Aller au contenu principal

RÉFLEXION DU JOUR

16 juillet 2021

« La vaccination contre le Covid s’inscrit dans le processus plus global d’externalisation technique et de privatisation des facultés humaines. C’est aujourd’hui le système immunitaire naturel de l’homme qui apparaît comme un nouveau marché exploitable par l’industrie, par l’économie.
L’enjeu est de convaincre chacun qu’il ne doit la vie sauve qu’à sa subordination à cet ordre technique. Comme un opérateur téléphonique vous vend un « forfait liberté », il s’agit désormais de vous vendre le « forfait immunité » pour seulement 19,99€ par mois. La nouveauté est que si l’on refuse, on perd nos droits.
On notera d’ailleurs que le pouvoir, après avoir joué la carte de la peur, utilise maintenant la carte du ressentiment en affirmant que les vaccinés vont être (ou sont déjà) victimes des non-vaccinés. L’ambition est sans doute par-là de substituer au ressentiment vertical du peuple contre les gouvernants une défiance horizontale du peuple contre lui-même. C’est là, pour tous, un jeu très dangereux.
Beaucoup se vaccinent sans conviction, pour qu’on leur fiche la paix, pour partir en vacances. La vaccination est plus profondément un acte d’adhésion à un nouveau contrat social de type technico-sanitaire fondé sur un idéal d’hygiène commune.
D’ailleurs on a beaucoup parlé des élections régionales et départementales afin de déplorer l’abstention. Mais je pense que les élections réelles, ce sont les vaccinations. Se faire vacciner, c’est de facto dire oui à ce nouveau contrat-social. Et Imposer d’abord la vaccination à certaines catégories est probablement une stratégie politique pour fractionner une obligation qui ensuite deviendra plus large.
Mais cela ne change rien sur le fond, c’est-à-dire du point de vue de la logique globale de régulation des comportements humains et sociaux. Les gens qui se sont fait vacciner en disant « On va retrouver notre vie d’avant » ou « Nous montrons l’exemple » n’ont peut-être pas à l’esprit qu’on leur proposera une troisième, puis une quatrième dose, puis un nouveau type de traçage en temps réel de leur métabolisme, etc. Encore une fois, il n’y a pas de limite immanente à ce processus.»
Pierre Dulau, philosophe

From → divers

Commentaires fermés