Aller au contenu principal

BRÈVES

4 novembre 2021

Sources 7Québec et Résistance

CE N’EST QU’UN DÉBUT

L’ancien vice-président du groupe consultatif européen d’experts en vaccination de l’Organisation mondiale de la santé, le professeur Christian Perronne, a déclaré hier [le premier novembre] que toutes les personnes vaccinées doivent se mettre en quarantaine pendant les mois d’hiver ou risquer une maladie grave.
Le Pr Perronne est spécialisé dans les pathologies tropicales et les maladies infectieuses émergentes. Il a été président de la commission spécialisée sur les maladies transmissibles du Conseil supérieur de Santé publique.
Confirmant la détérioration rapide de la situation en Israël et au Royaume-Uni, l’expert en maladies infectieuses a déclaré :
« Les personnes vaccinées devraient être mises en quarantaine et isolées de la société. »
Il a ajouté :
« Les personnes non vaccinées ne sont pas dangereuses ; les personnes vaccinées sont dangereuses pour les autres. C’est prouvé en Israël maintenant – je suis en contact avec de nombreux médecins en Israël – ils ont de gros problèmes, les cas graves dans les hôpitaux sont parmi les personnes vaccinées, et au Royaume-Uni également, vous avez le programme de vaccination le plus large et il y a aussi des problèmes . »
Le groupe de travail actuel sur la pandémie de COVID-19 en France aurait été « complètement paniqué » à la réception de la nouvelle, craignant un pandémonium* s’il suit les conseils des experts.
Le médecin israélien Kobi Haviv a déclaré à Channel 13 News :
« 95 % des patients gravement malades sont des vaccinés. Les personnes complètement vaccinées représentent 85 à 90 % des hospitalisations. Nous ouvrons de plus en plus de succursales COVID.
L’efficacité des vaccins diminue ou disparaît.

[ou affaiblit le système immunitaire et rend malade!]

  • lieux infernaux de réunion des esprits du mal et/ou des gens mauvais.

    LA COURBE EN « U » ET LA COURBE EN CLOCHE

Cet été, des chercheurs de l’Université Carnegie Mellon et de l’Université de Pittsburg ont signalé une corrélation en forme de U entre l’hésitation à la vaccination et le niveau d’éducation.

Les chercheurs ont interrogé un peu plus de cinq millions d’adultes américains dans une enquête en ligne, avec 10 000 personnes déclarant qu’ils ont été instruits au niveau du doctorat.

Le rapport a montré une corrélation surprenante en forme de U entre la volonté de ne pas se faire vacciner contre le Covid et le niveau d’éducation – avec la  plus grande hésitation parmi les moins et les plus instruits – ou du moins, diplômés. 
Parmi les personnes interrogées, 20,8 pour cent avec un diplôme d’études secondaires étaient réticents à se faire vacciner, et 23,9 pour cent avec un doctorat étaient contre.  Le pourcentage était également plus élevé chez les moins diplômés.
Mais les moins sceptiques vis-à-vis du « vaccin » avaient une maîtrise (master) – avec seulement 8,3% de ce groupe hésitant à se faire « vacciner ». 

Ils ont conclu que les personnes titulaires d’un doctorat sont non seulement les plus sceptiques quant à la vaccination, mais sont également les moins susceptibles de changer d’avis à ce sujet. À l’inverse peut-être des moins diplômés, moins aptes sans doute à argumenter ou à se faire une opinion stable, à camper sur leur position et à échapper à l’expérimentation.

Parmi certains écarts significatifs, ils ont également constaté que les asiatiques étaient les plus dociles et les moins à se poser de questions, tandis que les ruraux et les soutiens de Trump étaient bien plus réticents.

Cette forme de courbe plus élevée aux deux extrémités des gens répartis selon leurs diplômes, me fait penser à une autre courbe célèbre, celle-ci en cloche mais qui sur le fond semble confirmer une même réalité : c’est celle que Peter et Hull ont établi au niveau de la répartition des gens selon leur compétence dans une entreprise. (cf. le principe de Peter)

La courbe en cloche sépare les compétents des incompétents à peu près à parts égales : d’un côté on plonge vers l’incompétence et de l’autre vers la compétence. Avec au centre 40 % de personnes plus ou moins compétentes, puis 20 % de compétents et 20 % d’incompétents et à chaque extrémité 10 % de totalement incompétents et 10 % de super-compétents.

Mais lorsque l’on considère la hiérarchie, on constate que les promotions exclues à la fois les très incompétents et les super-compétents (ceux qui font de l’ombre à la masse).

Le juste milieu, les couches moyennes (dont les enseignants, les petits cadres du privé, les journaleux et tant et plus de petits-chefs fonctionnaires …), le marais central commun  autrement dit : la médiocratie serait-elle la vraie plaie de la société ?

From → divers

Commentaires fermés