Aller au contenu principal

Pour le Lancet les vaccinés sont des contaminateurs comme les autres. Du coup, le pass [sic], il sert à quoi ?

8 décembre 2021

Depuis le « LancetGate », où le prestigieux [sic] journal The Lancet avait fait paraître un article entièrement bidonné condamnant l’hydroxychloroquine, il est prudent de se méfier de ses papiers scientifiques. Cependant, quand un papier va dans le sens des complotistes, on peut être à peu près sûr qu’il est juste.

Une traduction E&R

*

On s’attendait à ce que des taux élevés de vaccination contre le Covid-19 réduisent la transmission du SRAS-CoV-2 dans les populations en diminuant le nombre de sources possibles de transmission et, par conséquent, à ce qu’ils réduisent la charge de la maladie du Covid-19. Cependant, des données récentes indiquent que la pertinence épidémiologique des individus vaccinés contre le covid augmente.

Au Royaume-Uni, il a été décrit que le taux d’attaque secondaire parmi les contacts familiaux exposés à des cas répertoriés comme entièrement vaccinés était similaire à celui des contacts familiaux exposés à des cas répertoriés comme non vaccinés (25 % pour les vaccinés contre 23 % pour les non vaccinés). [ …]

En Allemagne, le taux de cas symptomatiques de Covid-19 chez les personnes entièrement vaccinées (« breakthrough infections ») est rapporté chaque semaine depuis le 21 juillet 2021 et était alors de 16,9 % chez les patients âgés de 60 ans et plus. Cette proportion augmente de semaine en semaine et s’élevait à 58,9 % le 27 octobre 2021, ce qui prouve clairement le nombre croissant des personnes entièrement vaccinées en tant que source possible de transmission. [JPF ou pour le dire plus clairement : plus on « vaccine » et plus on propage le virus, ou mieux dit encore : et plus le virus devient actif, voire plus virulent, en particulier chez les « vaccinés »].

Une situation similaire a été décrite pour le Royaume-Uni. Entre les semaines 39 et 42, un total de 100 160 cas de Covid-19 ont été signalés parmi les citoyens âgés de 60 ans ou plus. 89 821 sont survenus chez les personnes entièrement vaccinées (89,7 %), 3 395 chez les personnes non vaccinées (3,4 %). Une semaine auparavant, le taux de cas de Covid-19 pour 100 000 était plus élevé dans le sous-groupe des vaccinés que dans le sous-groupe des non-vaccinés dans tous les groupes d’âge de 30 ans ou plus.

En Israël, une épidémie nosocomiale a été signalée, impliquant 16 travailleurs de la santé, 23 patients exposés et deux membres de la famille. [JPF je ne croyais pas si bien dire il y a quelques jours en envisageant, par simple bon sens, l’émergence d’un(e) covid nosocomiale ici ou là ; et comme par hasard — qui n’est pas un hasard — c’est chez les plus tarés de la « vaccination » que cela tombe]

La source était un patient entièrement vacciné contre le Covid-19. Le taux de vaccination [« vaccination » sic] était de 96,2 % parmi toutes les personnes exposées (151 travailleurs de la santé et 97 patients). Quatorze patients entièrement vaccinés sont devenus gravement malades ou sont décédés, les deux patients non vaccinés ont développé une maladie légère. [JPF comme par hasard, bis repetita]

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) identifient quatre des cinq comtés ayant le pourcentage le plus élevé de population entièrement vaccinée (99,9 – 84,3 %) comme des comtés à transmission « élevée ». [JPF les crétins diront : « c’est normal, puisqu’ils sont tous vaccinés » ; moi je dis : « c’est anormal et montre que le « vaccin » est au mieux inefficace, au pire vecteur, incitateur de contamination — entre autres par réduction des capacités immunitaires naturelles de chacun — quand il n’est pas délétère (effets secondaires graves) ou mortifères]

De nombreux décideurs [sic] partent du principe que les personnes vaccinées peuvent être exclues en tant que source de transmission. Il semble que ce soit faire preuve d’une grave négligence que d’ignorer la population vaccinée en tant que source possible et pertinente de transmission lorsqu’on décide de mesures de contrôle de santé publique.

[JPF plus que ça ; perte de la raison et du savoir médical vraiment de base que tout un chacun connaît, moi le premier, comme de ne jamais vacciner pendant une épidémie, de n’expérimenter que sur des volontaires bien informés des dangers, que de se lancer dans une thérapie expérimentale en dernier ressort, quand tout autre traitement est inefficace et/ou le virus super-mortifère, en particulier chez les plus jeunes. Or, il s’avère que c’est ce poison « vaccinal » qui est non seulement totalement inutile (les jeunes sont très rarement touchés et les formes graves ne concernent que des jeunes déjà très malades pour ne pas dire en fin de vie, des jeunes atteints de cancers par exemple, ou subissant déjà de sérieuses maladies pulmonaires), mais dangereux pour la masse des jeunes et sans doute pour les physiquement actifs d’entre eux, tels les sportifs.

Or, depuis le début, on sait qu’il existe des traitements simples ; or ce virus n’est statistiquement pas plus dangereux que celui d’une grippe saisonnière ; or, la thérapie génique ou assimilable à toujours montré, depuis deux ou trois décennies, son inefficacité intrinsèque.

Tout ça est criminel au plus haut point, rendu possible par la corruption d’un tas de « pontes » de la recherche, de la médecine, de la pharmacie, des politiciens de tous les bords et des médiatiques patentés, tous englués dans le totalitarisme mondialiste. Terroriste, eugéniste, inhumain. Et comble du tout : volontairement obscurantiste.

La décadence financiéro-capitaliste a atteint, après l’École de la maternelle à l’université, et cela depuis plusieurs décennies, le noyau dur des savoirs ; ladite Science elle-même ! La plus pointue, la plus technologisée, physico-chimique, biologique et électronique…

Avec au bout de la propagando-publicité transhumaniste, le consentement esclavo-religieux, l’agrément consommateur de toute la masse amorphisée des bobos enthousiastes et des benêts superstitieux de la Terre.]

EN SUPPLÉMENT CET ARTICLE

Dont voici quelques extraits :

L’institut Curie a la réputation d’un établissement de pointe qui soigne des cancers « compliqués ». Cette utilité sociale lui vaut une bonne image. Mais l’irruption de la vaccination obligatoire pousse-t-elle cette honorable institution à une inhumanité tout à fait inattendue vis-à-vis des non-vaccinés ?

***

Comme elle le fait elle-même remarquer, cette obsession de dépister le COVID chez les non-vaccinés est une aberration, dans la mesure où les soignants qui lui demandent de se faire vacciner n’ont aucun scrupule à sortir dans [vers] la boulangerie d’à côté avec leur blouse blanche qu’ils contaminent allègrement et ramènent leurs courses sans aucun protocole particulier dans les locaux même où des cancéreux sont pris en charge. Pourquoi les non-vaccinés font-ils l’objet d’une surveillance renforcée, alors même que les vaccinés, qui peuvent être contagieux, n’ont aucune obligation de test ?

Au fond, tout se passe comme si, dans notre société, on partait du principe que le COVID est plus dangereux que le cancer… C’est la fameuse théorie selon laquelle un malade du cancer doit surtout être surveillé pour une potentielle affection au COVID….

***

Donc, sous prétexte qu’un cancéreux n’est pas vacciné, on lui cherche des poux dans la tête. On lui demande avec une rigidité inhumaine et absurde, de fournir des tests à la pelle, sans tenir compte des conséquences de ces demandes abusives sur sa santé, y compris sa santé mentale. On rajoute du tracas à l’angoisse. 

Au point où l’honorable Institut Curie fait intervenir la brigade anti-criminalité contre une cancéreuse qui présente un test périmé depuis… quelques heures seulement. Sans tenir compte de la fatigue que procurent des déplacements longs depuis le domicile jusqu’au centre de soins, ou jusqu’aux cabinets médicaux qui prescrivent ces tests incessants. 

Dans quel gouffre moral sommes-nous tombés pour que des médecins qui ont prononcé le serment d’Hippocrate fassent intervenir une brigade anti-criminalité contre l’une de leurs patientes atteinte d’une affection grave dont la seule faute est de ne pas être vaccinée ? Est-ce cela, la médecine “inclusive”, la “protection” que l’État prétend nous apporter contre la maladie ?

***

Et nous voulions lui assurer tout notre soutien en espérant que les vaccinés reviendront à la raison, abandonneront leur aveuglement de taliban*, et retrouveront la voie des bonnes vieilles valeurs de tolérance qui ont fait la beauté de ce pays. 

Et puisque nous sommes dans les voeux pieux, nous adorerions qu’ils relisent les controverses médicales sur la compatibilité entre vaccin et cancer. Car, à ce jour, il n’existe pas de consensus scientifique de bonne foi sur l’intérêt d’être vacciné quand on souffre d’un cancer. 

Ajoutons que l’association Rester libre ! mènera dès demain une action de shaming [HONTE] contre l’institut Curie. Adhérez pour participer !

* (JPF) J’ajoute que des personnels vaccinés manifestent ces temps-ci de concert avec des syndicats totalement gangrenés par la pourriture mondialiste, dans divers établissements de santé parce qu’ils sont débordés.

Mais n’ont pas levé le petit doigt pour soutenir leurs collègues non « vaccinés ». Ces gens-là n’ont honte de rien et j’ai des doutes sur leur qualité à bien exercer un métier ou des qualités humaines sont indispensables. Je suppose que ceux qui ont un esprit de sacerdoce sont plutôt des esprits libres et sains non-piquousés.

La maffia syndicale « « « de gòche » » » n’a honte de rien, comme déjà dit dans un précédent article j’ai entendu, dans un rassemblement devant l’hôpital de ma cité, rassemblement en soutien aux personnes de l’hôpital qui ne voulaient pas se faire « vacciner », un vieux con de papi-boumeur ex babi-boumeur (triste génération de nantis, en général) nous expliquer qu’il fallait se faire piquouser, ceci devant des gens, dont certains en pleurs, expliquant la détresse que ça représente d’assumer leur exclusion de leur travail, et de la société. Leur apartheid. Et le taré voulait également nous mettre dans l’idée qu’il « fallait faire quelque chose » pour envoyer le poison « vaccinal » en Afrique ! Il s’est fait huer.

Voilà ou mène « l’antifascisme » et « l’antiracisme ».

À l’exclusion, à la bêtise crasse. À la dictature … sur le prolétariat. Que cela soit comme hier sous le stalinisme ou aujourd’hui sous le mondialisme tant « occidental » que chinois. Après, certains s’en étonnent encore !

From → divers

Commentaires fermés