Aller au contenu principal

QUELQUES PENSÉES NIESCHIENNES *

30 novembre 2019

D’un certain Félix Niesche (1955…)

 

*

§. Ce monde n’est que pourriture, gouverné par la pourriture. Les attaques ad hominem ne sont pas seulement justifiées mais nécessaires. Ne pas voir ça c’est être un animal de basse-cour, fait pour la Ferme des animaux et le gouvernement des Porcs.

Il faut lire ceci calmement, c’est écrit sans véhémence, c’est un constat philosophique, pas une diatribe exacerbée.

§. Mes amis.
Où sont-ils ?

§. Si encore, on pouvait dire, comme dans la caverne de Platon, qu’il y a ceux, pauvres esclaves, qui n’aperçoivent que les apparences des choses, sans en connaître l’essence, et que nous, esprits éclairés, nous verrions la réalité ultime, non plus l’apparaître mais l’Être !

Mais il ne s’agit pas du tout de ça !

Il ne s’agit pas de Platon, mais de Hegel !

Ce ne sont pas les ombres sur le mur de la prison mondaine qui sont la fausseté même, ce sont les prisonniers eux-mêmes, qui sont devenus des fantoches. […]

§. Nous sommes dans la béance d’un cycle historique qui creuse sa propre tombe, et qui attend son cadavre.

§. On a détruit l’immémoriale Tradition au nom du Progrès. Puis on a dénaturé le Progrès.

Les réformes sont des contre-réformes, l’antiracisme un racisme, le féminisme une pornographie…

§. L’Absurde est passé de l’état de principe de philosophie existentialiste à raison d’État.

 

From → divers

Commentaires fermés