Aller au contenu principal

SURVEILLANCE POST- « VACCINALE »

9 novembre 2021

Source E & R du 7 novembre et autres.

Personnes covido-« vaccinées » : les examens et analyses médicales que vous devriez vous faire faire.

Quelques rappels en préalable.

La « vaccination » à ARN messager consiste à pirater le corps humain et précisément ses cellules afin qu’elles utilisent leur propre machinerie pour fabriquer la protéine S (dite protéine spike, spicule *, une des quatre protéines structurelles de la Covid-19) via l’information de construction que constitue le « fameux » brin d’ARN messager. Il en ressort que la prolifération de la protéine spike dans le corps humain, s’il est parfois contenu et limité, peut dans d’autres cas se répandre dans le corps entier et faire son œuvre qui consiste à s’amarrer aux récepteurs ACE2, entraînant une inflammation des tissus pouvant conduire à la mort.

*

Rappelons que les apprentis sorciers ont fabriqué un produit qui n’est pas un vaccin à proprement parler (virus amoindri ou mort) mais un produit à base d’une protéine spécifique du virus de la Covid-19.

Je me répète, mais il est toujours bon d’insister sur certains sujets, virus qui, comme on s’en doutait depuis le début, mais dont on en a maintenant la confirmation avec le scandale Fauci, est un virus artificiel de type arme bactériologique, bidouillé en une coopération sino-étatsunienne (et aussi peut-être française comme certains l’ont affirmé depuis l’été 2020) au sein d’un laboratoire « de haute sécurité » (de niveau P4 — cadeau empoisonné au Monde « offert » par Chirac à la Chine), mêlant le virus responsable du SRAS-Cov-1 des années 2002-2004 à 135 « adjuvants » — si je me souviens bien de ce que j’ai lu sur plusieurs sites — dont des éléments, des séquences de la malaria et du sida.

*

Le récepteur ACE2 est une enzyme qui aide à réguler la pression sanguine et à lutter contre l’inflammation. Le virus de la Covid-19 se fixant sur le récepteur ACE2, celui-ci ne peut plus jouer son rôle anti-inflammatoire et ouvre la voie à l’enzyme ACE (Angiotensin-converting enzyme) qui active l’inflammation.

La protéine spike du virus de la Covid-19 responsable du SRAS-CoV-2 (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) que fabriquent les cellules ainsi piratées par l’injection appelée « vaccin » conduit dès lors, en cas de développement incontrôlé, à un orage cytokinique, à la pneumonie et au SDRA (syndrome de détresse respiratoire aiguë) avec coagulation, puis à la mort.

Un orage cytokinique est une surproduction de cytokine. Les cytokines sont produites en réponse à des antigènes présents à la surface d’organismes étrangers ou à des molécules considérées comme étrangères par le système immunitaire. Dans le cas présent, l’antigène est la protéine spicule de la Covid-19 responsable du SRAS-Cov-2.

Elles stimulent les cellules chargées du développement des défenses immunitaires. Or, dans ce cas, cela peut entraîner une réaction anormalement vive du système immunitaire. Chez l’homme, ce phénomène semble toucher plus particulièrement les jeunes et les adultes dans la pleine force de l’âge. La sécrétion de cytokines est si brutale et importante qu’au lieu de réguler l’inflammation, elle provoque des défaillances organiques parfois mortelles.

Dans le domaine de l’effort physique (qui n’est qu’un exemple parmi d’autres des conséquences négatives de la « vaccination », un autre domaine particulièrement touché est celui des fœtus, des organes génitaux féminins, et à un degré moindre masculins, du moins de ce que l’on en sait actuellement) il semble, à voir l’hécatombe de décès et autres effets secondaires plus ou moins graves (du moins à courtes échéances, car on ignore de quoi sera fait demain pour eux) parmi le milieu des sportifs tant amateurs que professionnels, jeunes ou moins jeunes, que faire fonctionner son cœur à haut rythme, ou même moins pour certains (on a l’exemple d’au moins un gardien de but qui a été victime d’une crise cardiaque mortelle), est la meilleure chance (ou plus exactement la pire malchance) de déclencher un problème cardiaque à cause, semble-t-il, de micro-thromboses, au niveau du cœur ou ailleurs, sous-jacentes.

Ou d’abaisser considérablement et soudainement les performances physiques. On ne compte plus le nombre de sportifs à travers le monde dit occidental, parfois des équipes entières d’un sport, qui ont dû interrompre leur saison, voir qui sait leur carrière. On a l’exemple, un parmi bien d’autres, du coureur de cent et deux- cents mètres Christophe Lemaitre, forfait aux Jeux olympiques au Japon (jeux qui par ailleurs ne manquaient pas de ridicule). Dans un autre genre, on a l’exemple de cette championne australienne d’équitation « vaccinée » qui va sortir de l’hôpital allégée d’un organe qui semble bien être son utérus ! Que lui est-il arrivé ?

Une source parmi d’autres : https://freedombunker.com/2021/11/08/german-news-agency-compiles-a-list-of-75-european-athletes-who-have-died-suddenly-in-the-past-5-months-since-being-fully-vaccinated-hmmmm/

*

Les taux de présence de l’ACE-2 sont variables suivant les organes. Les personnes vaccinées doivent donc impérativement, même sans présence de symptômes – ce qui est le cas général –, tester certains des paramètres que le Dr Benoît Ochs recommande.** Ayant analysé lui-même ces valeurs chez des dizaines et des dizaines de patients, il confirme de nombreuses anormalités mettant en jeu la vie des patients vaccinés, à court, moyen ou long terme.

La vaccination contre la Covid-19 entraîne donc une nouvelle pathologie sur le plan histologique d’allure rhumatismale avec des lésions qu’on retrouve partout dans le corps. Le Dr Benoît Ochs à l’aide de différentes analyses sanguines a constaté des anomalies qui signent probablement la présence de micro-thromboses.

A l’autopsie apparaissent des lésions disséminées jamais vues, avec une forte infiltration de lymphocytes au niveau des tissus, signant des problèmes inflammatoires disséminés dans le corps, des inflammations rhumatismales, des micro-thromboses d’artères.

Les micro-thromboses dans le corps entraînent des risques à moyen ou long terme. Dans le foie, la régénération est possible, mais pas dans les poumons, où il existe un risque de pression dans les artères pulmonaires et donc d’insuffisance cardio-respiratoire. Quant aux myocardites constatées, souvent soignées dans un premier temps, elles ont un diagnostic à cinq ans défavorable, avec environ 50 % de décès sur un tel terme, selon le Dr Ochs.

Souvent, il n’existe pas de signes cliniques évidents, ce qui ne doit pas dispenser de faire les analyses suivantes recommandées par le Dr Ochs (à noter que les analyses en laboratoire peuvent être faites sans ordonnance du médecin, le prix restant à charge du patient dans ce cas).

D-dimères : les D-dimères sont un produit de la dégradation de la fibrine (élément final de la coagulation sanguine) lors du processus de fibrinolyse. En clair, Les D-dimères sont des fragments de fibrine, la principale composante des caillots sanguins. Les D-dimères apparaissent dans le sang, entre autres, quand des caillots se dissolvent.

La valeur maximum est en général de 500, voire jusqu’à 1000 pour les personnes âgées ou les femmes enceintes. Le Dr Ochs a constaté environ 30 % de patients avec des valeurs très élevées. Les D-dimères peuvent être élevés même plusieurs mois après la vaccination.

CRP : la protéine C réactive est une protéine qui apparaît dans le sang lors d’une inflammation aiguë. En général sa valeur limite est à 5. Le Dr Ochs trouve chez 20 % de ses patients des valeurs très supérieures, parfois jusqu’à 50, 120 ou 180. Ces valeurs très élevées signent en général une situation critique : pneumonie, appendicite, péritonite, etc. Or, dans le cas des patients vaccinés, il n’existe pas toujours de symptômes précis.

CPK : la créatine phosphokinase (CPK) est une enzyme qui existe dans de nombreux organes consommateurs d’énergie. La présence de CPK en quantité anormalement élevée dans le sang permet de mettre en évidence des lésions de ces organes. Chez les patients vaccinés, cette valeur peut être anormalement élevée.

Troponine : la troponine est une substance protéique qui entre dans la constitution des fibres musculaires et régule leur contraction, y compris au niveau du muscle cardiaque. Ici aussi, chez les patients vaccinés, cette valeur peut être anormalement élevée.

Ferritine : le Dr Ochs constate moins fréquemment des valeurs élevées. Cependant des anomalies peuvent être liées à la présence de fer dans le vaccin.

* Du latin spiculum : dard, pointe, petite épine, nommée ainsi car cette protéine possède des sortes de petites pointes tout autour de sa membrane qui lui sert d’élément intrusif

** Le docteur Benoît Ochs est ce médecin généraliste luxembourgeois qui a traité plus de 500 malades du Covid-19 avec le protocole thérapeutique de prise en charge ambulatoire du Professeur Didier Raoult à l’Institut Hospitalier Universitaire Méditerranée Infection de Marseille, et qui est passé en jugement devant le Conseil de discipline de l’Ordre des médecins, pour n’avoir pas respecté les protocoles de soin (c’est-à-dire l’absence comme en France de traitement efficients) imposés par le ministère de la santé luxembourgeois et avoir publiquement (et sur les réseaux sociaux) dénoncé ces protocoles de l’inaction criminelle. Il a été suspendu, en juin 2021, pour une année ! Bien fait ! Le salaud a soigné des malades, qui plus est efficacement, quelle honte ! Hou !

Il s’exprime ici dans le n° 15 de Science en conscience de Jérémie Mercier, pour ReinfoCovid,en date du 4 novembre courant : Analyses sanguines post-injection : l’inquiétude grandit

https://www.jeremie-mercier.com/blog/

https://www.jeremie-mercier.com/inquietude-analyses-post-injections/

From → divers

Commentaires fermés