Aller au contenu principal

Soyez pas trop intelligents, les journaleux, si je suis candidat à l’Académie française le 14 décembre 2017 au nom de David Hamilton, merci M’ssieurs Dames!

6 novembre 2017

Publié le 5 novembre 2017 par defensededavidhamilton

***

Rappelons que Giscard « d’Estaing » fut élu à l’Académie, en 2003 (19 voix) et qu’Olivier Mathieu, dit Robert Pioche, n’en reçut qu’une. C’est normal, on est dans le monde à l’envers.

http://www.academie-francaise.fr/actualites/election-de-m-valery-giscard-destaing-f16

Sur l’élection de Giscard à l’Académie,  voir aussi

http://www.centrisme.free.fr/vge.htm

« Le 11 décembre 2003, il est élu à l’Académie française au fauteuil numéro 16, laissé vacant par la mort de Léopold Sédar Senghor, obtenant 19 voix sur 34, contre deux voix à Michel Tack et une au romancier Olivier Mathieu, dit Robert Pioche ».

Y en a qu’étaient pas contents, j’comprends ça, en 2003.

C’était le cas par exemple d’un gros intello, le dénommé M’sieur Philippe Bouvard.

Diantre, Bouvard, il écrivait dans le « Figaro Magazine » (c’est pas de la gnognotte, ça, le Figaro Magazine) du 20 décembre 2003 :

« J’essaye d’imaginer Robert Pioche, le parfait inconnu au bataillon académique qui, face à Giscard, a obtenu une voix, l’autre jeudi, sous la Coupole. Qu’a-t-il écrit en dehors de quelques lettres adressées à sa famille lorsqu’il faisait son service, naguère, à Colmar ou à Nancy ? Sans doute profite-t-il aujourd’hui d’un repos d’autant plus mérité que son absence de talent et d’ambition l’a dispensé de briguer la place de quiconque. A moins qu’il ne s’occupe des chevaux de Maurice Druon à la campagne. Peut-être a-t-il effectué quelques menus travaux de plomberie au domicile de Jean Dutourd. S’il n’a pas d’oeuvre, il a une famille. Son épouse – qu’on surnomme «la bonne Pioche» – lui a donné une ribambelle d’enfants qui n’ont pas davantage défrayé la chronique avant de prendre leur retraite en même temps que lui. En tout cas, Robert Pioche est un modeste : il n’avait pas fait acte de candidature au fauteuil de Léopold Sédar Senghor ».

(Bouvard, le pauvre, Fig Mag, décembre 2003)

C’était raté, M’sieur Bouvard, parce que Robert Pioche (Olivier Mathieu) s’est fait réformer du service militaire. Il n’a fait son service ni à Nancy ni à Colmar, M’sieur Bouvard, parce qu’il ne l’a jamais fait du tout.

Sur son « absence de talent », M’sieur Bouvard, il est probable que Robert Pioche (Olivier Mathieu) préfère le sien au vôtre.

Robert Pioche (Olivier Mathieu) ne s’est jamais occupé des chevaux de Maurice Druon. En revanche, en 2011, il a écrit un livre, « Eloge de Maurice Druon », qui a suscité les éloges que m’adressait (il y a six ans, en 2011) Etienne de Montety, en première page du Figaro.

UNE du FIGARO 8 avril 2011

Robert Pioche (Olivier Mathieu) n’a jamais été plombier chez Dutourd . En revanche, en 1986, Olivier Mathieu partageait la « une » de la Nouvelle Revue de Paris, lors de la parution du numéro « Jean Dutourd ».

J’vous ai jamais vu à la Nouvelle Revue de Paris, Bouvard.

Par contre vous m’avez invité un jour aux « Grosses Têtes » et j’ai refusé, parce que la médiocrité ça m’fait pas bander, vous voulez qu’on en cause?

Sur son « absence d’oeuvre », M’sieur Bouvard, il est probable que Robert Pioche (Olivier Mathieu) préfère la sienne à la vôtre.

Robert Pioche, cher M’sieur Bouvard, ne prendra pas sa retraite, parce qu’il n’a jamais travaillé de sa vie comme esclave appointé à l’inverse de M. Bouvard, pour la bonne, simple et suffisante raison que le travail salarié le fait chier. Bonne retraite à vous, alors, M’sieur Bouvard.

Enfin, M’sieur Bouvard, si vous pensiez à vérifier ce que vous écrivez avant de le publier, vous sauriez que Robert Pioche avait – contrairement à ce que vous écriviez – bel et bien déposé sa candidature à l’Académie. Vous imaginez, M’sieur Bouvard, qu’on peut recevoir une voix à l’Académie sans y avoir candidaté?

Présentez-vous, Bouvard, après quoi on verra si vous y recevez une voix…

Voyez ici : http://www.academie-francaise.fr/actualites/candidatures-au-fauteuil-de-m-leopold-sedar-senghor-f16

Photo de David Hamilton parue dans la presse anglaise, 1980.

Mais alors, pourquoi tant de méchanceté, M’sieur Bouvard ? Pourquoi ?…

Deux jeunes filles françaises (carte postale de 1900)

Essayez de pas vous montrer méchants, M’ssieurs Dames les Journaleux et les Journaleuses, si je suis candidat le 14 décembre 2017 au nom de David Hamilton…….

Ah nom de Dieu, que vous m’aurez fait rire avec votre épaisse intelligence, les Journaleux!

D.H.

Soyez gentils, les journaleux que votre intelligence elle est grande, ah que vous allez le prouver comme d’hab,  j’en suis certain!

Statue (Arno Breker)

From → divers

Commentaires fermés