue. L’ukrainien et le russe sont à la base une même langue ; elles se sont « dialectalement » différentiées. Et je ne crois pas me tromper en disant que malgré des efforts officiels, c’est le russe courant unifié qui sert de koiné dans un pays marqué par la diglossie (opposition villes largement russophones et campagnes ukrainophones, mais à différences dialectales marquées).

From → divers

Commentaires fermés