Aller au contenu principal

COMMENT SE SAUVERA LA NACELLE ROMAINE ?

24 janvier 2014

FUYONS, DILLIERS…


Fuyons, Dilliers, fuyons cette cruelle Terre,
Fuyons ce bord avare et ce peuple inhumain,
Que des dieux irrités la vengeresse main
Ne nous accable encor sous un même tonnerre.


Mars est désenchaîné, le temple de la guerre
Est ouvert à ce coup, le grand prêtre romain
Veut foudroyer là-bas l’hérétique Germain
Et l’Espagnol marran, ennemis de Saint Pierre.


On ne voit que soldats, enseignes, gonfanons,
On n’oit que tambourins, trompettes et canons,
On ne voit que chevaux courant parmi la plaine :

.

On n’oit plus raisonner que de sang et de feu,
Maintenant on verra, si jamais on l’a veu,
Comment se sauvera la nacelle romaine.

 

Joachim du Bellay – Les Regrets (1558) – Sonnet CXVI. 

* Dilliers est un personnage, un ami de Du Bellay qui apparaît dans plusieurs sonnets des Regrets. Je suppose qu’il devait faire partie de la maison des D’Illiers qui a donné par exemple : Milon d’Illiers qui fut parmi d’autres choses docteur en droit, conseiller au Parlement de Paris, ambassadeur auprès du Pape et évêque de Chartres à compter de 1459 ;  et René d’Illiers son neveu, licencié en droit civil et canonique, qui fut nommé évêque de Chartres en 1492. Il pourrait être Jean ou Oudart Dilliers dont on a trace dans un document de 1547, ou encore Christophe Dilliers, qui en 1543 était chancelier de l’Université de Toulouse et chanoine, et qui réapparaît en 1559 dans un acte signé à Arces en Bourgogne en tant que  « vicaire du cardinal » (on ne sait lequel). 

From → divers

Commentaires fermés