Aller au contenu principal

Un an après, les circonstances toujours plus troubles du « suicide » (?????) de David Hamilton…

21 octobre 2017

Publié le 21 octobre 2017 par defensededavidhamilton

***

Dans « La Consolation », il y  a un an, Flavie Flament racontait donc « avoir été violée par un photographe célèbre ».  « Elle ne pouvait dire son nom », mais la couverture du bouquin reproduisait une photo de (ou attribuée à) David Hamilton… On sait la suite…

Un an a passé, et France Télévisions va maintenant diffuser un téléfilm adapté de « La Consolation », le 7 novembre, sur France 3, puis un documentaire « Viols sur mineurs : mon combat contre l’oubli », le 15 novembre sur France 5.

*

Flavie  vient aussi de donner un entretien à « Elle ».

http://www.elle.fr/Societe/Interviews/Flavie-Flament-J-aurais-tant-voulu-voir-David-Hamilton-face-a-un-juge-3564290

On y lit notamment ces propos de Flavie Flament : « Au moment de cette première interview, l’homme que j’aime, mes enfants, mon oncle et ma tante me croyaient tous. Mais personne d’autre ».

Ce qui vient donc confirmer que ceux qui, dans son entourage, croyaient Flavie Flament étaient ceux qui n’avaient pas été « témoins » des événements supposés avoir eu lieu, ou qui carrément n’étaient pas nés en ce temps-là…

En revanche, le reste de sa famille…

http://www.voici.fr/news-people/actu-people/viol-de-flavie-flament-son-frere-remet-en-cause-son-temoignage-sur-sa-famille-et-la-tacle-611359

*

Au fait… les autres « témoignages » contre David Hamilton?

Toujours dans « Elle », Flavie Flament répond:

« En tout, une trentaine de personnes nous ont contactées, mon éditrice et moi. Les faits remontent à la période allant de 1967 à 2007. (…) Beaucoup ont souhaité rester dans l’ombre ».

Ah!…

Qui n’est pas resté dans l’ombre?… Euh… Flavie cite de nouveau « Elodie »:

« Élodie m’a laissé un message, un soir, sur la page Facebook de mon émission à RTL, « On est fait pour s’entendre » : « Bonjour, je m’appelle Élodie, j’ai 27 ans, j’ai porté plainte contre David Hamilton. »

L’unique problème, Flavie (est-ce qu’on ne le sait pas, à « Elle »?)  est que… la justice française a rejeté la plainte d’Elodie…

Mais cela, Flavie Flament n’en pipe mot…

Voir:

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/03/11/le-dogme-des-attouchements-sexuels-imaginifiques-de-david-hamilton-dura-lex-sed-lex/

*

On croit rêver…

Deux émissions à la télé, un entretien à « Elle », pour évoquer « Elodie »… dont la plainte a abouti à un non lieu à poursuivre contre David Hamilton…

*

Voici quelque chose d’encore plus intéressant.

Sur le 25 novembre 2016, jour de la mort de David Hamilton, Flavie Flament dit (en octobre 2017 donc):

  • « Au même moment, des journalistes sollicitaient David Hamilton pour le faire réagir, il menaçait de porter plainte pour diffamation contre moi et les journaux, mais il ne l’a jamais fait ! Je n’attendais que cela : s’il l’avait fait, j’aurais pu m’expliquer devant la justice. Il le savait. Cette guerre de tranchées a duré plusieurs semaines. Et quand il a appris, le 25 novembre, par un journaliste, qu’Élodie était avec nous, il a su que c’était fini pour lui. Quatre heures après, on le retrouvait mort dans son appartement ».

Mais… Mais… Mais…

Dans « France Soir » du 27 novembre 2016 on lisait: « Flavie Flament explique qu’elle dînait au restaurant avec son nouveau compagnon lorsqu’elle apprit que le photographe amateur de jeunes filles mineures dénudées avait été retrouvé mort dans son appartement ».

http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/mort-de-david-hamilton-pour-flavie-flament-le-photographe-suspect-pedophilie-suicide-scandale

Ce qu’écrivait France-Soir semblait signifier que Flavie avait appris la nouvelle de la mort de David Hamilton par hasard…

Or, selon Flavie toujours (« Elle », octobre 2017), un(e) journaliste (qui donc? des noms! des noms!) aurait avisé David Hamilton « qu’Elodie était avec Flavie »…

Et Flavie elle-même établit un lien de cause à effet entre cet appel d’un(e) journaliste et cette mort…!!!

Relisons : « Et quand il a appris, le 25 novembre, par un journaliste, qu’Élodie était avec nous, il a su que c’était fini pour lui. Quatre heures après, on le retrouvait mort dans son appartement »…

Etrange, est-ce que cette nouvelle n’aurait pas dû être communiquée par un juge, par un avocat?… Qui donc est ce ou cette journaliste (un ami, une amie de Flavie?) qui se chargeait d’appeler David Hamilton ? Est-ce là le boulot des journalistes?

Mais comment? Les journalistes n’appelaient pas David Hamilton pour lui poser des questions, ils ne publiaient pas son droit de réponse, ils ne révélaient pas qu’un homme de 83 ans avait peur pour sa vie…

Mais en revanche, Flavie savait qu’un(e) journaliste avait appelé David Hamilton, et pour lui dire quoi, et quand: quatre heures avant la mort de David Hamilton…

On voudrait comprendre par exemple si le (ou la) journaliste en question a appelé David Hamilton (son numéro était sur l’annuaire) éventuellement sur l’ordre ou le conseil de Flavie Flament.

Le 26 novembre 2016, le JDD demandait à Flavie:

  • « Une image vous est-elle revenue quand vous avez appris la mort de David Hamilton?
  • Non, pas d’image, j’étais dans un état de sidération.

Sidération? Sidération, alors qu’elle savait que, quatre heures avant, un(e) journaliste collègue avait appelé David Hamilton pour lui annoncer « qu’Elodie était avec Flavie »? Ou pour lui dire – ou lui faire croire – quoi d’autre?

Les enquêteurs chargés d’examiner les circonstances – fort troubles – de la mort de David Hamilton ont-ils entendu ce (cette) journaliste qui appelait David Hamilton , ce (cette) journaliste qui était en contact aussi avec Flavie Flament, la femme qui rêvait de le voir « menottes aux poings » face à un juge?…

Tout ceci est-il compatible avec la déontologie journalistique?…

Reste-t-il des enregistrements de la (ou des) conversation(s) téléphonique(s) avec David Hamilton?…

Je répète: les enquêteurs ont-ils envisagé l’instigation au suicide, si l’accusatrice d’un homme déclare en octobre 2017 dans la presse qu’il y a eu lien de cause à effet entre un appel d’un(e) journaliste – appel du 25 novembre 2016 dont l’accusatrice sait ou a dicté le contenu – et une mort survenue quatre heures plus tard par « suicide »?!

Si les enquêteurs ne l’ont pas fait, pour quelle raison?…

*

L’entretien de Flavie à « Elle » est un habituel délire.

Flavie dit par exemple:

« – J’aurais tant voulu le voir face à un juge, les menottes aux poignets. J’aurais voulu croiser son regard dans le box des accusés ».

Et pourquoi pas pendu en place publique? Ecartelé?

Est-ce que les accusés de 83 ans sont « menottés » face aux juges, dans le box ?

Accusés que la loi française tient à considérer innocents jusqu’à leur éventuelle condamnation, Flavie l’ignores-tu?

Flavie, ta vision est un rien médiévale…

*

Enfin, on avance.

Flavie, donc, le jour de la mort de David Hamilton, savait qu’un ou une journaliste téléphonait au photographe, elle savait le contenu de la conversation, et elle était dans un restaurant avec son compagnon.

Le blog « En défense de David Hamilton » a déjà posé la question, il la reposera: quel restaurant? A combien de distance de Montparnasse? Un restaurant habituel du couple? Ou alors, choisi précisément pour ce soir-là? Par quel hasard?

Est-ce le rôle d’une dame – Flavie Flament – qui affirme avoir été violée (mais ne s’est pas adressée à la justice en temps utile) de faire téléphoner un(e) collègue journaliste à un vieillard de 83 ans, en cherchant à l’apeurer en lui parlant d’une autre victime présumée, « Elodie » (dont la plainte a pourtant débouché sur un non lieu)?

Et ensuite, quatre heures plus tard, le vieux monsieur (qui disait craindre pour sa vie, et voulait porter plainte) est retrouvé mort…

La porte ouverte…

Un sac de plastique sur la tête…

Le même soir Flavie est avec son amoureux (c’est beau l’amour) dans un restaurant…

Elle apprend la mort de David Hamilton avec « sidération »…

L’acte de décès de David Hamilton dira, deux semaines plus tard, que le jour et l’heure du décès n’ont pu être établis…

Et tout ça vous semble normal?…

*

Jeudi 26 octobre 2017, le blog « En défense de David Hamilton » donnera – selon toute probabilité, du moins – une nouvelle concernant la mort (et l’immortalité) de David Hamilton…

From → divers

Commentaires fermés