Aller au contenu principal

MACRON LA GIROUETTE PERVERSE

22 février 2019

LA RACAILLE « gouvernante » (y compris, bien sûr, la plus grande part des prétendues oppositions politiques et syndicales, mais en plus sournois) est aux abois ; c’est même le début de l’hallali pour elle. En conséquence contre nous, tous les jours, l’un ou l’autre disjoncte ; quand ce n’est pas plusieurs le même jour ; ou l’un surenchérissant sur l’autre. N’ayant plus que l’insulte à la bouche, ou le mot INTERDIT.

 

Ceci est finalement on ne peut plus bénéfique. Car on sait enfin ce qu’ils pensent réellement de nous, ou plus exactement : on s’en doutait, mais c’était généralement du domaine du nondit, ou du juste entre-entendu ou aperçu, sauf rare dérapage, genre le trop fameux « sans-dents ». Puis le branleur kéké de l’Élysée s’est pleinement lâché, de préférence à l’étranger. Éructant son mépris de classe, de caste, de maffia. Et chaque jour l’un ou l’autre en rajoute.

 

Je résume leurs propos, la rengaine :

Les pauvres, les classes moyennes (enfin l’énorme majorité du peuple, « la foule haineuse » de Macron) votent mal, pensent mal ; d’ailleurs ils ne pensent pas, sont des réacs, des minables, des incultes, des illettrés, des fainéants, des antisémites amis des islamistes, des graines d’assassins, des fachos ; ils puent et nous emmerdent. Et l’on fera bien ce que l’on veut, et contre eux s’il le faut.

De Sarközy à Macron, en passant par Hollande, la situation n’a fait qu’empirer. Mais avec le dernier, Macron, c’est ARRÊT BUFFET en perspective. Une nouvelle forme (originale) de rébellion, de Révolution des cœurs et des esprits est en marche. La Révolution En Marche avant contre La Ripouxblique/Repueblique/Raiepublique En Marche arrière.

Je prédis (prédiction fastoche) pour cet individu et d’autres de son entourage, mais également de divers partis dits « d’opposition », une mort politique assurée. Dans quelques mois, ou tout au plus très peu d’années, toute cette maffia politicarde que l’on supporte depuis plusieurs décennies, sera enfin jetée aux poubelles de l’Histoire.

En attendant, ils nous importunent encore, ou pour certains nous mutilent. Quelle engeance !

Le chef de bande, le chef de gang, Manu l’asticot, drôle de jojo qui se gausse en apparence (profites-en ; cela ne va pas durer ; et je trouve le peuple infiniment patient) et qui dans le fond n’en peut mais, continue à pratiquer le : « Je suis d’accord avec vous … mais en même temps… je fais bien ce qu’il me plaît bien en accord avec mon entourage et les maffias qui me soutiennent », et a encore ouvert son clapet à mensonges et insultes sur le sujet à la mode comme chaque année en cette saison :

L’antisémitisme.

À défaut d’agir contre la pauvreté, plutôt que contre les pauvres, et pour plus réelle, populaire et directe démocratie (que nenni!).

Manu la girouette, Jojo la girouette, le petit jobard des banques, le petit employé des mondialistes et européistes hystériques et totalitaires, a ouvert son bec le 19 février dernier, loin de la plèbe, lors d’une conférence de presse en son palais, à l’issue d’une réunion parisienne avec la présidente géorgienne, en prenant le contre-pied de ses plus imbéciles et toqués partisans de LREM, et a exprimé son opposition à fixer une loi qui considérerait l’antisionisme comme un délit. «Je ne pense pas que pénaliser l’antisionisme soit une solution».

Le lendemain même, il déclarait à la tribune du CRIF, sans doute après un dîner bien arrosé : «La France, qui l’a endossée en décembre avec ses partenaires européens, mettra en oeuvre la définition de l’antisémitisme adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah [qui intègre l’antisionisme]». Ajoutant : «L’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme.» «Il ne s’agit pas de modifier le Code Pénal. Il s’agit de préciser et raffermir les pratiques de nos magistrats ou de nos enseignants».

En clair : Je n’ai que faire de la séparation des pouvoirs, et comme pour d’autres nombreuses actions (par exemple les procès contre des Gilets Jaunes) je vais donner mes ordres à l’appareil judiciaire, et au corps enseignant, comme je donne mes ordres à la majorité parlementaire.

Mais comme le dit, finalement, très justement l’avocat Régis de Castelnau (cf. Sputnik de ce jour, article de Fabien Buzzanca : Gilets jaunes: «La justice n’a pas besoin d’obéir aux ordres, elle va au-devant») : «Sur le plan technique, on peut penser que les juges sont indépendants, mais il y a une telle cohérence intellectuelle, politique, sociologique avec les gens qui sont au pouvoir que la justice n’a plus besoin d’obéir aux ordres, elle va au-devant des souhaits du pouvoir. C’est très grave.»

Je laisse ici aux méditations de chacun l’alinéa 2 de l’article 3 de notre Constitution : « Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut [de la souveraineté nationale] s’en attribuer l’exercice ».

Enfin, pour revenir à Macron, lors de cette soirée sioniste, « sous les applaudissements, il a fait savoir qu’il n’aurait «aucune complaisance» à l’égard des partisans du boycott d’Israël et du mouvement Boycott, Désinvestissement Sanctions (BDS). » (RT France).

Là, il peut bien dire ce qu’il veut devant cette clique de racistes, suprémacistes et haineux congénitaux, qui finalement ne représente qu’elle-même et certainement pas la masse des Juifs « de la rue », et qui devrait se rebaptiser le CRIS. Personnellement cela fait des années que je boycotte, dans les magasins et autant que je peux (en lisant les étiquettes et les provenances), l’entité coloniale israélienne en Palestine occupée.

Maintenant, la question simple que je pose est : où se trouve de nos jours les vrais liberticides, totalitaires, dictateurs en herbe, racistes et « fachos » comme ils disent ?

From → divers

Commentaires fermés