Aller au contenu principal

ONZE SEPTEMBRE, CANCERS ET BOMBINETTES

9 septembre 2019

Le onze septembre, on y est dans deux jours. Tout le monde a en tête le onze septembre 2001, moins de gens savent que le 11 septembre 1973 est le jour du coup d’État de Pinochet au Chili et de l’assassinat du président de la République Allende, fomenté par la CIA.

Mais revenons au onze septembre 2001.

Je viens de lire dans la presse de ce jour que l’on ne compte plus les victimes collatérales, comme dirait l’autre, des « événements » du 11 septembre 2001 au World Trade Center de New-York : on note ainsi qu’un nombre conséquent de personnes, dont des pompiers, qui se sont trouvés sur les lieux au moment des chutes programmées des trois tours, ou dans les jours qui ont suivi, meurent encore, et dans un pourcentage important, de divers cancers.

La cause en serait l’inhalation plus ou moins prolongée du nuage toxique qui a suivi la destruction des trois tours.

Tout d’abord je rappelle que ces trois tours ne sont absolument pas tombées à la suite d’un quelconque attentat terroriste mais d’une destruction programmée par explosifs très puissants.

Aucun avion ne s’est jamais fracassé contre les tours, et quand bien il s’y soit fracassé, il aurait été bien incapable de provoquer quoi que ce soit de si radical à ces tours, et certainement pas un incendie qui aurait eu la capacité de détruire (et ceci d’une manière très ordonnée) l’intégralité des trois tours, qui plus est avec deux avions pour trois tours.

Il est plus que probable que les auteurs de ces attentas, non-islamistes, relevaient de certains éléments de l’État alliés du dit complexe militaro-industriel que l’on pourrait définir, pour faire simple, comme complexe américano-sioniste, ou plus précisément américano-israëlien.

Mais c’est une autre histoire sur laquelle je reviendrai peut-être un jour. Juste à dire que parmi les membres de ce complot il y avait très probablement l’alors vice-président Républicain Dick Cheney.

Je passe sur la mauvaise blague – de djihadistes dont les plus formés étaient à peine capables de piloter des petits « coucous » ; – d’avions aptes à traverser des tours sans se désintégrer dès le choc – ces avions étaient très probablement des hologrammes ; et il faut savoir aussi que le jour de l’attentat fut, comme par hasard, un jour de grandes manœuvres militaires aéronautiques ; – ou encore de passeport de « coupable » retrouvé intact sur le bitume.

Ce ne sont ici que quelques notations parmi des dizaines d’autres qui font que tout esprit sain ne peut que conclure à une conspiration de l’État ou d’une partie de l’État nord-américain, alors sous la houlette des Républicains.

Il en va de même pour cette énorme affaire montée de toute pièce par les services secrets nord-américains à Pearl Harbor et qui a fait entrer les États-Unis dans la Seconde guerre mondiale. Ou encore pour ce triste cinéma hollywoodien des hommes qui auraient prétendu avoir marché sur la Lune. Moi, je ne connais que Tintin, Milou et leurs amis qui ont marché sur la Lune ; et c’est fort heureux! Laissons la Lune à ses mystères et à Pierrot.

Mais pour en revenir à ce nuage toxique, comment ne pas y voir un mélange détonnant (pour ne pas dire détonant) de diverses particules et molécules de très haute toxicité, et parmi elles très probablement d’éléments radio-actifs, car il semble à peu près établi, par les personnes les plus qualifiées (des ingénieurs en particulier), que ces trois tours sont tombées par l’action conjuguée et très ordonnée, du haut en bas des tours, de bombinettes atomiques à l’uranium appauvri.

« Appauvri«  ne veut pas dire « non radio-actif« , mais arme de récupération fabriquée à partir de déchets atomiques de centrales nucléaires. Ces mêmes bombinettes que l’État criminel en Palestine occupée réserve régulièrement aux autochtones, mais peut-être « accessoirement » aussi aux libanais, syriens et autres.

Personnellement, ces morts, des années après ces faits hautement criminels, me font penser immanquablement à ce qui est arrivé à tant et plus de Japonais, des années après les cataclysmes (non pas « fascistes », non pas « nazis », ni encore « staliniens« ) mais tout bonnement « démocratiques » de Hiroshima et de Nagasaki.

From → divers

Commentaires fermés