Aller au contenu principal

Brèves du jour

11 septembre 2021

Tombé sur l’éditorial du rédacteur en chef responsable de l’international de la feuille Ouest-France. J’en ai lu juste assez pour comprendre que le journaleux est persuadé (ou entend nous persuader) que les z-événements du Onze Septembre (il y a vingt ans aujourd’hui même) étaient l’œuvre de Bin Laden dont le plumitif nous rappelle qu’il fut ingénieur.

Quel ingénieur ingénieux que ce dernier qui, avec une équipe de bras cassés tout juste aptes à piloter des petits coucous, ai pu mettre en scène un tel péplum hollywoodien des temps mécaniques. Un avion de ligne égaré qui s’écrase dit-on, on ne sait où, un autre apte à détruire une aile du Pentagone, et deux autres entrant dans deux tours comme dans du beurre pour en ressortir leur nez intact, avant que l’on ne mette en marche deux petits incendies ridicules.

Et au final trois et non pas deux tours qui s’effondrent par l’action d’une destruction assistée programmée grâce à un réseau de bombinettes atomiques. Tandis qu’on recueillait au pied des ruines les papiers d’identité de l’un des dits terroristes. Comme dans un film d’action. Dans quelque James Bond. Ou autre mauvais film.

Le jour même de grandes manœuvres aériennes dont le thème était : comment arrêter une attaque aérienne terroriste ? pendant que le président était loin de là, le vice-président aux commandes. Dès la veille, on le sut plus tard, des manœuvres d’un autre genre, de Bourse, signaient la préméditation locale et non terroriste du délit criminel.

De même très peu de temps avant, le récent propriétaire de la troisième tour « tombée » toute seule et sans raison apparente, ni fait objectif pouvant l’expliquer, sinon une destruction à l’explosif déjà présent sur le site (aucun mort dans celle-là, elle avait été évacuée avant qu’elle ne fût froidement abattue par un système de mise à feu qui ne devait rien du tout à Bin Laden), avait su assurer son bien contre tout acte terroriste.

Le complot est patent. Il semble avoir été l’œuvre de ce que l’on nomme couramment de nos jours le dit État profond, dont les ramifications avaient semble-t-il atteint certains hauts sommets de l’État officiel. Avec l’aide probable de la CIA et du Mossad.

Indépendamment des milliers de morts, accessoires pour les comploteurs, on détruisait des archives (je ne sais plus s’il s’agissait de la CIA ou du FBI) alors que le propriétaire (juif) de la troisième tour récupérait l’intégralité de sa mise !

Et c’était parti pour une nouvelle forme de terreur : la terreur prétendument antiterroriste.

Le journaleux s’extasie sur Bin Laden qui aurait eu l’ingéniosité diabolique de faire en sorte qu’un certain temps se passe entre le « crash » du premier avion (plus sûrement un hologramme) sur les tours jumelles du Word Trade Center (tout un symbole) et du second (hologramme idem), pour permettre la diffusion « en direct, live » comme dirait l’autre, du second, en une sorte de cinéma grand écran mondial (mondialiste ? Déjà).

Dans le même genre de mise en spectacle et de direct qui furent ceux du « premier pas sur la Lune », qui n’a jamais existé que dans les studios de cinéma étatsuniens.

Et comme si Bin Laden, être diabolique omniscient, avait été aux commandes des régies des télévisions américaines et autres !

Mais je ne développe pas plus ce soir.

* * *

Je me suis trouvé cet après-midi dans un rassemblement pour la liberté et anti-passe-sanitaire, devant l’hôpital public de ma cité. Ce que j’en ai retenu est que certains éléments troubles cherchent à récupérer la mise à leur profit. Je m’explique. Il y a un mois environ, on avait déjà fait taire un individu qui à tout prix, et hors sujet, voulait nous fourguer l’idée que les pauvres Africains étaient privés de bénéfiques « vaccins ». Soit dit en passant, alors même qu’ils s’en passent très bien et ont la meilleure défense contre le virus qui est l’hydroxychloroquine, qu’ils utilisent pour beaucoup journellement pour prévenir la malaria.

Cet après-midi, rebelote de la part de tout un groupe de syndicalistes (je verrai bien la CGT dans le tas car cela leur correspond exactement*) avec cette même idée, et pire encore. Alors que le mot d’ordre est « liberté, solidarité », leur porte-parole a eu le culot de vanter les mérites de la vaccination, et ceci sous le nez des personnels soignants opposés au passe-sanitaire que l’on venait soutenir, dont un certain nombre ne sont justement pas « vaccinés ».

On a vu les syndicats récupérer tout un tas de mouvements depuis des années, le dernier étant celui des Gilets Jaunes, récupéré également par tout le gauchisme putride qui au début du mouvement crachait sur ces gueux, ces ploucs graines de « fachos » et de « beaufs ».

* Je crois avoir rappelé que le slogan « oui à la vaccination [sans guillemets], non au passe sanitaire » est celui de cégétistes. Ce qui est une contradiction dans les termes, ou plus exactement une tautologie. À quoi bon un passe si tout le monde est vacciné. Ou alors quel est le but réel d’un passe « sanitaire » ?

Et un joli cadeau offert aux mondialistes. Il faut dire que toute la bureaucratie syndicale sans troupe ne tient plus que par les subventions nationales ou « européennes » (donc indirectement nationales, finalement). Voilà où se situe le niveau de « rébellion » de la CGT, quand la CFDT approuve vaccination et passe, ce qui en dit long sur sa clientèle. Et quand tout ce joli petit monde s’est déjà plus ou moins arrangé avec la macronie sur la question des retraites et des privatisations.

Manipuler, récupérer et quand ce n’est pas possible foutre en l’air un mouvement né dans l’autonomie, ou de collectifs plus ou moins informels. Voilà la basse œuvre syndicale. Plus encore quand elle veut se mêler de politique.

From → divers

Commentaires fermés