Aller au contenu principal
Tags

DAMIA

16 janvier 2022

J’ai perdu ma jeunesse, chanson de 1935 (auteurs inconnus)

Chanson de 1935 chantée par Damia

J’ai perdu ma jeunesse
En perdant ton amour
Sans espoir, sans caresse
Je languis chaque jour
Tout n’est plus que tristesse
Et douleur alentour
Tout me lasse et me blesse
Tout me semble trop lourd

Il faudrait que renaisse
La foi des anciens jours
Ah ! Rends-moi ma jeunesse
Et rends-moi mon amour
J’ai perdu ma jeunesse
En perdant ton amour
Pour chasser ma détresse
Il faudrait ton retour

Peux-tu me dire
De vivre et de sourire
Tout oublier, même
Ce merveilleux poème
Que ta tendresse
Au fond du cœur me laisse ?
Car sans toi
Rien n’existe pour moi

J’ai perdu ma jeunesse
En perdant ton amour
Sans espoir, sans caresse
Je languis chaque jour
Tout n’est plus que tristesse
Et douleur alentour
Tout me lasse et me blesse
Tout me semble trop lourd

Il faudrait que renaisse
La foi des anciens jours
Ah ! Rends-moi ma jeunesse
Et rends-moi mon amour
J’ai perdu ma jeunesse
En perdant ton amour
Pour chasser ma détresse
Il faudrait ton retour

***
Les Goélands, chanson de Lucien Boyer -1930

1.
Les marins qui meurent en mer
Et que l’on jette au gouffre amer
Comme une pierre
Avec les Chrétiens refroidis
Ne s’en vont pas au Paradis
Trouver Saint-Pierre!

2
Ils roulent d’écueil en écueil
Dans l’épouvantable cercueil
Du sac de toile
Mais fidèle, après le trépas,
Leur âme ne s’envole pas
Dans une étoile

3
Désormais vouée aux sanglots
Par ce nouveau crime des flots
Qui tant la navre,
Entre la foudre et l’Océan
Elle appelle dans le néant
Le cher cadavre

4
Et nul n’a pitié de son sort
Que la mouette au large essor
Qui, d’un coup d’aile,
Contre son cœur tout frémissant
Attire et recueille en passant
L’âme fidèle

5
L’âme et l’oiseau ne font plus qu’un
Ils cherchent le corps du défunt
Loin du rivage,
Et c’est pourquoi, sous le ciel noir,
L’oiseau jette avec désespoir
Son cri sauvage

6
Ne tuez pas le Goéland
Qui plane sur le flot hurlant
Ou qui l’effleure,
Car c’est l’âme d’un matelot
Qui plane au dessus d’un tombeau
Et pleure… pleure!

From → divers

Commentaires fermés