Aller au contenu principal

SANG IMPUR – POST SCRIPTUM

13 décembre 2013

Je ne croyais pas si bien dire, voici un nouvel article que je viens de lire sur Médias-Presse-Info (l’idéologie générale de ce site n’est pas ma tasse de thé, mais on y trouve des informations intéressantes, en particulier sur l’antichristianisme violent ; et sur le groupe de pression qui n’existe pas).

RACISME ANTI-NOIR EN ISRAËL ?

Par Pierre-Alain DepauwBas du formulaire

 / le 13 décembre 2013 /

00000

Enfants falachas, les pauvres !

Le Magen David Adom, l’équivalent de la Croix Rouge en Israël, a refusé d’accepter le don de sang de la députée Pnina Tamano-Shata, parce qu’elle est d’origine éthiopienne.

Alors qu’elle souhaitait offrir son sang lors d’une opération de don organisée par le Magen David Adom dans l’enceinte du Parlement à Jérusalem, une responsable de cet organisme, filmée et enregistrée par une caméra vidéo, lui a expliqué que « selon les directives du ministère de la Santé, il n’est pas possible d’accepter le sang spécial d’origine juive éthiopienne ». D’après les médias israéliens, le ministère de la Santé estime que le sang des juifs d’origine éthiopienne qui ne sont pas nés en Israël est susceptible de propager des maladies notamment le sida.

 « J’ai 32 ans, je suis arrivée à l’âge de trois ans en Israël, j’ai effectué mon service militaire et j’ai deux enfants, il n’y aucune raison de me traiter de la sorte », s’est-elle indignée, dénonçant « cet affront fait à toute une communauté en raison de la couleur de sa peau ».

Il y a 16 ans une grande manifestation de la communauté des juifs éthiopiens avait déjà eu lieu à Jérusalem lorsque les médias avaient révélé que les autorités sanitaires jetaient sans l’utiliser le sang donné par les membres de cette communauté. « Depuis cette époque où j’ai moi-même manifesté, rien n’a changé », a déploré la députée membre de Yesh Atid, un parti centriste membre de la coalition.

Les responsables du Magen David Adom semblent manier l’ironie puisqu’ils ont indiqué qu’ils étaient prêts à accepter le sang de la députée, mais que celui-ci serait congelé et ne serait pas utilisé, a précisé le site internet israélien Ynet.

Les discriminations subies par les 120 000 juifs éthiopiens vivant en Israël sont habituelles. L’an dernier, les médias révélaient ainsi que des femmes éthiopiennes avaient été stérilisées à leur insu par le gouvernement.

*

Il ne faut pas se faire d’illusion sur ces para ou péri ou crypto-juifs falachas qui ont dû subir l’apprentissage du Talmud en arrivant en Palestine occupée. S’ils sont venus en Palestine occupée, c’était pour des raisons économiques et peut-être aussi parce qu’ils ne se sentaient pas bien vus en Éthiopie largement chrétienne (2/3 chrétienne, 1/3 musulmane). Ces Falachas pourraient bien être quelques restes de la dite « tourbe nombreuse » de serviteurs qui entourait la caste des prêtres hébraïques antiques (les Cohen et autres Lévi). Ou de serviteurs qui entouraient les prêtres du culte solaire de l’époque d’Akhenaton. Les Massaïs, plus loin dans le cœur de l’Afrique, étant quant à eux  probablement les restes de la garde de Pharaon solaire.

From → divers

Commentaires fermés