Aller au contenu principal

FLAVIE FLAMENT – L‘AUTO-PANÉGYRIQUE D’UNE VIOLÉE TRÈS IMPROBABLE

19 novembre 2019

 

Hier je disais que le succès de Flavie Flament (du moins ce qu’elle entend, elle, et la masse des gens, par succès) était fait d’un mélange de sexe et de séduction depuis le début de son adolescence. Et j’ajoutais : «  tout à l’opposé d’une sainte Nitouche et vierge effarouchée ».

Reprenant la lecture de La Consolation je suis tombé sur un passage que j’avais complètement oublié, qui décrit un personnage insensé, imbu de sa petite personne, parfaitement narcissique, et je dirais aussi quelque peu pervers, déjà.

Passage qui corrobore parfaitement ce que j’ai voulu exprimer et qui n’était absolument pas excessif de ma part. Il suffit de lire, à suivre, ces quelques lignes d’autoérotisme (si l’on peut dire) mais finalement sans grand amour-propre, décence ou simple soupçon d’humilité ou de conscience, que l’on rencontre aux pages 136 et 137 (du moins de l’édition que j’ai sous les yeux, qui est de décembre 2016).

Cela se situe juste avant que la « traumatisée mémorielle », qui, répétons-le, à l’époque est déjà censée avoir été « violée » (sic), ne se fasse peloter les seins dans un ascenseur tahitien. Je m’abstiens de toute autre remarque.

Quelle mascarade que cette Poupette !

*

Si t’as été à Tahiti

Au choix :

Par Paola (19 ?? – 2010)

https://www.youtube.com/watch?v=TuGZe9_JIeA

Par Lisette Jambel (1921 – 1976)

https://www.youtube.com/watch?v=3bI0SpmJNj0

Par Albert de Paname (1949 – )

https://www.youtube.com/watch?v=O8dGSMWGfLQ

From → divers

Commentaires fermés