Aller au contenu principal

LA DÉBANDADE GOUVERNEMENTALE — SUITE — LES MALADES DU CORONAVIRUS POURRONT ÊTRE MIS EN SEMI COMA MÉDICAL À L’AIDE DE MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES !!!

7 avril 2020

Du site de l’UPR

Le gouvernement – aux abois face aux pénuries tous azimuts – prend un décret pour administrer aux malades de la COVID-19 des médicaments à usage vétérinaire !

6 avril 2020

Nous assistons, sous nos yeux, à l’effondrement sans fin de l’imposture macroniste.

Un de nos adhérents a attiré mon attention sur le “décret n°2020-393 du 2 avril 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire”.

Des médicaments pour animaux, du fait des pénuries !

Ce décret, publié dans le Journal Officiel du 3 avril 2020, prévoit la POSSIBILITÉ DE PRESCRIRE, PRÉPARER, DISPENSER ET ADMINISTRER EN MILIEU HOSPITALIER DES MÉDICAMENTS INITIALEMENT DÉDIÉS À L’USAGE VÉTÉRINAIRE (de même substance active, de même dosage et de même voie d’administration).

EXTRAIT DU DÉCRET n°2020-393 du 2 avril 2020

“Art. 12-4. – En cas d’impossibilité d’approvisionnement en spécialités pharmaceutiques à usage humain, des médicaments à usage vétérinaire à même visée thérapeutique, bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché mentionnée à l’article L. 5141-5 du code de la santé publique de même substance active, de même dosage et de même voie d’administration, peuvent être prescrits, préparés, dispensés et administrés en milieu hospitalier.”

Vous n’y croyez pas ? Vérifiez-le vous-même : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041780609&categorieLien=id

Notre adhérent m’écrit ce qui suit :

“Ma compagne, qui est pharmacienne assistante à l’hôpital de […], m’a signalé que ce décret a été pris dans un contexte de pénurie de médicaments de type hypnotique (midazolam par exemple), morphinique (sufentanyl, kétamine par exemple), ou curares (exemples : cisatracurium) utilisés dans le cadre de la prise en charge en réanimation des patients Covid-19.

L’administration de ces médicaments a pour but de mettre les patients dans un semi coma en les plaçant sous sédation car la détresse respiratoire génère chez eux un état d’agitation et des déperditions en énergie qui peuvent être fatales.

En conclusion, par manque de moyens et [à cause de] conflit d’intérêts, le gouvernement préfère autoriser la prescription de médicaments à usage vétérinaire aux Français au lieu d’agir en amont en fournissant des masques, des tests et de la chloroquine dès le début des symptômes.”

Commentaires : à quand des boîtes de Royal Canin jetées à la volée aux pensionnaires des EHPAD ?

Sauf erreur de notre part, c’est du jamais vu de traiter les patients avec des médicaments réservés aux animaux. Peut-être pendant la Guerre du Biafra en 1969 ? Ou bien pendant le “Grand Bond en Avant” de Mao ayant causé 50 millions de morts dans les années 1958-1960 ?

Bien entendu, la presse aux ordres de cette République bananière qu’est devenue la France va nous publier un “debunkage” dédaigneux pour expliquer à l’opinion publique interloquée qu’administrer, à des malades à l’hôpital, des médicaments conçus pour des animaux en batterie, n’aurait rien d’anormal.

De même que la presse nous a assurés, au cours des derniers jours, qu’administrer du Rivotril (une benzodiazépine très puissante et addictive) aux malades du Covid-19 (comme y autorise de façon dérogatoire le décret 2020-360) serait parfaitement normal et bénin.

Et cela alors même que la contre-indication n° 1 de ce médicament est précisément, selon le Vidal (site des professionnels de santé), “l’insuffisance respiratoire grave” (source : https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-mrivot01-RIVOTRIL.html ). Ce qui a amené de nombreux médecins et pharmaciens à s’alarmer d’une possible dérive vers l’euthanasie industrielle des vieillards.

À ce rythme, des articles de “debunkage” * pleins de morgue nous certifieront bientôt que distribuer à la volée des boîtes de Royal Canin aux pensionnaires des EHPAD, correspond à une hygiène alimentaire idoine en ces temps d’épidémie.

Mais la presse aux ordres est de plus en plus démunie devant l’évidence.

Mis à part les fanatiques du gourou Macron – imperméables à tout raisonnement et hypnotisés par cet imposteur – la grande majorité de nos compatriotes a désormais bien compris que Macron et sa clique entraînent la France dans un niveau de désastre et d’abjection jamais atteint.

Et qu’ils ne s’en sortiront pas comme ça.

FA

06/04/2020

* “debunkage” : ici « réfutation », « mise en pièces » en franglais. (J.-P.F.)

From → divers

Commentaires fermés