Aller au contenu principal

QUELQUES INFORMATIONS EN VRAC À PROPOS DE LA « POLITIQUE SANITAIRE » TOTALITAIRE, BARBARE, ANTHROPOPHOBE

10 avril 2020

I

Santé, c’est l’État qui décide pour vous! Claire Severac et Nicole Delépine

repris par Jacques Buffet 28 mars 2020

Nous vous proposons de revoir cette vidéo de 2015, qui prédit ce que nous vivons aujourd’hui. Rappelons que le croque-mort qui nous présente tous les soirs sur les chaînes mainstream le bilan de la journée était entre 2013 et 2015 le conseiller sanitaire de cette Marysol Touraine, et qu’il n’a pas quitté le ministère de la santé depuis.

 

Claire Séverac (9/4/1948 – sauf erreur 25/12/2016) est une femme qui a longtemps été dans le domaine de la chanson en France et aux États-Unis en tant que parolière, mais aussi d’interprète,(elle est connue par exemple pour avoir écrit la reprise anglaise des chansons les plus connues d’Edith Piaf et Georges Brassens) puis qui s’est tournée vers l’écriture de quelques livres aux éditions du Rocher du genre grand public, sur des « vedettes de la chanson » par exemple ; puis qui a fini par écrire trois livres qui l’ont amenée à faire beaucoup de conférences ; livres qui ont pour titre : – Complot Mondial contre la santé (au moins deux éditions en 2010 et 2012), – (avec Sylvie Simon, 1927-2013) La coupe est pleine : nos enfants sont plus précieux que le CAC 40 (2012), – La guerre secrète contre les peuples : ne leur pardonnez pas, ils savent ce qu’ils font (2015). Elle est morte d’un cancer des voies digestives qui l’a emportée en quatre mois, persuadée d’avoir été empoisonnée lors de l’une de ses conférences avec une substance du genre polonium 210. On la connaît également pour avoir soutenu les victimes de la vaccination contre le papillomavirus virus à ADN sexuellement transmissible (Gardasil et Cervarix),

II

EUTHANASIE

Rappelez-vous le précédent de l’Affaire Vincent Lambert, et le rôle joué par l’État («Gouvernement» et «Justice») pour l’euthanasier de gré ou de force.

« Je me suis dit que j’avais du mal comprendre. Je cherche confirmations sur les sites professionnels et j’en trouve facilement. Ils font état de la prise en injection de Rivotril dans les Ephad, qui vise à tuer les patients avant qu’ils ne soient transportés pour mourir en hôpital et ainsi en éviter l’engorgement. On les achève par voie injectable, parce qu’il n’y a plus de place et de respirateurs. » (in COVID-19 : LES VIEUX SACRIFIÉS, Sur Le Media (YouTube) de Denis Robert du 8 avril 2020

Le décret sur le Rivotril est-il une légalisation de l’euthanasie ?

Tout sauf la chloroquine ?

E&R mercredi 8 avril 2020

Tout se passe comme si le gouvernement avait choisi de « terminer » les vieux dans les Ephad, afin de ne pas les envoyer dans des hôpitaux manquant cruellement de lits en réanimation, mais aussi de respirateurs. En permettant et encourageant la prescription du Rivotril pour les personnes âgées et dépendantes, le gouvernement semble avoir choisi l’option de l’euthanasie non dite, sous couvert d’accompagnement dans la fin de vie, de gestion de la douleur. Sans consentement du patient, ni de la famille, qui n’aura pas eu son mot à dire, n’aura plus revu l’un des siens et n’aura pu assister à son enterrement. Compte tenu du cynisme de la situation, on peut se demander si c’est là un effet collatéral du refus de la chloroquine promue par le professeur Raoult, ou si les deux ne procèdent pas de la même volonté.

 

 

 

 

 

 

III

Mardi 07 avril 2020 13:23

Coronavirus. Davantage de chlore dans votre eau potable ? On [sic] vous explique pourquoi

 

L’eau de votre robinet a peut-être un petit goût de chlore actuellement. Rien de bien surprenant. Plusieurs fournisseurs ont répondu favorablement aux préconisations des Agences régionales de santé.© Thomas BREGARDIS / Ouest-France

Au goût et à l’odeur, l’eau de votre robinet vous semble peut-être plus chlorée qu’à l’accoutumée depuis le début de l’épidémie de Covid-19 en France. C’est une réalité dans bien des cas. Explications.

Une petite odeur persistante de chlore à la sortie du robinet ? Un goût plus prononcé à la dégustation ? Des mains et une peau plus sèche ? Non, vos sens particulièrement en éveil actuellement ne vous trahissent pas. Face à l’épidémie de coronavirus qui sévit en France, de nombreux gestionnaires de l’approvisionnement en eau potable ont répondu à l’appel des Agences régionales de santé leur demandant d’élever le taux de chlore, de 0,3 mg/l et 0,5 mg/l en sortie de station de traitement.

L’eau reste plus longtemps dans certaines canalisations

Partout en France, nos professionnels sont organisés pour assurer la continuité des services essentiels de l’eau, en lien direct avec les autorités sanitaires. L’eau du robinet peut donc être consommée en toute confiance, indique d’ailleurs le Centre d’information sur l’eau. Rappelons d’ailleurs que selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « il n’existe aucune preuve de la survie du coronavirus dans l’eau potable ou les eaux usées ».

Mais revenons-en au chlore. Ce dernier est habituellement présent dans l’eau distribuée aux usagers. Il empêche le développement des bactéries et micro-organismes. Il assure donc la qualité sanitaire de l’eau depuis l’usine de traitement jusqu’à votre robinet. Et donc, oui, dans plusieurs métropoles, sa teneur a augmenté ces derniers jours. C’est le cas à Strasbourg, Toulouse, dans l’Ouest parisien.

Même chose à Rennes, où pas plus tard qu’hier, l’Eau du bassin rennais, qui distribue l’eau potable sur Rennes et sa région, confirmait sur son site internet avoir augmenté son taux de chlore à partir de ses usines de production, ce sur demande là encore de l’Agence Régionale de Santé après les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

L’objectif est de maintenir une désinfection efficace dans le réseau de distribution, alors que l’eau va rester plus longtemps dans certaines canalisations du fait de la baisse de consommation d’eau liée à la baisse de l’activité économique. Le taux de chlore dans les usines peut aller jusqu’au double de la teneur habituelle, est-il indiqué.

Concrètement, à Rennes, cette teneur en chlore a été augmentée à 0,5 mg/L. En temps normal, elle varie entre 0,2 et 0,3 mg/L. À titre de comparaison, dans l’eau des piscines de la Ville de Rennes, la teneur en chlore est en moyenne de 1,3 mg/L, précise toutefois l’Eau du bassin rennais.

Et puis si l’augmentation du taux de chlore ne détériore en rien sa potabilité, il existe en outre de petits trucs pour faire disparaître odeur et goût. Le plus simple consiste à verser l’eau du robinet dans une carafe ouverte et de laisser reposer quelques heures. Le taux de chlore va alors fortement diminuer. Le passage dans une carafe équipée d’un filtre peut aussi y contribuer.

Et les boues des stations d’épuration ?

On l’a rappelé, il n’existe aucune preuve, selon l’OMS de la survie du coronavirus dans l’eau potable ou les eaux usées. Sur les boues des stations d’épuration produites pendant l’épidémie de Covid-19, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a toutefois tenu à répondre il y a quelques jours à des interrogations qui subsistaient. Plus de 70 % des boues issues des stations de traitement des eaux usées sont utilisées en agriculture, dans le but d’apporter aux sols de la matière organique et des éléments fertilisants comme de l’azote et du phosphore.

Alors qu’a répondu l’Anses ? Elle considère que le risque de contamination par le SARS-CoV-2 comme faible à négligeable pour les boues ayant subi un traitement hygiénisant conforme à la réglementation. À savoir un compostage, un séchage thermique, ou un chaulage. Aucun risque donc selon l’agence sanitaire.

Et si les boues devaient être étendues sans plus de précaution ? Au vu des données actuellement disponibles, il n’est pas possible de définir avec précision le niveau de contamination pour les boues non traitées, ni de préciser une période de stockage au-delà de laquelle le virus serait inactivé, indique en revanche l’Anses.

Ouest-France

* * *

Plus de chlore et après ? Cela me fait penser à cette idée de fou, avancée sauf erreur par Oppenheimer et / ou Einstein lors de la Seconde guerre mondiale, d’introduire des produits radioactifs dans les réserves d’eau potable des Allemands.

IV

20 Minutes avec AFP

Publié le 08/04/20

Coronavirus : Le Covid-19 semble frapper démesurément les Noirs aux Etats-Unis

ETATS-UNIS En pleine épidémie, il manque encore des études rigoureuses et de dimension nationale, mais il est avéré que les quartiers pauvres et noirs ont moins de médecins, des hôpitaux de moindre qualité et des couvertures médicales inférieures

«Nous savons que les Noirs sont plus susceptibles d’avoir du diabète, des maladies du cœur et des poumons», des maladies qui augmentent le risque de complications du Covid-19, a déclaré le médecin en chef des Etats-Unis, Jerome Adams. — Alex Brandon/AP/SIPA

Dans plusieurs régions des États-Unis, le Covid-19 tue de façon disproportionnée.

En Louisiane, 70% des morts étaient Noirs

L’Etat de New York, plus gros foyer américain de l’épidémie, ne publie pas de statistiques par ce que les Américains appellent «race» et ethnicité (Noir, Blanc, Asiatique, Hispanique…), une composante qui fait habituellement partie du paysage statistique aux Etats-Unis pour tous les domaines, de l’économie à l’éducation et la santé, et apparaît sur les formulaires de recensement.

Mais d’autres juridictions ont choisi de publier des chiffres qui sont alarmants: dans l’Illinois, les Noirs représentent 14% de la population mais 42% des décès de l’épidémie. A Chicago, c’est 72% des morts, alors qu’ils représentent moins d’un tiers des habitants: des disparités qui «coupent le souffle», a dit la maire de la ville, Lori Lightfoot.

A Washington, 13 des 22 morts étaient Noirs. «J’ai très peur de l’impact disproportionné que ce virus aura sur les Afro-Américains», a dit mardi la maire de la capitale américaine, Muriel Bowser, sur MSNBC. En Caroline du Nord, 31% des morts étaient Noirs, contre 22% de la population. En Louisiane, où se trouve La Nouvelle-Orléans, la disproportion est plus grande encore: 33% des habitants sont Noirs mais 70% des morts l’étaient.

Les patients noirs se voient prescrire moins d’examens

«Nous savons que les Noirs sont plus susceptibles d’avoir du diabète, des maladies du cœur et des poumons», a dit mardi le médecin en chef des Etats-Unis, Jerome Adams, sur CBS. Or ces maladies augmentent le risque de complications du Covid-19; les expériences chinoise et européenne l’ont montré.

Lui-même Noir, Jerome Adams a parlé de ses propres problèmes de santé pour illustrer le problème qui affecte sa communauté. «Je l’ai déjà dit, je fais moi-même de l’hypertension. J’ai une maladie du cœur et j’ai déjà passé une semaine en réanimation à cause d’un problème cardiaque. Je fais de l’asthme et je suis pré-diabétique. J’illustre ce que c’est de grandir pauvre et noir en Amérique».

En pleine épidémie, il manque encore des études rigoureuses et de dimension nationale. Mais il est avéré que les quartiers pauvres et noirs ont moins de médecins et des hôpitaux de moindre qualité. Que les couvertures médicales des emplois de service sont inférieures à d’autres emplois mieux rémunérés. Un phénomène a aussi été documenté, dans lequel les patients noirs se voient prescrire moins d’examens et de consultations avec des spécialistes que les blancs.

«Beaucoup d’Américains noirs n’ont pas le privilège de pouvoir se confiner»

Georges Benjamin, président de l’Association américaine de santé publique (APHA), explique aussi à l’AFP que les Noirs, aux Etats-Unis, sont plus exposés au coronavirus que des populations plus aisées, dans leur vie quotidienne ou leur travail. «Cette population fait plus face au grand public», dit-il. «Ils sont plus souvent chauffeurs de bus, ils prennent plus les transports en commun, ils travaillent plus dans les maisons de retraite, les magasins et les supermarchés.»

La distanciation sociale est plus compliquée lorsqu’on habite des quartiers plus denses, des logements plus petits. Quant au télétravail, il est souvent impossible, en raison des types d’emplois. Et se faire livrer des courses à domicile est souvent un luxe. «Beaucoup d’Américains noirs et d’autres communautés de couleur n’ont pas le privilège de pouvoir se confiner à la maison», ont écrit des centaines de médecins et l’organisation de défense des minorités Lawyers’ Committee for Civil Rights Under Law, dans une lettre au secrétaire américain à la Santé.

La situation des minorités ethniques concerne tout le monde, insiste Ebony Hilton, anesthésiste au centre médical de l’université de Virginie, contrairement aux autres problèmes de santé. «Ces travailleurs infectés vont aller au supermarché, et quand les classes les plus aisées d’Amérique iront faire leurs courses, ils seront infectés», dit-elle à l’AFP.

Ici et là, les témoignages se multiplient sur la moindre accessibilité de sites de dépistage dans les quartiers pauvres que les quartiers riches. Le groupe ci-dessus a sommé les autorités sanitaires fédérales de «publier immédiatement des données ethniques et raciales» sur le dépistage et la prévalence du Covid-19, afin de déterminer où des moyens supplémentaires doivent être envoyés. Les Centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC) collectent déjà ces informations, écrit le groupe, mais n’a fait que publier des statistiques par âge.

V

Cor-arnaque

philippe jandrok 7 avr. 2020

Impertinence, humour, un autre regard sur l’actualité… Le texte de cette vidéo se trouve : https://cogiito.com/a-la-une/coronavi… fréquence Corps Ona = 49117,908312 hz 16777,00001 hz Cette vidéo est un pur divertissement, elle ne donne aucun conseil médical, parle de choses certainement imaginaires sur une situation actuelle. Chacun se fera sa propre opinion. Merci de votre compréhension Rudolf Steiner : Virus et électrification de la Terre: https://youtu.be/jh1T4c3wP8I Dernières infos du Dr Cheng à Shanghaï : https://youtu.be/cwEK7DbYnfk Témoignage d’un français sur l’absence de contrôle sanitaire dans les aéroports : https://youtu.be/sV-QsX8n5ao contact : contact@cogiito.com site : http://www.cogiito.com

N.B. La vidéo n’entre vraiment dans le vif du sujet qu’au bout de quelques minutes

 

 

From → divers

Commentaires fermés