Aller au contenu principal

Il sera toujours bref, le temps des jupes courtes (poème)

20 mai 2021

Photographie très célèbre de David Hamilton, connue comme « Nu à la cascade » ou « La cascade », datant du tout début des années 1970. La photo (ou des photos de la même séance photographique) a été publiée dans des albums, dans des revues, aussi bien en couleurs qu’en noir et blanc, comme ici.

Les amours ont vieilli et les amis sont morts,
Trop nombreux les amours où manqua tout amour
Mais voilà que surgit au fond de ma mémoire
L’image des sommeils au temps de mon enfance,
Le reste ne fut rien, dans les bras de ma mère.
Et défilent mes morts au revers des nuages
Et se posent sur moi les yeux irrésistibles
Et de larmes noyés en un pacte échangé.
C’est les yeux de mon chien, c’est les yeux de mes maîtres,
La nuit était profonde et lourd le conformisme
Et j’ai feint de trahir pour ne jamais trahir.
J’entends encor sonner le concert du triangle
Et c’est l’odeur des foins, l’acier brille au soleil,
C’est les yeux des enfants morts à l’âge de l’ange.
Que m’absolvent mes morts, que le ciel pleure en pluie,
Que les instants d’antan au bel arc-en-ciel brillent.
L’enfance se fait proche, j’en reviens au principe.
Il sera toujours bref, le temps des jupes courtes.
Je voudrais pas crever avant l’été prochain.

O.M., 20 mai 2021

Photographie bien connue de David Hamilton, ici en noir et blanc, datant des années 1970. La modèle prend une pose que l’on retrouvera souvent dans l’oeuvre de David Hamilton.

Publié le 20 mai 2021 par defensededavidhamilton

From → divers

Commentaires fermés