Aller au contenu principal

Très larges extraits de la Lettre ouverte à Donald Trump du Cardinal Carlo Viganò ancien nonce apostolique aux États-Unis du 25 octobre 2020

8 novembre 2020

Au-delà de l’aspect religieux ou doctrinal du discours, quand la raison et la vérité – et une forme de lucidité – semblent être quand même, ou au moins en partie, présentes également du côté de certains bergers de l’Église de Rome.

Monsieur le Président,

Au cours de ces derniers mois, nous avons assisté à la formation de deux camps opposés que je qualifierais de bibliques : les enfants de la lumière et les enfants des ténèbres. Les enfants de la lumière constituent la partie la plus importante de l’humanité, tandis que les enfants des ténèbres représentent une minorité absolue. Et pourtant, les premiers font l’objet d’une sorte de discrimination qui les place dans une situation d’infériorité morale par rapport à leurs adversaires, tandis que ces derniers occupent souvent des positions stratégiques au sein des gouvernements, au niveau politique, économique et dans les médias. De manière en apparence inexplicable, les bons sont pris en otage par les méchants comme par ceux qui les aident par intérêt ou par crainte.

Ces deux camps, qui ont un caractère biblique, suivent la séparation nette entre la postérité de la Femme et celle du Serpent. D’un côté, il y a ceux qui, malgré leurs mille défauts et faiblesses, sont motivés par le désir de faire le bien, d’être honnêtes, d’élever une famille, de travailler, de participer à la prospérité de leur patrie, d’aider les nécessiteux et, dans l’obéissance à la Loi de Dieu, de mériter le Royaume des Cieux. D’autre part, il y a ceux qui servent leur propre intérêt, qui n’ont aucun principe moral, qui veulent démolir la famille et la nation, exploiter les travailleurs pour s’enrichir à outrance, fomenter des divisions internes et des guerres, et accumuler du pouvoir et de l’argent : pour eux, l’illusion fallacieuse du bien-être temporel cédera un jour – s’ils ne se repentent pas – au terrible destin qui les attend, loin de Dieu : la damnation éternelle.

Dans la société, Monsieur le Président, ces deux réalités opposées coexistent en tant qu’ennemis éternels, tout comme Dieu et Satan sont des ennemis éternels. Or les enfants des ténèbres – que l’on peut facilement identifier à l’État profond auquel vous vous opposez avec sagesse et qui en ce moment vous mène une guerre sans relâche – ont décidé d’abattre leurs cartes, pour ainsi dire, en dévoilant maintenant leurs plans. Ils semblent tellement sûrs de déjà tout contrôler, qu’ils ont oublié cette prudence qui, jusqu’à présent, avait au moins partiellement dissimulé leurs véritables intentions. Les enquêtes déjà en cours révéleront la véritable responsabilité de ceux qui ont géré l’urgence de la crise du Covid-19, non seulement dans le domaine de la santé mais aussi dans la politique, l’économie et les médias. Nous découvrirons probablement qu’au sein de cette colossale opération d’ingénierie sociale se trouvent des personnes qui ont décidé du sort de l’humanité, s’arrogeant le droit d’agir contre la volonté des citoyens et celle de leurs représentants dans les gouvernements des nations.

Nous découvrirons également que les émeutes [« raciales »] de ces jours-ci ont été provoquées par ceux qui, constatant que le virus décline inexorablement et que la panique sociale générée par la pandémie s’estompe, se sont retrouvés obligés de provoquer des troubles civils, sachant que ceux-ci entraîneraient une répression qui, bien que légitime, pourrait être condamnée comme une agression injustifiée contre la population. La même chose se produit également en Europe, en parfaite synchronie. Il est tout à fait clair que l’utilisation des manifestations est un instrument au service des objectifs de ceux qui voudraient voir les prochaines élections présidentielles remportées par une personne qui incarne les objectifs de l’État profondet qui les exprime fidèlement et avec conviction. Il n’y aura pas à s’étonner si, dans quelques mois, nous apprenons une fois de plus que derrière ces actes de vandalisme et de violence se cachent ceux qui espèrent profiter de la dissolution de l’ordre social pour construire un monde sans liberté : Solve et Coagula [le « dissous et coagule » alchimique], comme l’enseigne l’adage maçonnique.

Bien que cela puisse sembler déconcertant, les positions opposées que j’ai décrites se retrouvent également dans les milieux religieux. Il y a des pasteurs fidèles qui prennent soin du troupeau du Christ, mais il y a aussi des mercenaires infidèles qui cherchent à disperser le troupeau et à livrer les brebis aux loups voraces pour qu’elles soient dévorées. Il n’est pas surprenant que ces mercenaires soient les alliés des enfants des ténèbres et haïssent les enfants de la lumière : tout comme il existe un État profond, il existe aussi une Église profonde qui trahit ses devoirs et renonce à ses engagements propres vis-à-vis de Dieu. Ainsi, l’Ennemi invisible, contre lequel les bons dirigeants se battent dans les affaires publiques, est également combattu par les bons pasteurs dans la sphère ecclésiastique. C’est une bataille spirituelle, dont j’ai parlé dans mon récent Appel publié le 8 mai dernier. […]

[…] je crois que l’attaque dont vous avez été victime à la suite de votre visite au sanctuaire national de saint Jean-Paul II fait partie de ce narratif, orchestré par les médias, qui ne cherche pas à lutter contre le racisme et à rétablir l’ordre social, mais à exaspérer les esprits ; non pas à apporter la justice, mais à légitimer la violence et le crime ; non pas à servir la vérité, mais à favoriser une faction politique bien précise. Et il est déconcertant de voir des évêques – comme ceux que j’ai récemment dénoncés – prouver, par leurs paroles, qu’ils se rangent du côté opposé. Ils sont soumis à l’État profond, au mondialisme, à la pensée unique, au Nouvel Ordre Mondial qu’ils invoquent de plus en plus souvent au nom d’une fraternité universelle qui n’a rien de chrétien, mais qui évoque les idéaux maçonniques de ceux qui veulent dominer le monde en chassant Dieu [je traduis Dieu par : la vérité, le bien, le bon, le beau, le juste] des tribunaux, des écoles, des familles et peut-être même des églises.

Le peuple américain est mûr, et il a désormais compris à quel point les médias dominants ne veulent pas diffuser la vérité, mais cherchent à la réduire au silence et à la déformer, en répandant le mensonge qui sert les intérêts de leurs maîtres. Cependant, il est important que les bons – qui sont la majorité – se réveillent de leur torpeur et n’acceptent pas d’être trompés par une minorité de personnes malhonnêtes aux buts inavouables. Il est nécessaire que les bons, les enfants de la lumière, se réunissent et fassent entendre leur voix. […]

From → divers

Commentaires fermés