Aller au contenu principal

ITALIE : UN DÉCONFINEMENT PROGRESSIF EN VOIE DE DÉCONFITURE ?

27 avril 2020

On m’écrit depuis l’Italie que la quarantaine, ou le confinement comme on dit de nos jours, que le gouvernement italien a convenu de lever officiellement le 4 mai, ne va être nullement levée, si les mots ont encore un sens.

Qu’on en juge :

1 – Les personnes pourront sortir pour aller dans des magasins, seuls et en portant des masques avant de rentrer chez eux (s’ils ont un chez-eux).

Quid des personnes, âgées en particulier ou handicapées, qui habituellement se font aider, ou des personnes qui sortent à deux pour pouvoir tout ramener chez elles à pied ou en voiture… ou en transports en commun ?

Qu’en est-il d’ailleurs des masques ? Je ne sais de quels masques il s’agit. N’importe lesquels ? Sanitaires ? En tissu ? Bricolés chez soi ? Ou « grand public » comme dit Macron l’abruti ? Étant entendu que personne ne sait ce qu’est un « masque grand public ». Sans doute un masque bas de gamme ne correspondant pas à celui qu’il utilise à l’occasion pour narguer ceux qui n’en ont pas, ou par trouille.

Au fait que ne dit-on pas, en France du moins, sur le voile islamique, qui n’est qu’une sorte de fichu porté par nos mères ou grands-mères du temps où sortir « en cheveux » ( i.e. nue tête) n’était pas accepté par les mœurs du temps (tant pour les hommes que pour les femmes d’ailleurs). Voilà que l’on fait pire – si l’on peut dire – que le voile « coranique », avec ces masques coronaïques qui cachent tout le bas du visage, comme du temps des bandits de grand chemin.

Mais parfois leur confluence peut conférer un beau brin de mystère, comme ici sous une triple protection conjuguant « voile coranique », « masque coronaïque » et… « croix chrétienne » :

01

© AFP 2020 Haidar Hamdani – Une femme portant un masque de protection dans la ville irakienne sacrée de Najaf.

2 – Un petit semblant de « liberté ». Une mesure qui concerne essentiellement les plus jeunes et les sportifs : les gens pourront « faire du jogging », mais seuls et en portant des masques, dans un rayon de deux kilomètres autour de leur domicile. J’ignore sur quelle durée journalière. De même en est-il de la marche à pied ou du « droit » de se reposer ou de penser sur un banc, mais également avec un masque, seul et à distance. Étant entendu que les maires peuvent fermer les parcs ; dans ce cas, sortir où dans les villes ? Sur les trottoirs et le macadam largement « libéré » quant à lui ?! Je suppose que l’on peut également sortir les animaux de compagnie. Cette mesure finalement, et je le répète après d’autres, ressemble étrangement au droit du prisonnier de tourner en rond une petite heure dans la cour de sa prison, puis de rejoindre sa cellule pour l’essentiel de son temps.

En France tous les gens qui vivent sous le même toit, donc qui peuvent s’entre-contaminer, peuvent sortir ensemble. Il ne sera rien pour l’instant en Italie.

Quid de cette mesure pour les gens qui ne vivent pas dans les grandes cités, à la campagne, à la montagne, à la mer, près d’une forêt ou d’un lac, etc. et avant tout dans des lieux de faible ou très faible densité de population (bien inférieure à celle d’une queue devant un grand magasin) qui leur interdit de se balader le temps qu’ils veulent et où ils l’entendent, à l’écart de leurs semblables ?

3 Pour ce qui est des relations sociales courantes, seuls auront le droit de sortir, les citoyens italiens qui pourront apporter la preuve qu’ils se rendent chez des parents en ligne directe (tous n’en ont pas). Aucun droit tribal (cousins et autres) ; ni amical, ni amoureux non légalisé pour qui que ce soit, tant pour les « de souche » que pour les étrangers (légalement ou illégalement dans le pays). Enfin, j’ai cru lire que ça « ouinssait » – comme on dit par chez moi – pas content, du côté du clergé italien. Qu’en dit le Papa ? A-t-il reçu l’assurance divine que tout se passerait bien coronavirussement parlant ?

IMG-20200426-WA0002

4 – Étant entendu que pour l’instant, de toute façon, les autochtones ne pourront pas sortir de leur région. Les lombards en Lombardie, les vénètes en Vénétie, les toscans en Toscane… et le Pape tout seul sur une place Saint Pierre vide.

Quid des Italiens qui ont de la famille à l’autre bout du pays… ou à l’étranger. Et des étrangers retenus de force par les événements en Italie ?

 

From → divers

Commentaires fermés