Aller au contenu principal

PARIS RACAILLE

29 juillet 2020

(sur l’air bien connu de Léo Ferré)

Paroles dédiées au Parisien (le canard régional de moins en moins lu ou même connu) qui ces jours derniers s’est alarmé de ce que la populace des « réseaux sociaux » fantasme sur Bill Gates, lui donnant la parole sans aucune retenue (pour un chèque de combien ?) ; bien qu’il y a tant et plus de preuves de ses méfaits depuis des années à travers le monde ; et de ses ambitions eugénistes suprémacistes et de contrôle physique et mental de l’humanité par des nano-puces. Ce qu’ont bien compris les « plus hauts lieux » les moins pourris des sociétés et les milieux sensés de la science et de la technologie de pointe.

Voir ce que la loi sur la « bio-éthique » en discussion actuellement (et en catimini) au Parlement nous réserve déjà !

*

Paris marlou
Aux yeux de guigne
Ton air chelou
De vieille indigne
Et tes propos
Valant trois ronds
Loin des gogos
Te fait marron.

*
Tes gigolos
Jouant des gambilles
Quand le gros lot
File escarbilles
Mais qu’au Sénat
Ou à Bourbon
Un mécénat
Crie : Tenons-bon !

*
De la mairie
À l’Élysée
C’est la frairie
Toute enlisée
Des rigolos
À gueule en plomb
Sonnant grelots
Avec aplomb

*
Paris bandit
Dans tes palais
Tu nous brandis
Toujours plus laids
De tes deux mains
Sans rémission
Nos lendemains
De soumission.

*
Que la canaille
Règne aux faubourgs
Que plus rien n’aille
Sauf à rebours
Tu t’en contentes
De déraison
Elle est patente
Votre liaison.

*
Paris mamours
Nés des clandés
Par les balourds
Sont demandés
Ces consanguins
D’exhibition
Qui font leurs gains
Sur la nation.

*

Alors encor
À hue à dia
Au son du cor
Tous les media
Font populo
Et sans façon
Roi du complot
Mais sans Maçons.

*
Or tous ces gueux
Qui vous nourrissent
Des pas dégueux
Ils se hérissent
De la samba
De dérision
Qui danse en bas
De vos visions.

*

Paris marlou
Aux yeux de guigne
Ton air chelou
De vieille indigne
Fait tout de go
Comme d’un don
Des Parigoths*
De beaux dindons.

*

* sic

From → divers

Commentaires fermés