Aller au contenu principal

UNE NOUVELLE JURISPRUDENCE TOTALITAIRE

16 mai 2019

Voici des exemples de (mauvaises) mœurs judiciaires contemporaines ; cela date de peu de semaines tout ça ; on savait la Justice à géométrie variable, aux « deux poids, deux mesures », mais là il s’agit de « premières » montrant manifestement (au grand jour) une évolution totalitaire de ladite Justice française gangrenée par la bien-pensance et certains groupes de pression :

1 – Il y a quelques semaines Alain Soral a été condamné à un an de prison ferme pour « contestation de crime contre l’Humanité », sans parler d’une très forte amende et des dépens. Dans la foulée, la « Justice » (en l’occurrence la 13e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance (TGI) de Paris, a délivré un mandat d’arrêt à l’audience contre lui, comme s’il s’agissait d’une condamnation de droit commun.

L’appel n’étant pas suspensif, il était acquis que Soral serait interpellé et écroué sur le champ. Mais le parquet de Paris fort heureusement, a immédiatement fait appel du mandat d’arrêt, estimant que la loi de 1881 sur la presse, en vertu de laquelle Soral a été condamné, ne relevait pas du droit commun, mais du « droit politique » (ou dirions-nous, du « délit d’opinion ») et n’autorisait pas l’incarcération du comparant séance tenante. Dans le même temps elle refusait de faire interpeller Alain Soral.

Exprimé d’une autre manière : le Parquet parisien a refusé de voir (avec justesse, bon-sens, mesure) en Alain Soral un délinquant ou un criminel. Juste un mal-pensant incrédule, ou incrédule mal intentionné, un non-croyant ou athée de l’Holocauste, un contestataire — comme on voudra le dire.

2 – Encore plus fort ; en rapport avec ce « jugement » sidérant et grotesque, déjà tout à fait digne d’un procès stalinien, il s’est fait que le propre conseil d’Alain Soral, Me Damien Viguier, a lui-même été poursuivi, simplement parce qu’il défendait dans ses conclusions son client ! Ce qui est proprement inouï, et contraire à toute la tradition et à l’esprit du droit ; le condamnant à quelques milliers d’euros d’amende par la même occasion.

3 – Et pas mal non plus. Récemment, un certain Yvan Benedetti le porte-parole du Parti nationaliste français (PNF), un petit parti de l’extrême-droite non estampillée (non RN, de la fausse opposition) a été entendu par la Commission d’enquête parlementaire relative à la lutte contre les groupuscules d’extrême droite.

Notons en passant, que tout naturellement, ceux qui nous dirigent étant ce qu’ils sont, il n’y a pas de commission équivalente concernant les groupuscules gauchistes dits « antifas » et autres Black Blocks (le déshonneur du mouvement anarchiste), pourtant autrement violents et dangereux, pour ne pas dire crétins et bornés.

Ce Benedetti est ce qu’il est (ce n’est pas vraiment ma tasse de thé), mais je ne cesse de dire et d’écrire que je suis pour la liberté d’expression pleine et entière (meilleur moyen de faire vivre réellement l’agora) ; et ceci encore plus dans le cadre d’une commission parlementaire où l’on s’exprime sous serment, où l’on s’engage à dire la vérité (n’est-ce pas Cahuzac ? ou Benalla avec la commission d’enquête sénatoriale ?) et à répondre loyalement aux questions qui sont posées, et ceci à huis clos.

Je n’entre pas dans les détails, mais lors de cet entretien Benedetti se serait déclaré shoah-sceptique, en particulier sur les chiffres officiels, reconnaissant des vertus à feu Faurisson. Cela a suffi pour que les députés mélenchoniste Muriel Ressiguier (LFI) et macronien Adrien Morenas (LREM), respectivement présidente et rapporteur de la Commission, rédigent un communiqué commun indiquant leur intention de saisir ladite Justice.

Jolie, la renaissance de l’insoumission en marche !

Voilà où va l’engeance qui nous dirige (de moins en moins, fort heureusement) mais de plus en plus clairement (fort heureusement également).

4 – Et peut-être le meilleur, je veux dire le plus abject pour la fin, sachant que dans notre monde inversé, le mal est le bien. Le 6 mai dernier, un certain nombre d’avocats et de juristes ont signé sur le site Internet de l’Obs une tribune commune dans laquelle ils appellent à l’embastillement immédiat d’Alain Soral condamné pour délit d’opinion (de mauvaise opinion).

On y retrouve toujours les mêmes, dont l’irremplaçable Alain Jakubowicz, l’avocat président d’honneur de la LICRA (personnellement son visage me fait peur), le même qui demande, pourtant, toujours plus de mansuétude, de droit et de protections juridiques et administratives pour les migrants clandestins, pour les délinquants et criminels de droit commun.

Mais encore : Mario Stasi (de l’ancienne Stasi de RDA ?), avocat et président de la LICRA, Stéphane Nivet, délégué général de la LICRA, Sacha Ghozlan, président de l’UEJF, Marc Knobel, président de « J’accuse ! », Dominique Sopo (réveilleur de consciences ?), président de SOS-Racisme, Pierre Mairat, coprésident du MRAP.

Mais aussi : Michael Ghnassia, avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de Cassation, Patrick Klugman, avocat, Jean-Louis Lagarde, avocat, Stéphane Lilti, avocat, Ilana Soskin, avocate.

Rendons la honte encore plus honteuse en la livrant au public.

From → divers

Commentaires fermés