Aller au contenu principal

BILLET DU JOUR

28 mars 2020

 

Si j’ai bien suivi, mais tout se bouscule en ce moment et l’Histoire s’accélère, hier, 27 mars, le Conseil européen par visioconférence, s’est terminé par un échec. Le premier ministre italien Giuseppe Conte a refusé de signer le PV de réunion et a donné dix jours à l’Union européenne pour se reprendre et mettre en place des mesures d’aide face aux conséquences du coronavirus.

Le journal italien Il Fatto Quotidiano a titré : « Conte dit à une Europe morte d’aller se faire foutre ». Conte (pourtant européiste) a déclaré : « Si l’UE ne se met pas d’accord, le projet européen est terminé ».

Hier également, à l’issue de cette réunion à distance, Antonio Costa, chef du gouvernement portugais, face au discours (comme lors de la crise financière de 2008) des néerlandais refusant de mutualiser les dettes des États consécutives au tsunami du coronavirus, a déclaré : « Ce discours est répugnant dans le cadre de l’UE, c’est vraiment le mot « répugnant ». Ce type de réponse est d’une inconscience absolue et cette mesquinerie récurrente mine totalement ce qui fait l’esprit de l’Union européenne et représente une menace pour l’avenir de l’Union européenne. Personne n’est disposé à entendre à nouveau des ministres des Finances néerlandais comme ceux que nous avons entendus en 2008 et dans les années qui ont suivi. »

En clair, après l’humiliation européo-mondialiste faite aux Grecs et la destruction programmée par l’euro de leur pays ; après le départ à point nommé du Royaume Uni ; après la volonté toute récente de faire entrer l’Albanie au sein de l’Union Euréenne, pour ne parler que de lui, pays tenu par des maffias comme au Kosovo ; et tout pendant que divers pays de l’Est européen n’ont que faire de l’Union européenne, si ce n’est pour en soutirer des aides tout en tournant le dos aux propres entreprises européennes ; la partie occidentale semble se briser (disons pour schématiser) entre les pays du Nord marqués par l’idéologie capitaliste protestante (Néerland et Allemagne en tête) et les pays du Sud (Italie et Portugal), catholiques et latins.

Pouvoir extrême du coronavirus qui fait éclater les prétendues solidarité et force européennes. Et qui met sur la place publique, sur l’agora (hellenité), sur le forum (romanité), les préjugés nordiques concernant le farniente sud-européen et méditerranéen. Pendant que Macron, à la ramasse, continue de clamer : Tous unis ! Solidarité ! Le pignouf…

Solide hilarité oui, plutôt. Ou solide déconfiture !

Inanité de ladite Union Européenne confirmée par les faits !

From → divers

Commentaires fermés