Aller au contenu principal

Où il est question des incohérences dans les décès de Jean-Luc Delarue et de David Hamilton

26 juin 2018

* * *

Selon la presse pipole de ces jours-ci, le père de Jean-Luc Delarue a repris la parole au sujet de la mort de son fils, à l’occasion de la date où l’animateur de télé aurait eu 54 ans.

Dans  Télé Star, Jean-Claude Delarue avait déjà déclaré: « Je me souviens très bien du jour où j’ai appris la mort de mon fils. J’ai été prévenu le 24 août mais l’acte de décès stipulait la veille. Depuis trois ans, j’y pense tout le temps, c’est toujours extrêmement douloureux. Tous ceux qui ont perdu un enfant savent de quoi je parle […] Au delà des polémiques, il y a des procédures en cours dont je ne peux parler. Tant que tout cela ne sera pas réglé, je serai dans l’incapacité de faire mon deuil. »

Il est en effet plus que compréhensible qu’un père soit touché par la mort de son fils.

Ici, le point qui attire notre attention est le suivant.

« J’ai été prévenu le 24 août mais l’acte de décès stipulait la veille ».

Voilà donc un homme – et il s’agit du président de la Fédération des usagers des transports et des services publics – qui relève une incohérence dans un acte de décès, qui est, rappelons-le, un document officiel.

On ne peut évidemment que souhaiter que toute la lumière puisse être faite au sujet des incohérences, réelles ou supposés, du décès de Jean-Luc Delarue.

Cela dit, s’il est légitime de souligner des incohérences potentielles dans l’acte de décès de Jean-Luc Delarue la simple logique voudrait qu’il soit exactement et pareillement légitime de souligner les incohérences de l’acte de décès de David Hamilton, puisque, répétons-le, il y a au moins deux points obscurs dans l’acte de décès du grand photographe, document que le blog « En défense de David Hamilton » a été le premier et le seul à publier:

  • l’acte de décès de David Hamilton indique que le jour de la mort a été impossible à déterminer;
  • cet acte de décès a été enregistré hors délais légaux.
  • Il existe à notre avis une troisième incohérence, dont nous parlerons le moment venu.

Roland Jaccard dans « Le service littéraire », avril 2018, n° 116.

Sur Twitter, Jean-Claude Delarue a écrit : « Mon fils Jean-Luc Delarue aurait eu 54 ans aujourd’hui. Près de 6 ans après sa mort, je ne sais pas comment il a fait pour mourir le matin et envoyer deux mails injurieux l’après-midi. »

Il conviendrait donc, certainement, de faire la lumière au sujet des affirmations d’un père éploré par le décès de son fils.

Couverture du livre « David Hamilton suicidé… mais par qui? »

La toute fraîche Flavie (treize ans)

Par coïncidence, Jean-Luc Delarue était aussi l’animateur qui avait intronisé Flavie Lecanu « Miss OK« , en 1988, à une époque où le même Delarue trouvait « toute fraîche » Flavie Lecanu (future épouse Flament) alors âgée de treize ans.

Selon diverses déclarations  publiques de la même (années 2016-2018), Flavie Flament a fait téléphoner à David Hamilton le jour même qui serait celui de son décès (25 novembre 2016), « quatre heures avant sa mort« . Ce sont là les propos de Flavie Flament en personne.

On ignore (mais on aimerait savoir) comment fait Flavie Flament pour connaître avec une si louable précision  l’heure de la mort de David Hamilton, puisque son acte de décès – document officiel – indique ignorer le jour de ce même décès.

Le corps de David Hamilton est emporté, en catimini, après son « suicide »

En souhaitant bonne chance à l’enquête sur la mort de Jean-Luc Delarue, on attend toujours qu’une autre enquête soit ouverte (ou rouverte) sur la mort de David Hamilton…

Nous aussi, au blog « En défense de David Hamilton », et pour reprendre les termes du papa de Jean-Luc Delarue: « J’y pense tout le temps, c’est toujours extrêmement douloureux« .

Curieusement, en France, nous somme aussi les seuls- de toute évidence – à nous poser ces questions-là. Il y a quelque chose qui l’interdit?

Quant à la presse, il n’existe pas en France UN SEUL journal, UN SEUL journaliste pour avoir repris nos informations au sujet des incohérences autour de la mort par « suicide » de David Hamilton…

IL A ETE IMPOSSIBLE D’ETABLIR LE JOUR DU DECES DE DAVID HAMILTON, oui ou non?

Lisez par exemple :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2018/01/24/david-hamilton-et-les-mysteres-du-25-novembre-2016-au-41-boulavard-du-montparnasse/

Ou encore :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/12/26/the-strange-death-of-david-hamilton/

Ou encore :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/12/24/david-hamilton-terminus-a-montparnasse-mais-ou-est-lachille-corneille-de-michel-renouard/

Ou encore :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/11/29/la-si-curieuse-mort-de-david-hamilton-le-25-novembre-2016-jour-du-cochon-cochon-qui-sen-dedit/

Ou encore :

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2018/02/18/de-joseph-douce-a-david-hamilton/

 

***

Quelques remarques, à nouveau, à propos de cet acte de décès :

1 – Déjà, on ose espérer que ce ne soit que la copie de l’acte de décès et non l’original qui est truffé de deux fautes d’orthographe concernant le patronyme de David Hamilton ;

2 – Maintenant, à qui fera-t-on croire qu’en 2016 il fût impossible de dater la mort de quelqu’un qui, s’il faut en croire certains témoignages rapportés par la presse d’alors, était encore vivant en fin d’après-midi du vendredi 25 novembre fatidique ?

Si, comme on peut le supputer, David Hamilton, ou plus précisément le corps de ce dernier était encore chaud lorsqu’il fut découvert (quelqu’un, un voisin policier dit-on, aura ou aurait essayé de lui faire un massage cardiaque, donc, on le suppose, antérieurement à toute rigidité cadavérique), le moindre crétin médecin légiste, même celui qui aurait obtenu son diplôme « dans un paquet de Bonux » (comme on disait autrefois, du temps de « Guy Nux », Coluche dixit) était parfaitement apte à dire le jour, voire une tranche assez étroite d’heures du jour pendant laquelle dut se situer sa mort (par asphyxie, dit-on).

À notre époque, la médecine légale a tout un tas de techniques « biologiques » à sa disposition. Il suffit, pour en apprendre un peu plus en ce domaine, de regarder ces nombreuses séries télévisées qui évoquent des assassinats.

*

Que faut-il donc en penser ?

Que David Hamilton n’a pas été autopsié ? Ou qu’il a été traité à la va-vite ? Avec négligence ? À la légère ? Par manque de moyens ? Ou bâclé, à bon entendeur, salut… Il est vrai que dès le départ la « thèse » du suicide par asphyxie (sac en plastique) a été accréditée par tous : je veux dire : la Police, qui est « aux ordres » par définition, et l’ensemble des merdia (sic). *

Ou/et, qu’il était politiquement, idéologiquement, impossible d’émettre quelque doute sur le rôle présupposé actif du défunt dans sa mort ; le mieux étant d’ajouter encore à ce mystère d’un homme qui craignait pour sa vie très peu de jours avant sa mort, et qui était décidé (enfin, mais donc finalement trop tard) à porter plainte contre les responsables (parfaitement volontaires et retors) des diffamations, des insultes, de harcèlements, et (qui sait ?!) de possibles menaces physiques à son encontre : je veux parler du duo d’imbéciles : Flavie Flament et Thierry Ardisson (et leurs smalas respectives). Une mythomane (et à ses heures, nymphomane, cf. la presse et sa « littérature » minables) désaxée, malade et sous l’emprise de gourous ; et un partouzard en tous genres, drogué, haineux, quasi psychopathe. De notoriété publique, tout ça.

À mon humble avis, la pauvre et faible Poupette Lecanu (Flavie Flament), recevant des dits pontes de la psychiatrie ou de la psychologie, en ses émissions radiophoniques sur RTL, en des sujets tels que « mensonges et mythomanie » (29 septembre 2011) ou « la mémoire traumatique » (je n’ai pas retrouvé de date), tout ça a fini par lui monter au cerveau.

Quant à Ardisson pas besoin d’en dire plus sur cet individu grossier, vulgaire, plagiaire et caractériel.

Purs produits de la décadence contemporaine. Expression même de la laideur « morale » « humaine »…

J.-P. F.

* Je me demande même s’il y a eu le moindre début d’enquête criminelle…

From → divers

Commentaires fermés