Aller au contenu principal

POUR UN PAIN DE SUCRE DANS LA GUEULE (notes)

17 juin 2021

On ne présente plus Zuckerberg, le milliardaire spécialiste mondial des fèces de boucs ; et qui ignore encore l’existence de Fauci, depuis plus d’un an le Docteur Moreau en chef des expérimentations « vaccinales » génétiques sur l’homme ?

Dès le début Zuckerberg a proposé ses « bons et loyaux services » à Fauci, ce dont tout « complotiste » (comme disent les larbins des media dominants) se doutait nécessairement. Puisqu’on est ici au sein d’une clique, d’une mafia, d’une caste ou tout le monde connaît tout le monde, et plus encore … où tout le monde se tient par la barbichette.

De cette maffia qui – provocatrice et totalement démasquée (au sens propre et figuré) – vient d’envoyer un salut crypto-maçonnique au monde de la plèbe – à l’initiative du pitre Macron, lors du récent G7, 8 … ou je ne sais plus combien. Cf. les photos et vidéos parues sur les réseaux sociaux concernant ce dernier message et d’autres antérieurs. Rappelons-nous – mais ce n’est pas le seul – le curieux spectacle accordé par ce même Macron à proximité de la pyramide du Louvre en 2017, juste après son élection.

Le 15 mars 2020, Zuckerberg écrivait ainsi (c’est ce que l’on trouve dans la correspondance électronique de Fauci déclassifiée, selon la bonne habitude de l’administration étasunienne — ou plus exactement selon la loi ; il serait bon que ceci existe également en France) : « Je voudrais envoyer une note de remerciements pour votre leadership * et tout ce que vous faites pour rendre la réponse de notre pays à cette épidémie aussi efficace que possible. Je voulais également partager quelques idées sur les façons dont nous pourrions vous aider à faire passer votre message . »

Faire passer le message.

Le principe des vases communicants (sic) opéré par une entreprise qui gagne des milliards en vendant les informations contenues dans le fichier de tous ceux qui se sont inscrits spontanément et gracieusement sur son site. Site qui rappelons-le, a pris la suite d’un site lancé par l’armée américaine — à moins que ce ne soit par la CIA, ce qui revient au même — ouvert le jour même où l’autre fermait.

Zuckerberg s’est donc porté volontaire pour « propagander », propagandir », « propagandiser » la marchandise proposée par Fauci, digne représentant de commerce de Big Pharma. Marchandise très avariée — bien que très moderniste au domaine de la technologie pharmaceutique — comme on le supputait dès le départ, mais dont on commence à le comprendre au sein même dans la masse des mougeons naïfs et pitons dociles. Dont une bonne part des vaccinés où les moins crétins commencent, abattus, à trembler pour leurs abattis.

Faire la pub, la réclame de Big Pharma, y apporter phynances en un temps où Ubu – un Ubu du Mal absolu – a pris le pouvoir dans les pays sous domination des mondialistes (soit essentiellement l’Amérique du Nord, les autres pays d’essence anglo-saxonne ou assimilables comme l’Australie, l’Afrique du Sud, Israël, et bien évidemment l’Europe).

Ajoutons-y dans le même temps la censure acharnée exercée par Zuckerberg et ses confrères des GAFAM à l’encontre de tous ceux qui contestaient le bien fondé, pour ne pas dire la dérive malade, dictatoriale, totalitaire de la « politique sanitaire » mondialiste en relation avec la covid-19.

Zuckerberg, pour ne parler que de lui, c’est donc ce patron d’Internet qui a offert des ressources financières et d’expression (sa plateforme) à la propagande/publicité/censure pour l’action délirante de Big Pharma. Délirante… pour tout homme sensé qui pense que ledit « transhumanisme » est une folie technologiste totale.

Mais c’est aussi celui qui est intervenu financièrement (400 millions de dollars) dans les processus électoraux en 2020 pour le compte des « démocrates » dans les comtés clefs qui ont fait basculer comme on sait, ou plus exactement comme on va en apprendre la confirmation judiciaire bientôt (fraudes électorales diverses), l’élection du président étatsunien en faveur de Djo Bidon, le sénile.

Il faut savoir enfin, et ce n’est pas anodin, que le fesse-bouquin** – comme ses potes des GAFAM – collabore avec le gouvernement fédéral étatsunien depuis des années en fournissant à ce dernier des données de localisation des utilisateurs des dénommés « media sociaux ».

Donc, puisque la Vérité se fait jour petit à petit, on peut dire que la montagne a fini par accoucher d’une souris. Mais entre-temps le mal a été fait, du moins en partie.

Quand je dis « montagne » j’évoque évidemment Zuckerberg *** ; je lui trouve d’ailleurs une tête de pain de sucre à ce personnage. Montagne de sucre pour faire passer le goût amer d’une curieuse pilule, transitant au travers d’un gosier étroit. Celle d’un pseudo-vaccin « soignant » une pseudo-pandémie****. Et des piquouzes à répétitions.

Le gosier c’est celui de Fauci. L’homme péremptoire et tout en gueule. *****

Notes.

* Sic. Pour sa direction des opérations au niveau de la gestion par les mondialistes américano-européens du covidisme naissant.

** Après réflexion, le mot qui conviendrait sans doute le mieux est Fæx-bucca. Des latins bucca (ou buca, pluriel buccæ) : bouche et fæx (pluriel : fæces) : lie, boue, déchet, rebut, raclure ; saumure ; maquillage ; fèces, selles, excréments ; (au figuré) : racaille, sales gens, canaille, populace, pègre…

*** Montagne, mont, masse de sucre, en allemand.

**** Il paraît que l’on dit maintenant : « maccin » ou « maxin » pour dénommer ce monstre sanitaire, car le produit maximise l’action de la dite protéine spike. Et celui qui s’y frotte, i’ s’pique… qui plus est, pour la vie, à demeure. Pas moyen de l’enlever. « Malccin » serait un mot plus adapté.

***** Fauci (faoutchi) : gueule, gosier, gorge en italien ; du latin fauces, gosier, gorge, défilé, goulet….

(à suivre)

From → divers

Commentaires fermés