Aller au contenu principal

LES VERTUS DE L’ÉLECTRONIQUE, OU LE PARADOXE DE GRIVOIS

18 février 2020

Le Paradoxe de Grivois s’énonce en une seule phrase :

IL FAUT ÊTRE BIEN C.N POUR SE MÉDIATISER LA B.TE

*

Tiens ! en passant : quelques propos tenus par le génie concernant les élections municipales de Paris :

« C’est pas la cantonale de Vesoul ! Vous croyez quoi, qu’on tricote ? »

« Qui tient Bournazel [élu parisien, membre d’Agir, la droite constructive, sic] par les c… depuis le début, si ce n’est moi ?

« Il y a un abruti chaque jour qui dit qu’il veut être maire de Paris. »

Ou d’« un proche » de Grivois (cf. les gazettes) à propos du « candidat rebelle » du macronisme, Villani, l’excentrique bobo et professeur Tournesol de la politique :

« Le problème c’est que seul un psychologue peut le gérer. Il se prend pour une star, mais il faut arrêter ! Les filles ne se mettent pas non plus nues devant lui en espérant une caresse. »

On jugera de la hauteur des bas – pardon, des débats !

Second paradoxe : Tout en étant un mediacon desdits réseaux sociaux, Grivois n’en sera pourtant jamais un pour Paris, du moins tel qu’on l’entendait autrefois : un remède, une potion magique. Un homme de média-scion, peut-être, sans doute, mais pas plus.

From → divers

Commentaires fermés