Aller au contenu principal

QUAND LE TRON PREND SON PIED

18 février 2021

L’ancien secrétaire d’Etat et maire UMP de Draveil, Georges Tron, aurait profité de séances de massage de pieds [sic] qu’il proposait à ses collaboratrices pour leur imposer des attouchements et des pénétrations digitales [resic]. Les faits auraient régulièrement eu lieu lors de scènes de « triolisme » avec son adjointe Brigitte Gruel. (les gazettes)

Finalement accusé de viol en réunion et d’agression sexuelle dès 2011, par deux anciennes collaboratrices, il vient de prendre – après une affaire précédemment close en 2013 – cinq ans de prison en appel dont trois fermes.

« Des pénétrations digitales, » ce sont étonnés certains ! Aurait-il mis sa clé usb dans la fente d’un ordinateur qui ne lui appartenait pas ?

L’une des deux plaintes n’a cependant pas été retenue « faute de preuves d’absence de consentement. »

Donc apparemment il serait licite de forniquer dans les locaux d’une mairie tant qu’il y a « consentement ».

Voilà le Tron au trou – non, non, pas le même, un autre – après avoir confondu un pied – tout en prenant le sien – avec ce qui ne se faisait pas.

Mais de la taule, fera-t-il pour de vrai ou pour du beurre ?

From → divers

Commentaires fermés