Aller au contenu principal

MAGNIFIQUE COUP DE BOURSE RUSSE — PLUS DE 600% DE PLUS-VALUE EN 48 HEURES — L’OCCIDENT ROULÉ DANS LA FARINE JUSQU’AU BOUT !

30 mars 2022

D’après Christine Deviers-Joncour Officiel

https://t.me/xtinedeviersjoncour/1864

*

Voici une information passée sous silence que je viens seulement de connaître.
Chacun pourra se demander si c’est mieux ou pas que la déconfiture des fameux emprunts russes ?
La Bourse de Moscou, qui avait été fermée par le gouvernement le 25 mars, quelques heures après le début de l’opération militaire « spéciale », a rouvert le 24 mars. 
Les dirigeants de Rosneff (pétrole) et Gazprom (gaz naturel) ont alors diffusé des nouvelles alarmistes, ce qui a fait paniquer les Occidentaux qui détenaient d’importantes quantités de leurs actions. Suite aux sanctions, les résultats de ces deux sociétés étaient au plus mal, disaient-ils. Ils étaient inquiets pour le futur de leurs sociétés et de la Russie même.

Le gouvernement russe a attendu juste le temps (très peu de jours) que le prix des actions tombent au plus bas, puis à donné l’ordre en interne d’acheter simultanément toutes les actions en vente de tous les crétins friqués européens et américains. Les plus importantes sociétés russes ont alors raflé la mise en quelques minutes. Les débiles occidentaux en sont encore médusés. Pas mal ! pour un pays dirigé par un « fou » selon nos media.
Le résultat a été un gain de plus de 600% de plus-value en 48 heures… Soit en valeur, plus de 20 milliards de dollars (il va falloir s’habituer bientôt à parler en roubles). Pour 30% environ d’actions échangées. « La Russie a […] également restitué les actions de ses entreprises à la Russie. Désormais, les revenus du pétrole et du gaz n’iront pas à l’étranger, mais resteront en Russie, et les «requins financiers» européens se sont tirés eux-mêmes une balle dans le pied, et l’UE dans la tête, ils ont été dupés, irrémédiablement. »
Autre précision : « D’ailleurs, si les sanctions sont marquées dans les activités tertiaires tournées vers l’étranger, par exemple les banques internationales, il n’en est rien pour l’essentiel du secteur productif national, notamment pour l’énergie, au contraire. » 
Comme quoi les Russes sont doués non seulement aux échecs mais au poker. Et comme quoi l’anticipation, le raisonnement, la réflexion, le sens du réel, en un mot l’intelligence peut faire face et faire trébucher des abrutis sûrs de leur fait ! Et dont le seul élément de compréhension et de compétence réside dans leur morgue de suprématistes à l’imbécilité atavique liée aux cordons de la Bourse occidentale… qui normalement devrait s’effondrer plus ou moins rapidement.
Si du moins persiste le processus des sanctions économiques et financières qui ont été jusqu’à bloquer, pour ne pas dire voler, les dollars et autres euros détenus par des banques russes dans les banques occidentales ; et il n’y a pas de raison qu’elles ne persistent pas, du moins un temps certain, le temps que le yuan et le rouble deviennent les nouvelles monnaies de référence mondiales. De toute façon Russie, Chine, Inde… ne sont pas parties pour revenir en arrière à propos du dollar. L’occasion est trop belle de s’en affranchir et de revenir à des monnaies d’échange basées sur du réel, sur la réalité productive, économique… Et d’en finir avec la dette que l’on voyait éternelle.
Christine Deviers-Joncourt écrit aussi : « Depuis 217 ans et le bluff de la victoire de Napoléon à Waterloo par Nathan et Ecker Rothschild qui permit aux Rothschild de faire un échange de bourse très important, il n’y a pas eu mieux… ».

*

N’étant pas très versé en histoire économique, je viens de m’intéresser à cet événement et de me renseigner. Événement boursier également lié à la guerre. En quelques mots voici ce qui se passa à la Bourse de Londres juste dans les heures qui suivirent la Bataille de Waterloo : informé par tout un réseau d’agents secrets, et avant tout le monde, de la défaite napoléonienne, Nathan Rothschild en personne se rendit à la bourse de Londres avec une série d’employés qui se mirent à vendre ostensiblement de la livre.
Son cours se mit à chuter, ce qui entraîna alors une vente massive de celle-ci, par mimétisme, si bien qu’elle ne valait pratiquement plus rien en fin de journée. Tandis que les autres boursiers essayaient de sauver leur mise en achetant de l’or ou de l’argent, en se disant entre eux : « Rothschild sait, Napoléon est vainqueur ». C’est là que les agents de change de Rothschild se mirent d’un simple geste discret du patron à racheter pour presque rien tout ce qui était possible de livres.
Mais on apprit bientôt que Napoléon avait finalement perdu la bataille, la valeur de la livre monta alors au plus haut, et les Rothschild en l’espace de quelques heures avaient multiplié par plus de vingt leur fortune qui fit alors la pluie et le beau temps à la bourse londonienne.

*

Quand par là-dessus, la Russie exige que dorénavant, les achats de toutes les matières premières russes se fassent en roubles !… la devise russe ne va pouvoir que monter en flèche… Ajoutons que la Russie possède la plus grande réserve d’or du monde, métal non virtuel, or bien gardé chez elle, qui ne peut qu’assurer la confiance.
Alors, qu’est-ce que le dollar va conserver avec le temps ? Celui du prix du papier. Bientôt les États-Unis pourront détruite leurs réserves phénoménales en papier monnaie, tandis que tous ceux qui ont des dettes, des crédits en dollar pourront les clôturer pour rien, ou presque. Déjà la bourse de Moscou est en forte hausse. « L’indice RTS (qui intéresse les spéculateurs) a chuté de 4,26 %, mais l’indice IMOEX (le seul qui reflète l’économie russe) a augmenté de 4,43 %. »  
Si tout marche bien — voir ce qui se passe au niveau international par ailleurs, cf. articles précédents — c’est la faillite à plus ou moins long terme pour l’Amérique et probablement aussi pour les pays soumis à l’euro, donc pour la France.
D’où la nécessité plus qu’urgente et vitale pour notre pays de quitter l’euro pour un franc retrouvé. Et bien sûr de reprendre le commerce avec la Russie. Et pour cela il n’y a qu’une solution qui est, tout en sortant de l’euro, de sortir de l’Union Européenne et bien évidemment de l’Otan. D’une pierre plusieurs coups par ricochets. Se rappeler que « les Russes viennent de faire mieux que les Rothschild pendant la Bataille de Waterloo ». 
Et Rothschild (n’est-ce pas mac ronds ?) c’est quand même une grosse pointure !… Enfin… pour combien de temps encore ?

*

*


On apprend déjà que la Russie ne va pas s’arrêter là, comme dit plus, simplement au paiement en roubles de son seul gaz. Mais que cela va concerner aussi dès maintenant les «engrais, céréales, huile alimentaire, pétrole, charbon, métaux, bois…»
L’autre jour le monde de l’industrie du bois s’inquiétait sur la manière d’acheter du bois russe. Tout récemment c’est le monde du BTP qui s’est inquiété pour l’achat de divers matériaux, y compris pour l’approvisionnement en gaz qui est utilisé par exemple pour chauffer des métaux dans des fours industriels.

From → divers

Commentaires fermés