Aller au contenu principal

Chloroquine : où en est l’essai clinique européen Discovery ?

4 mai 2020

Du site d’EUROPE 1 – le 01 mai 2020

* * *

Lancé le 22 mars pour tester quatre traitements potentiels contre le coronavirus, l’essai Discovery implique 3.200 patients en Europe. Mais les résultats ne sont toujours pas connus. Au micro d’Europe 1, le docteur Jimmy Mohamed explique qu’il a été compliqué de trouver des patients acceptant d’être soignés par un traitement autre que l’hydroxychloroquine. 

Où en est l’essai Discovery? Cet essai clinique de grande ampleur, lancé le 22 mars et coordonné par l’Inserm, vise à tester quatre traitements potentiels contre le coronavirus. 3.200 patients en Europe, dont au moins 800 Français, participent à l’opération, qui a pris un peu de retard. Médecin et chroniqueur d’Europe 1, le docteur Jimmy Mohamed nous explique pourquoi.

L’étude comporte cinq groupes de traitement. « Le premier est un groupe conventionnel, traité comme d’habitude [quelle habitude ? J.P.F.]. Le second teste un traitement antiviral contre Ebola, le remdesivir. Le troisième teste le Kaletra, utilisé contre le VIH. Le quatrième porte sur le Kaletra associé à un anti-TNF, une forme d’immuno-supresseur », détaille Jimmy Mohamed. Enfin, [accessoirement ? J.P.F.] le cinquième groupe porte sur l’hydroxychloroquine, dont les effets sont vantés par le docteur Didier Raoult. [mais sans l’antibiotique complémentaire de son protocole! Et à condition de traiter la maladie suffisamment tôt ?  J.P.F.]

« Il a été compliqué d’inclure des malades »

Mais pourquoi les résultats ne sont-ils toujours pas connus ? « Il a été très compliqué d’inclure des malades », explique Jimmy Mohamed, car, avec la frénésie autour de l’hydroxychloroquine, « tous les patients voulaient être dans le groupe traité par la chloroquine, et ne voulaient plus être avec les autres traitements ».

Par ailleurs, poursuit le spécialiste, le coronavirus « évolue assez lentement, avec une première phase et une aggravation secondaire qui dure une quinzaine de jours. Il faut attendre que chaque patient ait atteint ce pic ». Enfin, l’étude comporte énormément de données.

La fin de l’essai était prévu fin avril, rappelle Jimmy Mohamed, et a donc un peu de retard. Au micro d’Europe 1, le médecin précise que l’étude est adaptative. « Si on se rend compte qu’en cours de traitement, un médicament ne marche pas, on l’abandonne et on passe à autre chose. » [encore heureux qu’on ne les laisse pas crever ! J.P.F.]

Par Antoine Terrel

https://www.europe1.fr/sante/coronavirus-ou-en-est-lessai-clinique-discovery-3965713

***

En fait, aux dernières nouvelles cette grande étude européenne dont Macron vient de nous dire que les résultats seront connus le 14 mai, de cet essai clinique qui est sensé nous dire comment traiter la maladie, une initiative de la macronie (on parlait de la collaborations de plusieurs pays européens dont l’Espagne, l’Italie, le Portugal, l’Allemagne et que sais-je encore) se solderait actuellement par un échec cuisant, la France n’aurait même pas réuni ses 800 patients-cobayes, et certains ces jours derniers seulement, tandis que les autres pays à l’exception du Luxembourg semble-t-il, qui apparaît maintenant au tableau de l’étude, auraient été voir ailleurs.

Dans le même genre de délire gouvernemental : les sociopathes élyséens, ses grands malades du ciboulot, viennent d’envoyer un courrier à chaque médecin du pays pour lui déconseiller d’utiliser le protocole Raoult pourtant utilisé avec succès par ce dernier et, plus ou moins sous la même forme, en Chine, Russie, divers pays d’Afrique, aux États-Unis, etc !

Alors que faire si l’on est atteint du virus pendant que Discovery fait la navette ? Rester chez soi et se rendre à l’article de la mort à l’hôpital pour faire grimper les statistiques des décédés du covid-19 ! Ce sont les consignes officielles répétées jusqu’à plus soif sur les chaînes (qui enchaînent) de télévision, à la radio, et même sur Internet !

Tandis que le plan de déconfinement (qui vient d’être rejeté par le Sénat, mais ça n’y changera rien) et qui, si j’ai bien compris devrait engager la responsabilité des maires, prévoit de pister non anonymement, contre le secret professionnel,  les personnes qui choperont le virus lors du déconfinement ; avec suivi nominatif de toutes les personnes qu’elles auraient contacté dans les 48 heures précédents leur visite au médecin ! Puis contrôle de leur confinement à tous, jusque chez eux, qui en suivrait !!!

En voilà d’une très bonne idée, rien de mieux pour ne pas aller voir le médecin et pour faire remonter les statistiques des morts du Covid-19 !

Pauvre, mais pauvre France !!!

J.P.F.

From → divers

Commentaires fermés