Aller au contenu principal
Tags

Alors… imprescriptibilité de TOUS les viols? Chiche…

23 octobre 2017

Publié le 23 octobre 2017 par defensededavidhamilton

**

Peu après la première guerre mondiale, une pétition contre le viol de guerre signée par cinq millions de femmes des États-Unis fut remise le 15 avril 1919 à Georges Clemenceau. Cette pétition demandait que les victimes de viols de guerre soient considérées comme des « blessées de guerre ».

Lors de la Seconde Guerre mondiale, on s’accordera pour dire que des militaires de toutes les armées, ou presque, se livrèrent au viol. En 1945, ainsi, le nombre de femmes allemandes – des civiles, souvent très jeunes – violées par les soldats de l’armée rouge peut être estimé à 2 millions.

En anglais, lire:

https://www.theguardian.com/books/2002/may/01/news.features11

L’historienne Miriam Gebhardt (Als die Soldaten kamen. Die Vergewaltigung deutscher Frauen am Ende des Zweiten Weltkriegs [en anglais: When the Soldiers Came: The Rape of German Women at the End of the Second World War], München, 2015, ISBN 978-3-421-04633-8) a documenté ces viols de femmes, de jeunes filles, mais aussi d’hommes et de jeunes garçons allemands, par des troupes américaines, britanniques et françaises. A l’Ouest, toujours selon elle, les Alliés ont été coupables de 860 000 cas de viols perpétrés.

Lors du débarquement sur le front Ouest, en Europe, de nombreuses plaintes ont été déposées contre les soldats américains par des femmes françaises, ce que raconte l’historien américain J. Robert Lilly dans un ouvrage intitulé « La Face cachée des GI’s » (en français: J. Robert Lilly, La face cachée des GI’s : les viols commis par des soldats américains en France, en Angleterre et en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, 1942-1945, Payot, 2003); selon lui, plus de 17 000 viols ont été commis par les GIs en France (environ 2 500 à 3 500 cas de viols en France, ayant entraîné seulement… 150 condamnations) et surtout en Allemagne.

Article en français (Monde diplomatique):

https://www.monde-diplomatique.fr/2004/08/RIVIERE/11507

Et en anglais, consulter:

  • Juliet Gardiner, « Overpaid, oversexed, and over here « : the American GI in World War II Britain, Canopy Books, 1992, 224 pages.
  • Mary Louise Roberts, What Soldiers Do: Sex and the American GI in World War II France, University of Chicago Press, 2013.

Mais il a fallu attendre 2001 pour qu’un Tribunal pénal international, celui de l’ex-Yougoslavie, qualifie et condamne le viol comme « crime contre l’humanité »…

On se demande quel avocat, ou quelle association, ou quelle figure médiatique auraient le courage de dénoncer en 2017, ne serait-ce qu’avec 70 ans de retard, les viols subis en 1945 par deux millions d’enfants, de jeunes filles et de femmes allemandes (appartenant aux populations civiles), ou par des milliers de jeunes filles et de femmes françaises, sachant que les victimes étaient souvent des enfants et qu’il s’agissait d’un « crime contre l’humanité« .

On parle de prolonger de dizaines d’années la possibilité donnée aux starlettes de porter des accusations de viols.

Certains parlent d’imprescriptibilité des crimes de viol.

D’accord!… Mais alors, pas seulement les viols dénoncés par les starlettes.

A ce compte-là, je suggère donc quant à moi de prolonger aussi de 70 ou de 80 ans les accusations de viol de guerre, documentées par les historiens mais aussi par les milliers de plaintes déposées par exemple par des milliers de jeunes filles et de femmes françaises en 1945.

Alors… imprescriptibilité de TOUS les viols? Chiche…

 

From → divers

Commentaires fermés