Aller au contenu principal

LE TOMBEAU D’ALOYSIUS (fantaisie)

14 mai 2014

À Jean des Tilles*
Fantasque et triste
*
All–i–ant nuits au néant,
Lou–is, tu t’évertues en vain,
Ostrogoth d’oublis béants,
Yole agile au Suzon divin.**
*
Sous tes tourments mécréants,
Irais-tu, pour conter aux filles,
User, mouchette du vin,
Su–a–vement de l’eau des Tilles ?*
*
Boiras-tu menu, les perles
Eventées en calices d’or,
Rosées en égail aux merles,***
Ténus parfums filés de mort…
*
Râle d’eau des genêts, frêle
Aréole irisant l’émail,
Nudité, calicot grêle
Du coquelicot pris au mail ?****

*
* Les Tilles : ce toponyme désigne le ruisseau des Tilles qui, en compagnie d’autres ruisseaux dénommés la Tille de Barjon, la Tille de Bussières, la Tille de Villemoron, la Tille de Villemervry, forment la Tille proprement dite, rivière qui coule juste à l’Est de Dijon.
** Suzon : le Suzon est une petite rivière dont une partie du cours a été détournée au Moyen-Âge pour alimenter les fossés qui entouraient le cœur du Dijon antique. Un dicton local dit que « Dijon périra par le Suzon ».
*** Égail ou aiguail : « Terme de chasse. Rosée, petites gouttes d’eau qui demeurent sur les feuilles. L’aiguail ôte le sentiment aux chiens. ♦ Ma fille, à quelle fin voulez-vous aujourd’hui vous lever si matin ? Le soleil n’a pas bu l’aiguail de la prairie (Racan, Bergeries, Silène, I, 3). » (Le Littré) De « aigue », forme dialectale de « eau ».

**** Mail : « Masse de bois fort dur et ferré, avec un manche long et pliant ; elle sert à jouer en poussant une boule de buis. […] Promenade publique où l’on jouait autrefois au mail. » (Le Littré) Cf. son dérivé « maillet ». Il n’existe pas moins de quatre mails ou anciens mails à Dijon, sans compter sa proche banlieue.

 

From → divers

Commentaires fermés