Aller au contenu principal

ACADÉMIE FRANÇAISE : L’ACADANÉMIE A ENCORE FRAPPÉ EN SON SEIN !

21 février 2019

Je ne sais pas (je doute) si c’est seulement une question de sénilité :

Communiqué de l’Académie française

Le 20 février 2019

Déclaration de l’Académie française

L’Académie française, indignée par les attaques antisémites dont ont fait l’objet deux de ses membres, Mme Simone Veil et M. Alain Finkielkraut, s’élève fermement contre ces actes inacceptables et tient à exprimer sa fidélité à la mémoire de Mme Simone Veil et sa solidarité à M. Alain Finkielkraut.

***

Ma contribution lexicographico-logique envoyée à icelle :

Le 20 février au soir.

Madame / Monsieur,

Je suis étonné d’apprendre, par votre communiqué de ce jour, que l’institution chargée de dire le bon usage de la langue française, et même de légiférer sur le sujet (ce qu’elle semble d’ailleurs abandonner à d’autres ces temps derniers) confond allégrement deux mots et deux contenus fort différents.

D’une part, l’antisionisme (attitude d’opposition au colonialisme, racisme, régime d’apartheid et j’en passe, à l’encontre des Palestiniens devenus étrangers en leur propre pays) nullement critiquable et simple attitude de bon sens de l’énorme majorité de la population française. « Sale sioniste ! »

Celui qui était visé était Juif, mais tous les Juifs ne sont pas sionistes, fort heureusement, comme tous les sionistes ne sont pas Juifs, ce qui est encore assez malheureux quand on voit ceux qui autrefois et ceux qui aujourd’hui soutiennent le plus fortement le sionisme ; pas toujours des anges de raison.

D’autre part, l’antisémitisme (qui soit dit en passant est une mauvaise expression, puisque l’énorme majorité des Juifs ne sont pas sémites, mais ce sont bien plutôt les Arabes qui le sont). « Sale Juif ! » expression condamnable ; mais pas plus que « Sale Blanc ! », « Sale Noir! », ou « Sale Arabe! ». Et je passe sur les « gros mots «  et les expressions nettement plus vives et plus triviales.

« Je n’ai pas entendu « Sale Juif! »  » nous a dit d’ailleurs Monsieur Finkielkraut (cf. JDD).

Antisémitisme, attitude raciste parmi toutes les attitudes racistes de l’Univers, étant entendu qu’il existe des Juifs avérés et militants (je ne dis pas pratiquants, car un grand nombre de Juifs ne fréquentent plus les synagogues) qui sont racistes.

Monsieur Finkielkraut appartenant, justement, à cette dernière catégorie. C’est lui, pas un autre, un homme qui se présente comme philosophe ! qui a dit autrefois « haïr la France », qui navigue dans les eaux nauséeuses de l’islamophobie et de l’arabophobie, qui a trouvé qu’il y avait trop de Noirs dans l’équipe de France de football, et qui s’affiche clairement comme sioniste (donc raciste, suprémaciste, etc. Je renvoie plus haut).

Que Monsieur Finkielkraut assume !

Si l’Académie française n’est plus capable de faire la différence entre l’antisionisme et l’antisémitisme (car tel est le nom consacré), cela devient grave !

Mais pourquoi, finalement, l’Académie française devrait-elle échapper à la décadence française généralisée ?!

Jean-Pierre Fleury, écrivain.

From → divers

Commentaires fermés