Aller au contenu principal

DU RIFIFI À L’UPR – DES DÉBUTS DE DÉRAPAGES VERBAUX FIELLEUX ? – ENFIN… : NOUVEL ÉPISODE

4 juillet 2020

Pris sur le site des « Signataires »

* * *

Communiqué de Philippe Conte* à la suite des attaques de François Asselineau [sic]

*

Le président sortant de l’UPR, François Asselineau, a publié, le 2 juillet, un communiqué de presse me mettant gravement en cause.

J’ai été informé par un journaliste de Libération qu’un article concernant la plainte, à son encontre, d’un second plaignant allait être publié. François Asselineau n’a voulu faire aucun commentaire en réponse directe à cet article lors de sa parution, comme cela semble[-t-il] lui a été proposé par Libération. II a donc préféré répondre indirectement par un communiqué.

Dans ce dernier, il précise qu’il « détient des preuves que M. Conte » aurait été au courant de la publication de cet article.

La belle affaire ! Il est évident que le journaliste de Libération a appelé de nombreuses personnes pour recouper son enquête et que cette information est parvenue à mes oreilles il y a quelques jours.

Quel rapport entre le fait d’être au courant de l’existence d’une plainte ou d’une enquête journalistique et la problématique paranoïaque que développe alors le président sortant dans son communiqué?

En effet, selon lui, je serais doté d’une intelligence à la fois supérieure et maléfique, en un mot démoniaque, qui m’aurait fait ourdir de longue haleine, depuis plus de 2 ans, paraît-il, un plan machiavélique pour m’emparer du parti qu’il considère donc comme sa propriété personnelle.

Cette accusation est ridicule, grotesque et, pour tout dire, bouffonne. Elle traduit un sentiment de panique dans les équipes de campagne du président sortant.

J’espère vivement que ce dernier reprenne ses esprits, ne continue pas à développer des fantasmagories farfelues mais revienne, comme d’ailleurs en d’autres temps, sur des problématiques rationnelles.

Par ailleurs, je me refuse à faire tout commentaire sur l’article de Libération n’ayant approché que très rarement les différents protagonistes cités et n’ayant personnellement aucune conviction sur la véracité ou non des faits relatés. Je regrette toutefois que des détails de la vie privée de François Asselineau, lors de l’épisode de la chambre d’hôtel aient été relatés dans cet article car ils n’éclairent nullement le reste de l’affaire. C’est à la fois inutile et malséant et, sur ce point et sur ce point seulement, j’accorde à François Asselineau ma solidarité.

J’apprends par ailleurs, par l’intermédiaire d’un courriel de M. Fabien Sémat, désormais porte-parole officieux du président sortant, que le débat que je proposais sur UPR-TV est refusé par François Asselineau.

Il était pourtant évident que ces affaires n’auraient pas été évoquées et que ce débat n’aurait porté que sur les différentes stratégies à mettre en œuvre pour obtenir au plus vite les trois sorties (euro, UE, OTAN).

En lieu et place, M. Sémat nous propose de filmer un clip de campagne.

Il est pourtant évident que seul un débat aurait pu éclairer les adhérents de l’UPR sur les différentes options tactiques et stratégiques ainsi que sur les réformes statutaires nécessaires. Nous n’avons, de toute façon, plus le temps de réaliser un « clip de campagne ».

J’avais proposé à François Asselineau un débat entre gentlemen. Il a refusé.

Alors qu’il se gaussait, à juste titre, des refus de Mme Loiseau et de MM. Mélenchon et Barnier de débattre. C’est un comportement de Tartuffe. Qui pourra désormais prendre François Asselineau au sérieux ?

C’est de l’avenir de l’UPR dont il s’agit.

Le vote de chaque militant va trancher entre deux termes d’une alternative nette.

Soit un recroquevillement de notre parti sur une poignée de fidèles groupés autour d’un président affaibli et dont tout le monde aura perçu les limites.

Soit un renouveau, fondé sur l’abandon du culte de la personnalité et sur la mise en avant de la stratégie qui a gagné au Royaume-Uni : le référendum.

N’y a-t-il ici quelqu’un qui ne connaisse la juste réponse ?

Que vive l’UPR ! Que vive la France Libre !

Philippe Conte

* Philippe Conte, je le rappelle est l’une des trois têtes des listes proposées au suffrage des adhérents lors du prochain congrès de l’UPR.

***

Je constate que Philippe Conte n’a pas jugé bon de joindre en annexe l’article de Libération concerné ni le communiqué de presse de F. Asselineau. Tous deux vaguement évoqués plus que cités.

Personnellement, j’essaye de juger sur pièces (toutes les pièces) quand c’est possible. 

Conte qui, non sans contradiction, énonce « que vive l’UPR », alors qu’il a déjà pour projet de changer l’intitulé du mouvement.

Et je persiste à dire que la seule solution intelligente eût été : un ou des candidats de consensus. Manque de psychologie de base. La cassure au sein de l’UPR semble déjà consommée, mais par le haut et de la moins bonne manière qui soit.

Qu’en sera-t-il au niveau des adhérents ? Et que va-t-il en être de la troisième liste qui tourne autour de l’idée de la démocratisation radicale de l’UPR ? Cette liste, sans doute par manque de moyens, est proprement (enfin malproprement) invisible. Site UPR et UPR TV confisqués par le président actuel, ou sortant comme on voudra le dire. Site « les signataires » confisqué par la liste Conte.

Mystère et boule de gomme (et non pas « boule puante » comme disait François Asselineau).

Quand il s’agit de réunir tous les souverainistes, comme le dit d’ailleurs avec justesse Florian Philippot et son parti, et plus encore – solidairement – la masse énorme des mécontents, des gens de bon sens et autres Gilets Jaunes.

From → divers

Commentaires fermés